AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Lun 20 Fév - 16:14
Bassin alimenté par la cascade. S'y baigner est passible de mort car le lieu est considéré comme sacré.

Il est de tradition qu'à chaque fois que l'on entre dans cette ville depuis l'extérieur, on dépose une pièce dans ce bassin, afin de demander à être purifié des dangers du monde extérieur. La tradition est vieille et l'Empire ne la respecte pas toujours. Mais les habitants originaires du pays de la cascade y sont très attachés.
Dieu
avatar
Messages : 146
Date d'inscription : 07/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
10000/10000  (10000/10000)
Points de vie:
10000/10000  (10000/10000)
Points de chakra:
10000/10000  (10000/10000)
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-last-gen.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Mai - 17:22
An 28. 6e jour, règne du Cheval.
Ce sont les premiers jours de la Saison de la Terre.
Le printemps est florissant. Humide et tiède, la nature renait doucement après un hiver difficile.
Un soleil timide caresse tendrement ce paysage nouveau-né.

Je promène des yeux hagards sur les immeubles qui m’environnent. Ils sont à la fois immenses et tous petits. Assez grands pour me cacher le soleil, et pourtant trop fins et trop courts pour m’empêcher de voir au-travers. Des amas de pierres transparents. Mais je vois très clairement l’univers qui s’étale derrière eux, ils ne peuvent rien me dissimuler. Des myriades d’étoiles à perte de vue. Des constellations bleutées, d’autres blanchâtres, certaines un peu plus sombres. Et des personnes qui marchent dessus … Ils font un bruit monstrueux.

Je me tiens la tête dans la main droite, je ferme les yeux. Histoire de récupérer un peu de concentration. De revenir un peu sur terre. Rien à faire, cette cacophonie me vrille la tête. Et je n’ai même plus le plaisir de contempler les étoiles maintenant.
Quelqu’un me bouscule. Je lui jette un regard tellement mauvais qu’il en change de trottoir en faisant des bruits de chiot effrayé.

** C’est vraiment toi Eihiko ? C’est toi qui fait cet effet-là au gens ? Un héros ne devrait-il pas chercher à susciter l’espoir et l’admiration plutôt que la peur ? **

« Ah non, toi la conscience, TU FERMES TA GUEULE ! »

Des regards interrogatifs. Mais au moins, pendant un moment, les pavés font un peu moins de bruit. J’en profite pour filer vers ma destination. Je déteste cette ville.
Marcher vite me permet d’ôter cette fixation que ma mémoire fait sur le regard reconnaissant de la fillette croisé dans le patelin perdu il y a quelques semaines. Sale gosse. Elle a rien compris à la vie celle-là.

** Tu sais qu’elle va essayer de te ressembler ? **
** Tais-t… **

A quoi bon.

Je viens de remarquer une chose. Mon sac ne fait plus aucun bruit. Genre pas le moindre bruit de verre. Et mes idées s’éclaircissent petit à petit. Plus rien à boire alors ? Dommage, j’avais encore des tas d’amis avec lesquels je voulais trinquer. Bon, même s’ils n’étaient pas vraiment là, j’étais toujours particulièrement heureux de pouvoir leur offrir un verre. Et puis, leur absence me donnait une excuse de boire le leur en plus du mien. Et ça c’était quand même une très bonne chose.
Bon, j’ai quelques heures avant que la soif ne me dévore de nouveau, autant en profiter.

Je m’arrête devant une fontaine et je plonge la tête dedans. Longuement. Tellement longuement que je fais des bulles. Ca fait un bien fou, même si je suis à deux doigts de me noyer. J’ai pas tellement envie de sortir mes oreilles de là : les bruits se sont tous arrêtés.

« Il est temps de revenir à la réalité non ? »

Je sens quelqu’un me tapoter l’épaule. Je me redresse d’un coup et je le frappe.

Ah en fait non. Personne. Je me rends compte que j’ai l’air complètement con. Et un peu fou. Ca doit être bon signe, je décuite. Bon je suis venu pour une bonne raison dans cette fichue ville moi : je cherche quelqu’un. Et comme Shi c’est pas trop une destination pour moi en ce moment, Taki c’est niquel. Y’a des bâtiments impériaux partout, des infos à cueillir, mais pas vraiment d’adversaire à ma taille. Enfin je crois pas. Ou alors personne qui peut gérer les Onis ce qui revient plus ou moins au même. Les scrupules ? Bien sûr que j’en ai. Mais si je dois tuer quelqu’un d’autre pour retrouver quelqu’un comme cette personne … Je le ferais. De toute manière c’était mon rôle pendant la guerre, non ? Tuer les ‘chiens de l’Empire’. Je ne comprends pas pourquoi ca devrait cesser au nom d’un traité ou d’un autre. Ca n’a aucun sens. On n’entraine pas un gamin à tuer pour lui dire de retourner à sa vie d’avant deux ans après. Assumez vos conneries maintenant que vous m’avez créé.

Enfin, j’ai quelque chose à faire avant. J’ai entendu parler d’un endroit en particulier. Une fontaine qui purge les pêchés. Je marche tranquillement jusqu’à la grande cascade au fond de la ville. Tout au Nord. Elle n’a rien de spéciale. Une cuvette qui recueille l’eau de la cascade, quoi. Elle est limpide. Elle doit être filtrée par un moyen ou un autre …
Bref, j’attrape une pièce et je la jette dedans.

** Et maintenant ? **

Rien évidemment. Je ne sais pas à quoi je m’attendais. Je me souviens de quelque chose d’un coup.
Je me souviens d’un truc, d’un coup. Un symbole un peu plus fort. Je prends une autre pièce et je la jette vers la fontaine. Mais elle disparait. Pendant un très bref instant, j’ai ouvert le monde Yokai. Il existe une fontaine au même endroit de l’autre côté. Elle n’a pas tout à fait la même fonction mais … Au moins, celui-là, il aura un impact. Je viens de prêter serment de ne pas oublier les pêchés que je viens de proposer de faire expier. En quelque sorte, je viens de me lier à eux en voulant m’en débarrasser.

« C’est con ce truc. »

Tiens d’ailleurs je viens d’utiliser le chakra Hikari en public, comme si de rien n’était. Heureusement que ça ne grouille pas de monde par ici. J’avise quelqu’un qui passe dans le coin. J’ai envie de voir un truc.

« Dites mademoiselle, vous vivez ici ? »

Elle hoche la tête. Eh méfiante la minette. Pas détendue en tous cas. Elle a un loup qui se promène avec elle. Une ninjette ?

« Vous savez à quoi sert ce truc ? »

Je montre la fontaine. En fait je me demande simplement si les locaux eux-mêmes connaissent leurs propres traditions.

« Ah désolé si je vous dérange au milieu d’une promenade. Je suis juste un touriste un peu bizarre, faut pas vous formaliser. »
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 346
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
30/300  (30/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Mai - 18:15
Entre son arrivée dans la ville, l’examen pour rentrer à l’académie et le premier entraînement, Hanaki n’avait pas eu le temps de se reposer. Elle n’avait toujours pas d’endroit où dormir. Le premier soir elle avait bien trouvé refuge chez Sham qui l’avait gentiment accueilli. Mais par la suite elle avait dormi à droite à gauche, prétextant à celui qu’on pouvait qualifier de nouvel ami, que l’académie lui avait fourni un logement. Ce qui en soit était vrai, mais elle n’en avait toujours pas les clefs.

C’est donc une jeune demoiselle fatiguée, vêtue de ses mêmes habits délabrés, qui déambulait dans les rues étroites de la ville. Elle n’avait décidément pas le charme du pays du Feu, enfin, avant qu’il ne soit rongé par la guerre. On trouvait tout de mêmes quelques lieux sympathiques, mais rien qui ne méritait qu’elle ne s’y attarde.

Suite à une discussion avec un passant, fort peu commode, comme tous les gens originaires de cette ville, elle prit la direction indiquée pour la Grande Cascade. Elle cherchait un endroit pour se poser, se relaxer. Apparemment c’était le lieu idéal. Un lieu de culte magnifique pour le pays de la Cascade. Peut-être pourrait-elle trouver un autel pour les croyances du Phénix. Même si elle n’y croyait pas trop.

« J’espère que ça en vaut la peine Mori, je suis fatiguée de marcher dans cette ville horrible. J’aimerai tant retrouver notre auberge et notre forêt. »

Le loup acquiesça d’un petit cri. Lui non plus ne se sentait pas bien dans cette ville. Il faut dire qu’il y était beaucoup plus bridé que dans son ancienne vie. Avant il pouvait aller où bon lui semblait, il avait la place pour courir, chasser, jouer avec sa maîtresse. Désormais il se devait de se tenir à ses pieds, sans faire de mouvement d’écart sous peine d’attiser la crainte des passants.

Trouver la Grande Cascade ne fut pas difficile. Celle-ci surplombait les quartiers nord de Taki. Large d’environ quinze ou vingt mètres de long, elle captivait le regard des touristes par sa beauté. L’eau s’y écoulait en torrent, créant une brume à sa base. Au-devant de la cascade se dressait un immense temple, à la gloire des Cinq Dieux. Ce bâtiment aussi était une merveille architecturale. Finalement, Hanaki ne regrettait pas d’avoir suivi le conseil du passant : s’il elle trouvait un coin agréable où s’installer, elle aurait pu contempler cette vue de longs moments.

Ses pieds, et son instinct, la guidèrent vers le bassin sacré. Il s’agissait d’une espèce de lac, au sein même de la ville, qui était alimenté par la grande cascade. Hanaki put observer quelques personnes au bord du bassin, jetant des pièces dans celui-ci. C’était étrange pour Hanaki, elle n’y voyait pas un quelconque intérêt. Sûrement une coutume locale en rapport avec les Cinq Dieux. Ou alors une tradition encore plus ancienne, datant d’avant l’annexion par l’Empire, un peu comme le culte du Phénix.

Elle s’installa au bord de ce bassin, sur une zone d’herbe et son esprit commença à divaguer sur des sujets divers. C’était la première fois depuis son arrivée qu’elle pouvait prendre le temps de songer à tout ce qu’elle avait vécu ces derniers jours. Elle n’avait pas eu le temps de faire le point. Elle avait eu connaissance de beaucoup de nouvelles choses. Le chakra, le ninjutsu. Elle avait également rencontré de nouvelles personnes. Tant de choses qui étaient exceptionnelles à ses yeux.

Tout cela lui faisait se dire que finalement, elle n’allait peut-être pas se déplaire tant que ça à Taki, malgré le fait que ce soit une ville impériale. Et puis, ce coin était tout de même splendide.

« Non Mori, ne compte même pas sur moi pour faire comme tous ses idiots à jeter des pièces dans ce bassin. Et puis, tu sais très bien qu’on n’a pas assez d’argent. »

Le loup n’avait fait aucun geste prouvant cette volonté. Mais Hanaki avait appris à le reconnaître, à capter ses regards insistants. Mais pourquoi voulait-il qu’elle fasse ça ? Il avait une perception supérieure à la sienne certes, mais elle ne voyait pas ce qu’elle pouvait y trouver.

Elle n’eut pas le temps d’y réfléchir plus que ça, qu’un inconnu vint l’aborder.

Plus vieux qu’elle, blond, mal rasé. Des vêtements pas bien plus glorieux que les siens. Mais ce qui la frappa dans un premier temps fut la forte odeur qui imprégnait son corps. Une odeur d’alcool. Hanaki ne la connaissait que trop bien, c’était récurent dans l’auberge de son père. Elle ne la supportait pas. Les gens qui en étaient imprégnés n’étaient jamais des bonnes personnes, ou encore dignes d’intérêt.

C’est pour cela qu’elle ne répondit que d’un hochement de tête lorsqu’il s’adressa à elle. Mais l’homme n’en démordait pas, il se mit à la questionner sur l’intérêt de ce lieu. Mori lui, s’était écarté. Son odorat était bien plus développé, et celle-ci devait lui brûler les babines.

« Je ne sais pas, je ne viens pas d’ici je ne suis ici que depuis quelques jours. »

Un temps de pause, elle pensait en avoir terminé, mais le jeune homme restait auprès d’elle, lui comptait bien rester là. Il avait au moins le mérite d’être à peu près poli.

« Pas de soucis. Si tu veux mon avis c’est surtout un truc d’idiot. Je suppose que ça doit donner une bénédiction ou un truc comme ça. Encore une des traditions stupides de l’Empire. »

Il pouvait s’agir d’un espion, ou un truc dans le genre, qui voulait lui tendre un piège. Mais elle ne pouvait se retenir de dire ce qu’elle pensait. Et puis il s’était présenté comme un étranger, peut-être qu’il l’était réellement. Sa méfiance commençait, en quelques jours à peine, à s’atténuer face à des inconnus.

« Moi c’est Hanaki. Et toi, c’est quoi ton nom ? »
Genin
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 16/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
120/150  (120/150)
Points de vie:
87/207  (87/207)
Points de chakra:
350/421  (350/421)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Mai - 19:48
Je détournais les yeux. La couleur vive des cheveux de la fille, avec les reflets du soleil et tout … Eh bien, en lendemain de cuite je me sentais agressée. Quelle idée aussi. A bien y réfléchir, le bleu de la fontaine, même s’il était très clair, était supportable. Le vert tendre des quelques verdures ici ou là passait bien. L’herbe c’était mignon comme coloris. Par contre le rougeoyant, c’était vraiment pas très sympathique. Si au moins j’avais eu un peu de jugeote j’aurais plutôt accosté la jolie blonde qui venait de partir. En plus quelle paire de …
Enfin bon tant pis. Hanaki avait le mérite de ne pas m’avoir envoyé boulé. Non, vraiment. Les bordels et les tavernes mises à part, en ce moment, personne ne daignait me répondre. Ah ! J’avais oublié les assassins sanguinaires, aussi. Eux ils étaient loquaces. Un peu trop d’ailleurs.

Bon pour en revenir à la fille en face de moi, j’avais du mal à la détailler tout éblouit que j’étais. Mais j’avais noté la griffe sur sa joue, et le loup qui l’accompagnait. Je n’avais pas trop fréquenté d’Inuzuka de mon temps shousanais, mais je connaissais l’idée. Il y en avait un à l’académie, dans ma promotion. Un type un peu rustre, franc du collier, voire carrément violent. Un bagarreur. Je n’aimais pas à l’époque. Mais aujourd’hui je devais bien avouer que trainer avec un type pareil m’aurait bien convenu. Une petite baston au petit déjeuner, et la fête le soir. D’enfer.
Enfin, en espérant qu’il tienne le choc plus d’une semaine. Pour la solidité des os, mes cibles favorites, c’est plutôt un Kaguya qu’il m’aurait fallu.
Bref, dans ma tête, son côté sauvage incombait totalement à sa nature d’Inuzuka, et je la plaçais d’instinct dans une case complètement cliché, ce qui me permettait de moins réfléchir et donc convenait tout à fait à mon état d’esprit actuel.

Pas du coin qu’elle me répond. Bon tant pis. De toute façon, rien qu’à voir la tête des ahuris qui nous entourent, il est facile de déduire que personne ne doit savoir d’où vient la tradition. Je murmure, étrangement sérieux, à moitié en guise de réponse, à moitié pour moi-même.

« C’est censé purifier la personne qui balance l’obole dans la fontaine. Je me demandais d’où venait la légende exactement, s’il y avait un petit quelque chose de magique, des précédents de miracles, une quelconque preuve que ça fonctionne quoi. Enfin j’imagine que c’est à peu près aussi utile qu’une amulette. Un gris-gris. Un vulgaire et stupide porte-bonheur. »

Je réalise que je réponds à ma propre question. Finalement, n’avais-je pas juste envie de parler à quelqu’un pour voir quel effet cela produirait sur la dites personne ? Avec un étrange sourire, je me dis que le numéro du touriste ne va pas fonctionner bien longtemps. Un vieil héritage que je trimballe : je ne sais pas mentir. Faut croire que le gamin naïf ne mourra jamais totalement, hein ? Sale blondinet stupide. Si je pouvais te marave, j’te jure que tu prendrais super cher. Ca me rendrait la vie beaucoup plus simple.

« Vous n’avez pas l’air de porter l’Empire dans votre cœur. »

J’osais dire quelque chose comme ça ? Vraiment ? Je vacillais un peu sur ma résolution vis-à-vis de cette nation depuis que j’étais passé dans les plaines arc-en-ciel. Ils avaient détruit mon ancien pays, mon ancienne vie, mais ils avaient bien traités les vaincus. Et ils avaient entrepris de reconstruire et d’unifier le continent tout entier. Somme toute, de ce que j’avais vu … Eh bien, peut-être que leur victoire était une bonne chose finalement. Malgré tout, je n’arrivais pas à aimer cette nation. Ou même à la tolérer totalement. En faire partie ? Cela me faisait vomir. Rien que d’y penser. Il en faudrait très peu pour que ça vire à la haine farouche. Et à peine plus pour atteindre la fureur vengeresse. On m’avait dit que Sham était mort à la guerre, j’étais venu voir si quelqu’un dans l’Empire pouvait me renseigner sur lui, et quelques autres de mes anciens camarades. Si ce que je trouvais ne me plaisait pas …

« Ahaha. Bah, en tous cas essayez de ne pas vous forcer à l’adopter. Il se pourrait bien que l’équilibre dont ils sont si fiers à Shi no kuni s’effondre brutalement très bientôt. »

D’un côté j’avais envie de trucider l’Impératrice. De l’autre, je n’avais pas envie de la rencontrer. Je n’avais pas envie de découvrir qui elle était, parce que je comprenais déjà que ma détermination flancherait si je lui laissais le temps de babiller. Parce qu’elle avait probablement partiellement raison, et rien que d’essayer de le concevoir, j’en étais malade. Je n’avais pas envie de savoir, juste de frapper quelqu’un. Trouver un nouveau responsable. Après l’Eclair Noir, après Shousan, il me fallait un nouveau punching-ball en fait. J’étais décidément bien pitoyable.

Elle me demande mon nom. Mes pensées me donnent des ailes. Je me sens à la fois invincible et dangereux. J’ai envie de me jeter d’une falaise parce que je sais que je peux y survivre, en gros. Droit vers le danger. Sans rien craindre. Je m’en fiche des conséquences. Je veux vivre avec.

« Eihiko Tsubazame. Vous pouvez m’appeler l’Eclair Blanc. Ou Mr l’Eclair Blanc, j’aime bien aussi. J’ai croisé un type à un moment qui m’a appelé Eclair Blanc-sama, près d’Ito. Je dois bien avouer que ça fait un bien fou comme surnom, à entendre. »

Je guette sa réaction du coin de l’œil, même si je fais mine de m’en ficher totalement. Faudrait pas que je sois totalement con non plus. Déjà que je l’ai dit plutôt fort, faudrait pas exclure que les problèmes se rameutent dans pas trop longtemps.

Tant mieux, j’attends que ça moi, les problèmes.

« Au fait, vous êtes venu ici pour le temple, parce que c’était calme avant que j’arrive, ou parce que c’est le seul coin vert de la cité ? »
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 346
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
30/300  (30/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 11 Mai - 18:17
Le bassin était donc réputé pour avoir des pouvoirs magiques, celui de purifier les âmes de ceux qui jetaient une pièce en son sein. Cela allait tellement bien à l’Empire songeait Hanaki. Une pièce pour se débarrasser de tous ses péchés. Ou comment se faire de l’argent facilement en extorquant les gens plus faibles d’esprit. Ou qui n’avaient plus que ça comme espoir. Cela expliquait en tout cas pourquoi il y avait un afflux de personne aussi important.

Mais le plus étrange, c’était la réaction du jeune homme. Celui-ci semblait perdu dans ses pensées. Son humeur avait très vite changé. C’était lui qui était venu aborder la jeune Inuzuka, et pourtant il semblait couper court à la conversion, comme en proie à des doutes intérieurs. Enfin, cela ne marqua pas bien longtemps Hanaki, du moment qu’il ne l’emmerdait pas trop, ça irait.

« Cela semble intéressant, du moins si on pense ne serait-ce qu’une once de seconde que jeter une pièce dans un bassin puisse avoir quelque chose de magique. Enfin, c’est une tradition comme une autre. Mais je la trouve vraiment dénué de sens. Peut-être qu’en connaissant cette soi-disant légende on comprendrait mieux les raisons qui poussent les gens à croire en ça. Si tu te rends à l’église qu’on voit là-bas je suppose que tu trouveras de quoi contenter ta curiosité. »

Elle fut interrompue par Mori qui s’affala sur elle. Il devait s’être habitué à l’odeur de l’alcool. Elle-même n’y prêtait plus réellement attention. Il semblait beaucoup plus intéressant que les ivrognes qu’elle avait pu entendre depuis sa cachette dans l’auberge de son père. Beaucoup moins agressif également.

« Quoi qu’il en soit, et qu’importe les raisons je pense que je n’arriverais pas à comprendre. Le culte du Phénix est beaucoup plus terre à terre. Il ne se base pas sur une quelconque divinité mystique apparu dont ne sait où. Il s’agit en réalité d’un oiseau millénaire, renaissant de ses cendres après sa mort. Et contrairement à cette fontaine, on trouve des exemples de miracles. Le fait que Shousan soit ressuscité de ses cendres a de nombreuses reprises par exemple. Enfin, je m’égare, je ne voudrais pas t’ennuyer. »

Le jeune homme lui semblait ailleurs de toute façon. Hanaki doutait même du fait qu’il l’ait écouté. Et à vrai dire, ce n’était pas si grave. Elle était contente de pouvoir exprimer ce qu’elle pensait. Mori était certes un compagnon plus que fidèle, il n’en était pour autant pas doté de parole, contrairement à Tak, le compagnon de Sham. L’absence de son père lui pesait. Elle avait quitté son confort pour rejoindre Taki, et elle se retrouvait désormais seule.

« Pardon ? »

La phrase du garçon la déstabilisa. Ne pas porter l’Empire dans son cœur ? Pourquoi poser une question comme ça de but en blanc ? Ils étaient au milieu de l’Empire, dans la ville abritant la quasi-totalité des shinobis. Est-ce qu’il était là pour la tester à nouveau ? Gaiden aurait-il trouvé quelque chose de compromettant sur la jeune femme et du coup il avait demandé à quelqu’un de mener l’enquête. Hanaki se crispa, Mori également. Il fallait désormais attendre, ne rien répondre, voir ce qui allait suivre.

Cependant, le sentiment de stress se dissipa rapidement. Le garçon parla d’une chute probablement rapide de l’Empire. Pour dire une chose avec autant d’assurance, et avec une telle conviction, c’est qu’il ne faisait pas partie de l’Empire. Il n’était donc pas là pour enquêter sur elle. Peut-être même faisait-il partie de l’Aile du Phénix ? Mais oui bien sûr, c’était plus que probable. Si Gaiden avait trouvé quelque chose et qu’il l’avait noté dans un dossier, un membre de l’Aile aura pu s’en emparer et partir à sa recherche. Cette odeur d’alcool, ces vêtements délabrés. Une couverture, assurément.

Il fallait de toute façon s’en assurer. Mais elle n’en eu pas le temps. Il se présenta. Eihiko Tsubazame, l’éclair blanc. Il annonçait ça comme un trophée, un prestige. Quelle prétention. En réalité, c’était plutôt quelle ignorance qu’il fallait dire. Hanaki n’avait jamais entendu ce nom, ou alors elle ne s’en rappelait pas. Pourtant, c’était le nom du héros de Shousan, qui a lui seul avait vaincu un bon nombre de soldats de l’Empire. Mais se pouvait-il qu’il s’agisse une personne aussi jeune ?

De toute façon, Hanaki n’y prêta pas plus attention que ça.

« L’Eclair Blanc. C’est un peu prétention comme surnom non ? Enfin, ce n’est que mon avis, mais je pense que les gens doivent te rire au nez quand tu te présentes à eux comme ça. Sama carrément ? Et bin, les choses sont carrément sympas avec toi. T’es quoi ? Une espèce de rockstar ou un truc dans le genre ? »

Elle étouffa un petit rire. S’il s’agissait réellement de l’Eclair Blanc, elle risquait gros. Mais comment se faisait-il alors qu’elle ne ressente aucune menace émanant de lui ? Elle n’était pas encore capable de ressentir le chakra c’est vrai, mais elle avait développé la faculté de repérer un danger potentiel, et donc indirectement le chakra. Et Mori également, pourtant il ne bronchait pas. Cet homme ne possédait donc aucune agressivité en lui ? Du moins à ce moment-là.

« Je suis là parce qu'on m'a dit que c'était là qu'il fallait aller pour passer un bon temps, assez tranquille. C'est vrai que c'est beau, mais on ne trouve pas de grand espace, du coup ça m'énerve, et je pense qu'à l'avenir je sortirai de la ville pour être tranquille. Et toi ? »

Les conversations banales l'ennuyaient. Elle avait envie de lui faire comprendre son attrait pour l'Aile. Quitte à se faire piéger.

« En tout cas, pour en revenir sur ta remarque concernant la probable chute de l’Empire.  Je te cache pas que je ne pense pas non plus que l’Empire va durer indéfiniment. D’après ce qu’en disent les rumeurs, il y a un groupe d’individus qui résistent en secret, perpétrant des attentats, sur l’impératrice en personne même ! L’Aile du Phénix ils se font appelés, se sont des anciens shinobis de Shousan n’ayant pas accepté la défaite. Et je pense qu’ils sont une réelle menace pour l’Empire, ou un véritable espoir, tout dépend du point de vue. »

Elle avait dit ces mots à voix basse, pour pas qu’on l’entende. Mais de toute façon, elle s’était mise en danger. Si c’était bel et bien un espion, elle était finie, et aurait le droit à une longue séance d’interrogatoire. Cependant, si comme elle le pensait c’était un membre de la résistance, alors dans ce cas elle se serait rapproché drastiquement de son objectif.
Genin
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 16/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
120/150  (120/150)
Points de vie:
87/207  (87/207)
Points de chakra:
350/421  (350/421)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 12 Mai - 8:45
L’Eglise pouvait me donner les précisions que je semblais si curieux d’avoir ? Oui, probablement. Mais très honnêtement, les questions qui avaient fusées quand j’avais tenté mon lancé de pièce s’étaient déjà éteintes. J’avais déjà trié tout ça. Je ne sais pas vraiment quel caprice m’avait fait venir ici : de toute évidence, ça n’avait réellement aucun intérêt.
Je commençais à vagabonder dans les horizons de mes choix douteux, et à les remettre en question, quand Hanaki amena le mythe du phénix sur le tapis. Elle en parlait avec un peu plus de respect et de fascination que lorsqu’elle parlait de l’Empire. Cette jeune femme était originaire du pays du feu, alors ?

Comme j’en venais à cette conclusion, je la détaillais un peu plus précisément que lors des dernières minutes. Parce qu’elle venait d’attirer mon attention, qui jusqu’ici partait un peu dans tous les sens, et peut-être aussi parce que j’avais fini de décuver et que je reprenais mes capacités maximales de concentration.
Elle était un peu plus jeune que moi, mais pas tellement plus. Le loup et le croc sur la joue trahissaient une probable ascendance Inuzuka. Sa silhouette et ses muscles étaient ceux de quelqu’un qui savait se débrouiller au combat. Et son chakra était en voie d’éveil. J’avais du mal à le distinguer, en fait. Je sentais bien qu’il n’était pas faible du tout, mais il était voilé, un peu comme s’il dormait. En fait, ce n'était peut-être pas une kunoichi … Peut-être une mercenaire ? Ou alors une simple civile, mais qui savait se battre.
Je me souvenais d’avoir rencontré un maitre martial dans un bled des plaines. Et même s’il n’utilisait pas une goutte de chakra, je m’étais entrainé quelques jours avec lui. Et il m’avait tenu la dragée haute sans trop de problèmes. Donc pourquoi pas, hein ?

« Je ne sais pas si le phénix est une créature mythique ou une image, mais en tous cas, je vois ce que tu veux dire. La volonté du feu, c’est quelque chose de concret. Quand on a côtoyé les gens qui la possèdent, on ne peut plus trop comprendre des légendes comme celle de cette fontaine. »

C’était assez ironique pour moi de dire ça. Maître Chô m’avait dit, la dernière fois que je l’avais vu, que j’avais perdu l’authentique volonté du feu. Mais le souvenir de celle-ci me brûlait comme une plaie ouverte.

Je me figeais en entendant la réaction de Hanaki à ma présentation pleine de ferveur et d’assurance. Limite complètement imbue de moi-même. Je m’attendais à provoquer un effet puissant sur l’assemblée, enfin elle et le canidé, voire même à l’entendre reprendre mon nom en écho, puis à voir débarquer dans la place des légions de Jounins prêts à me mettre aux fers. Enfin le grand jeu quoi. Je pensais avoir assez marqué les esprits, et être au cœur de certaines histoires de coin de taverne. Enfin bref, je pensais être devenu une sorte de faux-héros un peu mystérieux que tout le monde admirait ou haïssait, mais au moins que tout le monde connaissait. C’était un peu la seule fierté qu’il me restait encore. Avec ma force, bien sûr.
Mon expression resta incrédule quelques instants le temps que mon égo encaisse le coup, puis se laisse démolir et parte se cacher un peu plus loin. Cette étape étrangement salutaire passée je partis d’un énorme éclat de rire. Un réel fou rire. Je ne pouvais juste pas m’en empêcher.

Etrangement, contrastant avec mon apparence, c’était un rire étonnement cristallin. J’avais la mine plutôt sombre et le corps d’un combattant, mais le rire d’un gamin. Enfin presque d’une gamine, mais bon passons.
Je levais la tête vers le ciel en essayant d’articuler, et de cesser de m’esclaffer.

« Tu vois ça Sham ? Je suis sûr que tu te moquerais de moi si tu pouvais voir ça ! Ahaha … »

« Oui tu as raison Hanaki, c’est un peu prétentieux. Je garderais ça de côté alors ! Mettons juste que je m’appelle Eihiko. »


Je n’arrivais pas à m’expliquer pourquoi la situation m’enjaillait autant. Elle aurait probablement dû me vexer … Mais non, c’était rafraîchissant.
Et étrangement, alors que je commençais à avoir soif, il ne me vint pas à l’esprit d’aller m’ouvrir une bouteille de saké. Oh, ça ne durerait probablement pas très longtemps. Mais en attendant …

Ma silhouette se floua quelques secondes. Je n’avais pas vraiment disparut, ou réapparut. On pouvait croire à un simple jeu de lumière. Mais le résultat était là : j’avais deux bouteilles de soda en main. J’en tendis une à la jeune femme.

« Cadeau, ça fait longtemps que j’avais pas rigolé comme ça. »

Alors que je m’enfile la moitié de la bouteille, Hanaki se met à me parler de l’Aile du phénix. Elle a l’air de mal interpréter mes paroles, tiens …

« Je ne sais pas. C’est juste des terroristes non ? En tous cas, y’a pas de volonté du feu là-dedans. Les dégâts collatéraux, peu importe la noblesse de la cause, ce n’est pas digne d’un shinobi de Shousan. Et puis si tu veux mon avis, même si leur méthode fonctionne, j’espère que l’Empire ne tombera pas de cette manière. La seule véritable façon de vaincre un adversaire … »

Je frappais l’air devant moi du poing, d’un geste plein de maitrise et de force. Enfin, c’était l’apparence que je voulais lui donner.

« … C’est un assaut frontal ! »

« Ou au moins en le combattant. Tiens d’ailleurs, tu as déjà rencontré l’Impératrice, et ses gardes du corps, tout ça ? Je voudrais bien savoir s’ils valent la peine d’être combattus ou si c’est la seule qui en a dans le ventre. »

Soudain je réalise quelque chose d’essentiel. Non, ce n'est pas que je fais trop de bruit. Ca je ne l'ai pas encore compris.

« Ah mais attends. C’est peut-être pas à moi de faire ça. Tu veux que je te laisse quelques mois pour voir si tu peux faire ça toi-même ? Parce que bon j’ai un peu d’avance, mais si tu veux aller détruire l’Empire toi-même, je te laisse essayer avant d’y aller ! »
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 346
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
30/300  (30/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 15 Mai - 18:41
Pendant un court instant, tellement court que si Hanaki n’avait pas été habituée à la chasse, à rester concentrée en tout instant elle n’aurait rien remarqué, l’atmosphère changea. Eihiko, qui jusqu’alors manifestement ne présentait aucun danger, fit quelque chose. Impossible de savoir quoi. Mais son aura, elle avait pris une toute autre ampleur. Hanaki eu instinctivement un mouvement de recul, de même que Mori qui avait vu ses poils se hérisser.

Cette sensation était caractéristique d’un prédateur sachant camoufler toute présence afin de mieux fondre sur sa proie. Eihiko cachait un potentiel bien plus grand que Sham, ou encore de Gaiden, qui pourtant avaient tous deux rendus la jeune Inuzuka craintive.

Mais cette sensation ne dura pas, à peine une demi-seconde, qui avait suffi à mettre mal à l’aise les deux compagnons. Tout était revenu à la normale, et Eihiko l’être inoffensif qu’il semblait être. Il ne semblait ne pas avoir bouger, pourtant, il tenait désormais dans ses mains deux bouteilles de soda. Comment avait-il fait ça ? En l’analysant, Hanaki se rendit compte qu’il n’avait eu aucun moyen de les cacher quelque part, il n’avait ni poche, ni sac, ni vêtements assez larges pour les camoufler. Et quel aurait été l’intérêt de le faire de toute façon ?

Non, il s’était déplacer. Il y avait un stand non loin vendant des boissons et de la nourriture. C’était à quoi, cent mètre environ à vue d’œil. Mais tout s’était déroulé si vite. Une vitesse hors du commun ? Non, elle n’avait jamais rien vu de tel, même dans le monde animal, et pourtant de nombreux animaux étaient réputés pour être bien plus rapide.

Le chakra. C’était la solution. Elle n’avait pas l’habitude encore de se référer à cette nouvelle forme d’énergie, aussi merveilleuse qu’elle pouvait être. Le chakra pouvait créer des éléments, soigner, peut être pouvait-il également augmenter sa vitesse. Cela expliquait en plus le fait qu’Eihiko soit devenu si menaçant aussi vite. Il avait libéré une grande quantité de chakra pour se déplacer à la vitesse de la lumière.

« Dis-moi, tu viens de te déplacer là. Il est évident que tu n’avais pas de boissons sur toi et ce marchand là-bas en vend. Je suis quasiment sûre que si je vais là-bas je trouve la même marque de boisson. Comment as-tu fait ? Tu as utilisé du chakra c’est ça ? C’est pour cela qu’on t’appellerait l’Eclair Blanc ? »

C’était étonnant, vraiment. Si bien qu’elle en aurait presque oublié la phrase prononcée juste avant sa téléportation. Il avait évoqué le nom de Sham. Encore une fois, cela perturba Hanaki. S’agissait-il du même que celui chez qui elle avait dormi pas plus tard que deux jours plus tôt ? Qui était membre de la même équipe qu’elle ? Si c’était bel et bien le cas, alors le monde serait tout petit. Elle ne pouvait dire si c’était un prénom courant ou non, et elle n’avait aucune idée de son nom.

Mais tout cela faisait beaucoup trop de coïncidence. Tout portait à croire que c’était un moyen d’obtenir des informations sur elle et sur son équipier. Mais elle en avait déjà bien trop dit. Au simple fait de bafouer la culture de l’Empire et de mentionner l’Aile du Phénix elle aurait pu se faire emprisonner sans procès et torturé. C’était ce qui arrivait à ceux qui s’opposaient à l’Empire d’après son père.

Mais l’important était-il d’en avoir le cœur net ? Oui, assurément, au pire, si elle avouait en effet connaître Sham qu’est-ce que ça changerait ? Absolument rien, de toute façon cette information était connue de l’Empire de par leur présence dans la même équipe. Elle réflechissait beaucoup trop.

« Quand tu évoques le nom de Sham ça me fait penser à un équipier à moi qui a le même prénom. Il est assez jeune, je dirais environ 14 ans, très sympathique, altruiste. Il a plein de tatouages sur le corps, avec même un bras bandé. Il se ballade toujours avec un renard noir avec 9 queues sur sa tête, Tak il s’appelle. Si c’est le même ce serait vraiment drôle ! »

Cela ne l’étonnerait pas au final s’il se connaissait. Il s’agissait du même genre de personnage. Les deux garçons étaient tous deux sympathiques, avec de la parlote. De plus, malgré le fait qu’on ne juge pas sur les apparences, ils étaient tous les deux en sale état : des habits complètements délabrés. Et dernier point, ils avaient tous deux une espèce d’addiction. Sham ne pouvait s’empêcher de fumer à longueur de journée, malgré son jeune âge. Eihiko lui, semblait tout de même attiré par la boisson, vu comme l’odeur était marquée sur lui. Restait la différence d’âge. Des frères peut-être ? Pas impossible, même si physiquement ce n’était pas tout à fait ça.

La conversation dériva à nouveau sur l’Aile du Phénix. Eihiko semblait certes très remonté contre l’Empire, comme en témoignait ses mots, allez lui-même tuer l’Impératrice. Il ne devrait pas parler aussi fort de ces choses, il risquait d’être capturé. En même temps, s’il était capable de se déplacer aussi vite, ce ne devait pas être un problème pour lui de s’échapper.

Non, pour lui le problème était la méthode de l’Aile. Les attaques cachées, par surprise, le terrorisme. Il trouvait ça terriblement lâche, et inutile de surcroit. Peut-être avait-il raison. Ils mettaient en jeu la vie d’innocents. Mais cela passait bien plus au-dessus que de vivre sous le joug de l’oppresseur non ? Mais c’était vrai qu’il risquait d’y avoir des enfants de blessés, des personnes encore pures et innocentes. Sans parler d’éventuels soutiens à Shousan qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Mais non, cela ne devait pas empêcher cette cause noble.

« Il est clair que c’est plus louable de se confronter à l’ennemi. Mais comme dans la chasse, si ta proie est trop forte pour toi et que tu sais que tu ne pourras pas t’en tirer sans de lourds dégâts, tu dois adapter ta stratégie. Le mouvement de résistance n’est pas encore très développé à en croire les rumeurs. Ne perdre ne serait-ce qu’un membre pourrait marquer sa fin. Et la garde de l’Impératrice doit être plus que consistante. »

« Non, je pense que leur méthode est la bonne. Avec leurs attaques, ils affaiblissent peu à peu l’Empire. Il faut qu’ils attaquent les stocks de nourriture, d’armement. Ce n’est pas une simple vengeance, c’est une véritable volonté de renverser une nation dominant tout le continent. Même en admettant qu’ils arrivent à atteindre l’Impératrice, quelqu’un prendrait sa place. »

« Il faut attaquer le système en profondeur, le modifier, le faire s’effondrer par la base. Si les gens continuent de penser que l’Impératrice veut leur bien, alors la tuer ne fera d’eux que des assassins, des parias. Tandis que si le peuple ne la soutien plus, alors ils n’auront aucun mal à rétablir Shousan, ses idéaux et leurs convictions. »

« Il s’agit d’un sacrifice de nombreuses personnes, j’en suis consciente. Mais d’un sacrifice nécessaire. C’est pourquoi malgré ta proposition de me laisser m’occuper de l’Impératrice, je t’en prie, vas-y. Si tu en es capable. Moi, je ne pense pas que ce soit la bonne solution. »

Genin
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 16/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
120/150  (120/150)
Points de vie:
87/207  (87/207)
Points de chakra:
350/421  (350/421)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Mai - 22:46
Je souriais de toutes mes dents. Le petit numéro de l’Eclair Blanc avait produit son effet. Même si je n’étais plus le gamin d’autrefois, j’aimais toujours la sensation de la technique de la vitesse lumière. La sensation, et le regard des autres. Des bouffées d’orgueil me transperçaient le corps quand je sentais l’effet produit sur mon entourage.
J’avais raison sur un point : c’était bien une kunoichi. Elle n’avait pas réussi à suivre mon mouvement, mais elle raisonnait comme quelqu’un qui savait de quoi il retournait. Une débutante sans doute, car elle semblait à peine familiarisée avec le terme de chakra.
Avec un sourire joueur, j’entonnais :

« Du chakra, oui. Mais pas n’importe lequel ! Mon chakra est du genre unique. Et pour te répondre, oui, c’est de là que vient mon surnom de l’Eclair Blanc. »

Je disparais. Je réapparais derrière elle.

« Parce que … »

Je suis de nouveau devant elle.

« … j’arpente le monde de la vitesse-lumière ! »

Une douleur violente me déboite l’estomac. Je grimace mais je me contiens histoire de ne pas trop le montrer. En principe j’ai besoin de quelques secondes de récupération entre chaque utilisation de la vitesse-lumière. La douleur causée quand je ne le respecte pas … Eh bien disons qu’au milieu d’un combat, être paralysé et groggy quelques secondes m’aurait coûté la vie. Mais bon, j’étais prêt à prendre le risque pour frimer un peu.

Alors que je relève la tête, Hanaki évoque le nom de Sham. Quelqu’un qui ressemblerait beaucoup à lui serait son équipier. Au début, je ne prête pas trop attention à cette coïncidence. Ce n’était pas un nom très répandu, mais pourquoi pas un deuxième ? En plus au fur et à mesure qu’elle parlait, les différences me sautaient aux yeux.
Quand j’entends le nom de Tak je me fige, mon regard vrillé dans le sien. Le bleu terne qui les assombrissait vient littéralement de se briser alors que je prends pleine mesure de la situation. Sham est en vie. Bon il a changé. Mais c’est pas étonnant. Non, c’est même pas important pour l’instant. Que dois-je faire ? Quelle est la meilleure décision ? Je sens une énergie nouvelle pulser dans tout mon corps. D’ailleurs, les rayons du soleil traduisent le phénomène. Ils dévient de leur trajectoire pour se river sur moi. C’est subtil, mais un observateur attentif, ou proche, peut distinguer clairement ce qu’il se passe. Ma peau rougit légèrement. Les émotions prennent le dessus sur mon contrôle, mon chakra fluctue étrangement.
Je serre le poing, un sourire heureux sur le visage.

« Alors Sham est en vie … »

Je sentis un poids s’envoler. Un poids très lourd. Mon abandon ne lui avait pas coûté la vie. Mon pote était bel et bien de ce monde, vivant. Il avait dû en voir de belles, et il en avait oublié de grandir le con. Mais il était en vie. Même Tak était encore là. C’était une nouvelle excellente. J’allais peut-être pouvoir redevenir un …
Mon poing se desserre lentement. Si je le revoyais, qu’est-ce qu’il verrait au juste ? Un alcoolique qui avait commis des actes abominables. J’avais tué mon père. Des soldats, aussi. Cette Anbu qui m’avait approchée, ma folie l’avait éparpillée en morceaux. J’avais pactisé avec les Onis. Il fallait que Sham reste loin de moi. Ce pacte avait scellé à tout jamais toute possibilité de redevenir quoi que ce soit. La quête de puissance pour démolir l’Eclair Noir m’avait détruit avec lui. Je n’étais plus Eihiko. Même pas l’Eclair Blanc.
Et serais-je capable de regarder Sham dans les yeux, moi qui avait abandonné Shousan à son sort ? Toutes les justifications du monde ne pouvaient me faire oublier que lui aussi, je l’avais abandonné, en commettant cet acte. Je lève les yeux vers la jeune femme.

« Merci. Tu pourrais ne pas lui dire que tu m’as rencontré ? Ca … lui fera plus de mal que de bien, je pense. T’as l’air de bien t’entendre avec Tak et lui. Il a pas besoin de savoir que je suis vivant. »

J’étais dans un espèce d’état intermédiaire quand Hanaki revint sur l’Aile du phénix. Elle semblait accrochée à l’idée qu’elle se faisait d’eux. Mais je n’arrivais pas à les voir autrement que comme des terroristes. Moi aussi j'avais commis des atrocités au nom d’une grande cause, comme elle disait. Ce que j’en ressentais ? Ce n’était pas du tout de la fierté. Devant le fait accompli, je ne pouvais que constater les dégâts.

« Alors pour montrer au monde la cruauté de l’Impératrice, il faut commettre des atrocités alors qu’elle est en train de se montrer comme quelqu’un de bien aux yeux de tous ? Leurs méthodes sont kamikazes. Ils vont droit dans le mur. Leurs actes sont juste désespérés, ils veulent renverser l’Empire, mais ils n’en ont rien à faire de ce qui sera pris dans leur sillage. Même s’ils arrivaient au bout et qu’ils réussissaient, à ton avis, qu’est-ce qu’il restera derrière eux ? Des cendres. Et des pleurs, partout. Ils auront leur vengeance, mais elle sera létale pour tout le monde. Ils ne rebâtiront jamais Shousan en transgressant toutes ses valeurs fondatrices. »

« J…J’en sais quelque chose. Moi aussi j’ai transgressé ces valeurs. Et tu sais quoi ? Aujourd’hui je suis un alcoolique qui ne contrôle même plus sa force. Un pauvre type. Pour faire renaitre le phénix, il faut le feu sacré. Si on l’abandonne en cours de route, à quoi bon se rendre sur son autel ? Ca n’a aucun sens. »

« Je crois même que … C’est dur à dire pour moi parce que j’ai vécu la guerre, et j’ai vu l’Empire en action. Mais l’Impératrice n’a jamais trahit les discours qu’elle tient. Tu sais quoi ? Si je devais détruire l’Empire je commencerais par la confronter elle. Lui parler, l’affronter. Quand on a un ennemi aussi fort, il faut lui laisser sa chance de s’expliquer. Un procès équitable. Parce qu’au fond peut-être que l’image de Shousan nous aveugle. Il n’était pas aussi parfait qu’on l’imagine, terre natale ou pas. Si ca se trouve, caché derrière toutes les magouilles et les immondices de la guerre, pourquoi n’aurait-elle pas raison ? Ou en tous cas pourquoi ce serait Shousan qui aurait raison ? Je ne pense pas que ce soir noir et blanc. Et ça l’Aile n’en fait aucun cas. Tout ce que je sais pour le moment, c’est que l’Aile fait exploser des bombes et tue des gens. Alors que l’Impératrice tente de distribuer de l’espoir. »

« Je sais, ça n’a aucun sens. C’est pour ça que je veux la frapper. Si on frappe quelqu’un suffisamment fort, de front, alors il n’y a pas de détours. Comme je te l’ai dit, la vérité, la vraie voie, pour combattre son ennemi, c’est un coup de poing dans la gueule. »


Que de paroles. Compliquées en plus. Tout ça pour en venir à une conclusion simple et claire.

« Enfin, je ne les connais pas plus que ça. Mais juste pour dire … Enfin, t’as l’air d’être quelqu’un de sympathique. Je ne te vois clairement pas en terroriste. Te perds pas dans une quête insensée. Shousan ne renaitra pas dans le sang. Tu sais ce que mon grand-père disait ? »

Je frappe sur ma poitrine.

« Shousan ne mourra jamais si l’esprit du feu existe encore dans le cœur de quelqu’un. »

J’étais vraiment mal à l’aise. J’exprimais carrément ce que je pensais sans aucune forme de détours, malgré tout … Eh bien, je me sentais différent du rôle que j’endossais à l’heure actuelle. Moralisateur ? Même pas vraiment. Plutôt celui d’un guide. Tout ce que j’étais, c’était un humain découpé en morceaux. Et le gardien du monde Yokaï. Rien de plus. Un gardien qui était extérieur à l’humanité, mais si j’étais cette personne … alors je pouvais encore la protéger. L’humanité. Être un héros de l’ombre. Moi qui avait tant rêvé d’être un héros de lumière, quelle ironie.
Et quelle ironie encore. Je tentais de faire comprendre à Hanaki que tout n’était pas noir ou blanc, mais mon raisonnement sur moi-même était uniquement en noir et blanc. Pas de couleurs, pas de gris … J’étais à la fois pertinent, et pitoyable. Je m’insupportais en somme.

« C’est peut-être pas à moi de te dire ça remarque. Trouves ces meurtriers si tu veux, et deviens-en une si tu penses qu’une cause justifie tout, et que Shousan mérite qu’on tue des innocents en son nom. Tu as peut-être raison, ma méthode n’est pas la bonne mais … »

Je frappe mon poing contre ma paume.

« … moi je crois fermement en elle. Je suis prêt à mettre mon âme en jeu pour la défendre. Car quand je regarderais en arrière, je n’aurais aucun regret. Si Sham est en vie, il faut que je sache qui est l’Impératrice et si ce monde est celui qu’il mérite. Je l’ai trahi une fois, je ne le laisserais plus jamais tomber. »
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 346
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
30/300  (30/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Mai - 13:54
Ce chakra était tout simplement prodigieux. Après avoir confirmé à Hanaki qu’il se servait bien du chakra pour se déplacer aussi vite que la lumière, il ajouta que cela était dû à un chakra spécial, unique. Ce n’était donc pas à la portée de tous de réaliser une telle prouesse. Et cela confirmait également que Hanaki n’avait pas pu déceler sa puissance aux premiers abords. Elle n’était pas habituée à être confrontée à cela, et donc ne savait le jauger.

Il fit ensuite une démonstration à la kunoichi. Passant de devant à derrière elle, tout en continuant sa phrase. Il n’y a aucune coupure entre ses mots, aucune hachure. Il se déplaçait donc plus vite que le son, qui n’avait pas pu se déformer. C’était impressionnant.

Impressionnant, mais surtout dangereux, c’était le premier adjectif qui venait pour Hanaki. Quelqu’un qu’on ne pouvait ni voir, ni sentir, ni entendre arriver. Une personne qu’il était quasiment impossible à tracer tant son pas devais être léger sur le sol, ne créant pas la moindre piste.

« C’est impressionnant. Mais tu devrais t’en servir pour aller attraper quelques vêtements non ? En tout cas c’est la première chose que je ferais, vu comme on est habillés. »

Un petit rire moqueur. Elle savait qu’elle ne risquait rien, elle se permettait donc ce genre de fantaisie. Mais le message qu’elle voulait faire passer était ne serait-ce que plus profond que ça. Pourquoi être dans un état si lamentable alors qu’il était possible de faire de grands choses ? Pas forcément uniquement pour soit, mais mettre son talent au service d’une cause plus juste. La reconstruction de Shousan par exemple.

Mais elle n’insista pas outre mesure.

De toute façon, Eihiko avait désormais l’air ailleurs. Juste après, elle avait parlé de Sham. Elle ne s’était pas trompé, ils se connaissaient tous les deux. Et même très bien. Le visage d’Eihiko s’était transformé. C’était presque imperceptible, mais pour un œil exercé comme celui de Hanaki, cela ne lui avait pas échappé. Du soulagement dans un premier temps, oui c’était ça. Il se transforma rapidement en joie, pour se muer en doute, en peine. Si bien que la jeune Inuzuka en fut presque émue.

Devait-elle lui annoncer pour Sham ? Le fait qu’il est frôlé la mort pendant l’entraînement, qu’il se soit retrouvé dans le coma. Il était maintenant réveillé, cela n’avait pas duré longtemps, mais les séquelles sur son corps… Même les médecins n’étaient pas en mesure de se prononcer quant à une totale guérison.

Non, Eihiko la somma de ne pas parler à Sham de sa présence, elle se tairait donc. S’il voulait le rencontrer, alors il lui poserait la question. Mais elle ne devait pas prendre d’initiative.

« Je.. Je comprends il n’y a pas de problème. »

Elle avait envie de savoir ce qu’il s’était passé entre eux. Pourquoi cet homme, manifestement très pur, ne voulait pas revoir Sham. Une histoire de trahison ? C’était le plus probable, c’est lui qui avait honte envers Sham, il devait l’avoir déçu d’une quelconque manière. Mais elle n’osa pas aborder le sujet plus longtemps. Le sujet fut clos.

J’enchainais très vite sur l’Aile du Phénix, et la réponse ne se fit pas attendre. Une réponse difficile à qualifier. D’un côté, il condamnait ardemment les méthodes de l’Aile du Phénix, de l’autre il vouait vraiment une haine sans fin à l’Empire.

C’était beau. Un discours d’une éloquence formidable, alternant entre crainte, désir et haine. Le discours d’un homme ayant tout donné à une cause, qui l’avait anéanti. C’était comme ça que Hanaki voyait désormais Eihiko. Cela ne faisait plus aucun doute, il avait dû combattre aux couleurs de Shousan pendant la grande guerre shinobi. Il avait le discours d’un homme ayant lutté de toute ses forces, ayant sacrifié ses valeurs pour son village. Mais qui avait été rattrapé, désabusé, par la triste réalité.

Son discours eut le mérite de faire réfléchir Hanaki. Avait-il raison ? Bien entendu. Les dommages collatéraux était quelque chose qui ne devait pas se produire. Mais elle ne pouvait s’empêcher de penser que c’était la seule solution.

Malgré cela, la conviction qu’Eihiko mettait dans ses propos faisait vaciller la jeune femme sur ses positions. La volonté du Feu. Est-ce que les membres l’avaient-ils ? Elle ne pouvait pas le savoir. Par contre, ce garçon, cela ne faisait aucun doute. Son être brûlait, réclamait vengeance, mais ne pouvait se défiler face à son devoir, au respect de ses valeurs.

« Tu n’es qu’un hypocrite. Tu t’es toi-même avoué être un alcoolique. Et pourtant tu oses me faire la morale alors que tu ne fais rien, à part détruire ta vie, ronger par les remords. Ce n’est pas comme ça que ça marche. La volonté du Feu, telle que tu la si précisément décrite, tu l’as en toi. Rien qu’à t’écouter, on a envie de rejoindre ta lutte. »

« Et pourtant qu’est-ce que tu fais ? Rien. Tu préfères te couvrir dans tes erreurs du passé, qui te donnent un prétexte pour ne pas agir. Je n’appelle pas ça représenter les valeurs de Shousan. Alors que si tu veux tout savoir, je n’y ai jamais mis les pieds. Et pourtant les valeurs de ce village, je les ai ancrées au plus profond de moi. »

« Alors peut-être que les méthodes de l’Aile ne sont pas bonnes, mais ils ont le mérite d’agir plutôt que de rester les bras croiser à songer à ce qu’il devrait fait. »


Elle se releva, et sa main partie en direction d’Eihiko, pour finir sa course, écrasée contre la joue de celui-ci.

« Je ne sais pas ce qu’il s’est passé avec Sham, et je m’en fou. Le fait est que si tu veux raviver cette volonté du feu, tu ne dois pas le laisser tomber. Si c’est tout ce qu’il représente pour toi, alors rends toi à ses côtés, plutôt que de le laisser tomber. »

Sa voix se calma, et pris un ton plus grave.

« Il y a eu un incident pendant l’entraînement. Sham était dans le coma. Il est réveillé, mais toujours à l’hôpital. Je pense que c’est l’occasion de t’y rendre, et de prouver à toi-même que tu as toujours enfoui en toi les valeurs que tu défends. »
Genin
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 16/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
120/150  (120/150)
Points de vie:
87/207  (87/207)
Points de chakra:
350/421  (350/421)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai - 17:07
Des … Vêtements ? Certes je n’avais plus vraiment fière allure, mais j’étais tout de même pas sapé avec des loques. Elle exagérait un peu. Disons qu’ils auraient bien besoin d’une petite trempette, mais qu’au moins ils n’étaient pas passés de mode. Enfin pas trop. Certes, il faisait plus adolescent que vétéran de guerre. Mais bon, on ne peut pas tout avoir.

Enfin, je n’eus pas vraiment le loisir de me concentrer sur nos tuniques respectives, même si je trouvais quand même la sienne un peu moins civilisée que la mienne. Le sujet qui fâche était de retour : l’Aile du phénix. Ces imposteurs.

« C’est toujours la même chose. Partout où il y a des causes justes, du mérite, tout ce que tu veux, les soit disant héros ne sèment finalement que carnage et désolation. Tu sais comment j’ai vaincu l’Eclair Noir ? Comment je suis devenu un héros ? En le tuant. Par le meurtre. Ne mélange pas l’esprit du feu et le Shousan de juste avant et de pendant la guerre. Ils n’ont rien à voir. Il y avait des tas de gens biens à Shousan. Il n’empêche que j’en ai découvert de belles en revenant là-bas. Le héros meurtrier d’un village de meurtriers. Shousan ne valait pas mieux que l’Empire. La seule différence, c’est que les gens qui m’étaient chers et que Shousan n’avait pas envoyé à la mort, ils étaient au pays du feu et pas à Shi no kuni. Finalement, s’ils étaient dans l’Empire, les choses auraient été différentes. L’esprit du feu, je l’avais, ouais. Et en cherchant à l’honorer, je l’ai perdu. Et ça, c’est pas la faute de l’Empire. »

Non, mais est-ce que je croyais au moins ce que je disais ? Ouais, je pense que ouais. Hanaki m’avait lancé sans le vouloir dans un débat que je fuyais depuis des semaines, en le noyant dans le rhum. Enfin le rhum. Et d’autres, hein. On n’a pas toujours les moyens du luxe. Ou l’envie d’aller chouraver quelques bouteilles à un honnête commerçant.

La main d’Hanaki partit au ralenti. Mais je n’eus même pas le cœur à l’éviter. Elle claqua, mais je n’y étais pas vraiment. Les paroles qu’elle prononça ensuite … Sham était à l’hôpital. Mais il était hors de danger non ? Le rencontrer … Maintenant ? Se prouver à soi-même que je possédais encore les valeurs que je défendais ?

** Un véritable héros ne devrait pas ressentir de culpabilité. Parce que s’il a tout donné, et qu’il a fait ce qui était juste, il n’y a rien à regretter. C’était le nindô de ma mère … **

« Pourquoi le feu doit-il brûler dans son sillage ? Ne peut-il pas juste éclairer et réchauffer les hommes ? »

Encore imbibé ? Non, pas du tout. Mais qui pouvait priver un jeune homme égaré d’un peu de poésie ? Non, ne répondez pas. Ca ne se reproduira pas de sitôt, ne vous en faites pas.

« J’ai rencontré une kunoichi de l’Aile du phénix la semaine dernière. Elle m’a dit que j’étais un dégonflé, un raté, et j’en passe. Mais tu sais ce qu’elle m’a répondu quand je lui ai demandé combien d’enfants et d’innocents étaient déjà morts par leur faute ? Combien allaient encore mourir dans le futur ? Que c’était une cause juste. Tant mieux qu’elle soit venu me demander de participer à leur croisade à la con : sinon il y en aurait une meurtrière folle à lier de plus au monde à l’heure actuelle. »

Je me sentis tourner de l’œil. J’étais vraiment mal. Le souvenir de cette nuit était atroce. J’étais ivre, et j’allais perdre le combat … Alors j’avais fait la seule chose qui pouvait m’empêcher de mourir par instinct de survie : j’avais utilisé le pouvoir des onis. Je m’étais réveillé au milieu d’une véritable boucherie. Le seul souvenir me donnait des nausées. Des vertiges. Je ne savais plus trop où j’étais, ni ce que je venais de dire. La seule chose qui me restait en mémoire ? Que la vie d’innocents n’avait aucune importance. Cette parole qui avait été prononcée. Enfin pas vraiment, mais c’était ce que j’en avais retenu à cet instant précis. Je regarde autour de moi, le regard perdu, mais vif. Une certaine folie semblait s’être emparée de moi.

Je disparais de devant Hanaki. Et je réapparais. J’ai les cheveux d’une gamine dans la main. Elle est en train de crier, de pleurer, tout ce que vous voulez. Je m’en fiche, j’ai comme des bouchons dans les oreilles. Elles vibrent si forts que je n’entends presque plus rien. Le monde entier semble atténué, et tous ses bruits ne sont que de vagues chuchotis. Je soulève la gamine, et je déploie les griffes cachés dans le gantelet à ma main gauche. Peu importe qu’Hanaki choisisse ou non de bouger, de toute manière, elle a déjà eu la preuve que si j’en avais envie, je serais parti et la gamine morte avant qu’elle ne réussisse à m’arrêter.
J’entends vaguement un cri d’horreur un peu plus loin. Une femme implore la vie sauve de son enfant. Voilà. Voilà, je le sens monter, maintenant. L’horreur. C’était cette sensation qui m’avait submergé pendant les années de guerre. La pure et simple horreur, l’effroi, la panique même. Plus rien n’avait de sens à l’instant présent, et la seule victorieuse c’était la violence. Elle, elle se faisait un sacré repas.

« Désolé gamine, mais tu fais partie de l’Empire. Apparemment, vous devez tous mourir au nom de Shousan. Enfin, c’est ce que dit l’Aile du phénix … J’espère que tu comprends. »

« Lâ-Lâchez-moi … Snif … A l’aide … »

« Ouais. T’as de la chance que ce soit moi. Parce que si c’était l’Aile du phénix, ils n’auraient pas pris le temps de te regarder. Tu serais juste morte parce que tu étais au mauvais endroit. »

Je la pose et je la pousse. Elle manque de se vautrer, mais elle titube jusqu’à sa mère. Je sens plusieurs sources de chakra plutôt puissantes qui accourent de six directions différentes, maintenant. Et je ne vous parle même pas de celles que je ne ressens pas ! Parce que précisément, je ne suis pas capable de ressentir grand-chose.

« Si tu sens que tu possèdes la volonté du feu, Hanaki, c’est peut-être justement parce que tu n’as jamais mis les pieds à Shousan. »

Ils se rapprochent, je n’ai plus le temps. Il faut que je me tire. En fait, sans la technique de la vitesse-lumière je n’ai même aucune chance de partir. Et même avec ce sera compliqué. Je ne suis pas vraiment habile pour dissimuler ma force. Qu’est-ce que je peux faire alors ? J’ai bien une solution : vider mon chakra et me remplir de chakra Yokaï. Le chakra Yokaï est différent du chakra humain, et surtout du mien. Oui, je peux faire ça une fois que j’aurais pris un peu de distance … Ils ne pourront peut-être pas me suivre. Ou ça me laisser au moins juste assez de temps pour me barrer pour de bon.
Bon, maintenant en tous cas c’était mort. Quand les spectateurs auraient vu ma technique, leur témoignage indiquerait aux autorités qui j’étais. Avec la mort de l’autre pouffiasse et cette scène à crever le cœur, j’allais être fiché dans le Bingo Book et traqué comme un criminel.

Je jette un regard à Hanaki, et je cours vers une ruelle. J’en ai encore pour cinq secondes … Ca y est ! J’utilise à nouveau la vitesse-lumière, et je me disparais totalement cette fois. Enfin, du champ de vision.

Qu’est-ce que j’ai prouvé au juste, à part que j’étais devenu complètement mauvais, aujourd’hui ? Je sais pas trop, mais je n’arrive pas vraiment à savoir contre qui diriger ma colère de toute manière. Shousan et ses secrets qui avaient tués ma mère sans jamais l’assumer ? La guerre ? L’Aile du phénix ? L’Empire ? Le monde entier ? Quelle importance au fond. L’habit de meurtrier psychopathe semblait de plus en plus aller à merveille avec mes actes … Je repense à Sham, à l’hôpital. Aller le voir hein ? Ca n’avait aucun sens. Comment je pourrais assumer ce que j’ai fait et ce que je viens de faire s’il me regarde dans les yeux ? Je vais juste lui faire une fausse joie pas croyable s’il s’imagine que son ami est encore vivant …
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 346
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
30/300  (30/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Mai - 20:35

Juunin de l'Empire


Le groupe mené par Gaden arriva malheureusement trop tard, l'individu qui se trouvait un rien plus tôt ici s'était totalement volatilisé. Il ne restait plus qu'une jeune fille qu'il avait déjà rencontré. Il plongea son regard dans le sien, on pouvait clairement voir sur son visage le mécontentement. Il se tourna vers d'autre shinobi et beugla des ordres, tous tournaient autour du même sujet, retrouver celui qui se tenait en compagnie de l'adolescente. Il pensa tout de même à en envoyer un vers la mère et la fille qui étaient tout simplement terrorisée.

Bien sûr Hanaki et Mori furent rapidement encerclé, ne lui laissant aucune chance de s'échapper. Ils étaient une bonne dizaine sans compter Gaden, quatre pour s'occuper de la gamine et de son loup,  un pour les civiles et le reste aux trousses de l'autre crapule. L'Uchiwa se tourna vers la jeune fille.

« Il me semble que l'on se connaît déjà Hanaki. Il ne t'aura pas fallu longtemps pour te retrouver dans une histoire plutôt louche.»

* J'aurais peut-être dû directement l'envoyer en prison cette gamine pour ses penchants pour l'Aile. Si jamais elle était en compagnie de l'Aile ça pourrait peut-être nous être bénéfique. *

Il se tourna vers les shinobis entourant Hanaki.

« On embarque ces deux-là, en douceur tout de même on n'est encore certain de rien. Mais le premier qui les laisse filer aura affaire à moi.»

Gaden se retourna vers l'homme qui s'occupait des civiles, ils bondirent tous deux vers l'un des toits à la recherche de cet individu qui avait accompagné Hanaki quelques minutes auparavant. Il se maudissait de ne pas avoir pu intervenir avant.

L'une des femmes entourant Hanaki s'écarta, activa son Byakugan à la recherche de trace de chakra dans le domaine. Elle aurait pu être également utile sur la poursuite mais Gaden préférait s'assurer d'avoir quelque chose sous la dent plutôt que de peut-être se retrouver les mains vide.
Anbu
avatar
Messages : 257
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 21 Mai - 20:57
Genin
avatar
Messages : 125
Date d'inscription : 16/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
120/150  (120/150)
Points de vie:
87/207  (87/207)
Points de chakra:
350/421  (350/421)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Mai - 15:08
17xp à vous deux, j'ai vraiment bien aimé vous lire! barème: rp courant
Anbu
avatar
Messages : 257
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Nord – La grande Cascade
-