AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Vieille bibliothèques - Folklore/Mythes/Autres ouvrages historiques

 :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Ouest – Loisirs et commerces
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 28 Fév - 0:05
La vieille bibliothèque du pays de la cascade. La capitale impériale y avait regroupé tous les ouvrages anciens qu’ils avaient jugés non-nécessaires à sa cousine de la capitale. Et que les églises des Cinq n’avaient pas voulues conserver jalousement. En somme, il y avait ici des ouvrages historiques, mythologiques, théoriques, et pseudo-scientifiques. Beaucoup d’ésotérisme aussi. Ce qui ne servait pas pour les intellectuels de la capitale, mais qui n’intéressait que les vieux passionnés d’anciennetés comme Shura ; c’était l’un des rares lieux où il se sentait d’un calme olympien.
Les deux statues en granit qui cernaient les escaliers à l’entrée de ce vieux bâtiment semblaient avoir un réel pouvoir. Lorsqu’il les gravissait, et passait entre elles, les deux lions endormis absorbaient ses pensées courantes, le plongeant dans un état de sérénité absolue. De l’extérieur, elle ressemblait à un temple en pierre mal rénové. Mais l’intérieur était sublime. Des pièces immenses, et des rayonnages si garnies qu’il fallait plusieurs échelles, de différentes hauteurs, pour rechercher le moindre ouvrage. Alors quand on ne savait pas ce que l’on cherchait, c’était encore plus laborieux. Mais ces explorations fastidieuses plaisaient au Jounin. Parcourir ces fragments d’histoire oubliés, l’œil attentif, cherchant le petit détail qui lui dirait qu’un ouvrage était LE bon. Il avait déjà racheté, en y mettant parfois trois mois de salaire, certains de ceux qu’il avait consultés pour garnir sa collection personnelle. Heureusement, les Jounins de l’Empire avaient beaucoup de travail avec le nombre de recrues sans cesse croissantes : il pouvait se le permettre sans trop se soucier de n’avoir plus de quoi manger le soir.

Le jeune homme passa devant la vieille gérante non sans un sourire amical. La vieille dame devait avoir passé les soixante ans depuis au moins dix ans. Et son corps était ankylosé et affaibli par le nuage de poussière formé par la pierre du bâtiment et les déplacements d’ouvrages qui étaient parfois là depuis vingt ans sans avoir été déplacés. Mais son regard était vif, et on sentait à travers lui à quel point son esprit l’était lui aussi. Peut-être que c’était la seule personne à avoir lu tous les livres qui étaient ici ? Elle disait qu’elle n’en déposait jamais un en rayon sans l’avoir entièrement consulté. Shura n’avait jamais trop su si elle mentait ou pas. Elle recevait parfois de véritables convois de plusieurs centaines d’ouvrages. C’était difficile à croire, du coup. Mais elle ne semblait pas faire autre chose de son temps, alors peut-être que …
En tous cas elle lui avait bien souvent était très utile. Et puis, il se souvenait de quelques conversations très enrichissantes avec elle, principalement sur des artefacts qu’il avait trouvés dans des brocantes, chez des antiquaires, ou même déterrés lui-même.
Mais aujourd’hui il se contenta de la saluer avant de s’engouffrer dans une arrière-salle. Celle du Nord-Est pour être précis.

On trouvait ici les ouvrages parlant des arts ancestraux à l’art ninja. Des mythes de sa conception ou de sa création pour la plupart. Et celui qui l’intéressait était consacré au Fuinjutsu. Il l’avait entamé la semaine passée, mais n’avait jamais achevé sa lecture, et il comptait corriger cette erreur. En particulier, une légende l’avait attiré.
Il retrouva le livre avec peine dans les immenses rayonnages. ‘ Origines pratiques et mythiques du Fuinjutsu’. Shura avait déjà parcouru en intégralité les passages qui relataient les premiers sceaux créés par l’homme. Les premiers symboles découverts, et comment ils avaient d’abord créé le Fuinjutsu à partir des symboles du zodiaque. Une méthode qui existait encore de nos jours pour aborder cet art.
Mais ce qui l’intéressait réellement n’était pas son évolution, mais un mythe qui figurait à la toute fin de l’ouvrage. Il relatait la rencontre d’un homme avec une créature mythique. Une déesse, ou une divinité mineure peut-être. Les historiens n’en savaient rien, pas plus que les mythologistes. Cette déesse aurait eu un corps humain, mais des attributs appartenant à une renarde. Certaines légendes parlaient de ces créatures. Des Kitsunes. Shura en avait lu quelques lignes à droite à gauche dans les bestiaires Yokaï. C’étaient des contes populaires très prisés. Cette déesse, en tous cas, aurait eu une histoire d’amour sincère avec cet homme. Mais au moment de repartir dans son monde, pour leur plus grande tristesse à tous les deux, elle lui fit cadeau d’un sceau qui lui permettait de se remémorer les émotions ressenties lorsqu’ils étaient tous les deux. Un sceau qui aurait été retrouvé par des chercheurs des années plus tard, et qu’ils auraient utilisés pour concevoir les premiers symboles et les premiers sceaux du Fuinjutsu. D’année en année, l’art se serait étoffé et on aurait perdu de vue ce sceau primordial, et les symboles qui le constituaient. Ils étaient différents des nôtres, et leur pouvoir bien plus fort. Ils pouvaient, disait l’ouvrage, atteindre l’être profond de la personne à laquelle ils étaient destinés. En l’occurrence, cet homme. C’était un Fuinjutsu moins pratique, plus mystique. Mais c’était aussi l’origine du Fuinjutsu moderne. Le tout premier mythe fondateur du domaine.

Aucun nom, aucune source fiable. C’était juste un mythe. Et l’ouvrage lui-même n’était pas signé. C’était à la fois intriguant et un peu décevant. Tissu de mensonges ou inspiré d’un quelconque fait réel ? L’âme d’historien enfouie en Shura en était toute déboussolée, et il voulait des réponses. Il referma le livre pour méditer un peu et prendre quelques notes. Mais au moment où il posa le plat de sa main sur la couverture, une étrange sensation parcourue son épiderme. Comme une intuition, mais avec une manifestation physique. Il connaissait bien cette sensation. Il l’avait ressentie peut-être une ou deux fois dans sa vie, en refermant un ouvrage. Une expression ravie parcourue ses traits. Il y avait quelque chose dans cet ouvrage d’un peu plus sérieux qu’une vague histoire de mysticisme.
Les sens en éveil, il envoyait son chakra vers l’ouvrage, parcourant la moindre fibre qui le constituait.

Quand soudain …

Il sentit une présence derrière lui et ouvrit les yeux. Deux paires d’yeux. Dont une qui lui faisait, il avait du mal à l’admettre, naitre un frisson dans le dos. Pas vraiment de la peur, plutôt une sorte de malaise. Il ôta sa main du livre pour jeter un œil. Un adolescent regardait le livre posé sur la table avec ce qui semblait être de l’intérêt. Il semblait avoir un sceau sur une des paumes, et des bandelettes recouvraient ses bras. Il y avait des symboles que Shura ne connaissait pas sur chacune d’entre elles. Elles ressemblaient à des symboles animaux d’un genre un peu particulier. Et les deux semblaient opposées l’une à l’autre. Un spécialiste du Fuinjutsu en devenir qui était venu voir ce qu’il lisait par curiosité ?
Et sur son épaule, un renardeau au pelage noir, auréolé d’une sorte de brume noire. Très faible, actuellement, c’était plus une sensation que quelque chose qu’on pouvait réellement distinguer. Shura eut un tressautement de sourcil surpris. Un nogitsune ? Il en avait également entendu parlé dans les ouvrages consacrés aux yokaïs. Des cousins des kitsunes, leur part obscure en quelque sorte. Un peu comme pour respecter le ying et le yang. Un Kitsune possédait un Nogitsune en lui et inversement, et une part pouvait prendre le dessus sur l’autre. Une sorte de cohabitation. Enfin, ce n’était que des mythes pour lui. Mais il semblait prendre forme physique. Peut-être une métamorphose ou un truc du genre ?

« Salut petit. »

Shura laissa couler quelques secondes, on aurait pu croire qu’il prenait mal qu’on lise par-dessus son épaule mais ce n’était pas le cas, en vérité.

« Tu veux y jeter un oeil ? Honnêtement les passages sur l’évolution du Fuinjutsu sont un peu redondants, mais je te conseille le mythe créateur à la fin. Il est vraiment … je ne sais pas. Rafraîchissant. »

Le Jounin était bien loin d’être en colère. Rencontrer quelqu’un de si jeune dans un tel endroit était sympathique. Il était habitué à être le plus jeune parmi ceux qui appréciaient les vieilleries, en fait. Et puis, ce petit Nogitsune … Ou au moins ce renardeau à l’apparence singulière. Etant donné ce qu’il lisait, ça ressemblait à une manifestation du Destin. Il n’y croyait pas fermement, mais ne croyait pas beaucoup plus aux coïncidences. Rien n’arrive sans raison, mais il ne faut pas forcément en donner une à tout. On s’y perdrait, non ?
Nukenin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
82/300  (82/300)
Points de vie:
340/340  (340/340)
Points de chakra:
1270/1270  (1270/1270)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Fév - 16:00
Ca faisait longtemps que je ne m'étais pas rendu dans une bibliothèque. C'est en me baladant la veille que j'étais passé devant celle-ci. Je n'y étais pas rentré pour la simple et bonne raison qu'elle était déjà fermée. Au moins quand j'étais dans le manoir familiale j'avais la possibilité de consulté une bibliothèque personnelle aux Omas fournie en toutes sortes de bouquins. Même durant mon emprisonnement j'avais eu droit à ça ... C'était tout de même étrange que la personne qui nous avait enfermée avait mis un point d'honneur à notre confort. Qu'il soit physique comme mentale, dans la mesure du possible pour celui-ci. Quatre années passées à ne pas pouvoir quitter une pièce ou juste pour se rendre dans la salle de bain ... Ca laisse tout de même des traces.

Le bâtiment était plutôt joli, c'est d'ailleurs pour ça que je m'étais approché de lui la vieille. Je ne suis pas certain que j'aurais pu deviner qu'il s'agissait d'une bibliothèque sans avoir lu la plaque se trouvant sur la porte. Ces deux statues me faisaient plus penser à un temple qu'autre chose.

« Que penses-tu de se renseigner un peu sur le fuinjutsu Tak ? »

« Je te reconnais bien là Sham. » chuchota-t-il à mon oreille au cas où quelqu'un aurait les siennes un peu trop tendues

Il avait bien compris où je voulais en venir. Je lui décochais un sourire tout en lui donnant une petite tape sur le crâne. Faire semblant d'étudier le fuinjutsu dans le but de pouvoir utiliser mes propres sceaux le plus rapidement possible. Voilà mon véritable but. Les activer juste sous l'effet du Kitsune ou du Nogitsune n'était pas suffisant pour moi. C'était bien pour cette raison que je gardais mon sabre en permanence sur moi. Un peu stupide vu avec quelle habilité je le maniais ... Mais au moins, s'il pouvait permettre de faire croire que j'étais un combattant au corps-à-corps ça pouvait me permettre de gagner quelques instants ce qui peut être totalement fatidique dans un combat. Enfin, c'est ce que je m'étais toujours dit. Après tout je n'avais jamais réellement combattu mise à part à Shousan et un peu au mont Hansei sous le mécontentement de Shian. Elle ne supportait pas la violence. L'arme des faibles et des ignares qu'elle disait, 'fin un truc du style.

Je poussais la porte d'entrée, passant d'un brouhaha de passants à un calme plat. Ca faisait un bien fou. Moi qui avait passé tant de temps à ne vivre qu'avec deux personnes, je peux vous assurer que d'arriver dans une ville avec tous les bruits qui la caractérise c'est plutôt déroutant et même un peu déstabilisant au début. Il allait me falloir un petit temps d'adaptation. La bibliothèque allait me permettre de me ressourcer un peu de temps en temps.

« Bonjour madame. »

La vieille dame leva son nez de son ouvrage. J'en directement une pincée au coeur pour celle-ci. Comment pouvait-on supporter d'être aussi éveillée mentalement dans un corps juste bon à la poubelle ? Elle me fixa quelques instants avec insistance. J'aurais jurer voir une moue de surprise sur ses lèvres mais sans en être totalement certain.

« Puis-je vous aider ? »

« Ho oui ça va éviter qu'il ne se perde ! » dit-il avec plein d’entrain

« Un peu de tenue s'il vous plaît jeune Nogitsune. Vous êtes tout de même dans une bibliothèque. »

Cette fois ce fut moi qui su surpris. C'était plutôt rare les personnes au courant des Nogitsune. Je croyais que le monde Yokaï était quelque chose de beaucoup moins connu. Mise à part Eihiko et mes invocations je n'avais jamais eu vent de personne s'étant penchée sur la question. Etait-ce encore une lubie apparue durant mon absence ?

« Oui, je suis à la recherche d'ouvrage sur le fuinjutsu. »

« Prenez la troisième allée à droite, continué une dizaine de mètre et vous tomberez sur une salle. Vous devriez trouver votre bonheur dans celle-ci. »

« Merci beaucoup ! »

Je lui décochais un sourire, l'un de ceux que je resservais à l'époque à mes fanes. Je sais pas il y avait quelque chose qui me plaisait chez cette vieille dame. A mon avis ça devait être une grand-mère parfaite !

C'était gigantesque ici, surtout de ma hauteur. Je n'étais déjà pas fort grand pour mon âge, il m'était impossible d'arriver à certain ouvrage sans l'aide d'une escabelle et peut-être même d'une échelle. 'Fin pour l'escabelle à mon avis c'était un peu le cas de tout le monde. J'eus pas grand mal à trouver la destination. Je fus étonné de trouver quelqu'un. Le reste des rayonnages semblait être plutôt désert. Y avait-il des salles de lecture ? Ca expliquerait pourquoi j'avais croisé si peu de monde. Ou alors c'était une ville de gros bourrin préférant la pratique à la théorie ... Quelle idée.

Ce qui me surpris le plus c'est que ce n'était pas n'importe qui. Pas que je connaissais son nom ou même son visage mais il dégageait quelque chose d’impressionnant. Déjà son chakra, je n'avais aucune difficulté à le percevoir, une quantité incroyable. Si je ne me trompais pas il avait plus ou moins le même potentiel que moi dans ma pleine puissance. Autant dire que ce type devait être au minimum influant dans l'Empire. Chuunin ? Ca m'étonnerait ou alors il fait partie de ces shinobis qui refusent une promotion. J'aurais plutôt parié sur Juunin ou alors peut-être un ex-shousannien à la retraite ? Dans ce cas que ferait-il à Taki ?

Mais ce n'était pas juste une question de chakra. Je suis certain que n'importe qui le trouverait ... Imposant ? Nan, c'était pas vraiment ça. Il avait quelque chose de stricte, surtout dans cette position de réflexion. Stricte ou froid ? Je ne savais pas réellement dire. Etait-ce dû à ses vêtements ? En parlant de ceux-ci je ne m'étais pas trompé, il était bien à la botte de l'Empire, une broderie sur l'une de ses épaules le prouvait. Egalement adepte du fuinjutsu ? Ca m'étonnerait, jamais je n'avais vu de sceau bouger ... Peut-être une nouvelle branche de cet art ? Le fuinjutsu animé, peut-être que je devrais travailler sur ce sujet. Je suis sûr qu'il y aurait moyen de faire des trucs amusant avec ça ! Histoire d'avoir quand même le coeur net je me frottais les yeux ... Encore un méfait de ce foutu sceau de rajeunissement. Il agissait plus que je ne le pensais sur ma cervelle. Il me semblait encore voir quelques écailles du dragon en mouvement mais rien de folichon. C'était bien mon cerveau qui me jouait des tours.

Avec tout ça je n'avais pas prêté sur l'instant attention à la plaquette qui lui pendait au coup. Grave erreur de ma part. Le nom d'une vieille amie que j'avais connu était gravé dessus. D'ailleurs que lui était-il arrivé ? Me trouverait-elle toujours mignon ? J'en doute, maintenant nous deviens bien avoir dix ans de différence.

Sans grande gêne je fis le tour de la table pour me pencher au dessus de l'épaule de l'homme. Il était puissant, le titre montrait que l'ouvrage traité du fuinjutsu et il semblait en être pratiquant. Que demander de plus pour trouver un livre intéressant ? Mais que faisait-il comme ça penché au-dessus du livre fermé ? Et pourquoi était-il en train d’insuffler du chakra dedans ? Tak me lança un regard interrogateur. Moi non plus je n'avais pas réponse à ça.

Un peu surpris quand il porta son attention sur nous. Première réaction que j'eus, sourire. Personne se méfie d'un gamin abordant un large sourire. Il nous observa un petit moment. Apparemment on l'avait dérangé. Il nous toisait pratiquement, son regard se posa sur chacun de mes bras. Les cacher ou non ? Bien sûr que non ! S'il aimait réellement le fuinjutsu, lui coller ceux de Shian sous le nez ne pouvait qu'être bénéfique.

« Bonjour 'msieur. » dis-je un peu hésitant, surtout avec ce silence qui commençait à planer

Quel ne fut pas mon soulagement en voyant qu'il ne l'avait pas mal pris. Bien au contraire il semblait même trouvé ça plaisant ... Ou alors pratiquement.

« Heu oui je veux bien. » Tak eut un petit ricanement

Je m'assis en tailleur sur la table. Pratiquement cinq années dans une cave ça vous fait oublier quelques conventions sociales. Tak sauta sur mes cuisses, position que l'on prenait à chaque fois pour partager la lecture. Je fis tout de même bien attention à ne pas écraser mes deux nouveaux ocarinas offert par Shian. Elle les avait créer à l'aide de son fuinjutsu mais rien ne paraissait à l’extérieur. Toutes la subtilité de son art était dans la matière même. Il fallait au moins ça pour calmer mes bras. Elle avait jugé que certaines mesures devaient être prise par rapport à ceux-ci au vue de ma rencontre avec Eika.

Alors que je tirais l'ouvrage vers moi Tak prit la parole.

« Au fait, je m'appelle Tak et lui c'est Sham Ono. »

C'était comique, dire qu'avant je refusais de me présenter sous mon nom de famille. Maintenant c'était tout autre. Je reconnaissais bien là Tak. On savait que ma famille était influente, du coup pourquoi se priver de se voir peut-être ouvrir des portes grâce à la simple prononciation de ce nom ? Nouveau sourire vers l'homme.

Je ne pu retenir ma surprise en ouvrant l'ouvrage. Qu'est-ce qu'il me faisait lire là ? C'était quoi cette sensation ? Du fuinjutsu ?

« Ca me fait toujours bizarre de toucher de si vieux livres ! »

Mensonge totalement bancale, je n'avais pas trouvé mieux sur l'instant. J'ouvrais donc le livre, pas directement à la fin histoire de voir tout de même ce qu'il contenait d'un bref coup d'oeil. Il semblait dire vrai sur le fait qu'il traité sur l'histoire du fuinjutsu. Je passais donc directement à la fin.

« Tu lis à voix haute Sham ? »

Pourquoi pas après tout. Je voyais plus ou moins où il voulait en venir. Si ce que Shian nous avait dit, ce qui était bien plus que probable la connaissant, ce mythe devait parler d'elle. Je débutais donc ma lecture, il ne fallut pas bien longtemps pour que Tak parte dans un fou rire. C'était bien de sa mère que ça parlait. Shian était-elle réellement une déesse ? Cet homme serait le père de Tak, Meisou, Chinsi et Wakitatsu ? Ou alors rien à voir ? C'était un mythe après tout et vu la réaction de Tak ça ne devait pas être beaucoup plus.

« Arrêtes, arrêts Sham. » il avait du mal à parler tellement il riait « Au mon dieu si mère lissait ça elle n'en reviendrait pas. »

« De quoi tu parles Tak ? C'est pas comme ça que ça c'est passé ? Shian m'a bien parlé des débuts du fuinjutsu chez les humains mais j'ai pas eu droit au plus croustillant apparemment. »

« Laissez-moi ... deux ... minutes. »

Tak se tortillait dans tous les sens. Il n'en pouvait réellement plus de ces quelques lignes que j'avais lu. Je jetais un regard amusé à l'homme. Il devait réellement se demander quoi.

« Pfiou ... C'est pas loin de la vérité pour ce que tu as lu. Mais en même temps à mille lieux. Laissez-moi juste le temps de survoler le reste. Sham je compte sur toi pour donner un petit côté mystérieux quand j'expliquerais ! »

Il ne fallut pas bien longtemps à Tak pour survoler le texte, il bougeait les pages à l'aide de ses queues. Ce fut au bout de quelques minutes qu'il referma l'ouvrage. Il contenu sa surprise en touchant la couverture, après tout lui aussi m'avait vu réagir à celle-ci. Le connaissant il s'était même arranger pour toucher celle-ci et pour comprendre ce qui avait provoqué mon étonnement.

« La véritable histoire est un peu plus complexe que ce qui est expliqué dans ce livre. Mais surtout ce n'est pas un mythe. Je le tiens de source sûre. Vas-y Sham. »

Ni une ni deux je décrochais l'un des ocarinas de ma ceinture, le plus claire des deux. Le Kitsune. Le porta à ma bouche et commença à souffler dedans, en tentant de ne pas jouer trop fort histoire de ne pas déranger tout le monde.

« Shian, une Kitsune aussi vieille que le monde avait pour passion la méditation. Elle n'était pas de base comme on le raconte, elle n'avait rien d'une femme. Elle aimait converser durant de longue heure avec la Lune. Installée à même la roche au mont Hansei. Au fil des nuits la Lune et elle finirent par se lier d'amitié. A tel point que la Lune finit par offrit le cadeau le plus cher que Shian eut dans sa vie mais également le plus douloureux. Elle avait toujours rêvée de pouvoir parcourir le monde des hommes mais il lui était impossible. Rarement en contact avec ceux-ci jamais aucun ne s'était lié avec. La Lune lui offrit donc la possibilité de devenir l'une d'entre eux mais en gardant tout de même sa nature. C'est ainsi que Shian apprit à prendre l'apparence d'une magnifique dame et de traverser le voile de son monde à celui-ci à son bon vouloir. Le matin même elle décida de se rendre dans le monde des hommes, ce n'est pas pour autant qu'elle oublia sa vieille amie. Continuant à converser avec jusqu'à l'aube.
Shian se plaisait dans le monde des hommes et finit même par tomber éperdument amoureuse d'une femme à la peau très pâle. Quelque chose en elle lui rappelait la Lune.
Quelle ne fut pas la déception de cette dernière la première nuit où Shian manqua à leur rendez-vous. La Lune pleura toutes les larmes de son corps, créant de la sorte la cascade du mont Hansei. Shian vint la nuit suivante, s'excusant du mieux qu'elle put. La Lune accepta mais senti que quelque chose avait changé en son amie. L'amour qu'elle éprouvait pour cette humaine corrompait petit-à-petit son coeur. Elle qui était l'incarnation même du savoir et de la paix se voyait maintenant parée d'une arme à la ceinture. « Quel est cet objet ? » demanda la Lune en connaissant très bien la réponse « Un kunaï mon amie. Pourquoi cette question ? » « Je voulais simplement en avoir le coeur net ».
Il arrivait à Shian de manquer à l'appel mais jamais plus de deux nuits d'affilée. Seulement à chaque retour elle était un peu plus changée. « Tu es bien sombre aujourd'hui mon amie » dit la Lune « Je n'ai jamais été aussi heureuse Lune. Comment peux-tu dire ça ? Serais-tu jalouse de mon amour ? » La Lune congédia Shian ce soir là, c'était la première fois que ça arrivait.
Le temps passa, la Kitsune qui avait été si radieuse jadis se ternissait au fil des rencontres. Son amour la dénaturait et la Lune ne pouvait supporter cela. Lors d'un soir de pleine lune elle lui annonça « Aujourd'hui est ton dernier jour sur Terre mon amie » « Pourquoi donc Lune ? » « Ne vois-tu pas ce que tu es devenues ? Tu es aujourd'hui une shinobi et utilise ton savoir au service de la guerre. » « Ils ont besoin de moi ici mon amie. Tu ne peux me faire ça. » « J'ai également besoin de toi Shian, le mont Hansei pleure ta perte. Tout comme moi » Elle laissa le reste de la nuit Shian pour faire ses adieux à sa bien aimée. C'est ce fameux soir qu'elle offrit un sceau à son amour.
Ce fut le coeur gros que la Lune ôta la possibilité à Shian de quitter le mon des Kyuochiose.
Aujourd'hui elle resplendit à nouveau mais son coeur ne s'en ai jamais remis.
Aujourd'hui, chaque nuit la lune est nouvelle dans le ciel du mont Hansei. La Kitsune a bannit son amie de son royaume. »


Tak venait de terminer, c'était une bien belle histoire bien que certainement toujours entourée d'un voile de mythe. Comment pouvait-on parler à la Lune ? J'arrêtais de jouer de mon ocarina.

« C'est vrai que je n'ai jamais vu la lune dans le ciel du mont Hansei. »

« C'est de cette façon que ma mère ma contait son histoire. Et c'est cette version que je crois. »

« C'est pour ça qu'elle a du mal avec toi depuis que tu es un Kitsune ? Elle voit en toi ce qu'elle aurait pu être mais surtout tu dois lui rappeler son amour. »

Tak hocha simplement de la tête avant de se tourner vers l'homme.

« Le mythe n'était pas si loin comme tu peux le voir. »
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 1 Mar - 13:14
Shura tira de quelques centimètres la chaise à côté de la sienne pour la proposer au garçon, tout en poussant vers lui le livre dont il était question. Il l’observa attentivement à partir du moment où il prit le livre en mains. Ce n’était pas vraiment un test, mais ça y ressemblait un peu. Le Jounin voulait simplement voir de quel bois le garçon était fait. Ce n’était pas du tout de la curiosité due à son métier, mais plutôt une manière de comprendre s’il serait un interlocuteur passionnant, ou s’il resterait ce sympathique jeune étudiant venu apprendre des choses sur le Fuinjutsu qu’il avait vu de prime abord.
Autant dire qu’il ne fut pas déçu. Alors qu’il lui avait fallu manipuler le livre de longues minutes pour comprendre ce à quoi il avait à faire, Sham le ressentit immédiatement en le touchant. Il le comprit en voyant l’expression de surprise qui transparut sur son visage. Intéressant, vraiment. Ce n’était qu’un gamin banal en apparence, mais sa sensibilité était aiguisée. Enfin, était-ce de la sensibilité, de l’instinct, ou une prédisposition naturelle au Fuinjutsu ? Les trois hypothèses se valaient, et étaient aussi intéressantes l’une que les autres. Le renardeau prit alors la parole pour les présenter tous les deux. Un Kyuchiose, comme l’avait pensé Shura. C’était un nogitsune, pas un simple renard. Ca pouvait expliquer complètement la sensibilité du garçon : une prédisposition naturelle léguée par ses invocations, alors.

« Moi c’est Shura. Je pourrais te demander de m’appeler senseï ou sempaï, mais contentez-vous de Shura. Je ne suis pas en service, et je n’ai pas la chance d’avoir parmi mes élèves des étudiants aussi curieux et prometteurs que vous. »

C’était totalement vrai. Les jeunes ninjas qu’il avait à sa charge étaient des boulets. Dénués de tout élan intellectuel, préférant flâner ou s’entrainer durant leur temps libre plutôt que d’aiguiser leur esprit. Cela expliquait qu’ils soient de futurs pions jetables pour l’Empire. Plutôt compétents et bien formés, mais sans les élans de génie que l’esprit pouvait donner à ceux qui se donnaient la peine de le remplir.
Ca lui faisait bizarre de toucher de si vieux livres ? Non, ça ne prenait pas. Il avait eu une réaction instantanée, et il n’arrivait juste pas à se l’expliquer. Pas grave, cela viendrait en temps voulu. Shura n’était peut-être pas son professeur, mais personne ne pouvait l’empêcher de lui enseigner quelque chose s’il en avait envie. Il faudrait qu’il se renseigne sur l’éventuel professeur attitré de ces deux-là : s’il n’était pas à la hauteur de leurs talents qu’il présumait, il ferait pression et valoir ses galons. Il y avait moyen de le récupérer et il avait suffisamment d’expérience pour s’occuper d’une seconde équipe, surtout que la première était toute proche de l’examen et n’aurait bientôt plus besoin d’être prise en charge. Pas par un professeur en tous cas. Et il ne souhaitait pas les emmener sur terrain comme chef d’équipe avec ce qu’il savait d’eux. Ils se feraient tuer, ou alors il se ferait tuer par leur faute et leur besoin chronique de le décevoir.

Mais en attendant, il voulait entendre l’avis d’un nogitsune sur l’histoire relatée dans ce livre. Encore une fois il ne fut pas déçu. C’était bien ce qu’il pensait : en deux minutes Sham et Tak lui avaient fourni plus de satisfactions que ses élèves actuels en trois ans d’apprentissage. Et ils avaient même dépassés ses attentes cette fois.
Alors Tak faisait partie de la famille de la Kitsune qui était mentionnée … Pas vraiment ignorant du fonctionnement des familles de Kyuchioses et de l’ancienneté de certaines d’entre elles, Shura n’en fut pas si surpris qu’on pourrait le croire. Après tout Yama, le chef des salamandres, ses propres Kyuchioses, était très vieux lui aussi. Un millénaire au moins. Du coup, qu’il existe des Kyuchioses encore plus anciens n’était pas si fou.
Attentif, il écouta le récit de Tak. Sous l’air d’ocarina. Heureusement que la vieille gérante était aussi sourde qu’intelligente, quand le son provenait d’une pièce différente de la sienne. Une bombe aurait pu exploser ici sans qu’elle l’entende, en fait.
L’histoire était telle que la décrivait Tak : pas si loin. Dans l’idée globale. Mais la réalité, le détail, était très largement dilué.

« Eh bien. En réalité, j’aurais besoin de plus de temps pour songer à la portée de l’histoire réelle. Le mythe était mignon. La vérité laisse songeur sur le manque de sagesse humaine, et savoir qu’il existe quelqu’un comme ta mère est rassurant je dirais. Et un peu vexant, parce que nous ne pourrons sans doute jamais réellement nous élever à une telle sagesse. Enfin, je te dis ça, mais pour être honnête, je ne suis moi-même pas assez sage pour l’envier. »

Il reprit le livre, qu’il referma après l’avoir longuement observé.

« C’était un très beau récit, je vous remercie. C’est une aubaine que je vous ai rencontrés, j’aurais détesté n’avoir que ce récit incomplet pour satisfaire ma curiosité. J’ai une dette intellectuelle envers toi, jeune nogitsune. Malheureusement je n’ai pas réellement de quoi la rembourser pour le moment. Mais j’ai peut-être un artefact chez moi qu’il te plairait de voir. Si vous en avez l’occasion, un autre jour, pensez à venir le voir. Je pense que quelqu’un de ta famille l’a égaré dans notre monde, et ce serait une bonne chose que vous sachiez ce que c’est et où il est. »

Shura se retourna vers Sham tout en reposant le livre.

« En revanche, je peux te montrer quelque chose, Sham. Et je dois dire que ce serait une façon assez plaisante pour moi de te remercier. Vois ça comme une sorte de jeu, j’aimerais bien voir jusqu’où tu pourras aller en fait. Tu as ressenti quelque chose en prenant le livre n’est-ce pas ? Je peux t’expliquer précisément ce que c’était, et même t’apprendre la démarche pour le faire. J’ai fait pas mal de fouilles archéologiques, j’ai l’habitude de ce genre d’artefacts. Mais tu sembles plus prédisposé que moi à leur étude, ou en tous cas de ce type là en particulier … Je suis un peu jaloux, mais j’aimerais bien voir jusqu’où tu pourrais développer tes aptitudes. Tiens, reprends le livre. »

Mais le Jounin reposa néanmoins la main sur l’ouvrage. Une aura rouge apparue autour de sa main. On pouvait voir son chakra, à l’œil nu, qui s’engouffrait dans l’ouvrage. Cette aura de chakra rouge provoquée par l’activation du sceau de l’Empereur était aspirée à l’intérieur, et le remplissait petit à petit.

« C’est ce que je faisais quand tu es arrivé, j’insufflais mon chakra dans le livre pour explorer ses secrets. Tu as envie d’essayer ? Je pense que tu as les capacités de trouver ce que je cherchais. »
Nukenin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
82/300  (82/300)
Points de vie:
340/340  (340/340)
Points de chakra:
1270/1270  (1270/1270)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Mar - 14:32
Senseï ou sempaï ? Ca ne pouvait dire qu'une chose, ce fameux Shura était bel et bien de l'empire et devait être plutôt bien gradé. Enfin je crois, si je ne me trompe pas sempaï est un rien en-dessous du senseï. Un vieil étudiant ? Un chuunin faisant partie d'une équipe du même grade sous les ordres d'un Juunin ? Si oui ça faisait un chuunin de grande puissance. Etait-il habituel que dans l'Empire les gens évoluent plus difficilement dans la hiérarchie ? Peut-être, dans tout les cas ce n'était pas réellement le moment de le questionner là-dessus. Shura semblait être bien plus intéressant que pour se limiter à des questions aussi banales.

C'était bien ça, il n'y avait que deux possibilité, chuunin ou juunin. Qu'importe après tout, chez lui c'était plus la personne qui m'intéressait que son grade. Bien que faire bonne impression chez un juunin ne serait que bénéfique pour moi.

Le bouquineur écouta avec attention l'histoire de Tak. Tout comme moi, j'avais bien joué de l'ocarina mais mon attention était portée que sur ce que mon ami nous raconté. J'avais jamais entendu entièreté de l'histoire. Shian m'avait bien conté qu'elle était à la base du fuinjutsu, enfin pratiquement. Elle avait donné un sacré coup de pouce en offrant un sceau à un humain. Mais jamais elle m'avait dit la place qu'occupait cette femme dans sa vie.

Je n'avais pas pensé un instant que la musique aurait pu déranger. Trop habitué à une bibliothèque personnelle et non à avoir à la partager avec des gens. Du coup si je faisais du bruit ça ne dérangeait que moi ou Tak. Et avant ça, au pire une petite menace d'un de mes frères ou d'une de mes soeurs.

C'est comique. Shura lui voyait dans ce conte la pseudo sagesse humaine. Pour lui c'est ce point qui semblait être le centre de l'histoire, ou plutôt du bout de vie de Shian. Personnellement j'y voyais tout autre chose. La faiblesse de la Kitsune ou même plutôt la dangerosité de devenir trop humaine. En restant trop de temps avec ceux-ci elle avait manqué de devenir elle aussi une Nogitsune. Etait-ce de ma faute le fait que Tak soit devenu l'inverse de ce qu'il était ? Si tel était le cas ... Je ne voulais même pas y penser.

« Je serais curieux de voir cet objet d'on tu parles. Si tu dis vrai sur le fait qu'il ai appartenu à ma famille il serait normal que je puisse le rendre à la personne concernée. Je ne veux pas te dépouiller d'un objet mais je pense que ce serait qu'un juste retour non ? J'aimerais d'ailleurs en savoir plus sur celui-ci si c'est possible. »

Tak semblait être très intéressé par cet objet. D'abord lui conter une telle histoire et puis se montrer aussi sympathique alors qu'il était question d'un artefact ayant sûrement été la propriété d'un des Kitsunes. J'avoue que ma curiosité été également piquée. Surtout si ce fameux objet avait été la propriété de Shian.

Shura porta ensuite son attention vers moi. Un jeu ? J'avoue que j'étais un peu dubitatif sur le moment. Je n'aimais pas des masses la tournure que prenait cette discussion. Etait-ce simplement de la curiosité envers moi ou alors une sorte de teste pour savoir de quoi j'étais réellement capable ? Mince, j'aurais du retenir la surprise qui s'était peinte sur mon visage. Je souris simplement.

Mais ce n'était pas tout. Shura reposa sa main sur le livre. C'était étonnant, on pouvait clairement voir le chakra de mon interlocuteur. Il était rouge ? Etrange. Cette fois-ci ce fut une surprise jouée que je laissais s'afficher. J'étais également capable de donner forme à mon chakra. Etions-nous beaucoup à pouvoir le faire ? Qu'importe. Il était tout de même important de jouer à l'enfant plus ou moins ignare sur pas mal de sujet. Ou tout du moins à la connaissance très limitée.

« Whaouuu ! Tu fais ça comment ? » je laissais quelques secondes s'écouler pendant que je regardais avec insistance ce qui se déroulait « Tu penses vraiment que je suis capable de trouver quelque chose que toi tu ne peux pas ? On a pas la même expérience dans le domaine je dirais. Je ne fais que bidouiller dans le domaine. Mais je veux bien essayer ! »

Je pris le livre et le fixa quelques secondes. Qu'est-ce que je devais faire ? J'avais le choix, tenter et ne rien trouver ou tenter et réellement essayer de trouver. Le deuxième était bien plus dangereux. C'était montrer à Shura que j'étais bon en fuinjutsu. Est-ce que lui était réellement incapable de trouver ce que ce livre caché ? J'en doutais, le sceau de son bras semblait être très complexe. Il était composé de peu de symboles mais je n'arrivais à en comprendre qu'un seul, celui du dragon. En même temps ce n'était pas bien difficile, c'était carrément la forme que prenait ce fuinjutsu. Tout bonnement impressionnant. Ma connaissance dans le domaine me permettait de savoir qu'un tel sceau avait des effets qui n'étaient pas donné au premier venu. Mais quoi ? C'était là toute la question.

« Vous pensez réellement que j'ai une prédisposition pour ce genre de chose ? »

Bien sûr que oui, à force d'étudier les sceaux juste avec Tak et puis avec les Kitsunes en supplément je ne pouvais que bien connaître mon domaine. Et pourtant lui me semblait être plus fin dans cet art, ou alors simplement utiliser un tout autre fuinjutsu. Personnellement le miens était plus passif, prenant souvent un temps fou pour être mis en place.

Mais la question n'était pas là. Devais-je réellement tenter de découvrir les secrets du livre ? A mon avis non, il valait mieux que ça reste secret. Oui je devais être bon en fuinjutsu mais quand un pseudo étudiant fait de l'ombre à un shinobi tel que Shura ce n'est même plus dans le domaine du génie mais du miracle. Et je ne voulais pas être vu comme un miracle. Un génie ça apporte de la fierté, un miracle ça fait se poser des questions et beaucoup trop même.

« Je vais quand même essayer Shura mais je ne te promet rien. Je n'avais jamais entendu parler d'un tel objet mais bon en même temps je ne suis pas très expérimenté dans le domaine. Aller quand il faut y aller il le faut ! »

Je commençais à malaxer mon chakra, sur ce point il m'était impossible de faire semblant. Je le maîtrisait à merveille, pas encore à la perfection mais j'avais une très bonne expérience là-dedans. Le miens resta invisible à l'oeil. Le sceau qui me permettait de le cacher à la vue de tous n'était pas actif. Il serait con que quelqu'un voit que celui-ci était neutre, je voulais garder ce point pour quand je me baladais dans les rues la nuit en tenue pour faire régner la loi. Mais l'autre sceau me permettant de garder toute une partie de ma réserve secrète lui était actif. Un peu plus d'un tiers était à ma disposition. Amplement suffisant la plupart du temps mais surtout indispensable pour faire croire que je n'étais pas si puissant que ça.

Je me concentrais tout en insufflant mon chakra dans le livre. Celle-ci n'avait pas pour but de percer le secret de l'artefact mais bien de tout faire pour ne pas y arriver. Contourner ce que je devais débloquer. J'étais curieux de savoir ce qu'il contenait mais il était hors de question de lui montrer tout mon potentiel dans le fuinjutsu. Pour ce qui était de mes sceaux je pouvais toujours faire croire qu'ils n'étaient pas de moi.

Pendant ce temps, Tak lui portait un peu plus son attention sur Shura. Il remarqua ce qu'on n'avait pas encore vu. Lui aussi eu du mal à laisser cacher sa surprise, ses yeux s'écarquillèrent un peu à la vue de ce qui pendant au cou de l'homme. Une simple plaquette en bois où l'on pouvait lire une inscription. Atsuko. Avait-elle un quelconque rapport avec la fille que nous avions connu ? Ce prénom n'était pas des plus commun mais ce serait une trop grosse coïncidence non ? Tomber sur un homme adorant le fuinjutsu, connaissant l’existence des Nogitsunes, lisant un livre contant une légende sur Shian, semblant vouloir nous apprendre des choses sur l'art des sceaux et le tout en venant simplement dans une bibliothèque sur un coup de tête ? Il y avait là trop de coïncidences pour que ce soit une rencontre fortuite. Tak me signala qu'il y avait quelque chose d'étrange en simplement tapoter mon flan à l'aide de ses queues. C'était un code que nous avions mis en place. Il ne semblait vouloir rien dire pour quelqu'un d'extérieur à ce duo. Il fallait donc que nous restions sur nos gardes.

Au bout de quelques minutes j'arrêtais cette pseudo recherche de perçage de secrets.

« Je crois bien que c'est beaucoup trop difficile pour moi Shura. Ce n'est pas étonnant après tout. Si toi non plus tu n'y arrives pas comment pourrais-je le faire ? Mais peut-être que si tu m'expliques un peu. Là j'y vais à l'aveuglette avec aucune idée d'où je dois aller. Tu n'aurais pas quelques conseils ? »

Je suivais le regard de Tak, il fallut que quelques secondes pour que le siens se pose à nouveau sur le pendentif. Atsuko ? J'étais maintenant moi aussi au courant de ça. Bordel qu'est-ce que ça voulait dire ? Je remarquais qu'encore une fois on pouvait lire sur mon visage ma surprise. Il fallait vraiment que j'apprenne à cacher ce genre de chose. Que je me mettes en tête qu'aujourd'hui je n'étais plus dans une cave mais bel et bien balancé en territoire que je jugeais ennemi.

Shura était le genre de personne que je pouvais apprécier mais plus le temps allait plus tout me disait de me méfier de lui. J'avais pratiquement oublié qu'il faisait partie de l'Empire. C'est cette plaquette qui m'avait ramené à la réalité et qui m'avait démontré qu'il y avait beaucoup trop de coïncidences. Il ne s'agissait peut-être pas de la même Atsuko mais tout de même ... Cette rencontre devenait vraiment très étrange.

Par simple précaution je me relevais de la table vers l'entrée. Tak avait suivi mon mouvement en s'installant sur ma tête. Je faisais semblant de m'étendre, tentant de ne pas éveiller les soupçons de cet homme. Qui pouvait-il bien être ? Est-ce que l'Empire avait coïncidence que j'avais manipulé Gaden à l'aide de mon propre sharigan ? Devais-je me préparer à un quelconque affrontement ? Je ne crois pas, il ne semblait pas être sur ses gardes. Et puis de toute façon je doutais avoir le dessus sur une telle personne. Aucune fenêtre qui pourrait me permettre de me dérober de cette salle. Si je voulais sortir en vitesse j'allais être obligé d'emprunter la pièce principale. Mais en même temps il semblait être si sincère, si serein.

Je n'avais plus qu'à tenter le tout pour le tout pour savoir s'il s'agissait de la même personne. Le seul hic c'est que s'il n'avait pas encore compris que c'était sur cette plaquette que mon attention avait été portée ... Hé bien là il n'allait plus pouvoir douter sur ce sujet.

« Atsuko, c'est un joli prénom je trouve. C'est celui de votre femme ? »

J'avais l'une de mes mains dans une des poches de mon pantalon. Entre les doigts un petit parchemin de ma confection. Si cet homme disait vrai, si son amour pour cet endroit était aussi grand que je le pensais, l'utilisation de celui-ci me permettrait de fuir sans trop de soucis. M'assurer que chacun de ces ouvrages prennent feu. L'Amaterasu, voilà qui m'assurerais une fuite facile. Il n'y avait qu'une faille dans ce plan, je me vendrais directement. Mais en même temps que valait-il mieux, être vivant ou alors dans les griffes de l'Empire en tant que grand suspect de je ne sais quoi ? Je préférais mille et une fois être en liberté. Il était hors de question que je me retrouve encore une fois enfermé quelque part. Je préférais faire une croix sur ma couverture, montrer mon véritable potentiel pour m'en sortir.
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 17 Mar - 20:15
Remettre l’objet dont il parlait à la famille de Tak ? La demande laissa Shura songeur. En fait, il était partagé entre sa raison et son obsession. Il ne pouvait pas s’empêcher de collectionner des objets rares et anciens, de rassembler des fragments d’histoire, qu’ils soient puissants ou juste intéressants. Et cette collectionnite était presque maladive chez lui. Mais le nogitsune avait la logique de son côté. Et puis, il avait dit qu’il lui en devait une non ? Ca n’allait pas être simple de s’en séparer, mais il avait en quelque sorte promis de le faire à l’instant même où il en avait parlé. De toute manière, il n’avait plus de moyens à sa disposition pour l’étudier plus qu’il ne l’avait fait. Il ne saurait jamais plus que ce qu’il savait déjà sur cet objet.
Ca ne l’enchantait pas, mais il opina pourtant du menton.

« C’est d’accord. Cette statuette est dans ma collection depuis longtemps, mais j’en ferais volontiers cadeau à ta famille. Tu as raison, même si ça me triture un peu de l’admettre, il est normal que je la lui restitue. Mais pourras-tu, en même temps que cette statuette, transmettre à ta mère que j’aimerais la rencontrer un jour ? Si elle a vraiment inventé le Fuinjutsu, ou tout du moins l’a transmis aux humains … Eh bien, je dois avouer que ce serait un jour inestimable de pouvoir lui présenter mes respects en personne. Je me doute bien que ma requête sera sans doute déplacée, dans la mesure où je n’ai rien à lui donner en retour, mais je m’en voudrais à moi-même de ne pas la formuler. Une rencontre entre une divinité et un homme ? Je t’envie un peu Sham. La famille de Kyuchioses à laquelle tu es liée est fabuleuse et tu dois faire des découvertes formidables à leurs côtés. J’aime beaucoup les salamandres … mais disons que leur style est plus brutale, moins intellectuelle. On s’ennuie un peu quand on ne doit pas détruire quelque chose. »

Un sourire ironique ponctua sa petite tirade. Il se tut, Sham se tournant vers le livre et se concentrant pour essayer de percer son mystère.

Son étonnement face au sceau de l’Empereur le fit sourire. Ca faisait bien longtemps qu’il n’avait pas conversé avec un jeune ninja et sourit autant, d’ailleurs. Il décala légèrement son tee-shirt du bout des doigts pour dévoiler le sceau sur son pectoral droit.

« Un sceau très simple en vérité. Je l’ai élaboré à partir du signe du zodiaque du dragon. Comme tu vois la construction est assez sommaire, c’était mon tout premier sceau. Il permet de donner une forme physique à son chakra en réagissant avec celui-ci. Il se déploie sous la forme d’un dragon rouge autour de soi. Concrètement il ne sert qu’à intimider ou à donner une forme physique au chakra pour mes recherches. Mais on doit bien commencer quelque part ! Tu as un signe du zodiaque de prédilection, toi ? Si tu veux je pourrais te montrer comment faire ce sceau avec ton propre signe du zodiaque. »

« Et je ne sais pas si tu as une prédisposition ou pas, je ne sais pas assez de choses sur toi pour te juger sur le sujet. Mais ce que je vois chez toi, c’est que tu es quelqu’un de curieux, qui est prêt à chercher et à avancer. C’est ce qui manque à beaucoup de ninjas selon moi. Devenir fort est une obsession pour beaucoup de monde. Mais le monde intellectuel qui s’ouvre aux shinobis est tellement vaste ! Je trouve dommage de gâcher le potentiel des ninjas en le réduisant aux opérations militaires. Et … Ca va peut-être te paraitre ridicule mais depuis que tu es là, avec ton timing, l’histoire de la famille de Tak, et cette curiosité. Eh bien .. Aha, je me demandais si tu ne voulais pas qu’on travaille un peu ensembles à l’occasion ? Les senseïs comme les élèves de l’Empire m’ennuient, je n’ai personne avec qui partager mon savoir et cette passion du Fuinjutsu. C’est une partie de moi que je garde en sourdine. »

Shura observa attentivement la tentative de Sham. C’était grisant. Il semblait avoir compris la base du protocole, et la manière de le faire, mais il grattait à la surface sans parvenir au moindre résultat. Il avait le flair, mais pas la connaissance pour effectuer cette tâche. Shura était un peu déçu, mais pas tant que ça. Il avait du potentiel, pas de doute. Peut-être pas autant de talent brut qu’il n’y songeait, mais toujours plus que lui à son âge. Avec un solide enseignement, il parviendrait sans problème à faire quelque chose. Bon, à défaut de pouvoir être sûr de lui enseigner autre chose un jour, il pouvait au moins lui montrer ce petit tour. Il l’aiderait peut-être un jour à développer son art.

« Tu ne t’y prends pas tout à fait de la bonne manière. Ton chakra parcours le livre, en effet, mais ce n’est pas le livre que tu dois parcourir : en réalité, c’est son essence qu’il faut cibler. Un peu comme le Fuinjutsu. Chaque symbole correspond à une essence. Pour chercher un sceau caché, il faut donc cibler l’essence du support sur lequel il se trouve. Et dans le cas présent, un livre mythologique. Ton chakra ne doit pas épouser sa forme complète, mais dessiner ce qu’il est comme s’il était un symbole. C’est une sorte de clé si tu préfères. »

Shura laissa son chakra physiquement visible pour lui montrer l’exemple, traçant le symbole qu’il pensait approprié. L’improvisation dû être modifié deux ou trois fois pour épouser la forme que la clé exigeait, mais elle fit luire le livre d’une sorte de lueur blanche. Et un sceau apparut sur la couverture. Le Jounin tenta d’ouvrir le livre, mais ce n’était plus possible.

« Oh. C’est curieux. En fait cette clé ne fait que révéler la véritable serrure. Et ce sceau est bien plus complexe … Incroyable, quel talent il a dû falloir pour tracer un sceau comme celui-là ! Cependant il ne ressemble pas aux tiens … Ce ne doit pas être un sceau kitsune. Mais bel et bien un sceau humain, je dirais. Il est juste incroyablement ficelé. »

Le Jounin fit disparaître la serrure.

« Voilà, si tu veux retenter le coup ... »

Sham lui posa une autre question. Il avait lu le nom sur son pendentif … Un joli nom hein ? Pour le jeune homme, c’était le nom le plus doux au monde en vérité. Et le plus triste, aussi. Il chargeait tellement d’émotions en lui qu’il ne put s’empêcher de regarder le pendentif d’un air … presque désespéré ? Coupable au moins.
Enfin, ce n’était plus le temps de ressentir ce poids. Il ne devait plus être un fardeau, Atsuko ne méritait pas de devenir un frein à son avancée. Mais un moteur.

« Non, ce n’est pas celui de ma femme. C’est celui de ma sœur. Ma grande sœur d’un an à peine. Elle est morte durant la guerre entre Shousan et l’Empire … Je n’ai pas très envie de raconter cette histoire, j’en ressens trop de honte. Mais c’était quelqu’un de formidable. Elle a passé sa vie à mentir et à trahir, tous ceux qu’elle aimait, parce que c’était son devoir. Mais sur la fin, elle a tout sacrifié pour revenir protéger son pays : le pays du feu. »

Quelque chose naquit dans l’esprit de Shura. Il se souvenait des sceaux Kitsunes, et de la description qu’en faisait le livre.

« Les sceaux kitsunes donnent forment au sentiment non ? Ce serait tellement fabuleux de pouvoir immortaliser le sentiment de quelqu’un d’aussi héroïque sous la forme d’un sceau, pour pouvoir s’en souvenir à jamais. Je ne sais pas si ces sceaux auraient un réel pouvoir. Mais ils pourraient sans doute, combinés à des objets plus terrestres, donner des œuvres magnifiques, non ? Ce serait mieux encore que toutes les tentatives artistiques. On figerait dans le temps le sentiment même. »
Nukenin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
82/300  (82/300)
Points de vie:
340/340  (340/340)
Points de chakra:
1270/1270  (1270/1270)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 19 Mar - 16:22
Plus le temps passé en la compagnie de cet homme plus j'étais déchiré ente différentes choses. Déjà l'envie de m'enfuir, sentant qu'il y avait quelque chose d'étrange sans réellement savoir si c'était le cas. Mais également l'envie d'être honnête avec lui, pas sur tout les points bien sûr juste sur le fuinjutsu. Pas que je me sentais mal à lui mentir de la sorte mais je sentais qu'il pouvait m'apprendre énormément. Devais-je accélérer la chose ou alors devais-je lui faire croire que je n'étais qu'un peu plus loin que les bases comme je le faisais là ? Je n'arrivais pas à trancher, tout comme je n'arrivais pas à savoir si c'était une bonne idée de continuer à lui parler. J'optais donc pour l'instant de continuer comme je l'avais fait jusqu'à maintenant, ne rien changer et peut-être simplement lui donner l'impression d'une avancée fulgurante par la suite si on continuait à se voir.

« Je suis heureux d'entendre que tu acceptes de restitue l'objet que tu as en ta possession. Pour ce qui est de rencontrer ma mère je ne pense pas qu'il y aura problème à ça. Elle tient au fait que son territoire soit ouvert à tous. Tu pourrais même profiter de ce moment pour rendre la statuette toi-même vu que tu semble gêné de n'avoir rien à apporter bien que ça n'aurait pas posé de problème. Disons que les Kitsunes sont toujours heureux de partager leur savoir. »

Ca me faisait bizarre d'entendre Tak parler aussi calmement et poliment à une personne qu'il ne connaissait pas. Lui qui aimait se jouer des gens. Il voyait en Shura la possibilité de se faire une place plus confortable. Avoir un appuis dans l'Empire était quelque chose d'important pour tout le monde et encore plus dans mon cas.

« C'est même au-delà de ça Shura. Oui les Kitsunes m'apportent beaucoup d'un côté intellectuelle mais ça va bien plus loin. En faisant court j'ai déjà gagné le meilleur des amis que l'on puisse avoir. » je jetais un coup d'oeil à Tak, on savait tous les deux la place que nous avions chacun pour l'autre mais nous nous le disions rarement « D'ailleurs contrairement à tous les shinobis ce n'est même pas moi qui ai choisi les Kitsunes mais l'inverse. Je ne sais pas pourquoi mais Tak venait souvent à mon berceau. On a passé pas mal de temps ensemble sans qu'aucun pacte nous lie. 'Fin tout ça pour dire que ce n'est pas le savoir la chose la plus importante qu'ils m'ont offert. »

J'avais un peu rougi en parlant. Pourquoi m'étais-je livré à ce point ? J'en avais aucune idée. Peut-être étais-ce simplement le fait de parler réellement à quelqu'un autre que le vieil homme qui s'était occupé de moi.

Ainsi donc lui s'était lié à des salamandres. Je n'avais jamais entendu parlé de ces Kyuochioses et pourtant j'avais passé pas mal de temps dans ce monde et appris pas mal sur bon nombre de familles.

Un signe du zodiaque de prédilection ? Oui j'en avais bien un mais c'était réellement les symboles qui m'intéressaient le moins. J'avais choisi le chien à l'époque, celui que je jugeais être le plus approprié à moi. Après tout c'était un peu ma place dans la famille. Pas le côté loyal bien sûr mais plus cette impression d'être considéré comme un bâtard et rien de plus. De ne pas avoir ma place.

« J'en ai bien un du zodiaque que j'ai déjà étudié plus que les autres mais c'est pas vraiment quelque chose qui me représente. Disons que j'ai trouvé plusieurs qui me représentent un peu plus avec les Kitsunes. Comme l'esprit du Kitsune qui est bien plus proche de ce que je suis qu'un simple animal loyal. Mais oui j'aimerais bien que tu me montres comment pouvoir l'utiliser de cette façon. Je trouve ça super classe. Ca en jette vraiment ! »

Ca me faisait un peu penser aux sceaux que j'avais sur mes bras sans les défauts de celui-ci. Là ça ne faisait que montrer le chakra et non influencer sur le mentale. Même le physique n'était qu'envelopper d'un aura et ne subissait aucune modification.

Les compliments de Shura me firent très plaisir. J'étais vu pour qui j'étais et non d'où je venais. Mon nom de famille ne semblait pas poser problème. D'ailleurs avait-il simplement fait le rapprochement ? Après tout ma famille n'était peut-être plus aussi influente qu'avant. Chose qui m'étonnerait connaissant mon père ...

« C'est très flatteur tout ça. Ca fait plaisir à entendre. Mais oui je suis tout à fait d'accord avec toi Shura, pour moi un shinobi n'est pas limité au combat ... D'ailleurs je trouve ça totalement stupide de combattre à l'aide des arts ninja. Même avec simplement du ninjutsu on peut aider les gens, moins intellectuelle que le fuinjutsu mais après tout le doton peut permettre de créer. C'est plus difficile pour les recherches j'avoue mais ça reste tout de même quelque chose qu'on ne développe pas. Tout comme pour le genjutsu. » je commençais à m'emballer un peu, me rapprochant un peu de la table, oubliant cette sécurité que j'avais pris « Pourquoi on doit se limiter à l'utiliser pour faire du mal ? C'est l'art des illusions non ? Pourquoi ne pas s'en servir pour soigner des gens ? Même l'art médicale est détourner pour le combat. On pourrait pas tout simplement se limiter à un côté pacifique des jutsus ? »

« Sham tu devrais peut-être te calmer un peu ? Tu sais bien qu'aucun humain ne partage ton point de vue. »

« C'est vrai ... Et c'est même dommage. »

J'étais un peu gêné de m'être emporté de la sorte. Je ne comprenais réellement pas pourquoi chacune des branches des arts shinobis n'étaient portées que sur la guerre.

Shura me ramena à mes questionnements. Se revoir était-il réellement une bonne idée ? Je n'arrivais pas à trancher, toujours plongé dans mes doutes. C'est vrai que j'adorerais travailler avec lui, je sentais qu'il pouvait m'apporter beaucoup. Mais si c'était une personne placée là par l'Empire pour me surveiller ? A vrai dire, dans ce cas je préférais une personne comme lui qu'une personne me filant en permanence.

« Ce serait un plaisir de travailler avec toi. Vous ? Je sais jamais ce que je dois dire ... Toi ça a l'air bien non ? Oui j'aimerais bien que tu m'apprennes le fuinjutsu. »

Je tirais la langue histoire de lui montrer que j'avais tout de même des connaissances dans le domaine du fuinjutsu. Je lui faisais croire qu'elles étaient bien moindre que ce que je savais réellement mais c'était déjà un début non ? Tak me jeta un bref regard noir, il ne semblait pas cautionner cette façon de faire. C'était un tout petit sceau sur le bout de ma langue. Je rangeais celle-ci histoire de pouvoir parler sans problème.

« Comme toi j'ai utilisé le dragon pour ce sceau mais aussi le coq. Il n'a pas vraiment d'utilité, c'est juste histoire d'améliorer un peu ma voix rien de plus. Ca n'a même pas un côté intimidant comme le tien. Mais comme tu as dis il faut bien commencer quelque part non ? »

Je prenais place sur la chaise face à Shura.

« C'est dommage que l'Empire ne t'ai pas mis comme senseï officielle de Sham. Je crois que vous auriez pu vraiment mettre pas mal de chose au point. »

Connaissant Tak je sentais qu'il ne pensait pas un seul des mots qu'il venait de prononcer. Je lui fis une petite tape sur la tête et une caresse sur son dos.

J'écoutais avec attention ce que Shura racontait sur le sceau du livre. Jamais je n'étais tombé sur un fuinjutsu de la sorte. J'en connaissais bien quelques un d'on le seul but était de sceller quelque chose mais pas avec autant de précaution. Il fallait donc voir l'objet comme un symbole et non comme un objet ? C'était étrange comme point de vue. Je n'avais jamais envisagé l'art des sceaux sous cet angle, bien dommage vu le nombre de porte qu'il ouvrait.

Un fuinjutsu en cachant un autre ? C'était vraiment une bonne idée, toute simple mais je n'y avais jamais pensé. C'était ... Réellement super intelligent. J'allais peut-être devoir voir ce que cette nouvelle vision pourrait m'apporter. Camoufler le chakra d'un sceau à l'aide d'un autre ? Ca pourrait être une bonne idée tien.

« Je veux bien retenter le coup. Tak tu m'aides ? »

Il sourit comprenant là où je voulais en venir. Si Tak m'aidait on pouvait montrer un plus haut potentiel, après tout au pire il suffisait de mettre ça sur le dos du Nogitsune. Je posais ma main sur le livre, Tak lui posa le bout de ses queues.

Je me remémorais ce que Shura nous avez expliqué. Voir l'objet comme un symbole. C'était plus simple à dire qu'à faire. Je n'étais pas du tout habitué à utiliser le fuinjutsu de cette façon et Tak non plus apparemment. On déployait tout les deux notre chakra. J'avais dû mal à saisir ce que Shura avait voulu entendre par objet symbole. 'Fin sur papier c'était facile mais en pratique il en était tout autre.

« Si je comprend bien il suffit de faire une représentation et non d'épouser l'objet. C'est simple dit comme ça mais bien plus complexe. Peut-être que en tentant comme ça. »

Tak parlait plus pour lui, je sentais qu'il ne travaillait pas de paire avec moi. Il semblait chercher à y arriver seul et non avec mon aide. Comme moi il voyait en ce livre un potentiel piège. Une façon de lire en quelqu'un ? Une paralysie ? J'en avais aucune idée et puis c'était peut-être tout simplement rien du tout. Enfin simplement un sceau.

Il fallut un bon moment pour que Tak arrive à quelque chose, moi je continuais de mon côté, épaulant mon ami à certain moment. Il fallait que je donne l'impression de me donner à fond. Ce qui l'aida pas mal c'est ses capacités innée pour le fuinjutsu. Et puis l'utilisation de ses queues lui donnait une réelle avantage par rapport à moi. Il lui fallut bien plus de tentative que Shura pour arriver à dévoiler le sceau.

« Je crois qu'on y est arrivé Sham. »

J'abordais un large sourire qui n'était que de façade. J'étais déçu de ne pas avoir réellement pu me pencher sur l'exercice maintenant que je savais qu'il ne risquait rien ou tout du moins d'apparence. Rien n'avait changé en Tak et ni au niveau du bouquin mise à part cet aura et le sceau apparent.

« Oui du bon boulot ! Vous aviez peut-être raison Shura ! »

Je retendis le livre vers l'homme, je mourrais d'envie de tenter d'aller plus loin tout comme Tak mais ce n'était pas une bonne idée, nous ne savions toujours pas ce que cachait ce livre. S'il s'agissait d'un secret la découverte serait réellement satisfaisante. Mais s'il s'agissait d'un piège ... On ne pouvait pas se permettre de prendre plus de risque.

Le sujet Atsuko semblait être difficile pour Shura, à peine avais-je abordé celui-ci que son regard changea. Tout comme ce qui se dégageait de lui. Il semblait si sûr il y a un instant et là ... Je ne savais pas vraiment comment décrire mais on pouvait sentir le poids qui venait de se poser sur ses épaules.

« Désolé je n'aurais peut-être pas dû aborder ce sujet. »

Il ne m'avait pas permis de trancher et apparemment en parler plus n'apporterait rien de bon dans la discussion. Peut-être que si je le voyais par la suite comme nous l'avions dit il me serait possible de creuser un peu plus le sujet.

« Hum, pas réellement, il est possible de tourner notre fuinjutsu dans ce but mais ce n'est pas le but premier des symboles Kitsunes. » Tak s'en foutait totalement de l'effet que le nom Atsuko avait donné sur Shura « A vrai dire c'est surtout ma mère qui utilise parfois le fuinjutsu de cette façon. Mais oui c'est vrai que ça donnerait quelque chose de magnifique mais de tellement dangereux. »

« Comment ça Tak ? »

« Hé bien, si on l'utilise d'une façon historique ça ne serait que bénéfique. On apprendrait bien mieux et de façon plus juste. La place à l’interprétation serait beaucoup plus mince. Mais imagine si on enferme des souvenirs à soi, ce ne serait que des moments de bonheur et de joie pour la plupart. Le souvenir d'un être disparut. Ne penses-tu pas que certain seraient enclins à s'enfermer dedans ? A passer tout leur temps à se remémorer ces moments perdus ? Je crois que si jamais quelque chose comme ça arrivait il serait judicieux de faire bien attention à la façon d'on c'est utilisé. »

« Hum, c'est vrai que vu sous ce point de vue c'est quelque chose à prendre avec des pincettes. »

Cette question me laissa un peu pensif. Est-ce qu'un justu n'étant pas dédié au combat pouvait-il être aussi dangereux qu'un offensif ? C'était difficile de trancher sur cette question.

« Vous m'avez parlé de travailler ensemble ... Ca ne vous direz pas de commencer tout de suite ? Ou alors on peut rester à papoter encore ici ... Mais à vrai dire j'aimerais bien aussi prendre un peu l'air surtout qu'on a droit à une belle journée. »

Oui je n'avais pas envie de rester cloîtrer, pratiquement cinq années m'avaient plus que suffit pour toute une vie. Mais le plus important était le fait que dehors j'avais bien plus de porte de sortie qu'ici.

« Vous pourriez peut-être apprendre à Sham ce fameux sceau que vous nous avez montré ? »

« Si vous voulez en échange je peux vous apprendre le mien ! »

J'étais sur le départ histoire de tenter de pousser Shura à quitter cet endroit.
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Mai - 18:08
La réaction de Shura à la réponse de Tak fut pour le moins inattendue : il éclata tout simplement de rire. Tenir à ce que son territoire soit ouvert à tous, partager leur savoir … Eh bien, ça n’avait l’air de rien, mais sur le coup il avait trouvé ça hilarant. Il comparait instinctivement tout ce qu’il apprenait sur la famille des Kitsunes à celle des Salamandres.

« Ha… Désolé. C’est juste que vous, les Kitsunes, êtes tellement différents des Salamandres. Décidément, le monde des Kyuchioses comporte tellement d’inconnus ! S’il n’y avait pas tant de choses à faire dans le nôtre, il faudrait le parcourir et le découvrir. Enfin, des dizaines de vies humaines entières n’y parviendraient sans doute pas tu me diras. »

Différents hein ? En fait, s’ils n’étaient séparés que par des territoires appartenant aux autres familles, c’était comme si les deux familles venaient de deux mondes différents. Les terres volcaniques où vivaient les salamandres étaient inhospitalières et agressives. Le simple fait d’y faire quelques pas nécessitaient une certaine force. Mentale, mais surtout de la puissance à l’état brut. Pouvoir éviter ou encaisser un geyser de magma en fusion n’était pas donné à tout le monde. Sentir le sol se fissurer et s’écarter avant qu’il ne se reforme sur soi, en avalant sa proie toute crue entre ses dents telluriques, ce n’était pas non plus le plus simple. Quand le monde prend vie et tente de te tuer, c’est vraiment quelque chose.
Du coup, seuls les êtres les plus tenaces parvenaient jusqu’au repaire des salamandres, et même une fois arrivé sur place, il fallait encore en vaincre une afin de définir qui on était. Les connaissances ? Les salamandres ne parlaient presque jamais alors le partage était difficile. Leur hiérarchie interne et externe, leur rapport aux leurs et au monde, tout était une simple et brutale question de force.

Mais ce que Tak venait de dire était clairement une invitation. Alléchante, en plus. Si vraiment les terres Kitsunes et leur savoir étaient ouverts, il serait évidemment honoré de rencontrer la déesse renard.

« Dans ce cas mieux vaut que ce soit toi qui le rapporte. S’il n’est pas une condition, autant qu’il retourne chez les tiens dès que possible. A vrai dire, je l’ai étudié avec tous les moyens à ma disposition et je sais tout ce que je peux savoir par moi-même. Et de ce que j’ai découvert, il vous sera bien plus précieux qu’à moi. Et ce n’est pas peu dire, je tiens énormément à ma collection d’artefacts ou à mes vieux grimoires. »

Y tenir ? Si un cambrioleur lui avait vidé ses économies et tout ce qui avait de la valeur chez lui, il n’aurait même pas cherché à le retrouver. S’il avait touché une seule de ses pièces, il l’aurait traqué et mis à mort rien que pour une tentative foirée. Enfin, s’il passait les sceaux qui les protégeait bien entendu. Il avait aménagé sa cave exprès pour se faire sa petite exposition personnelle. Cette collectionnite collait peu au personnage qu’affichait Shura d’habitude, mais elle faisait partie de lui bien d’avantage encore que celui qu’il montrait généralement. Et puis, elle avait le pouvoir de contrôler la colère qui l’avait rongé autrefois et le menaçait encore de temps à autre.
Que pouvait-il dire à Tak de ses découvertes sur l’artefact en attendant ? Tout, en fait. Après tout, s’il devait le rendre, autant qu’il leur explique ce qu’il avait découvert.

« Je pense que la statuette renferme une queue de Kitsune. Je n’ai jamais réussi à l’extraire ou à la voir, mais mes recherches vont dans ce sens. J’ai réussi à retrouver quelque chose sur un Esprit Renard nommé Mirai dans le temple où elle a été trouvée. Cet esprit aurait entrevu le futur, et serait rentré dans une transe pour en voir toujours plus. Si bien qu’il en est mort de chagrin. Cette queue serait ses souvenirs en quelque sorte. Elle pourrait devenir un artefact divinatoire mais … Je pense qu’il serait plus sage que votre famille décide de ce qu’il faut en faire. Après tout, si je n’ai pas pu l’ouvrir c’est peut-être simplement parce qu’un humain ne le peut pas. »

Être choisi par son invocation, hein … Là encore c’était différent. Shura lui avait juste débarqué dans les terres volcaniques à la recherche de pouvoir et défier le maitre des lieux. Leur match nul avait donné le pacte. La relation de confiance que Sham avait avec Tak, il n’aurait même pas eu besoin de la lui préciser. Elle sautait aux yeux. Ces deux-là étaient complètement indissociables. Ce n’était même pas une histoire d’amitié, plutôt d’amour fraternel.
Mais avec ses beaux discours sur l’importance du savoir le Jounin ne savait pas trop quoi répondre à Sham. Non, en fait ce n’était pas si difficile. Leur lien ressemblait à celui qu’il avait connu avec Atsuko, il pouvait le comprendre. Mais comme toute réponse il se contenta de hocher la tête. Quels mots aurait-il pu prononcer ?

La suite fit plus de bruit dans l’esprit de Shura. Pourquoi les arts ninjas devaient-ils être utilisés pour faire du mal à autrui ? Aujourd’hui, c’était pile poil d’actualité. Mais sa quête était inébranlable, il ne douta pas même une seconde. Il sentit son cœur gelée battre sous sa poitrine … Mais malgré tout l’existence d’un jeune ninja qui était prêt à baisser les armes était encourageante. Peut-être qu’après la destruction occasionnée par l’Aile, il faudrait confier le monde à des jeunes gens comme lui plutôt qu’aux guerriers sanglants qui auraient remis le tout à zéro ? Pour la renaissance, ils n’avaient encore rien prévu. Peut-être parce que ce n’était simplement pas leur rôle.

« Je suis à la fois en accord et en désaccord avec toi. Les arts ninjas sont merveilleux lorsqu’ils sont utilisés pour autre chose que le combat. Mais malgré tout … Ce sont les outils les plus efficaces lorsqu’on veut se battre pour une cause. Et quand la cause est juste, n’est-ce pas une bonne chose de tout donner pour accomplir son objectif ? Certes, la violence devrait être le second recours, mais parfois on ne peut pas dialoguer quand bien même on se comprend. C’est ce qui s’est passé pour Shousan … Je pense comme Tak, aucun humain ne peut partager ton point de vue. Mais j’espère qu’un jour tu en trouveras quand même. D’autres surhumains comme toi, formés aux arts ninjas mais qui les utilisent pour autre chose que la guerre. »

« J’aurais aimé en être … »

Un sourire un peu dépité prit place sur le visage du Jounin.

« … Malheureusement il est un peu tard pour ça. Certaines promesses sont plus importantes que tout. Même la justice, le bon sens ou la morale. Lorsque les êtres qu’on chérit le plus sont en jeu, les arts ninjas ne peuvent qu’être des instruments pour accroitre sa force. »

« Enfin, peu importe. Je ne suis pas là pour t’endoctriner. »


Comme le pensait Shura, Sham utilisait les sceaux du zodiaque déjà. Evidemment, il avait même l’air d’en savoir un petit peu plus que ça. Il avait peut-être même créé ses premiers symboles ? Le Jounin observa attentivement le sceau que lui montrait le garçon. A première vue, le tracé était très fluide. Il avait dû le refaire depuis la première apposition, sûrement, il n’empêchait qu’il semblait être fait avec assurance. Les différents éléments liant les deux symboles étaient judicieux, aussi. Pas tout à fait simples par contre. Lui était du genre à aller droit à l’essentiel, Sham semblait avoir l’esprit plus tortueux, plus sinueux, et aimer la complexité. Malgré tout, le résultat était le même. Voire même un peu plus efficace de son côté, car on voyait sa recherche perpétuelle d’optimisation.

« C’est simple, mais tu as ton style propre c’est encourageant. Ce ne sont pas juste des symboles posés sur le corps, il y a de la recherche … »

Les idées fusaient dans tous les sens, et en plus Sham venait de réussir avec le livre. Mais le jeune ninja semblait avoir du mal à tenir en place maintenant. D’un geste prudent, le Jounin remit en place la serrure de l’ouvrage. Il faudrait qu’il revienne avec quelques outils de sa conception afin de l’ouvrir réellement. La serrure était sans danger, évidemment, mais s’ils l’ouvraient sans être préparés, ce serait autre chose.
Il l’expliqua rapidement à Sham et Tak, histoire de ne pas les mettre en mauvaise situation à cause de ce savoir qu’il venait de leur transmettre.

« Tu as raison, le plein air fera du bien. Je ne sais même plus quelle heure il est, il est grand temps de sortir d’ici. Voyons, où pourrait-on aller pour être à la fois à l’extérieur mais loin des oreilles indiscrètes pour pouvoir travailler au calme ? »

Tout en réfléchissant, il replaça l’ouvrage dans la bibliothèque à son endroit, et entama la marche vers la sortie. Non sans saluer la gargouille derrière son comptoir avec bonne humeur.

Il se frappa soudainement la paume de son poing ganté. Il avait presque oublié qu’il était ninja, et même qu’il était Jounin. En plus il avait des galons de mérite depuis la guerre. Genre, il avait plein d’endroits ouverts dans des moments comme celui-là.

« Tu es déjà allé à l’aile de recherche à l’académie de Taki ? Il y a tout un tas de salles bien sûr. Mais il y aussi un jardin dans lequel les botanistes s’amusent avec des espèces mutantes. Et au fond, il y a un espèce de banc en demi-lune, en pierre. Il n’y a quasiment jamais personne car ils sont trop occupés, mais on serait à l’air libre et en paix en même temps. Je ne pense pas qu’on nous interdira de nous poser là-bas si tu veux … »

Ils se mirent en route. Heureusement la bibliothèque n’était pas bien loin de l’académie : c’était le quartier voisin. Au passage, Shura en profita pour s’approvisionner en eau potable et prendre des sandwichs. Il sentait qu’ils allaient en avoir besoin dans un futur proche.

L’aile de recherche n’était pas très animée, mais elle était surtout séparée en plusieurs sections. Et celle qui les intéressait c’était le jardin botanique. Beaucoup de verdure, et comme promis un recoin tout au fond, à l’ombre de grands arbres aux feuilles bicolores brunes et rousses. Les fruits qui poussaient dans leurs branches avaient la forme d’oursin acérés … Enfin, au moins si les bancs étaient au-dessous ils devaient être sans danger.
Un homme couru dans leur direction.

« Messieurs ! Voyons, vous n’êtes pas de la section, vous ne devriez pas être ici ! L’accès est confidentiel ! »

« On n’a pas pensé à frapper. Je suis navré du dérangement. Shura Ryuuketsu, je suis Jounin, mon jeune ami et moi on ne vous embêtera pas. On va juste aller s’installer là-bas. Pas de problèmes ? »

« G-Général Ryuuketsu ? Non, bien sûr il n’y a pas de problèmes … Je crois … »

« Tout va bien alors. Détendez-vous je ne suis plus général. Et ce n’est pas une inspection. Nous avons simplement besoin d’un lieu de travail à l’air libre, et on ne dérangera pas vos recherches, ni n’abîmerons les plantes du jardin. Soyez tranquille. »

Il était réellement de bonne humeur. Non pas qu’il aurait été grossier d’habitude. Mais peut-être un poil plus expéditif. Et il se serait moins embarrassé d’explications et de tout ce bordel.
Les bancs n’avaient pas de dossier, et étaient suffisamment larges pour servir de support en plus de ça. Splendide. Shura s’installa en tailleur dessus, de sorte d’être face à Sham s’il s’asseyait aussi. Il posa à côté de lui, ouvert, tout le matériel qu’il utilisait pour le Fuinjutsu. Pinceaux. Encres. Un journal concernant ses notes. Deux ou trois pigments particuliers. Et j’en passe. Sur le sol un peu plus bas, il déposa le sac contenant l’eau et les casse-croûtes pour plus tard. Voilà qui était fait, ils étaient bien posés.

« Bien passons aux choses sérieuses. Je me propose pour commencer. Même si nous sommes associés d’avantage que maitre et élève, mettons que nous laissons l’honneur à l’ancêtre ! Oh quoique … Tak tu es un Kitsune … Je ne m’avancerais pas à être sûr que tu es plus jeune que moi … Enfin, vous avez compris l’idée ! »

D’un geste sûr, Shura traça sur le banc le symbole du dragon. Un symbole du zodiaque sous sa forme basique, sans vraiment d’enluminures. Il n’y avait rien de réellement complexe.

« Le sceau que j’ai utilisé s’appelle le sceau de l’Empereur. C’est un sceau dont le fonctionnement est simple : il permet de donner forme à ton aura de chakra. Tu as déjà remarqué que lorsque tu concentres ton chakra dans un objet, l’objet luisait d’une couleur bleu pâle ? C’est parce que le chakra a une couleur ! Mais contrairement à cette couleur bleu pâle commune, le sceau du dragon n’exploite pas la couleur physique du chakra. Voilà pourquoi c’est le dragon, symbole de l’âme et de la sagesse par excellence, que j’ai choisi d’utiliser. La couleur de l’aura que manifeste le sceau est lié à l’âme, l’affinité si tu préfères, de l’utilisateur. Par exemple, moi c’est du chakra rouge car mon affinité première est le Katon. Le feu. Côté pratique je ne suis pas sûr de l’utilité de ce sceau … Il est intimidant, en un sens c’est déjà bien. Mais c’est surtout qu’il ne coûte rien. Enfin, pour le tracer il faut utiliser du chakra, mais après le chakra s’actionne lorsque tu le souhaites sans rien demander, c’est son principal avantage … »

Shura traça un cercle qui coupait le dragon au niveau du cou et de la queue, autour duquel la créature semblait s’enrouler.

« Et c’est parce que ce sceau n’utilise pas les éléments liants habituels, qui demandent du chakra pour réveiller le sceau. Ce cercle est appelé cercle de Kokitsu. C’est un cercle qui ne peut s’utiliser que lorsqu’on trace un sceau doté d’un seul symbole. Il ne provoque pas d’effets supplémentaires, mais permet au sceau de ne pas coûter de chakra, simplement. Cela dit, mis à part pour le sceau du dragon, je ne lui ai jamais trouvé de combinaison gagnante … En tous cas pas dans les symboles que moi je connais. Après pour que le sceau fonctionne, évidemment, on rajoute le second cercle, le charme d’Asagi, un grand classique. Et on obtient un sceau en trois traits, le sceau de l’Empereur ! »

Il acheva le tracé. C’était réellement un sceau simple, pas de doute. Mais il n’empêchait qu’il avait mis du temps sur les recherches concernant le cercle de Kokitsu, une de ses premières trouvailles. Kokitsu était un chercheur qui datait de l’époque de Suna … Autant dire qu’il avait épluché pas mal d’ouvrages avant de trouver ce qu’il souhaitait pour son premier sceau !
Nukenin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
82/300  (82/300)
Points de vie:
340/340  (340/340)
Points de chakra:
1270/1270  (1270/1270)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Mai - 16:19
Je prenais réellement beaucoup de plaisir à discuter avec cet homme. Il y avait quelque chose de naturel chez lui, de spontané dans sa façon d'être qui me plaisait beaucoup. A Tak également apparemment vu la manière d'on il lui parlait. Le renardeau accepta l'objet d'un simple geste de la tête. Cet objet appartenait donc à un membre de la famille de Tak, une queue de Kitsune ? Je ne savais pas qu'elles pouvaient prendre une forme physique comme celle-ci. C'était étrange de se dire qu'il était possible d'enfermer une partie d'un corps dans un objet en arrivant à conserver des souvenirs. Tak me fit signe de la prendre. Je ne pu m'empêcher de l'inspecter rapidement. J'en revenais pas de ce que je tenais en main.

« C'est quand même bizarre de se dire qu'il y a peut-être dans cet objet une partie de Mirai. Je savais que les queues des Kitsunes représentaient leur puissance mais de là à penser qu'elles peuvent être enfermée et renfermer une partie du savoir et des connaissances d'une personne ... Tu l'as connu Tak ? »

« Non, je n'ai jamais entendu parler de ce Kitsune. Il faudrait peut-être demander à ma mère, après tout elle est quand même la mère de tous les Kitsunes. Elle devrait pouvoir nous éclairer là-dessus. Par contre c'est une bonne chose que tu n'aies pas réussi à desceller cette queue. Si ce que tu dis sur Mirai et qu'il y a réellement ses souvenirs dans cet objet il devrait rester scellé à jamais. Si Mirai à perdu la raison en voyant le futur c'est bel et bien la preuve que personne n'est fait pour ça ou tout du moins pas dans cette ampleur. Vous les humains êtes destructeurs et mégalomanes, si jamais une personne savait de quoi serait fait demain je n'ose imaginer ce qui se passerait. Enfin, peut-être qu'il ne se passerait même rien du tout, après tout rien nous dis que ce que Mirai aurait vu serait immuable. » il porta son attention sur moi « Tu ferais bien de ranger cet artefact Sham, cet objet est certainement trop puissant pour être manipulé pas des mains aussi inexpérimentée que les tiennes. »

J'obéis me sentant un peu vexé par ce qu'il venait de dire. Il connaissait mon réelle potentiel en fuinjutsu ce qui impliquait qu'il pensait réellement que je n'étais pas de niveau à affronter un tel objet. Ou alors parlait-il simplement de ce que cet objet renfermait ? Il était inutile de se pencher plus longtemps sur cette question de toute façon, je glissais la statuette dans une de mes poches. Je restais tout de même piqué par la curiosité de tenter de desceller cet artefact. Mais bon, si Tak ne le sentait pas c'est qu'il valait réellement mieux le remettre simplement à Shian.

Le sujet qui « fâche » bien souvent ... Ce n'était déjà pas la première fois que je soulevais ce point.

« Moi je suis pas du tout en accord avec vous. Je ne vois pas pourquoi il ne serait pas possible de régler des problèmes de façon pacifique. Après tout les shinobis sont capables de prouesses inimaginables pour certain. Pourquoi serait-il impossible d’imposer la paix ? Oui comme vous dites il y aura toujours des gens qu ne seront pas d'accord mais ça c'est pas réellement un problème non plus. C'est juste une façon de tester la force du pacifisme. » je marquais une petite pause, repensant à ce que Shura venait de dire avant de reprendre de plus belle « Déjà, ça devrait pas être un second recours, ça devrait même pas en être un. Si les jutsus sont des outils efficaces pour se battre c'est uniquement parce qu'on les a développé dans ce sens. Rien ne nous empêche d'utiliser justement les arts shinobis dans un but bien plus louable. Depuis quand tuer est une option pour arriver à ses fins ? Qui a décider que c'était une fatalité quand on veut défendre une cause ? »

« Sham tu devrais. » je le coupais directement

« Non Tak ! Je vois pas pourquoi je n'aurais pas le droit de développer mon point de vue, le bon point de vue ! Jamais tué n'a été une option ! Ca devrait être totalement interdit ce qui l'est normalement sauf si. Ouai sauf si ça ça ça ça ça et ça. Du coup c'est permis dans la plupart des cas. En remettant à plus petite échelle, une guerre c'est rien d'autre que deux voisins qui se disputent sur un sujet. En quoi j'aurais le droit de tuer mon voisin parce qu'on est en désaccord ou parce qu'il veut s'approprier ma pelouse ?  » je marquais une nouvelle fois une pause, remarquant que je m'emballais peut-être un peu trop et déviait du sujet principale « Si au lieu de mettre des ''armes'' au point à l'aide des savoirs shinobi on se penchait plus sur une façon d'éradiquer le chakra chez quelqu'un de façon permanenta ou non suivant la gravité de ses crimes. Après tout c'est toujours les shinobis qui la font et jamais les gens qui ne développent pas ces capacités. » je frappais du point sur la table « L'Aile du Phénix est le meilleur exemple, on devrait les empêcher de pouvoir utiliser leur chakra à tout jamais. Comment peuvent-ils se dire défenseur d'idéaux, libérateur du peuple et je ne sais tout quoi en agissant avec autant de barbarie ? C'est juste un groupe d’écervelé incapable de comprendre qu'il y a bien d'autre manière de mener une révolution. D'où fait exploser des bâtiments ou je ne sais quoi sert à quelque chose ? Surtout quand c'est pour tuer. Et en plus il y a toujours des dégâts collatéraux. Ces types sont juste un ramassis de connards. C'est le meilleur exemple de gens à qui il faudrait empêcher l'utilisation du chakra. Si on suivait cette façon de faire, ça serait les premiers à y passer. Exemple même de la connerie de cette façon de penser, ils veulent descendre l'Empire pour en construire un nouveau ou je ne sais quoi. Autant se battre contre soi-même, ça serait moins dangereux pour tout le monde et à la hauteur de leurs conneries vu que de toute façon ça sera juste un perpétuel renouveau. Je fout'rais bien des baffes à chaque con qui en fait partie histoire de leurs remettre les idées en place. »

« Et puis, vous savez, il n'est jamais trop tard pour changer. Sinon personne ne le pourrait. Et non, jamais une promesse ne sera importante plus que tout. Je doutes que qui que ce soit qui vous apprécies souhaiterait vous voir dans une position délicate pour une simple promesse. »

Oui je l'avoue j'avais un peu débordé. En même temps c'est un sujet qui me tient à coeur et que je tente de faire comprendre aux gens mais ça ne marche jamais. Ils sont beaucoup trop butté sur leur propre idée, prenant les arts shinobis pour une simple arme. Tous des cons sur ce monde!

« Tu te fais plus de mal qu'autre chose à chaque fois Sham. Tes idées sont magnifiques bien qu'un peu extrémiste parfois. Surtout sur cette partie du ''sceller le chakra'' mais je comprend ton point de vue. Par contre je propose que l'on arrête de parler de ce sujet. C'est quand même un débat stérile. Aucun ne change jamais d'avis de toute façon. Et puis comme disait Shura il n'est pas là pour t'endoctriner donc toi non plus Sham. »

Il n'avait pas tort, mon discours prenait rarement écho chez les gens. Et quand c'était le cas c'était pour être oublié aussi vite. Les gens aiment prendre le chemin de la facilité, c'est à dire les armes au lieu de chercher des compromis pour arriver à une fin pacifiste. J'étais un peu remonté mais pas plus que ça, à vrai dire je pouvais comprendre un peu le point de vue de Shura mais absolument pas le cautionner. Fort heureusement le sujet fut bel et bien changé.

D'ailleurs on alla jusqu'à changer d'endroit, jamais je ne m'étais rendu dans cette partie de Taki. D'ailleurs comment aurais-je pu faire vu que je n'avais certainement pas le droit de franchir l'enceinte de ce genre de bâtiment. Je suivais tranquillement Shura, la route fut plutôt silencieuse, je repensais à tout ce qui s'était dit. Pas simplement le sujet un peu délicat mais réellement à tout. Nous avions beau être en désaccord sur ce point il n'en restait pas moins quelqu'un de géniale. Je ne regrettais en rien d'avoir mis les pieds dans cette bibliothèque.

Quel ne fut pas ma surprise en apprenant qui était réellement la personne avec qui j'échangeais depuis le départ. Si Shian n'avait pas insisté pour que j'apprenne l'histoire de ces cinq dernières de façon approfondie, son nom ne m'aurait rien dit et je n'aurais certainement pas su d'où il venait. Je me figeais sur place, fermant les yeux, prenant une forte inspiration. Le poil de Tak s’irisait un peu en apprenant la nouvelle. C'était cet homme qui avait mené au front les attaques envers Shousan. C'était en partie à cause de lui que mon ancienne vie était partie en vrille. Je pris une nouvelle inspiration, bien plus profonde que la précédente, j'avais du mal à me contenir. J'allais jusqu'à mordiller mes lèvres pour éviter de gueuler sur cet enfoiré.

« Calmes toi Sham. N'oublie pas tu ne sais rien. »

Il venait de chuchoter à mon oreille afin de s'assurer que Shura ne puisse entendre. Je devais récupérer mon calme au plus vite. Il n'y avait techniquement aucune raison pour que je lui en veuille, j'étais censé avoir fait un bon de cinq années dans le temps. Je mobilisais la totalité de ma concentration pour paraître le plus naturel possible, le plus aimable, enfin pour être comme j'étais avec lui depuis le début. Mon visage se décrispa un peu, je soufflais une nouvelle fois. J'étais prêt à sortir mon grand jeu de manipulateur.

« Comme ça vous avez été générale ? C'est super comme boulot ! Je suppose que vous avez participer à la guerre contre Shousan. »

On ne pouvait rien percevoir dans ma voix mise à part à la prononciation de Shousan, qui avait été un peu plus sèche que je ne l'aurais souhaité.

J'emboîtais tranquillement le pas à Shura, le suivant en silence. M'installant face à lui dans la même position. A peine avais-je posé mes jambes sur le banc que Tak sautait sur celles-ci afin de s'y lover. Je n'eus pas la force de sourire à cette histoire d'ancêtre contrairement à Tak. Apparemment je n'étais pas si prêt que ça.

Heureusement le sujet était passionnant. J'avais beau avoir cette rancoeur quelque part dans ma cervelle je ne pouvais pas m'empêcher d'écouter avec avidité. Comment pouvait-on être aussi géniale et en même temps être aussi insupportable de par ses actions passées ? Une nouvelle inspiration.

« Oui j'avais déjà remarqué l'aura de chakra que peut avoir un objet. Si je comprend bien le principe même de ce sceau est de simplement colorer le chakra afin de le rendre visible ? Par contre c'est très habille d'utiliser ce liants, je ne le connaissait absolument pas. En même temps, je ne suis pas très loin dans mes connaissances du fuinjutsu. Enfin en théorie si mais pour ce qui est de la pratique s'en est tout autre. J'arrive pas à la cheville de Tak et encore moins à la votre. » en parlant de Tak, lui aussi suivait avec passion ce qui se disait « Donc le cercle de Kokitsu allié à au dragon permet de rendre visible le chakra. C'est quand même pas rien ... Mais c'est vraiment le cercle qui donne tout l'intérêt à cette technique. » je me tus quelques instants pour réfléchir à comment tourner mes phrases mais également pour faire taire cette colère qui naissait en moi « C'est comique parce que j'ai aussi utilisé le dragon pour mon premier sceau. » je tirais à nouveau la langue « Hà. » je retirais mon doigt qui pointait le dragon et rentrait le muscle « Mais je l'utilise d'une toute autre façon. Je l'ai utilisé dans le côté majestueux et magnifique surtout, allier au coq pour son chant. Il serait peut-être bon que je modifie le liant que j'ai utilisé. Il me permet aussi de ne pas avoir à dépenser de chakra mais par modification permanente. Il serait peut-être plus judicieux d'utiliser le cercle de Kokitsu. Faudra que je réfléchisse à ça. » plus je parlais et plus j'oubliais qui avait été cet homme, je ne gardais pratiquement plus en tête que ce qu'il me présentait là, un homme intelligent et plein d'intérêt, pourtant je devais bel et bien crever l’abcès avant de continuer à lui parler, savoir pourquoi il avait agi comme ça « Tout ce que vous me dites là est très intéressant je vous l'assure mais je crois qu'avant de continuer il est important d'éclairer quelques points. »

Tak se releva pour me fixer, il n'approuvait pas ce que j'allais faire je le voyais bien. Je me mettais dans une position délicate pour mes futurs plans mais je préférais avoir le coeur net. Mon regard se planta dans celui de Shura.

« Comme je vous l'ai dit je m'appelle Sham Ono. Comme Oma Ono, vous devez sûrement connaître. Apparemment il s'est fait une place plutôt confortable à Shi. Je suis son fils, je suis né à Shousan avant que la guerre n'éclate et j'y étais genin. Pourtant je n'ai pas participé à cette guerre pour une simple et bonne raison, j'ai été privé de cinq années de ma vie. Comme envoyé directement à cette époque. Je ne sais pas exactement comment, pourquoi ou par qui. Mais les faits sont là, je n'ai pas pris un jour durant ce laps de temps et je n'ai aucun souvenir de cette époque. » je m'avançais un peu vers lui maintenant toujours mon regard au creux du sien « J'ai étudié pour savoir ce qui s'est déroulé durant cette époque et j'ai appris que l'homme qui menait les troupes était générale. Je suppose grandement que c'est vous ce générale. »

Je laissais ces mots en suspends durant quelques secondes. Voir la réaction qu'il aurait avant de continuer.

« J'aurais vraiment aimé que vous soyez une autre personne. » je soufflais « Mais c'est pas le cas ! J'ai parlé avec l'Impératrice qui souhait m'expliquer tout ce qu'était l'Empire. J'ai refusé voulant me faire un avis par moi-même sur cette force qui avait écrasé Shousan. Tenter de comprendre pourquoi éradiquer un pays de cette façon. Je crois que le témoignage d'un général de cette époque pourrait réellement m'aider à comprendre pourquoi. Surtout s'il était tout comme moi shousanien de base. Ha oui et je voudrais si possible que ce soit honnête. Je veux réellement comprendre ce qui peut pousser un homme à trahir les siens. Et pour ça je suis prêt à en mettre le prix. »

Dans un clappement mes deux mains se joignirent entre nos deux visages. Je me concentrais quelques secondes, malaxant mon chakra qui fut concentré au centre de mes paumes. J'écartais ensuite doucement les bras dévoilant petit à petit une lame rangée dans un tissu pourpre. Une fois totalement invoquée je la posais sur mes genoux.

« Ce sceau est un présent des Kitsunes, on pourra peut-être en parler par après si vous voulez mais avant ça j'ai votre motivation pour m'expliquer. J'ai compris votre intérêt pour l'histoire et ce qu'elle recèle, pour les objets ayant vécu des choses extraordinaires comme la statuette que vous nous avez donné. L'objet qui se trouve dans ce tissu n'est rien d'autre que le Sabre des Kitsunes. Une arme antique forgée par un Kitsune. Je ne sais pas grand chose de cette lame mais je sais qu'elle pourrait vous intéresser. Vous méprenez pas, je ne vous la donnerez mais si la réponse que vous me donnez me convainc vous pourrez l'étudier en ma présence. » je posais maintenant le sabre entre nous deux tout en reportant mon attention sur Shura « C'est vraiment dommage qu'une personne aussi intéressante que vous soit une personne ... 'Fin non, je terminerais cette phrase quand je saurais pourquoi vous avez marché avec l'Empire. »

Tak me regardait avec une sévérité que j'avais rarement vu chez lui. Aucun doute sur le fait qu'il ne cautionnait absolument pas ce que je venais de faire. Pourtant il avait vécu autant de temps que moi à Shousan. Peut-être que son âge lui permettait de prendre plus de recule par rapport à tout ça.

« T'es vraiment trop con. » dit-il en sautant de mes genoux, je fus étonné mais je ne chercha pas à le rattraper, il n'allait pas bien loin de toute façon, juste à quelques mètres.
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Mai - 16:55
Shura écouta le discours de Sham sans broncher une seule fois. Ce n’était pas la première fois qu’il en entendait de belles sur l’Aile du phénix. Il était plutôt bien placé pour comprendre son point de vue au final : il connaissait mieux que personne les méthodes et l’objectif de l’organisation. Et de toute manière il ne l’avait pas fondée pour faire le bien ou pour être reconnus comme des sauveurs. Certaines personnes les voyaient comme les libérateurs du pays du feu, mais ils étaient minoritaires. Globalement c’était la vérité qui transperçait : ils n’étaient ni plus ni moins que des terroristes. Et il avait bien conscience de cela. Il n’avait jamais prétendu être d’avantage, et Shura était quelqu’un de rationnel. Ils n’étaient pas là pour prêcher la bonne parole, mais pour détruire l’Empire. Ils avaient tout vendu au nom de cette cause. Jusqu’à leur humanité. Pour un tel objectif, il fallait au moins ça. Dix contre des milliers, et des tas d’obstacles surpuissants dans le lot. Ce n’était pas un combat du bien contre le mal mais une pure et simple vengeance. Létale et meurtrière. Mais aucun cas de conscience ne venait la corrompre. Ils étaient juste là pour tout démolir. Être compris ou adorés, peu lui importait. Il n’avait pas du tout envie de réfléchir aux finalités, ou à se prendre la tête avec un cas de conscience. Il fallait faire avec ce qu’ils étaient au quotidien, et de toute manière il était une entité destructrice depuis si longtemps que les considérations d’autrui ne l’atteignaient plus. L’être humain n’était pas fait pour la paix que Sham décrivait. C’était aussi simple que ça, et quand on l’avait accepté, il fallait juste voir ce qu’on voulait faire avec cette vérité.
Il prit le partie de ne rien ajouter à ce que Sham avait dit. C’était effectivement un débat stérile, qui n’amènerait rien de la part de l’un comme de l’autre. Shura ne pouvait pas répondre avec honnêteté à ces paroles, car c’était engagé l’Aile du phénix avec lui que de lui révéler quoi que ce soit. Et tout ça n’amènerait à rien de bien concluant. Compromettre tout ce qu’il avait mis en place pour tenter de prouver quelque chose qui ne pouvait pas être débattu par des mots, c’était le summum de l’inutilité à ses yeux. Sham ne changerait de toute manière pas d’avis, et ça n’avait pas d’importance parce que du côté de la morale, il avait bien entendu totalement raison. Comment lui expliquer que lui, la morale, la logique, l’humanité … Il avait mis de côté tout cela ?

Mais alors qu’ils allaient commencer à étudier les sceaux, Sham explosa à nouveau. Apparemment, ils ne pouvaient pas juste faire comme si de rien n’était. Son statut de général bloquait le garçon. Alors il venait de Shousan … Ono … Ca lui disait vaguement quelque chose, mais Shura n’était pas vraiment du genre à lire la presse chaque matin. Donc il n’arrivait pas à mettre le doigt sur l’endroit où il avait pu entendre ce nom exactement.
Tout comme Oma Ono. Il était peut-être quelque part dans les dossiers de l’Aile du phénix … mais son rang ne devait pas être celui de cible potentielle pour le moment, car Shura ne se souvenait pas exactement de qui il était. A en croire Sham, une sorte de type riche qui avait capitulé avec Shousan et s’était refait une santé au sein de l’Empire. Pourquoi pas. Effectivement, ils ne ciblaient pas les anciens shousanais pour maintenir l’illusion d’un mouvement rebelle, pour le moment. Donc même si son nom pouvait circuler quelque part, ce n’était pas une priorité à l’heure actuelle. De toute manière, Ao se souvenait mieux que lui des personnalités de l’Empire. Et cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas assisté aux réunions.

« Je n’étais pas le seul général. L’armée était grande, l’Empire possédait au bas mot une dizaine de généraux pour la diriger. Tous répondant aux ordres de l’Impératrice. »

Mais la réponse tomba à l’eau. Sham avait une question bien plus vaste. Il voulait juste comprendre et se faire une idée. Il ne voulait pas s’associer avec quelqu’un qu’il ne comprenait pas hein ? En fait, il souhaitait juste cataloguer Shura du côté du bien ou du mal … En quelque sorte. Une réponse honnête … Totalement ? Non, ce n’était pas possible, puisqu’il ne pouvait pas mentionner l’Aile du phénix. Mais il pouvait l’être au moins en partie. Le garçon méritait au moins ça.
Shura baissa les yeux sur le sceau et le sabre montrés par Sham. Il n’avait pas réellement besoin de ça pour répondre à sa question, en vérité. Il ne répondit même pas à cette partie. Il se contenta de s’asseoir plus confortablement et de réfléchir à la manière de tourner sa réponse, à l’endroit où il devait commencer. Il ne voulait pas vraiment mentir, ce n’était pas dans ses habitudes. Dès que Shura estimait quelqu’un, il ne pouvait pas lui mentir de toute manière. C’était sa manière de fonctionner. Mais il allait quand même devoir éviter le sujet de l’Aile. C’était la seule chose dont il ne pouvait pas parler.
De la paume, le Jounin effaça le sceau qu’il avait tracé sur le banc. Et il reprit sa plume.

« Cette guerre était une erreur. Elle n’a rien amené de bon. Que ce soit pour Shousan ou pour l’Empire, ça n’a guère d’importance. Le camp où l’on se trouve est celui du vainqueur ou du vaincu, et pour le coup ils avaient tous les deux torts. Tu veux savoir pourquoi je me battais du côté de l’Empire ? Je n’ai qu’une réponse très simple à te donner. »

La plume traça un symbole sur le banc.

« On raconte que la plus forte des émotions humaines est l’amour. Mais ce n’est qu’une cause. Ce qui pousse vraiment les hommes à agir contre le bon sens, c’est la colère. Quand j’ai quitté Shousan, j’étais quelqu’un qui était rongé par la colère. Et c’est une générale de l’Empire, Daka, qui a su canaliser et exploiter cette colère. Elle m’a permis d’en faire une force destructrice. Et avec elle, je l’ai dirigée contre Shousan, voilà tout. Pendant des années et des années, je n’ai été dicté que par une colère incontrôlable. Une rage aveugle. Je ne peux pas être plus honnête que cela. »

« La raison de cette colère, comme je te l’ai dit, c’est l’amour. Pose ta main sur le cercle. »


Shura posa l’amulette au centre du symbole, et traça quelques liants autour du cercle.

« J’avais une sœur du nom d’Atsuko. Une sœur adoptive. Des prêtres de Shousan l’ont trouvée abandonnée devant leur monastère. Quand ils ont vu que son chakra était celui du clan Hazara, ils l’ont confiée à mon père qui était du même clan. Elle a vécu à Shousan, et du jour au lendemain elle a disparu, juste après l’académie. Je n’ai appris que plus tard qu’elle était une espionne déposée par Yuki dès son enfance, et qui devait récolter un maximum d’informations, puis revenir au pays quand elle aurait quinze ans. Elle a été programmée dès son plus jeune âge pour le faire. Mais je n’ai pas compris sur le coup et je me suis réfugié dans mes études. Pour devenir plus fort, pour ignorer mes parents qui se mourraient de chagrin et ne faisaient plus attention. Le village a fini par mettre le doigt sur la vérité, mais ils ne nous ont rien dit. Mes parents ont fini par se laisser mourir pour de bon, et quand j’ai découvert que le village savait … Je leur en ai voulu. Beaucoup. Et je leur en veux encore aujourd’hui. C’est cette raison qui m’a poussé à combattre aux côtés de l’Empire. »

« Mais tu sais qui j’ai rencontré pendant cette guerre ? Atsuko. Elle était revenue pour Shousan. Malgré sa prison, malgré Yuki. Parce qu’elle aimait profondément notre village. Mais la colère était trop puissante, et quand elle m’a barré la route … Je … »


C’était difficile de poursuivre. Le visage de Shura s’était clairement assombri. Son chakra remuait un peu. On sentait que sa colère ne s’était pas encore apaisée totalement. Le Yoton bouillait au fond de son être. En fait, depuis ce moment, il en faisait presque partie.

« Elle a donné sa vie pour moi. Alors oui, je suis un meurtrier, Sham. Je ne cesserais jamais de l’être, je ne pourrais jamais être comme toi. Je ne sais que détruire, et quand je fais quoi que ce soit, c’est donc la seule chose que je peux faire. Alors j’ai abandonné mon poste de général. J’ai essayé de ne tenir personne pour responsable de sa mort si ce n’est moi-même. J’exploserais sans doute à nouveau un jour, j’en suis certain. Mais si j’explose, et peu importe qui je détruirais au passage, ce sera pour la venger. Ce n’est pas noble. Ce n’est pas ce qu’elle aurait voulu. Je le sais, mais pourtant je m’en fous complètement. Vraiment. Parce que rien ne la remplacera jamais. »

Tout en parlant il avait lui-même posé sa main sur le cercle. Ses mots s’étaient mariés, de concert, avec le flux de souvenir qui avait déferlé en lui alors qu’il le faisait. Des souvenirs beaux, magnifiques, de son enfance avec sa sœur. Mais aussi le souvenir, plus dur, plus tragique, de son affrontement avec elle. De ses derniers mots.

« Ne laisse pas s’éteindre la volonté du feu, s’il te plait … Je veux qu’elle continue à brûler … »

La main de Shura quitta le cercle, qu’il effaça d’un revers de manche. Il n’y avait aucune larme dans son regard, seulement une froide détermination.

« Tu voulais des réponses, et je pense que je te les devais effectivement. Savoir qui on côtoie, et à quel point on peut lui faire confiance, c’est un droit. Je t’estime en tant que personne, et c’est pour ça que j’ai dit la vérité. Fais-en ce qu’il te plaira. Je ne peux pas t'aider à comprendre le pourquoi du comment de cette guerre ou à lui donner un sens. Je ne suis pas sûr qu'elle en ait vraiment un. Les hommes ne sont peut-être juste pas faits pour être en paix. »
Nukenin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
82/300  (82/300)
Points de vie:
340/340  (340/340)
Points de chakra:
1270/1270  (1270/1270)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Mai - 16:37
J'étais toujours aussi mitigé sur cette bonne femme. Quand j'étais en compagnie de l'Impératrice elle arrivait à trouver les mots pour que je me « range » de son côté ou tout du moins pour faire taire mon désir ardent d'enfoncer quelque chose dans le coeur de la personne ayant détruit mon village. Elle en faisait partie, bien que je l'appréciais il m'arrivait de me voir traverser sa chaire à l'aide d'un kunaï et de lui ôter la vie pour mettre un terme à tout ça. 'Fin je n'étais pas stupide non plus, la tuer ne changerait rien. Je n'étais même pas certain qu'un tel acte étanche cette pseudo soif de vengeance. Et puis il ne fallait pas se leurrer, couper la tête à l'Empire et une nouvelle repoussera peut-être encore pire que la précédente. Elle semblait beaucoup penser au peuple, c'est ce qu'elle disait tout du moins du coup pourquoi la détrôner alors qu'elle semblait faire le bien pour l'instant. Autant la laisser en place et tout faire s'écrouler d'une fois. J'avais beau avoir une bonne image d'elle je ne pouvais pas contredire Shura sur un point : c'est elle qui avait donné les ordres. 'Fin c'était peut-être un peu plus complexe que ça mais personnellement ça me suffisait. Et puis j'avais d'autres chats à fouetter ; trouver le fils de pute qui m'avait mis sous-terre tout ce temps.

Le fait que Shura me réponde si calmement eu un effet apaisant sur moi, pas suffisamment pour faire taire toutes ces émotions qui étaient montée en moi mais juste ce qu'il fallait pour que je descende d'un cran.  

J'écoutais avec attention ce qu'il me racontait tout en jetant parfois des coups d'oeil à Tak qui lui était boudeur de ma façon d'avoir agit. Je pouvais le comprendre mais je ne pouvais pas non plus rester sans réponse. Toute façon ça allait lui passer comme toujours.

La colère, pour moi il était surtout un sentiment pour se plaquer derrière. Une façon de se voiler la face, se trouver une excuse à ses agissement rien de plus. Avais-je tout détruit en découvrant que Shousan était en ruine ? Avais-je envie de rejoindre l'Aile du Phénix pour abattre ce sentiment sur l'Empire ? Non, il fallait contenir cette rage et la transformer en quelque chose de meilleur. Arriver à la canaliser. C'était simple à dire mais bien plus difficile à mettre en place. Je pouvais le comprendre mais pas cautionner ses actes.

Le ton qu'il utilisait, les choses que nous avions partagé, bien que peu nombreuses elles étaient tout de même importante à mes yeux, et cette chose qui se dégageait de lui à l'instant suffirent à me convaincre pour poser ma main sur le sceau qui venait d'être tracé.

Les paroles et les images qui suivirent eurent un effet d'électrochoc sur moi. Au début, sur les premières secondes j'eus un doute. Il pouvait y avoir plusieurs Atsuko, il y en avait même très certainement pas mal. Le fait qu'elle soit du clan Hazara était déjà une façon de comprendre qu'il s'agissait de la même personne, de cette jeune fille qui avait été mon amie. Je ne pus m'empêcher de me demander ce qu'elle était devenue aujourd'hui ... Je tentais de me voiler la face, pour moi il était tout bonnement impossible que l'on parle de la même personne. Comment se pourrait-il que je partage tant de chose avec Shura, avec cet homme que j'avais croisé par pure hasard. Mais je fus bel et bien obligé de me rendre à l'évidence. Atsuko ne m'avait jamais tout raconté, j'en étais pratiquement certain, mais ce que j'entendais là concordé que trop bien avec cette amie que j'avais connu. Mon regard changea directement, je ne voyais plus un générale en Shura mais le frère de quelqu'un de  chère à mon coeur.

Un sourire s'affichait sur mon visage. J'écoutais avec attention Shura, je partageais avec autant de plaisir ses souvenirs. D'ailleurs c'est quelque chose qui me fit chaud au coeur, s'ouvrir de la sorte à quelqu'un ne devait pas être facile. Peut-être avait-il mal agit par le passé mais aujourd'hui il était un homme bien. Je comprenais de mieux en mieux cet homme, il n'avait pas eu beaucoup de chance d'avoir Atsuko comme soeur, pas qu'elle était odieuse bien au contraire. Mais la voir disparaître du jour au lendemain sans aucune nouvelle n'avait pas été simple pour lui. Je le voyais, je le sentais.

Alors que ma colère à moi n'était plus, submergée par cette bouffée de bonheur d'entendre parler d'une amie de longue date, celle de Shura s'éveillait. Au fur et à mesure qu'elle augmenté mon bonheur s'éteignait laissant place à une profonde tristesse. Mon sourire s'était volatilisé, laissant place à des larmes perlant sur mes joues. Tak l'avait remarqué, j'avais senti son poids se poser sur mes genoux et sa chaleur contre mon estomac. Sa façon à lui de m'apporter du réconfort. Il devait sentir que ce n'était pas le moment d'intervenir, et l'entendre également. Lui aussi devait être bien peine d'entendre ça.

Mon corps se mit à trembler sous cette nouvelle. J'avais devant moi une personne géniale, le frère d'une amie, une personne qui avait compris ses erreurs commises durant la guerre étant aller jusqu'à abandonner son ancienne place. Il était aussi une personne très intéressant, qui ne pouvait que m'apprendre des choses, avec qui je pouvais partager bien plus qu'à beaucoup de gens. Je le sentais, il y avait quelque chose de spéciale en lui. Mais en même temps il avait participé à cette guerre mais surtout il avait tué Atsuko. Les larmes coulaient en abondance sur mon visage en entendant les derniers mot d'Atsuko. Je venais de vivre ses derniers instants.

J'étais pétrifié par ce que je venais d'apprendre, mon menton collait pratiquement à mon torse. Je ne savais pas quoi penser de Shura. J'avais compris qu'il s'était fait manipuler, qu'il n'avait pas réellement voulu tout ça, c'était un concourt de circonstance qui avait tout simplement mené à un désastre. Je ne savais même pas si je lui en voulais d'avoir tué sa soeur. Alors qu'il essuyait d'un revers de la main le sceau, j'en fis de même pour mes larmes. Ca ne servit pas à grand-chose car elles continuaient à se déverser. Tak escalada mon torse et s'installa sur mon épaule, lové au creux de mon cou. On n'avait pas besoin de parler dans ces moments, on avait tellement partagé que notre présence était suffisant. Toute façon il n'y avait pas de mot pour balayer cette tristesse.

« Merci Shura. »

Ma voix était très basse, brisée et sans vie. Shura ne devait certainement pas comprendre pourquoi j'étais dans un tel état. Oui beaucoup de gens auraient pleuré face à ces souvenirs mais je doute qu'ils se soient vu autant affecté. Après tout eux n'auraient pas partagé la même chose avec Atsuko.

« Je crois que j'ai envie de te frapper. »

Ma voix se faisait un peu plus affirmée mais toujours tremblante. J'avais relevé mon menton, le regardant dans les yeux. Je n'aimais pas le regard qu'il avait à l'instant. Qu'importe, il devait comprendre. Je n'avais pas trop le choix que de me dévoiler encore plus. J'essuyais une nouvelle fois mes larmes, cette fois-ci pratiquement plus rien ne s'écoula.

« Merci, merci d'avoir partager ça avec moi. Ca va te paraître aussi étrange qu'à moi ... 'Fin ... Merci de m'avoir montré ce qu'il lui est arrivé. »

Mon regard se posa sur le banc, à l'endroit où s'était trouvé le sceau un peu plus tôt. Je réfléchissais à ces sentiments que j'éprouvais pour Shura. Devais-je le frapper ? Ne pas lui tenir rigueur de tout ça ? Ou que sais-je encore ... J'étais tellement chamboulé que je ne pu trancher pour l'instant. J'allais devoir continuer avec ce sentiment d'entre deux. Tout ce que je savais c'est que je me devais aussi d'être honnête avec lui, surtout après une telle révélation.

Je tirais un peu sur mon encolure dévoilant un sceau sur mon torse. Bien plus complexe que celui que j'avais montré à Shura. Il n'y avais que trois symboles mais ils étaient alliés dans une telle complexité qu'il était pratiquement impossible de les repérer. Deux de ma création, le papier et l'encre et le ying et yang, l'un de mes symboles préféré par sa symbolique. J’insufflais du chakra dans le sceau qui se mit à briller, par deux fois. La première, un renard en origami en sorti et la deuxième ce fut un lotus. C'était les seuls souvenir qu'il me restait d'Atsuko ... Je souriais en les voyant, les souvenirs de ce jour me revenaient en mémoire. Je m'en foutais à présent que Shura sache que mes connaissances en fuinjutsu ne s'arrêtaient pas à un simple sceau.

« Je crois que je peux être honnête avec toi maintenant ... Surtout après ça. Je suis bien meilleur que je ne le laisse croire. Je comprend le fuinjutsu comme très peu de personne. » pour preuve je lui montrais mon nombril autour du quel se situait un sceau d'une complexité bien au-dessus de celui de mon torse « 'Fin, qu'importe. Si tu veux on en parlera après ... J'ai pas sorti ces deux origamis pour rien après tout...  »

Un nouveau petit sourire tranchant avec la tristesse de mon regard. Un coup d'oeil aux pliages.

« C'est Atsuko qui nous les a offert à notre première rencontre. Le renard c'était pour Tak et le lotus pour moi ... Un peu moins personnelle mais j'étais plus difficile à cerner que Tak à mon avis. »

« Tu le lui avais demandé Sham. Ca ne pouvais pas être plus personnelle ... Surtout avec ta technique de drague de l'époque. » il souri à son tour

« C'est vrai que c'est moi qui le lui avais demandé ... Je ne peux pas faire comme toi Shura mais je vais tenter de faire pour le mieux. »

Je remettais en place ces deux reliques du passé, scellées dans le sceau afin qu'elles survivent le plus longtemps possible. Mon regard se perdit dans l'herbe alors que je me remémorais ce jour.

« Ca fait déjà un peu plus de cinq ans que ça c'est passé. Je ne sais plus exactement pourquoi le village de Shousan et de Yuki avaient organisé un tournoi amicale. C'était plutôt stupide de donner la chance au pays de la Brume d'avoir des informations mais bon. Je venais de finir mon premier combat que j'avais remporté, je sais plus trop comment non plus. » « Le pot de peinture avait abandonné. » « Ha oui c'est vrai ... J'avais oublié. 'Fin, c'est pas très important de toute façon. Je m'étais rendu dans les tribunes pour jauger un peu le reste des combattant. Je voulais voir contre qui j'allais peut-être devoir combattre. Et c'est là qu'elle est apparue de nulle part. Bordel, qu'est-ce qu'elle s'était bien foutu de ma gueule ce jour. Maïa, tu parles. C'est que bien après que j'ai compris qui elle était, enfin sans réellement savoir la totalité à mon avis ... Elle était si gentille bien que manipulatrice ce jour ... Elle avait été jusqu'à m'entraîner à la drague. » « Faut dire que ta drague culinaire n'était pas au point non plus ... » « C'est vrai ...  » un large sourire avait trouvé place sur mon visage « Je ne l'ai jamais beaucoup vue mais à chaque fois on s'amusait bien. Elle a fini un jour par m'avouer qui elle était réellement ... Je crois que c'est à ce moment que j'ai compris qu'elle était réellement une amie. On se rencontrait pratiquement toujours à des endroits différents, à la base s'était parce qu'elle aurait été fille de marchand nomade. Puis j'ai compris. On s'est même amusé une fois à l'infiltré à Shousan ... Heureusement que personne ne nous avez mis la main dessus. »

Je me tus quelques instants, me remémorant encore quelques souvenirs, de façon silencieuse cette fois. Mon regard fini par se reporter sur Shura.

« On peut dire que cette rencontre ne fait que nous mener de surprise en surprise. A croire que le destin existe. Deux personnes qui partagent autant et qui se rencontre par pur hasard ... On me l'aurait raconté je n'y aurais pas cru. » je lui tendis le sabre « Chose promise, chose due. Si tu veux tu peux y jeter un oeil ... C'est peut-être pas le meilleur moment vu tout ce qui vient de se dire ... Au pire pour la prochaine fois ? Ca nous donnerait une raison de nous revoir. »

Avais-je réellement envie de le revoir ? J'en savais rien ... Le bonheur de ces souvenirs laissa petit à petit la place à une nouvelle vague de tristesse. Ca faisait longtemps que je ne l'avais pas vue mais ça ne m'avais jamais dérangé. Après tout notre amitié était basée là-dessus. Mais savoir que plus jamais je ne pourrais passer de moment avec me faisait un mal de chien.

« Que le monde est petit. »
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Juin - 15:46
C’était un peu étrange. Sham était sorti de nulle part, leur rencontre était complètement hasardeuse, et ils étaient pourtant étrangement sur la même longueur d’onde. Il avait eu tort de le considérer comme un élève qu’il aurait voulu avoir. C’est comme ami que ce garçon avait le plus à apporter. Il avait tellement de droiture, et de compassion. C’en était perturbant. Pourtant, il venait de Shousan. Mais avoir évité la guerre avait conservé en lui ce que tous les autres avaient perdus et … Non, c’était une mauvaise explication. C’était simplement quelqu’un de bien. Ce n’était pas plus compliqué que ça : de tous les ninjas qu’il avait croisé dans sa vie, c’était le plus humain qu’il ait croisé. Les autres perdaient cette humanité à cause du métier. Ils étaient confrontés à l’horreur tous les jours, et à des situations difficiles. Et personne n’en ressortait indemne.
Mais il fallait se rendre à la simple évidence. Sham aussi avait traversé une rude épreuve. Il l’avait très rapidement évoqué, mais il avait fait un étrange voyage dans le temps, et perdu cinq ans de sa vie. Et pendant ce laps de temps tout le monde avait changé. Il y aurait eu de quoi devenir fou, non ? Il avait dû perdre des gens sans pouvoir leur dire au revoir. Les autres avaient dû changer. Et pourtant il était celui qui lui faisait face malgré tout ça. Même maintenant, alors qu’il lui apprenait la mort d’une amie, il n’y avait aucune violence, aucune haine dans sa voix.

Shura ferma les yeux et détourna le regard quelques instants. Ce n’étaient pas des larmes qu’il dissimulait. Même si l’émotion menaçait de le submerger, il avait développé trop de sang-froid pour qu’elle déborde. Il avait passé tant d’années à se contrôler que même s’il avait voulu, il ne pourrait pas pleurer. C’était ça qu’il cherchait à dissimuler : sa honte d’avoir les yeux, et le cœur, aussi secs.

« Tu sais … Depuis que je sais qui elle était réellement, j’ai toujours pensé qu’Atsuko n’a jamais été heureuse de toute sa vie. Par fidélité envers son salopard de père, elle a littéralement tout sacrifié. Elle n’a jamais rien eu que son envie de faire ses preuves auprès de lui, et a abandonné sa vraie famille pour qu’il la reconnaisse. Par culpabilité, sans doute, aussi. Ce que tu viens de me dire me prouve que, malgré tout, elle a su avoir quelques instants en-dehors de tout ça. Je me suis toujours demandé comment elle trouvait tant de force, tant de volonté de continuer à vivre et à pardonner malgré tout ce qu’on l’avait obligée à faire et … Enfin … Je suis content de savoir qu’il y a eu des gens comme toi pour rendre sa vie un peu meilleure. Merci … »

Son père biologique. Un riche marchand, qui entretenait d’étroites relations avec Yuki. Il leur avait vendu sa fille. Le pire salopard. Shura serra le poing. Son chakra trahissait la bouffée de haine qui l’animait à sa seule mention.

« Il y a beaucoup de choses que je regrette, et je m’en veux parfois d’être celui que je suis. D’être si … violent. De ne pas avoir de remords à me livrer autant à la vengeance. Mais son père … Si un jour je le rencontre, je n’aurais aucun regret. Il souffrira mille morts pour tout ce qu’il a fait. Je brûlerais ce porc morceau par morceau. »

Si Yuki n’était pas complètement coupé du monde, ce serait même déjà fait. Shura en voulait aux institutions, à Shousan et l’Empire en particulier. Mais tout prenait racine avec ce type. Et Yuki. S’il pouvait contenir sa colère et limiter les dégâts alors même qu’il essayait de détruire l’Empire et que les dégâts collatéraux étaient importants … ce ne serait pas le cas pour Yuki. Dès qu’il poserait le pied là-bas, ce serait l’Enfer. Des fleuves de lave engloutiraient l’île. Il ne serait pas calmé avant d’avoir coulé l’intégralité de l’archipel. Il avait pactisé avec les salamandres dans ce but : déchainer l’enfer sur terre. Accroitre sa propre puissance de feu.
Il ouvrirait un portail d’invocation et ferait venir dans ce monde ces monstres assoiffés de destruction. Et quand il en aurait fini ce ne serait plus le pays de la neige, mais une cité volcanique engloutie. Le Léviathan de leurs légendes, ils allaient le voir de près.

Tak le sortit de cette haine bouillante qui avait commencé à s’emparer de lui. Que le monde était petit. Cette phrase fit écho dans son crâne, mais sans trouver vraiment de sens. Mais elle le calma, étrangement. A moins que ce ne soit simplement de réaliser où il était, et que ses émotions débordaient, qu’il devait reprendre le dessus pour ne pas faire de bêtise.

« Sham, j’ai compris une chose avec tous ces évènements : les hautes institutions ont passées leur temps à mentir. Ce n’est pas la force militaire qui a déterminé l’issue de la guerre. Ce sont les mensonges. Pas les secrets, pas forcément. Juste les mensonges. Les trahisons. Depuis ce jour, dès que j’ai porté quelqu’un dans mon estime, je ne lui ai jamais menti. J’ai même évité au maximum de lui cacher des secrets. Et tu es quelqu’un que j’aimerais considérer comme un ami, si seulement j’en étais digne. »

« Je ne peux pas te révéler mon plus gros secret. Parce que j’ai promis à d’autres personnes que j’estime de ne pas le faire. Mais je ne veux pas non plus te mentir : ce secret, un jour, nous fâchera. Sans doute assez violemment, même. Tu as déjà compris que je n’étais pas quelqu’un de bien, et que je ne cherche pas vraiment à me racheter. Il n’y a que la vengeance qui m’anime. Toutes ces recherches, ce Fuinjutsu … C’est mon moyen d’évasion. Mais dès que je remets les pieds sur terre, je ne te mentirais pas, je ne peux pas me calmer ou me recentrer. J’ai vraiment envie de travailler avec toi, sur les sceaux, tout ça, et de te connaitre. Encore plus maintenant que je sais qui tu étais pour Atsuko. Mais ce serait égoïste de ne pas te demander ton avis, et de ne pas te dire tout ça avant. »

Shura regardait pensivement les deux origamis. Un sourire las se dessina sur son visage.

« Je t’admire, je crois. Ce saut dans le temps dont tu as parlé, je n’ai pas tout compris mais ça a l’air d’avoir été une épreuve assez traumatisante. Même si tu t’en es bien remis et que tu fais avec, ça n’a pas dû être facile. Quand je vois ça je me sens tellement con d’être comme je suis. On a tous traversé des épreuves, durant la guerre ou pas, et je ne sais pas comment tu étais avant mais tu es incroyable d’en être arrivé là. »

Lui ne pouvait, et ne voulait, plus faire marche arrière. Il avait embarqué tous ceux qui ressentaient la même colère dans une croisade vengeresse. C’était fini de ce côté-là.
Pour le sabre, il le repoussa doucement vers Sham. Le geste lui coûtait mais mieux valait faire ainsi pour le moment.

« Si ce sont des sceaux Kitsunes, je risque de faire des erreurs et de vouloir trop en faire en les analysant. En plus, ça semble ne pas plaire à Tak … Je pense que le mieux pour les étudier, parce que je compte quand même le faire, serait d’abord de demander la permission. J’ai très envie de me rendre dans cet endroit dont vous m’avez parlé plus tôt, à la bibliothèque, pour rencontrer la déesse Kitsune. Je lui demanderais la permission d’étudier ce Fuinjutsu et je lui expliquerais ce que je désire en faire, avant de le faire. »

Ca pouvait paraître un peu superficiel, mais il se sentait étrangement intimidé par cette femme qu’il n’avait même jamais vue. Son histoire l’avait ému, et ces sceaux qu’il avait aperçu, ce qu’en avait dit Tak … Elle semblait être une véritable mine de connaissances, et savoir tant de choses ne pouvait que forcer Shura au respect.
Soudainement, une idée traversa l’esprit de Shura. Une idée un peu folle. Plusieurs en fait. Tout un amas d’idées. Il les résuma en une seule question.

« Sham, que penses-tu de l’Empire ? Tu n’es pas ici depuis longtemps, et tu es l’une des meilleures personnes que je connaisse. Je suis très curieux de savoir comment tu vois tout ça. »
Nukenin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
82/300  (82/300)
Points de vie:
340/340  (340/340)
Points de chakra:
1270/1270  (1270/1270)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Juin - 18:19
Je ne pus rien faire d'autre que de sourire aux premières paroles de Shura. Je n'étais pas au courant de toute la vie d'Atsuko mais à vrai dire je n'en avais même pas envie. Je me contentais très bien de ce que je savais. C'était suffisant pour garder un merveilleux souvenir d'elle. Un petit soupir s'échappa de ma bouche, une façon d'évacuer un peu d'émotion. C'était pas des plus simple d'entendre que j'avais été une sorte de rayon de lumière dans la vie de mon amie. Surtout en sachant qu'aujourd'hui elle était morte ... Toute façon j'avais eu le temps de m'y préparer. Durant ces cinq années je savais que la guerre allait frappé, je ne savais juste pas quand ni où. Mais l'idée que ces deux nations allaient s'affronter était une certitude pour moi. Le seul point où je m'étais trompé c'était tout simplement le vainqueur. Mais ça n'avait pas d'importance durant mon enfermement ... Durant ces cinq années je m'étais juste préparé à ce que chaque personne que j'ai connu soit potentiellement morte. La possibilité que le jour où j'aurais retrouvé la liberté je me retrouve pratiquement seul au monde en était également une. Finalement, cette guerre n'avait pas fait tant de ravage que ça.

Je ne répondis rien à ces paroles sur le père d'Atsuko. J'avais beau prôner la non violence à tout prix ... Je ne pouvais que le comprendre sur ce point. Moi aussi il y avait quelqu'un ou plusieurs personnes à qui j'en voulais. Je ne savais juste pas qui ... Mais si un jour je mettais la main sur la ou les personnes nous ayant enfermé sous terre durant tant de temps ... Ils se noieraient tout simplement sous une tonne de sable, à moins que je ne lui inflige la même chose ... Mais dans des conditions encore plus déplorable. 'Fin les miennes avaient été parfaites, il ne manquait que la liberté. Mais bon, je ne vois pas pourquoi je lui offrirais autant de luxe. Je ne porterais jamais de coup ... Sauf sur lui ou eux.

Je me sentais mal face à toutes ces paroles de Shura. Il me parlait du fléau des shinobis qui n'était rien d'autre que le mensonge ... C'était un peu ce que je lui servais, tout en apportant de l’honnêteté mais le mensonge était réellement quelque chose de courant en moi. Je ne sais pas pourquoi mais avec lui ça me mettait mal à l'aise, comme avec Eihiko à l’hôpital. Pourtant je ne le connaissais pratiquement pas ... Peut-être était-ce simplement du à tout ce que nous partagions ...

Tout en l'écoutant j'essayais de me remémorer les explications qu'il m'avait donné sur le sceau de l'Empereur. Tout comme pour lui l'art du fuinjutsu avait quelque chose d’apaisant.

Comme un ami ? Je souris en entendant cette phrase. Oui moi aussi je voulais le considérer de la même façon.

« Si ce secret est tenu par une promesse je ne vois aucun problème à ce qu'il le reste. Tout comme s'il ne l'était pas. J'étais ami avec Atsuko sans connaître la totalité de sa vie. Je ne veux pas savoir les atrocités qu'elle aurait pu commettre ou que sais-je encore. Les moments que j'ai passé avec me suffisent amplement. Du coup je ne vois aucun inconvénient à ce que l'on soit ami. » je souris tout en lui tendant la main histoire de sceller cette proposition « Je ne suis pas d'accord avec toi par contre sur le point que le mensonge est une véritable plaie. Je ne parle pas d'un mensonge aussi gros que celui qui planait au-dessus d'Atsuko hein. Mais parfois il est bon de mentir. Ne serais-ce que pour éviter de blesser quelqu'un inutilement. Mais vu que tu n'aimes pas ça je me dois de te prévenir d'une chose. Bien que l'on soit ami, si ce gros secret d'on tu me parles nous mènera réellement à ne plus s'entendre. Et qu'il serait à la totale encontre de certaine choses. Hé bha, je ne peux te promettre que nous le serions encore une fois ce secret révélé. S'il l'est un jour bien sûr. »

J'avais été plus sérieux sur ces mots. Je préférais être claire dès le départ. La suite me fit mal au coeur ... Je me sentais mal de lui mentir de la sorte ... La manipulation m'amusait en temps normal ... Mais avec lui non. Je souris à nouveau, un peu gêné, je voulais éludé ce sujet. Que l'on ne revienne plus jamais dessus. J'en profitais pour allumer une cigarette, le paquet presque vide. Bordel je fumais bien trop.

« Je parlerais en ta faveur pour ce qui est du sabre Shura. »

J'avais pratiquement oublié la présence de Tak, à tel point qu'il me fit sursauté. Il s'était tenu si calme depuis un moment.

« Je ferais autant ... »

J'avais loupé le traçage du sceau de l'Empereur à cause de ce sursaut. Pas grave je recommençais un rien plus loin, juste avec l'aide de mon doigt. Pour ma part je traçais au chakra et non à l'encre.

La question qui suivit était inattendue ... Totalement à mille lieux de ce que nous avions parlé jusqu'ici. Devais-je être honnête ? Pouvais-je continuer à lui mentir ? Dans tous les cas je ne répondis pas immédiatement, terminant de tenter de tracer ce sceau comme je le pouvais. J'eus le temps de terminer ma cigarette sous l'oeil pas très heureux de Tak.

« C'est une question vaste et très ouverte ... Mais avant je voudrais juste revenir sur un truc que j'ai dis. Je t'ai dis n'être qu'un novice dans le fuinjutsu ... A vrai dire je n'ai pas été honnête avec toi sur ce point. J'ai mes raisons à moi du pourquoi. » Tak râlait à nouveau, il ne cautionnait en rien le fait que je sois aussi honnête avec et homme, moi je ne pouvais m'en empêcher « A vrai dire c'est même plutôt l'inverse. »

Pour toute preuve je me retournais, dévoilant mon dos en relevant mon t-shirt. Il était couvert de cicatrice, souvenir de mon père ... Sans parler de cette immense trace de brûlure allant de mon épaule droite à la fesse gauche ... Oui j'avais bien douillé ce jour là. Mais ce que je voulais lui montrer c'était le sceau que je portais entre mes omoplates. Le plus complexe que j'avais mis au point, seul ... Certes je l'avais appliqué avec l'aide de toutes mes invocations histoire d'être encore meilleur en fuinjutsu mais je l'avais pensé à de A à Z. Dans les symboles il y avait mon préféré, l'Encre, il revenait dans pratiquement tous mes sceaux. Dans ceux connu par l'humain on pouvait y trouver également le Lotus, la Pêche, le Sureau et le Sorbier, pour le reste ils étaient de manufacture Kitsune. Pour ce qui était des liants, il serait bien trop long de tous les énumérés ... En sachant que chacun des onze symboles étaient eux même relié par un liant entre chaque ... Je vous laisse imaginer la complexité de la chose. Sans parler des effets de celui-ci ... Grâce à ça, j'étais lié à Tak plus que jamais et lui aussi. Je remettais mon vêtement et refaisais face à Shura.

« Il est de moi. » histoire de ne pas avoir à ajouter un mot de plus sur ce sujet j'enchaînais de suite « Et pour ce qui est de l'Empire ... Tu vas rire mais je ne sais pas quoi en penser ... Pour t'expliquer faudrait que je commence depuis le départ ... Et ça remonte tu peux me croire ... »

Quand avais-je commencé à le tutoyer ? Ce type était réellement la plus belle rencontre que j'avais fais dans l'Empire.

« Mes premières impressions sur l'Empire date de Shousan. On nous apprenait qu'ils étaient des gens suivant une dictature religieuse et militaire. Que l'Impératrice était une manipulatrice, une méchante d'histoire pour enfant en quelque sorte. Que si elle arrivait jusqu'à nous c'était la fin. Qu'il fallait écraser l'Empire quoi qu'il en coûte. J'y ai cru bien sûr, après tout si son propre village dit ça c'est qu'il a raison. Mais à vrai dire ... C'est que de la merde. L'Empire devait certainement dire que Shousan était un village qui se refusait à l'évolution. Qu'importe toute façon. Ils avaient tort. »

« Comme toute nation l'Empire n'est ni blanc ni noir. Je porte Shousan dans mon coeur, je suis shousanien mais je ne peux m'empêcher de penser que pour l'instant l'Empire marque plus de point. Oui il doit encore y avoir de la pauvreté, des crimes et je ne sais pas quoi d'autre ... Mais ils ont réussis quelque chose que dans l'histoire du monde est pratiquement inexistante ... La paix. Je me souviens pas avoir vu autant de gamin en bas âge à Shousan. Ni autant de visage sourire. Oui il y a un contre parti et pas des moindres. Celui de suivre une doctrine ... Et encore, elle n'est pas si présente que ça. J'ai l'impression qu'à partir du moment que tu ne le cris pas sous tous les toits tu as le droit de prier qui tu veux. Et puis j'ai rencontré cette démone d'Impératrice ... Tu parles d'une méchante ... Je m'avance peut-être un peu sur elle. Je me suis peut-être fait avoir par un peu de manipulation et beaucoup de beauté ... Mais aujourd'hui j'habite au Palais quand je monte à Shi no kuni, alors que j'ai de la famille qui habite là-bas aussi. Elle m'a proposé de poser mes valises en ce lieu, de participer à certaine réunions si l'envie était là. Et en plus je suis pas logé dans une chambre des moindres ... Pratiquement aussi luxueuse que mon ancienne à vrai dire ... J'ai même droit à une scène pour chanter au Palais. Oui ça fait peut-être beaucoup pour une seule personne ... Mais comment pourrais-je ne pas apprécier une personne aussi avenante ? Elle a pris pas mal de son temps pour discuter avec moi, était à l'encontre de ce qu'on lui avait demandé pour moi ... Et puis elle m'a aussi écoutée, tout comme toi tu le fais pour le moment. »

« L'Empire n'est ni bon, ni mauvais. Il est gris, comme toutes les nations l'ont été jusqu'à aujourd'hui. J'avais envie de détruire l'Empire en me réveillant près des ruines de Shousan ... J'avais envie avant de commencer à le connaître. Comment peut-on détester une nation qui ne cherche qu'au bien de son peuple ? Je suis conscients que tout n'est pas rose aujourd'hui ... Mais on me l'a vendu comme une nation militaire ... Oui elle l'est mais personne n'est obligé à suivre cette voie. Si aujourd'hui je veux déposer les armes et me consacrer à autre chose j'en ai le droit. Tout en ayant une place à mon avis. L’impératrice m'avait proposé de participer à des conseils avant de savoir si je voulais ou non rejoindre les rangs de l'Empire. Elle l'a fait pour que j’apprenne à connaître sa nation. Personne n'a chercher à me coller le nez dans un livre expliquant de long en large et en travers ce à quoi ressemblait l'Empire. Non on me laisse m'en faire ma propre idée. »

Je marquais une petite pause, sortant un bout de papier de ma poche et le posant devant moi. Tout en restant penché au-dessus de lui je continuais à étaler mes idées.

« Je ne crois pas que l'Empire soit si mauvais que ça contrairement à l'Aile du Phénix qui n'a rien compris à la façon d'on il fallait procéder. Eux veulent détruire, raser. Donc repartir à zéro. C'est stupide. On a une base parfaite pour arriver à une nation réellement idyllique. On est en temps de paix et eux veulent abolir ça. C'est stupide, on ne rompt pas une paix sans chercher plus loin que le bout de son nez. Moi qui suis au Palais, j'ai entendu parler d'une princesse Kaguya. Si j'ai bien compris c'est aussi la chef du clan ou je ne sais quoi .. 'Fin qu'importe ça ça n'a pas d'importance. Ce qui est important c'est qu'elle siège au conseil, le grand conseil contrairement à moi, tout en priant d'ancien dieux. Est-ce que ça ne montre pas que l'Empire est prêt à faire de concession lui aussi ? Bon, je t'accorde que je me base que sur des on dit pour l'Aile ... 'Fin pas vraiment, il y a aussi eu des actes de leur part. Eux leurs concession c'est de tuer des innocents s'il le faut. »

Je traçais un premier symbole, le Papier. Un symbole que j'avais créer, représentant la mémoire et la création. J'invitais Shura à en faire autant en lui tendant un bout de papier à lui aussi tout en continuant à parler.

« Pour moi, si l'Empire est prêt à accepter une telle personne à son grand conseil c'est signe d'évolution. Et puis il y a mon cas aussi. Oui je ne siège pas très haut, oui je ne peux assister qu'aux réunions qu'on m'indique ... Mais l'Impératrice a été très claire sur un point. Mes idéaux ne vont pas au sens de l'Empire, bien au contraire. Tout comme les siens parfois mais elle m'a expliqué que parfois il faut savoir prendre son temps. Elle m'a dit qu'il me faudrait du temps pour changer certaine chose. J'espère simplement que ces paroles n'étaient pas de la manipulation. Je suis pratiquement certain que non ... Elle était si calme, si ... Je ne sais pas comment expliquer mais je sentais qu'elle disait vrai. Elle souhaite elle aussi que tout s'améliore. Je sais que tu ne m'as pas demandé mon avis sur l'Aile mais ils font eu aussi partie de l'Empire ... C'est en ça que l'Aile n'a rien compris je trouve. »

Je traçais un nouveau symbole, l'Encre. Lui signifiait également la création mais aussi le fait de sceller quelque chose. De marquer en quelque sorte. Encore une fois j'invitais Shura à en faire de même tout en continuant.

« L'Aile ne voit que le mauvais côté de l'Empire. Je ne vois pas comment on peut porter le nom de Phénix en étant aussi pessimiste. Etre un ancien shousanien et ne voir que ce qui ne va pas. Pour moi c'est à la totale encontre de Shousan. Ils ne cherchent pas à comprendre, juste à trouver un fautif. Je ne dis pas que ce qui est arrivé est bien. Mais peut-être qu'il le fallait ... Ca me fait mal de dire ça. Mais le monde ne s'est jamais aussi bien porté que depuis que l'Empire est là. C'est une jeune nation, je pense qu'il faut lui laisser le temps. Le temps de réellement faire ses preuves et de pouvoir évoluer. »

« En conclusion, je pense vraiment que l'Empire n'est pas encore au point mais qu'il faut le changer de l'intérieur. Le faire exploser sans apporter de solution est stupide. Même simplement le faire exploser c'est juste une perte de temps. Les bases sont bonnes, il faut juste maintenant les peaufiner pour en faire quelque chose de parfait. »

Je traçais maintenant le liant afin de compléter la fin du sceau que je montrais à Shura, cette fois-ci j'étais silencieux. Un liant en forme de spirale. Je ne lui avais jamais donné de nom ... Peut-être était-il temps de le faire ... Non qu'importe.

« Tu vois ce liant ? C'est un de ma confection. Contrairement à toi je n'ai pas fait de recherche pour le trouver, en tout cas pas historique. J'ai juste pris le temps d'étudier d'autres liants pour en comprendre le fonctionnement et en mettre au point. Un peu comme les symboles. La spirale est pas là pour réellement lier les symboles. Ils le font déjà d'eux mêmes par une signification commune, celle de la création. Le Papier lui sert de support à l'Encre, la création est scellée en quelque sorte. Moi je le fais sur des bouts de papier mais ça devrais sûrement marcher sur un peu de tout. »

Cette fois-ci je traçais le tout d'un coup, montrant à Shura l'ordre qu'il fallait utiliser pour mettre au point ce sceau.

« Là il est totalement inutile. Il ne le devient que quand tu l’allies à autre chose. C'est la toute la complexité de la chose. Tu dois le tracer tout en utilisant une technique. Regarde. »

Je m'éloignais de Shura, posant un bout de papier devant moi. Installé de façon à ce qu'il puisse me voir. Il ne me fallut pas bien longtemps pour malaxer mon chakra, une partie s'en alla directement vers ma main gauche traçant le symbole alors que le reste lui allait vers ma bouche ... Devais-je l'impressionner ? Ho que oui ! Je boostais la quantité histoire d'avoir du plus bel des effets. Une immense boule de feu quitta un bouche, une technique des Uchiwas. Le Katon Goukakyuu, une technique basique pour un Uchiwa mais poussé à son paroxysme. Une façon de lui montrer qui j'étais, de quoi j'étais capable sans le lui dire. Contrairement à ce qu'on aurait pu s'attendre, rien ne brûla sous la flamme. Bien au contraire, elle fut simplement absorbée par le sceau qui s'était activé en son contact. Il ne restait plus que la feuille.

« Ca c'est un Parchemin Surprise. » dis-je tout sourire tout en le pointant vers le ciel « La technique est plus coûteuse et moins puissante. Mais tu peux préparer les Parchemin Surprise en amont d'une mission et y stoker n'importe quoi comme technique. L'avantage est qu'il ne faut rien dépenser pour la libérer et qu'elle restera scellée jusqu'à utilisation. » la boule de feu quitta le parchemin, elle ne faisait plus que la moitié de sa taille initiale mais était tout de même puissante, il pu sentir la chaleur s'émanant de celle-ci « C'est plutôt cool non ? »

Sham revient s'installer près de Shura. Grand sourire aux lèvres.

« A toi maintenant ! Et au fait Shura. Tu m'as dis ce que tu pensais de l'Empire, je te l'ai dis aussi. Je t'ai dis ce que je pense de l'Aile du Phénix ... Tu en penses quoi toi ? Tu es du même avis que moi ? Ce qui m'étonnerait ! » nouveau sourire se placardant sur mon visage
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 7 Juin - 17:37
Shura serra la main de Sham en hochant simplement la tête, sans rien ajouter. C’était un peu bizarre, mais ils venaient en quelque sorte de paramétrer leur amitié. Il n’y avait pas vraiment de règles, si ce n’était le maximum d’honnêteté possible, et le fait qu’elle reposait sur des souvenirs et leur passion commune du Fuinjutsu. Parce que c’était évident après une telle conversation : en-dehors du Fuinjutsu et d’Atsuko, ils n’avaient pas réellement de points communs. Et c’était clair pour l’un comme pour l’autre maintenant. Le garçon était un pacifiste acharné, que la violence répugnait par-dessus toute autre chose. Shura était un homme en colère qui n’hésitait pas à utiliser la violence pour parvenir à ses fins, et qui ne répugnait pas à combattre le feu par le feu pour se venger. Malgré tout, même s’ils ne semblaient pas faits pour s’entendre, le simple fait d’avoir été capable d’ouvrir une conversation aussi délicate sans s’écharper était une explication convaincante. Leurs tempéraments respectifs, plus que leurs idéaux, concordaient plutôt bien. Ils étaient tous les deux prêts à accepter les idées d’autrui, même sans les approuver ou sans les comprendre. Même s’ils luttaient contre, ils comprenaient à quel point l’être humain pouvait être différent d’un individu à l’autre et que les normes n’existaient juste pas. Enfin, dans une certaine mesure. La limite de Sham semblait être l’Aile du phénix. Celle de Shura, c’était de venger la mort de sa sœur.

Le Jounin observa son cadet prendre une cigarette dans son paquet. Et grimacer. Sans doute parce que celui-ci était presque vide. Il n’allait pas lui faire un speech sur le fait que la nicotine était mauvaise pour la santé, surtout que lui avait respiré du soufre pendant des années dans les terres volcaniques, quand il était allé voir les salamandres. Et que la fumée, c’était un peu son pain quotidien vu ses domaines de ninjutsu de prédilection … Il tenta, pendant quelques  secondes, d’imaginer un Fuinjutsu permettant de rendre infini un paquet de cigarettes. Les applications qui pourraient en découler, en sortant du domaine du tabagisme, étaient nombreuses. Un puits sans fond. Le concept était novateur. Seulement, qui disait sans fond, disait création. Or, le Fuinjutsu ne pouvait pas réellement créer un matériau. Enfin, pas à sa connaissance. Il se servait de symboles pour modifier les éléments matériels. Il n’en faisait pas apparaître. Tout au plus, il les restreignait en les enfermant ailleurs. Les combinait pour en créer un nouveau.
Du coup pour faire ce sceau, il faudrait les éléments constitutifs d’une cigarette sous forme de réserve, afin que le sceau, alimenté par ces matériaux, puisse les combiner et créer la cigarette. Seulement, c’était une perte de temps en soi. Ca ne reviendrait sans doute même pas moins cher, ou trop peu pour la dépense en heures que nécessiterait l’élaboration d’un sceau aussi complexe. C’était du domaine du Fuinjutsu de l’industrie. Un symbole runique. Donc clairement pas à la portée de n’importe quel amateur.

Le Jounin remercia Tak d’un signe de tête amical quand il lui affirma qu’il parlerait en sa faveur pour le sabre. Il était vraiment flatté que le nogitsune lui accorde cette preuve de confiance. Après tout, dans toutes les littératures anciennes, c’étaient des créatures qui aimaient tromper les gens, et qui étaient plutôt malicieuses. Un peu antisociales aussi. Autant dire, pas du genre à faire confiance à n’importe qui. Et Tak était de toute évidence lié à Sham. S’il avait gagné la confiance de Tak, ou au moins une partie, malgré tout ce qu’il venait de dire, c’était bien la preuve qu’ils pouvaient être amis malgré tout. Enfin, ce n’était pas si étonnant. Après tout, comment Atsuko aurait-elle pu choisir n’importe qui pour lui révéler quelques-uns de ses secrets ? Même sa propre famille n’avait jamais rien su. Avoir la confiance de telles personnes, c’était rassurant. Le signe que tout ce qu’il accomplissait ne le rendait pas totalement inhumain, au fond. Si seulement il pouvait conserver cette part de lui à l’avenir, malgré tout ce qui allait bientôt arriver. Car l’Aile du phénix s’apprêtait à nouveau à sortir de l’ombre : ils se faisaient discrets depuis un peu trop longtemps maintenant.

Sham lui révéla soudainement qu’il était meilleur en Fuinjutsu qu’il ne l’avait laissé entendre. Et vu le sceau qu’il lui montra, sans doute même meilleur que lui. Enfin, il avait une technique supérieure à la sienne. Mais Shura avait toujours eu une technique très simpliste : il utilisait des combinaisons simples pour tenter d’obtenir des effets plus forts, en maximisant le potentiel de chaque symbole au maximum grâce à des liants astucieusement coordonnés. La simplicité de la coordination renforçait l’effet des symboles car rien ne les atténuait. Même s’il avait du coup moins de possibilités pour obtenir des résultats complexes et que ces sceaux, quoiqu’efficaces et bien faits, donnaient des résultats simples à comprendre quand on analysait correctement le Fuinjutsu.
Sham était vraiment tout l’inverse. Le sceau qu’il lui montrait était incroyablement agencé. Les courbes et les symboles se recouvraient les unes les autres dans un échafaud incroyablement dense. Liants et symboles se mélangeaient et se croisaient si bien qu’ils semblaient tous liés entre eux. Mais en prenant quelques secondes on pouvait apercevoir une sorte de réseau. Chacun était lié à plusieurs, mais pas directement à tous. C’était un puzzle, bien loin d’une bouillie illogique.


« Ma première impression n’était pas si mauvaise en fait … »

Il s’était bien foutu de lui à la bibliothèque. L’exercice qu’il lui avait proposé avait dû lui paraître effroyablement simple. Bon, c’était le genre d’astuce que même un pro ne connait pas forcément, mais ça ne la rendait pas dure à exécuter pour autant quand on a un peu de technique. Et il n’en manquait pas.

« Hormis le sorbier et le sureau, je ne connais pas ces symboles. En revanche je crois que je comprends l’utilité de la plupart des liants … Ca ressemble à un sceau ancien, que j’ai croisé dans un livre. Le sceau de l’ouroboros. Ou plus connu sous le nom de sceau de l’éternité. C’est un sceau qui avait été créé dans le but de rendre quelqu’un immortel. Bien sûr ça n’a pas fonctionné : c’est un sceau théorique, qui n’a jamais rien donné en pratique. Mais cinq personnes talentueuses avaient essayé de mettre ce sceau au point sans y arriver … »

« Après je dis ça surtout parce que ce sceau place le symbole du sureau au même endroit que tu l’as fait, et qu’il utilise également le sorbier. J’exagère sans doute un peu. Hum … Le sceau semble incomplet, ici, ce liant est un lien entre deux sceaux non ? »

« En tous cas je suis épaté. Je ne me suis jamais lancé dans l’élaboration d’un sceau aussi complexe moi-même, sans doute parce que les effets que je cherche à produire sont plus simples et que j’aime les sceaux limpides à comprendre. Mais ça n’enlève rien au fait que j’apprécie de voir des sceaux comme celui-là. Même si je ne comprends pas vraiment à quoi il sert car je ne connais pas les symboles, je vois bien que tu es très doué. C’est même assez incroyable en soi. Je comprends que tu veuilles cacher ton talent : si ça se savait, tu pourrais dire adieu à l’existence tranquille d’étudiant. »


Oh, c’était peu probable que ce soit pour ça qu’il le fasse. Il le lui aurait dit : ce n’était pas une raison personnelle qu’il aurait eu besoin de cacher. Mais bon, c’était une manière détournée pour Shura que de lui affirmer qu’il ne dirait rien. Quel intérêt de toute manière ? Tout ce que ça lui apporterait c’était qu’il aurait jeté une personne dans les griffes avides des impériaux. Il n’avait pas ce genre d’objectif. Au contraire.
En parlant d’impériaux, Shura craigna un moment avoir lancé un sujet qui fâche en demandant à Sham son avis sur l’Empire. Mais il n’avait pas pu s’en empêcher. Après tout, il était le leader de l’Aile du phénix. Il avait besoin de savoir ce que quelqu’un qu’il appréciait pensait à la fois de son ennemi, mais aussi de sa propre organisation. Les points de vue extérieurs étaient un bon moyen de prendre la température du monde. Et comme les autres ne l’intéressaient pas, c’était à ses amis qu’il demandait des analyses. Même si elles étaient souvent assez dures à digérer.


Il écouta calmement Sham sans l’interrompre une seule fois.

« Je pense que tu es à la fois étonnement lucide et pourtant, également très fermé. Tu as accepté de t’ouvrir à l’Empire et de le découvrir, ce qui est le témoin d’une grande force de caractère. Malgré tes origines, malgré la dictature religieuse et militaires évidentes, tu as accepté d’essayer de voir plus loin et de tenter de voir les buts sous-jacents. J’ai moi-même pris bien plus de temps à voir tout cela, quand j’ai quitté Shousan, aveuglé par la colère. Je suis d’accord avec toi sur un point : l’Empire n’est pas que blanc ou que noir. Et l’Impératrice n’est pas une mauvaise personne, au contraire. Mais malheureusement, elle n’est pas la seule à diriger cette nation. Elle a de l’influence, et elle l’exerce de façon positive. Malgré tout, personne ne peut diriger un empire aussi grand à elle seule. Elle en est le symbole, en revanche, ce qui fait qu’on lui attribue tout ce qu’est l’Empire, d’où le quiproquo entre elle et toutes les actions, bonnes comme mauvaises, faites par l’Empire, et le fait qu’elle soit parfois crainte ou tout simplement détestée. Mais tous ceux qui composent cette haute hiérarchie ne sont pas aussi bons qu’elle. Je veux bien admettre qu’elle tente d’emmener l’Empire et le monde avec lui dans la bonne direction. Mais il existe beaucoup de personnes qui lui barrent la route. C’est un chemin long et complexe que de réussir à atteindre de nobles objectifs dans une telle situation. Qu’elle ait réussi à établir une paix relative est déjà un grand exploit, et elle mérite de la reconnaissance pour cela. »

« Malgré tout, je te trouve également assez fermé. Concernant l’Aile du phénix principalement. Ne commettrais-tu pas la même erreur que lorsque tu as émergé à Shousan ? Je veux dire, c’est du domaine de l’hypothèse mais ... Comme pour Shousan et Shi à l’époque, l’Aile du phénix et l’Empire sont aujourd’hui en guerre. Un autre type de guerre, plus difficile à mener, mais en guerre tout de même. Comme Shousan à l’époque à tes yeux, c’est l’Empire qui a le loisir de parler de son ennemi sans que personne ne puisse rien y redire. Alors si l’Empire à tes yeux était mauvais, c’est parce que tu ne voyais que leurs actions et pas le véritable but derrière elles. Ne penses-tu pas qu’il existe une possibilité, malgré tout, que si on pouvait donner la parole au dirigeant de l’Aile pour s’expliquer comme l’Impératrice a pu le faire auprès de toi, alors les choses se nuanceraient ? Leurs actions sont la seule chose que l’on sait d’eux. Et encore, peut-être n’est-ce qu’une partie de leurs actions qui est publique. Après tout, ce serait dans l’intérêt de l’Empire de ne pas tout dire, ou même de mentir. Je ne me sens pas de dire ce qui est vrai ou faux dans cette histoire, mais peut-être que tout ceci est aussi complexe que la situation ne l’était à l’époque. La seule différence c’est que l’Aile du phénix est un groupe qui n’est probablement constitué que de quelques membres. Alors un discours public l’anéantirait à coup sûr. Mais … N’as-tu réellement pas le moindre doute à leur sujet malgré tout ? »

« Concrètement, la seule action que je leur attribuerais volontiers sans aucune hésitation, c’est la tentative de meurtre sur l’Impératrice. Mais elle est justifiée. Malgré le fait que l’Impératrice soit une bonne personne, elle se justifie. Si l’Empire ne tenait qu’à l’Impératrice pour être une nation de bien, alors sa mort serait un excellent moyen de révéler ce qu’est réellement l’Empire. Car un jour elle ne sera plus là, et alors, à quoi bon tout ce qu’elle aura accompli si, lorsqu’elle s’en va, tout s’effondre parce qu’elle était la seule bonne personne à diriger cet Empire ? En plus, s’ils en savaient plus que nous sur l’Empire ? Sur ses dessous ? Personne ne sait tout ce qu’il se trame. Surtout pas moi, et pourtant comme tu l’as entendu j’en ai pas mal côtoyé à une époque ! Maintenant que j’y pense, même l’Impératrice a eu recours à des méthodes que, je pense, tu désapprouverais largement. Elle a quand même engagé dans ses rangs l’une des personnes les plus mauvaises que j’ai jamais côtoyée : l’Eclair Noir. Et elle lui parlait directement, ce n’était pas qu’un pion. Pourtant cet homme a tué des milliers de personnes. Et beaucoup sans aucune raison, de sang-froid. Je l’ai rencontré, alors je te l’affirme : ce type était le mal incarné. J’étais du côté de l’Empire à l’époque, mais quand j’ai appris que Eihiko Tsubazame l’avait tué, malgré la vengeance qui m’aveuglait, j’ai failli hurler de joie. Et pourtant … comme tu le dis si bien, tout n’est pas que blanc ou noir. Et c’est pour cela que c’est si complexe de trouver la bonne voie : les hommes, dès qu’ils établissent des sociétés différentes, finissent toujours par voir leurs idéologies entrer en collision. Nous sommes trop différents les uns des autres pour ne pas nous battre. J’en suis venu à la conclusion que le dernier mot allait au plus fort, et que ceux qui voudraient que tout le monde soient en harmonie ne peuvent que pleurer, ou tenter comme tu le fais de changer les choses en usant de toute leur détermination. »

« Voilà, comme tu me l’as demandé, c’est ce que je pense de l’Empire comme de l’Aile du phénix. Tout secret à découvert, toute pensée dehors, c’est la conclusion à laquelle je parviendrais. Leurs méthodes sont similaires au fond. Ils n’hésitent pas à utiliser tout ce qu’ils peuvent utiliser pour atteindre un objectif. La seule différence entre eux, concrètement, c’est que l’Empire a la parole et pas l’Aile du phénix. Toutefois, il y a un point sur lequel je ne prends pas leur défense : comme tu l’as dit, utiliser l’emblème du phénix n’a aucun sens vis-à-vis des idéaux shousanais, et de la volonté du feu. On est même à des années lumières d’elle. »


Shura avait réellement parlé avec sa raison et pas avec son cœur. Ce discours, il aurait pu le tenir tout en admettant être le fondateur de l’Aile. Si un membre de l’Aile lui posait la question, il tiendrait sûrement ce genre de réponse. Admettre les valeurs de son ennemi était important pour ne pas perdre de vue leur objectif. Détruire l’Empire ne voulait pas dire tout raser, même s’il y aurait beaucoup, beaucoup de dégâts. Cela voulait dire le désunir partie par partie, et tandis que chacune trouverait son indépendance, frapper au cœur. Les véritables cibles avaient toujours été les hautes institutions. L’Eglise. Le Palais. Les grands noms. Seulement elles étaient si dures à atteindre qu’il fallait bien les faire sortir de leur cachette avant. C’était pourquoi d’autres trinquaient en attendant qu’ils puissent les atteindre. Un travail de terrorisme de longue haleine visant à s’ouvrir des opportunités.
Mais cette discussion avec Sham soulevait un point important : la parole. Il fallait à tout prix que l’Aile communique quelque chose. Ils avaient été bien trop silencieux jusqu’ici. A la prochaine réunion, il faudrait qu’ils discutent de ce problème tous ensembles.

Sham attira alors l’attention de Shura sur un nouveau sceau. Il lui montra tout d’abord un liant en forme de spirale. Le Jounin sourit, amusé. Il avait trouvé ça lui-même ? C’était vraiment un esprit étonnant qui lui faisait face.


« Ca ressemble à une spirale de Kotsui. Avec une petite nuance. Mais l’effet est quasiment identique. C’est épatant que tu sois allé chercher ça tout seul. Ca me rappelle une théorisation des compétences en Fuinjutsu. Pour utiliser le Fuinjutsu, il faut du doigté, de la logique, et de la créativité. Si on théorisait tes compétences, je pense que tu aurais une création très élevée. Tu te débrouilles bien dans l’ensemble, mais clairement, ce serait ton principal point fort. Avec juste ce qu’il faut d’adresse pour l’appliquer. Tes sceaux défient un peu la logique, même s’ils sont bien articulés, ce serait ta compétence la moins évoluée. On se complèterait bien si mon analyse est correcte ! Je manque clairement de créativité, c’est pour cela que tes sceaux m’intéressent autant je suppose … »

« Et pour répondre à ta question, oui, ce n’est pas juste cool, ça même carrément de la gueule. Que ce soit au niveau de l’utilité, ou bien de l’idée, c’est très accrocheur. »


Shura s’empara de son pinceau et traça d’abord sur la pierre les trois symboles. Ce n’étaient pas des symboles qu’il avait l’habitude d’employer, donc forcément, il avait besoin de s’exercer un peu. A côté d’eux, il reproduisit d’abord la spirale de Kotsui qu’il connaissait, avant de reproduire la version nuancée de Sham.

« Je vois … Là où la spirale de Kotsui permet d’accorder entre eux trois éléments de même valeur, ta spirale dérivée permet d’en mette deux sur le même plan, par rapport à un autre qui les lie de par la symbolique, mais en les mettant en valeur et en se mettant lui-même en retrait pour mieux les exploiter. C’est ingénieux. Attend, laisse-moi quelques minutes, je vais les tracer encore un peu, pour bien les imprégner. »

Tandis qu’il s’exécutait, Shura amena la conversation sur un autre point, histoire de gagner du temps pour que son poignet mémorise bien le tout :

« Dis-moi, tu es arrivé dans l’Empire récemment et tu essaies de trouver ta place si j’ai bien compris. Tu as pensé à faire une petite carrière scientifique en parallèle ? Les locaux sont au clan Uzumaki, c’est pas très loin d’ici. Et puis, tu pourrais avancer même si tu gardes cachées tes réelles capacités. On dit que le chef du clan est un type bien, et qu’il veut promouvoir le Fuinjutsu. Du coup, un jeune scientifique n’aurait sans doute aucune difficulté à obtenir quelques subventions et un accès aux recherches courantes, et à la bibliothèque. Bon, je suis sûr qu’ils cachent les vrais grosses recherches aux non membres du clan … Mais avec tout ce matériel, tu pourrais sans doute faire quelque chose de bien. Et il te suffira de leur donner des rapports de recherche sur des sceaux moins complexes de temps en temps pour avoir la paix et faire tes vraies recherches en secret. Je peux même te signer une recommandation si tu veux, en disant que tu es un élément prometteur qui a besoin de s’entrainer. C’est évident que le côté académique te convient assez peu, mais on ne sait jamais, ça pourrait quand même être instructif. Et au pire, tu auras au moins plus de matériel. C’est toujours ça de gagné. »
Nukenin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
82/300  (82/300)
Points de vie:
340/340  (340/340)
Points de chakra:
1270/1270  (1270/1270)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Juin - 17:44
Sa première impression ? Est-ce que je cachais aussi mal mes capacités que ça ? Peut-être avais-je un peu trop diminué mon attention face à ce personnage. Normalement j'aurais dû avoir du mal avec ce point mais je ne sais pas pourquoi avec lui ça ne me dérangeait absolument pas. Il était bien trop intéressant pour que je me limite face à lui ? Toute façon, il n'approfondit pas réellement le sujet. Partant directement vers le sceau que je lui montrais.

C'était comique qu'il me parle d'un sceau d'immortalité. Je savais que pas mal de gens s'étaient penchés sur le sujet. A ma connaissance j'étais la personne m'approchant le plus d'un tel résultat. Il n'empêchait pas le vieillissement mais il me permettait de revenir en arrière. Ca avait un certain coût et pas aussi léger que je ne l'avais cru. J'étais en permanence tiraillé entre la question du : Est-ce que ce détail que je vois est vrai ou non ? C'était la question qui revenait le plus souvent depuis que je m’imposais un retour dans le temps.

« J'ai déjà entendu parlé du sceau de l'Ouroboros. Ca serait tellement bien d'avoir un tel sceau sous la main. 'Fin oui ou non, ça permettrait de grande chose en bien et en mal malheureusement. Tout dépend dans les mains de qui ça tombait. Peut-être faudrait-il même empêcher la moindre recherche sur lui.

Oui, c'est le liant qui permet au sceau de bien fonctionner. C'est un peu spéciale à vrai dire. C'est de cette façon qu'on m'a apprit. A vrai dire je ne suis pas encore totalement au point sur ce qui est du mélange du fuinjutsu Humain et Kitsune. C'est vraiment pas simple à lier vu que la base est pas réellement la même. C'est pour ça que le sceau est divisé en deux et relié par ce liant. »
je pointais du doigt celui d'on il me parlait « Il peut sembler tout simple, une simple ligne un peu tortueuse. Il n'a pas de nom, c'est moi qui l'est mis au point ... C'est comique, tu sembles les sortir tout droit de l'histoire et moi de ma tête ... 'Fin, en gros il sert à unifier les deux. Sans ça, ça ne marcherait absolument pas. Vu que les sceaux sont prévus pour marcher à l'unition sans ça ils seraient juste incomplets.

'Fin, si tu veux on pourra parler de tout ça de façon plus approfondie une autre fois. Peut-être même échanger pas mal de savoir purement théorique. Je ne maîtrise pas réellement le fuinjutsu Humain, ça serait peut-être la bonne occasion d'en apprendre plus. Moi je pourrais t'expliquer le Kitsune. Je suis sûr que ça te plairait énormément. »


Je rougissais légèrement face aux compliments de Shura. Il ne me jetait même plus des roses, non là il y allait à coup de bouquet entier. C'était flatteur, rien à dire.

J'écoutais avec attention ce que Shura me disait. Avait-il tort ? Non pas totalement, il relevait pas mal de point qui ne faisaient qu'appuyer ses propos.

« Je n'avais pas vu le problème sous cet angle ... C'est vrai que si l'Aile avait un porte parole la donne serait peut-être différente ... Mais comme tu le dis ça causerait leur perte ... C'est vraiment complexe comme situation ce qui les mets en quelque sorte dans une impasse ... Mais agir de cette façon c'est eux qui l'ont choisi non ? 'Fin je veux dire, rien ne les obligeait à tenter directement de tuer la figure de pouvoir. Surtout que pour l'instant elle ne veut que paix et égalité. 'Fin, comme tu le dis c'est ce qu'elle laisse entendre. On ne sait pas ce qui se trame dans les dessous de l'Empire. Je n'ai jamais était dans les vrais petits papiers d'une ville ou quoi que ce soit d'autre pour savoir ce genre de choses ... »

Je marquais une pause, me rendant compte de la stupidité de ce que je disais. Bien sûr que si que je pouvais me faire une idée de ce à quoi ressemblait les dessous ... Après tout, j'avais fait partie d'une telle hiérarchie à plus petite envergure.

« Maintenant que tu en parles je me rend compte de ma stupidité. Je n'ai jamais fait le rapprochement entre deux choses, entre ce que peux être une nation et une famille ... J'ai connu une situation similaire, où de dehors tout semble être plus ou moins beau et que de l'intérieur tout n'est que pourriture et autre ... Mais c'est là que mon envie de changer l'Empire de l'intérieur prend tout son sens. Je ne dis pas qu'ils sont bon et maintenant je n'affirme plus que l'Aile du Phénix n'est qu'un groupe de sanguinaire ... Ce truc est tellement complexe ... »

Je plongeais ma tête dans mes mains pendant quelques instants, histoire de tenter de remettre mes idées en place. Ni l'un ni l'autre n'avait raison, l'un avait la parole pas l'autre, l'un avait une base peut-être pas l'autre ... Je relevais mon nez, toujours aussi perdu.

« Mais alors quoi ? Il faut laisser faire l'Aile dans le doute d'une plausible idéologie derrière ? Rien ne dit que ce n'est pas juste un groupe qui cherche à détruire. Comme rien ne dit l'inverse non plus. Vu que rien n'est dit sur eux par eux. Comment on peut se faire une idée ? S'ils ne communiquent pas, comment on peut savoir s'il faut les arrêter ou alors voir à les épauler d'une certaine façon.

En supposant que l'Aile a réellement un but. Pourquoi ne montre-t-elle que ce visage de désolation ? Je pense que pour communiquer il n'y a pas que la parole. Il y a d'autre moyen de se faire entendre que de frapper et de parler. On peut faire passer des messages autrement. Pourquoi l'Aile ne cherche pas à aider le peuple dans un premier temps ? Si elle frappe seulement, c'est normal que les gens aient une mauvaise image d'eux. Personnellement si j'étais monsieur tout le monde, si quelqu'un cherchait à faire écrouler mon petit confort bien sûr que je les détesterais. Comme tu dis, l'Empire est certainement pourri à certain endroit mais ça c'est pas tout le monde qui le sait. Aux yeux des gens l'Empire est et restera pour l'instant ceux qui ont réussi à mettre une paix en place et un certain confort. Pas pour tout le monde certes mais pour plus de gens que jamais. Si l'Aile cherche juste à tacler l'Empire sans montrer son vrai visage, même en arrivant à ses fins c'est l'Aile qui sera mal vu. En tuant l'Impératrice l'Aile ne fera que montrer au peuple qu'ils ont réussi à corrompre l'Empire, qu'ils ont destitué la seule personne capable de tenir toute cette masse en un seul bloque. »


Je marquais une petite pause histoire de remettre un peu mes idées en place.

« Si l'Aile a réellement un but et que c'est celui d'offrir une meilleure vie au peuple, ils s'y prennent mal. Tuer l'Impératrice ne ferait que diviser ce monde, provoquerait bien plus de guerre qu'il n'y en a jamais eu. Comme tout le dis, l'Empire est divisé. Si jamais cette division devient officielle, chacun cherchera à avoir plus de pouvoir qu'il n'en possède déjà. Malheureusement c'est comme ça que ça marche. Faire tomber l'Empire sans chercher à montrer son vrai visage, autant se tirer un kunaï dans le pied. C'est de la folie pure est simple. La seule chose qu'ils gagneront c'est d'être vu comme les méchants, ce qui est déjà le cas, et de nouvelles guerres.

L'Aile aurait du commencer par gagner la confiance du peuple. Oui ce n'est pas simple mais c'est le meilleur moyen d'arriver à quelque chose. Il existe dans l'Empire des endroits qui ne sont certainement pas aussi bien loti que le reste du monde. En apportant leur aide là-bas, ils se seraient fait des partisans. Et de là, monter petit à petit en aidant d'autre personne, d'autre village et peut-être même des villes. En ayant le soutien du peuple l'Empire n'aurait pas pu s'en prendre à eux avec autant de facilité qu'aujourd'hui. Ils auraient été obligé de faire avec l'Aile du Phénix pour la simple et bonne raison que les faire disparaître aurait provoqué une révolte. Tout ce que l'Aile a gagné en agissant comme elle le fait, sans aucune communication de n'importe quelle manière que ce soit au préalable , c'est de pouvoir finir au bout d'une corde sans que personne n'ait quoi que ce soit à dire. Au contraire même, ce serait un jour de fête.

Voilà pourquoi je déteste la violence. Elle ne fait que mener les gens dans une impasse. Tu dis que le dernier mot va au plus fort ... C'est totalement faux. Le dernier mot va au plus intelligent. Tu le dis toi même que tu as été berné par des gens. La manipulation est un pouvoir encore plus puissant que n'importe quel justu. Si tu t'y prend bien tu peux faire faire ce que tu veux à n'importe qui. La force est un atout je te l'accorde mais jamais un coup n'aura autant de portée qu'un mot.

Oui peut-être que les méthode de l'Empire et de l'Aile sont similaires mais pas totalement non plus. Si ce que tu dis est vrai à propos de l'Eclair Noir, oui c'est le cas. Mais à la différence comme je te le disais, c'est que l'Empire utilise une manipulation sur le peuple, cachant aux yeux de tous leurs véritables armes. Contrairement à l'Aile qui ne communique absolument pas. Voilà toute la différence entre eux deux. L'un prévoit et agit, l'autre agit et prévoit. 'Fin c'est comme ça que je le vois et c'est en supposant que leur agissement sont semblables. »


Je pris une profonde inspiration, je m'étais moi-même un peu perdu dans tout ce que je venais de dire.

Il y avait toujours cette question. Est-ce qu'en entendant le chef de l'Aile je pourrais tenter de les comprendre ?

« Et pour te répondre ... Bien sûr que je tenterais de les comprendre bien que j'aurais beaucoup de mal. Il serait même bon d'avoir le son de cloche de l'Aile aussi. Ca se nuancerait certainement encore plus que maintenant. Mais je ne pourrais tout de même pas comprendre pourquoi ils ont choisi de frappé avant de parler. Si je me rend compte qu'ils ont réellement un but louable ... A vrai dire je chercherais peut-être même à les aider à mon échelle à condition que ça change. On ne peut gagner de la façon d'on ils s'y prennent. Ils doivent se faire à l'idée qu'ils ne peuvent pas l'emporter seul. Peut-être même serait-il bon qu'ils cherchent à épauler l'Impératrice, changer son entourage au lieu de chercher à évincer la peut-être seule personne louable dans cette hiérarchie. »

Encore des compliments ... Si ça continuait mon ego allait bientôt doubler de volume. Je rougissais encore une fois, un peu plus fort peut-être.

« On pourra peut-être un jour travailler ensemble qui sait. Apporter un peu de simplicité à mes sceaux ne leurs feraient peut-être pas de mal. »

Je n'avais même pas besoin de lui expliquer le but de ce liant, il l'avait trouvé sans trop de difficulté. Comme si simplement le voir avait suffit à percer son secret. Il était tout bonnement incroyable.

« Ca me ferait même très plaisir de travailler avec une personne comme toi Shura. »

Je souriais à pleine dents. Et encore plus avec ces dernières paroles. Il voulait réellement que je rentre chez les scientifique ?

« Ca serait vraiment géniale Shura. Bien sûr que ça me plairait d'être payé pour ce qui me passionne. Si je comprend bien tu en fais partie ? Ou alors c'est n'importe qui qui peut faire une lettre de recommandation ? Je suis partant à mille pour-cent en tout cas. Peut-être même qu'avec le temps les Uzumakis me laisseraient jeter un coup d'oeil à leurs archives. » ou alors aller carrément foutre mon nez dedans sans leur accord « Tu penses que je pourrais commencer rapidement ? »

J'étais tout excité à cette idée. Bien sûr que faire partie d'une telle institution était plus qu'intéressant. Je pourrais peut-être même enfin mettre ce sceau au point, un sceau capable de sceller définitivement ou pratiquement le chakra de quelqu'un. J'étais conscient qu'il est impossible de débarrasser le monde des « méchants », du coup il fallait les rendre moins fort ... Qu'aurait été l'Eclair Noir sans la capacité à utiliser du chakra ?

« A vrai dire, j'aurais peut-être besoin de toi plus rapidement que je ne le pensais ... Si je rentre chez les scientifiques j'aimerais que tu m'aides à mettre un sceau au point. Je t'en parlerais le moment venu, je crois qu'un tel sceau serait une révolution dans ce monde. Quelque chose qui aurait la capacité de modifié notre ère.  ... 'Fin, ça fait un peu peur dit comme ça, rien de méchant je t'assure.

Et sinon, j'aimerais juste revenir sur deux points. On a dit qu'on serait honnête l'un envers l'autre. »
dans la mesure du possible pour moi en tout cas, 'fin j'allais un peu plus loin quand même « Je connais très bien Eihiko Tsubazame. A vrai dire j'ai été à l'académie et en équipe avec à Shousan. On était inséparable, on a fait nos premières missions ensemble ... Des amis ... Et le deuxième point, et non des moindres. Tu m'as parlé de l'Ouroboros ... Hum ... Tant pis ... J'ai trouvé un moyen de faire quelque chose de semblable à celui-ci. Il ne me manque que quelques pièces pour qu'il soit en place de façon optimale mais je suis à deux doigts de connaître le secret de l'immortalité. »

Mon regard était devenu un peu plus sérieux sur ces dernières paroles. Avais-je bien fait de lui dévoiler ce point ? Surtout que ce n'était pas réellement du détail, j'étais capable de faire remonter le temps à mon corps. Le coût était psychologique et peut-être même physique une fois abusé. Il ne lui manquait un rien pour être réellement cet Ouroboros.

« Je te montrerais peut-être mes recherches un jours. Mais pour l'instant dans l'état où il est il est bien trop dangereux. Il marche comme une sorte de remonteur de temps, comme si ton corps faisait tout simplement marche arrière mais avec un certain coût. Du coup c'est pas réellement de l'immortalité mais pratiquement. A vrai dire, j'aimerais même te montrer pas mal de mes sceaux quitte à briser certains de mes secrets. »

Je désactivais le sceau qui enfermé mon chakra et celui qui surplombait mes yeux, dévoilant deux pupilles rouges écarlates. Au centre de mon iris cerclées de trois fins anneaux se trouvait mon iris, contournée de neuf queues représentant mes amis les Kitsunes et Nogitsune. Comme quoi le lien que j'avais avec eux était bien plus fort que je ne le pensais. A la base des queues et aux bout se trouvaient neufs tomes à chaque fois elles aussi disposée en cercle.

J'étais bien plus sérieux, je n'avais plus rien du gamin que j'étais. Déterminé et sans artifice.

« Je ne suis pas simplement un étudiant comme tu peux le voir. Comme je te l'ai dit ce que je veux c'est modifier cet Empire de l'intérieur. Je ne serais pas à la place que je possède aujourd'hui sous ma véritable force et encore moins avec ça au niveau des yeux. Je doutes même que Shamen, le chef du clan, les possèdes. J'ai des plans pour monter en échelon et rapidement. Je ne veux de mal à personne comme tu l'as compris mais je ne veux pas laisser la situation en place. Je compte agir comme l'Aile du Phénix aurait dû le faire, de l'intérieur. Oui, c'est moche, ça comporte de la manipulation mais comme je te l'ai expliqué ce n'est pas pour rien que je fais appel à celle-ci. » je frottais mes yeux, réactivant le sceau qui cachait ceux-ci et en profitant pour remettre en sommeil toute une partie de mon chakra « Je sais que ça sera long mais je compte bien me faire une place dans cette nation suffisamment confortable pour virer la nécrose qui la mange de l'intérieur.

Je ne cherche pas à savoir qui tu es réellement. Ce que j'ai compris de cette discussion sur l'Empire et l'Aile c'est que toi aussi tu veux que les choses changent. Tout comme moi. J'aimerais te demander quelque chose. Je ne sais pas si je pourrais réellement modifier l'Empire seul. J'ai besoin d’allier, des gens comme toi. Des gens qui ont une place dans cette nation. Shura, je crois qu'il est temps que tu joues de tes gallons pour faire un peu bouger les choses. Pourquoi ne récupérais-tu pas ta place de générale pour siéger dans le conseil ? Tu pourrais jouer de ton influence pour faire bouger les choses. Personnellement je compte aller trouver mon oncle, j'ai besoin de monter en influence moi aussi. Mon oncle est Kazuhiro Uchiwa, je crois qu'il devrait lui aussi revenir dans la danse. En tant que chef de clan ou conseiller à mes cotés à ce poste. Je compte prendre la place de Shamen, ou placer mon oncle à celle-là. Comme tu peux le voir je ne suis pas non plus démuni. De l'influence je peux en avoir mais pas suffisamment pour réellement faire bouger les choses rapidement. Que penses-tu du fait de faire partie de cette aventure ? Et si tu ne peux pas reprendre ta place, peut-être pourrais-je te la redonner moi une fois en meilleur posture. »


Je m'étais de nouveau paré de mes artifices mais ma détermination n'en était pas amoindrie. Il était temps d'entrer en action. Je n'avais pas participé à cette guerre mais je comptais bien donner un meilleur visage à cette nation. Avec ou sans l'aide de Shura.
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 14 Juin - 6:24
La situation était complexe ? Non, c’était plus que ça. L’entrechoc de tous ces idéaux et de toutes ces voies était insoluble. Voilà pourquoi elle paraissait difficile à appréhender : parce qu’elle n’avait aucune finalité où tout le monde parvenait à atteindre ses objectifs. Et encore moins où chacun était heureux.
Shura se contenta d’un sourire entendu, du coin des lèvres, pour toute réponse. C’était sa manière de faire tourner court le débat idéologique. Ce n’était pas inintéressant, au contraire. Sham avait une opinion très particulière, une approche utopique, presque naïve, mais, et c’est ce qui la rendait particulière, sans être pour autant optimiste. Au ton de sa voix, Shura percevait une sorte de lutte désespérée. C’était peut-être pour cela qu’ils s’entendaient aussi bien : ils avaient un point commun malgré leur divergence d’opinion. Ils n’avaient ni l’un ni l’autre foi en l’être humain. La différence résidait dans leur interprétation : l’étudiant pensait pouvoir le changer. Shura y avait renoncé. Ils n’étaient pas réellement opposés l’un à l’autre dans la mesure où leur idéologie avait le même genre d’adversaire. Mais leurs méthodes étaient si différentes qu’ils ne pourraient pas réussir tous les deux. Ni se convaincre mutuellement que leurs chemins étaient tous deux les bons.

Ainsi soit-il. Que le meilleur gagne.

La force n’aura jamais la portée d’un mot. Cette phrase le laissait songeur. Elle résumait un peu ce que Shura avait appris de cette rencontre : il fallait que l’Aile ait une façade publique. Parfois, les mots étaient complètement inutiles. Lorsque les hommes se laissent déborder par leurs émotions, ils ne peuvent pas la surmonter et seule la force devient un recours. Mais le reste du temps, les mots avaient effectivement le plus d’impact.
Peut-être devaient-ils signer leurs actions ? Ou alors tenir une sorte de journal clandestin à faire circuler dans les rues. Il y avait plusieurs options en fait, le problème restant que toutes étaient risquées.
Shura n’avait pas de problèmes à faire prendre des risques à ses frères d’armes. Ils avaient tous choisis de prendre la même voie que lui. Ils feraient face au danger tout comme lui, selon les compétences de chacun. Les ménager pour les protéger serait une insulte à leur bravoure. Mais il ne les jetterait pas pour autant dans la gueule du loup.
Donc cette interface publique devait être pensée pour minimiser les risques qu’elle allait présenter.

Enfin, dire que c’était la seule chose qu’il ait gagné aujourd’hui serait inexact. Shura était réellement content d’avoir rencontré un ami. Il en avait eu tellement peu. Que ce soit avant ou après son époque impériale, d’ailleurs. Lorsqu’il était jeune, il était pugnace et bagarreur. Le genre chef d’une bande de caïds, et donc pas vraiment amical. D’ailleurs, tous les autres enfants, puis adolescents, avec lequel il avait partagé quelque chose, c’était avant tout dans le rapport de force. Même à l’académie, ou lorsqu’il était devenu Genin, c’était ce genre de rapports qu’il entretenait avec les autres ninjas. Il n’avait jamais cherché à se lier à eux. Avant le départ de sa sœur, il faisait au moins l’effort de leur parler. Quand Atsuko avait fugué, il avait arrêté. Et il avait même refusé des missions, séché les entrainements d’équipe. Il se souvenait de son senseï de l’époque : un Chuunin dont le nom, en revanche, lui échappait. Il avait voulu l’arrêter quand il avait déserté Shousan, Shura s’en souvenait très bien. Il n’était pas mort sur le coup. Mais un Katon lui avait brûlé tout le côté droit du visage.
Des années plus tard, le général avait voulu le revoir. Pas réellement pour s’excuser, mais pour savoir ce que ça lui ferait de parler à cet homme. Mais Shura avait alors appris que son ancien senseï était décédé durant la guerre. La nouvelle ne lui avait fait ni chaud, ni froid. Le monde avançait. Ceux qui n’étaient pas prêts à se battre pour survivre à son sillage meurtrier, périssaient en essayant d’aller contre lui.

L’histoire était comme une rivière. Des rapides très violents. Ceux qui allaient contre se fracassaient sur les rochers. Ceux qui tentaient d’atteindre le bord se faisaient broyer par les courants. Ceux qui survivaient c’est ceux qui acceptaient de se faire malmener dans le sens du courant. Ils s’en prenaient plein la poire, mais au moins, ils pouvaient se débattre. Eviter les rochers, bousculer les autres pour ne pas être éjectés de la route. La loi du plus fort ? Non, Sham avait raison ce n’était pas exactement ça. C’était une sorte de fusion de plusieurs éléments. Quand on n’a pas la force, il faut s’adapter. Et quand on l’a, il faut arriver à un subtil mélange des deux.
Evidemment, si la force était absolue, Shura aurait chargé l’Empire tout droit pour le démolir. Mais la solitude n’apportait rien de bon en ce bas monde. Pas plus que la passivité. Ni que le déni.

Tout en réfléchissant, Shura avait achevé de s’entrainer aux symboles et à leur combinaison par liants que Sham lui avait montrés.

« Bon. Il est temps que je tente d’utiliser ce sceau. Arrêtes-moi si je fais une bourde, j’aimerais autant ne pas abîmer la serre. »

Eh oui. Shura l’avait oublié pendant quelques instants, mais ils étaient toujours au centre d’étude botanique de l’académie de Taki. Même s’ils étaient dans la seule véritable clairière du lieu, ils étaient encerclés de toutes sortes de plantes colorées. Certaines étaient extrêmement bizarres. Comme celle qui apparemment avait entreprise de se dévorer toute seule. Elle semblait cependant éviter ses propres points vitaux, et ses fibres repoussaient en quelques minutes après son repas, ce qui lui permettait de se dévorer à l’infini. Quel étrange mécanisme. Elle était cannibale et autophage, mais elle pouvait se le permettre. Niveau survie, elle devait être au top du top. Avec la résistance insolente d’un cafard et la dureté de la pierre, on pourrait obtenir un alliage animal-végétal-minéral absolument fabuleux. L’invulnérabilité, en quelque sorte. Ni la maladie et les poisons, ni la force, ni l’épuisement. Pouvoir résister à toutes ces choses. Etait-ce le but des herboristes ? Sans doute pas, vu leur réputation, il ne serait pas étonnant que tout cela soit accidentel.
Et pour les autres plantes ? Hormis leurs couleurs, Shura ne notait rien de très visuel. Il n’était pas non plus extrêmement calé dans ce domaine, et du coup avait du mal à identifier quoi que ce soit. Il y avait bien ces roses qui étaient à la fois oranges et vertes. Un pétale sur deux. C’était un peu curieux, mais bon, pourquoi pas ?

Bon, il était temps de se remettre au Fuinjutsu.
Shura attrapa son pinceau, et entreprit de tracer les différents symboles. Le support, le papier, se traçait directement sur le parchemin, et soutenait tous les sceaux. Ensuite, la dérivation de la spirale de Kotsui, qui permettait l’agencement des différents symboles. Et l’ajout de ces symboles : encre, et création. Et cette branche ouverte de la spirale, permettant de parfaire le sceau en usant d’une technique, qui devenait un symbole en se scellant d’elle-même dans le parchemin. Cette transformation relevait un peu du génie. Comme l’avait dit le Jounin, elle relevait de la créativité de son inventeur et en était un témoignage flagrant.
Quel genre de technique pouvait-il sceller là-dedans ? Shura aurait bien tenté avec un Yoton pour tester les limites du parchemin, mais il aurait sans doute fait exploser la moitié de la serre avec une technique comme celle-là. Encore que … Sham avait utilisé un Katon, lui. Plutôt puissant d’ailleurs : se pouvait-il que le Fuinjutsu ne soit pas le seul domaine dans lequel il était étonnement compétent ? Tranchant la poire en deux, Shura opta pour un Doton, mais de relativement grande puissance. Il forma les sceaux d’une main, posant l’autre sur le bord du parchemin afin d’orienter son attaque. Aux alentours des deux ninjas, la terre se mit à trembloter. Un tourbillon de boue se forma pas très loin d’eux, duquel jaillit un dragon entièrement constitué de terre. Le dragon s’écrasa sur le sceau sans même sourciller.
Et se fit aspirer. C’était épatant. Le symbole du dragon de boue apparut alors sur le parchemin, parachevant le sceau. Shura était réellement fasciné. Une technique devenu un symbole. Et cette aspiration …

« Woaw. C’est vraiment très intéressant. Et puis, j’y vois déjà de nombreuses possibilités de dériver cette technique. Une utilisation défensive par exemple, avec un symbole de miroir. Pour absorber et libérer la technique dans la direction d’où elle vient. Ou alors, nous avons tous les deux utilisés des techniques élémentaires … En ajoutant des symboles industriels ou de transformation, peut-être pourrait-on libérer la même technique, mais en modifiant son élément ? J’ai ce genre de sceau dans mon attirail. Si on les additionne, on pourrait peut-être avoir un parchemin comme le tiens, mais capable de changer juste avant d’être utilisé, l’élément de la technique. De sorte d’avoir une sorte de technique préparée à l’avance … mais en plus, adaptable. Ah, c’est l’avantage d’avoir la créativité plutôt que la logique. Les sceaux peuvent être modifiés de tellement de façons différentes … »

Shura avait retrouvé un sourire plus franc. Ces entorses cérébrales le passionnaient de plus en plus. Il avait trouvé non seulement quelqu’un qui partageait son amour du Fuinjutsu, mais qui en plus de cela, avait un style totalement différent du sien sans avoir rien à envier à son niveau. Avec deux maitrises à la fois si proches et si différentes, l’échange donnait déjà des résultats sous forme d’idées. Ce n’était pas un enseignement à sens unique. Ce n’était plus comme élève qu’il voyait Sham, mais comme un partenaire idéal de recherche.
En plus, c’était le sujet abordé par l’étudiant, justement.
Etudiant. Le Jounin ne s’était pas vraiment posé plus de questions que cela sur les facultés de son jeune ami. Il lui avait donné des éléments de réponses, et en fin de compte, il s’en contenterait sans problèmes. Sham avait ses raisons de vouloir procéder ainsi. Shura ne voyait tout simplement pas l’intérêt de le brusquer ou d’exiger des explications. Ils avaient déjà partagés l’un à l’autre beaucoup de leurs secrets. Comme pour son statut dans l’Aile du phénix, ce devait simplement être quelque chose qu’il souhaitait garder pour lui.
La suite des questions de Sham, en revanche, lui firent perdre son sourire. Son expression devint plus concentrée. Presque froide. Mais pas tout à fait. Sérieuse, serait un bon résumé.

« Je serais ravi que nous travaillions ensembles. En plus, étant donné que tu sembles vouloir garder un certain anonymat sur tes compétences, ma présence en plus de celle de tes invocations pourrait te permettre de te lâcher sur les sceaux, sans pour autant avoir à révéler au monde entier toutes tes capacités. Et j’y trouve aussi mon compte : contrairement à toi ma créativité est presque nulle, je me base essentiellement sur la logique, donc je progresserais forcément à travailler avec quelqu’un qui possède ton profil. Je n’ai pas de statut spécial en tant que chercheur, surtout que l’essentiel de mes travaux est personnel, et que je garde ça chez moi. Je suis un chercheur de terrain pour dire la vérité : archéologie, et découvertes d’artefacts, ce sont mes spécialités véritables. Et le Fuinjutsu ancien en particulier. Du coup, je déterre des secrets et je tente de les utiliser. La Scientifique possède des notes de tout ce que j’ai ramené, et un droit d’étude sur ce que je trouve, mais j’ai quand même une certaine indépendance vis-à-vis d’eux, ce qui fait aussi que je ne suis pas gradé. En revanche, j’ai quand même certains accès et je crois que le chef de la Discipline m’aime bien. Et puis, je leur livre toujours un article mensuel pour les revues spécialisées … Enfin, du coup, oui. Je te ferais ça toute à l’heure, et tu commenceras quand tu voudras. Il te suffit d’aller voir le chef de la Scientifique, ou le chef du clan Uzumaki. Les deux peuvent te donner le métier. Ils voudront peut-être te tester, mais tu peux éviter de suivre ce parcours assez facilement : il te suffit de venir avec un article préécrit. Par exemple, sur ta dérivation de la spirale de Kotsui. C’est accessible à un étudiant doué et créatif, et devrait te situer dans une catégorie légèrement supérieure à celle des autres étudiants, sans pour autant te faire trop sortir du lot. Cela te permettra les accès de base, mais aussi le salaire, le matériel et les salles. Et même la majeure partie de la bibliothèque de ta spécialité, et l’essentielle de la bibliothèque générale. Bref, comme tu vois, tu peux commencer assez vite, oui. »

« En revanche … Je ne vais pas pouvoir accepter la seconde partie de ta requête. Je ne peux pas travailler à tes côtés pour changer l’image de l’Empire. Lorsque je m’implique dans un grand projet, je n’utilise pas les mots. C’est pour mettre ma colère contre l’Empire de côté que j’ai démissionné du poste de général, et je ne le reprendrais pas. Si je revenais sur le devant de la scène, ce serait parce que j’ai décidé de me venger de l’Empire. Ou alors parce que Yuki est sorti de sa tanière, et le résultat n’est pas plus enviable. Je ne souhaite pas reprendre les armes. La recherche est la seule chose qui a encore de l’intérêt pour moi en-dehors de cette vengeance, et je préférerais m’en tenir à ma situation actuelle. De plus … Tu l’as bien compris, même si je saisis ta façon de voir les choses et que je respecte ton point de vue, je ne l’approuve pas. Comment pourrions-nous travailler ensembles alors que je rejetterais ton utopie ? Si tu me sors de cette retraite, tout ce que tu gagneras, c’est de te créer un opposant. Et pire que tout, ce ne sera pas un opposant extérieur au mouvement que tu provoqueras, mais interne. Je ne pourrais pas marcher avec toi sans te saborder. Pour nous deux, c’est mieux que nous soyons juste amis et que nous ne nous allions pas sur un plan plus général. »

Avec un sourire entendu, Shura ajouta quand même :

« Enfin, ne va pas croire que je ne puisse plus du tout agir. Même si je ne partage pas tes idéaux, si un jour tu es en danger, je serais quand même présent pour t’aider. C’est aussi parce que je m’efforce d’être fidèle en amitié que je refuse ta proposition. »

Il y avait tant de noms célèbres dans l’entourage de ce garçon. Il était de plus en plus étonnant. Kazuhiro Uchiwa. Shura se tenait à côté de l’impératrice quand il avait accepté l’armistice. Cet homme était quelqu’un qui forçait le respect. Il avait sauvé un peuple entier de l’extinction en ravalant son orgueil. En faisant preuve de discernement. Baisser les armes devant l’ennemi et accepter une reddition n’étaient pas choses faciles. Si Shura avait été à sa place, Shousan aurait été anéanti, aucun doute.
Quant à prendre la place de Shamen … C’était autre chose. Comme Shamen s’occupait de la Défense, il n’avait pas quitté la capitale lors de la guerre. Donc Shura ne l’avait jamais rencontré, et n’avait jamais cherché à en savoir plus sur lui. Mais il cumulait le poste de chef du clan Uchiwa en plus. C’était quelqu’un d’important. Un boulon de l’Empire. Ce ne serait pas facile de le détrôner, mais l’intérêt de Shura s’éveillait quand même en entendant ce nom.

** Shamen est le plus gros problème de l’Aile en ce moment, si on oublie l’Enquête et la Traque qui pèsent sur nous. La Défense limite l'impact de nos actes, et notre liberté d’action, surtout qu’elle est parfaitement coordonnée par cet homme. Et il nous est impossible de l’atteindre car le clan Uchiwa est trop puissant pour nous. Que leurs capacités sont idéales pour contrer nos méthodes de guérilla. Mais si jamais Shamen s’écroule, alors l’Aile du phénix aura une fenêtre d’action importante. Elle sera sans doute de courte durée, mais pendant quelques instants, nous aurions le champ libre pour mener un énorme assaut, frapper impitoyablement et rentrer définitivement dans les mémoires. Pas juste un petit assassinat ou la destruction d’un monument. On pourrait voir grand. Le Palais ou la Cathédrale peut-être ? A moins que … Oui. Mais si j’aide à cela, ça signifie que je manipule Sham dans l’intérêt de l’Aile du phénix. Et je ne peux pas faire ça. Je peux lui cacher qui je suis, mais je ne peux pas me rapprocher de ce mouvement qui lui tient à cœur juste pour profiter de lui et le tromper. Ce n’est pas ça, se comporter en ami. Par contre, Sham, je suis navré, mais si tu gagnes contre Shamen, je ne pourrais pas ne pas incliner l’Aile à passer à l’action. Tout ce que je peux faire pour te prouver mon amitié, c’est te laisser mener seul cette opération, et ne pas l’influencer. Je ne modifierais pas le cours des évènements en profitant de notre amitié et en la bafouant. Par contre, je ne peux pas non plus ignorer ces mêmes évènements au nom de cette amitié naissante. J’attends depuis bien trop longtemps que l’Empire fasse un faux pas. Alors si tu gagnes, nous aussi. **

Shura se retint de soupirer. Voilà pourquoi il ne pouvait pas aider Sham dans son entreprise. Ils pouvaient arpenter des chemins parallèles, mais il fallait pour leur bien à tous les deux que cela restent des chemins différents.
En plus, la mention de l’Eclair Blanc n’arrangeait rien. Celui-ci avait abattu un membre de l’Aile, et dans le sang. D’après le rapport, ce n’était même pas beau à voir. Ce n’était pas un justicier ou quelque chose dans ce goût-là, mais juste un électron libre, complètement perdu. Une sorte d’être créé par les mauvais côtés des deux nations qui s’étaient livrées bataille. Une alchimie de leurs erreurs qui s’était synthétisé dans le corps d’un jeune héros, et en avait fait quelque chose de terrifiant. Shura ne releva néanmoins pas sa mention. Il n’avait lui-même pas décidé s’il lui en voulait d’avoir tuée son ancienne élève, ou si c’était un concours de circonstances et que l’erreur venait de l’Empire de l’avoir envoyée seule. Et, le plus probable, c’était sans doute que ce soit elle qui ai commis une erreur fatale, ni l’Empire, ni l’Eclair Blanc.
Mais en attendant de savoir s’il voulait l’aider, le recruter, ou le tuer, Shura ne pouvait pas se permettre d’enjoindre Sham à quoi que ce soit. S’il lui donnait des renseignements, et qu’il se retrouvait à haïr Eihiko après, comment expliquerait-il son geste auprès de Sham ? Le mieux, c’était de ne pas en parler. De toute manière, ils risquaient de connaître un clash un jour ou l’autre, autant le retarder le plus possible.

La discussion finit par en revenir au Fuinjutsu. Alors comme ça Sham avait travaillé sur le sceau de l’Ouroboros. Il faisait partie de ces sceaux dont Shura adorait dévorer les ouvrages, mais dont il n’avait jamais tenté de s’approcher. Parce que pour lui ils relevaient justement de l’utopie, et qu’il préférait sans tenir à des expériences plus terre à terre.
Le fait qu’il se soit rapproché d’un résultat ne pouvait signifier que deux choses : déjà ce n’était pas complet. Peut-être avait-ce un rapport avec son apparence, plus que cette histoire rocambolesque de voyage dans le temps ? Mais ça, il laisserait à Sham le soin de choisir s’il voulait lui expliquer ou non. Mais cela signifiait aussi qu’il avait dû payer une sacrée contrepartie. Shura fronça les sourcils. A travers l’histoire, le prix à payer pour avoir tenté ce genre de sceau avait toujours été incroyablement élevé. Et la mort n’était que le plus petit de ces contrecoups.

« Hmm … Je serais curieux aussi d’en savoir plus. Voir même d’utiliser mes quelques connaissances pour peut-être t’aider à alléger ce coût. Mais … Tu viens de me montrer un de tes sceaux, je pense que c’est à mon tour de te présenter un des miens ! Nous sommes censés partager nos connaissances, si nous nous apprêtons à devenir associés. Alors il me semble qu’il est grand temps que je reprenne un peu la main ! En plus mon crâne a bien besoin de se reposer. Tes sceaux sont passionnants, mais ils suscitent beaucoup d’interrogations. Je vais laisser mes méninges refroidir un peu. »

Shura commença par un sceau tracé en support, un peu à la manière du papier pour le sceau surprise que Sham venait de lui montrer. Sauf que cette fois, il utilisait un sceau de liaison, capable de remplacer un liant, pour faire cet office. A savoir, le symbole du Ying et du Yang. C’était le symbole de l’inversion.

« Traditionnellement, on associe le symbole du ying et du yang à un seul autre symbole. Ainsi, ce symbole devient toute autre chose, et on crée un effet opposé au symbole ou à la suite de symbole d’origine. Donc là on place un symbole ou plusieurs, et ici on laisse vide, afin de provoquer un effet. Mais grâce à ce liant, que j’ai appelé un Régulateur, j’utilise le symbole du Ying et du Yang non pas pour la création d’une transformation, mais pour une transformation contrôlée. C’est-à-dire qu’on force le symbole inversé en un seul effet, strictement déterminé par le symbole qu’on pose sur cet assemblage. Dans les faits, ça n’a marché avec absolument rien jusqu’ici. La plupart des inversions forcées s’autodétruisent quand je les contraints. Sauf, les éléments. C’est le sceau dont je t’ai parlé. Regarde. Ici, dans le Ying, je trace le symbole de la Torche. Le symbole runique du feu, je pense que tu dois au moins connaitre de nom. Et ici, dans le Yang, donc le résultat, je trace le symbole runique de la terre, un peu plus littéral celui-là. Et du coup, l’inversion est faussée. On pourrait croire que le feu, inversé, donnerait de l’eau, ou du vent. Mais grâce à ce Régulateur, il permet d’obtenir n’importe quel élément de son choix. L’inverse marche aussi, en plus. La Terre peut donner du feu. Je pense qu’il fonctionnerait avec tous les éléments, seulement je ne maitrise que ces deux-là donc je n’ai pas jugé utile d’apprendre les symboles des autres éléments et je n’ai pas pour habitude d’aller voir d’autres scientifiques pour tester mes sceaux. Enfin, jusqu’à aujourd’hui. »

« Je vais te faire une petite démonstration. Regarde, là, dans la paume de ma main droite, j’ai déjà ce sceau de tracé. J’y ai ajouté un deuxième sceau du Ying et du Yang pour faire une sorte d’interrupteur, et pour inverser mon propre sceau. Comme ça, je peux choisir quel élément je transforme en quel élément. Et je peux même faire les deux en même temps. Du coup, si j’active ce sceau … »

« Katon, cercle de feu ! »


Shura utilisa la technique Katon pour … produire un cercle de terre, une sorte de muraille basse faite en pierre et en boue.

« Alors les techniques de l’élément choisi deviennent d’un autre élément, provoquant des effets inédits. Bon, j’ai choisi cette technique-ci parce qu’elle était sans danger pour la serre, c’est vrai que ce n’est pas l’inversion la plus utile. Mais je pense que ça te donner une bonne idée de ce que tu peux tenter avec ce genre de sceau ! En plus, tu as le sharingan, donc un accès complet à tous les éléments … Si quelqu’un peut comprendre ce sceau et l’exploiter à son plein potentiel, c’est bien toi ! »

Le Jounin sourit, satisfait de sa petite démonstration. Ce n’était ni son sceau le plus complexe, ni le plus impressionnant. Mais dans les faits, c’était un de ceux dont il était le plus fier. Surtout qu’il avait créé le Régulateur pour l’occasion, et que Shura ne créait pas souvent quelque chose. Il modifiait ou agençait des trouvailles, parfois très anciennes. Mais il n’avait que très peu de sceaux dont le résultat était donné par quelque chose d’entièrement créé par ses soins, comme celui-là. Du coup il était très fier de son sceau d’inversion.
Nukenin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
82/300  (82/300)
Points de vie:
340/340  (340/340)
Points de chakra:
1270/1270  (1270/1270)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Juin - 20:24
Il ne fut pas bien difficile à Shura de mettre en place le sceau. Il ne s'y connaissait pas que en théorie, il gérait tout aussi bien la pratique à mon plus grand plaisir. J'avais vraiment eu de la chance de rencontrer un tel personnage. Je suivais avec attention toute les étapes qu'il mettait en place. Il ne lui fallu pas bien longtemps, même en y ajoutant l'entraînement qu'il s'était donné pour tracer les symboles. Personnellement je tentais de ne pas oublier le premier qu'il m'avait montrer. Le sceau de l'Empereur. Avais-je seulement envie de l'apprendre ? Peut-être mais qu'en ferais-je ? Si jamais je l'activais je montrais à tous mon chakra ou tout du moins la partie que je gardais visible. Mais rien ne disais qu'il était possible qu'il brise la Face Cachée. Je n'avais plus qu'à garder cette explication en tête pour tenter une autre fois. Ou alors lui redemander si je n'y arrivais pas.

Un dragon jaillit du sol, je n'eus pas peur. Si c'était quelqu'un d'autre qui s'était mis à exécuter ma technique j'aurais très certainement sauté en arrière. Je connaissais les dragons du ninjutsu et celui-ci était dans mes connaissances. J'étais conscient que lors d'un impacte il faisait subir des dégâts à chaque personne dans les environs. Mais j'avais confiance en Shura, je ne fis que suivre le monstre qui s'engouffra sans aucun mal dans le parchemin.

Modifier l'élément à son entrée ? Je n'avais jamais pensé à une telle possibilité. En même temps je ne connaissais pas ce symbole de l'Industrie à moins qu'il parle de celui de la Création. L'ancien générale débordait d'idée, ça me plaisait beaucoup.

« Je ne me suis jamais réellement penché sur la question d'amélioration. D'ailleurs pour aucun de mes sceaux. J'ai l'art d'en mettre un au point et de passer au suivant sans jamais réellement chercher à le peaufiner. Je connais pas ce fameux symboles de l'Industrie ni de la Transformation mais si tu me dis que ça pourrait changer l'élément j'en suis totalement certain. Après tout tu sais ce que tu fais et ce que tu dis. Mais maintenant que tu m'y fais penser, avec les symboles de la Svastika et du Géant il serait peut-être possible de diminuer la perte de puissance. Et pour le côté défensif ... Hum, je n'ai jamais rien enfermé à l'intérieur qui n'est pas du ninjutsu. Je suppose qu'avec le taijutsu ça ne pourrait pas marcher tout comme avec pas mal de capacités de certains shinobis mais peut-être qu'avec des symboles supplémentaires comme tu dis on arriverait à un résultat bien plus probant. Il faudrait que je tente un jour d'y enfermé un fuinjutsu ou voir jusqu'à combien de technique ce parchemin peut contenir. Dans le sens, si j'enferme un Parchemin Surprise dans un Parchemin Surprise et ainsi de suite ... Je terminerais sûrement avec une technique de très faible puissance mais je pourrais peut-être connaître les limites de ce sceau. »

J'écoutais avec attention mon ami, son air n'était plus le même. Moins joviale, plus fermé en quelque sorte. Pouvais-je lui en vouloir ? Non pas du tout, à la vue des sujets que l'on abordait et des savoirs qu'on s'échangeait il était normal de ne pas tout le temps être sourire aux lèvres. Surtout vu le sujet au quel il répondait.

Pour tout ce qui était du domaine scientifique, ça roulait. Aucun problème, il me donnait même des conseils pour passer plus incognito et même pour esquiver le test d'entrée. Ca serait parfait. Restait à savoir qui aller voir, le chef des Uzumakis ou le chef de Discipline ? Je comptais faire comme Shura, me penché plus sur le sujet du fuinjutsu. Autant me tourner directement vers un expert.

Il était donc également archéologue ? Ce type menait vraiment une vie de rêve pour l'instant. Peut-être pourrais-je un jour le suivre dans ses aventures ... Ca serait juste magnifique. Je me voyais déjà parcourir le monde à la recherche d'objet perdu en marchant dans les pas de Shura. Je n'avais aucun regret à avoir sur cette journée. 'Fin si un, son refus de rejoindre ma cause.

« Je comprend Shura, je ne chercherais pas à réaborder ce sujet dans le futur vu ta réponse. Comme tu dis nous avons chacun notre point de vue et une fâcheuse tendance à être un peu trop tête de mule apparemment. Nous ne serons donc pas allié pour ce combat mais ça ne nous empêchera pas d'être ami sur le côté. Et vu ce que tu viens de me dire j'espère que jamais tu reprendra ta place de générale. Yuki ça pue et si tu tentes de t'en prendre à l'Empire ça puera aussi à mon avis ... 'Fin de ce que j'ai compris. »

Si jamais il tentait quelque chose comme il le laissait entendre ... Nous nous retrouverions malheureusement dans deux camps opposé.

Je lui fis un large sourire en entendant ses paroles à propos de l'aide qu'il m'apporterait si jamais je me retrouvais en difficulté. Je ne le disais pas sur l'instant mais si jamais lui aussi se retrouvait dans de sales draps je serais là pour l'épauler ... Hormis si ça allait à l'encontre de mes objectifs ... La liste des personnes pour qui je fermerais les yeux sur le pacifisme augmentait petit à petit ... Tak, Eihiko, ma famille, l'Impératrice et maintenant Shura ... Ca faisait déjà un bon paquet de gens.

« En tout cas je ne manquerais pas de suivre tes conseils pour entrer chez les Scientifique. »

Shura semblait pensif, je ne dis rien histoire de ne pas le déranger dans cet instant. Je portais mon attention à Tak qui râlait toujours. Quand il s'y mettait il n'en démordait plus. Je pouvais tout de même le comprendre, je dévoilais des choses que jusqu'ici il était le seul à connaître et certaines qui n'étaient connues que de lui et de sa famille. Et puis nous n'étions plus habitué de voir l'autre se lier d'amitié pour quelqu'un. Il y avait sûrement une forme de jalousie sous cette façon d'agir.

C'est le jounin qui attira à nouveau mon attention. Il allait m'apprendre un nouveau sceau ? Je ne tenais plus sur place, tout excité à l'idée d'agrandir mon savoir sur le sujet. Je ne disais plus rien mais mon état en disait long sur ma soif de connaissance.

J'écoutais avec grande attention, suivant chacun de ses mouvements. Je buvais littéralement ses paroles. Dommage, je ne connaissais aucun des symboles élémentaires, j'en avais bien sûr entendu parler ... Mais peut-être qu'avec celui de Meisou je serais en mesure de m'en passer. Remplacer la Torche et la Terre par deux symboles Eléments. Hum il fallait absolument que je me penche sur cette question.

Ni une ni deux quand le jounin activa le Cercle de Feu je fis de même avec mon sharigan, il l'était déjà mais là il entrait en action. Dévorant le moindre mouvement que faisait le shinobi. J'avais maintenant en ma possession une nouvelle technique. Là elle avait donné un cercle de terre, pas la chose la plus utilise au monde vu sa hauteur ... Quoi qu'en boostant un peu celle-ci il serait possible d'en faire une bonne défense.
Copie Cercle de feu

« Wahou, j'ai pas d'autre mot pour décrire ça. Je me doute bien que tu te rends compte des possibilités qui s'ouvre avec ça ... Le ninjutsu devient juste pratiquement infini, donner les capacités offensives du Doton aux autres éléments serait une véritable aubaine. Sûrement pas aussi efficaces mais rien que ... J'en perds mes idées à vrai dire. C'est tout bonnement incroyable ! ... Par contre, je ne sais pas si je pourrais exploiter le plein potentiel de ce sceau, je ne me suis jamais penché sur les éléments dans les symboles mais je connais peut-être quelqu'un qui serait capable de pallier à ça très rapidement. Il faudra juste tester juste après. »

Il n'y avait donc pas de liant dans cette technique. Un symbole liant ... Jamais je n'avais pensé à utiliser un symbole comme tel, je ne savais même pas que c'était possible. Quand Shura disait que son fuinjutsu était pratique contrairement au miens il ne pensait pas si bien dire. Personnellement j'aurais certainement utilisé bien plus de symboles que lui pour arriver à un résulta similaire. Sans parler de la quantité de liants qu'il m'aurait fallut. Changé la nature d'un élément n'était pas rien après tout. C'était changer sa base même.

Contrairement à Shura je ne traçais pas à l'aide d'un pinceau. Le pinceau était mon doigt qui glissait sur le support que je désirais utiliser. Bien, il allait me falloir de l'entraînement et pas qu'un peu. Car mise à part le Yin et Yang je ne connaissais aucun des autres symboles. Ils n'étaient que deux mais je n'avais même pas approché de près ou de loin les élémentaires. Souvent les symboles semblables étaient fait sur une même base.

« Je vais commencer par la Torche ! Je sais pas pourquoi mais il me semble plus difficile que la Terre. Peut-être simplement parce que je m'en sens moins proches ... »

A peine avais-je commencer à tracer que Tak levait sa tête. Après tout lui aussi était un grand passionné de fuinjutsu. Sa famille en avait fait sa marque de fabrique.

« Je pense que tu devrais le tracer plus court là. Regarde celui de Shura, il n'est pas exactement comme le tien et pourtant c'est à ce résultat que tu dois arriver. »

Je souriais, il mettait sa séance de mécontentement de côté pour me donner un coup de pouce. A vrai dire je ne sais pas s'il l'aurait fait s'il ne s'agissait pas de cette branche des arts shinobi. Mais quoi qu'il en soit ça me faisait un plaisir fou.

« Tu as raison. Si tu as d'autre conseil n'hésite pas à me dire quoi. »

Je continuais à m'entraîner sur ce symbole. Il fallait que je le trace à la perfection.

« Shura, comme je te l'ai dit j'ai peut-être une solution pour cette histoire d'élément. Il faudra juste tester tout ça. Mais pendant que je m'affine, maintenant que je contrôle un peu mieux le coup de main sur la Torche je peux me le permettre, je vais t'expliquer un peu mon idée. L'un des fils de Shian, Meisou est spécialisé dans le fuinjustu élémentaire. 'Fin, plutôt dans une pratique d'amélioration du ninjutsu par le fuinjustu. C'est là-dessus qu'on s'est tout les deux entraînés. Il connaît un symbole qui pourrait être vraiment utile. Après je ne sais pas dans quelle mesure ça fonctionnerait. Le symbole d'on je te parle est simplement l'Elément. Il pourrait être utile pour l'entrée, pour la sortie ou encore pour les deux. A voir, il faudra tester ça. Mais si ce symbole est suffisant pour l'entrée est la sortie il serait peut-être possible d'ignorer en quelques sorte l'entrée et la sortie. S'il suffit de le choisir. Pour savoir comment faire ça, il faudra demander à Meisou, je n'ai jamais réellement compris ce symbole vu que c'est lui qui s'occupe de ça. Chinsi, un autre de ses enfants, connaît le symbole de la lumière, peut-être serait-il possible de créer de l'Hikari dans ce cas ... Faudrait voir ... Et Tak. » le renardeau me coupait

« Moi je peux corrompre, je ne sais pas si ça peut être utile sur un élément, mais comme tu as dis Shura. La façon d'on le sceau est fait ne permet pas de modifier un symbole non élémentaire. Du coup je doute que ça pourrait être utile. »

« C'est vrai, bien vu Tak. »

J'étais content de mon résulta sur le symbole de la Torche, passant à celui de la Terre. Comme je le disais vu que la base était semblable bien que modifiée il me fut plus facile d'attraper le coup de poignet sur celui-ci.

« Après je pourrais peut-être aussi voir avec Shian si elle ne connaît pas une façon de se passer de chaque symbole élémentaire. J'améliorerais bien sûr le tient si ça marche. Après tout pourquoi je ne t'en ferais pas profiter ? »

Il me fallut une bonne dizaine de minutes pour arriver à un bon résultat pour le symbole de la Terre.

« Mais j'ai quand même un doute que le symbole Elément de Meisou marche. A mon avis ça tournerait plus sur quelque chose de hasardeux. Si on ne donne pas l'élément au moins sortant je suppose que le Yin et Yang forcera simplement une opposition. Est-ce que l'opposition élémentaire suis la roue des éléments ? Si oui, le Katon serais du Suiton ou du Futon ? Ou peut-être les deux. Si on part sur le principe qu'il n'en est qu'un, on pourrait connaître d'avance l'élément sortant mais si jamais Katon peut être Suiton ou Futon ça serait de la chance ... Mais si le symbole entrant est celui de l'Elément mais que le sortant lui est un élémentaire classique là le choix pourrait se faire. Mais peut-être que Meisou lui sait comment faire pour donner une directive au symbole. »

Je m’asseyais un peu plus confortablement maintenant que je connaissais les trois symboles. Il y avait un soucis malgré que j'étais prêt à apposé ce sceau en espérant qu'il fonctionne sur moi. Où allais-je le placer ? Les mains, que ce soit le dos ou la paume il n'y avait pas place pour. Les doigts c'était trop petit pour. Les pieds ? Non, je préférais garder cet emplacement pour un sceau que je devrais garder secret. Les bras ? J'oubliais pas la place.

« Je suis vraiment désolé mais j'ai plus vraiment de place du coup ... »

Pas trop le choix, je descendais mon pantalon. Heureusement que je n'étais pas spécialement pudique. Le sceau du Chien, le plus simple de tous à l'intérieur de ma cuisse gauche, l'union du Nogitsune sur l'avant de la cuisse gauche et pour ce qui était des mollets je ne l'avais pas descendu suffisamment pour ça. J'aurais peut-être pu attendre de passer à la pose du sceau pour ça ...

Je joignis mes mains pour faire appel à Meisou.

« Bonjour Meisou. Désolé de te déranger de la sorte. »

« Tu fais de plus en plus souvent appel à nous petit homme. Encore un entraînement ? »

Il s'était tourné vers Shura, sentant la force de l'homme qui ne la cachait jamais.

« Non pas du tout. Au fait je te présente Shura un ami. Shura voici Meisou, comme je te disais c'est l'un des fils de Shian. »

« Enchanté Shura, les amis de Sham sont les amis des Kitsunes. » il se tourna à nouveau vers moi « Mais ça ne répond pas à ma question. Pourquoi m'as-tu appelé en pleine méditation petit homme ? »

« Quand veux-tu qu'on t'appelle d'autre ? Mise à part courir partout et méditer tu ne fais rien d'autre ! »

« J'ai cru mal entendre, mais au cas où, je tiens juste à te rappeler que si tu l'avais un peu plus fait tu ne te serais peut-être pas retrouvé dans cet état Tak. »

« How how ! C'est bon, on est pas là pour se disputer ! Meisou, si je t'ai appeler c'est pour te poser une question et peut-être avoir de ton aide. »

« Je l'entend bien petit homme. Mais pourquoi ne pas être directement venu au mont Hansei au lieu de me déranger ? »

« Je n'y ai pas pensé. » avouais-je un peu honteux

« Si ce n'est pas quelque chose de présent, j'aimerais autant que tu viennes à nous à l'avenir. » j'hochais de la tête en signe d'approbation « Mais bon, maintenant que je suis ici de quoi s'agit-il ? »

« Shura tu veux bien lui montrer tes sceaux qui inversent les éléments ? »

Meisou s'approcha de mon ami, inspectant avec attention ses mains. Il était pensif, touchant parfois du bout de l'une de ses trois queues.

« En gros, ça fonctionne par invers. » « J'en ai saisi le fonctionnement petit homme. Je t'ai suffisamment fréquenter pour reconnaître le fuinjutsu des humains. Je ne dirais pas que je le connais sur la bout de mes queues mais j'en ai une bonne connaissance. Je suppose que tu fais appel à moi et non à Chinsi qui maîtrise un peu mieux le sujet pour mon affinité élémentaire ? »

« C'est ça. »

« Je ne saurais pas répondre à la question qui te brûle les lèvres. On a bien allé mon symbole aux humains mais jamais dans le but de lui demander une telle modification. Et puis je ne sais pas si vous les humains pourraient avoir une réelle maîtrise sur ce symbole. Je pourrais lui dicter l'élément parce que je suis un Kitsune et qu'il s'agit là d'un symbole de ma création. Vus votre nature, je ne saurais dire, même pour toi Sham qui t'en éloigne un peu. Mais il n'y a qu'une façon de le savoir, elle n'est cependant pas sans risque. Je te conseil de choisir consciencieusement la technique que tu voudras utiliser et l'élément qui la détournera pour la rendre la moins dangereuse possible. »

« Je comptes les faire ici. Peux-tu m'aider ? »

« Je ne comprendrais jamais de l'empressement d'on tu fais preuve. Les Hommes vous êtes un véritable mystère pour moi. »

Alors que je m'occupais de la base de Yin et Yang Meisou lui venait apposé en plus à l'aide de l'une de ses queues le symbole Elément tout en m'expliquant la façon d'on j'allais devoir opérer.

« La clef réside dans la compréhension de l'élément. Je ne peux pas te l'apprendre en si peu de temps petit homme c'est pourquoi je te propose de partir sur ceux que tu contrôle déjà. Tu vas devoir visualiser et comprendre dans un premier temps l'élément qui sera à modifier puis seulement te pencher sur celui qui modifie. C'est plutôt vaste mais en si peux de temps je ne peux pas approfondir plus le sujet mais je serais capable de voir s'il y a possibilité ou non pour que ça fonctionne. »

« Très bien. »

Je me mettais donc à visualiser les deux éléments, le Doton en premier le Futon en deuxième. Il ne me fut pas bien difficile de le faire, après tout ça faisait pas mal d'années que je les pratiquais maintenant. Autre chose que ceux que je possédais de base mais je m'étais plus qu'habituer à ceux-ci.

J'avais choisi Corps de Boue qui allait peut-être se modifier en une armure de vent. Avec un peu de chance ça allait marcher. Malheureusement la déception fut plutôt grande, rien ne s'était produit. 'Fin si, mais j'étais simplement recouvert d'une armure de boue ... Les symboles s'étaient rompu, le sceau que Shura avait mis au point ne pouvait pas supporter celui-ci ...

« Comme tu l'avais dit juste les élémentaires ... Hum, je m'étais dit que vu qu'il s'agissait du symbole Element ça pouvait le faire mais non. Dommage, on passera pas outre l'obligation d'utiliser les cinq symboles élémentaire. » je me tournais vers Meisou « Merci beaucoup pour ton aide en tout cas. »

« Tu sais bien petit-homme, nous aimons partager notre savoir avec toi et te porter aide quand tu en as besoin. Si tu n'as plus besoin de moi je vais retourner à ma méditation. »

« Pas de soucis Meisou, passe mon bonjour à tout le monde. Et celui de Tak aussi bien sûr. »

« Je n'y manquerais pas. Mais pensez à repasser au mont Hansei, ça ferait plaisir à mère. Surtout toi Tak, même si elle ne le montre pas tu restes tout de même son fils. »

« Pour me retrouver encore aux portes sans jamais pouvoir rentrer dans les temples, non merci. »

« Penses-y tout de même. »

Meisou disparut dans un nuage de fumée qui se dissipa rapidement.

« Bon, j'ai plus qu'à me repencher sur le sceau ! »

Ce fût bien plus facile que la première fois, après tout je l'avais déjà tracé. Je n'allais pas reprendre le Corps de boue comme base, bien trop dangereux pour mon corps. Je me voyais déjà cuire sous une armure de feu. Un clone de boue serait amplement suffisant, ce savait déjà ce qu'il donnerait mais c'était le moins risqué de tous.

Une copie conforme à moi apparu à mes côté, totalement identique à celui que j'aurais fait à base de Katon. Une simple façon de se rendre compte si j'y arrivais ou non.

« Simple et efficace ce sceau. C'est en quelque sorte une manière à une manieur du fuinjutsu de se rapprocher du clan Uchiwa sur le ninjutsu. Ca ouvre vraiment pas mal d’opportunité. »

Je m'allumais une nouvelle clope tout en levant le nez au ciel. Je ne sais pas depuis combien de temps je discutais avec Shura. Après tout avec lui le temps filais à une vitesse folle.

« Je suis désolé Shura mais je crois que je vais devoir y aller. J'aurais bien aimé resté encore plus longtemps et apprendre plus de toi, t'apprendre aussi mais je n'ai pas vu le temps passer et j'ai encore d'autre chose à faire. »

Je m'inclinais légèrement vers lui, en signe de salut.

« Si tu envois rapidement la recommandation je te propose de se retrouver dans les jours à venir aux bâtiments des scientifiques. Je suis vraiment désolé de filer comme ça mais j'ai pas trop le choix. »

Je jetais un coup d'oeil vers l'un des toits, il était arrivé. Je ne savais pas à qui était cette source de chakra mais ça faisait déjà plusieurs jours qu'il me surveillait de loin. Je faisais toujours au mieux pour éviter qu'il sache que je suis au courant. Mais je ne pouvais pas me permettre de rester dans un endroit où il n'y avait pas masse de monde, le mieux était d'être à la vue de beaucoup de gens histoire de ne pas me faire attaquer. Je doute qu'il agisse avec des témoins. Ici il suffisait de mettre Shura hors d'état de nuire, puissant mais un Kage Mane pourrait suffire, et ce n'était pas la seule des techniques capable de mettre quelqu'un hors de combat pendant un petit temps. A vrai dire je ne faisais que supposer, je ne savais pas ce qu'il pouvait être.

« En tout cas encore merci. » j'avais reporter mon attention sur Shura « J'espère qu'on se recroisera rapidement. Et si jamais tu veux rencontrer Shian, dit le nous, on t'accompagnera. »

Je lui fis signe de la main tout en m'éloignant.

« Qu'est-ce qui te prend de démarrer comme ça ? »

« Il est de nouveau là. » lui dis-je en chuchotant.
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Juin - 8:48
Cet échange de connaissances avait été fructueux. Mais même si Shura y prenait plaisir, la fin d’après-midi commençait à pointer le bout de son nez. Timidement, mais sûrement, le soleil commençait à décliner sur l’horizon. Ce n’était pas comme si la serre allait fermer : ces fous ne fermaient jamais. Il y avait toujours quelqu’un de levé, ils auraient pu rester ici des heures de nuit sans que ce soit jamais totalement vide.
Ca faisait longtemps que le Jounin n’avait pas autant fourmillé d’idées. Les sceaux de Sham, des Kitsunes, et même la créativité du garçon … tout cela était une incroyable source d’inspiration. Il se sentait toujours très vivant quand il étudiait le Fuinjutsu, mais pour le coup c’était totalement ça.
Enfin, ce serait quand même plus facile s’il pouvait entrer chez les scientifiques. Plus de matériel, plus d’espace, entre autres.

« J’écrirais la recommandation une fois rentré chez moi. Je la remettrais demain matin, donc tu pourras faire les démarches assez vite. L’avantage des scientifiques, c’est que leur administration est très carrée. Et je te parle pas du clan Uzumaki … De vrais maniaques. Tout est soigné, étiqueté, scellé, et trié avec des sceaux d’autorisations … Pas étonnant quand on connait un peu les bonhommes, mais ça reste pratique pour faire les choses vite et bien. »

Sham partit au quart de tour sur le sceau d’inversion. Shura garda le silence, observant calmement ses différentes démarches. Voir quelqu’un apprendre un sceau de son invention était très instructif après tout : il pourrait peut-être en tirer quelque chose pour l’améliorer. Ou alors avoir une meilleure idée du réel potentiel de son sceau. C’était important, un regard neuf, sur une œuvre scientifique. Cela permettait une autre approche. Surtout quand, pour le coup, c’était un regard assez différent du sien sur le Fuinjutsu.
Et cerise sur le gâteau, Tak semblait lui aussi très intéressé. Il s’était sorti de sa bouderie dès que Sham avait commencé à tracer les premiers symboles. L’amour des Kitsunes, même si c’était un Nogitsune, pour le Fuinjutsu était clairement visible. Héréditaire. Ce devait décidément être une famille passionnante …

D’ailleurs les idées fusaient déjà. Apparemment, Sham avait des pistes pour utiliser le Fuinjutsu des Kitsunes afin de modifier le sceau. Il ne connaissait donc pas les symboles élémentaires …

« A vrai dire, je ne connais que les symboles de la terre et du feu. Comme je t’ai dit, je pense que ce sceau a du potentiel mais si je te l’ai montré c’est parce que je suis persuadé de ne pas pouvoir l’exploiter pleinement. Donc toutes ces pistes sont à explorer. Elles pourraient aussi bien fonctionner que pas du tout. Si ça se trouve, par je ne sais quel fable, ça ne fonctionnerait même pas avec d’autres éléments et il faudrait adapter le sceau. Parfois la pratique s’éloigne un petit peu de la théorie après tout … Je suis tellement habitué à le manier pour la terre et le feu que, si ça se trouve, je l’ai construit instinctivement uniquement pour ces deux éléments. Ce n’est même pas impossible qu’il fonctionne avec les affinités doubles. En mettant la terre et le feu du même côté avec un symbole de mélange, par exemple, on pourrait créer du Yoton, et en mettant l’Hikari de l’autre côté, transformer ces techniques … je peux le tester, mais je n’ai pas vraiment les moyens de le modifier dans ce sens. Mais à nous tous, avec les Kitsunes, toi et moi, on pourrait peut-être. Je me demande ce que donneraient les techniques de Yoton si on remplaçait la lave par de la lumière … Ca pourrait être assez impressionnant. Et même scientifiquement, les théories que j’imagine pour créer le sceau sont attirantes. Je ne sais pas si ça révolutionnerait le Fuinjutsu, mais en tous cas c’est tout un domaine de recherches qui s’ouvrirait ! »

Shura ne fit même pas attention quand Sham appliqua le sceau sur sa cuisse. Il était déjà partit dans une phase de réflexion intensive pour penser à tout ce qu’ils venaient de dire. Les autres éléments, les affinités doubles, la corruption … tellement de possibilités. Il savait bien que son sceau n’était pas totalement achevé. Mais une sorte de sceau à roulette, permettant de choisir son élément à chaque technique, en ajoutant les doubles affinités dans l’équation des possibilités … C’était tellement grisant. Et innovant. Ca pouvait réellement donner un sceau de toute beauté. Mais d’une complexité sans précédent pour lui ! Ca se voyait que Sham venait déjà mettre du sien dans ses réflexions. Il n’aurait probablement jamais eu ce genre d’idée de lui-même.
Shura attrapa un parchemin, dessinant une sorte de sceau à plusieurs branches, toutes articulées autour du ying et du yang.

« Avec ce genre d’ossature, on pourrait même choisir l’élément à chaque utilisation … Enfin, ça n’a rien de stable évidemment, ce n’est qu’une base d’idée. Mais ça peut être assez miraculeux comme sceau. Et si on ajoute les doubles affinités comme ça, peut-être même transformer une simple boule de feu en boule de lumière ou de bois même qui sait ! En guise d’option, ici, on pourrait choisir de rendre la technique corrompue ou non et … Bon sang, rien que sur papier c’est incroyablement complexe. Ce serait une sorte d’industrie du ninjutsu. On choisit les paramètres au moment où on utilise la technique. Son effet devient l’ossature, et on règle les paramètres à partir des mécanismes du sceau. Un peu comme de la création de technique au moment où elle est utilisée. Avec un peu de recherches, peut-être même augmenter ou réguler la puissance, le rayon d’action … Des techniques sur mesure ! Ce serait prodigieux … Mais je m’enflamme un peu. Cela dit, je ne peux pas ne pas essayer d’en faire quelque chose maintenant que l’idée est sur la table. »

Sham réussit quand même à le décrocher de son parchemin, en invoquant un autre Kitsune. Un vrai cette fois, avec le pelage blanc et non noir. Donc il avait vu juste, ses connaissances n’étaient pas erronées : Tak était bien un Nogitsune. Une légende qui devient réalité … C’était toujours très troublant, même si on sait que les légendes et les mythes ont tous un fond de vérité.

« Enchanté Meisou. Je suis ravi d’être l’ami des Kitsunes. J’espère que j’en serais digne, et que je ne rougirais jamais de vous considérer vous aussi comme des amis. »

Le Jounin, qui avait remis ses gants, les retira de nouveau pour lui montrer le sceau. Encore cette curiosité, cette passion du Fuinjutsu. Il ne pouvait que s’entendre avec ces Kyuchioses. Enfin, tant qu’il n’invoquait pas ses propres Kyuchioses en leur compagnie tout se passerait bien. Les salamandres et les kitsunes, par contre, n’étaient clairement pas faits pour s’entendre. Une famille respectueuse et intellectuelle d’un côté, des brutes épaisses de l’autre. Pas du tout stupides, certes. Et talentueuses pour créer et élaborer des techniques de Ninjutsu. Mais au fond, tout ce qu’ils créaient était fait pour tout détruire. Enfin, c’était le reflet du Ninjutsu de Shura après tout : lui aussi était comme ça. Les salamandres, c’était un peu lui, mais sans nuances. Quand on lui retirait le Fuinjutsu, l’archéologie, sa passion pour la recherche, il était, au fond, exactement comme elles.

Apparemment, les symboles élémentaires des Kitsunes ne se mélangeaient pas avec son propre Fuinjutsu. Shura garda les yeux fixés sur le sceau alors qu’il se désagrégeait sous le poids des symboles. Pour le coup, il comprenait très bien, ayant fait pas mal d’essais lui-même quand il l’avait élaboré, ce qui s’était passé.

« Ca doit venir de l’ossature. J’ai dû pas mal trituré pour l’adapter à mes propres symboles. Le régulateur est conçu pour mon style de Fuinjutsu. Je présume que le Fuinjutsu Kitsune est trop différent. Il faudrait probablement élaborer une autre version du régulateur, à partir des liants Kitsunes, pour que ça marche … Ce serait peut-être possible, si vous possédez des liants qui ont quelques ressemblances avec les nôtres. Même éloignée. En les arrangeant, et en les adaptant. Mais je suis certain que le problème vient de l’ossature du sceau, pas des symboles en eux-mêmes. La preuve, quand tu as tenté de l’activer, le symbole du ying et du yang a bel et bien réagit à ton élément Terre, mais regarde ici, à l’endroit de la brisure. Elle n’est pas avant le symbole du Vent posé par Meisou, mais après. C’est quand le chakra qui active le sceau a résonné dans l’ossature qu’elle a cassé, brisant le sceau. Ca me fait un peu mal de le dire, mais le Fuinjutsu Kitsune est à un autre niveau que le mien. Je ne me base que sur l’efficacité, alors que si je comprends bien le vôtre est plus … authentique. Dans l’essence des choses. Si on nous comparait à un créateur, je serais l’Industrie, et les Kitsunes seraient la Nature. On ne peut pas les associer si facilement, forcément. Cela dit, ça ne veut pas dire que c’est totalement impossible. »

Meisou allait partir. Shura s’empressa d’incliner la tête pour lui souhaiter au revoir et le remercier d’être venu.
Les Kitsunes lui faisaient décidément un drôle d’effet. Il se sentait un peu révérencieux avec eux. L’histoire de Shian l’avait-elle touché ? Ou alors c’était plus simplement l’impression de côtoyer des êtres entièrement voué à cet art qui le passionnait, depuis bien plus longtemps que lui. Si avec Sham il se sentait en connivence, comme avec un ami, avec les Kitsunes, il sentait autre chose. Des aînés, en quelque sorte. Ils avaient des années d’avance sur lui, même si c’était un peu inexact puisqu’ils ne parcouraient pas le même chemin.
En fait, c’était assez dur à expliquer par des mots.
Ce n’était peut-être pas la seule famille de Kyuchioses à pratiquer le Fuinjutsu. Peut-être que s’il survivait à la guerre contre l’Empire, il essaierait d’en trouver une pour prendre une vraie retraite cette fois. Une fois sa vengeance accomplie, se retirer de ce monde loin de sa propre colère, et se consacrer au Fuinjutsu dans le monde Kyuchiose … En fait, au fond, il n’était pas obligé de signer de pacte. Les Kitsunes lui avaient dit être des amis et accueillir ceux qui recherchaient le savoir. Peut-être qu’ils lui pardonneraient ses actes dans le monde des humains, s’il se retirait pour consacrer le reste de sa vie au savoir ?
Enfin, il en fallait pas mettre la charrue avant les bœufs. C’était bien loin, tout ça. Mais clairement, il était un peu jaloux de Sham sur ce point. Les Kitsunes le passionnaient et l’intriguaient. Shura était très reconnaissant envers eux, et envers Sham, de bien vouloir partager leur savoir et travailler avec lui sur les sceaux.

Soudainement, Sham se redressa. C’était un peu brusque, mais il lui dit qu’il devait y aller. Une urgence peut-être ? Ou alors simplement qu’il avait un rendez-vous, il se faisait tard après tout. Et ce n’était pas ses affaires, en y repensant.

« Pas de problèmes, c’est moi qui te remercie. J’ai un loft à Shi, dans les quartiers populaires. Il est assez facile à trouver, n’hésite pas à passer, on ira ensembles au QG scientifique. Enfin, si mes obligations ne m’en détournent pas, j’irais sûrement dans le monde Kyuchioses ses prochains jours. Je tiens vraiment à voir le mont Hansei. Ca m’a tout l’air d’être un endroit magnifique. J’espère juste que je ne m’y perdrais pas. »

Le garçon s’éloigna assez rapidement.

« Hmmm … Il avait quand même l’air nerveux … Quelle mouche l’a piqué ? »

Par réflexe, il suivit la ligne de regard du garçon vers les toits. Rien ne sautait aux yeux. Enfin, il n’avait jamais été un ninja sensitif non plus.
Shura conclut qu’il se faisait sans doute des idées. Mais il ne pouvait s’empêcher d’être vigilant devant la moindre chose qui sortait un peu de l’ordinaire.

** Rentrons. J’aimerais tester ce parchemin surprise … J’espère juste que je ne démolirais par mon jardin. **
Nukenin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
82/300  (82/300)
Points de vie:
340/340  (340/340)
Points de chakra:
1270/1270  (1270/1270)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Juin - 14:27
Spoiler:
 

Sham et Shura : 20 + 22 xp = 42 xp.
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 349
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
30/300  (30/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Ouest – Loisirs et commerces
-