AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Amphitéâtre - Conférences ?

 :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Académie Impériale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 17 Mai - 11:22
La journée avait pourtant si bien commencée. Pour ce qui était des étudiants shinobis ils étaient heureux d'avoir quelques heures suspendues pour écouter une conférence sur l'importance d'une alimentation équilibrée pour un shinobis sujet qui était plus intéressant aux yeux de la nouvelle génération que cette histoire d'intégration. Enfin mise à part pour les descendant shousanien qui se firent un plaisir de se rendre dans l'autre amphithéâtre. Toutes deux ouvertes à qui le voulait bien sûr.

Au début ce n'était que quelques bruits un peu sourd rien de plus. Sûrement des gamins qui s'amusaient dehors. Mais bizarrement les bruits se firent plus proche accompagné maintenant de cris étouffé. Ce n'était pratiquement rien au départ mais rapidement le sol se mis à trembler. Quelque choses frappait si violemment celui-ci à chacun de ses pas que tout le monde pouvait l'entendre sans grand problème.

Quelque chose vint briser une des fenêtres d'un des amphithéâtre, cette fameuse chose fini sa course sur l'un des murs en une belle éclaboussure rouge allant du sol au plafond. Etait-ce une femme, un homme ou une personne plus jeune ? Impossible à dire vu son état actuel, peut-être que son pan de robe encore intacte permettait d'exclure « homme » mais ce serait oublier les travestis.

Spoiler:
 

Un cris effroyable résonna jusqu'à l'intérieur de la salle, un tremblement plus fort que les précédents, un deuxième et ce fut la chute. Une créature immense venait de passer au travers des bâtiments, le plafond s'était écroulé comme tout un pan de mur. Elle gisait au sol criant de toutes ses gueules. Une véritable cacophonie qu'il ne faisais pas bon entendre. A ces bruits on pouvait ajouter celui de la foule et de l'eau s'écoulant des tuyauteries éventrées qui se trouvaient dans le mur laissant une fine pellicule d'eau au sol.

Un homme se trouvait en l'air, sûrement lui qui avait expulsé ce golem de cette façon. Il aurait pu faire attention non ? Après tout il venait tout de même d’écraser au moins cinq futur shinobis ... Enfin, plus trop futur maintenant.

Rotoma voilà le nom de ce héros, lui qui venait de terrasser cette chose qui n'avait aucun mérite de vivre. C'est sous ce nom qu'il était connu, c'est ce nom qui se trouvera sur sa tombe vu que le golem l'attrapa au vol avec une violence effroyable. Ni une ni deux il croqua dedans, ne laissant que les jambes dans ses mains qu'il écrasa dans un effort pour se relever.

Un regard à gauche, un à droite. Oui il était clairement en danger, ça au moins il le comprenait. Il hurla de toutes ses bouches sur l’assemblée, envoyant des postillons de chacune de ses gueules sur la foule. Le chakra qui s'écoulait dans son corps était tout simplement aberrant. Il frappa le sol, malheureusement Nogota qui n'est plus aujourd'hui.

« Rhaaaaaaaaaaaagggggggggggggg. »
Anbu
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
252/300  (252/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Mai - 12:20
Quand ses équipiers n’étaient pas là, l’académie était un endroit très tranquille. Il y avait bien quelques éclats de rire, des chocs dans la cours d’entrainement, et quelques professeurs qui hurlaient de temps à autre. Mais rien de rocambolesque.
Shun flânait dans les couloirs, et regardait les différents programmes affichés ici et là. Il cherchait un cours intéressant à aller squatter, histoire de meubler sa journée. Il tomba totalement par hasard sur celui qui parlait d’une alimentation saine pour un shinobi. Ce n’était pas forcément ce qui attirait au premier coup d’œil, mais apparemment le conférencier était un type connu, et puis le sujet était vraiment original. Le bâtard était bien curieux de savoir ce qu’un ninja pouvait dire lorsqu’il était branché diététique.

Le jeune homme s’installa au beau milieu de l’amphithéâtre, légèrement sur la gauche. Il avait repéré un groupe d’étudiants très bavards et il pourrait les écouter d’une oreille discrète pour tenter de glaner quelques infos sur ce que les jeunes étudiants devaient penser de ce cours fort étrange.

En tous cas le Jounin qui donnait la conférence était clairement atypique. Il avait l’air d’avoir de la bidoche à revendre. Mais malgré tout, sa stature était imposante, et son pas lourd de muscles. De force, tout simplement. Il la respirait. Il avait aussi l’air de quelqu’un de dur, qui avait traversé des épreuves.
J’étais semblable à Shun sur un point : nous avions vécu la guerre entre Shousan et l’Empire de loin, dans nos propres contrées, avec nos propres problèmes. Et c’était difficile de comprendre ce qu’il était réellement arrivé pendant celle-ci avec le recul qu’on avait. Après tout, ma famille n’a jamais connu la guerre, nous ne sommes que des oracles. Des guides. Nos invocateurs ne participent que très rarement aux conflits armés majeurs, préférant plutôt une voie de la sagesse et de la neutralité, une voie mystique, une quête bien plus importante que les conflits terrestres.
Et pour Shun … Le pays du fer avait connu une ère d’escarmouches, mais ils n’avaient pas pu lutter longtemps en guerre ouverte et les batailles s’étaient déroulées alors qu’il était trop jeune pour voir ou appréhender réellement les évènements.
Du coup, le visage buriné de l’ancien shousanais … Eh bien, il l’interprétait simplement comme étant celui de quelqu’un d’un peu grognon.

Alors que la parlote commençait, et que Shun portait son attention sur les paroles énoncées, je laissais mon esprit vagabonder. Je sentis la chose arriver bien avant qu’elle soit là, et je compris le danger. J’envoyais des signaux dans l’esprit de Shun de toutes mes forces, oubliant toute prudence et laissant exploser mon chakra quitte à me faire repérer. Sans comprendre, l’étudiant se leva d’un bond et sauta vers la porte. Bonne initiative car l’abomination tomba pile poil là où il se situait quelques secondes plus tôt.
Mes ondes mentales ressemblaient à des ordres impératifs. La fuite. Casses-toi de là gamin, ou tu risques d’y passer. Perdre Shun aurait été la fin d’un projet mûri depuis des dizaines d’années. Une quête plus importante que quelques vies humaines. Hors de question que ça n’arrive.

Mais les yeux de Shun étaient braqués sur la scène. Je revis des scènes, dans son esprit, que j’aurais pensé ne jamais revoir. Le seul jour où son père lui avait adressé la parole. Où le fils bâtard du roi avait eu l’insigne honneur de promettre, devant l’épée Durandal, trésor de la famille royale, de promettre de toujours agir selon le code du Bushido. Un code qu’il n’avait, malgré son excentricité, jamais transgressé dans sa manière de le concevoir.
L’impensable se produisit. Je sentis l’esprit de Shunichi me résister. Il voulait faire quelque chose, mais quoi ? S’il ne fuyait pas, quelle serait la solution ? Je ne parvenais plus à investir son esprit, et donc à suivre sa ligne de pensée directe. Tout ce que je voyais, c’étaient ses souvenirs. Celui de son père, qui n’avait jamais fait attention à lui mais qu’il avait longtemps admiré en secret sans jamais rien dire à personne de son dévouement. Ses longues années à travailler dur pour être digne de lui, puis l’abandon. Et le renouveau lorsqu’il avait découvert son incroyable faculté et mis au tapis son maître en usant du Suukouken. Le poing noble, l’art martial natif du pays du fer par excellence. Le Suukouken suivait une longue tradition, et il venait suppléer l’épée lorsque son tranchant ne pouvait rien ou n’était pas nécessaire.
Le poing noble reposait non pas sur la force mais sur la faculté à maitriser les torsions. Des techniques permettant de briser nets les os si on attrapait l’adversaire de la bonne manière. C’était aussi l’essence du Bushido. Être implacable mais juste. Car briser un doigt est un avertissement, sévère mais non létal. Alors que briser la nuque est mortel et radical. Un jugement impartial, mais sage, c’était l’essence même du poing noble.

** Je … ne suis peut-être pas un samouraï … Mais j’en ai la force ! Plutôt mourir en faisant ce qui est juste que de les abandonner. **

Des pensées ? Il avait compris ma présence ? Le doute me fit lâcher priser, et Shun récupéra l’intégralité de son corps.
Son regard n’était plus aussi insouciant que d’habitude. Il était dur et concentré au maximum. Etrangement calme malgré le danger que représentait la créature, même. J’avais oublié que l’ignorance pouvait être une source de sang-froid et …
Non. Clairement, ce que ressentait Shun en ce moment même, c’était une peur atroce. Il voyait clairement cette créature comme le messager de la mort, et savait que s’il passait à l’offensive, il allait y passer si rien n’arrivait. Mais son mental était aussi dur qu’un sabre. Il se concentrait sur son tranchant, et non sur le rocher sur lequel il allait s’écraser et se briser.
C’était la façon de penser d’un authentique samouraï.

Les étudiants s’enfuyaient par pelotons, mais lui se propulsa vers la créature sans marquer d’hésitation. Je sentis le Ki circuler dans son corps. Il visait les terminaisons nerveuses, afin d’augmenter sa capacité à réagir vite, et augmenter ses probabilités de porter une attaque. L’analyse fut rapide. Cette chose avait plusieurs visages mais un seul menton. Le menton est le centre de l’équilibre d’un corps humanoïde, aussi difformé qu’il soit. Donc c’était une bonne cible. Du plat de la main, avec l’énergie et le ki qui fluctuait dans son organisme, Shun frappa sèchement le menton de la bête dans le but d’immobiliser ses jambes quelques instants.

Je réalisais que l’action ne pouvait pas causer de lourds dégâts, il ne cherchait donc pas à vaincre la créature ? L’horreur me frappa : il voulait l’empêcher de bouger pour laisser les autres étudiants fuir. Mais il devenait la seule cible à la portée de la créature ! Je déglutis, j’allais devoir intervenir ? Non, maintenant qu’il m’avait repoussé j’étais juste un spectateur impuissant …

« Suukouken … »

Tout en bougeant, les yeux de Shun se focalisaient entièrement sur son affrontement. Et sa bouche murmurait les noms des techniques du poing noble, alors qu’il bougeait pour préparer sa défense et la riposte à venir, pour gagner du temps. C’était son seul but. Et jauger la créature, comprendre, analyser. Pour mieux se préparer s’il survivait à la prochaine attaque …

« Igameru yashi tatsu. »


Spoiler:
 
Genin
Rônin
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 28/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
85/150  (85/150)
Points de vie:
302/302  (302/302)
Points de chakra:
559/559  (559/559)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 17 Mai - 22:37
La divination n’est pas qu’une bouteille à la mer. C’est un véritable art. Certaines prédictions, certaines illuminations sont de véritables chefs d’œuvre. C’est pour cela que mon rang de déesse de la guerre et de la beauté respectait comme il se devait les arcanes lunaires de Tsukiyomi. Et ses disciples, qui lisaient ses présages dans les tarots. Les consulter lorsque le cycle de lune le permettait était une tradition que je ne tenais pas à voir s’éteindre.
Trois jours plus tôt, l’Estropié, le devin du clan, m’avait fait part d’une prédiction d’une nature particulièrement intéressante. Un blasphème allait être commis. En un lieu donné. A une date donnée. Une insulte à la fois à l’art guerrier, et à la beauté elle-même.

C’était la raison de ma présence à Taki le jour de l’incident, tout simplement. Le devin était formel, je devais y aller seule. Et de toute manière, la troupe de guerriers d’élite que j’avais amenée avec moi avait été recalée à l’entrée : même si nous étions des alliés de l’Empire, on les avait embourbés dans les formalités administratives si chères aux nations organisées par la nouvelle religion. Et moi ? J’avais simplement continué d’avancer tout droit, en gardant la tête haute. Et personne ne s’était mis sur mon chemin. Je n’avais même pas donné le but de ma visite. Simplement mon identité. Puis je m’étais mise en marche en ignorant divinement tout ce qui se passait autour de moi.
C’était le kimono noir que je portais. Je n’étais pas Maïa Kaguya, mais Chi O’Megami en ce moment même. Les cornes en os qui ornaient mon front avaient pris leur teinte rouge sang. L’appel fluctuait dans tout mon corps, qui tressaillait d’impatience. Le défi d’aujourd’hui était digne d’une divinité. J’allais me battre aux côtés des humains mais je n’en serais pas un.

Je comptais les rayons du soleil. Son angle. Son inclination. L’heure. Je cherchais l’endroit indiqué par les tarots. Et cela m’amena directement à l’académie. Là encore, je ne donnais que mon identité, et je marchais sans que personne ne m’arrête. J’entendais bien des gens crier des choses dans mon sillage mais ça n’avait aucune importance. La porte de l’amphithéâtre s’ouvrit à toute volée devant moi. Je traversais la foule effrayée avec dégoût. Tant de mortels étaient indignes de la vie que les dieux leur avait donné … ni d’aucun de leurs présents. Cela me rebutait de les voir. Alors de sentir leurs courses effrénées de chaque côté de mon sillage était pire encore.

J’entrais. Il ne restait que peu de personnages présents dans l’amphithéâtre. Et la plupart n’étaient que des morceaux d’humains. Le responsable devait être la créature immonde dressée au milieu de la pièce, dégoulinante de saloperies.


** L’Estropié a dit vrai. Son existence même est une insulte. **

Je pris quelques instants pour observer les alentours. Il y avait peu de guerriers qui avaient été assez braves pour rester dans la pièce. Je regardais après cela la créature. Quel genre de chose était-ce là ? Elle était tout simplement répugnante. A un point inimaginable. Qu’une telle chose ait l’audace de commettre un bain de sang était une insulte à mon culte. Et la forme n’était pas l’unique responsable. Même sa manière de le faire était celle d’un boucher, et non d’un guerrier. Cette chose n’aurait jamais dû naitre. Seuls les nouveaux dieux pouvaient être responsables d’une telle abomination, aucun doute là-dessus. Il faudrait que j’en parle à l’Impératrice, parce que si elle savait quelque chose, ce pouvait être un sujet à débattre. Et même à guerroyer, tout mon respect n’aiderait pas sur ce coup.
En attendant cet adversaire ne méritait pas un combat dans les règles de l’art mais plutôt une exécution sommaire. Seulement, sa puissance semblait démesurée. Il aurait été idiot de se jeter tête baissée. Aussi pris-je le temps de ressentir. D’analyser. De dénombrer. Comment était-elle faite ? De combien de bouts de quoi ? Son chakra était-il celui d’un homme ? Bref, je pris le temps de laisser mes sens faire leur travail.

C’est alors qu’un jeune guerrier se rua en avant, et tenta de frapper la créature, avant de se mettre en garde. Il voulait l’attirer ? J’avisais les étudiants qui fuyaient. La force de protéger. Sa bravoure était émouvante, et forçait l’admiration. Il venait littéralement de jeter sa vie dans la bataille, et ce n’était pas quelque chose que tout un chacun pouvait faire avec les jambes qui tremblaient de peur comme les siennes. Pourtant, il gardait la tête haute et combattait fièrement.


« Amaterasu, mon amour. Je sais bien que tu n’approuveras pas ce choix aussi je te le demande comme une faveur personnelle. Je saurais te la rendre, je t’en prie. Ces guerriers ne sont peut-être pas fervents. Ils sont peut-être dans l’erreur. Mais je ne peux les laisser seuls face à ce monstre. Prêtes-moi de ta force, que je la lègue à mon tour. »

J’attrapais entre mes doigts la broche en forme de soleil qui ornait mon cou, tout en murmurant cette prière. Et je dirigeais ma paume en direction de la créature depuis le haut des gradins. Une liasse de feu noir s’en échappa et entama la créature. Il continuerait de la brûler encore un moment. Maintenant que le feu noir était là, je pouvais attendre de voir si ma prière trouverait un écho. Et ce fut le cas. Tous les guerriers assez braves pour être restés s’enflammèrent soudainement eux aussi, mais ce feu noir était différent. Il enflammait leur âme et survoltait leur âme guerrière. La Fureur d’Amaterasu.
Mais maintenant, il fallait croire en eux et espérer qu’ils tiennent le temps que je trouve une solution pour terrasser rapidement cette créature. Je continuerais à observer en attendant.



Spoiler:
 
Princesse Kaguya
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 14/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
161/300  (161/300)
Points de vie:
710/710  (710/710)
Points de chakra:
620/620  (620/620)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai - 23:21
C’était encore une journée comme toutes les autres qui commençait, à un seul détail près (si bien sûr on peut qualifier ça de détail), c’était une grosse journée à l’académie et en tant que héros de guerre et membre du clan Akimichi, il m’a été demandé de donner une conférence sur les bienfaits d’une alimentation saine et équilibrée en tant que shinobi. Alors que j’étais sur le point de terminer mon discours par mes plus belles phrases

« Et n’oubliez pas, pour bien grandir il ne faut pas manger trop gras, trop sucré, ou trop salé ! »

Quelques petits craquements, qui se faisaient de plus un plus insistants, et qui finirent par un tremblement de terre. Il y avait un protocole à respecter pour ça à l’académie, mais bon, je n’étais pas spécialement le mieux avisé pour gérer la situation. Enfin, fort heureusement pour moi, l’origine de ce tremblement n’était pas naturelle, mais provenait bien de quelque chose de gigantesque qui en provoquait un à chacun de ses pas. Soudainement une des vitres éclata, nous laissant donc observer le premier blessé de la chose. Par réflexe, je me précipitai vers cette personne sans grande conviction : la traînée de sang qu’elle avait laissé dans toute la largeur de la pièce. Enfin, je n’ai pas vraiment eu le temps de penser à quoi que ce soit d’autre que le responsable se montrait aussitôt.

« Bon. Que ceux qui veulent se battre restent. Les autres, partez sur le champ, vous nous gêneriez. »

Je n’ai pas pu m’empêcher de retenir un sourire : la créature qui se montrait me rappelait les entraînements avec Kazuhiro-sempai, et malgré le fait qu’elle ait tué plusieurs personnes déjà, sa vue me réchauffait le cœur. Je repensait aux combats menés avec la Meute, et malgré le monceau de cadavres sur lequel Henry III (oui, c’est comme ça que j’avais décidé de l’appeler) reposait, j’éprouvais une certaine sympathie pour le monstre, et le voir se faire assaillir de tous les côtés me soutira un haut-le-cœur.

Oui, il avait tué au moins un shinobi de manière volontaire, et cinq en arrivant dans la pièce. Les pertes humaines s’avéraient énormes pour un simple jour à l’académie, mais bon, j’en avais vu des pires. Ceci dit, un étudiant sortit du lot et retint mon intention. Malgré le tumulte ambiant il préféra aller à contre sens et s’élança corps perdu dans la bataille. C’était rare de voir autant d’ardeur dans les rangs des jeunes shinobis étant donné que la guerre était terminée depuis un petit temps maintenant et que la plupart des tensions étaient redescendues.

Comme si la journée n’était pas encore assez remplie en bizarreries, une femme entra dans ma salle de cours sans crier gare, même si j’étais sûr et certain de l’avoir déjà vue quelque part, mais impossible de me rappeler où. Elle murmura quelques trucs auxquels je n’ai pas prêté attention, mais lança une gerbe de feu noir en direction de la créature.

Peu de temps après, je me sentis pousser des ailes. Enfin, à peu de choses près. Je sentais que quelque chose était en train de me bouffer les entrailles petit à petit, mais je sentais clairement ma puissance augmenter. Parfait. Il ne me restait plus qu’à entrer en jeu, maintenant que tous ceux qui voulaient partir étaient partis. Les choses sérieuses allaient commencer.

Ni une ni deux, je bombai le torse et m’élançai vers Henry III sans trop me poser de questions. Ceux qui étaient dans la pièce avaient vu aussi bien que moi ce dont la créature était capable et savaient qu’ils risquaient leur vie, mais c’était leur choix, et je n’étais pas le mieux placé pour les en dissuader, que du contraire.

De toute façon, ma tête tournait de trop que pour que je puisse réfléchir à un vrai plan d’action.

Au pire, je me mangeais un coup, et j’avais  encore de quoi récupérer le coup. Au mieux, je déstabilisais Henry ! Bref, j’étais gagnant dans tous les cas de figure.


Résumé:
 
Nukenin
avatar
Messages : 81
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
220/150  (220/150)
Points de vie:
386/386  (386/386)
Points de chakra:
330/360  (330/360)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 22 Mai - 12:19


La créature fixa la salle de son regard vide. Certaines de ses bouches mâchouillaient encore de la chaire fraîche, du sang coulait le long de son corps. De sa longue langue il lapa le liquide rouge dans un atroce bruit de succion. Elle semblait se régaler.

Alors qu'elle s'apprêtait à attraper une nouvelle victime, quelqu'un vint stopper son mouvement. C'était Shun, frappant de sa main le bas du menton de l'hideuse créature. Le coup fit mouche percutant la chaire molle du monstre. Il beugla une nouvelle fois. Son cri résonna dans la pièce, dans tout le bâtiment, ses yeux se posèrent sur le jeune homme qui venait de lui porter le premier coup. Il tenta de faire un pas en avant mais ses jambes semblaient ne pas avoir envie de répondre, légèrement flageolante. Chose qui ne dura point, à peine un instant plus tard il posa son pied pour mieux se positionner face à son adversaire.

Un bruit atténué se fit entendre quand quelque chose percuta son mollet. Il ne sembla pas y prêter grande attention. Etait-il trop concentré sur le blondinet à ses pieds ? Pouvait-il seulement se concentrer d'ailleurs ?

D'autres étudiants étaient pratiquement prêts à intervenir eux aussi, gonflé de courage par Shun qui s'était lancé dans ce combat avec une bravoure sans égale. Enfin, l'envie leurs passa rapidement quand l’énorme poing ganté de métal de la créature rentra en contact avec le sol. Le banc qui se trouvait entre lui et le carrelage maintenant brisé était transformé en petit bois. Le tout en laissant une odeur nauséabonde à chacun de ses mouvements. Il n'en fallut pas plus pour que ces pseudos valeureux, ou alors simplement intelligent ?, prennent leurs jambes à leurs coups. Il ne restait plus grand monde dans la salle, mise à part deux shinobis.

« Grouhhhhaaa ! »

La créature semblait mécontente d'avoir loupé sa cible. Pour se consoler elle attrapa un shinobi qui tentait une attaque envers lui. Le poing de ce valeureux combattant était chargé de chakra l'instant d'avant, quand la main se referma sur son corps attrapé au vol différent craquement se firent entendre. Certainement des os qui venaient de céder sous la pression. D'un geste l'hideuse chose envoya le corps vers ses bouches qui ne se privèrent pas de croquer à pleine dents dans la chaire. Apparemment le pauvre n'était pas tout à fait mort, en tout cas c'est ce que laissé sous-entendre ses cris d'agonie.

Une flamme noire vint lécher le corps de la créature, un nouveau cri perça. A l'odeur nauséabonde de la créature on pouvait maintenant ajouter celle de sa peau qui commençait petit-à-petit à se calciner au niveau de son dos. Des cloches apparaissaient sur celle-ci, certaines éclatèrent quasiment dans l’immédiat laissant couler un étrange liquide sur son corps. Elle hurla à nouveau avant d'abattre une nouvelle fois sa main dans la direction de Shunichi. Fort heureusement pour lui il ne tenta pas de l’écraser comme il l'avait fait auparavant mais de le faucher dans un mouvement. Il fit mouche cette fois-ci. L'étudiant fut envoyé dans le décor.

Il restait toujours cette autre minie gêne qu'il avait senti un rien plus tôt attiré sur son mollet, il pivota mollement. Des bouts du cadavre du pauvre shinobi qui avait tenté quelque chose chutèrent au sol dans un bruit sinistre, on pu même entendre un nouveau craquement, certainement une des mâchoires qui était venue à bout d'un os récalcitrant. En parlant de shinobi, la dernière personne à n'avoir encore rien tenté dans la pièce chargea avec rage. Frappant le golem de ses mains, chacun des coups offraient un bruit sourd, la chaire se déformait mais il n'arriva pas à attirer l'attention de la créature. Sentait-elle seulement que quelqu'un tentait de lui faire mal ?

C'était donc une boule de gras qui avait tenté une attaque contre lui. La créature leva son poing non ganté et l’abatis dans une vitesse incroyable. N'allait pas croire qu'il s'agit de la sienne, il était simplement aidé par la gravité rien de plus. Le coup toucha lourdement, aucun doute qu'il avait bel et bien senti le choque. Lui n'avait pas valsé, après tout ce n'était pas le bute de ce type de manoeuvre.

« Rrrrrrrrrrrrrrrrrrr. »

La créature fit un bruit gutturale. Elle pivota à nouveau à la recherche d'une nouvelle proie, après tout pourquoi ils leurs auraient résisté si jusque là chaque coup avait fait un mort ? Pendant ce temps, au niveau de son dos brûlant sous le feu noir des pustules apparurent, faites de chaire et peut-être de quelques autres petites choses ... Du pus ? Peut-être, personnellement je préfère ne pas savoir. En un instant elles s’éjectèrent du corps et atterrirent un peu partout avant d'exploser, recouvrant chaque personne dans la salle, elles avaient un effet corrosif, lui aussi mais il ne semblait ne pas se soucier de ce détail. La créature frappa à nouveau le sol dans un immense fracas, sous ses poings celui-ci se brisa envoyant des bouts de bois et de carrelage un peu partout.

« Roaaaaaaaaaaaaaaar. »

Elle hurla une nouvelle fois, pas qu'elle, chacune de ses bouches envoyant de la salive mêlée au sang au sol. Malheureusement, elle semblait pratiquement indemne.

Résumé:
 
Anbu
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
252/300  (252/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Mai - 16:32

Ca n’avait pas vraiment l’air d’avoir atteint sa cible… Ma roulade n’eut pas l’air d’inquiéter énormément Henry III, et celui-ci n’avait fait que s’énerver de plus belle. De fait, un autre shinobi était resté dans la pièce et s’était purement et simplement fait bouffer.

Ce gros machin avait pas l’air d’être commode et n’arrêtait pas de beugler comme un animal, et qui plus est, n’avait même pas l’air d’être comestible ! C’était inadmissible. Un truc vivant non mangeable, il fallait en finir au plus vite, sa vue commençait à me dégoûter – comme les premières fois où j’ai rencontré Kazu-sempai – et en plus il foutait ses trucs dégueu partout…

Je devais agir méthodiquement : je n’étais pas seul à me battre contre la chose et il ne fallait absolument pas oublier ça.

*Bon, il est temps de lui faire ravaler sa vieille bave…*

Alors que je m’apprêtais à agir, je sentais comme un picotement : mes vêtements étaient en train de se dissoudre à l’endroit où la bave du géant m’avait recouvert et celle-ci commençait à attaquer ma peau, la douleur était certes légère mais non négligeable, ce n’est pas tous les jours qu’on est baignés dans l’acide.

En y regardant de plus près, c’était même plus que de la bave : ce truc nous avait envoyé des pustules à la tronche ! C’était vraiment dégoûtant. Enfin, j’avais l’habitude des trucs dégueulasses, mais celui-là, sur une échelle de dégueulassitude, on pouvait être sûr et certain que ça atteignait des sommets. D’autant plus que non seulement c’était des vieilles pustules immondes, mais elles grossissaient et nous explosaient au visage si on avait le malheur de les regarder trop longtemps ! Il fallait se débarrasser de ça au plus vite avant que ça ne continue et je m’exécutai donc, secouant un peu toutes ces squames présentes sur moi.

N’ayant pas spécialement le temps de me concerter avec les autres, il fallait agir au plus vite. Pour commencer, récupérer un peu de la mobilité perdue à cause du décuplement n’était pas une mauvaise idée. Bien sûr, cela n’allait pas suffire mais ça me préparait à la suite. J’avais une petite idée de ce que j’allais pouvoir faire par après mais il me fallait une bonne partie de mes capacités pour ça ! J’espère juste que les autres vont réagir relativement vite, je suis totalement à découvert face à Henry…

Résumé:
 
Nukenin
avatar
Messages : 81
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
220/150  (220/150)
Points de vie:
386/386  (386/386)
Points de chakra:
330/360  (330/360)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 27 Mai - 11:55
Quelle infecte créature. Mais aussi, quel monstre redoutable. C’était dur de dire pour quelle raison, mais l’attaque directe portée par l’Akimichi semblait n’avoir eu aucun effet sur lui. Pourtant, en termes de force pure, le clan Akimichi était réputé pour être la sommité. Maïa était plutôt dégoutée de leur manque d’élégance. Mais il fallait au moins leur reconnaitre qu’ils compensaient par de la puissance. Et une certaine efficacité.
Enfin d’habitude. Parce que cette fois, elle n’était pas au rendez-vous. En attendant, ils n’étaient que trois pour gérer ce tas d’immondices. Et puis, elle préférait éviter de s’en approcher si c’était possible. Non pas qu’elle doute de sa capacité à encaisser les assauts. Elle n’avait juste pas très envie de se rapprocher d’une chose aussi laide si elle pouvait l’éviter.
En plus, mieux valait garder la seule combattante qui, des trois présents, serait capable de dispenser des soins conséquents. Vu le déroulement des choses, on ne savait pas trop ce qui pouvait arriver.

Le kimono de Megami était brûlé au niveau de l’épaule. Une histoire de chair à moitié décomposée qui avait explosée en vol … et avait atterrit ici. Elle avait une sorte d’effet corrosif. Maïa attrapa un cahier qui trainait sur une table pour balayer cette chose. Mais l’effet était déjà visible : le tissu était déchiré, laissant voir une parcelle de peau laiteuse, rougie par l’acide. Heureusement, rien n’avait eu le temps d’attaquer la peau mais …


** Il a très mal réagit au feu noir. Est-ce au feu en général ? Ou alors peut-être aux éléments de façon encore plus général ? Ou peut-être n’est-il insensible qu’aux attaques physiques ? Ca fait beaucoup de pistes à explorer. **

En tous les cas, comme elle ne voulait pas s’approcher, elle devait partager ces informations avec les deux guerriers qui étaient restés. Megami était répugnée par ce qui manquait d’élégance. Mais c’était aussi une déesse guerrière : le courage était une valeur qui la charmait. Et ils n’en manquaient pas.
Mais dans un premier temps, il fallait qu’elle augmente ses facultés sensorielles. Elle n’avait jamais été mauvaise, et même, au commencement, aurait pu se spécialiser dans les arts de l’esprit. Mais elle avait laissé cela à sa sœur, et Megami avait préféré la voie de la bataille … Mais les deux déesses d’art n’en étaient pas moins faites dans le même matériel à l’origine.

D’une voix impérieuse, mais curieusement douce, elle annonça aux deux en contrebas :


« Le feu fonctionne. Pas les poings. »

Et pour mieux illustrer son propos, elle marmonna une nouvelle prière, inaudible cette fois. Et un jet de flamme noire, plus puissant et brutale que l’autre, partit en direction de la bête. Les yeux de Maïa étaient rivés sur la créature. Elle sentait que quelque chose pouvait se produire. Il ne lui manquait que quelque chose pour comprendre … Un déclic.

Spoiler:
 
Princesse Kaguya
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 14/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
161/300  (161/300)
Points de vie:
710/710  (710/710)
Points de chakra:
620/620  (620/620)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 31 Mai - 9:24
Les choses auraient pu être bien pires. C’est ce que je me dis, alors que Shun fait un vol plané exemplaire à travers l’amphithéâtre. Après tout, il vient d’esquiver une attaque et le coup, même s’il a fait mal, n’a pas réussi à vraiment le mettre en danger de mort. Et puis maintenant, au moins, il n’est plus au corps à corps avec cette immondice. En plus, les types puissants qui trainaient dans les parages viennent de prendre le relais. Ils sont au nombre impressionnant de … Ah, eh bien de deux désormais. Celui qui faisait le discours, l’Akimichi à l’air balèze, et une fille habillée comme une prêtresse, mais avec des cornes et un katana. Elle a une aura étrange. Son chakra, que je perçois, me parait tout à fait normal mais … une étrange sensation se dégage d’elle. Quelque chose de mystique, presque surhumain. Je ne saurais trop dire, et je n’ai pas trop le temps d’y penser.

Pendant que le prénommé Jirobuu est en train de gérer la créature en combat rapproché, Shun se relève. Il se débarrasse des morceaux putrides dégueulasses que la créature vient d’envoyer un peu partout, en les nettoyant avec l’eau qu’il y a par terre. Merci l’explosion des tuyauteries. Ca mettrait sans doute des mois à être réparé complètement … Mais en attendant, ça permettait de gagner un temps fou dans une situation de vie ou de mort. Du coup, c’était peut-être quelque chose qui avait sauvé la vie de l’étudiant.
Si j’avais eu une bouche pour hurler de surprise, je l’aurais fait quand le feu noir s’était soudainement emparé du corps du gamin. Sa puissance venait d’augmenter mais ça devait picoter. Je sentis même Shun grimacer : ça ne faisait pas du bien. C’est la prêtresse qui a fait ça ? Je ne connais pas cette technique mais ça ressemble à du shâmanisme … un peu dénaturé. Elle ne tire pas ses pouvoirs des esprits élémentaires, mais d’une autre source. Le feu noir n’a pas bonne réputation, autant le dire franchement. Enfin, en attendant, c’était un supplément de puissance, et ça ce n’était pas très bon. J’avais senti la surprise et presque une note de désespoir dans l’esprit de Shun quand il avait vu l’attaque titanesque de l’Akimichi heurter la créature sans rien lui faire. Mais avec cette force, son courage venait de renaître. Et qui dit courage dit … Eh bien oui, le voilà qui retourne au corps à corps.

Je suis le cours de sa réflexion. En quelques instants, il vient de comprendre comment utiliser au mieux la technique d’embrasement de bataille : les affinités entre les éléments. Même si on ne connait pas les bases du chakra et des ninjutsus, on peut comprendre ce genre de chose. Les cinq éléments régissent la nature, et pas seulement les techniques shinobis. Et le fait que le vent augmente la puissance du feu n’est pas quelque chose qui est réservé aux techniques ninjas. Du coup, il se concentre pendant le trajet vers le tas de chairs, et fait naitre du vent autour de ses poings. Je ne me souviens même plus de la fois où il a vu et appris cette technique pour dire la vérité, et il ne s’en souvient sans doute pas plus que moi. Ca doit bien remonter à plusieurs années maintenant. Il venait juste de quitter Tetsu …

« Le feu fonctionne. Pas les poings. »

Je sens Shun tressauter. Hésiter peut-être. Il est entouré de feu noir, donc ce n’est pas la tactique qui le fait hésiter. Serait-ce le ton de la voix ? Elle était perturbante, c’est vrai. Celle d’une jeune femme, même celle d’une jeune fille. Fluette, innocente. Mais avec une force étrange, presque absolue. Quelque chose d’impérial. Cette prêtresse, c’était l’Impératrice ? Le profil semblait coller. Jeune, jolie, à l’allure intimidante malgré tout. Avec ce côté mystique limite élue des dieux. Mais dans ce cas, où était sa garde rapprochée ? Morte avec l’attaque de la créature ? Et qu’est-ce qu’elle faisait à Taki, loin de la capitale ? Ce n’était peut-être pas elle après tout.
Pendant ce temps, Shun frappait la créature de toutes ses forces, avec son poing où se mêlaient la force de l’air et du feu. Ca avait pas mal de gueule, comme attaque …
Et comme il n’avait rien de mieux à faire, il sourit nerveusement à l’homme qui était à côté de lui. Et il se tapait la causette. C’était plutôt pour garder son calme face au danger que pour vraiment dire quelque chose.

« Sir Akimichi je présume ? Je suis Shun. Je sais qu’on ne se connait pas mais … »

Son poing heurte la créature.

« … je vous promets que si on y survit tous les deux, je prépare moi-même le festin pour fêter notre victoire ! »

Spoiler:
 
Genin
Rônin
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 28/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
85/150  (85/150)
Points de vie:
302/302  (302/302)
Points de chakra:
559/559  (559/559)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Juin - 21:04


La créature hurla de plus belle quand les flammes lui léchèrent ce qu'il lui restait de peau. Elle pivota lentement vers Maïa, plongeant son regard semblant être totalement dénué de toute intelligence dans ses yeux. De la bave lui coulait le long de ses nombreuses bouches, dégoulinant sur son corps, se mêlant au sang des pauvres innocents qu'elle avait dévoré goulûment. Le problème ? Elle avait encore faim ! Elle voulait se repaître encore plus, mes ces trois insectes voulaient l'en empêcher. Et ça il n'en était pas question !

« Slurp. »

Tout en fixant cet opposante qui se tenait loin de lui, il passa l'une de ses langues sur l'une de ses bouches dans un bruit plus que répugnant. Mais quelque chose vint le déstabiliser à nouveau, une attaque portée sur l'un de ses mollets. Pas des plus douloureuse, mais il la sentit de de même. Il grogna tournant sur attention sur la mouche qui venait de le toucher. Ils étaient deux. Lequel avait frappé ? Qu'importe, l'un semblait plus succulent que l'autre. Alors que du chakra se déversait dans le corps en putréfaction, de la chaire se mit à s'écouler de divers trous. Elle s'étala sur le sol, corrosive, aucun doute à la vue du bois et des carrelages qui ne semblaient apprécier ce contact. Bientôt une bonne zone fut recouverte. Il leva son poing pour frapper encore. Frapper, voilà la seule chose qu'il savait faire apparemment ... Quoi que non, une tête fondit l'air, s'accrochant à l'épaule de Maïa à l'aide de ses dents. Elle l'avait mordu ... Y avait-il risque de malade ? Certainement vu le golem. S'en était trop pour le dernier dernier faux courageux qui pris ses jambes à son coup.

Son poing lui heurta Shun douloureusement, pas pour la créature bien sûr. Lui ne sentit pratiquement rien. C'était juste un jeu pour lui, un jeu au bout du quel une friandise se trouvait. Enfin un jeu ... Pouvait-il réellement s'amuser ?

Quoi qu'il en soit, il avait faim. Et pas qu'un peu. Dans un rugissement il se pencha, ouvrant grand sa gueule pour attraper celui qui l'avait frappé. Il était si délicat qu'il ne pouvait qu'être exquis. Ses dents se serrèrent sur la chaire du blondinet, il n'était pas encore tranché, même pas transpercer. Mais vu son état ça ne saurait sûrement pas tarder. A moi que ses camarades ne viennent lui porter secours ?

Pour marquer son contentement, la créature laissa aller l'un de ses poings vers le sol. Manque de chance, Jirobuu se trouvait sur le chemin entre lui et le sol. Ce fut de plein fouet qu'il se prit lamas de chaire.

Alors que le moustique n'était même pas encore mâché, il se tourna vers l'Akimichi. Toujours cette bave lui dégoulinant de la bouche. Apparemment il ne comptait pas en manger qu'un.

Résumé:
 
Anbu
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
252/300  (252/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin - 20:34
« AAARGGHHH ! »

A peine ais-je souris à l’Akimichi que la bête me happe et me broie les os. Je ne sais pas vraiment ce qui est brisé : le tourbillon de douleurs l’emporte sur toutes les autres sensations. Je crois que j’ai hurlé, mais je ne suis même pas sûr.
Quelque chose est étrange. J’ai l’impression d’avoir perdu quelque chose. Comme une présence dans mon esprit. C’est un peu comme si mon ange gardien s’était envolé. C’est parce que ma fin approche ? J’ai du mal à le croire. Mais en même temps, bien que nos coups aient portés, nous ne sommes que trois face à ce monstre. Et rien n’a semblé le faire vaciller. J’ai eu l’impression que mon coup de poing lui avait fait mal et avait traversé sa peau, mais pourtant, le seul résultat qu’il y avait eu, c’était de l’énerver un peu plus.
En tous cas je n’étais plus bien vaillant. En plus de la douleur, je sentais quelque chose qui me brûlait de l’intérieur. Du poison ? Une infection ? En tous cas, ça et le feu noir, le tout me rongeait petit à petit. Je me sentais perdre pied. J’allais m’évanouir. Je tente de remuer les orteils. Les doigts. Mon corps répond encore.

Je me souvenais encore de mon apprentissage du Bushido. A la toute fin, on m’avait parlé de la mort digne d’un samouraï. Il fallait se battre jusqu’au bout. Car même si on est sûr de mourir, on peut donner l’avantage à ses compagnons d’armes en résistant jusqu’à la fin. Si j’avais encore assez d’énergie pour porter un coup avant de mourir, c’était mon devoir. C’était une question d’honneur, de fierté. Mais je n’étais qu’un bâtard. Cette fierté, en avais-je quelque chose à faire ? Ma naissance me condamnait à elle seule à être le moins honorable de toute ma famille. Tenir un sabre ? On ne m’avait jamais appris. Car mettre une arme sacrée, un katana, entre les mains de quelqu’un  comme moi, c’était déjà dégradant en soi. Pour ma famille ? Non pas tellement. C’était pire que cela. C’était l’arme que j’aurais insulté. Je ne la méritais pas.
Mais je me fichais de tout cela. Tout ce que je savais, c’est que deux autres personnes étaient restées avec moi pour combattre ce monstre. Eux, ne méritaient pas mon dédain. Ne méritait pas tout ce mépris que je ressentais pour les traditions de mon pays, pour ceux qui m’avaient rejetés avant même de me connaitre. Ils avaient bien voulu de moi pour me battre à leurs côtés. Car des samouraïs, eux, n’aurait même pas essayé de m’aider. Ils m’auraient laissé mourir, puis, seulement, seraient intervenus. Je n’étais pas des leurs.
Mais ces deux personnes … Je n’avais jamais eu de compagnon d’arme. Je ne pouvais pas les renier. Je n’étais peut-être qu’une tâche sur le Bushido. Mais j’avais mon propre code d’honneur. Ma façon d’honorer ce contrat sacré, c’était de tout faire pour que, eux deux, ils s’en sortent vivants. Si jamais quelque chose que je faisais pouvait faire un effet, alors je devais le tenter.

Mes doigts se joignirent pour former l’arme la plus tranchante que je possédais : ma main. Même immobilisé, j’avais encore mes bras de libre. De toutes mes forces, même chancelant, je trouvais le courage de frapper. Les doigts pénétrèrent la peau, au niveau de la gorge. Je cherchais à couper le souffle de la créature. Normalement, j'aurais dû viser les côtes mais la créature était trop grande. Je ne pouvais pas l'atteindre. La paume du squale … C’était une technique volée, mais c’était ma technique maintenant. Mon seul talent, en tant que bâtard inutile. Copier. Reproduire. C’était mon arme à moi. Celle qui me permettait de vivre ma vie et de triompher des obstacles qui tentaient de m’en empêcher. Aujourd’hui, ce serait l’arme avec laquelle je lutterais jusqu’à la mort.

Je ne sais pas trop si la créature m’a lâché. Mais je crie de toutes mes forces, tout en concentrant du ki et en le faisant exploser.

« RRRAAAAAAAAAAH ! »

Une onde de choc part. Ais-je accompli quelque chose ? Est-ce que la créature est loin maintenant ? Si je dois mourir, je préfère le faire ailleurs que dans sa gueule. Je pique du nez. Cette fois, je crois que c’est bon. Je vais pouvoir agoniser en paix.

Je revois un visage. Je crois sentir la chaleur de bras protecteurs. Maman ? Je me souviens maintenant. Avant qu’on m’arrache à elle pour m’amener au palais, j’ai connu tout ça. Je vous maudis tous. J’aurais préféré qu’on me laisse à la campagne avec elle. J’aurais mille fois troqué le bonheur à tout ce que m’ont donné. Ces chiens, à la botte du plus grand lâche que j’ai jamais connu. Papa, tu n’as aucune élégance, aucune grâce, aucun droit de régner sur quoi que ce soit. Être Roi n’a jamais donné à quiconque la permission de piétiner ceux qui sont au-dessous de lui. Enfin, j’aimerais tant que ce soit vrai. Mais dans les faits, c’était faux. Avant l’Empire en tous cas. Maintenant, ils n’ont même plus de Roi. Tout juste une Reine de papier. Une marionnette. Ma sœur, je ne t’estime pas plus que notre père. Toi, tu aurais pu me protéger à sa place. Mais tu ne vaux pas mieux. Le seul qui va me manquer c’est …
Bah, peu importe maintenant. C’est quand même dommage. Je ne cherchais pas spécialement la gloire, mais juste un peu d’aventure.

J’ai tout donné pourtant. Mais que peuvent les hommes face à tant de haine ? Je n’en peux plus, je renonce à me battre. J'ai bien trop mal.


Spoiler:
 
Genin
Rônin
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 28/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
85/150  (85/150)
Points de vie:
302/302  (302/302)
Points de chakra:
559/559  (559/559)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Juin - 9:00
Maïa avait beau observer la scène, elle n’y voyait pour le moment pas l’issue favorable qu’elle espérait. Mais si son pressentiment était exact, elle commençait à comprendre comment blesser la créature. De là à dire qu’ils pouvaient l’annihiler à trois c’était une autre paire de manches. Apparemment, elle avait très mal réagit au feu, mais pas seulement ; l’attaque de Futon aussi l’avait apparemment bien touchée. Au contraire des autres attaques essayées.

« Merci mon amour. Tu peux apaiser ton feu vengeur maintenant. Il a fait son office. »

Le cadeau d’Amaterasu avait déjà montré son utilité. Maintenant que le feu consumait la créature, c’était un souci en moins à se faire. Désormais, c’était aux autres éléments de faire parler la poudre. La combinaison du vent et du feu avait presque réussi à faire de l’effet. Du coup, il ne restait qu’une dernière option : rajouter un troisième élément dans l’équation. En espérant, bien entendu, que ce n’était pas les cinq dont ils avaient besoin. Auquel cas, il ne resterait plus qu’une seule option et elle n’amenait pas la victoire : c’était de résister le temps que des renforts n’arrivent. Megami ne se faisaient pas tellement de soucis pour elle-même : elle se savait résistante. Elle tiendrait quelques attaques et pourrait se remettre d’aplomb. Même la morsure infligée par la créature n’était que bénigne pour elle. Bien sûr, son corps de mortelle avait souffert et semblait même empoisonné. Mais elle se sentait quand même apte à tenir un combat de longue haleine. Quand on a plus que la défense à gérer, c’est tout de suite beaucoup plus facile de résister.

Et de toute manière, de part l'âme qui l'habitait, elle ne pouvait même pas songer à faiblir d'un seul atome. Tout son corps devait être concentré vers son ennemi. Et tout son être devait clamer sa confiance.

D’une voix étonnement calme, elle entonna à l’adresse du troisième combattant, le plus massif des deux hommes :


« La combinaison du feu et du vent a fonctionnée. Et le feu continue de brûler. Si vous pouvez l’attaquer tous les deux à la fois avec le vent et ton élément à toi, on pourrait peut-être la vaincre. Dis-moi que ton affinité est différente de la nôtre et suis cette stratégie et nous l’emporterons. »

Un hurlement retentit. Le plus jeune des deux guerriers venait de se faire happer dans la gueule de la créature. Merde. C’était pas bon. Ils avaient besoin de lui pour appliquer la stratégie qu’elle avait mise au point.
Mais c’était là qu’une déesse guerrière entrait réellement en scène. Quand les guerriers sombraient dans le désespoir et se préparaient à abandonner le combat. Ce garçon avait lutté jusqu’à la dernière minute, sans faiblir. Il méritait amplement qu’elle sacrifie une partie de ses forces pour le ramener et lui éviter de mourir. Megami bondit au niveau de la créature pour se réceptionner près du garçon. Elle l’attrapa, et bondit de nouveau pour l’amener hors de portée du ramassis de cadavre géant. Le laideron, heureusement, était gros et donc plus lent à bouger. Elle put sortir de sa portée en un instant.
Un rapide coup d’œil lui permit de constater que Shun n’était pas mort. Elle posa ses deux mains croisées sur sa poitrine et insuffla une décharge de chakra médical. Quelques blessures se cautérisèrent. A moitié. Mais suffisamment pour le ramener à la conscience. Mais il allait mettre quelques secondes à s’éveiller.


Pour le presser un peu Maïa le gifla.

« Tu as reçu la bénédiction de la déesse Chi O'Megami, jeune guerrier. Tu as encore la force d’utiliser une attaque de vent ? Ou plutôt, as-tu encore foi en notre victoire ? »

Elle le regardait à la fois avec calme et gravité. La question était posée, mais c’était l’expression de ses yeux qu’elle observait. Y avait-il encore la flamme du courage qui brillait en eux ? Etait-il encore résolu à se battre jusqu’à son dernier souffle ? Ou avait-il déjà perdu dans son cœur ? Parce que si c’était le cas, ils avaient tous perdu.

______________________________

Spoiler:
 
Princesse Kaguya
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 14/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
161/300  (161/300)
Points de vie:
710/710  (710/710)
Points de chakra:
620/620  (620/620)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Juin - 11:52
« Enchanté, Shun. Hé bien j’espère qu’on y survivra toi et moi, j’ai hâte de goûter à ta cuisine ! »

*Et puis, quelqu’un qui me propose de la bouffe aussi spontanément… Il ne peut pas être mauvais.*


Tout cela me semblait si confus… Même les créatures de Kazu-sempai n’étaient pas aussi coriaces, et elles ne frappaient pas aussi fort. D’ailleurs, elle s’agitait de plus belle et nous réservait apparemment pas mal de surprises étant donné que l’une de ses têtes se décrocha du corps principal et partit se loger dans l’épaule de celle qui jetait des flammes noires. Ce combat commençait à devenir vraiment dégueulasse – à tel point qu’il me coupait l’appétit, c’est dire –, il nous fallait en finir au plus vite avant que ce truc nous sorte d’autres… trucs.

Ni une ni deux, les poings de Henry déferlèrent sur le jeune Shun et moi-même. Ses coups étaient beaucoup trop puissants, nous ne pouvions pas faire grand-chose contre la bête. Du moins, pas physiquement : Depuis le début du combat, il semblait réagir plutôt mal aux attaques élémentaires. La femme énonça sa stratégie au même moment, ce qui rejoignait donc ma pensée.

« Aucune idée de ce que ça va donner, mais ce que vous comptez faire me semble le plus logique, j’m’en charge !

C’est parti, Sh… »


*Qu’est-ce que quoi ?*


Le jeune Shun décolla du sol en un instant pour au final aller se loger dans une des gueules de la bête, exaspérant. Tout simplement. Comment était-ce possible ? Elle, elle pouvait manger, et moi, je devais attendre de l’avoir butée pour que Shun me fasse à manger ? C’est scandaleux ! Celle-là, elle allait être sur le point de se manger les miens !

« Dis-moi, Shun… Qu’est-ce que tu comptes me cuisiner ? »

A peine eussè-je le temps de terminer ma phrase qu’il me répondit d’un cri monstrueux, sans doute dû à la douleur, et que je me vis décoller à mon tour vers l’un des murs de la salle, me cognant relativement le crâne sur le sol lors de ma lourde retombée sur celui-ci, alors que la chamane s’empressa de le récupérer de la gueule de la créature pour le soigner. Il ne me restait plus qu’à entrer en jeu maintenant ! Apparemment, pas besoin de soigner Shun, la dame s’en chargeait seule, ce qui me laissait donc quartier libre pour occuper la bête !

« Hydrius, libère tes flots apaisants ! »

Alors que ces mots furent prononcés, l’eau qui était omniprésente dans cette pièce devint comme vivante. Elle se jeta violemment dans ma direction, pour ensuite se déposer sur mes blessures et les recouvrir partiellement. Ca ne valait certainement pas le Kokubari no jutsu, mais c’était toujours ça de gagné. Et puis, c’était rafraîchissant mine de rien.

« Merci, mon bon maître. Maintenant, que ta colère s’abatte sur mes ennemis ! »

Les dessins de vagues présents sur mes mains s’illuminèrent alors, laissant apparaître un torrent d’eau partant en direction de la créature, se jetant sur sa peau. A peine eût-elle le temps d’atteindre sa cible que je me jetai à corps perdu dans la bataille.

« Tu veux bouffer des éléments mon gros ? Bouffe-toi ça ! »

M’élançant en un tourbillon de roches, de terre et de débris, je finis par atterrir contre la créature, jetant l’un de mes coups de pieds les plus puissants à son attention. Si je compte bien, il nous manquait encore un élément pour pouvoir compléter le panel. Si seulement la Meute était encore existante, on n’en aurait fait qu’une bouchée de cette chose immonde.

Spoiler:
 
Nukenin
avatar
Messages : 81
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
220/150  (220/150)
Points de vie:
386/386  (386/386)
Points de chakra:
330/360  (330/360)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Juin - 14:06
Je m’étais élancé sans regarder en arrière, aussi je fus surpris de sentir un chakra qui avait bondit juste après moi par la fenêtre de l’hôpital. Mais en reconnaissant celui de Tak, mes jambes marquèrent un temps d’arrêt pour lui laisser le temps de sauter sur mon épaule.

Sham venait … Je grimaçais. Vu son état ce n’était pas très recommandé. Mais bon, je n’étais pas sa mère, seulement son ami. Ce n’était pas à moi de lui dire ça. Tak avait d’avantage le profil de la nounou et il semblait être arrivé à la conclusion que personne ne l’arrêterait. Donc si Tak était d’accord, moi aussi.
En plus le chakra qui se dégageait de la direction du séisme était gigantesque. C’était peut-être parce que l’hôpital était juste à côté de l’académie, mais dès que j’avais sauté de la fenêtre, j’avais directement ressenti ses effluves. Ou alors c’était parce que j’étais en permanence aux aguets que j’étais si sensible à ça ?
En tous cas, je n’avais pas senti une masse de chakra aussi colossale depuis longtemps. Même si je la trouvais un peu étrange. C’était une sorte de chakra corrompu jusqu'à la moelle. Horreur ou réalité ? Je n’avais qu’un moyen d’en avoir le cœur net. Mais clairement, vu comme ça sentait la merde un peu d’aide serait bienvenue.
En plus, au fur et à mesure que nous nous rapprochions Tak me confirma que Sham avait lui aussi ressenti un truc énorme. Et qu’il avait préparé un plan. Enfin, un plan. Une sorte de brouillon de plan basée sur une attaque qu’on avait gribouillé sur un cahier quand on était encore à Shousan. Un peu une ‘technique de rêve’ sur laquelle on avait fantasmés. De là à appeler ça un plan …
Et puis, le nogitsune ajouta que Sham aurait besoin de sable.

« Du sable ? Pourquoi ? »

A moins que … Bon, j’avais quelques instructions et pleinement confiance en Sham. J’étais capable de suivre aveuglement pour le moment. J’improviserais le moment venu. Après tout, je pouvais changer d’avis et de direction à la vitesse de la lumière en cas de problème. Ca allait le faire.

Tout en courant, je composais l’incantation de la technique d’invocation. Un panda roux en survêtement apparu, debout sur ses pattes de derrières, à la manière d’un bipède. Et mine de rien, même si je courais sans ralentir, il suivait bien.
Je souris, Sô continuait de s’entrainer. Décidément, il ne voulait pas perdre contre moi ! Il n’avait toujours pas digéré notre dernier match de basket. En même temps, le score avait été un peu sévère. Et pourtant, Sô était un as en matière de basket-ball. En fait, c’était la seule fois que j’avais gagné contre lui en un contre un. Une fois de trop : depuis, il s’acharnait à devenir plus rapide, plus endurant, à affiner sa technique … Bref, il devenait meilleur.
Et c’était aussi la seule invocation que je pouvais encore me permettre d’appeler depuis ces cinq années …

« Hé, c’est le petit Eihiko ! Ca se passe comme tu veux ? »
« Pas vraiment, Knife. J’aurais besoin d’un coup de main. J’ai besoin d’aller dans les réserves de l’académie pour récupérer du sable … mais je dois aussi foncer dans l’amphithéâtre et je ne peux pas être à deux endroits en même temps … »
« Sérieux ? C’est pas un taff pour moi ça ! »
« J’ai personne d’aussi rapide que toi et j’ai besoin de vitesse. »
« Evidemment : je suis le meilleur. Je vais même arriver avant toi ! »
« Rêves, mon vieux. »


Sô se fendit d’un sourire insolent. Il fit apparaître un ballon dans sa main, et le lança de toutes ses forces vers l’avant. Et soudain, il disparut, réapparaissant à l’endroit où était le ballon. Sa technique secrète du Dunk Chewing-Gum. Je n’avais jamais compris comment il arrivait à faire ça, mais c’était moi qui lui avait suggéré d’en faire une technique offensive ou de déplacement … quelle ironie. C’était bien possible qu’il arrive avant moi du coup. Surtout que je ne pouvais pas utiliser la vitesse-lumière : il fallait que je la garde pour une fois qu’on serait arrivés. En plus, j’avais Tak sur l’épaule, impossible de lui transmettre le chakra Hikari. Et même si je le tenais fermement, il subirait trop de pression sans le chakra lumière, si je le forçais à voyager à même vitesse que moi. Il risquait de s’évanouir, ce qui ne ferait pas nos affaires.
Bon, tant pis, je déclarais forfait, Sô gagnerait pour cette fois. Lui pouvait utiliser plusieurs fois consécutives sa technique du chewing-gum, j’avais un trop gros désavantage …

L’académie était en vue. De l’extérieur, on voyait qu’elle était amochée. Une partie du toit s’était écroulée, et des étudiants étaient groupés dehors. Des professeurs faisaient des appels dans le chaos ambiant, tentant de savoir si tous leurs élèves étaient bien là. J’entendais des gens hurler des choses différentes et contradictoires, mais je saisis l’essentiel : des monstres. Et des morts, aussi. C’était quoi ce bordel ?
Un type croisa mon regard. Il avait un bandeau de Jounin et des yeux blancs, limite vitreux. Hyuuga ? Je vis un éclair de lucidité dans ses yeux. Il m’avait reconnu. Merde. Pas le temps de dialoguer. Avant qu’il n’ait fait le moindre mouvement, je me rue sur lui et je le bouscule de l’épaule. Puis je lui fauche les jambes pour le mettre à terre. Il n’aurait pas le temps de me suivre, c’est déjà ça. Je détale vers l’intérieur du bâtiment.

« Tsss … Avec tout ça j’ai failli oublier que j’étais recherché. Tant pis, y’a plus urgent. »

Il y avait des innocents qui mourraient. C’était la seule chose que j’avais en tête actuellement. Tout le passé avait volé en éclats devant le danger de la situation. Si je ne faisais rien alors que je pouvais intervenir, j’insulterais la mémoire de Chizara, et la confiance de Sham. Pour de bon cette fois.

Je déboulais dans l’amphithéâtre, manquant de trébucher sur une pile de gravats. Un morceau de toit à première vue, je reconnaissais les tuiles caractéristiques.
Il n’y avait pas grand monde ici. Une femme habillée en kimono noir, apparemment indemne, trainait un étudiant qui était dans les pommes. Et là-bas …

« Jirobuu ! »

Bordel, ce que ça me faisait plaisir de le revoir ! Il avait pris un sacré coup de vieux, et perdu du bide, mais il était en pleine forme apparemment. Et plus fort que jamais. Il était en train de charger … Nom d’un Yokaï. C’était quoi cette abomination ? Une sorte d’entassement de cadavre qui gargouillait du pus. Elle était gigantesque, et dégageait un flux de chakra tellement immense que c’en était oppressant. Elle avait du sang partout, et c’était sûrement pas le sien au vu des bouts de corps qui trainaient dans toute la pièce. Ils avaient luttés à trois contre cette horreur ? Il en fallait des couilles pour tenir le choc, pas de doute, ça c’était bien Jiro.
En plus il venait d’enchainer la créature avec des attaques élémentaires, et elle avait bien douillée. Par contre, elle s’apprêtait à riposter. Bon, pas le temps de réfléchir.

Tak sauta à terre juste à côté de moi. Et nous réalisons une technique d’invocation en même temps. Moi j’avais invoqué Sô, qui s’écroula, sous le poids d’une grosse jarre de sable. Et le nogitsune, évidemment, venait d’invoquer Sham. Qui, d’ailleurs, semblait aller un peu mieux. Niquel, on était dans les temps.
Nos regards se croisent avec Sham. Je me remémore en un instant les détails de la technique qu’on avait inventé. Déjà à l’époque, même si je n’étais pas mauvais pour manipuler le chakra en soi, j’avais du mal à lui donner un corps physique. Le faire exploser n’était pas un problème, mais je n’ai jamais réussi à le sculpter correctement. Du coup, Sham créait le corps de la technique. Je ne savais pas ce qu’il avait derrière la tête exactement, mais je connaissais mon rôle. En plus, j’avais de quoi rajouter ma touche personnelle maintenant. J’adressais un sourire à mon ami. Un sourire dénué de tous ces remords et de toute cette colère qui m’habitaient depuis des années. J’étais réellement heureux de pouvoir mettre un point final à toute cette errance, et d’à nouveau pouvoir faire équipe avec lui. Et pour un retour, ça allait être fracassant !

« J’espère que tu es prêt. Je te laisse l’envol ! Moi … »

Je disparais de là où j’étais, réapparaissant au beau milieu de l’amphithéâtre, juste au-dessous de l’endroit où le toit était arraché. Sur la pile de décombres, j’étais en plein soleil. Et étrangement, tous les rayons du soleil semblaient converger vers moi. Ma peau rougissait comme si j’étais en train de chopper un coup de soleil intégral. L’insolation, qu’on appelait ça. Attirer et emmagasiner toute l’énergie solaire ambiante pour augmenter la force du chakra Hikari.
Ce ne serait définitivement pas la même technique que celle qu’on avait créée !

« … Je vais embraser les ailes ! »

J’avais les deux paumes écartées. Entre elles, instable et sur le point d’exploser, une masse d’énergie lumineuse était en train de se former, et de se gorger de tout le chakra que je pouvais insuffler dedans. En quelques dixième de seconde, la masse d’énergie Hikari était déjà au bord de la rupture … J’essayais de la contenir, attendant le signal de Sham pour envoyer tout ce chakra de lumière au bon endroit.


Spoiler:
 
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 390
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
174/300  (174/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Juin - 16:21
J'étais sous l'eau, il faisait calme ici. Finalement j'avais choisi d'ôter ma tenue de supershinobi. La garder n'allait servir à rien mise à part trahir l'identité de ce personnage, si on le voyait aux côtés d'Eihiko tout en étant invoqué par Sham le doute ne serait plus de mise. Il était hors de question que je mette en péril cette facette de ma personne, je ne pourrais plus faire semblant d'être le petit étudiant qu'il me plaisait d'imiter. Mais il fallait que je trouve autre chose, que je trouve une façon de faire croire que cette force ne venait pas de moi mais de quelqu'un d'autre et pour ça je n'avais pas beaucoup de choix. Je devais faire appel à l'un des deux Kitsunes. Le Myobu poserait très certainement problème, trop calme et trop pacifique pour pouvoir agir dans n'importe le quel des cas. Je ne savais pas ce qui avait provoqué cette vague de chakra, je ne pouvais donc pas prendre le risque. Le Nogitsune était la seule solution, quoi qu'il apporte, quoi qu'il se passe.

Les biens fait de l'eau du mont Hansei se faisaient ressentir, douce et agréable. Mon corps récupérait plus de force bien que ça risquait de ne pas être suffisant. Je me demandais ce qui se passerait si jamais je faisais appel à Tamamo no Mae. Aujourd'hui je connaissais son nom. Est-ce que ça me donnait une meilleure emprise sur lui ? J'en doute, mais à la vue des différentes sources de chakras qui se mettaient en action je ne pouvais pas me soucier si oui ou non je risquais quelque chose. S'il trouvait un moyen de m'empêcher de revenir, Shian elle serait en mesure de retourner la situation. Ou tout du moins je l'espérais.

A peine avais-je défais le début de la bandelette que je sentais son emprise sur moi. Mon chakra même changeait de nature, visuel même. J'étais maintenant entouré d'une sorte de manteau de cette énergie aux teintes bleue et noire à certains endroits. Mes dents me firent mal un instant, le temps qu'elles poussent plus qu'elles ne l'avaient déjà fait, mes yeux se cernèrent de noir et mes oreilles poussèrent comme jamais. J'avais jamais atteint un tel stade dans ma modification corporelle sous le Nogitsune. Aucun doute qu'il avait une bien meilleure emprise sur moi. Sans parler de ces neufs queues de chakra flottant dans l'eau. L'une n'était rien d'autre que la continuait de celle que je possédais déjà.

L'envie d'en découdre venait de prendre place en moi, je ne me comprenais pas. Comment pouvais-je penser que régler quelque chose par le pacifisme pouvait fonctionner ? Je n'avais bien sûr pas simplement l'envie de donner un coup, c'était bien plus profond que ça. Je voulais foutre une merde mémorable par simple manipulation. Enfoncer chaque personne un peu plus loin dans sa tristesse. Les faire tomber un par un comme des dominos.

Le chakra de Shian se fit plus proche, elle avait repéré ma nature. Que voulait faire cette bonne femme ? Me faire taire certainement mais elle n'en eut pas la chance. Dans une nuage de fumée qui éclata la surface de l'eau je venais de disparaître me retrouvant dans un amphithéâtre aux cotés de Tak et Eihiko. A peine avais-je apparu que mon ami venait de prendre place sur moi. Il semblait être partagé entre le bonheur de me voir dans cet état et l'inquiétude. Au moins sous cette forme je pouvais jouer le jeu du fait que non, ce n'était pas ma force mais celle de cette entité.

Pour toute réponse je fis un hochement de tête vers Eihiko portant mon attention sur les lieux. C'était donc cette masse décharnée d'on il fallait qu'on s'occupe ? Elle était répugnante, hideuse. Jirobuu démordait avec, semblait avoir du mal mais lui porta un coup qui ne laissa pas le golem indifférent, bien au contraire il venait de morfler et pas qu'un peu. Ce gros tas semblait aussi avoir déguster. Comment pouvait-on être shinobi en traînant un si gros ventre ? N'était-ce pas Shun là-bas accompagné d'une bonne femme ? Si je crois bien, en piteux état. Qu'importe, ses manières m'horripilaient, qu'il crève ou non n'avait aucune importance à mes yeux. Ce qui me frappa par contre c'est que ce golem n'était pas la seule grosse source de chakra. On allait peut-être devoir intervenir à deux endroit ... Les humains étaient vraiment bon à rien, mais les laisser face à cette créature ne m'apporterait rien. Au contraire, agir pour les sauver me permettrait d'avoir un meilleur levier sur eux. Aider pour trahir, quoi de mieux ?

Eihiko avait compris où je voulais en venir, j'avais eu un doute sur ses capacités mentale. Après tout cet ivrogne n'avait fait que se plonger dans l'alcool et rien de plus. Un poivrot ... Et ça se dit ami ? Disparaître comme ça sans donner signe de vie, abandonner son « ami », ne même pas chercher à savoir où il se trouve. Qu'un chiure de Shousan, rien de plus. Un lâche doublé d'un connard. Mais si je voulais être bien vu j'avais besoin de son aide. Perdu dans tous ses défauts il possédait une et une seule qualité, sa puissance.

Mes queues de renards dansaient dans mon dos pendant que je malaxais mon chakra tout en l’insufflant dans la jarre. Mon corps était réellement en piteux état. A peine avais-je atteint celle-ci que je dû poser genoux à terre. Saloperie de senseï qui ne sait pas ce qu'elle fait ... Quoi que sans son aide jamais je ne serais arrivé à un tel stade de symbiose. Pouvais-je aller plus loin ?

Si ma déduction était juste, la chose n'allait pas tenir le coup. Quand Jirobuu l'avait attaqué quelque chose s'était produit à chacun de ses coups, quelque chose qui semblait répondre aux éléments. J'avais opté pour ce plan au départ pour la puissance de l'attaque. Elle tombait à pique.

En un clin d'oeil la jarre était vide, le sable lui s'était teinté de ma corruption. Devenu noir, comme à chaque fois que je maniais du ninjutsu sous cette forme. Un coup d'oeil à Eihiko me permit de voir qu'il avait enfin terminé sa part du travail, enfin qu'il attendait que j'arrive plus ou moins au même stade que lui.

« C'est parti! »

Je passais ma langue sur mes lèvres, le sable qui stagnait autour de moi fusa vers la créature rejoint par l'Hikari de ce type qui se disait être mon ami. Au fur et à mesure de son avancée le nom de cette technique prenait tout son sens. L'envol du Phénix. Ca sonnait un peu comme l'Aile du Phénix mais on lui avait donné ce nom bien avant que ce groupe ne voit le jour. Alors que la masse de sable prenait la forme d'un phénix j’insufflais du chakra naturel dedans. On n'avait pas de temps à perdre, s'en débarrasser d'un coup montrerait notre supériorité par rapport à ces minables qui certes avaient réussit à lui infliger du dégât mais s'était retrouvé en bien mauvaise posture.

Le phénix s'envola vers l'Hikari dans une majestueuse pirouette aérienne. Dans un éclaire de lumière il fut transformé, toujours vêtu de noir mais à présent enrobé d'un de flammes de lumière. Il avait tout du phénix, mise à part cette couleur. Il ne lui restait plus qu'à fondre vers la créature. Le coût en chakra était énorme, je commençais à tourner de l'oeil ... Bordel ! Ma vue se floutait alors que l'animal de sable frappa de plein fouet le golem. On aurait pu s'attendre à ce qu'il se désintègre sous le choc mais il n'en fut rien. Le golem s'était retrouvé pris par la technique, décollant du sol comme, l'oiseau redoubla d’effort pour voler avec cette charge supplémentaire. Ses barrières étaient tombées à mal, il s'était quatre élément dans la face d'un coup. Je frottais mes yeux, forçant sur mon corps pour tout de même assister à ce spectacle.

Haut dans le ciel, le golem paraissait bien plus petit vu d'ici, le phénix finit par imploser dans une pluie de grain de sable et de sang. Il y avait quelque chose de superbe dans cette pluie, surtout du côté du sable. Bien que noir, il n'en restait pas moins entouré d'Hikari, donnant à toute cette chute un côté de feu d'artifice. Ca avait beau n'être qu'un poivrot ... Il valait la peine de le garder sous la manche. Je ne serais pas capable de déployer une telle force avec n'importe qui.

Mon corps flanchait, je n'avais pas totalement récupéré. S'il perdait des forces le Nogitsune en faisait autant. Je tournais doucement de l'oeil, les bruits étaient plus sourd, mon corps heurta le sol. Pas une seule douleur. Il fit noir, si jamais il fallait intervenir sur l'autre je n'avais qu'un espoir qu'Eihiko soit capable de le faire seul. Tamamo no Mae s'était tu, laissant place à ma simple personne.

Spoiler:
 
Anbu
avatar
Messages : 273
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
252/300  (252/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Juin - 19:38
Je n’en revenais pas. Un phénix de sable, auréolé de flammes solaires. Alors nous étions devenus si puissants que ça, Sham et moi ? Ensembles, nous pouvions accomplir des miracles … Pourquoi avais-je eu besoin de courir rechercher le chakra des Onis, ou même le chakra Yokaï, alors que cette puissance-là, saine, me tendait les bras ? J’aurais dû aller vers mon ami, pas le rejeter comme je l’avais fait pour partir seul de mon côté. L’erreur était tellement flagrante. Bien sûr qu’on était plus fort, à nous deux, que n’importe quel chakra corrompu.
Le monstre avait été emporté au travers de l’ouverture dans le toit. Et il avait explosé en des milliers de grains de sable luminescents. Quel spectacle. J’en perdais presque mes mots.

Mais je n’eus même pas le temps de m’extasier ou de saluer comme je le devais mon vieil ami, Jirobuu, alors que je venais tout juste de le retrouver. Déjà, des pas de course résonnaient dans le bâtiment. Je sautais, à l’aide du Ki, vers Sham. Mes avant-bras étaient brûlés par l’énergie solaire et l’utilisation de l’Hikari. Tak me regarda. Indescriptible. Il n’aurait pas le temps de réagir avant qu’ils arrivent. Et ma vitesse-lumière ne nous tirerait pas d’affaire si je devais porter Sham. Et plus important encore : ils ne devaient pas le voir, je devais protéger son secret. D’un geste, je flouais son visage en réfractant la lumière autour de lui. Et tout autour de Tak. Inutile de le faire pour moi, on m’avait déjà vu. Autant économiser mes forces.
Je réfléchissais à tout rompre, mais le temps me manquait.

« L’Eclair Blanc ! Ne bougez pas, vous êtes en état d’arrestation ! »

Eh merde, déjà ? Bon, pas le choix, il n’y avait qu’une seule échappatoire possible. J’attrapais le bras de Sham et posait ma main sur le dos de Tak. De là, j’expulsais du chakra Hikari pour les entourer avec moi dans l’aura. Et nous disparûmes tout simplement.
J’avais tout simplement utilisé une porte Yokaï pour nous faire disparaître. Nous étions dans le même endroit, mais plus dans le même plan, en quelque sorte. Patiemment, en haletant, je refermais la fracture à l’aide du chakra Hikari. Sans regarder Tak j’ajoutais :

« On a vraiment beaucoup de choses à se dire décidément, hein ? On verra ça plus tard. On sort Sham d’ici, et je nous ramène sur le sentier matériel. »

Bon, c’était ok, l’ouverture que j’avais faite était facile à refermer. J’avais craint d’abîmer la frontière dans la précipitation, mais je m’en étais bien sortis. Je hissais Sham sur mon épaule, et l’emmenais hors de l’académie. Le trajet ne fut pas facile. J’étais clairement affaibli, et j’encaissais le drain d’énergie vital à la place de mes deux amis, donc je ne faisais pas le fier. Pour moi, je ne le subissais pas, mais si je retirais ma protection sur eux, et qu’ils le prenaient, ils risquaient gros. Même si Tak était un Nogitsune maintenant, j’avais au moins une réponse sur un point : s’il subissait le drain en venant ici, ou plutôt que je l’encaissais à sa place avec mon bouclier, c’était qu’il bénéficiait encore du pacte qui liait les Kitsunes au monde matériel. Bon, c’était un problème de moins à régler.

Nous étions éloignés de l’académie. En fait, nous revenions même au niveau du lit d’hôpital de Sham. C’était le meilleur moyen de l’éloigner des soupçons : il n’aurait qu’à dire qu’il était parti aux toilettes et avait dû faire avec un colon constipé. Avec ses longues heures de sommeil, ça pouvait s’expliquer.
Je sortis mes griffes Yokaïs et concentrais de nouveau le chakra Hikari dans mon bras, jusque dans l’extension de mes griffes. Cette fois-ci, je fis une entaille propre afin que nous passions dans le monde matériel sans pépins. Et je refermais tout aussi proprement la faille, avant de déposer délicatement mon ami sur son lit.

« Eh ben. Si on n’y était pas allé, je me demande ce qui serait arrivé. Quelle incroyable situation … Hmmm … »

Je posais de nouveau ma main sur Sham pour voir si mon chakra réagissait à ce qui était en lui. Je l’avais vaguement perçu pendant notre intervention, mais je n’avais pas trop eu le loisir de me concentrer dessus.

« Je vais devoir partir quelques temps. Je ne sais pas exactement ce qui arrive, mais quand je reviendrais j’aurais récupéré mon chakra habituel. J’ai … Ca ne sert à rien de le cacher. J’ai signé un pacte avec les Onis. Je connais quelqu’un qui va m’aider à le rompre. Je vais y aller. Je ne peux pas rester comme ça. Je risquerais de tuer quelqu’un en essayant de vous aider. Bon. Je dois y aller. Si je reste ça va vous attirer des problèmes. »

Je me dirige vers la fenêtre et l’enjambe à moitié. Au dernier moment je me retourne. Avec le sourire aux lèvres.

« Ca m’a fait plaisir de vous revoir tous les deux. Prenez soin de vous, hein ? »

__________________________________________


Hazara Kasumi
Jounin
Responsible de l’Enquête

Pendant ce temps, à l’amphithéâtre, Kasumi investissait les lieux. Elle avait déjà envoyé une équipe inspecter les alentours de l’éventuel point de crash de la créature, mais aucune trace. Volatilisée. Tout comme l'Eclair Blanc, apparemment. Certains l'avaient vu courir vers l'intérieur. Un criminel notoire venant en aide aux habitants de l'Empire ? Et en plus il n'était pas seul. Qu'est-ce que ça signifiait ?

Les secours, eux, étaient sur place depuis quelques minutes avant elle. Un étudiant était à moitié dans le coma, tout juste ramené.
La Jounin fit un communiqué rapide, par écrit,  à un médecin qui passait dans le coin pour qu’il informe Shamen, qui se situait dans la cours, de la situation. Puis, elle descendit. Il n’y avait que trois combattants ici, qui avaient tenu tête à la créature. D’ailleurs, à part le jeune étudiant, les deux autres semblaient encore en très bon état. C’étaient de monstres ou quoi ? La Kaguya avait l’épaule mordue et semblait s’en ficher comme de son dernier kimono. En plus elle se soignait toute seule. Et l’Akimichi avait pris quelques coups dans l’échauffourée, mais il semblait capable de se battre encore longtemps. C’était donc lui, l’un des héros de Shousan ? Quelle force.

La jeune Hazara, tout juste promue au rang de chef de Discipline, était un peu hésitante, aussi elle laissa faire un moment les équipes spécialisées.
Elle s’approcha du garçon blessé, et déposa un bandeau et une armure Genin à côté de lui. Elle écrivit au médecin sur un parchemin qu’il faudrait lui annoncer sa promotion quand il serait remis.

Kasumi était muette, aussi elle ne put pas s’exprimer comme elle l’aurait voulue. Elle traîna un Chuunin qui passait pour lui servir d’interprète, tout en utilisant un origami géant en forme de point d’exclamation pour attirer l’attention des trois ninjas.
L’homme regarda ses signes de main, puis traduisit à sa place :

« L’Empire vous remercie de votre intervention. Vous avez sauvé de nombreuses vies aujourd’hui. Une enquête officielle vient d’être ouverte, soyez sûrs qu’on vous communiquera l’avancement du sujet. Et qu’on vous laissera participer si vous le souhaitez. Kaguya-Hime, je vous remercie tout particulièrement, vous ne faites pas partie de nos forces armées aussi … C’est un grand honneur d’avoir reçu votre aide. »

L’Impératrice l’estimait suffisamment pour que Kasumi prenne le risque de lui personnaliser son commentaire.
Les enquêteurs se séparèrent, certains pour recueillir des informations auprès des héros du jour, d’autres s’affairaient à estimer les dégâts ou identifier les corps.
Kasumi soupira. Quelle triste journée. Et maintenant son service allait être sous pression : il faudrait des réponses dans les prochains jours. Et la Défense allait exacerber cela par concurrence en plus. Enfin, l’important c’était de résoudre le problème et de rétablir la sécurité. Elle se fichait pas mal des considérations matérielles ou des enjeux de pouvoir. Son devoir était celui de n’importe quel ninja digne de ce nom : maintenir l’ordre et protéger ses concitoyens.


Spoiler:
 
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 390
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
174/300  (174/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 19 Juin - 19:22
Ce devait être la première fois de ma vie que je n’avais pas vraiment envie de sourire. Je m’étais réveillé dans l’amphithéâtre, où presque rien n’avait changé. Morts, désolation. Murs éventrés, du sang partout. La vision cauchemardesque. Sauf que cette fois, la créature n’était plus là. Que s’était-il passé ? La femme qui avait invoqués les flammes noires était penchée au-dessus de moi. Elle m’avait soigné.
Je n’ai pas tellement envie de me redresser, je suis mieux affalé par terre. J’ai l’impression que tous les muscles de mon corps me lancent. Rien que tourner le cou pour tenter d’apercevoir quelque chose est douloureux. La jeune femme s’en va, comme je ne lui réponds pas. Je voudrais bien la rattraper par le kimono pour la retenir et lui dire merci, mais mon bras s’agite dans le vide et ma main ne se soulève pas comme je le voudrais.

Des médecins s’affairent autour de moi, pour me remettre sur pieds. Je me sens mieux, petit à petit. Je ne comprends pas ce qu’ils font. Pas d’outils, seulement leurs mains. Et une lueur verte. Du chakra médical ? Je me souviens que quelqu’un en a parlé pendant notre entrainement … Peut-être Hanaki, je ne sais plus.

En tous cas quelle leçon … Je me suis déjà fait battre, mais je ne me suis jamais senti aussi faible face à quoi que ce soit. Les deux autres s’en étaient bien mieux sortis que moi. Ils m’étaient à ce point supérieur ? Je me crispe un peu, et je finis par me remettre sur les fesses. Il y a des équipes de secours qui se promènent dans toute la salle. Sûrement la police, aussi. J’ai l’impression qu’on a attendu les renforts une éternité, mais dans le fond ça n’a duré qu’une poignée de minutes : ils ont fait vite. Heureusement, parce que je ne sais pas pour mes camarades, mais moi j’y serais certainement resté.
Oh trop de mauvais sentiment tuent l’envie de vivre. Je souris, je suis simplement content d’être encore en vie. Et puis dans le fond …

** Quelle incroyable aventure ! **

Je n’y crois moi-même pas tellement, mais je préfère positiver. Attendez, au final, j’ai participé à un combat d’anthologie, j’ai survécu, et une jolie princesse m’a sauvé la vie. Que pouvais-je demander de plus ? Avoir un peu moins mal.
Une femme muette, avec son interprète, fini par m’offrir un bandeau de Genin. Et une nouvelle armure à glisser sous ma veste. Un peu plus solide que celle que j’avais apparemment.
C’est bien beau tout ça mais …

« Un Genin ? Milady, je ne sais pas ce que c’est. Mais je suppose que c’est honorifique, alors je vous remercie. Je suis ravi de votre confiance. Mais je n’ai fait que mon devoir, vous savez. »

Je sortis une rose de l’intérieur de ma veste pour la lui offrir.

« Je me demande. Vous êtes très jolie, et je suis devenu un héros. J’aimerais dîner en charmante compagnie. Voulez-vous m'accompagner ? Ce n’est que galanterie je vous rassure, je me disais juste qu’un peu de douceur après tous ces drames, et de raffinement après tant de violence … Serait vraiment bien. Il faut montrer qu’on peut encore vivre et aller de l’avent, vous ne pensez pas ? »

Le sourire du tout nouveau Genin était éclatant de blancheur et de mystère. Il souffrait encore, mais tout cela lui avait échappé. En tous cas, j’avais le don pour revenir dans son esprit au bon moment. Je m’étais inquiété de savoir dans quel état il serait, et apparemment, ça allait plutôt bien.
Le seul problème dans cette histoire, c’est que j’avais encore un peu de mal à suivre le cheminement de sa pensée, et donc à savoir pourquoi il avait ce besoin d’inviter une jeune femme à dîner après tous ces évènements traumatisant.
Il n’avait peut-être juste pas envie de rester seul pour l’instant. Ou alors c’était jute un crétin.
Genin
Rônin
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 28/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
85/150  (85/150)
Points de vie:
302/302  (302/302)
Points de chakra:
559/559  (559/559)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Juin - 14:53

Hazara Kasumi
Jounin
Responsable de l’Enquête

Qu’est-ce que c’était qu’un Genin ? Kasumi cligna des yeux deux ou trois fois sans comprendre. Elle envisagea une plaisanterie, mais il n’avait pas l’air de chercher à la faire rire. Et puis, ce n’était pas trop le moment. Non il était sérieux. En fait, considérant son dossier dans les répertoires de l’Enquête, à la réflexion, ce n’était pas si étonnant. Originaire du pays du fer, peu de contacts avec l’Empire jusqu’à quelques semaines auparavant à peine. Et intégré à un cursus d’étude spécial car il était trop fort pour être un simple étudiant. Son senseï avait dû considérer qu’il apprendrait tout sur le tas, et qu’il valait mieux le cerner et l’aider à maîtriser les bases avant de lui faire comprendre les subtilités de l’univers dans lequel il vivait.
Très malin, elle se retrouvait un peu conne à cause de ça. Elle fit un signe avenant à son interprète pour qu’il lui explique. Elle n’avait quand même pas besoin de lui faire traduire ça, si ?

« Le … Genin est un grade de l’armée impériale. Les étudiants sont les novices en cours de formation et qui apprennent à l’académie. Les Genins sont le grade au-dessus : de jeunes apprentis, encore, mais qui peuvent aller sur le terrain et sont regroupés en équipe sous la direction d’un senseï. Les Chuunins, ensuite, qui sont les chefs d’équipe potentiels. Puis les Jounins, qui peuvent être professeurs et sont des ninjas hautement qualifiés. Puis les Anbus, qui sont les forces spéciales. Il existe aussi le grade honorifique suprême, Sennin. Mais personne ne l’a encore obtenu, il est réservé aux légendes. L’Empire est un peu jeune pour le moment. »

Un topo complet … Oui, c’était bien aussi. Dépourvu de toutes les nuances concernant les disciplines, les clans ou même les domaines personnels … Mais c’était un tour d’horizon qui aurait au moins le mérite de lui donner une vague idée et de ne pas le laisser trop dans le flou.

Alors qu’elle s’apprêtait à passe à autre chose, le jeune homme s’enhardit soudainement et … Et l’invita à dîner ?! Kasumi en resta bouche bée. Comment pouvait-il avoir autant d’audace ? Et surtout comment pouvait-il s’intéresser à elle ? Certes, elle était jolie mais elle était aussi … muette ? En l’avait longtemps considérée comme une ratée à cause de ça, et beaucoup sous-estimée. C’était la première fois qu’un garçon lui proposait ce genre de chose et …

« Ce n’est pas le bon moment, on est en pleine crise. Et on ne doit pas mélanger la vie privée et professionnelle. »

Evidemment, comment aurait-elle pu répondre oui ? Ils n’allaient pas tout interrompre, elle était la chef de l’enquête, elle avait un rôle à tenir. Mais quand même, elle était un peu hésitante. Ce jeune homme avait beau être étudiant, il ne devait pas y avoir plus de trois ans d’écart entre eux. Ce n’était pas si mal, après tout, si ?
En plus, il avait l’air gentil et galant. Cette rose était très belle.
Rougissante, elle fit de nouveaux signes de mains. L’interprète sembla choqué, mais au moins aussi soucieux de faire son boulot.

« Mais après le boulot, pourquoi … pas. Là je ne peux pas accepter, mais pourquoi pas la semaine prochaine ? Quand le dossier aura avancé. Je t’enverrais une lettre. »

Sur ce, elle s’éloigna, un peu gênée. Elle avait craqué, mais c’était si soudain et si inhabituel pour elle, qu’elle voyait ça comme une chance de connaitre quelque chose qu’elle n’avait jamais eu l’opportunité de connaitre. Il avait l’air romantique en plus, et maniéré. Ce serait peut-être aussi sympa que ça en avait l’air. Et au pire, elle savait se défendre.
L’interprète ajouta quand même pour Shun, avant de suivre la chef de Discipline :

« N’oubliez pas de faire votre rapport. On a besoin de ces informations. La protection des citoyens passe avant tout, qu’on soit étudiant ou Anbu. »
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 390
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
174/300  (174/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Juin - 17:16
Alors que la créature avait l’air d’avoir eu très mal suite à nos coups et bien qu’elle se soit remise très vite de ses émotions, un fantôme surgit de nulle part.

« Jirobuu ! »

Je me retournais vers la provenance de cet appel et fut stupéfait de remarquer l’apparition d’Eihiko, l’une des seules personnes avec qui j’avais partagé ma nourriture. Ayant pu avoir accès à quelques informations supplémentaires à son sujet depuis tout ce temps, j’ai pu découvrir que nous étions potentiellement « cousins » même si il n’était pas de souche Akimichi. D’un seul coup je le revis frapper à la porte de mon appartement qui était encore à Shousan à l’époque, me tendant un paquet de chips pour m’acheter des informations quant à Chizara-sama… C’était presque la larme à l’œil que je le voyais réapparaître devant moi après 5 ans sans même partager un petit-goûter.

Ceci dit, il n’avait pas chômé pendant ces cinq dernières années, contrairement à moi qui avais certes évolué mais beaucoup plus lentement que lui. En un claquement de doigts, il envoya valdinguer la bête dans les airs et la fit exploser à l’aide d’un phénix qu’il avait créé avec… Sham ? Enfin je ne pouvais que supposer que c’était lui étant donné le peu de fois où je l’avais croisé à l’époque de Shousan, mais… Il n’avait pas du tout l’air d’avoir changé de ce dont je me rappelais. C’était plus que perturbant.

Ceci dit, ça m’a remis du baume au cœur de les voir se battre main dans la main comme à l’époque, d’autant plus qu’ils ont fait preuve d’une démonstration de puissance incomparable à ce que j’avais pû voir avant.

Revoir ces deux-là m’avait tellement rappelé de bons souvenirs que j’en avais même oublié mon statut de shinobi de Shi qui m’obligeait à devoir arrêter Eihiko à vue. Il était, après tout, l’une des personnes les plus recherchées de tout le territoire impérial et son apparition dans l’Académie n’était pas passée inaperçue.

*Désolé Eihiko-kun, ce n’est pas contre toi, mais je suppose que tu le sais…*

Je me mis en garde et fis mine de vouloir m’élancer vers eux, tout en sachant très bien que je n’avais aucune chance face à deux monstres pareils, et  à peine ais-je eu le temps de faire quelques pas qu’ils avaient tous deux disparus. Tant mieux.

D’autres shinobis entrèrent dans la pièce afin de vérifier ce qu’il en était. Au milieu de tout ce petit monde qui s’affairait, je m’approchais du jeun Shunichi qui s’était purement et simplement fait croquer par le titan et lui déposa une petite carte sur le torse.

« Oublie le repas, c’est moi qui t’invite petit. Tu l’as bien mérité. Passe au restaurant quand tu veux. »

Alors que je m’apprêtais à sortir, un type pris la parole, après qu’une femme fit apparaître un point d’exclamation juste au-dessus de sa tête. Alors comme ça, la femme en kimono était la princesse Kaguya ? Mouais, encore un clan de tarés de toute façon. Même si nous n’aurions très certainement rien pu faire sans elle.  

Au final, tout était derrière nous. Certes il y avait eu des morts, mais heureusement nous avons su limiter les pertes autant que possible. Bref. A nouveau d’autres personnes arrivèrent dans l’Amphithéâtre mais cette fois ils étaient là pour nous soigner. Je n’en avais pas spécialement besoin ceci dit, mais bon. Les procédures étaient ce qu’elles étaient…

« Bonjour Monsieur, nous allons également vous demander de nous faire un bref rapport sur ce qu’il s’est passé dans cette pièce. »

« Hmm… Je donnais ma conférence sur les bienfaits d’une alimentation équilibrée pour un shinobi, et puis il y a eu quelques secousses venues de je-ne-sais-où, et après ça s’est enchaîné relativement vite. Une créature venue d’outre-tombe est atterrie littéralement dans l’amphi, écrasant les plus malchanceux des étudiants. Ceci dit, aucune idée de qui aurait pu contrôler une chose pareille. Ca avait l’air totalement sauvage, mais ça n’avait pas l’air très à l’aise avec le chakra élémentaire. Nous avons testé une bonne partie de notre panel de techniques dessus, la créature a donc subi des attaques de vent, de terre, d’eau et de feu, et y a très mal réagi. Par après… L’Eclair Blanc a fait irruption dans la pièce, seul, et fit apparaître une autre personne, et à deux, ils détruisirent la créature en utilisant une technique qui m’est totalement inconnue. Une fois la créature détruite, j’ai voulu l’arrêter, mais il a été trop rapide et a eu le temps de m’échapper avant que je ne puisse l’atteindre. Ensuite, vous êtes arrivés. »

Ouais. C’était, dans les grosses lignes, ce qu’il s’était passé. Bien sûr j’ai essayé d’être le plus évasif possible quant à la partie de mon rapport sur Eihiko-kun. Je ne veux pas lui causer des soucis, il doit déjà en avoir bien assez avec ça. On me congédia alors, et j’en profitais pour retourner chez moi.

Quelle aventure, ceci dit… Cette journée avait été riche en émotions.
Nukenin
avatar
Messages : 81
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
220/150  (220/150)
Points de vie:
386/386  (386/386)
Points de chakra:
330/360  (330/360)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Juin - 10:50
J’avais complètement oublié que Shun ne connaissait pas le système de grades des shinobis. Alors comme ça, les types de l’Empire avaient décidés de le promouvoir ? En fait, ce n’était pas si étonnant, il avait largement prouvé sa valeur au combat. Et les connaissances pouvaient s’acquérir au fur et à mesure, il était inutile de le laisser traîner au rang d’étudiant et ils l’avaient très vite compris. En tous cas, le système de grade shinobi était plus ou moins ressemblant à celui utilisé parmi les samouraïs de Tetsu. C’est-à-dire qu’il concernait la force, mais aussi les compétences particulières, comme dans le système de Discipline. Il y avait ainsi des protecteurs, des spécialistes du siège, et autre. Je vis les parallèles dans l’esprit de Shun, qui assimila assez vite ces nouvelles informations.

Shun sourit, à peine ému, quand la jeune enquêtrice lui dit que ce n’était pas le moment pour draguer. Il s'apprêtait à répondre, quand elle fit volte-face et accepta de le revoir, mais plutôt après les opérations en cours. Là c’était moi qui ne comprenait plus rien. Les humaines étaient indéchiffrables. Comment un tel stratagème avait-il pu fonctionner ? C’est vrai qu’au pays du fer, Shun avait un certain succès avec les filles … Mais ce qui était ridicule au sein de l’Empire était culturel là-haut. La façon de s’exprimer, de montrer son intérêt, ce genre de choses. Enfin, passons là-dessus, c’était juste un écart culturel. Ca pouvait être interprété d’une façon ou d’une autre. Elle pouvait même connaître les codes du pays du fer après tout.
Par contre, cette femme n’était pas n’importe qui. Bandeau de Jounin, et apparemment c’était elle qui donnait les ordres à la troupe venue en renfort. Et pourtant il y avait pléthore de ninjas gradés parmi eux. Enfin pléthore. Quelques Anbus, quelques Jounins, ici ou là. Enfin, ça voulait dire qu’elle était au-dessus de tous ceux-là. Et ce n’était certainement pas son ancienneté. Sa force alors ? Non, elle était forte, mais on ne pouvait pas dire qu’elle surpassait forcément tous les Anbus qui étaient présents, surtout ceux de l’équipe d’intervention, qui paraissaient plutôt balèzes.

« J’attendrais votre lettre avec toute la patience dont je serais capable, Milady. »

Shun la regarda s’éloigner. Je ne savais pas trop ce qu’il regardait, ou ce qu’il pensait, mais en tous cas la ligne de son regard était globale. Même pas tenté de mater son popotin ? Il était parfois ennuyeux pour un humain, quand même … Enfin, tant mieux. Des pensées érotiques m’auraient un peu dégouté au fond, je n’étais pas pervers à ce point. Surtout que les humaines me répugnaient de ce point de vue. Les humains aussi d’ailleurs. C’était une espèce à la reproduction violente, et barbare.

Jirobuu, qui passait par là, lui déposa un bout de carton sur les genoux. Shun l’attrapa, intrigué. Une carte de restaurant ? Eh ben, décidément, lui qui voulait inviter Jirobuu, voilà que les rôles étaient inversés !

« Je vous remercie, Sir Jirobuu. Si ma douce me laisse choisir le restaurant, je viendrais chez vous ! »

Bon, il avait une mission de sa douce, désormais. Donner des informations à un enquêteur. Shun repéra un type avec un calepin, et se dirigea tout naturellement vers lui. C’était rare que le garçon soit aussi motivé à suivre un ordre. Ah, les femmes …

« Bien, bien, alors des informations … La créature est tombée du ciel, vous voyez ? Elle a défoncé le toit. Et elle tombée au milieu de l’amphithéâtre, en se mettant à tuer des étudiants. Quand je suis intervenu, je ne l’ai pas trouvée incroyablement rapide, j’ai même pu esquiver une attaque. Mais elle avait plusieurs morceaux de corps un peu partout, donc c’était impossible de prévoir ses attaques. Et sa force était incroyable. Elle utilisait une sorte de mucus pour se battre, aussi. Elle en a envoyé un peu partout dans l’amphithéâtre, vous devriez pouvoir le récupérer pour l’analyser peut-être ? En tous cas, elle était très moche. Comme si on avait pris plusieurs humains et qu’on les avait assemblés sans savoir comment se formait l’anatomie humaine. Je crois que c’est à peu près tout. »

« Hum … D’après ce que je lis de mes notes précédentes, vous avez été mordu par la créature. Donc assez proche pour sentir des émanations de chakra, non ? »

« Malheureusement, je n’ai pas trop eu l’occasion d’y penser. Et je suis capable de ressentir le chakra, un peu, mais pas au point de pouvoir le faire quand je suis concentré sur autre chose. »

« Je vois. C’est vrai que vous êtes à peine devenu Genin, pardon. Remettez-vous bien, jeune homme. Et merci pour votre temps. »

Shun se contenta de sourire.
Bon, plus personne n’avait besoin de lui, il pouvait s’en aller.

** Quelle journée incroyable. Il faudrait qu’elles soient toutes comme ça, les morts en moins. **

Ah bon. Tu trouves ?
Genin
Rônin
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 28/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
85/150  (85/150)
Points de vie:
302/302  (302/302)
Points de chakra:
559/559  (559/559)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Juin - 11:41
Il avait renoncé à se battre, même s’il était de nouveau conscient. C’était un peu décevant, mais pas pour autant étonnant. A en juger par la tenue de ce garçon, c’était seulement un étudiant. Pas un guerrier expérimenté. Peut-être même était-ce son premier vrai combat, et il en avait déjà fait plus qu’aucun débutant n’en aurait fait à sa place.
Vivrait-il, ou bien succomberait-il à ses blessures ? Même si je l’avais soigné, la question se posait maintenant qu’il avait renoncé à se battre. Son sang continuait à couler sur le sol. Et je ne gâcherais pas plus de chakra pour un combattant qui avait renoncé. Alors je le laissais entre les mains d’Izanami. Ce serait elle qui choisirait de prendre ou non sa vie, si elle désirait l’accueillir dans les grandes plaines de lumière, ou de le laisser errer pour l’éternité dans l’entremonde, devenu un esprit yokaï.

Je me relevais, sans plus aucun intérêt pour le sort réservé à ce garçon. Nous serions deux pour un nouvel assaut, dans ce cas. D’ailleurs, l’autre guerrier semblait avoir deux éléments à sa disposition. Avec le mien, cela ferait trois. Nous pouvions espérer qu’une triple combinaison suffirait à mettre à mal la créature … Après tout, elle venait de vaciller avec le vent, l’eau et la terre. Pour notre prochain mouvement, nous remplacerions simplement le vent par le feu. Et nous la ferions vaciller jusqu’à ce qu’elle s’écroule pour de bon.
Nous avions l’endurance pour nous. Alors ce serait une bataille de longue haleine, contre ce monstrueux avatar du chaos.
Dans un crissement chantant et aigu, le Marishi-ten sortit de son fourreau. Le katana sacré, formé avec les os les plus solides des plus féroces guerriers du clan Kaguya à travers les époques. Avec les éléments nous allions faire chanceler ce monstre. Et au bout du compte et de sa résistance prodigieuse, la lame sacrée le transpercerait.

C’était tout du moins ce que j’avais cru. Alors que nous nous préparions à la contre-attaque de l’horreur née, un type apparut dans l’amphithéâtre, avec un renard au pelage noir. Ils invoquèrent chacun un compagnon, et ils furent finalement deux, pour balancer une attaque combinée. Je rangeais ma lame dans son fourreau, en reconnaissant une technique de sable et de lumière, avant même d’en voir le résultat.
Si trois éléments pouvaient abruti le monstre, alors quatre éléments regroupés en deux affinités, sous la forme d’une technique surpuissante mêlant la force de deux combattants de haut niveau était l’aboutissement absolu pour exploiter la faiblesse de la créature.
Le phénix de sable, aux ailes lumineuses jaillit de leur combinaison, s’envolant avec la créature et explosant en myriades d’étoiles filantes dans le ciel. Pulvérisé. Elle avait été désintégrée, tout simplement. Quelle attaque impressionnante … C’était là l’une des formes les plus proches de l’art que j’avais cherché toute ma vie : une attaque à l’unisson, à la fois belle et puissante. La raison pour laquelle le clan Kaguya avait été fondé, et avait juré fidélité aux anciens dieux, était illustrée dans cette attaque prodigieuse.

C’est le moment que la cavalerie choisie pour arriver dans l’amphithéâtre. Non contents d’être en retard, ils menacèrent à vue le jeune homme qui était déjà là. L’Eclair Blanc. Et l’autre, celui au renard ? Je ne connaissais pas son nom. En tous cas, ils fuirent tous les deux. Une petite troupe voulu s’élancer à leur poursuite, mais je m’interposais d’un saut élégant, juste en face d’eux.


« Qu… Kaguya-hime, nous devons poursuivre cet homme, c’est un criminel de rang S et … »

« Vous êtes pitoyable. Ne pensez-vous pas avoir mieux à faire ? »

« … Kasumi a dit que nous dev… »

« Non. Soignez les blessés, plutôt. Ce jeune homme vous a sauvé la mise et détruit votre ennemi avant qu’il ne saccage votre ville. Puisque vous êtes en retard, contentez-vous d’agir en renforts, et non en miliciens dépourvus de gratitude. Laissez-le filer. Si la décision ne convient pas à vos supérieurs, j’irais moi-même assumer la faute auprès de Nanaki-dono. Par contre, si vous restez, je vous exécute. »


Au même titre que les deux hommes qui étaient restés avec moi dans l’amphithéâtre, ces deux garçons qui avaient fui étaient de fiers guerriers. Je ne trahissais jamais ceux qui combattaient avec bravoure, et élégance. Je ne les connaissais pas, à peine de nom pour le blond, mais si nous avions été l’espace d’un instant dans le même camp, alors je ne chercherais pas à en savoir plus pour le moment. L’honneur d’un guerrier, et encore plus d’une déesse guerrière, ne souffrait pas les limites matérielles ou morales du monde mortel. Et certainement pas une décision arbitraire que telle ou telle personne était ou non un criminel. Seuls nos actes pendant la bataille comptent.

Après avoir interrogé Jirobuu, un homme se dirigea vers moi alors que je m’apprêtais à quitter les lieux. Ils avaient suffisamment de médecins et n’avaient pas besoin de moi. En plus, je me refusais à soigner ceux qui avaient fui. C’était contraire à toute mon éthique.


« Maïa-hime je voudrais … »

« Pas la peine. Tout ce que je sais sur cet événement, ils le savent. Je n’ai rien de plus à vous dire. »

« Mais … Et pour l’Eclair Blanc et son compagnon … »

« Oui ? Je ne les connais pas. Et je vous l’ai déjà dit : si vous aviez un peu de fierté, vous les laisseriez partir sans même chercher à savoir le pourquoi du comment. Ceux qui ne se sont pas battus pour leur peuple devraient être reconnaissants que d’autres l’aient fait pour eux. Maintenant, poussez-vous de mon chemin. Je déteste qu’on me fasse obstacle. »


J'adressais un signe de tête à l'Akimichi en guise d'au revoir, et un simple regard à l'autre garçon qui se remettait de ses blessures.
Et c’est le pas léger que je m’en allais malgré ses protestations à moitié audibles. J’étais simplement venue pour exécuter une aberration de la nature, ma mission était accomplie. Nanaki était d’accord que je ne devais rien à l’Empire, et que notre religion était aussi viable que la leur. Je n’avais jamais eu à les remercier, et le service rendu aujourd’hui était pure gratuité. Si la guerre m’intéressait, je me battrais en première ligne avec eux. De plus, nous pouvions les uns et les autres circuler librement sur nos terres respectives. Ca, et un peu de commerce. Rien de plus. Alors aucun soldat impérial ne me dirait ce que je devais faire ou non. Déjà qu’aucun Kaguya n’en avait le droit …

Il était temps de rentrer. Mon escorte devait encore être en train de ronger son frein aux portes de la ville. Je fis tout de même une halte une fois éloignée, afin d’ôter le poison de mon organisme. Quelle plaie, parfois, ce corps mortel. Le frisson de la bataille était d’autant plus fort qu’il était fragile. Mais j’avais tout de même un peu de mal à m’habituer à certaines faiblesses.
Princesse Kaguya
avatar
Messages : 109
Date d'inscription : 14/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
161/300  (161/300)
Points de vie:
710/710  (710/710)
Points de chakra:
620/620  (620/620)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Juin - 15:46
Barème xp : barème spécialement défini pour l'event.

Shun : 54 xp + 50 drakes
Jirobuu : 52 xp + 50 drakes
Maïa : 52 xp
Sham : 25 xp + 150 drakes
Eihiko : 25 xp
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 390
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
174/300  (174/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Académie Impériale
-