AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Village de Taipeizan

 :: 
PARTIE RP
 :: Autres régions :: Pays de la neige :: Pont Takuna Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 18 Mai - 0:33
Village côtier situé à l'ouest du pont Takuna, sur la partie continentale. Il entretenait autrefois une riche activité commerciale, par le biais du pont Takuna mais aussi grâce à ses navires vers Hoto et le Nord de la côte.

Désormais, le village traverse une mauvaise passe et tente de se recentrer vers l'intérieur du continent pour vendre le produit de sa pêche. Plus aucun navire marchand n'en part. Seuls quelques pêcheurs, mais ils ne s'éloignent jamais beaucoup des côtes.
Même les passeurs d'autrefois n'emmènent plus leur barque vers Yuki et ont dû se reconvertir, trop sont disparus en mers aujourd'hui ...
Juunin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
185/300  (185/300)
Points de vie:
320/320  (320/320)
Points de chakra:
1180/1180  (1180/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 18 Mai - 1:14
Un chariot. Une méthode singulière pour transporter un shinobi. C’était pourtant celle qu’avait déniché Shura pour se rendre jusqu’à l’extrémité Sud-Est de l’Empire. La côte autrefois frontalière du pays de la neige. Aujourd’hui très nettement séparé de lui par un océan particulièrement hostile et infesté de pirates.
Il ne connaissait pas le village de Taipeizan. La région côtière de manière générale, en particulier en allant vers le Sud, n’était de toute manière pas trop le champ d’action habituelle du Jounin. Ce serait un nouvel horizon. Au moins il ne serait pas déstabilisé par la dégringolade subie par le village depuis l’embargo mis en place par le pays de la neige sur l’océan.

Tranquillement installé dans le chariot, il sortit l’ordre de mission de sa poche pour le relire. Ils ne seraient que trois shinobis. Luciole, Jirobuu, et lui-même. Trois Jounins pour une mission de reconnaissance aux instructions très simples : récolter le maximum d’informations, puis faire demi-tour avec et les ramener. Ils seraient payés selon la nature de celles-ci, la qualité, et la quantité. Evidemment, ils partaient en territoire inconnu. Autrefois, Yuki avait vendu des informations à l’Empire et à Shousan, certaines fausses, surtout pour Shousan. Puis ils avaient disparu. Autrefois leur pays était appelé pays de la brume. Eh bien ils avaient foutu un beau merdier, et embrumé tout le monde, on pouvait bien le dire. Plus moyen de savoir ce qui se passait là-bas ni quelles étaient leurs intentions à long terme. Ca expliquait que la mission soit une bonne vieille rang A.
Quand même, Ao avait encore fait du bon boulot. Ce serait une bonne opportunité d’apprendre à se connaitre avec ses deux nouveaux compagnons de l’Aile. Et tout ça alors que sa seconde mission à lui était de fournir un rapport à l’Empire si jamais les deux semblaient tramer quelque chose de louche. Les services de contre-espionnage n’étaient peut-être pas si malins que ça en fin de compte. En même temps, leur couverture était encore parfaite pour le moment, ils n’avaient rien laissé filtrer. Et cet ordre de mission était une sorte de preuve.

N’empêche que cette mission risquait d’être plutôt ardue. Il y avait fort à parier qu’ils allaient avoir à livrer des combats en mer. Et clairement, Shura n’était pas taillé pour ça. Son arme principale, c’était le ninjutsu. Or, il était d’affinité primordiale Katon. Et tout le monde sait que le feu et l’eau ne faisaient pas très bon ménage. Certes il pouvait incendier un navire de bois. Mais bon, ça restait particulièrement risqué de foirer une attaque Katon alors que son propre navire était aussi en bois. Et puis l’affinité secondaire Doton, l’affinité double Yoton … Disons que loin de la terre ferme, ces deux spécialités avaient un intérêt limité. Surtout le Yoton. Et à peine moins le Doton : hormis les techniques de base n’exigeant pas grand-chose, il aurait du mal à trouver des roches ou de la terre pour les utiliser. Et la terre serait enfouie tout au fond de l’eau une fois sur l’océan.

** J’aurais peut-être dû réfléchir à une jarre comme ceux qui utilisent le Sakyu … Mais remplie de terre. Ca aurait peut-être été utile. D’un autre côté, c’est lourd. Et même si je ne suis pas fragile, je ne suis pas non plus un combattant monstrueux physiquement, ça m’aurait encombré. Mais à l’avenir il faudra que je songe à une solution pour ce problème-là … Peut-être me pencher sur une nouvelle branche de techniques ? **

Mais il y avait déjà réfléchi. Avec tout le temps qu’il consacrait à ses loisirs archéologiques, et aux recherches sur le Fuinjutsu, s’organiser des sessions d’entrainement en partant de zéro dans une nouvelle spécialité, pour le moment, c’était compliqué. Et puis, les spécialités proposées par le manuel du parfait ninja n’étaient pas compatibles avec lui. Des pantins ? Il les cramerait en utilisant le Yoton. La nécromancie ? Clairement, c’était pas son truc et il avait mieux à faire avec son chakra. Les shurikens semblaient le plus pratique. Mais s’alourdir d’armes était hors de son style de combat. Peut-être que s’il apprenait le Juinjutsu d’un troisième élément … ? C’était une idée qu’il creuserait à l’occasion. Le Suiton pour ce genre d’occasions aurait été bien pratique.
Mais toutes ces préparations n’avaient aucun sens puisqu’elles venaient bien trop tard. Au pire, il achèterait quelques petits shurikens avait de partir du port. Au moins il savait les lancer, il avait déjà eu l’occasion de le faire. Ce serait juste pour cette mission mais ça dépannerait. Si ca pouvait mettre quelques pirates hors d’état de nuire en économisant les risques de ses attaques Katons … C’était envisageable.

Taipeizan. Le village était comme il s’y attendait. Pittoresque, pluvieux. Même au début de la saison du Cheval, c’était encore prisonnier d’une cascade de bruine. Fine, mais suffisante pour faire chier son monde.
Certaines habitations semblaient sur le point de s’écrouler mais tenaient bon par un miracle inexplicable. On voyait clairement que les fonds étaient occupés à vivre, et pas à se faire plaisir, dans les parages. Tout en se dirigeant vers le point de rendez-vous, Shura nota une boutique de quincaillerie sur le chemin. Il y avait un forgeron par là. Il y trouverait bien quelques shurikens, ou des couteaux à défaut de mieux. Tant que les ustensiles étaient équilibrés il saurait quoi en faire. Tant pis pour la qualité, c’était juste pour une utilisation temporaire. Des armes jetables, pas besoin de trucs merveilleux.
L’auberge était en vue, il entra. Il devait retrouver une certaine personne ici. Jambe de bois et pipe au bec, il ne fut pas bien difficile à repérer. Shura posa la lettre recommandée à lui remettre de la part des autorités de l’Empire, frappée du blason, sur la table juste à côté de lui.

« Vous êtes le capitaine Komodo ? »
« C’est moi mon gars, Tu dois être … A vue d’nez, tu dois être Shura ! »
« C’est moi. »
« Z’êtes combiens ? »
« Trois, mes deux équipiers ne tarderont pas. »
« Trois ? Pour une ballade sur l’rafiot, dans l’océan, d’nos jours ? »
« Faut croire. »
« Savez, on est bien payés. Mais j’me d’mande si ca va vraiment l’faire. »
« J’ai pas le temps pour une démonstration. Vous avez un général impérial, et deux anciens héros de guerre qui vous accompagnent. On devrait s’en sortir. C’est juste de la reconnaissance. »

L’autre se marre mode vieux briscard. Il est pas dupe. Ca se flaire que Shura ne respire pas l’expérience maritime. Mais bon, il doit être vraiment bien payé parce qu’il ne rétorque pas. Shura a consulté son dossier. Un ancien pirate, un ancien passeur, un marin, un pêcheur … Cet homme connaissait l’océan comme sa poche. Et pourtant ça faisait quatre ans qu’il n’avait plus remis son navire en marche, ni recruté le moindre équipage. Le vieux fou devait avoir besoin de blé, pour accepter de prendre le risque. Si sa vie c’était l’océan, il avait dû rater sa reconversion ou quelque chose du genre. Vu son physique cliché, il ne devait pas avoir réussi à vendre du poisson à la sauvette. A la limite il aurait pu ouvrir une taverne genre le dentier du pirate, et servir du rhum. Il se serait épanoui.
Bon, fini les films. De toute manière c’était comme ça et pas autrement. Shura commande un verre et vient s’attabler en face du loup de mer. Pas spécialement ouvert à la conversation, le Jounin essaie de prévoir un plan quelconque pour le moment. Il n’arrive pas encore à grand-chose, mais ça finirait bien par venir.
Juunin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
185/300  (185/300)
Points de vie:
320/320  (320/320)
Points de chakra:
1180/1180  (1180/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 23 Mai - 17:37
Ca faisait un petit bout de temps que je n’avais plus eu de journée pour moi depuis la fin de la guerre. Etre passé Juunin et donné cours à quelques rebuts de l’Empire ne me plaisait guère mais tout récemment un « léger » détail vint se poser sur le tas des tournants importants que ma vie prenait : ma rencontre avec Shura Ryuuketsu, le big boss de l’Aile du Phénix, un groupe terroriste qui vise à détruire l’Empire de l’intérieur. Celle-ci m’avait bizarrement fait retrouver goût à pas mal de choses de la vie, et notamment à la bonne grosse bouffe bien cuisinée. Le fait de savoir que cette situation de soumission impériale n’avait que l’air sans appel me rassurait tout simplement quant à mon avenir ; je ne comptais pas finir mes jours en tant que soldat impérial.

Malgré mon aversion pour l’Empire et tout ce qu’il représentait, j’étais avant tout l’une de ses armes, certes instable mais néanmoins utile, et preuve en était qu’on vint frapper à la porte de mon appartement et qu’on déposa une lettre en son sol.

Mon regard s’arrêta net sur une ligne. L’équipe se composait de Shura, Luciole et moi-même… Ca faisait au moins deux à trois ans que je n’avais plus parlé à Luciole. Certes nous avions été combattants au sein de La Meute durant la guerre, mais nous n’étions pas les meilleurs amis du monde et la défaite de Shousan n’a pas contribué à ce que l’on garde nos liens. Depuis cette dernière fois où nous nous sommes parlé, nous ne nous sommes plus jamais revus. Je ne me rappelle pas vraiment pourquoi exactement c’est arrivé, mais c’est arrivé. Et c’est tout. Et ce n’est pas le fait d’avoir donné des conférences dans deux salles côte à côte qui avait changé la chose. Je ne le considérais plus comme un trou du cul, mais ceci dit je ne l’estimais que très peu. Cet homme était devenu un ivrogne notoire et je suis même encore étonné que son chien le suive encore.

Apparemment la mission était une « simple » mission de reconnaissance dans les eaux de Yuki, le village des traîtres. Ceux qui ont vendu Shousan et l’ont conduit à sa perte. C’était magnifique. Et qui plus est, nous allions effectuer cette mission pour le compte de l’Empire, mais avec une équipe composée de deux membres de L’Aile. A moins que ça ne soit 3 ? Etant donné que Shura m’avait contacté, il y avait de fortes chances qu’il en ait fait de même pour Luciole. Si c’était bel et bien le cas, ça nous permettrait d’apprendre à se battre ensemble. Enfin, avec Shura du moins. Parce que je ne pense pas qu’avec Luciole beaucoup de choses aient changées : on a combattus ensemble pendant de longs moments auparavant, et ça se passait bizarrement plutôt bien.

Le départ était le lendemain, et j’avais rendez-vous au village de Taipeizan avec les deux autres. Il fallait que je me prépare déjà ce jour-là si je ne voulais pas déjà faire foirer la mission. Bref, je cuisine deux-trois trucs histoire d’avoir de quoi manger sur la route, je sors mes bouquins de cuisine pour voir un peu comment je peux préparer du poisson – dans mes souvenirs, Taipeizan est un village pêcheur – et j’emballe mon nécessaire de mission en cas de problème : plus de chips, mais quelques boules fumigènes si tant est qu’elles soient utiles en mer, ma veste de Juunin, et pas grand-chose d’autre au final. J’avais appris à voyager léger depuis, d’autant plus que nous risquions de rencontrer très peu d’ennemis jusqu’à notre arrivée en eau inconnue.

Le lendemain, je démarrai vers le village en question, tout en relisant l’ordre de mission.

*Priorité aux informations… Protéger les marins, sauf si ils nous coutent des informations ? Mouais. C’est justifié, mais comment on fait pour rentrer sans personne pour naviguer ? M’enfin, on verra bien comment ça va se passer. Il n’y aucune chance que ça se passe sans accrocs, mais ça ne peut que bien se passer de toute façon. J’ai déjà vu Shura à l’œuvre pendant la guerre, je pense qu’en cas de pépin on va tous pouvoir assurer.*

Enfin, j’arrive dans le village côtier. L’odeur qui y était présente était quelque peu dérangeante, étant à mi-chemin entre du poisson laissé trop longtemps à l’air frais et à l’odeur quelque peu iodée de l’eau de mer et comme si ça n’était pas assez il s’était mis à pleuvoir un peu avant mon arrivée dans le village.

*M’enfin ! Il n’y a plus de saisons…*

Je déambulais dans la ville en cherchant le lieu de rendez-vous qui avait été fixé, pour au final y retrouver Shura, discutant avec un vieux loup de mer.

« Bonjour à vous. Je suis Jirobuu Akimichi. »

Je m’installai alors à la table. Un serveur arrivait alors, nous demandant ce que nous voulions boire.

« Nous prendrons quatre bières. »

Durant un instant, j’avais oublié que dans les villages pêcheurs, il était relativement mal vu de boire des boissons douces telles que le thé ou autre. Bizarre pourtant, ça avait pourtant du goût, contrairement à la bière qui elle n’était qu’amertume. Enfin bref, il ne restait plus à attendre qu’une personne et nous serions prêts à partir.
Juunin
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
130/150  (130/150)
Points de vie:
356/356  (356/356)
Points de chakra:
330/330  (330/330)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 29 Mai - 23:11
Encore une fois, ma carcasse gisait sur l'angle de ma rue. L'alcool ingurgité la veille avait encore eu raison de moi, l'appartement n'était pas si loin pourtant. J’efface du bout de ma manche la traînée de bave séchée qui pendait à mes lèvres, Oni avait pris le soin de me réveiller avec son tiède museau. Les gens de la ville étaient déjà énergique ce qui indiquait une heure avancée dans la journée. Effectivement l'horloge de la ville indiquait la treizième heure, je me suis donc glissé le long des murs afin d'atteindre ma porte, un parchemin enroulé du sceau impérial se trouvait coincé dans la jointure de celle-ci. Un ordre de mission, dans les grandes lignes c'était une mission de reconnaissance quelque peu anodine dans le village de Yuki. Mais quand j'ai vu les noms qui étaient inscrit sur le papier, un petit sourire s'était esquissé sur mon visage. Shura avec qui j'avais fait connaissance quelques temps auparavant, chef fondateur du groupe terroriste de l'aile du phénix... Et la plus grosse des surprises, le nom du gros pachyderme, ce foutu vieux Akimichi...

*Merde ça fait des années que je l'ai plus vu, même si on n'a jamais été de grands amis, c'était un noble membre de la meute et refaire équipe avec... Comme au bon vieux temps... Ça me fait plaisir de voir nos deux noms écrits sur un ordre de mission... Je sais comment il réagit en situation de combat, il a du évoluer tout comme moi pendant toutes ces années. J'ai hâte d'y être*

La nouvelle m'avait réveillée comme une bonne claque dans la tronche, d'un coup sec l'alcool qui circulait encore dans mon sang s'était dissipé. J'ai fait mon sac, un casse croûte pour le chien et moi même, quelques bouteilles de mon meilleur vin de riz et j'ai pris la route en direction du point de rendez-vous. J'étais pressé, excité comme une jeune pucelle qui sortait s'amuser pour la première fois, je courais à vive allure suivi de mon compagnon...

*Une première mission avec des membres de l'aile du phénix on va voir ce que ça va donner, même si on a pas grand chose à faire on va surement prendre un peu de temps pour se connaître pas pour devenir amis, mais juste suffisament pour construire un noyau dur comme à l'époque de la meute. Rien de tel qu'une mission en équipe pour créer déjà quelques automatismes.*

Ça y est, j'aperçois une pancarte 'village de Taipeizan'... Je me suis un peu perdu dans les rues, elles se ressemblent toutes des marins qui tissaient des filets de pêches, des stands avec du poisson séché qui pendaient comme des rideaux, quelques habitations assez basique. Bizarre, pour un village côtier le port m'a l'air bien petit, il n'y avait que trois ou quatre barques attelées sur une petite bite d’amarrage, aucun bateaux prévu pour une grande expédition navale. Le village à du perdre du prestige suite à une crise... Non loin du port j'ai vu l'auberge, le lieux de rendez-vous. Je suis rentré et j'ai directement reconnu Shura, ainsi que le gros qui attendait assis sur une table de bois... Ça aussi c'était bizarre... Il n'était plus aussi gros qu'avant...

« Salut, désolé pour le retard. J'ai eu un petit problème de réveil... Je vois qu'on a déjà commencé les hostilité sans moi.»

J'ai regardé l'aubergiste pour lui demander un verre de son meilleur saké et un bol d'eau pour le chien. Fort aimable il s'est empressé d'assouvir mon désir. J'ai inspecté Jirobu de haut en bas... Je n'en revenais pas son physique avait changé, son odeur fétide de vielle graisse transpirée n'était plus. Oni avait même eu du mal à le reconnaître, il a mit quelque instant avant de s'approcher de l'Akimichi pour frotter son museau sur sa cuisse en signe de salutation.

« Alors le gros, ça fait un moment qu'on ne s'est plus vu... T'as fondu comme une motte de beurre au soleil.»

Et j’enchaîne encore une fois avec ce foutu sourire narquois. Je ne me lasserai jamais de le charrié, de chercher de petites querelles pour tout et n'importe quoi. Ça me plaît tellement d'emmerder le monde et surtout lui... Il y a que de cette façon que l'on connaît la vrai personnalité des gens, en les mettant à bout, voir ou se trouve les limites, étudier leur réaction... Mais là, ce qui me plaît le plus à cet instant c'est le deuxième verre de saké que je viens de m'enfiler...
Juunin
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 18/02/2017
Age : 24

Fiche ninja
Points d'expérience:
114/150  (114/150)
Points de vie:
220/220  (220/220)
Points de chakra:
221/221  (221/221)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Juin - 12:58
Avec l’arrivée de Luciole et Jirobuu, le groupe était au complet. Et il faisait forte impression au milieu de cette auberge, surtout fréquentée par des pêcheurs. A sa manière, chacun des trois Jounins avait une présence très forte. Le capitaine Komodo salua les deux autres avec le sourire et la bonne humeur. Même le penchant pour la bouteille de Luciole ne semblait pas l’avoir dérangé. Son attitude imperturbable témoignait de son expérience : il avait dû en voir des choses. Il comptait sur notre escorte, mais pas que. Ca se sentait : il avait confiance en ses propres capacités et en son propre équipage. Que ce genre de type en vienne à accepter une escorte pour partir en mer était déstabilisant compte tenu de notre inexpérience dans le milieu, comparée à la sienne. Tout aussi calme, mais dans une version bien plus stoïque, Shura hocha la tête pour répondre à leurs salutations.

« Je vous présente le capitaine Komodo. Le navire qui va nous emmener est le sien. »
« Salut les jeunes ! Eh ouais, pour la ballade en haute mer, y’a rien de mieux qu’mon rafiot ! »

Rafiot. Ca faisait deux fois qu’il l’appelait comme ça. Pourtant, clairement, un bateau capable de naviguer en haute mer, à Yuki qui plus est, ne devait pas être si fragile que ça non ? Shura espérait qu’il n’y aurait pas de surprise de ce côté-là. Ou alors une bonne. Parce que s’ils croisaient des pirates, l’embarcation compterait autant que son équipage. Après, le capitaine Komodo avait du passé en piraterie. Et les pirates étaient les meilleurs en construction navale, sans aucun doute. Même Yuki ne fabriquait pas des navires aussi performants que les leurs. Mais ils privilégiaient des navires d’abordage, offensifs. C’était peut-être de là que venait le surnom réducteur : un navire rapide, plutôt adapté pour harponner que pour se faire aborder. Oui, bon, peu de chances que ce soit un navire de pêche quoi.

« Tu n’es pas vraiment en retard, Luciole. Tout le monde vient d’arriver : on a à peine eu le temps de commander à boire. Bien. Capitaine, quand serons-nous prêts à lever l’ancre ? »
« Quand tu veux, mon gars. Nous, ça fait trois jours qu’on est ici à préparer le voyage. On a la bouffe, de quoi boire, un navire fin prêt, et on a aussi lustré nos armes. Pour une expédition en mer, faut au moins ça ! On peut partir dans une heure si vous voulez. »

Déjà prêts ? Une aubaine. Ils ne resteraient donc plus très longtemps à terre. La mission n’allait pas tarder à commencer, alors. Parce qu’une heure serait largement suffisant pour finir leur bière et faire le point sur la situation.

« Alors nous partirons dans une heure. »
« Grahaha ! Ca roule ! Les gars, on lève l’ancre dans une heure ! Tout le monde sur le pont immédiatement ! Celui qui traine, j’lui fait bouffer un croupion de goéland ! On vous retrouve au navire, les gars, il est amarré à la sortie Nord de la ville. »

Shura attendit patiemment que le massif capitaine et ses hommes soient sortis de l’auberge avant de se tourner de nouveau vers ses deux alliés. Il vérifia que personne ne les entendait aux alentours.

« Je n’ai pas essayé de vous le dire plus tôt mais c’est une mission strictement impériale, l’Aile du phénix n’a rien à voir là-dedans. Mais au moins, comme première ensemble ce ne sera pas trop dur idéologiquement : Yuki, c’est pas plus notre allié que celui de l’Empire … »

« Je sais pas pour vous mais moi je n’ai jamais combattu en mer. En fait, je n’ai même jamais navigué. Mon style de combat est particulièrement peu adapté : je n’ai pas de terre ferme pour mes ninjutsus Doton et Yoton, et le Katon sur les embarcations ne peut pas être déchainé à pleine puissance. Et en plus avec l’humidité et la mer … Autant dire qu’il n’est pas très efficace. Tout ça pour dire que je vais pas mal m’appuyer sur vous si on se fait aborder. Pas que je serais un boulet, j’ai quelques cartes dans ma manche quand même. Mais je vais vous laisser le beau rôle ! Je me contenterais de techniques basiques et de ninjutsu de faible puissance. Par exemple, pour renforcer vos armes, ou de petites attaques. »

« Par contre ces derniers jours j’ai compulsé pas mal d’ouvrages sur le combat en mer et différents trucs informatifs écrits par des ninjas qui sont originaires de la frontière maritime. Je pense que je maitrise l’essentiel de la théorie. Donc si vous êtes aussi inexpérimentés que moi n’hésitez pas à demander. Il faudrait éviter de demander aux marins … A la limite au capitaine, il n’a pas l’air dupe sur notre expérience. Mais si on peut éviter de toucher au moral de l’équipage je préfère. »


Shura boit une bonne lampée de bière et grimace. Elle était dégueulasse. Lui qui n’aimait pas tellement l’alcool déjà. Sûrement parce que si un spécialiste du Katon boit de l’alcool, ça explosait non ? Heureusement pas, mais avouez, le concept est quand même bien marrant.

« Je pense que je vais passer à l’épicerie de ce village, j’en ai vu une en arrivant. J’ai pas envie de boire ce genre de truc tout le trajet … quelques sachets de thés ne feront pas de mal. »

« Bon … Vous vous en doutez je me suis jeté sur la mission quand on me l’a proposée. Au début j’étais un peu suspicieux, mais pas longtemps. C’est une aubaine. On va pouvoir apprendre à bosser en équipe tous les trois. Enfin, vous deux vous savez déjà. Mais comme je vous l’ai dit pendant l’entrevue, l’essentiel de la force de frappe de l’organisation, c’est nous trois. On a aussi deux gamines mais je préfère éviter de trop les utiliser, et Rin qui s’y connait un peu en combat … Enfin, on est l’essentiel. Apprendre à bosser avec vous, c’est vraiment bien. On aura du temps avant d’atteindre la zone dangereuse. On pourra peut-être réfléchir à des manières de combiner nos techniques. Ah et il faut aussi qu’on prévoit un peu de temps pour que je vous pose un sceau ou deux si vous voulez … Ca peut toujours être utile pour la mission qui arrive. Et même après. »


Depuis qu’il avait abandonné son rôle de général, Shura avait eu de nombreuses occasions d’être chef de mission, avec des jeunes ninjas principalement. La plupart le regrettaient encore d’ailleurs, vu les mandales qu’ils avaient pris en essayant de faire les malinois. Mais ca faisait longtemps qu’il n’avait pas bossé avec des types de son rang. Du coup il avait un peu perdu la main, et il continuait de beaucoup parler et d’agir instinctivement en leader. Ca lui passerait.
Juunin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
185/300  (185/300)
Points de vie:
320/320  (320/320)
Points de chakra:
1180/1180  (1180/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 23 Juin - 23:37
*Pfouah, il a pas changé ce vieux bouc. Enfin, si on tient pas compte de sa vieille odeur de déchet. Son clébard non plus a pas changé. C’est dingue, après tout ce temps, les voir me fait toujours autant d’effet…*

A peine était-il arrivé qu’il me tannait déjà. D’un côté ça me faisait plaisir de me remémorer le bon vieux temps avec Kazu-sempai mais d’un autre j’avais juste qu’une envie : lui écraser mon poing dans sa face. Mais bon, ce n’était pas le moment d’étaler nos différends d’autant plus que nous étions juste en face de notre client. Je ne contentais donc que d’un léger sourire. Ce genre de sourire qui laissait sous-entendre « Toi, dès que c’est possible, je te défonce ta face, je te balance dans une marmite et je te fais revenir façon Akimichi comme le vieux trou du cul que tu es ! ». Ouais. C’était pas vraiment la super entente entre Luciole et moi.

Je me perdis dans mon verre, repensant alors à la dernière fois où nous nous étions vus, après la guerre. Ca me laissait un goût aussi amer que cette vieille pisse qu’on nous avait servi. Et dire que j’avais dû payer 8 drakes pour la tournée…

A peine s’était-il installé à table qu’il s’était déjà enfilé deux verres de saké comme à son habitude. Ce type était vraiment devenu dégoûtant. J’avais laissé Shura s’occuper des préparatifs avec le capitaine. Ce n’était pas vraiment ma spécialité, depuis tout petit déjà les seules choses dont j’étais réellement capable étaient cogner et bouffer. Ce qui en soi était déjà pas si mal. Les marins sortirent du bar, nous laissant une heure pour nous préparer, et laissant donc Shura prendre l’équipe en main. Pas vraiment d’objection à ce sujet : Encore une fois, je ne suis pas du genre tête pensante, et à voir l’état de l’autre déchet, il n’est pas prêt de pouvoir mener une équipe en mission.

D’après ce que j’avais compris Luciole aussi faisait partie de l’Aile à mon plus grand désarroi. J’allais être obligé d’avoir à lui parler sinon j’enfreindrai déjà le seul et unique principe de celle-ci…

« J’y connais rien non plus en ce qui est de combat maritime ou de navigation. J’ai toujours su que cogner quand il le fallait. Je ne pense pas être au meilleur de mes capacités en mer non plus, mais je dispose d’un panel de techniques me permettant de maîtriser la distance entre mon adversaire et moi, ce qui peut s’avérer utile sur un bateau. Au niveau des éléments, je maîtrise principalement le taijutsu Doton, mais je suis également un chaman d’Hydrius. Je n’aurai aucun soucis à ce niveau-là je pense. Pour ce qui est de te demander des conseils… C’est pas que je suis contraire, mais je ne suis pas réputé pour ma rapidité d’esprit. J’aviserai sans doute sur le moment même, et je m’en remets entièrement à toi. Et pour les sceaux… On pourra faire ça sur le bateau directement, non ? Histoire de gagner un peu de temps dans la préparation ? Pour ma part je vais chercher une armurerie, il doit bien en avoir une dans le coin. »

Sa proposition quant à l’achat de thé me fit légèrement sourire. C’était vrai que cette bière était spécialement dégueulasse, j’étais même étonné qu’ils osaient en vendre dans cet établissement. J’attendais que Shura parte de la pièce et me retournai alors vers Luciole.

« Ecoute moi bien, blondasse. On a vécu pas mal de trucs toi et moi, mais je te pardonnerai jamais de t’être foutu dans un état tel que le tiens. Si Kazu-sempai a abandonné la guerre, c’est pas pour qu’on se pourrisse la vie à se lamenter. »

Maintenant que c’était dit…

« Par contre toi, t’as pris du bide… Ca doit être les litres d’alcool que tu t’enfiles par heure. »

Je jetai alors quelques croquettes à Oni, ce bon vieux clébard qui était toujours aussi appétissant que dans mes souvenirs, avant de me lever et de partir à mon tour dans le village en quête d’un forgeron.


Citation :
Jirobuu : - 8 drakes
Juunin
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
130/150  (130/150)
Points de vie:
356/356  (356/356)
Points de chakra:
330/330  (330/330)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 24 Juin - 15:02
« Les combats en haute mer, je n'ai jamais pratiqué non plus. Ceci dit j'ai une affinité avec le suiton que j'ai toujours utilisé sur terre ferme, je ne sais vraiment pas ce que ça va donner sur le rafiot entouré d'eau. J'ai bien quelques techniques à distance, mais notre spécialité reste le corps à corps. Une chose est certaine, les combats vont être rudes. Il va peut être falloir prendre le risque de se faire aborder avant de lancer une contre attaque si le cas se présente. J'ai plutôt tendance à rentrer dans le lard, il n'y a que de cette façon que je peux voir les faillent d'un adversaire, je pense que tes conseilles seront utiles Shura mais je serais sans doute, déjà sur la tronche de mon opposant quand tu les énonceras. J'espère juste que tes sages paroles seront plus vive que mon instinct bestial. Et je suis d'accord avec Jiro, on s'occupera des sceaux sur le bateau. Je dois aussi passé à l'armurerie je n'ai pas eu le temps de prendre ce qu'il fallait avant de venir vous rejoindre.»

J'esquisse une sale grimace quand je vois la contenance de mon deuxième verre, il était presque vide et je devais faire durer mes gourdes le plus longtemps possible. Heureusement une pinte de bière se trouvait juste en face de mon verre ce n'est pas ce que je préfère mais je vais pas faire la fine bouche ce n'est pas moi qui règle l'addition. Les paroles du gros étaient si différentes de l'époque, il était plus sur de lui et avait gagné en répondant.

« Tu sais le gros, des fois dans la vie on agit de cette manière. C'est un mal pour un bien, c'est peut être difficile à comprendre mais j'en ai besoin pour l'instant. Ça va faire un  moment que l'on ne s'est plus vu, tu ne connais pas les raisons de mon état. Ceci dit, j'apprécie le fait que tu t'inquiètes pour moi. Quant à Kazu-sempai, je crois qu'il aurait plutôt été fière de mon obstination à l’entraînement, il aurait compris pourquoi je bois autant. Tout ce que tu dois savoir, c'est qu'on peut toujours compter sur moi lors de situation de combat, même si on ne s'entend pas je serais toujours là pour l'équipe...»

Tu comprendras bientôt Jiro peut-être même lors de cette mission j'aurais besoin de cette force que me procure l'alcool. En attendant j'aime laissé croire que je suis un vieux déchet, les gens pensent que je suis inoffensif, et je peux ainsi renverser une situation bien plus facilement. J'étais seul avec ma bière, quelques gorgées pour la finir, j'emprunte le chemin de la sortie pour quitter la bâtisse et trouver l'armurerie.

Bordel, tout ce ressemble dans ce foutu village j'ai l'impression de tourner en rond. Avec la plus grande des chances, je tombe sur un panneau affichant une carte du village les endroits important sont soulignés d'un trait rouge pour les bâtiment administratif, en vert pour les commerces et des encres d’amarrage pour les différents ports de la région.  

*Trois fois à gauche et une fois à droite et je serais à l'armurerie du village. Je vais devoir prendre quelques armes de combat à distance, je n'ai pas trop le choix... *

Je suis devant la façade de l’échoppe et mon regard se porte instantanément sur les aiguilles, comme au bon vieux temps, c'est simple à manier, ça ne coûte pas trop cher, et facile à transporter. Je place deux sac d’aiguilles sur le comptoir et les dix drakes que le marchand demandait pour l'achat.

« Voilà Oni, on est prêt pour la balade en bateau. Il nous reste plus qu'à rejoindre le capitaine pour embarquer. »

C'était une première pour Oni aussi il n'avait jamais navigué en mer. Il avait l'air plutôt excité à l'idée de voyager de la sorte. J'emprunte le chemin qui mène à la carte, je vérifie une dernière fois la route qui mène aux ports de la ville et tourne les talons dans cette direction. J'aperçois au loin le capitaine du navire qui prenait les présences sur un bout de papier, son équipage traînait les pieds pour escalader la rampe d'abordage, portant sur leur dos quelques sacs de marchandises. Apparemment je suis le premier de l'équipe sur les lieux, je vais attendre les deux autres sur le quai.

Citation :
-10 drakes: achats de 2x5 aiguilles.
Juunin
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 18/02/2017
Age : 24

Fiche ninja
Points d'expérience:
114/150  (114/150)
Points de vie:
220/220  (220/220)
Points de chakra:
221/221  (221/221)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Juin - 16:14
Shura but tranquillement sa bière, observant le manège de ses deux équipiers. Ils étaient liés par leur passé commun et le fait d’avoir combattu côte à côte. Aucun doute, ils se connaissaient bien sous leurs aspects guerriers. Mais ils ne semblaient pas si proches qu’il ne l’aurait pensé. En fait, leur lien semblait être une sorte d’amour vache à mi-chemin entre la haine viscérale et l’autel de mariage. Il n’en demeurait pas moins que c’était intéressant.
Tous les deux réagirent plus ou moins de la même manière à la situation : ils aviseraient pour le combat naval, et en attendant allaient s’équiper en conséquence. Shura opina du chef pour leur signaler qu’il était d’accord, et se leva à son tour. Il avait un colis à récupérer, et ils avaient entendu le capitaine Komodo pour la position du navire. Ce n’était pas des Genins qu’il avait besoin de tenir par la main, ils avaient au moins autant d’expérience que lui. La seule chose qui les différenciait, c’était leur rang respectif et officieux dans l’Aile du phénix. Et pour l’Empire, ça ne signifiait rien. Enfin, disons plutôt que ça ne devait rien signifier, à tout prix.

Il quitta donc la table sans plus de cérémonie. Il passa chez l’épicier afin de récupérer quelques caisses de victuailles et de thé glacé, qu’il chargea sur le dos d’une petite salamandre aux écailles rouges. Enfin petite, elle avait tout de même la taille d’un gros chien. Moins large qu’Oni, elle l’équivalait quand même en termes de hauteur. Donc on ne pouvait pas appeler ça vraiment ‘petite’.
Bref, suivi du lézard, le Jounin se dirigea ensutie vers l’armurerie. Le vieil homme avait eu tout le temps de la rencontre entre les trois ninjas et le capitaine, afin de préparer sa commande, si bien qu’elle était toute fraîche quand il arriva.
Shura n’était pas très à l’aise avec les armes et ne l’avait jamais été. Seulement, pour cette mission ce serait indispensable. Et même à l’avenir, il ne pourrait pas s’en passer. Pendant la guerre, par exemple, il avait été obligé d’en emprunter pour être compétitif. Et l’Aile du phénix ne resterait pas éternellement un groupe terroriste bien à l’abri qui fait un seul coup tous les deux ou trois mois. Il avait besoin d’être prêt à se battre.
Alors autant faire d’une pierre deux coups. Il n’aimait pas les armes et les employait le moins possible, mais comme il l’avait dit lui-même à son élève, elles étaient quand même bien pratiques pour économiser du chakra.

C’est ainsi que Shura se pointa au port-Nord du village. Suivi d’une petite salamandre avec une caisse énorme sur le dos, et avec, lui-même, deux gigantesques shurikens accrochés par des lanières sur son propre dos. C’était une vision assez inhabituelle, Shura avec des shurikens Fuma. Mais il devait avouer qu’il savourait un peu plus qu’il ne devrait la sensation d’avoir deux armes destructrices bien en évidence dans le dos.
Mais il n’en démordrait pas : la vraie force d’un homme se mesure à la puissance de ses techniques. Pas à quelques gadgets. Eux, étaient là juste pour se débarrasser des petits trouble-fêtes et garder le meilleur de son art pour les gros poissons.

Spoiler:
 

Etonnement, Luciole était arrivé avant lui. Enfin, était-ce si étonnant ? Le détour à l’épicerie lui avait pris un peu de temps. Il avait fallu charger la salamandre, mais aussi la convaincre, puis ensuite se mettre à la rechercher d’aliments et d’une boisson qui n’étaient pas périssables et ne souffriraient par de l’atmosphère saline et humide.
En arrivant à la hauteur de l’Inuzuka, Shura pointa la caisse d’un air entendu.

« J’ai pris essentiellement des fruits secs, des gâteaux et de la viande sèche. Et du thé glacé pour s'hydrater. Un peu de rhum aussi. J’ai pensé à en prendre pour Oni aussi, de la viande, j’espère qu’il n’est pas trop exigeant. Surtout qu’on risque de manger la viande en début de voyage, et qu’il est peu probable qu’on ait l’occasion de se ravitailler en chemin. »

Avant qu’il n’ait eu le temps de répondre, un marin cria, par-dessus le point d’un énorme navire.

« Hé, les gars ! Venez attendre votre ami à bord ! Vous aurez le temps d’admirer le Tonnerre des Mers ! »

Le Tonnerre des Mers ? Quel mastodonte ! Shura n’avait pas vu beaucoup de navires dans sa vie, mais celui-là était si énorme et si lourd, que c’était à peine croyable qu’il flotte. Ce n’était pas un bateau, mais un tank flottant. Un vrai bunker. Son bois était épais et brun sombre, de petites alcôves latérales dissimulait des pointes métalliques colossales … y avait-il un système de poulies pour que le bateau se hérisse ? Le Jounin en resta bouche bée. Même la toile des voiles semblait faites en pierre blanche, tant le tissu paraissait lourd. Il se tourna vers Luciole, l’air secoué :

« L’Empire ne s’est pas moqué de nous sur le coup. Ce n’est pas un bateau. C’est un monstre marin. »

Sans se faire plus prier, et même si Jiro n’allait sans doute pas tarder, Shura grimpa à bord par l’échelle que lui lança un matelot. La salamandre, elle, grimpa simplement les griffes dans le bois, par une escalade latérale de la façade. En passant au niveau des pointes, Shura perçut son instant d’hésitation. Forcément, si un caprice du destin les avait hérissées à ce moment-là, elle serait morte empalée. Je doutais que quiconque puisse se manger un truc pareil sans décéder.

Le Jounin se hissa enfin à bord, suivi par le lézard. Il regarda vers le village. Ils étaient très hauts par rapport au sol. Et le plancher de l’embarcation était large. Vraiment très large. C’était un vrai petit bastion flottant.

« Un rafiot ? Il s’est bien fichu de nous, le loup de mer ! »

Spoiler:
 
Juunin
Fondateur de l'Aile du Phenix
avatar
Messages : 91
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
185/300  (185/300)
Points de vie:
320/320  (320/320)
Points de chakra:
1180/1180  (1180/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 24 Juil - 17:33
Je restais impassible face aux explications de Luciole. Après tout, sa vie je m’en balançais, il n’a pas tort. Tout ce qui m’importait c’était de savoir si oui ou non on pourrait compter sur lui au moment voulu, mais j’étais juste un idiot de penser le contraire. C’était la seule personne avec qui je m’étais réellement « entendu » sur le plan combattif : Nous étions juste deux brutes épaisses qui fonçaient d’abord et réfléchissaient après. C’était pour ça qu’on s’appréciait au final.

« C’est marrant, Luciole, mais en réfléchissant bien… »

Je me reprenais. Qu’allais-je faire ? J’étais sur le point de rompre toutes ces années de dur labeur à s’en foutre plein la tronche dans le but de nous motiver à aller l’un plus loin que l’autre tout ça parce que j’avais enfin compris qui était réellement Luciole pour moi ?

« … T’es vraiment juste qu’un gros poivrot. Je me tire. A dans une heure ! »

Je caressais brièvement Oni, ça faisait longtemps que j’avais plus vu ce beau petit plat. Il n’avait pas vraiment perdu de son côté appétissant, mais ça restait tout de même un compagnon de combat avant tout, même si, perdus en mer… Je ne cracherais pas dessus.

Je déambulais dans les rues de Taipezan, me demandant ce dont j’avais besoin exactement comme matériel. Bien sûr, quelques armes ne seraient pas de refus, mais nous aurions besoin de nourriture aussi étant donné que nous ne savions pas pour combien de temps nous serions partis. En me perdant légèrement, j’arrivais enfin devant une épicerie qui me semblait ma foi toute désignée pour mes emplettes. J’y pris quelques portions de riz, des épices, de la viande séchée et bien évidemment du citron, au cas où. Même si nous ne risquions pas de tomber malade, si jamais nous nous blessions ceux-ci pourraient servir de désinfectant naturel, et puis… Si il nous arrivait de devoir pêcher, un peu de citron n’aurait jamais fait de mal sur nos poissons afin d’en relever le goût.

Citation :
[-20Drakes pour les fournitures]

Il me suffit de sortir de l’épicerie pour enfin apercevoir ce que je recherchais : une armurerie. En regardant au loin, je pouvais voir que Shura était sorti de celle-ci il y a peu étant donné qu’il se trouvait juste au coin de la rue… Bizarre que l’on ne se soit pas vus, d’ailleurs.

« Encore un shinobi de l’Empire ? Y’en a un qui vient tout juste de me quitter ! Décidément, c’est la journée ! Enfin, vous m’avez l’air vachement moins commode que le précédent, ceci-dit. »
« De quoi ? »
« Ben, l’autre là, il avait l’air plus sympathique que vous m’sieur. »
« On vous a déjà dit que vous étiez un horrible commerçant ? »
« Ah vous savez, je n’ai plus tellement l’habitude… C’est rare que des gens aient besoin d’armes dans ce village de nos jours. Je me demande même ce que je fais encore là. »


Suite à mon silence insistant, le commerçant se sentit obligé d’enchaîner sur un timide « M’enfin. J’peux vous aider ? ». La conversation commençait à trop s’éterniser et j’avais trop peur d’arriver en retard pour le départ du bateau, de fait, c’était parfait qu’il coupe lui-même court à la conversation – Il ne s’agissait pas que je paraisse impoli. Après avoir pris mes « quelques » armes, je me dirigeais tranquillement vers l’embarcadère afin d’y rejoindre mes compagnons de voyage.

Ils étaient déjà montés, ces fourbes. Mais bon, à quelques minutes près ils seraient partis… Je les rejoignis sur le pont et apparemment, Shura avait eu la même idée que moi en prévoyant quelques provisions. C’était sans doute ça la caisse qui marchait à ses côtés lorsque je l’avais vu plus tôt dans la journée.

« Si ça c’est un rafiot… Alors moi je suis Inuzuka ! »

Citation :

[3 parchemins explosifs FQ: -180Drakes
1 Chaîne FQ: -100Drakes
1 Poing Kunaï FQ : -180Drakes
Total équipement : -460Drakes]
[Dépenses totales: -480Drakes]
Juunin
avatar
Messages : 73
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
130/150  (130/150)
Points de vie:
356/356  (356/356)
Points de chakra:
330/330  (330/330)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Autres régions :: Pays de la neige :: Pont Takuna
-