AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Appartement de Rem + Vétérinaire

 :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Sud - Habitations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 21 Mai - 18:04
L'appart est à l'étage. Au premier, il y avait un local que Rem a transformé en accueil pour les gens qui veulent faire soigner leurs animaux. Il les fait généralement monter à l'étage pour les étendre si besoin est, ou les soigne directement en bas.
La plupart des médicaments sont volés, mais bon, personne ne le sait.

Sur la porte d'entrée il n'y a pas de panneau 'vétérinaire', Rem fais ça sans vraiment avoir le permis de le faire. Par contre il y a un écriteau : '' Si t'es pas un clodo, soigne ton poto ! ".
Chuunin
avatar
Messages : 175
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
159/300  (159/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin - 14:32
Je dormais paisiblement, rêvant de ce que j'aurais pu faire si jamais je ne m'étais pas retrouvé enfermé dans une cave. Peut-être aurais-je moi-même été un héros de guerre comme la Meute ou encore Eihiko. J'aurais bien aimé ... Mais en même temps j'étais bien contentant de ne pas avoir eu à participer à cette atrocité. Mon sommeil était par contre agité, après tout rêvé d'être sur le front c'est quelque chose qui met votre corps en action ! Des pseudos coups étaient donnés, des pseudos mudras signés ... Enfin, je me pensais réellement là-bas, mais ce n'était qu'un rêve. Pas de sang, pas de douleur, une sorte de : « T'es touché, tu sors. ». Une sorte de balle au prisonnier. C'est comme ça que ça devrait se passer, une touche perdu. Au moins comme ça, il n'y aurait pas de mort.

Je ne sais pas pourquoi mais je me réveillais en sursaut. Quelque chose n'allait pas. Hormis ce Katon que je venais de me prendre en pleine face. Etait-ce le fait d'avoir perdu à la balle au prisonnier qui avait fait que j'étais là au milieu de la nuit totalement réveillé ? J'en doute, il devait y avoir autre chose. Déjà, j'avais soif. Direction la cuisine, c'est à dire à trois pas de mon lit. Tout en me grattant les fesses bien sûr, dans un bâillement long et plaintif. De l'eua fraîche, ça me faisait un bien fou.

Soudain un bruit attiré à mon oreille. J'étais plus éveillé donc mes sens également. Une respiration sifflante avec une sorte de son gras. C'était étrange. Je m'approchais de Tak, c'était de lui que venait le bruit. Il respirait profondément, son torse montait et descendait lentement. Il ronflait encore cet enflure, il allait encore me falloir trois plombe pour m'endormir.

« Bordel Tak ! Réveils-toi tu fais trop de bruit ! »

Bha quoi ? J'allais pas non plus le laisser foutre en l'air ce qu'il restait de la nuit. Mais il ne se réveilla pas. Je le secouais. C'est là que je pris un peu peur. Il était chaud, beaucoup trop chaud. Qu'est-ce que ça voulait dire ? J'en savais rien moi ...

« Hey Tak, réveils-toi s'il te plait. »

J'étais beaucoup plus doux maintenant. Quelque chose n'allait pas je le sentais. C'était pas normal qu'il soit aussi chaud, et puis il aurait du se réveiller. Ni une ni deux j'enfilais un pantalon et un t-shirt. Attrapant de la monnaies au passage. Tant pis pour mes chaussures. Il fallait que je trouve un docteur et vite ... 'Fin un vétérinaire plutôt. Mais où pouvais-je trouver ça à Taki ? Aucune idée.

« Hey toi qui as ta lumière allumée ! Tu sais pas où il y a un véto dans le coin ?! »

L'homme sembla grommeler.

« Hey j'te parle ! Si je te demande où il y a un véto répond moi ! »

Il pointa son doigt, m'indiquant plus loin dans la rue. Voulait-il se débarrasser de moi ou m'indiquait-il réellement la direction à prendre pour trouver un vétérinaire ? J'en avais aucune idée mais je n'avais pas le temps de me poser la question. Le cas de Tak était peut-être grave. Je courrais le plus vite que je pouvais, boostant mes capacités à l'aide de mon chakra. Contrairement à d'habitude, là j'allais tellement vite que je dus ralentir. Dans la pénombre j'avais du mal à apercevoir le moindre panneau. Ce ne faut qu'au bout de cinq bonne minutes de course que je finis par trouver ce que je cherchais ... L'endroit était plutôt glauque, ça ressemblait en rien à un véto. S'il n'y avait pas eu cette pancarte jamais je ne l'aurais su. Devais-je en chercher un autre ? Non, je n'avais pas le temps !

« Si t'es pas un clodo, soigne ton poto ! »

Avais-je lu à voix basse. Au moins il semblait apprécier les animaux. Ni une ni deux, je tambourinais la porte comme jamais.

« Hey le véto ! Réveils-toi ! J'ai besoin de toi ! Fin mon ami à besoin de toi ! »

« Tu vas la fermer oui ?! »

Hurla quelqu'un en ouvrant sa fenêtre, je le foudroyait du regard. Je pris la plus grand inspiration que je pouvais, s'il ne voulait pas se réveiller il fallait utiliser la manière forte.

« Véto !!!! Si t'es pas un clodo, lève ton cul pour soigner mon poto !!!! »

« Mais tu es complètement con ma parole? »

« Y a des gens qui dorment! »

Les plaintes étaient nombreuses, qu'importe. Si tous ces gens se réveillée, je suppose que le véto aussi ...
Etudiant
avatar
Messages : 226
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
244/300  (244/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 3 Juin - 16:19
Me réveiller ne demandait d’habitude pas de grands efforts à qui que ce soit. J’étais du genre à me réveiller en sursaut à cause d’une mouche, toujours aux aguets du moindre truc qui cloche. J’étais du genre craintif, et aux aguets. Je ne comptais plus le nombre de fois où Ikusa était arrivé chez moi la nuit pour me chopper et me trainer par le cou jusqu’au désert pour un entrainement nocturne au bistouri sur des types que je ne connaissais pas.
Mais là pour le coup, cet appart était génial. Dommage qu’il doive déserter dans deux mois. La vieille qui l’occupait d’habitude était partie un an à Hoto pour prendre l’air et le soleil, elle était un peu malade la pauvre et avait besoin d’une retraite tranquille. Du coup, comme elle était surveillée par les services d’espionnage, Rem avait eu vent de son appartement libre. Et il avait emménagé en scred. Et fallait bien le dire, c’était tout confort. Et peu de gens savaient qu’il créchait ici, du coup il avait la paix.
Ca manquait un peu d’espace pour Tenshi, mais au moins la vieille avait embarqué ses chats avec elle à Hoto, du coup il y avait pas conflit d’intérêt. En plus, le terre-neuve semblait bien aimer les réserves de bouffe qu’elle avait laissées derrière elle. Quand on ne mettait pas la main sur des steaks, c’était bien pratique pour le nourrir, le bestiau.

En tous cas je dormais à poings fermés. Quand un taré tenta d’enfoncer ma porte. Enfin, c’est comme ça que je le perçus au réveil. Je compris le malaise quand j’eus finis d’émerger, et que je saisis enfin l’intelligible dans ses paroles. Apparemment, il me traitait de clodo. Il n’avait pas tout à fait tort. Et il me traitait de véto aussi. Je cherchais un moment la signification de cette insulte avant de me rappeler de la pancarte sur la porte. Ah bah oui, j’étais bien vétérinaire. J’avais tellement peu de clients la nuit, jamais en fait, que je l’oubliais dès que je fermais l’œil. Rien que le mois dernier, j’avais eu trois clients. Enfin clients, je faisais ça pour presque rien la plupart du temps, les gens payaient juste les médicaments que je volais. Une mamie m’avait ramené une tarte à la fraise une fois pour compléter la petite note. Et un type louche m’avait dit que ses bros ne toucheraient jamais à mon quartier sans me demander mon avis. Jamais entendu parler d’eux, donc ça devait être vrai.
En tous cas, j’enfilais rapidement mon sweat à capuche par-dessus mon torse nu, ne prenant pas la peine de faire quelque chose pour mon bas de pyjama à rayures à moitié déchiré, qui me trainait sur les jambes. Au moins il maintenait une certaine décence : c’était rare que je ne dorme pas à poils.

Je me fais les escaliers au petit trot pour me réveiller un peu les muscles, et j’ouvre la porte. Je suis un peu surpris, ça hurle pas mal dans la rue. Un vrai concert de rock.
Je suis un peu étonné de reconnaitre le jeune homme dont Tenshi avait interrompu le repas l’autre coup au restaurant. Mais bon, le monde est petit comme on dit. Tout en baillant, j’ouvre la porte en grand et je lui désigne le local à côté des escaliers.


« Viens, restes pas là, allonge ton poto sur le divan, je vais me laver les mains j’arrive. »

Je fus parti à peine deux minutes. Mes mains sentaient le savon et l’antibactérien. Les locaux ne payaient pas de mine aussi, mais on voyait bien qu’il n’y avait aucune trace d’impureté. Y’a plein de choses sur lesquelles je déconnais, et j’avais pas de licence, mais bon, la santé des potos, ça je déconnais zéro avec.
Je regarde le poto en question. Un renard au pelage noir. Tenshi aboie brièvement pour m’avertir d’un truc. Je me retiens de grimacer : non seulement c’est un animal rare chez un vétérinaire, mais en plus c’est un Kyuchiose. Comme si Sham avait pu comprendre Tenshi, je me sens obligé de me justifier :


« Sham c’est ça ? T’en fais pas, même si ton ami est un Kyuchiose, fondamentalement sa physionomie est la même que celle de l’animal auquel il ressemble. Je suppose que l’état est récent ? Qu’est-ce que tu as remarqué comme symptômes ? Le moindre détail anodin peut être important. »

« Heu ... Oui c'est ça, tu es Rem du restau c'est ça ? ... Qu'importe. Bha hier il allait bien, je suppose que c'est de cette nuit. Je pense pas qu'il ait mangé un truc bizarre, ou en tout cas j'ai rien vu. Il a de la fièvre, fin je crois, il est super chaud en tout cas. Il tremblait durant la nuit aussi et puis il respire bizarrement. Comme moi quand j'ai un rhume, comme si y avait un gros glaire au fond. L’huître quoi. Il a pas beaucoup bu hier je crois ... Mais il allait bien. Je comprends pas. C'est grave véto ? »

Tout en parlant, je procède aux réflexes habituels, et je suis les indications de Sham. Il respire fort. Je passe les doigts au niveau de sa gorge.

« Je ne pense pas que ce soit grave. Les symptômes sont assez banaux, c’est juste leur agencement qui est un peu étrange. Il a la gorge enflée, elle doit être irritée. Ca explique la respiration saccadée et la difficulté à respirer correctement. »

Quant à savoir ce qui causait ça …

« Au fait désolé que Tenshi ait interrompu ton rencard l’autre jour. J’espère que ça s’est bien passé pour toi quand même … »

Clin d’œil. Au premier coup d’œil, le renard n’avait rien de très grave. Je ne savais pas exactement ce que c’était, mais aucun symptôme n’indiquait une mort imminente, donc je me permettais de tenter de détendre un peu Sham, qui semblait particulièrement stressé.

« La fièvre n’est pas vraiment la cause de tout ça. Elle indique juste que son organisme est en train de lutter contre ce qui l’agresse. Il est chaud, mais on n’atteint pas un point critique, donc il s’en sort plutôt bien. Si je trouve rapidement ce qu’il a et que je lui donne un coup de pouce, il se remettra bien. »

J’avais quand même l’impression de manquer un détail. Parce qu’un mal de gorge, ça ne causait normalement pas une telle fièvre.

« Attends une minute … »

Je soulevais délicatement la paupière du renard pour inspecter l’œil au-dessous. Il ne dormait pas. Il était plutôt dans une sorte de transe à moitié comateuse. Je souris.

« Je l’ai. Tenshi, tu as ramené mes herbes ? »

Le chien faisait des allers-retours depuis quelques minutes, entre le haut et le bas de l’appartement. Il ramenait tout un tas de sacoches et de quincaillerie. C’était son rituel à lui pendant que j’auscultais : la plupart du temps, il en ramenait un peu de trop. Non, tout le temps en fait. Mais au moins, j’avais toujours ce qu’il me fallait sous la main avant de le demander.
J’attrape un petit bol et un pilon, puis quelques tiges qui sentent assez fort. L’odeur était facile à reconnaitre : c’était de la menthe. Avec ça, quelques autres plantes dont je ne me souvenais même plus du nom. J’enlève les fleurs sur certaines, les feuilles sur d’autres, ou encore les tiges, bref je sépare les herbes comme elles m’intéressent. Et je pile le tout dans le bol. Tout en procédant, je tends une bouilloire à Sham.


« Tu saurais me faire chauffer de l’eau ? Y’a un poêlon juste là-bas. Tu le poses juste dessus c’est pas compliqué. »

J’aurais pu le faire moi-même bien sûr, mais ça le détendrait sûrement de faire un truc. En attendant que l’eau ait chauffée j’explique à Sham ce qui se passe. Le pauvre, il doit mourir d’envie de savoir.

« C’est une maladie plutôt rare dans ce monde, mais dans le monde des Kyuchioses elle est plutôt courante, surtout chez les canidés et les félins. Elle a plusieurs noms très compliqués que je ne connais pas, mais on peut l’appeler plus simplement ‘fièvre Kyuchiose’. On a longtemps pensé qu’elle frappait au hasard … mais une accumulation de choses peut expliquer son apparition. Stress, fatigue, efforts, le tout de façon trop intense et sans suffisamment de repos fini comme ça. Ce n’est pas grave en soi, mais là, ton ami est dans une sorte de transe. En gros son organisme expulse lui-même tout ce qui ne va pas et on ne peut pas faire grand-chose. C’est un peu comme s’il se faisait une sorte de cocon pour se régénérer. C’est impressionnant, et pas très agréable pour lui, mais pas du tout dangereux. »

J’attrape l’eau chaude et je la verse sur les plantes. J’inspire doucement, ca sent vraiment bon. J’adore cette recette. Même si c’est un médicament, c’est vraiment top.

« Cette potion à base de menthe est une vieille invention du clan Inuzuka. Un ninja inquiet pour son invocation, comme toi aujourd’hui, a un jour frappé à la porte du clan pour qu’ils la soignent. Et ils ont inventé cette petite merveille. Elle ne guérit pas, mais elle rend l’expérience de récupération moins désagréable pour l’invocation. Et un peu plus courte aussi, normalement d’ici deux heures, si on le laisse respirer cette potion dans une pièce hermétiquement fermée, ça ira mieux. Le truc c’est que le mélange a un étrange effet aphrodisiaque sur l’être humain quand on y reste exposer trop longtemps. »

Je lui désigne les escaliers.

« Si on reste ici tous les deux on risque de coucher ensembles sans le vouloir. Je peux te servir quelque à boire si tu préfères attendre en haut. T’en fais pas pour lui, Tenshi peut rester ici pour le surveiller sans risque. Il est sûr : je suis Chuunin et je n’ai jamais battu Tenshi en combat singulier, le garde du corps idéal ! Et lui il ne subit pas les effets de la fumée. »
Chuunin
avatar
Messages : 175
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
159/300  (159/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Juin - 12:53
La tête du véto me disait quelque chose mais j'étais bien trop stressé de l'état de Tak. Il ne lui avait pas fallu bien longtemps pour arriver jusqu'à la porte d'ailleurs. Il faut dire que je tambourinais comme un malade. L'endroit n'était certes pas top, mais déjà le fait qu'il vienne m'ouvrir à une telle heure montrait bien qu'à défaut d'avoir des compétences dans le domaine il aimait les animaux. Je tentais de me rassurer comme je pouvais. Les doutes sur l'endroit disparurent rapidement, oui c'était une sorte de stricte minimum mais c'était nickel chrome sur la propreté. Même pour lui, ses mains sentaient le désinfectant. C'était suffisant pour m'ôter des doutes mais non pour me rassurer.

Le jeune homme me questionnait sur ce qui arrivait à Tak. C'est en posant les yeux sur lui plus d'une demi-seconde que je le reconnue. C'était le type qui s'était volatilisé au restaurant après que son senseï ne soit arrivé. Comment s'appelait-il déjà ? Ha oui, Rem. Et l'autre barge c'était Ikusaï, le type qui avait plus l'air d'un barbare que d'un shinobi. Pour le terre-neuve si je ne me trompe pas c'était quelque chose comme Tenshi ... J'avais la chance d'avoir une telle mémoire, après tout c'était bien une des seules choses que j'avais entraîné durant ces quasis cinq années avec le fuinjutsu et un peu le ninjutus.

J'avais répondu du mieux que je pouvais sur l'état du renardeau. C'était nouveau pour moi, c'était la première fois que je le voyais malade. A vrai dire, je ne savais même pas qu'un Kyuochiose pouvait l'être. J'écoutais avec attention ce qui suivait, il m'expliquait ce qu'il pouvait déjà voir sur l'état de mon ami.

Apparemment il avait l'habitude des gens stressés. Ce changement subit de discussion m'avait déstabilisé. Après tout, jamais je ne me serais attendu à un tel sujet dans un cas comme celui-ci.

« Mais ... Mais ... » dis-je en m’empourprant « C'était juste un repas entre amis t'en fait pas ! Rien de plus je t'assure ! Et puis même, elle est trop vieille pour moi. J'ai que quatorze ans ! »

Je me plaisais à dire cet âge, j'avais l'impression en le prononçant que mes années de cave n'avaient jamais existaient.

Rem était plutôt confiant sur l'état de Tak. Il semblait être bon mais j'avais tout de même un léger doute. Comment pouvait-il savoir que tout irait bien sans savoir ce que le renardeau avait ? Après tout c'était peut-être même un mal qui ne touchait que les Nogitsunes. Comment pourrait-il connaître ça ? Ou alors une malade qui est bien plus grave chez eux que chez un simple animal. Alors que je m'apprêtais à lui demander s'il en était certain, il eut comme un éclaire de lucidité. Soulevant l'une des paupières de Tak, de là tout s'accélérait. On sentait qu'il maîtrisait le sujet, tout doute s'envola. Rem pillait différent ingrédients apporté par Tenshi, qui faisait des allers retours à toute allure. C'est les voisins qui allaient être content de tout ce remue ménage. Et puis c'est moi qui fut envoyer préparer quelque chose. Juste chauffer de l'eau ? C'était dans mes cordes. Je répondis d'un simple mouvement de tête. Ca me faisait plaisir de pouvoir participer au rétablissement de Tak.

Je me trouvais maintenant à côté du poêlon, la bouilloire posée dessus attendant que l'eau ne chauffe.

« C'est comme pour le thé ? Il faut une température idéeale ? »

L'Inuzuka m'expliquait ensuite ce qui pouvait causer cet état chez un Kyuochiose. Je me sentais mal ... Etait-ce de ma faute ? Peut-être lui en demandais-je de trop ... Et si c'était dû au fait qu'il ne retournait pratiquement jamais dans son monde. Si c'était le cas pourquoi n'était-il pas tombé malade avant ?

« Tu es sûr que ce n'est pas si grave que ça ? Je veux pas remettre tes connaissances en doute hein. Mais Tak est tellement différent des autres Kyuochioses que je me demande parfois même s'il en est réellement un. Ca peut être dû au fait de ne fréquenter pratiquement que notre monde ? Il faut faire quoi pour que ça n'arrive plus du tout ? L'envoyer plus souvent chez lui ? L'obliger à dormir avant une certaine heure ? C'est bizarre il a jamais eu ça et pourtant ça fait si longtemps qu'on est ensemble. Peut-être que je devrais le porter encore plus que je ne le fais. Il aime pas trop marcher du coup ça ferait d'une pierre deux coups. »

J'étais encore tellement stressé que je lançais des idées à tout va. Une fois l'eau prête, je la passais à Rem. Il semblait tellement savoir ce qu'il faisait que je ne pus que me rendre à l'évidence que Tak était dans un bon état et qu'en agissant comme ça je ne faisais qu'envoyer des sortes de mauvaises ondes à mon ami. J'étais même soulagé par ces paroles. Il allait aller rapidement mieux, juste quelques heures rien de plus.

Je m'apprêtais à aller à son chevet, comme il l'avait toujours fait depuis que je me souviennes. Les paroles du chuunin me stoppèrent rapidement. J'aimais Tak mais pas au point de finir dans le même lit qu'un autre homme. Ou alors était-ce une ruse pour que je ne stresses pas trop Tak ? A vrai dire je ne voulais pas réellement savoir. Je préférais faire confiance à Rem.

« En tout cas merci beaucoup Rem et toi aussi Tenshi. Je me demande ce que j'aurais fait sans vous. Et je prendrais bien un soda si tu as. Ou un simple verre d'eau m'irait tout aussi bien. »

Je ne manquais pas de passer près de Tak histoire de lui donner un peu de réconfort en passant ma main sur son pelage. Je fis tout de même attention de ne pas trop m'approcher du pot et de ne pas rester trop longtemps. Si Rem disait vrai je préférais faire au plus vite. Je me surprise même à monter les marches quatre à quatre. Peut-être que ça faisait effet que en très peu de temps. Mieux valait prendre toute ses précautions. Si j'avais pu j'aurais même longé les murs histoire d'être certain à cent pour cent.

« C'est quand même fou de connaître aussi bien la médecine animale. Tu la pratiques depuis longtemps ? Et comment ça se fait que tu connaisses aussi bien les maladies Kyuochioses ? Simplement à cause du gars d'on tu m'as parlé ? »

Je jetais un coup d'oeil à une la pendule du salon. Déjà cette heure-là ?

« En tout cas je suis vraiment désolé de te réveiller aussi tard dans la nuit mais je ne savais pas du tout quoi faire. C'est la première fois que je vois Tak malade ... En tout cas ça a l'air de bien payer d'être chuunin vu ton appart'. »

Une question me titillait les lèvres mais je n'osais la poser. Est-ce que les choses avaient tellement changé en cinq années qu'il n'était pas rare de croiser un Inuzuka démuni de ses crocs ? C'était étrange ... Comme si le clan ne cherchait plus à respecter ses traditions. Peut-être que le fait qu'il se trouve aujourd'hui vers Yuki, du coup les membres du continent n'avaient pas la chance d'y aller ... Mais c'était tout de même étrange pour un si court laps de temps.
Etudiant
avatar
Messages : 226
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
244/300  (244/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Juin - 18:24
Nous montons les escaliers quatre à quatre. Ce n’était pas vraiment que nous étions pressés ou avions peur de cette fameuse pièce enfumée, hein. Plutôt que nous n’avions pas envie de faire des choses bizarres et … Ah ben si, on avait peur de la fumée. C’était quand même curieux quand on le savait, de voir à quel point un simple alliage de plantes pouvait changer les signaux chimiques et la personnalité par la même occasion, dans le corps humains. Comme quoi, on pouvait être un shinobi d’exception comme un simple paysan, ils étaient les mêmes face à quelques feuilles dans de l’eau chaude. Ca frisait le ridicule, même. Assez pour remettre un peu en place n’importe qui quand il se laissait corrompre par la soif de pouvoir. Et pour m’inciter à ne pas me prendre trop au sérieux au quotidien. Quand on est témoin de ce genre de phénomène, on réalise à quel point on a tort de se croire supérieur à qui que ce soit. Pouvoir vaincre quelqu’un au combat ne signifie rien, on a quand même tous des faiblesses communes.
C’était à cause de ce genre de réflexion que je m’entendais si mal avec la communauté shinobi dans son ensemble. Et avec mon senseï en particulier. Il était plutôt du genre à ne jurer que par la force brute, et à ne pas s’empêtrer dans les considérations métaphysiques. Pourtant, à sa manière, c’est-à-dire comme bourreau bien méchant, il savait bien que les humains étaient tous faits du même bois et étaient identiques face à certaines choses.

Tandis qu’on monte, Sham me fait un petit numéro de culpabilité. Je me demandais si c’était vraiment la cause de la fièvre Kyuchiose. Ca avait dû jouer un peu, évidemment. La fatigue ne venait pas de n’importe où. Mais quand même. Il en fallait une grande quantité pour la provoquer, c’était sans doute un peu plus compliqué que ça.


« Je ne sais pas. Les causes réelles de cette fièvre ne sont pas connues. Enfin, pas que je sache en tous cas. Il y a peut-être une famille de Kyuchiose médecins qui les connaissent, quelque part, mais en tous cas ça n’a jamais atteint notre monde. Ou alors personne n’en a parlé. Mais elle est assez rare malgré tout, et certains ninjas en demandent bien plus à leur invocation que toi, sans jamais qu’elles l’attrapent. En plus, ils peuvent aussi l’attraper dans leur monde. C’est une sorte de tout, je suppose. De la fatigue accumulée pendant des années. Tu ne devrais pas t’en vouloir autant : ça ne se reproduira pas avant longtemps. C’est une sorte de mécanisme de régénération d’urgence, il faut vraiment cumuler beaucoup pour que ça se produise. »

Un soda du coup ? Est-ce que la vieille en avait seulement ? Je parcours les différents placards, à la recherche de quelque chose qui y ressemblait. Bingo. Une bouteille de whisky cachée. Ca devait être le trésor de la vieille, si elle l’avait aussi soigneusement dissimulée. Parfait, ça ferait bien l’affaire pour … Ah ben non. Sham devait être jeune vu son allure. Peut-être même pas majeur, ça ne se faisait pas de l’inciter à boire. C’était irresponsable.
Hein ? Moi ? Responsable ? Depuis quand ? Allez zou, c’est parti pour le whisky. Je déniche un truc qui ressemble à de l’eau pétillante au passage. Pas fou, mais avec un fond d’alcool ça passera bien. Ou alors … Mais oui ! J’avais encore des fonds de bouteille un peu partout. J’allais me garder le whisky pour plus tard et faire ça plutôt.
J’attrapais tous les fonds de bouteille et les assemblait dans une même bouteille vide. Histoire d’avoir un truc à moitié plein, que je secouais joyeusement.
Ouais, mais Sham avait dit verre d’eau non ? Je me sers allègrement un bon gros verre de ce cimetière d’anthologie, puis je lui tends un verre et lui montre les deux bouteilles.


« Tiens, ça c’est un mélange sympa mais je te force pas hein. J’ai aussi de l’eau pétillante, là. Mais moi j’ai besoin d’un truc un peu plus costaud. »

Tout en parlant, je vais dans le frigo et je lance un poulet à Tenshi. Oui, oui, un poulet. Entier. C’est l’heure de son en-cas de la nuit. Quand Tenshi ne dort pas, il a besoin de forces pour ne pas être pénible. Et j’avais tout sauf envie qu’il le devienne. Sham pose ensuite une question assez bizarre, pendant que je contemple avidement mon verre, l’air très content de moi. Où est-ce que j’avais appris à pratiquer la médecine ? En fait, je serais probablement assez mauvais pour soigner un humain. C’était vraiment la médecine animale qui était mon truc. En tous cas, c’était pas mon crétin de père qui m’avait appris ça … C’était pas ce genre d’Inuzuka.

« En fait j’ai grandi loin du clan, et mon père n’a jamais été très ‘traditionnel’. Du coup quand je suis devenu ninja, j’ai dû apprendre à soigner Tenshi moi-même. Autodidacte si tu préfères. Je suis incapable de nommer la plupart des maladies. Par contre, j’ai piqu… emprunté quelques bouquins à un vieil co… euh, un vieil homme du clan, quand je suis passé le voir. Du coup, j’ai appris pas mal de choses dans les livres aussi. C’est pas si impressionnant que ça en a l’air. Quand on a pas le choix, on s’adapte. »

Je descends d’un trait le verre. Ca faisait du bien. Un bien fou même. Avec un hoquet et les joues légèrement rosées, je pose à mon tour une petite question qui me trottait dans la tête :

« Tak est tout le temps avec toi si je comprends bien ? C’est étrange venant d’un Kyuchiose. Vous semblez avoir un lien très fort. Mais je savais pas que les Kyuchioses pouvaient s’entendre autant avec les humains. Pour moi, l’entente a toujours reposé essentiellement sur un pacte. »

Je crois que l’alcool me monte un peu à la tête. Tout en parlant, je retire mes sandales pour me mettre pieds nus. Que ce soient les doigts comme les orteils, j’ai passé des années à les muscler. Vous allez comprendre bientôt pourquoi je vous dis ça et … Et voilà. Je suis suspendu à la force des orteils à la lampe qui pendouille du plafond. Heureusement pour moi, elle est plutôt du genre solide. Je pendouille quand même dangereusement. J’ai pas de nausées, c’est bon signe. Le balancement m’aurait averti assez violemment si j’avais trop bu.

« Bien payer ? Ahaha ! Non pas vraiment. Y’a que les missions qui paient vraiment en vrai. Et j’en fais pas beaucoup … Seulement le minimum. L’appart c’est pas le mien, c’est un emprunt. Faut pas le dire, mais je suis un espion ! C’est le service d’espionnage qui me l’a filé ! »

Je pendouille jusqu’à la table et l’attrape pour m’enfiler un second verre.

« Héhé. Un espion. Trop bien. »
Chuunin
avatar
Messages : 175
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
159/300  (159/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Juin - 21:50
Apparemment l'état de Tak n'était pas réellement de ma faute. Je ne pouvais tout de même pas m'empêcher de penser que je n'y étais pas pour rien. Il s'était passé tellement de choses ces derniers jours ... Même moi j'étais un peu sur les rotules, 'fin pas à ce point, juste un peu crevé quoi. Pas dans mon assiette. Je m'installais dans un fauteuil en attendant que Rem termine de servir les verres. Il prenait un peu de temps d'ailleurs. Mais qu'est-ce qu'il pouvait foutre avec cette bouteille vide. De ma place je ne pouvais pas suivre la totalité de ses mouvements, il semblait juste verser pas mal de choses dedans. Il revint au bout d'un moment, deux verres à la main.

« Merci beaucoup. »

Un mélange sympa ? Qu'est-ce que ça pouvait être. Je portais le verre à mon nez tout en faisant semblant de boire. Ni une ni deux j'éloignais le verre, bordel qu'est-ce que ça pouvait puer ce truc. C'était juste un concentré de différents alcool ou quoi ? Je trempais mes lèvres histoire de ne pas paraître impoli. J'aurais mille et une fois préféré un verre d'eau pétillante.

Est-ce que tous les compagnons d'Inuzuka avaient cet appétit ? Mais qui surveillait Tak si lui était là ? Bordel ! Tu parles d'une surveillance sans faille ! Peut-être qu'il n'avait jamais réussi à faire bouger son chien, mais lui n'avait aucun mal pour monter les escaliers en tout cas. Je posais le verre sur la table de salon et fit apparaître un clone.

« Il faudrait que tu descendes veiller sur Tak. Si jamais il y a le moindre problème, fait toi disparaître et je saurais quoi. »

« Ouai ... Est-ce que moi je te demande de te planter un kunaï dans ton coeur au moindre problème ? Tocard va. »

J'avais l'habitude maintenant. Je m'entendais bien avec mes clones mais il y avait toujours cette histoire ADLDC ... L'Association De Libération Des clones. Ils y tenaient à cette histoire ... Il descendit tout de même les marches histoire de garder un oeil sur notre ami.

Je reportais mon attention sur Rem tout en récupérant mon verre et en y trempant mes lèvres. Un frisson parcouru mon corps. C'était vraiment dégueulasse. Comme je m'en doutais les Inuzukas n'avaient plus réellement de lieu de ralliement depuis que Yuki était inaccessible. Ou alors, c'est juste la famille de Rem qui avait décidé d'habiter loin des leurs. Je souris à chacun des lapsus qu'il avait manqué de laisser passer.

Comment faisait-il pour ingurgiter cette crasse en si peu de temps. Histoire de voir si j'en étais capable je bu une gorgée entière. Toussant comme jamais, je manquais à deux reprises de laisser tomber mon verre. Rouge pivoine, ce goût ignoble, ma gorge était en feu, les larmes aux yeux.

« Mais tu as mis quoi là-dedans ? »

J’essuie du coin de mes manches ma bouche, elle aussi est en feu. Ce truc est juste ignoble mais je ne peux pas me permettre de prendre un verre d'eau. Trop bien éduqué pour ça. C'est comme quand on nous sert une assiette, il faut en laisser juste un fond, ni trop peu ni de trop.

A la vue de l'Inuzuka retirant ses chaussures je prend subitement peur. Et si jamais les émanations de la concoction étaient finalement arrivée jusqu'ici ? Je m'enfonce un peu plus dans mon siège tout en écoutant Rem. Je bois une mini lampée, c'est pas bon mais au moins ça me fait pensé à autre chose. Il semble retirer que ses sandales ... Je croise les doigts en buvant. Ouf il ne va pas plus loin ! Mais qu'est-ce qu'il fait ? Je lui répond tout en le suivant du regard interrogateur.

« Heu, ouai c'est ça. On s'entend vraiment bien Tak et moi. Et oui, Tak est tout le temps dans notre monde, c'est très rare quand il retourne dans le sien, juste quand moi j'y vais ... 'Fin, ça lui arrive de temps en temps d'y aller seul. Moins maintenant, je me demande bien pourquoi d'ailleurs ... Je trouve ça dommage de se limiter juste à l'entente du pacte. Après tout, si on les choisit c'est pas pour le combat, ils ont des choses à nous apprendre, plus qu'à nous apporter au front. 'Fin je trouve, c'est comme ça que je les vois. Pour moi ce sont mes amis. »

Pourquoi il se suspend au lustre ? Je jette un coup d'oeil à mon verre. Non, l'alcool ne permet pas de voir des choses qui n'existe pas ... Ou alors il me faudrait une bien plus grande dose. Nouvelle lampée avec la quelle je manque de m'étouffer. Un espion ? Il pouvait pas être sérieux là ... Comment pouvait-il en être un ?

« Hahaha, drôle d'espion que celui qui se vend tout seul ! »

J'étais pas sérieux, j'allais dans son jeu ... D'ailleurs je ne vois pas ce qui pouvait être d'autre. Un appartement emprunter ... Il y avait sa salle d’auscultation en bas et il semblait pouvoir en tenir une ici. Il cherchait sûrement encore à me changer les idées.

« Héhéhé, tant qu'on est sur les confidences moi je fais partie de l'Aile du Phénix. »

J'explose de rire, les joues légèrement rougie par l'alcool. Ce jeu est plutôt amusant et finalement ce breuvage n'est pas réellement mauvais. Il a un petit arrière goût mais sans plus.

« Je peux ? » demandais-je en tendant mon paquet de cigarettes, s'il en voulait une il n'avait qu'à piocher dedans « C'est chouette d'être espion apparemment. On a droit à avoir son propre appart' gratos. Si seulement l'Aile faisait la même chose ! »

Histoire d'être un peu plus dans mon personnage, je levais mon verre en prononçant de belles paroles.

« Gloire à Shousan! Mort à l'E ... Ouai nan là je vais trop loin. »

Je bus une nouvelle lampée du breuvage. Nouveau frisson ... Ce truc était magique, à chaque fois que j'en bois il est meilleur.
Etudiant
avatar
Messages : 226
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
244/300  (244/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Juin - 20:57
Je n’avais même pas fait le lien entre la présence de Tenshi et le fait qu’il ait laisse Tak tout seul en bas. Même quand Sham fit son clone, cela me parut naturel, si bien que je ne percutais pas. Je m’en souviendrais après la soirée, et je chambrerais Tenshi. Mais pour le moment, rien de très urgent. De toute manière Tak était pour ainsi dire hors de danger. Même s’il ne l’avait jamais réellement été. Et puis même si le quartier ne payait pas de mine, il ne craignait pas vraiment. C’était même plutôt tranquille, surtout la nuit. Il y avait beaucoup de petits vieux, et les ruelles n’étaient pas des repaires. Surtout depuis que j’avais soigné le molosse du chef de gang local. Il avait clairement fait en sorte que les embrouilles s’éloignent de la zone. C’était un petit peu ma BA de l’année, d’avoir rendu le coin plus serein.

C’était inhabituel, la façon dont Sham parlait de ses invocations. Des amis hein ? Quand je pensais aux oran-outangs, j’avais du mal à me dire qu’on était ‘amis’. Alliés, oui. Potes, pourquoi pas. De là à les appeler mes amis, c’était quand même différent. Même si on avait fait un bout de chemin et casser la croûte ensembles, quelque part, la différence entre nos espèces nous tenait un peu éloignés. Ou alors c’était moi ? Après tout, Tenshi était mon ami donc ce que je disais n’avait aucun sens. Ouais, ça devait être moi le problème. Difficulté à m’attacher, ou un truc dans le genre. Aucun intérêt, tant que chacun y trouvait son compte dans la situation actuelle c’était déjà pas mal. Les réflexions trop poussées, je laissais ça aux idéologiques qui se tabassaient à longueur de journée et se déclaraient la guerre pour un oui ou pour un non. Tout ce qui m’intéressait c’était de tirer mon épingle du jeu et de survivre. Le temps d’avoir mes réponses. Et toutes ces activités me prenaient déjà suffisamment de temps pour que j’ai en plus le loisir de me soucier des autres.

La suite de la conversation, tandis que j’étais tranquillement pendu au lustre, était plus intéressante. Alors Sham faisait partie de l’Aile du phénix ? C’était l’alcool, une blague, ou la vérité ? Dans le doute, je me dis que ça pouvait bien être vrai. Pourquoi pas après tout ? Je ne savais rien de lui, il pourrait tout aussi bien être venu pour me recruter avec l’excuse de la fièvre Kyuchiose. Ou alors c’était une coïncidence. J’adorais les coïncidences.


« Sérieux tu fais partie de l’Aile ? Et tu n’as pas peur de le dire à un espion ? Je sais bien que je suis pas le plus fameux, ni le plus discret mais … »

Je fais quelques mouvements de balancier. Ca en deviendrait peut-être hypnotique. Peut-être que je devrais y songer … « Ninpo, technique du lustre ivre ! », ça avait quand même pas mal de gueule quand on y pensait. Et puis, quitte à ce que les singes m’aient appris à faire des acrobaties si bien qu’elles étaient devenues un réflexe … Autant que ça soit utile.
Je fais un saut périlleux pour me retrouver à côté de Sham.


« Tu sais, les gens ont des idées reçues sur les espions. Comme quoi ce sont des gens discrets que personne ne remarquent. Le genre très secret, paranoïaque, et qui ne néglige pas le moindre détail. Mais j’ai une conception différente du métier. Même si tout le monde sait que j’en suis un, c’est pas grave. Ma zone de prédilection, c’est les rues. Et quand je me trimballe dedans tout le monde sait qui je suis, mais ils me font quand même des confidences. Parce que mon job c’est de prendre la température du peuple, de faire remonter quand ils sont mécontents, ou de fermer ma gueule quand tout se passe bien. Être espion c’est pas seulement sauver des princesses en détresse. »

Je rote. Oups. L’alcool doit commencer à faire un peu effet. Je fais un signe de la main pour m’excuser vaguement, mais sans grande conviction. Je m’en fichais un peu.

« On va pas se mentir, les princesses c’est toutes des pétasses. Je préfère venir en aide à mademoiselle tout le monde. Elle me récompensera pas avec des diamants, mais au moins j’aurais pas vendu mon âme à qui que ce soit pour une poignée de pièces. »

Avec un sourire j’ajoute :

« Mais bon si tu bosses pour l’Aile tu dois savoir ça, hein ? »

Soudainement, je redeviens plus sérieux. J’ai toujours rêvé de rencontrer un membre de l’Aile du phénix : j’ai tellement de questions à leur poser !

« Mais sinon, tu vis comment tout ça toi ? Tu sais, les attentats, les civils qui meurent au nom de la cause … Tu fais avec ? Ou tu te sens coupable, mais tu te dis que c’est pour une noble cause. Je juge pas hein, on a tous des loisirs. Mais quand même, les bombes et les assassinats ça doit peser un peu à force, j’imagine. Moi j’en aurais gros sur la patate si je vivais comme ça. »

Je m’enfile un autre verre. Ma tête tourne un peu, mais je suis encore d'attaque.

« Après, c’est peut-être aussi parce qu’à part moi, et Tenshi bien sûr, rien ne compte pour moi. Mais tant de gesticulations pour une cause ou une autre … Je suis quand même curieux de savoir si ça vaut la peine de faire tous ces efforts pour ça. »
Chuunin
avatar
Messages : 175
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
159/300  (159/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 11 Juin - 18:00
Jamais je n'aurais cru que ça marcherait aussi bien. Je croyais avoir suffisamment appuyé sur un côté un peu humour pour qu'il comprenne que je ne faisais pas du tout partie de l'Empire. Ou alors il blaguait peut-être lui aussi. Continuant sur sa lancée ... C'était possible. Ou alors tout simplement c'était l'alcool qui le mettait dans cet état. J'en avais aucune idée et à vrai dire je commençais à me sentir un peu mal, peut-être que ce mensonge avait été un peu trop loin.

S'il était vraiment un espion il ne devait pas réellement être bon. Déjà pour se balancer comme ça, sans que rien ne soit demandé, aucune menace, juste pour le plaisir de le dire. C'est surtout ce point qui me faisait penser qu'il rigolait. Je posais mon verre, décidant de ne plus boire une goutte dedans. Mon ventre commençait déjà à ne pas trop supporter cet ignoble mélange.

Je n'aimais pas trop le savoir juste à côté de moi. Surtout en ayant dit ça, si jamais ce n'était pas réellement de l'humour ... Chercherait-il à m'arrêter ? C'était peut-être pour ça qu'il s'était rapprocher. Hum, je devais avoir l'air le plus naturel possible. Si Tak n'avait pas besoin d'un peu de convalescence je serais déjà parti illico presto.

« Je saurais pas te dire si les princesses c'est toutes des ... 'Fin voilà quoi. J'en ai jamais rencontré et j'ai jamais dû en sauver. Mais je suppose que c'est comme dans tout non ? Ca dépend de la personne. »

J'arrivais pas à comprendre comment on peut être espion quand tout le monde est au courant. Les langues doivent se lier à son approche ou alors raconter totalement n'importe quoi. Est-ce qu'il arrivait à avoir de véritables informations ? S'il était réellement espion, et qu'il occupait encore cette place je suppose que oui. Peut-être que sa stratégie n'était pas si mauvaise que ça finalement.

Je comptais lui dire que je ne faisais pas partie de l'Aile du Phénix, mais il me prit de court. Allant trop vite dans ses paroles. Je l'écoute tout en sachant pas réellement quoi faire, lui continue à boire. Si ça continue comme ça il ne tiendra plus sur ses pattes. Ca pourrait m'arranger, si jamais il tente quoi que ce soit contre moi je serais en mesure de riposter. Et vu son état il croira peut-être à un rêve ... Il faudrait que je nettoie en bas ... Quoi que non, il y a son chien et vu sa taille je veux vraiment pas me frotter à lui. Vaut mieux éviter qu'il continue à croire que je suis de l'Aile.

« Je suis vraiment désolé Rem. Mais je pensais que tu rigolais à propos du fait que tu es espion. A vrai dire je sais même pas si tu l'es vraiment ou pas mais moi je fais pas partie de l'Aile hein. C'était pour rire que je disais ça pour aller dans ton sens. Mais tu es vraiment un espion toi ? Je sais que tu viens de l'expliquer mais c'est quand même bizarre de le déclarer comme ça. »

J'étais un peu moins mal à l'aise, je sentais toujours un peu l'alcool dans mon sang mais rien d'extraordinaire. Ce n'était pas pour ce que j'avais bu que ça me mettrais à mal. 'Fin je crois pas ...

« Mais sinon, pour répondre à tes questions. Si je faisais partie de l'Aile je pourrais jamais vivre avec cette idée de m'en prendre à des innocents comme ils le font. Mais pour ce qui est des efforts, bien qu'ils soient pas du tout appliqué de la bonne façon, je suis pense que ça en vaut la peine. C'est toujours bien de se battre pour une cause ça permet d'avancer. »

« En tout cas t'es vraiment un shinobi très spéciale. J'en ai jamais rencontré des comme toi. Se dévoiler de cette façon sur ce qui est normalement secret. C'est bizarre mais pas dénué de sens. Je suppose que les gens autour de toi finissent par oublier ce que tu es. »

Je me lève moi aussi, toujours un peu peur qu'il tente quelque chose. Je bouge me déplace pour pouvoir m'éloigner de lui tout en regardant autour de moi histoire de faire mine de rien. Je ne voulais pas qu'il remarque que je tentais de tenir mes distances.

« Sinon, je me demandais. C'est peut-être un peu indiscret je te l'accorde mais je sais pas envie de demander. Avec Hanaki. Tu te souviens ? C'est l'Inuzuka qui était avec moi au restaurant. On se demandait comment ça se fait que tu n'as pas de marque comme le reste des membres du clan ? »

Je marquais un petit moment de pause ... Oui, c'était une bonne occasion de jauger ce que les gens en pensaient ...

« Tu penses quoi de l'Aile toi Rem ? Tu les vois juste comme des terroriste ? Ou alors un groupe qui a peut-être des idées derrière la tête autre que de faire violence ? »
Etudiant
avatar
Messages : 226
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
244/300  (244/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 17 Juin - 15:41
Heureusement que je n’avais pas assez de fonds de bouteille pour faire plus de quelques verres de ce machin, sinon je me serais écroulé raide mort vu comme je l’avais descendu.
Mais bon, même si je tanguais un peu, au final ça allait plutôt bien. J’avais encore les idées à peu près claires. J’étais juste ‘bien’. Ou ‘très bien’ peut-être. Un verre d’eau pétillante bien sucrée, et je serais comme neuf. A peu près.
Je descendis du lustre, non sans une pirouette approximative. Décidément, ce stage chez les singes m’aura pas mal influencé. Quand je commence à être un peu ivre, je me conduis exactement comme eux gestuellement. Je commence même à avoir des petites mimiques. Au moins, je n’en étais pas encore aux bruitages et aux cris simiesques.

Sham se rétracte et me dit que, finalement, il ne fait pas partie de l’Aile du phénix. C’est vrai qu’avec le recul, se dévoiler comme ça devant un espion paraissait stupide. Il avait juste fait une plaisanterie alors. Dommage, j’aurais bien voulu en savoir un peu plus. Par curiosité. Et pour la paie que je me serais taper si j’avais eu l’identité d’un membre de l’Aile à vendre aux autorités ! Ca aurait été génial. Mais bon, il fallait bien se rendre à l’évidence : ça n’avait absolument aucun sens, c’était bien une simple blague.
En plus l’adolescent ne semblait pas fan du tout de ce groupuscule. Ca, c’était bien moins étonnant : ils n’avaient pas beaucoup de groupies. C’est un effet secondaire du terrorisme et du fait d’être incognito.

Je suis un espion un peu spécial. Ouais, il n’a pas tout à fait tort. C’était peut-être bizarre simplement parce que j’étais le seul espion à me ficher totalement d’avoir une couverture. Je n’avais jamais eu vraiment besoin de mentir sur mon métier, en fait, tout simplement. De toute manière personne ne me prenait vraiment au sérieux.

« Ouais, je rigolais pas, c’est vraiment ma discipline. Je sais bien que ça sonne faux, mais tous les espions ne se consacrent pas à l’espionnage et grande et due forme. Avec les faux papiers, le faux visage, et tout le bordel. La plupart en ont besoin parce qu’on leur donne des missions où ils en ont besoin. Moi on m’a juste assigné aux quartiers populaires en me chargeant de surveiller. Je n’ai pas vraiment besoin de me cacher, parce que je n’ai personne en particulier à épier. Je me contente juste d’être là et de rapporter les incidents et les problèmes. Donc les gens viennent parfois d’eux-mêmes me dire ce qui ne va pas parce qu’ils savent qui je suis. Parfois ils en rajoutent, ou ils en oublient. Mais une information incomplète reste une information, il suffit de déblayer derrière. Au moins, avec cette méthode, j’ai moins de boulot. Je n’ai pas à tout décortiquer, seulement à démêler. Et honnêtement, vivre une autre vie que la mienne ne m’intéresse pas. »

Je penche la tête sur le côté.

« Dans le fond ça fait peut-être de moi un mauvais espion. M’enfin, je m’en fiche un peu. »

Mes yeux se posent sur la pendule. Un quart d’heure à peine qu’on est remontés. Il faudrait encore un autre quart d’heure, au moins, pour que le produit ai pleinement fait effet et qu’on puisse redescendre. Le temps que tout soit dissipé. Tak ne serait pas encore réveillé, mais de toute manière il ne le serait pas avant demain. Mais au moins, Sham pourrait rester avec lui et même le ramener chez lui.
Autant tabler sur vingt minutes, histoire d’être bien certain que tout allait pour le mieux.
Tiens, d’ailleurs Tenshi avait disparu. Il était sans doute redescendu une fois son bout de viande englouti. Il avait bien raison : on fait toujours mieux son boulot le ventre plein. On l’avait eu tellement de fois vide qu’on se rendait bien compte de cette vérité !

Presque soudainement, Sham évoque le clan Inuzuka. Je ne m’y attendais pas vraiment, à cette histoire de marques. C’est si étrange que ça, ce genre de détail ? Je connaissais bien sûr la marque du clan, les fameux crocs marqués sur les joues. Des tatouages maintenant, du fer rouge à une ancienne époque. Chez certains on racontait que ça se faisait encore. Des traditionnalistes un peu fêlés sans doute. Mais moi je n’avais ni l’un ni l’autre. Ca s’expliquait bien : l’Inuzuka de mes parents, c’était mon père. En ligne directe. Il avait même dû vivre à Yuki, dans la demeure du clan, à une époque. Mais ça remontait à avant ma naissance, à avant qu’il rencontre ma mère. Et même à avant qu’il renonce à la voie de shinobi.
Du coup, même si j’étais à moitié Inuzuka, je n’avais même pas un demi-croc.

Je hausse simplement les épaules.

« Les Inuzukas traditionnels sont à Yuki. Sur le territoire de l’Empire, ce n’est qu’une famille éparpillée, à peine un clan. Ils partagent parfois une tradition ou deux, quelques techniques enseignées d’un parent à un enfant. Rarement tout le mode de vie. Et je n’échappe pas à la règle : je n’ai jamais vu la demeure du clan, je n’ai jamais eu les rites de passage du coup. Et mon père n’est pas ninja, même s’il a les gênes du clan. Du coup il s’en moque pas mal, de ces traditions-là. »

Le fameux Inuzuka banquier. Un flair pour la finance, mais même pas de compagnon animal. Ou alors peut-être en avait-il eu un ? De tête, je ne me souviens pas l’avoir jamais vu caresser un chien dans sa vie. J’ai toujours supposé qu’il n’aimait simplement pas les animaux. Après Tenshi était ma seule référence et il le considérait comme un ‘sac à puces’. Du coup j’étais peut-être pas tout à fait objectif sur le sujet.

« D’ailleurs Hanaki, elle, avait un croc. En vrai, c’est plutôt elle qui est rare. La plupart des Inuzukas que je connais ne les ont jamais eus. A part un ou deux très âgés. »

Tiens, au fait, Sham faisait-il partie d’un clan, lui ? Je ne me souvenais plus s’il m’avait donné un nom de famille quand on s’était rencontrés au restaurant. La mémoire courte pour les détails, c’était pourtant pas mon genre … Non, si je ne m’en souvenais pas, c’était sans doute parce qu’il ne me l’avait pas dit. Parce que ce serait logique : il me posait quand même une drôle de question. Juste de la curiosité ? Oui, probablement.

« Pourquoi tu me demandes ça ? Pour Hanaki ? Ou par curiosité ? »

Bah, oui, je n’arrivais pas à conclure moi-même sur les raisons, autant les lui demander directement. C’était quand même bien plus simple que de tourner autour du pot.

Je ne sais pas trop comment, mais la conversation revient vers l’Aile du phénix. Décidément, ce groupe terroriste semble attirer l’attention de Sham. J’en avais presque oublié qu’on l’avait évoqué, à partir dans un autre sujet. Mais lui semble s’y raccrocher. Je ne pense pas qu’il chercher à s’en rapprocher, il avait plutôt l’air de ne pas les aimer. Peut-être encore de la curiosité ? Ou alors il essayait d’en savoir plus pour les mettre hors d’état de nuire. Ou pour se faire payer. Après tout, les informations sur l’Aile se vendaient très chers. Il y avait au moins la moitié des espions et des enquêteurs qui en cherchaient activement justement à cause de ça. Même certains traqueurs ne pouvaient pas attendre qu’on pose des contrats sur eux et commençaient déjà à tâter le terrain pour être sûrs de flairer la proie en premier.
Fallait bien avouer que ça me tentait bien aussi. En ce moment, à part l’Eclair Blanc, c’était le moyen le plus évident de se faire un bon pactole. Mais difficile à dire si c’était plus ou moins dangereux que le premier candidat. Ce n’étaient pas des tendres, quand même.

« ‘S e seo sgudal. »

Ma voix semblait normale, mes yeux vacillaient un peu, comme pris d’un tremblement. Mais je ne m’en rendais pas compte : j’avais l’air tout à fait naturel.
Du coup, persuadé de parler comme d’habitude, je m’enhardis et je continue, d’une voix un peu blanche cette fois.

« Mhàin dhomh diofar dhomg. Chan eil ùine gu sgudal a ‘feuchainn ri thuisgsinn. »

Je sens que quelque chose ne va pas tout à fait bien, et je comprends enfin, sur la fin de ma phrase, que je ne parle pas la bonne langue. Qu’est-ce qui se passe ? Je fronce les sourcils. Et les rouvre presque aussitôt, en même temps que mes yeux. Pendant un moment, ils deviennent blancs, presque vitreux.
Je manque de tomber, mais je me rattrape in-extremis à la table.

« Ouh … désolé, c’est juste un vertige. L’alcool je suppose. »

Je secoue la tête et m’enfile un verre d’eau pétillante. Progressivement, je sens mes forces revenir et mon trouble se diluer. Je récupère mes facultés cognitives d’origine. Et je me redresse.

« Ca m’apprendra, tiens. Je disais donc que je n’ai pas d’opinion. Sur l’Aile, l’Empire, Shousan, aucun de ces sujets. Tout ça est bien beau, mais je ne cherche d’excuses à personne, je m’en fiche complètement. Ca va te paraître un peu égoïste j’imagine, mais j’ai à peine le temps de m’occuper de moi-même et de ceux qui m’entoure. Alors bon, essayer de voir grand, non merci. Qu’ils fassent ce qu’ils veulent. Je préfère œuvrer à ma propre survie et les laisser se chercher des raisons. »

J’ajoute avec un sourire entendu :

« Je préfère m’en tenir aux idées reçues. Ce sont des criminels, je suis un ninja. Si on me demande de les arrêter ou qu’ils sont devant moi, je réagirais en conséquence. Mais je n’aime pas trop mettre mon nez dans les affaires d’état. Je n’ai aucune prétention de savoir tout ce qui se passe et d’essayer de tout décrypter, de poser des jugements. Je préfère en rester au rationnel : je suis petit, inexpérimenté, et un peu simple. Et surtout, je ne sais rien et je ne veux pas savoir. Il y a déjà beaucoup trop de messies ou de dictateurs. Très peu pour moi. »

Une chaise coulisse, je me vautre dessus. Même si je ne tourne plus, que ce n’était que passager, je suis un peu perturbé. D’habitude, ça ne me prend que dans mon sommeil ce genre d’ânerie. Alors comme ça, quand j’étais ivre aussi ça pouvait arriver ? Est-ce que ça m’était déjà arrivé en public ? Dans un moment comme ça, sans même Tenshi … j’allais devoir faire attention à la boisson à l’avenir. Je ne suis pas un énorme buveur même si je tiens raisonnablement bien. Apparemment, il allait falloir bien me surveiller sur le sujet maintenant.

Histoire de ne pas trop laisser la conversation s’engluer, je relance :

« Pourquoi, toi tu penses qu’ils ont une sorte de ‘morale secrète’ ? »
Chuunin
avatar
Messages : 175
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
159/300  (159/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Juin - 14:23
Je continuais à déambuler dans la pièce, mine de rien, tout en écoutant Rem. Il me semblait bien plus alcoolisé que moi, logique vu la différence de quantité ... Je m'arrêtais quelques instants devant une armoire avec de la vieille vaisselle, elle ressemblait beaucoup à celle que père utilisait. Des vieux bols doré de motifs, beaucoup de vagues et d'écailles. Des baguettes dans je ne sais quelle matière mais en tout cas pas du bois.

Bien que mon attention soit portée sur cette découverte je ne manquais pas d'écouter avec attention l'espion et à garder mes sens en alerte. Il avait réellement une drôle de vision de son métier. Ou alors c'est la mienne qui est totalement faussée par toute ces histoires que je lisais à Shousan. Je ne me contentais pas des comics, je suivais aussi les aventures d'un shinobi espion apparue en trois tomes. Le premier racontait comment il l'était devenu et son entrée dans une branche spéciale de la ville d'Osaki. Akeno, le héros de l'histoire, était un espion tout comme Rem mais plus dans la vision que tout le monde se fait d'un espion. Infiltration, filature, assassinat et j'en passe. Oui rien à voir avec l'Inuzuka. Peut-être que la vision et la façon de faire de Rem était la bonne ... Contrairement à celle des autres, peut-être qu'à force les gens oubliaient ce qu'il était réellement. Pourquoi était-il impossible de se fondre dans la masse en en faisant partie ? C'était une vision intéressante.

C'était donc un rite de passage les crocs Inuzukas ? Dans ce cas Hanaki elle y avait eu droit, très jeune sûrement vu qu'elle ne semblait pas s'en souvenir. Je suppose qu'elle aurait eu plus de connaissances sur le clan. Ce qui impliquait que normalement elle s'était rendue à Yuki pour le rite de passage ? Je doute ... Dans ce cas elle aurait certainement eut droit au deux. Faudrait peut-être que je lui demande un jour.

« De la curiosité rien de plus. Je ne connais rien du clan Inuzuka, 'fin juste ce que tout le monde connaît. Comme tu dis le clan est basé à Yuki du coup on ne croise pas beaucoup d'Inuzuka dans l'Empire. D'ailleurs je suis étonné d'en avoir croisé autant en si peu de temps. »

Alors que je chipotais à des babioles de décoration sur l'un des meubles Rem parla de façon totalement incompréhensible.

« De quoi ? J'comprend rien à ce que tu dis Rem. »

Le plus bizarre dans ce que disais Rem était le fait qu'il ne mâchait absolument pas ses mots. C'était comme s'il parlait simplement une autre langue. Mais même, ça me paraissait plus que bizarre. Je n'avais jamais entendu dialecte comme celui-là et encore moins lu quelque chose sur ça.

« Hey ça va ? »

Je m'étais approché de lui. Il avait un drôle de regard, ça n'avait duré qu'un instant. Lui semblait pas se rendre compte de grand chose. L'alcool ? J'en doutais, il parlait normalement, 'fin comme depuis qu'il avait bu quoi.

Je décrochais totalement de ce qu'il disait, encore sous le coup de ce qui venait de se passer. Lui était totalement serein, il semblait s'en foutre totalement même. Il s'en était bel et bien rendu compte. Je sortais de ma stupeur quand lui tomba. C'était peut-être bel et bien dû à l'alcool après tout ... Mais c'était étrange, sa voix s'était comme voilée. Bordel, l'Empire était réellement rempli de gens plus étranges les uns que les autres ... Ou alors c'est moi qui avait l'art de tomber sur ce genre de personne.

J'avais fait un pas en avant pour l'aider à se relever mais apparemment son état n'était pas suffisamment loin que pour ne pas y arriver tout seul.

« Une morale secrète ? Non, je crois pas. Je pense même qu'ils sont tout à fait dénué de morale à vrai dire. Pour agir de la sorte il faut avoir craché sur pas mal de chose d'on ça. Mais ils ont peut-être un but qui n'est pas déclaré, je doute qu'ils aient pour simple but de tout détruire sur leur passage. Ils n'aiment pas l'Empire mais peut-être ont-ils pensé à ce que serait le monde si jamais ils y arrivent. Je suppose en tout cas, sinon c'est juste un groupe de demeuré qui ne cherchent qu'à faire du mal. »

Un silence s'installa, je le fixais, il était vacillant. Etait-ce seulement dû à l'alcool ? Ou alors ce qui venait de se passer avait eu un effet sur lui ? Les yeux était l'indicateur que non, cette façon de parler ... J'hésitais à creuser le sujet ... Etait-ce une bonne idée ? Si je voulais en savoir plus sur cette histoire ... Oui, c'était maintenant ou jamais, après tout l'alcool délie les langues.

« Je crois pas que c'est simplement l'alcool. » je m'installais face à lui « Rem tes yeux étaient blanc durant un instant, on aurait dit que tu étais aveugle. J'ai jamais vu quelqu'un réagir aussi mal à l'alcool. C'est qu'il y a autre chose. Tu devrais peut-être consulté ... Tu viens d'où en faite ? Parce que je ne sais pas quelle langue tu parlais mais elle était plus qu'étrange. Tu veux que j'aille te chercher quelque chose à manger ? Boire ? Ca te fera peut-être du bien tu as vraiment pas l'air dans ton assiette. »

Ce type était vraiment étrange ...
Etudiant
avatar
Messages : 226
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
244/300  (244/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Juil - 16:31
Je ne m’étais peut-être pas évanoui, mais j’avais clairement fait un malaise. J’avais juste été assez costaud pour bien me rattraper et conserver le contrôle de mon corps. Je serais prêt à parier que j’avais eu une chute de tension. Assez légère pour ne pas m’écrouler, mais assez lourde pour que je me mette à débiter des inepties et pour être à deux doigts de tourner de l’œil. J’attrapais un second verre de limonade, pour diluer l’alcool.
Sham n’était pas stupide, évidemment. Même si je disais que ce n’était rien, il voyait bien que quelque chose clochait. Si c’était comme les autres fois, j’avais dû être livide pendant un instant, peut-être même les yeux vitreux. Les pupilles blanches aussi ? Je commençais à avoir l’habitude, mais ça ne m’arrivait pas souvent quand quelqu’un était avec moi. Plutôt dans mon sommeil ou … le soir. Oui, évidemment, il m’avait réveillé en pleine nuit, donc forcément j’étais fatigué. Et l’épuisement menait lui aussi à ce genre de malaises.

Je ne savais même pas très bien ce que c’était, juste ce avec quoi ils avaient un rapport. Le peuple de ma mère, mes ancêtres. J’en savais beaucoup, mais pas assez pour avoir découvert d’où venaient ces absences inexpliquées et le fait que je parle une langue totalement inconnue, dont les seules bribes étaient trois ou quatre mots traduits sur les plus glorieux rapports de recherches impériaux. S’ils avaient su que j’avais le dictionnaire complet dans la tête, ils ne me ficheraient plus jamais la paix.

Et puis, même avec tout ça, j’ignorais totalement de quoi j’étais atteint. Maladie ? Malédiction ? Pouvoir héréditaire ? C’était peut-être quelque chose situé entre tout ça, ou de totalement différent. Une sorte de souvenir de ma mère dont mon inconscient s’était entiché, aussi, peut-être. Quelque chose qu’elle aurait chanté quand j’étais dans son ventre, et que mon corps avait imprégné, par exemple. Ca expliquerait pourquoi ce que je disais dans mon sommeil ressemblait aux paroles d’une chanson pour enfants …
Enfin, pour le reste, quand j’étais éveillé, ce que je disais était exactement ce que je voulais dire. Par exemple, ce que j’avais dit à Sham, c’était des choses sur la question qu’il m’avait posé. Et il était suffisamment inquiet pour me laisser entendre que c’était une vraie crise, bien authentique. Pas une petite de pacotille.


« Ne t’en fais pas, c’est rien, regarde je vais déjà mieux. »

J’effectuais un salto sur place, pour illustrer mon propos. Bon, je tournais un peu mais c’était quand même assez probant. Merci les singes pour m’avoir appris à faire ça dans tous les types de situations.

« En fait j’ai une forme assez rare et violente de dyslexie. Quand mon cerveau est au repos, au sommeil par exemple, ou qu’il s’emballe, sous l’effet de l’alcool ou de la drogue, je mélange des lettres et je dis des choses qui n’ont aucun sens. Vraiment, c’est rien. Ca m’arrive tout le temps. C’est juste un peu chiant parfois. »

Eh oui, j’étais espion. Même si je ne m’en cachais pas et que j’étais parfois un peu différent des espions classiques, j’en avais quelques dons. Par exemple, celui de sortir un mensonge crédible dans pas mal de situation. Celui-là l’était d’autant plus qu’il avait un gros fond de vérité.
Pour distraire mon interlocuteur, j’ajoutais :


« Viens, on va aller voir comment va Tak. Les effets de la fumigation se sont sûrement dissipés, il devrait aller mieux, déjà. »

Je descendis les escaliers, prudemment, mais plutôt rapidement. J’étais pressé de faire autre chose pour amener un autre sujet. La pièce était encore un peu enfumée, aussi j’ouvris les fenêtres et les volets, histoire de faire partir le nuage de fumée. Sur la table d’examen, Tak dormait paisiblement désormais. Je contrôlais rapidement son état.

« Il n’est plus dans le coma, ou en transe. Il dort simplement. Ce n’est pas encore la grande forme mais il va déjà bien mieux. Il n’a presque plus de fièvre, aussi. Une bonne grasse matinée et il sera sur ses pattes, plus en forme que jamais. Tu devrais le ramener pour qu’il dorme dans un endroit plus confortable, ça ira maintenant. S’il se réveille un peu tard, pas d’inquiétude, c’est tout à fait normal, il doit être complètement épuisé. Ce processus n’est pas agréable, mais en plus il est fatiguant. Sans le remède il aurait sans doute dormi deux jours complets à peu près. »

Je lui souris, pour le rassurer, mais aussi parce que c’était la vérité. Même s’il n’avait jamais été en danger, il était complètement bien maintenant.
Tenshi, roulé en une gigantesque boule de poils noirs dans un coin de la pièce, se secoua et se leva pour venir me voir. Il sentait que quelque chose n’allait pas tout à fait bien, et venait s’enquérir de la situation. Je passais ma main sur son museau, l’emmêlant dans sa gigantesque touffe de poils au passage. Tout va bien, mon vieux, je t’assure ! C’est ce que mon regard semblait dire.


« Essaie de ne pas t’en vouloir pour ce qui est arrivé. Même s’il avait été chez lui, ca aurait pu arriver quand même. Il y a plus de chances quand les Kyuchioses restent longtemps dans notre monde, mais même chez eux cette fièvre les atteint parfois quand même. Et s’il est resté c’est par choix. Et l’expérience m’a appris que nos compagnons, surtout quand ils sont très proches, ont aussi le droit de faire leurs propres choix même si ça leur fait parfois prendre certains risques. Accepter leur soutien est tout aussi important que de les protéger, parfois. »

Je ne sais pas pourquoi je lui dis ça. Parce que même si Tak ressemble à un animal, ce n’en est pas un : c’est bien différent de ma relation avec Tenshi. Mais d’un autre côté, j’ai toujours considéré Tenshi comme plus qu’un simple chien. Donc j’imaginais pouvoir comprendre un peu ce que Sham ressentait. Parfois, je m’en voulais aussi d’avoir imposé mon style de vie à mon chien. Mais bon, au fond, il me suivait parce qu’il le voulait. C’était là que je voulais en venir. Et il fallait passer outre cette culpabilité parce que ça ne faisait que les mettre plus mal à l’aise encore que nous. Ce qui importait vraiment, c’était le lien qui nous unissait et qui, lui, était à toute épreuve.

Cette rencontre imprévue m'avait fait quand même réaliser que le mal qui était en moi, ou bien en tous cas la chose bizarre, prenait de l'ampleur. Je n'allais pas pouvoir la fuir encore bien longtemps. Il fallait que je me remette en quête de réponses dans le plus brefs délais. Mais ça signifiait affronter mon père, et ça ne me tentait vraiment pas.
Chuunin
avatar
Messages : 175
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
159/300  (159/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Juil - 11:29
Je regardais Rem me montrer qu'il allait comme une fleur. Oui il tenait bien sur pied, même pour quelqu'un qui avait ingurgité autant d'alcool. Oui il s'était désaltéré avec un autre breuvage mais il semblait réellement bien tenir, heureusement que je ne l'avais pas suivi. Moi je me serais déjà endormi sur le canapé ou même sur le tapis.

Oui il allait bien mais pourtant je gardais un doute sur ce qu'il me disait. Ce n'est pas quelques cocktails qui modifie les yeux à ce point. Une sorte de dojutsu ? Pour ce qui était des paroles étranges la dyslexie pouvait être une raison, fallait en avoir une bien poussée mais c'était possible. La drogue ? Il semblait suivre un train de vie dynamique, après tout quoi de plus normal pour certain shinobis ... J'en avais rencontré plus d'un depuis que j'étais sorti de ma cave s'étant trouvé un vice. Certainement pour oublier les images de la guerre qui s'était déroulé. Je pouvais comprendre ... D'ailleurs il devait avoir l'âge qui devait être le mien, du coup il devait très certainement avoir participer à ce massacre.

« J'veux bien croire que c'est plutôt emmerdant. »

J'étais totalement mitigé sur cette histoire. C'est les yeux qui me posaient réellement problème, je ne voyais pas en quoi les états qu'il avait présenté pouvaient provoquer ça. Ce gars était vraiment étrange, d'abord cette rencontre au restaurant suivit de son senseï. C'était bref mais intense. Et maintenant le fait qu'on se rencontre de façon totalement hasardeuse. Qui aurait cru qu'il pouvait s'agir d'un vétérinaire et justement celui sur qui je tombais totalement par hasard.

Le fait d'aller voir comment Tak allait me fit rapidement oublier tout ça. L'idée de retrouver mon ami avait réellement balayé toutes ces inquiétudes que j'avais sur Rem. Retrouver le renardeau me redonnait du baume au coeur. Je suivais l'espion, je descendais aussi les marches quatre à quatre, trop impatient de voir comme il était. J'eus d'abord une certaine peur en le voyant encore couché, endormi sur cette table mais le fait que l'Inuzuka ne semblait pas être inquiet me donna un peu espoir.

Je m'approchais du Nogitsune, sa cage thoracique montait et descendait doucement. Il était dans un état pratiquement normale, ça ressemblait plus à un rêve qu'à une maladie comme il avait eu plus tôt dans le nuit.

« Tu me rassures Rem. En tout cas je me demande bien ce que j'aurais fait sans toi ... M'inquiéter pendant deux jours ? J'en aurais rongé mes nerfs à tel point que c'est moi qui serait malade après. Je veillerais à ce qu'il dorme bien et mange bien demain. T'es vraiment le meilleur des vétos ! »

Je prenais délicatement Tak dans mes bras, je cherchais à ne pas le réveiller. D'ailleurs était-il possible que je le réveille dans cet état ? J'en doute, il dormait profondément là. A peine l'avais-je pris dans mes mains que je sentais bel et bien que la fièvre était descendue. Il avait l'air bien plus détendu.

Les paroles de Rem résonnaient en moi ... C'est vrai que je ne pouvais pas lui imposer une façon de vivre, si Tak voulait rester ici dans ce monde ce n'était pas à moi de l'en empêcher.

« Merci beaucoup Rem ! »

Je me dirigeais vers la sortie, m'arrêtant à la porte prêt à quitter l'endroit. Fouillant dans l'une de mes poches à la recherche de mon argent, j'en retirais un bon nombres de pièces les déposant sur le meuble juste à droite de la porte.

« Tiens, c'est pour te remercier pour Tak et pour ce bon moment qu'on a passé. Et au fait Rem, fait attention à toi. Si jamais tu as besoin de quelque chose, n'hésite surtout pas, je te rendrais la pareille ! »

Je me plongeais dans la nuit avec Tak dans mes bras, pensant encore à ce que l'Inuzuka m'avait dit mais également à ce qui lui était arrivé. Ces yeux ... C'était réellement étrange.

Sham : -100 drakes +20 xp +1 xp invoc
Rem : +100 drakes +20 xp
Etudiant
avatar
Messages : 226
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
244/300  (244/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Sud - Habitations
-