AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Conscience et retrouvailles [Hôpital shinobi]

 :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Est – Cité Administrative
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 23 Mai - 16:01
Un accès de folie. A l’état brut. Mais quelle force avait pu s’emparer de moi pour que je fasse ce que j’avais fait ? Cette gamine, que j’avais utilisée pour … Pour quoi au juste ? Prouver mes théories ? Evacuer ma frustration de ne pas avoir de réponse universelle ? Ou juste impulsivement, par colère ? Je me rendais compte que c’était elle qui me comprenait : la colère. Une rage sourde et aveugle, une envie de vengeance, que je ne savais pas ni canaliser, ni diriger contre la bonne entité. Que ce soit l’Empire, Shousan, ou une personne en particulier … Je la dirigeais tour à tour contre chacun d’entre eux sans jamais parvenir à trouver la bonne cible. C’était déjà le cas avec l’Eclair Noir. Il était le mal, sa mort ne me procurait que de la satisfaction. Mais pourtant, l’avoir tué de mes mains me plongeait dans la mélancolie. La tristesse. Quand j’y repensais, ma colère s’apaisait mais … Pour laisser place à du chagrin. Pourquoi avais-je dû en arriver là ? Tuer mon propre père pour la sécurité de tous. C’était de bien jolis mots, mais il y avait peut-être une autre méthode. Si j’avais été plus fort, je l’aurais trouvée. Plutôt que de signer ce pacte insensé avec les onis. Ce pacte qui me rongeait de culpabilité. Et les morts qui avaient suivies ? Les soldats de l’Empire ? Ichiko ? Etaient-ce là encore des maux nécessaires ? Qui étaient-ils au fond ? Méritaient-ils leur sort ?
Tant de questions, si peu de réponses. Je n’avais pas la clé, et je ne savais pas du tout comment la trouver.

Je regarde la ruelle. Apparemment, il y a encore des personnes à ma recherche. Des personnes compétentes, parce qu’elles m’ont suivies, plus ou moins, jusqu’ici. Heureusement pour moi, j’ai fait disparaître toute trace de mon chakra. Et j’ai remis ma capuche sur mes épaules. Je marche tranquillement, pour ne pas avoir l’air suspect.
J’ai fait disparaître mon chakra, oui. J’ai vidé entièrement mes réserves, je n’en ai plus une goutte à l’heure actuelle. Je l’ai remplacé par de l’énergie solaire. Pas celle de nôtre monde : elle équivaut au chakra Hikari. Il est lumineux, facile à repérer, et surtout c’est encore du chakra. En plus c’est mon chakra caractéristique, je me serais fait grillé super vite. Non, c’est le chakra issu du soleil du monde Yokaï qui coule dans mes veines. Et celui-là, impossible de le repérer si on ne sait pas qu’on le cherche. Ou au moins, impossible de le relier au chakra que j’ai manifesté plus tôt, près du bassin sacré : il est totalement différent du mien. Un vieux de la vieille dans l’Empire pourrait juste le relier au chakra de l’Eclair Noir : c’est le même. Mais bon, rien de plus. Et ce n’était pas après lui qu’ils en avaient, mais après un jeune homme au chakra d’affinité lumière. Donc j’étais hors de leur portée pour le moment.

Il y avait quand même un inconvénient. Ce chakra était celui que j’avais utilisé contre mon père, et j’avais tendance à trop bien me souvenir de notre affrontement quand il circulait dans mes veines. Les éclairs qui volaient de l’un à l’autre. Les explosions de chakra yokaï. Et le fait que j’étais moins fort que lui, que j’allais y passer …
Je frissonnais. Le chakra des onis, les ennemis du monde yokaï, était fait pour aspirer l’énergie solaire du monde yokaï. C’était une sorte de trinité. Le chakra oni était plus fort que le chakra du soleil yokaï, mais vaincu facilement par le chakra solaire de notre monde. Et notre soleil était inférieur au soleil yokaï. Voilà pourquoi les gardiens yokaïs sont issus du monde des mortels. Et mon père ne possédait qu’un chakra yokaï d’emprunt. Il avait donc l’avantage tant que je restais avec notre chakra solaire, ou même si j’utilisais le chakra du monde yokaï. Mais avec le chakra oni, j’avais pu aspirer le sien. Et en invoquant le sentier spirituel, j’avais aspiré encore d’avantage d’énergie du monde yokaï pour réussir à le vaincre.
Mais le pacte, le prix à payer, avait été gigantesque. Même si j’avais donné son âme à lui en pâture, j’avais plutôt l’impression que c’était la mienne qu’ils avaient dévorée.

Bon, maintenant la question à cent mille drakes. Qu’est-ce que je fais ? Sur qui est-ce que je déverse toute ma rage maintenant ? Qui je vais accuser d’être le mal incarné pour mieux me voiler la face ?

La gifle d’Hanaki résonne encore dans mon oreille. Elle ne m’a pas vraiment fait mal. Mais c’était un peu comme une onde de choc. Si Sham était vraiment mon ami, je devais aller le voir. Lui parler. Mais le pauvre … Il ne méritait pas ça. Pourtant, si je le laissais dans son lit d’hôpital sans même m’inquiéter de son sort, c’était encore pire. Je l’avais abandonné une fois. Je n’avais pas vraiment le droit de le laisser tomber. Ce serait m’enfoncer encore un peu plus dans la médiocrité. Non pas que ça me dérange vraiment, mais est-ce que j’avais vraiment le choix maintenant que je le savais vivant ? Je veux dire, je ne pouvais plus l’ignorer. Et puis, il fallait que je vois ça de mes yeux. Les coïncidences, je n’y croyais pas du tout. Mais si rien que cette fois, c’en était une ? Ce serait une prise de tête inutile.
C’en était une d’ailleurs. Ne croire que ce que voient mes yeux. C’était tout ce que j’avais en tête. En route. Il est temps de revoir un vieil ami.

J’arrive devant l’hôpital peu de temps après. Est-ce que je peux passer par la porte d’entrée comme tout le monde ? Par la fenêtre comme un voleur ? Aucun de ces deux rôles n’est vraiment fait pour moi. Je ne suis pas d’un naturel très discret. A tous les coups, je vais juste me faire repérer. Et je ne peux pas entrer avec la vitesse-lumière : je dois la garder pour fuir en cas de problème. C’est mon assurance, je dois être capable de l’employer à tout instant. Faire le beau ou tricher, pour le moment, c’est donc complètement exclu.
En plus si j’utilisais la technique de la vitesse-lumière plusieurs fois, alors que j’étais gorgé d’énergie yokaï, je risquais d’ouvrir une brèche et ne pas pouvoir la refermer immédiatement. Donc autant l’employer le moins possible. Une fois ou deux à intervalle élevé, ce n’est pas dangereux. Si je me retrouvais à l’utiliser trois ou quatre fois dans un intervalle court, là, ce serait réellement un gros problème. Les yokaïs sont invisibles pour les gens ordinaires, si un ou deux des mauvais passaient la barrière entre les mondes, ce serait un vrai carnage comme à chaque fois. Oh, ils ne tueraient pas forcément, surtout si ce ne sont pas des onis. Mais comme dans tous les contes sur les yokaïs, ce serait une situation compliquée à gérer. Même pour un gardien. Une fois complètement lâchés dans la nature, c’est très long de leur mettre la main dessus et ils font pas mal de dégâts dans leur sillage, même en restant cachés.
J’en avais chassé quelques-uns, et ce n’était clairement pas une mince affaire. Enfin, je n’avais pas croisé le haut du panier question yokaïs pénibles. Hebis, Tsuchigumos, Tengus, ou encore Nogitsune. Là c’était vraiment du gros poisson. J’avais bien remis à sa place un Hebi dans le monde yokaï, et parlementer avec un Tsuchigumo pour qu’il ne franchisse pas la barrière entre les mondes … mais la poignée qui s’était échappé dans le monde humain sans permission avait été un calvaire à ramener ou à détruire, à travers les époques. Certains gardiens y étaient même passés.
Bref, vitesse-lumière, pas cool. Mais j’avais une autre idée. Bien meilleure.

Je me faufilais derrière le bâtiment, près de la porte de service. A un moment, un type sort. Il n’a pas l’air d’un combattant, ce n’est sans doute pas un ninja médecin mais juste un infirmier. Niquel. Il a une blouse blanche. J’attends que personne ne puisse nous voir, et d’un coup sec je l’assomme d’un bon vieux coup du lapin. Bon, ça ne va pas durer bien longtemps mais ça suffira. Je le traine un peu plus loin, je le balance dans une poubelle, et je ferme. Du poing, je trou le conteneur pour qu’il puisse respirer. Puis je pose deux autres poubelles plus petites par-dessus. Vu sa position recroquevillée et le poids sur la poubelle, il ne sortira pas de sitôt. Faudra que quelqu’un passe dans le coin et l’entende crier. Et encore quand il sera réveillé. Genre, dans une petite heure. J’ai le temps de m’introduire dans l’hosto.
Je lui ai piqué sa blouse, et je rentre l’air de rien par la porte de service. Il n’a pas de badge, comme je pensais ça doit juste être un infirmier. Je fouille dans mes poches. Une feuille repliée. Sans la regarder, je la prends en main, l’air d’avoir un truc à faire dans les parages.
On ne fait pas trop attention à moi. Je m’approche de l’accueil.

« Excusez-moi. Je suis un nouvel infirmier et … Enfin, on m’a demandé de prendre la relève pour un patient et je n’ai pas le numéro de la chambre. »
« C’est ta première à toi non ? Tu sors de l’école. Ca s’entend. »
« Ouais … »
« C’est quoi le nom du patient ? »
« Sham Ono. »
« J’ai. Chambre 211. C’est dans les premières au deuxième étage. »

Je la remercie en hochant la tête et je m’empresse d’y aller avant que quelque chose ne me trahisse d’avantage. Arrivé devant la chambre, je vérifie qu’il n’y a personne dans les environs et pas de bruit à l’intérieur, et je rentre doucement.
Machinalement, j’ôte la veste et je la balance dans un coin de la pièce sans complexe. Je m’approche du lit. Et je reste sidéré quelques secondes. C’est bien Sham. Tel qu’il était dans mon souvenir : il n’avait pas pris une ride. Et il dormait là, paisiblement, devant moi.
Il avait des sceaux sur le corps, des bandelettes au bras mais oui c’était bien lui. Soudain, mon chakra yokaï s’agite. Je fronce les sourcils. Je pose délicatement ma paume sur son épaule. Pas de réaction. Mais je sens quelque chose au fond de lui. Ca dort pour l’instant, mais je sens leur présence.

** Deux yokaïs ? Puissants … Et sans droit de passage. Qu’est-ce qu’ils font dans notre monde ? **

Mon chakra s’agite un peu trop, je risque de réveiller les entités, de les alarmer, ou bien simplement quelque chose d’autre. Je retire ma main, c’est contre indiqué pour le moment. Et je souffle pour bien reprendre le contrôle, éviter un débordement.
Sans trop savoir quoi faire, je dépose juste deux tablettes de chocolat sur la table de nuit. Juste comme ça ? C’est tout ? Je vérifie qu’il est vivant et je m’en vais ? Sans même lui dire que je suis passé ? Non, je ne peux plus faire marche arrière maintenant. Je prends une petite feuille de papier et je griffonne dessus.

Citation :
Profites, c’est du bon chocolat et ce sont mes deux dernières tablettes. C’est un artisan d’un village dans les plaines qui m’en avait donné pour avoir fait deux ou trois trucs pour le village. Il est vraiment super bon.
Je ne peux pas encore te parler, je ne suis pas vraiment prêt. Mais je reviendrais vers toi quand je serais devenu meilleur.

Bon rétablissement,
Eihiko.

C’est pas super, mais au moins je l’avais vu. Alors que je me demande comment repartir, je relève un peu le regard de mon vieil ami. Un renard au pelage noir m’observe calmement. Je ne l’avais pas remarqué de prime abord parce que je ne contrôle pas vraiment la sensibilité de mon chakra sous cette forme yokaï, quand je suis dans le monde matériel.
Je reconnais le pelage sans problème.

« Nogitsune … »

Je m’apprête à lever mes gants, au cas où il tente quelque chose. Et je me rappelle que quand un Nogitsune apparait devant quelqu’un c’est qu’il a une carte dans sa manche, ou une puissance extraordinaire. Si c’est lui qui vient, il ne faut jamais l’affronter de face. Il faut savoir ce qu’il veut, ou négocier. Je baisse les bras, lentement.
Et la vérité me frappe avant qu’ils soient retombés.

« … Tak ?! »

Mon cœur est partagé entre l’incompréhension, et la simple joie de le revoir. Je ne sais pas trop quoi lui dire. Pour être sûr d’avoir bien la tête sur mes épaules, j’attrape la flasque de rhum qui pendouille à ma ceinture et je bois une petite gorgée. Ca me requinque, et la brûlure dans ma gorge me dit que je n’hallucine pas. D’un côté ça a du sens. Tak était un Kitsune. Il me l’avait révélé peu de temps avant la guerre. Il pouvait donc être corrompu par un Nogitsune. Mais alors … Comment est-ce que c’était arrivé ? Qu’était-il arrivé à Sham ? Ca avait évidemment un rapport avec les entités enfouies dans le corps de mon ami.
Enfin, trop de questions tuent la confidence. J’étais surtout content de les revoir tous les deux. Pour les protocoles et le devoir, on verrait plus tard.

« Euh … Comment tu vas ? »
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 244
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
217/300  (217/300)
Points de vie:
303/303  (303/303)
Points de chakra:
876/876  (876/876)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 24 Mai - 14:34

PV : 300 - Chakra : 1090
Je n'avais pas immédiatement senti que quelqu'un entré dans la chambre. Sham avait bien beaucoup de visite pour quelqu'un ne venant pas de ce village, ne venant en théorie pas de cette époque et installé depuis peu en ces lieux. Apparemment il avait l'art de marquer les esprits.

Je m'étais réveillé alors qu'un blondinet était penché au dessus du petit humain. Il scrutait son corps comme s'il percevait quelque chose d'invisible. Je n'aimais pas du tout ce genre de situation, si jamais ce type voulait s'en prendre à Sham je ne serais pas en mesure de faire grande chose, mise à part lui sauter à la figure bien sûr ou tout autre type de blessure du genre ... Et encore, par surprise oui mais de face j'en avais aucune conviction.

D'ailleurs c'est ce que j'avais hésité à faire, foncer le crâne en premier sur le visage du jeune homme concentré mais quelque chose m'en avais empêché. Il y avait un truc de familier chez ce type sur le je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. Ou plutôt la patte. Et puis il ne semblait pas vouloir de mal à Sham, il y avait bien eu ce changement de regard mais c'était plus de l'inquiétude qu'autre chose. Enfin, c'était ma façon d'analyser la chose.

Alors qu'il posait une main sur l'une des épaules de Sham quelque chose se mit en action, impossible de savoir quoi mais apparemment quelque chose répondait au contacte. Je n'arrivais pas à percevoir le chakra du blond ça ne pouvait donc pas être ça. Mais quoi alors ? Alors que je m'apprêtais à agir il ôta sa main. Plus aucune raison d'intervenir, surtout que lui n'avait apparemment pas encore remarqué ma présence. Je scrutais pour tenter de comprendre, à la recherche de ne serais-ce qu'une once de chakra mais rien. C'était à ne rien y comprendre.

Le regard du blondinet redevient un peu plus serein, il se détourne du petit humain et griffonne quelques choses sur un bout de papier après avoir déposer deux plaquettes de chocolat. J'en profite pour observer l'épaule de mon ami à la recherche d'une quelconque action. Il n'avait apparemment rien fait. Tant mieux ! Je ne me sentais pas spécialement de taille à affronter une telle personne. Peut-être pourrais-je le distraire quelques secondes en faisant suffisamment de bruit pour réveiller Sham et que lui intervienne après. Mais était-il suffisamment fort lui aussi ? J'en avais aucune idée.

Le jeune homme daigne enfin apercevoir ma présence. Quelle fut ma surprise à ses premiers mots. Il savait que j'étais un Nogitsune ... Etrange, tout le monde me prenait simplement pour un renard et c'était tant mieux. Qui aurait aimé traîné avec une entité comme moi ? Mise à part Sham je ne connais pas beaucoup de monde.

Merde, c'est là que les choses allaient se concret, il était prêt à engendrer un mouvement et vu le regard qu'il me portait ce n'était pas pour caresser mon pelage ... A vrai dire tant mieux, je détestais quand les humais se permettaient de tapoter mon crâne ou que sais-je encore. Est-ce que moi je me permettais de laisser aller mes pattes sur leurs cheveux ? Non !

Mais la suite fut elle encore plus étrange. Il connaissait mon nom. Comment était-ce possible ? Personnellement je ne voyais pas qui il pouvait être ... Je reprenais une position moins défensive. Après tout la menace venait de passer. Alors que jusque là mon attention s'était surtout portée sur ce qu'il faisait mon regard se posa sur ce à quoi il ressemblait. A la recherche de qui il pouvait être. Je ne voyais absolument pas ... Quoi que, ce regard ... Enfin cette couleur, ce genre de coloris n'était pas donnée à tout le monde. Et ce large sourire qui s'était peint sur son visage durant un instant ... Etait-ce possible ?

« Eihiko ? ... Bordel ... qu'est-ce que tu es devenu moche ... »

Un petit sourire vint déplacer mes babines, c'était bien sûr de l'humour mais il y avait tout de même là une part de vérité. Il n'était pas devenu moche physiquement mais cette chose qu'il buvait, ce regard qu'il avait, ses traits fatigués et j'en passe. Apparemment ces cinq dernières années ne lui avait pas fait du bien. Comme quoi apparemment personne n'est sortit indemne de cette période. Eihiko n'était plus ce qu'il avait été ... D'ailleurs quelqu'un était-il resté sois même ? En tout cas ni Sham ni moi.

« Plutôt bien. Mais je crois qu'on ne peut pas en dire autant de tout le monde. Tu ferais bien de poser cette chose que tu ingurgites. Je doutes que ce soit très bon pour toi. »

Mes paroles étaient un peu sèche. Comment pouvait-il être autrement ? Tout son corps criait à l'alcoolisme. Il n'en avait pas l'odeur, quoi que maintenant qu'il venait de se prendre une lampée un peu quand même. J'avais vu trop de fois les méfaits de cette chose, si ça n'avait pas été Eihiko je m'en serais foutu complètement mais ce n'était pas le cas.

Je fis un bon jusqu'à la table de nuit ou tout en fixant mon ami, ancien ami ? que sais-je, je chiffonnais la feuille qu'il venait d'écrire.

« Quoi que tu ais pu écrire sur ce bout de papier, tu lui diras toi même à condition que tu poses cette flasque. Sham a suffisamment de soucis comme ça que pour partager ton ignoble breuvage. »

Je refis un bon sur le lit. Protecteur ? Oui on pouvait le dire. Connaissant Sham il ne faisait aucun doute qu'il aurait accepté de boire avec Eihiko. Après tout, au tout début il était vu comme le blondinet comme un exemple mais rapidement Sham avait vu en lui un chemin à suivre.

« Par contre évitons de faire trop de bruit Sham a besoin de repos. » j'invitais, d'un coup de queues, Eihiko à s’asseoir « Je crois qu'on a pas mal de chose à se raconter. Et puis tu dois te poser pas mal de question à mon avis. Mais avant d'aborder les sujets sur Sham et moi. Dis-moi plutôt ce qui t'es arriver pour être dans un état aussi pitoyable. »

Il ne fallait pas spécialement se fier à ma façon de parler, j'aimais beaucoup Eihiko, enfin celui de l'époque. Pour celui d'aujourd'hui je n'en savais encore rien mais bon, le voir ferait la joie de Sham ça j'en étais certain.
Etudiant
avatar
Messages : 226
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
244/300  (244/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Mai - 17:36
Tak était un Nogitsune. L’information traina un instant sur ma conscience. Cela voulait dire qu’il avait été corrompu. Qu’un Nogitsune était venu dans notre monde, et que le gardien n’avait pas été là pour le bannir. Ce n’était pas uniquement de ma faute, bien entendu. Mais je sentais que j’avais une part de culpabilité dans cette affaire. Si Maître Râh l’apprenait … Non, c’était ridicule, il le savait déjà. Alors pourquoi ne m’avait-il rien dit ? Pourquoi aucun sermon ? Pourquoi restait-il toujours si fatalement neutre ? Avec la vie de mes amis en jeu, je me serais donné un coup de pied au cul et … Et il n’avait rien pu me dire, même s’il l’avait voulu. Puisque je n’étais jamais retourné à Mousouchiku depuis que j’avais quitté Shousan. Qu’il l’ignore ou qu’il le sache, il n’aurait pas pu me remonter les bretelles. Bordel, mais quel gardien en mousse je faisais.
Mais son attitude … n’était pas celle d’un Nogitsune. C’était bien Tak. Je sentais que son aura était différente. Que son chakra était altéré. Corrompu. Mais ça restait Tak, bordel. Mon devoir aurait exigé des explications, mais je lui devais au moins de passer l’éponge pour l’instant. De toute manière, j’étais bel et bien un gardien en papier mâché. Je pouvais bien l’être pour quelques temps encore. Je n’allais pas me retrouver une fibre à faire mon devoir d’un coup comme ça, sur un coup de tête. C’était pas important, au fond. Pas tout de suite en tous cas. En plus, j’avais un peu peur des explications, je préférais ne pas les mettre sur la table pour l’instant.

Le temps que je reprenne mes esprits, Sham broie ma feuille de papier et me demande de ranger ma boisson. Il a bien raison, vu son état ce n’était pas une très bonne idée d’en proposer à Sham. Il avait l’air d’avoir traversé une sacré épreuve. Je regardais les coutures sur le corps. A l’intersection, pile poil au milieu. Tout du long. Comme si quelque chose avait failli le déchirer en deux. Ou le découper, fallait voir si ça venait de l’intérieur ou de l’extérieur encore.
Sham m’invite à m’asseoir. Son ton est cassant, presque autoritaire. Je ne me rappelais pas de lui comme ça, mais après tout, tout le monde avait dû changer en cinq ans. Et puis, je ne percevais aucune animosité dans ses paroles. Il était ferme. Il n’était pas agressif, ou quoi que ce soit. En même temps je débarquais de nulle part, avec mon bagage d’alcoolique derrière moi, et tout le reste. Mon chakra yokaï aussi … le percevait-il ? Je me posais la question. Apparemment pas. Sinon il serait peut-être un peu plus suspicieux. Ou alors, il cachait bien sa réaction. Parce qu’il s’il s’en rendait compte, il comprendrait qui j’étais. Les Kitsunes avaient eu l’accord de Maître Râh il y a des millénaires, pour s’installer dans le sentier matériel. C’était peut-être la plus vieille famille Yokaï qui s’y trouvait à l’heure actuelle. Donc ils savaient beaucoup de choses.
Je me laisse faire, je m’assieds sans rien dire. Et, négligemment, résistant à l’envie de reprendre une dernière gorgée de rien du tout, je fourre ma gourde au fond de mon sac, que je pose lui-même par terre.

Beaucoup de choses à se raconter ? Je souris, un sourire un peu hésitant. Ironique, ou juste un peu jaune je ne sais pas trop.

« Pas mal de choses, oui … »

C’est évasif. Mais je suis en train de prendre la mesure de la situation. Mon esprit est en train de réaliser les cinq ans qui nous séparent de la dernière fois où j’ai vu Sham. Et Tak qui m’invite à tout raconter … C’est plus fort que moi. Je garde en mémoire la confiance à toute épreuve que j’avais en mes deux amis. J’ai envie de me confier, je commence un peu malgré moi, sans vraiment y réfléchir.

« Tu te souviens, un peu avant la guerre ? Je vous ai dit que je partais chercher des indices sur ma mère et que je quittais Shousan quelques temps. Je connaissais déjà son nom à l’époque, Chizara Akimichi. Je ne sais même plus si je vous l’avais dit … et en cherchant j’ai retrouvé le nom de mon père : Senrun Tsubazame. On l’appelait aussi l’Eclair Noir. Il utilisait les techniques de l’Hikari, un peu comme moi. Mais il était plus avancé. A l’époque j’étais un gardien Yokaï débutant, et lui avait usurpé toutes les techniques des gardiens … Il les a volées à ma mère avant de la tuer avec. Quand j’ai découvert ça je suis resté à Mousouchiku pour m’entrainer. Pour apprendre à devenir un vrai gardien, et pour en finir avec ce faux gardien. Pour venger ma mère aussi. Je n’avais plus que ça en tête, et j’ai oublié tout le reste, jusqu’à la mort de l’Eclair Noir … »

La mort de Senrun Tsubazame. Et toutes les vérités sur Shousan. Je réalise que j’étais rentrer dans mon village, sans même chercher à voir mon équipier. J’avais seulement envie de savoir la vérité, de la bouche du Shoukage et … Et j’étais parti. Sans un au revoir. J’ai les larmes qui me montent aux yeux. J’essaie de les retenir, mais elles coulent. Au moins je ne fais pas de bruit. Je ne réveillerais pas Sham, ce ne serait pas très glorieux comme retrouvailles.

« J’ai quitté Shousan, à cause de leurs secrets, de la mort de ma mère ... et … Je pensais … Enfin, quand j’ai repris mes esprits il n’y avait plus de traces de vous et … Morts à la guerre … Avec tous les autres … Je pensais … Je m’en suis tellement voulu … »

Mes paroles ont à peu près autant de sens que le flot d’émotions et de regrets qui me transpercent. Il aurait suffi d’un coup d’œil. De ne pas être un ingrat. De ne pas oublier mon ami, au milieu de tous mes reproches envers Shousan. De comprendre que l’institution coupable et corrompue n’était pas à mettre dans le même sac que tous les habitants du pays du feu … D’être enfin un héros, et plus seulement un gamin paumé et naïf.
Ah ça, la naïveté, je l’avais abandonné.

« Tak … Sham … Je suis désolé … Je … Vous ai abandonnés … »

C’était comme un coup de poing à l’estomac. Mais il me fit l’effet d’une bombe libératrice. C’étaient de vraies larmes qui s’écoulaient de mes yeux cette fois.

« Et j’ai abandonné tout le monde … »

Je renifle un grand coup. J’essaie de me contenir.

« Je ne sais pas si … Enfin … Pardonnez-moi. C’est égoïste mais … Si vous ne me pardonnez pas, je ne pourrais jamais avancer … »

J’avais tout pris comme un fardeau de ma culpabilité pendant tellement longtemps. A quoi bon ? C’était une sorte de moyen de me punir tout seul. Après tout, même si j’avais rêvé d’être un héros et crut en être un, je n’étais qu’un gamin à l’époque. Personne ne m’avait demandé de prendre des responsabilités illusoires, de sauver tout le monde. Je n’avais rien à me reprocher.
Sauf ça. Avoir quitté Shousan sans rien dire à mes amis, alors qu’ils avaient besoin de moi à leurs côtés. C’était la seule chose que je ne pouvais pas me pardonner tout seul.

Le chakra yokaï s’écoule hors de mon corps sans que je me rende compte. Le chakra lumineux de l’Hikari, mon chakra, reprends ses droits, reprends sa place.

« Je suis venu en me disant que … Je pourrais juste voir comment Sham allait et veiller sur lui de loin, mais ce n’est pas juste … Je vous dois au moins ça. Affronter tous ces actes horribles … Et penser au présent. J’ai échoué. Mais … »

Je serre mon poing ganté. Ce ne sont plus des larmes maintenant. Je me recentre. Je dois limiter les fluctuations de mon chakra, le taire. Sinon tout Taki va débarquer dans la chambre de Sham pour m’arrêter.
Mais quoi ? Je ne sais pas vraiment. Une phrase que je ne terminerais sans doute jamais. Mais je change de sujet.

« Mais vous êtes en vie. J’ai du mal à le croire, mais c’est la vérité. »
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 244
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
217/300  (217/300)
Points de vie:
303/303  (303/303)
Points de chakra:
876/876  (876/876)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Juin - 12:00

PV : 300 - Chakra : 1090

C'était étrange de l'avoir là sous les yeux. Maintenant que la surprise était passée je pouvais plus me focaliser sur lui-même ... Il n'avait plus rien à voir avec le gamin que nous avions connus. Cette inconscience en lui s'était éteinte ou alors était enfouie bien profondément. Il y avait également quelque chose dans son regard, cette couleur qui lui était si caractéristique était maintenant si terne comparé à ce qu'elle avait pu être. A moins que ce soit ma mémoire qui me fasse défaut. C'était possible, après tout ça faisait cinq années que je n'avais pas vu ce gamin et entre temps il s'était plus que démarqué à cette guerre à laquelle nous n'avions pas pu participer. Et en quelque sorte tant mieux. Quand je voyais à quoi pouvaient ressembler certain shinobis de Shousan, je ne pouvais que trouver un bon côté à cet enfermement. Sham avait pu se passer de ces atrocités de la sorte, avec un contre parti certes mais peut-être moins lourd que celui qu'il aurait pu être.

Je ne fis que hocher de la tête quand il me demanda si j'avais des souvenirs de son départ. Bien sûr que oui, je vois encore Sham triste de perdre un ami pour un certain temps. Il avait voulu aller avec mais Eihiko lui avait fait comprendre qu'il s'agissait là de quelque chose qu'il se devait de faire seul. Après tout remonter son passé à la recherche de réponses est une mission personnelle qu'il ne faut pas partager. Enfin, c'est mon point de vue, Sham ne l'avait pas partagé. Si je n'avais pas trouvé les bons mots pour l'en dissuadé, il aurait très certainement emboîte le pas à son meilleur ami à distance histoire de ne pas être découvert.

Nous étions déjà au courant pour l'Eclair Noir, après tout nous avions étudier l'histoire de notre absence. Et puis même, comment serait-il possible de ne pas être au courant d'une telle chose ? Vaincre un tel ennemi ... C'était un exploit pour un garçon aussi jeune ... Comme quoi il n'y avait pas que Sham qui était devenu puissant. Mais à l'inverse d'Eihiko lui n'avait pas vendu son âme, bien au contraire, il l'avait purifiée mais de façon bien trop extrémiste à mon goût. Tous deux avaient pris un chemin totalement différent mais menant à un embranchement tout aussi dangereux.

Ainsi donc Shousan était au courant pour la mort de la mère du petit ... Comment avaient-ils pu lui cacher une chose comme ça ? C'était bien une affaire d'humain ça. Glisser sous le tapis en espérant que jamais personne ne soulève un coin. Comment peut-on penser qu'une telle chose restera secrète à jamais ? Expliquer. C'est ce qu'il leur manque. Si jamais Eihiko avait été mis au courant dès le départ peut-être ne serait-il pas l'ombre de lui-même aujourd'hui ... Mais il n'était pas totalement éteint, il lui arrivait d'avoir des sursauts de celui qu'il était. Pas aussi puissant, après tout même ce gamin remonté comme une pile ne pouvait s'affranchir du temps.

J'avais gardé le silence tout le long. Pas que je voulais mettre le blondinet mal à l'aise. Bien au contraire. Dans ce genre de moment il fallait savoir choisir ses mots avec justesse. Et ce n'était pas en parlant à la va vite que je pourrais trouver quoi lui dire sans le peiner d'avantage. Est-ce que je lui en voulais ? Pas réellement, après tout comment aurait-il pu savoir ce qui allait se passer ? Comment pouvait-il se douter de la tournure des choses ? Et puis surtout, comment peut-on en vouloir à une personne chassant ses propres fantômes ?

Cette force qui émanait de lui ... l'Hikari ... Il le possédait toujours. Peut-être n'était-il pas aussi corrompu que je l'aurais crus.

Il finit par se taire sur un rehaut de ce qu'il était il y a cinq années. Je lui souris doucement.

« Tu me sembles être plus que chamboulé Eihiko. Il faudrait peut-être que tu penses à sécher ces larmes. Pas qu'elles ne valent pas la peine de couler. Mais tu n'as pas à t'en faire pour ce qui c'est passé. Toute façon, tu pourrais chercher à retourner ciel et terre, quoi que tu fasses rien ne changera. » Sham eut une gêne dans son réveil, il se tourna, je du me déplacer un peu histoire de ne pas me retrouver écrasé « Pour ce qui est de Sham et moi, que tu ais été là ou non n'aurait rien changé. » devais-je lui dire que ce n'était pas durant la guerre mais durant une mission d'Oma que nous étions ''mort'' ?  Non « Te tourmenté par rapport à ce qui c'est déroulé ne changera absolument rien à la tournure que le tout à prix. Que ce soit pour nous ou pour Shousan. A vrai dire je me contre fiche de ce qu'il a pu arriver à ce village. Tout ce qui m'importe est que Sham aille bien. Grâce à tout ça il a pu échappé au fait de participer à cette stupide guerre, il n'a pas eu à se salir les mains. Et rien que pour ça je remercie la force qui nous a imposé ce saut dans le temps. » un saut dans le temps ? Tu parles, c'est cet enfoiré d'Oma qui devait payer mais pas pour l'instant « Sham doit être un des seuls shinobis à pouvoir se vanter de ne pas avoir de sang sur les mains. Après le fait qu'il n'ait jamais réellement participé à une véritable mission comparé à tous les autres aides grandement à ce point. »

Je marquais une petite pause, le petit homme remuait de plus en plus. Allait-il bientôt se réveiller ? Je le pense bien. Après tout ça faisait déjà un bon moment qu'il se trouvait lové dans les bras de Morphée.

« Tu n'as rien à te faire pardonner Eihiko, ce qui c'est passé n'est en rien de ta faute. Et comme je te le disais être là n'aurait absolument rien changé. Bien au contraire tu aurais peut-être pu être pris toi aussi dans cette force. A mes yeux et à ceux de Sham tu ne nous as pas abandonné. Et pour ce qui est de la santé de Sham ... Disons qu'il a eu une mauvaise passe à cause d'une femme totalement incompétente mais que maintenant il se trouve hors danger grâce aux soins apportés. » en parlant de lui il grommela quelques mots, voilà un moment qu'il n'avait pas parlé dans son sommeil, de plus dans un sommeil aussi agité, son corps perlait de sueur. Signe de bon soin ou non ? Cauchemar peut-être ... « Mais au lieu de le protéger de loin, je crois que tu ferais bien mieux de l'accompagner de près. Après tout on ne sait pas de quoi est fait demain ... Et puis, je ne doute pas un seul instant sur le bienfait que ça pourrait vous faire à tous les deux. »

Le petit homme se réveilla d'un bon, manquant de peu de m'envoyer voler plus loin. Il était essoufflé, apparemment ses rêveries n'avaient pas été très agréable. Ses yeux étaient encore dilaté par une peur certaine, son cerveau semblait être encore un peu endormi.

« J'ai encore rêvé ... de cette cave Tak ... Qu'on y était à nouveau. »

Oups, voilà qui était malin. Je lui fit signe du museau vers Eihiko mais il sembla pas me repérer immédiatement.

________________________________________

Je frissonnais encore sous l'image de cette ignoble cave qui m'était apparue en rêve. Ignoble que par ce qu'elle représentait et non à quoi elle ressemblait. Il me fallut un petit temps pour remarquer que Tak cherchait à attirer mon attention. Pourquoi ne parlait-il pas ? Ha ... Peut-être ... Et merde, on était pas seul ! Grave d'avoir parlé de cave ? Oui et non, suffisait de trouver un super mensonge.

« Heu bonjour ... Vous êtes ? »

D'ailleurs qu'est-ce que je foutais dans cette chambre qui n'était pas la mienne ? Et cette tenue ? Ces bandages ? ... Ca me revenait petit à petit mais quelque chose me frappa encore plus fort. Cette bouille, ces yeux bien qu'un peu différent et cette tignasse ... Mes yeux s'écarquillèrent, ma bouche s’entrouvrit d'abord de surprise puis d'un sourire.

Mon corps commença un mouvement de saut vers lui, impossible, il se stoppa net sous la douleur. Je portais mes mains à mon torse et mon ventre. Une troisième m'aurait plus pour le dos et encore une pour ma tête. C'était horrible cette douleur mais elle fut plus fulgurante qu'autre chose. Apparemment les soins que j'avais eu étaient de qualité exceptionnelle vu ce qui s'était passé. Mon visage, un peu grimaçant, se leva vers mon ami.

« Je crois que tu devrais dormir plus Eihiko, tes yeux sont tout gonflés. Et puis ...  » je pivotais un peu histoire de laisser mes jambes pendre du lit, juste vêtu de ces ignobles tenues d’hôpital « Je vois que toi aussi tu as pris de l'âge dans les dents ! J'espère qu'on pourra encore faire des courses ensemble sans que tu sois à trois cent mètres devant moi ... 'Fin c'était déjà comme ça avant aussi ... Héhéhé. » je riais de bon coeur, racontant des conneries en même temps. A vrai dire je ne savais pas quoi dire ... Mon attention fut portée sur le cadeau sur mon chevet « Ho du chocolat ! Ca tombe bien je meurs de faim ! »

S'occuper pour ne pas paraître trop con, voilà qui était un bon plan. J'en cassé deux barres, une pour mon meilleur ami et une pour moi. Tak ne pouvait pas en manger, le pauvre ...

« Tiens tu as une petite mine! Faut que tu manges. » un nouveau large sourire avec un bout de cette sucrerie déjà croquée « En tout cas ça fait plaisir de te revoir ! Ca fait un bail Eihiko ! Et encore plus pour toi apparemment. » je tentais de me lever, impossible, trop faible, trop douloureux « Merde, moi qui voulait faire un tour ... Et me griller une clope aussi ... »

Un petit moment de gêne et de honte. Sans lui dire la vérité je lui mentais. Encore pire, je savais très bien ce que Tak lui aurait dit et pas dit ... Je lui cachais la réalité ... A vrai dire j'avais même du mal à le regarder dans les yeux ... Il fallait que je camoufle ça. Un large sourire, ma main gauche bandée et le poing serré dirigé vers lui.

« Je suis heureux de te voir Eihiko ... Par contre, je crois que maintenant c'est toi qui va devoir me donner des conseils de drague ! »
Etudiant
avatar
Messages : 226
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
244/300  (244/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Juin - 12:55
Mon corps réagit tout seul quand Sham tend le poing. Ma main gantée vient le heurter. Un peu plus fort que je l’aurais voulu, mais c’est l’entrain. Je suis tellement content de le voir que j’en oublie pas mal de choses. Par exemple qu’il est malade. Ou la discussion que je viens juste d’avoir avec Tak. Pendant un instant, je mets tout de côté. Nos deux poings, c’est un peu symbolique. On a tous les deux pris un chemin différent depuis le temps. On en a bien bavé tous les deux, même si Tak dit que ça va, je ne suis pas aveugle. Et même si j’ai négligé ma fonction pendant cinq ans, un gardien Yokaï ne peut pas conclure que tout va bien dans cette pièce. La fourrure de Tak est déjà un témoignage en soi. Et ce que je sentais comme chakras dans l’atmosphère aussi.

S’ensuivit un moment de gêne. Sham et moi détournions tous les deux le regard. Lui pour je ne sais quelle raison, moi parce que je ne savais pas ce que je pouvais dire. J’en avais déjà dit une petite partie à Tak, mais j’avais oublié pas mal de choses. C’était pareil pour Sham, non ? Ca avait l’air. Je rigole. Doucement, puis plus franchement. Le même rire cristallin qu’autrefois. A se demander si le temps pouvait réellement tout changer, ou si certaines choses ne disparaîtraient jamais.

« Ahaha … Bordel. On a quand même l’air de deux crétins comme ça. »

Je lève le pouce.

« On n’a pas à tout se dire après tout. On sera toujours potes demain. On aura tout le temps de se raconter tout ça plus tard. Quand tu iras mieux par exemple. »

Je me vautre dans le fauteuil juste à côté du lit, tout en faisant sauter un morceau de chocolat en l’air pour l’attraper au vol. Ca fait tellement longtemps que je ne me suis pas senti aussi détendu. Je n’ai pas oublié qu’à cause de moi, en partie, Shousan avait perdu la guerre. Mais je sais que la plupart de mes amis sont encore vivants, que les civils ont été épargnés, que cette guerre aurait eu lieu que je sois là ou pas. Et que quel que soit le vainqueur, des morts, il y en aurait eu. Tout se met en ordre dans ma tête. Même le fait que l’Empire ait vaincu m’énerve moins qu’avant. Est-ce que finalement, tout n’irait pas bien ? Ce serait assez épatant mais, ce ne serait pas très éloigné de la vérité. Le monde était en paix, si ce n’était l’aile du phénix. Oh, bien sûr, il y avait encore des points d’ombre à combattre. Par exemple, l’Impératrice. Elle avait engagé mon père, rien que pour ça j’avais besoin de la confronter. J’avais encore du sang sur les mains, mais j’avais déjà renoncé à être un héros comme les définissaient ma mère, à être blanc comme neige et pur. J’étais un justicier, un peu paumé, qui cherchait des réponses et un semblant de vengeance. Il y avait encore des personnes qui avaient besoin de payer pour leurs actes. Mais quand je revoyais Sham, maintenant, j’avais les idées plus claires. C’était comme quand Shimizu était venue me voir et m’avait remis les idées en place. Comme dans la ruelle après la discussion avec Hanaki. Le contact avec le monde me faisait peut-être simplement réaliser qu’il y avait encore des gens biens.

Je grimace en entendant Sham parler de cours de drague. S’il savait comment je m’en étais sorti avec les filles récemment … Je connaissais plus les filles de métier que les filles moins expérimentées en fait. C’était un peu pathétique comme tableau de chasse.

« J’aimerais bien, mais le truc c’est que je suis pas beaucoup plus doué qu’avant … »

Des bruits de pas dans le couloir. Je me redresse d’un coup, les sens aux aguets. Les pas ralentissent au niveau de la porte. Une infirmière ? Je ne peux pas prendre le risque que qui que ce soit me voit après ce qui s’est passé en ville … Maintenant que j’y repense … C’était quand même bien stupide ce que j’ai fait. Tout ça pour prouver à Hanaki que l’Aile du phénix avait la mauvaise méthode, alors que je l’avais utilisée aussi. Quelle démonstration d’hypocrisie et … C’est bon, les pas s’éloignent, c’était rien. Je me rassieds, rassuré. Je vais pouvoir rester encore un peu. Je réalise que ma réaction excessive a dû alerter Sham et Tak quand je reporte mon attention sur eux. Ah bah oui, vu que j’ai remis les explications à plus tard ils n’en savent pas tellement plus sur moi que moi sur eux. Mon comportement, la jeunesse apparente de Sham … Ouais, vraiment, une longue discussion nous attend. Mais pas maintenant. Du regard, je suis les blessures de Sham. Puis je me justifie vaguement, histoire de pas les faire baliser :

« Ah oui, ça … T’inquiètes. J’ai fait une petite bourde à cause de ta nouvelle coéquipière en venant ici, et je suis peut-être recherché. Hanaki. C’est elle qui m’a dit que tu étais ici. J’ai fait pas mal d’autres trucs dont je ne suis pas très fier en fait. Mais bon … Je suis juste rassuré de voir que ma plus grosse erreur, finalement, n’a tué personne. »

C’était comme elle l’avait dit. Shimizu. On a jamais demandé à un gamin d’à peine quinze ans de sauver tout le monde. J’avais mis ce poids sur mes épaules tout seul, et à l’époque je n’avais pas la carrure d’assurer. C’était différent maintenant. Il fallait rester dans le présent plutôt que de sans cesse regarder en arrière. Et dans ce présent, j’étais suffisamment fort pour faire quelque chose.

« J’ai découvert que j’avais une demi-sœur. On a le même père. Je sais bien que c’est la fille de l’Eclair Noir mais … Enfin, même si elle a des manières un peu brusques et qu’elle est bizarre, c’est quelqu’un de bien au fond. Elle fait des trucs secrets, j’ai pas tout compris. Mais faudra que je te la présente à l’occasion. Ah, et avant que je n’entre il avait deux personnes ici. Ton frère et … L’autre femme, là. C’était qui ? Sa copine ? Parce que vu comment elle le regardait … »

Avant que Sham n’ait pu répondre, la terre tremble. Violemment. Je me rattrape au bord du lit plutôt que de me vautrer par terre. Une seule secousse. Trop brève pour un séisme d’origine naturelle. C’est quoi ce bordel au juste ? Je me faufile jusqu’à la fenêtre et je regarde les alentours. L’hôpital est juste une rue au-dessus de l’académie. Apparemment le problème vient de là-bas. De là où je suis, j’arrive à voir certaines choses. Un toit explosé, des gens qui fuient dans tous les sens.

« Il y a un problème à l’académie. Tout le monde a l’air paniqué. Je vais jeter un coup d’œil, tu m’attends là ? Je reviendrais te dire ce qui s’est passé. »

Je lève le pouce.

« Tu dois avoir des potes là-bas maintenant, non ? Compte sur moi. S’il y a vraiment danger, je les sauverais ! »
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 244
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
217/300  (217/300)
Points de vie:
303/303  (303/303)
Points de chakra:
876/876  (876/876)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Juin - 19:21
Ce me faisait un plaisir fou de revoir Eihiko, contrairement à moi lui avait bien changé. J'arrivais à encore voir celui que j'avais connu mais il me semblait se trouver au fond d'un trou en quelque sorte. Et puis cette haleine d'alcool, 'fin il avait l'âge, il n'y avait pas à juger là-dessus. Chacun ses petits vices.

Nos poings s'entrechoquèrent comme à l'époque. Un bon en arrière, il n'y avait pas d'autre mot pour ça. J'avais l'impression d'avoir réellement rembobiné le temps, pour tous pas juste pour moi.

Le moment de gêne laissa rapidement place à un moment de pure fou rire, impossible de se reprendre pour ma part avant un petit moment. De la légèreté, ça m'aurait fait un bien fou si je ne crevais pas de mal aux cotes en même temps. Une horreur et une joie en même temps. Mais il y avait quelque chose qui clochait ... Je ne me sentais plus totalement moi, un peu différent. Un écho en moi, un double même. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Y avait-il un rapport avec le fourmillement dans mes bras ? Cette sensation avait pratiquement stoppé mon rire, c'était très sec, il était éclatant et avait diminué en un instant.

« Oui et on le sera encore pour un long moment. »

J'étais peut-être un peu trop sérieux pour le moment. C'était cette sensation qui me dérangeais réellement. Et puis ce truc que je sentais dans mon pantalon, je n'osais pas trop regarder. Ca frôlait ma cuisse et même mon mollet ... C'était un peu gênant je dois l'avouer ...

Je mangeais du chocolat histoire de reprendre des forces. Tak était venu s'installer sur moi, rassurer que j'aille bien. Il ne disait rien, me laissant profiter de ce moment de retrouvailles. Malheureusement le tableau était un peu noirci par ces sensations. Je buvais un coup du soda qui était posé non loin du chocolat. Un autre cadeau ? J'étais plutôt gâté ! 'Fin ça manquait de ballon et de gâteau quand même ... D'ailleurs combien de temps avais-je dormis ? J'en avais aucune idée.

Je me redressais tant bien que mal, j'avais mal partout, c'était une horreur.

« C'est toujours plus que moi ... Quoi que c'est pas certain ça ! »

Je rigolais à nouveau, partagé entre sourires et grimaces. L'horreur ! Mais je ne pouvais pas m'en empêcher.

Soudain une tension apparu dans la pièce, Eihi se redressa d'un coup. Il écoutait avec attention. Qu'est-ce qu'il pouvait bien écouter comme ça ? Les bruits de pas ? Pourquoi être aussi ''apeuré'' à l'approche de ceux-ci. Il se détendit en entendant que ce n'était pas par ici qu'ils venaient.

« Quoi ? Tu connais aussi Hanaki ? Le monde est vraiment petit ... »

Si je m'étais attendu à ça. Qui aurait pu croire que ce serait Hanaki qui lui dise où je me trouvais ... Après c'est pas faux que c'était l'une des seules personnes que je connaissais. Surveillait-il mes mouvements ? Pour savoir que je fréquentais cette fille et Mori ? Et cette bourde qu'est-ce que ça pouvait être ? ... Il titillait ma curiosité mais ça ne servait à rien de creuser le sujet maintenant, comme il l'avait dit nous aurions le temps de bien discuter une fois que je serais à nouveau sur pied. D'ailleurs je fatiguais un peu ... Et je mourrais d'envie de savoir ce que pouvais être ce truc qui me frôlait la jambe.

Je ne savais pas trop quoi répondre à ce que mon ami venait de dire là ... Il avait une soeur du côté de l'Eclair Noir ? J'espère qu'elle ne lui en voulait pas pour ce qu'il avait fait subir à leur père ... Quoi ? Un de mes frère était passé ?! Je m'apprêtais à m'offusquer auprès de Tak. Pourquoi m'avait-il rien dit sur le fait qu'un de mes frères était passé ? Mais je n'eus pas le temps. Quelque chose fit trembler le bâtiment, c'était puissant ... Et cette décharge de chakra qu'est-ce que c'était ? D'ailleurs en parlant de ça, le miens était en totale liberté.

« Attend Eihi ! Je viens avec ... »

Trop tard, il venait déjà de franchir la fenêtre ! Et merde ! Je pouvais pas le laisser aller seul comme ça.

« Tak va vite le rejoindre. J'ai besoin de reprendre un peu de force. Arrange toi pour trouver du sable ! »

« De quoi tu parles ? Tu restes couché toi ! Il s'en sortira bien tout seul ! »

« Tak ! Je vais faire un tour chez les Kitsune et profiter de la cascade. Ca devrait me redonner un peu de force. Va maintenant ! »

Il hésita un instant avant de se lancer dans les pas de notre ami. Pour ma part j'envoyais un signal à Meisou qui répondit dans la seconde. Je sentis mon corps happé dans le vide. Un instant plus tard j'étais au mont Hansei.

« Salut Sham. Encore besoin d'aide ? Content de voir que tu t'es réveiller. Il faudra. » je le coupais, ce n'était pas dans mes habitudes mais ça pressait

« Désolé Meisou mais j'ai pas le temps. Tu peux m'aider à aller jusqu'à la cascade ? » il m’attrapa et me positionna sur son dos, non sans que je grimace

« Qu'est-ce qu'il se passe que tu es aussi pressé ? Tu sais bien que c'est pas bon pour un humain de trop se baigner dans cette eau. »

« Je sais mais il se passe un gros truc à Taki. Je peux pas rester ici les bras croisé. Il faut que j'aide. »

« Tu n'es pas le seul shinobi que je sache. »

« Non, mais Tak est en route pour là-bas et puis il y a aussi Eihiko ! Je veux pas les abandonner. »

Meisou semblait comprendre l'urgence de la situation, il pressa le pas. Comprenant qu'il ne servait à rien de tenter de me persuadé de ne pas agir. J'en profitais pour vérifier ce truc qui me dérangeait au niveau de la jambe. Une queue ? Qu'est-ce que ça voulait dire ?

« Il faudra qu'on en parle. Tu as subit quelques changement il semble ... Mère dit que c'est à cause de ce qui t'es arrivé. Ce n'est pas la seule chose, tes canines et tes oreilles ne sont plus exactement comment avant non plus ... »

Je passais ma langue sur celles-ci ... Pourquoi étaient-elles aussi pointue ? Et mes oreilles aussi. Qu'est-ce ça voulait dire ? Meisou semblait comprendre mon étonnement.

« Tu as d'autre chose à faire que de t'inquiéter de ça pour l'instant Sham. Et qui semblent bien plus importante que de te soucier de pourquoi tu vires un peu Kitsune. »

D'un coup de hanche il m'envoya balader dans l'eau, rien qu'en rentrant en contact avec je sentis mon corps aller déjà un peu mieux. Je n'avais plus qu'à attendre que Tak m'appelle. Plus je resterais ici et mieux je me sentirais. Histoire de rester tout de même un minimum discret et de lui faire un peu de pub, j'actionnais le sceau du Supershinobi. Au moins comme ça j'étais certain de ne pas être reconnu.

______________________

« Eihi ! Attends-moi ! »

Tak était essoufflé de sa course. En arrivant à niveau de son ami, il sauta sur son épaule.

« Sham a demandé de lui trouver du sable. Il va se joindre à nous. J'espère qu'il ne se passe rien de grave. »
Etudiant
avatar
Messages : 226
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
244/300  (244/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Juin - 12:44
Sham/Eihiko : 16 xp
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 244
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
217/300  (217/300)
Points de vie:
303/303  (303/303)
Points de chakra:
876/876  (876/876)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Est – Cité Administrative
-