AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Dim 18 Juin - 21:38
[...]
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Sep - 14:22

Une semaine que j'étais sorti de ce procès qui avait duré bien plus longtemps que je ne le pensais. Pas lui en lui même mais plus tout ce qui avait gravité autour. Ne serais-ce que ce séjour en centre de détention. 'Fin, ce n'était pas si long pour moi vu que je n'y avais fait qu'une journée. Il n'avait pas fallut plus pour que l'on tente de m'assassiner. Même pas une journée, même pas le temps de faire le tour du propriétaire. Je ne saurais pas dire où j'ai terminé mon incarcération. Il faut dire que mise à part le dernier jour je n'étais pas réellement en état de me rendre compte de quoi que ce soit. On ne m'avait pas loupé en même temps, heureusement que Rem était là. Je ne l'avais pas encore remercié de m'avoir sauvé la vie, en même temps je ne l'avais pas croisé depuis. J’espérais juste qu'il n'avait pas eu de problème suite à ça. Après tout il m'avait parlé de la mission sur la quel il était, je me demandais juste s'il avait pu terminer celle-ci. Vu ce que l'on m'avait expliqué j'avais un certain doute. Je n'avais pas eu droit à toutes les informations, après tout il faisait tout de même partie des espions. Mais c'était bel et bien l'une des seules choses que l'on m'avait expliqué lors de mon réveil. Je n'avais même pas de souvenir de ce qui s'était réellement passé, juste du premier coup et de la douleur que j'avais subi. A vrai dire j'en avais encore des séquelles, mon bras en écharpe, les cotes douloureuses et des bleus encore apparent.

En tout cas ça me faisait un bien fou de profiter à nouveau du confort que m'offrait le palais de l'Impératrice. Je n'avais ni mis les pieds à Taki depuis profitant un peu de la ville de Shi no kuni. Après tout j'avais eu droit à quelques jours de repos pour me remettre de tout ça. A mon avis c'était également en partie pour se faire pardonner de la tentative d’assassinat sur ma personne. Et puis il faut dire que même encore là je n'aurais pas été des plus utiles en mission et même en entraînement. Apparemment j'avais une condition physique de merde, c'est ce que l'on m'avait dit en tout cas. Une personne normale aurait été remise sur pied en quelques jours seulement. Moi j'étais affaibli ...

Ca ne faisait que quelques minutes que j'étais debout que l'on toquait déjà à ma porte, rien d'anormal  juste mon petit déjeuner et quelques livres qui arrivaient. J'enfilais ''rapidement'' quelque chose histoire de ne pas me accueillir la personne derrière la porte en petit tenue. Je le prévins bien sûr d'attendre quelques instants. Ce n'était pas simple de s'habiller avec un bras en écharpe plus ou moins inutilisable.

« Ho Maki, c'est toi. Désolé pour l'attente. Tu vas bien ? »

Maki, l'une des premières personnes que j'avais rencontré dans le palais, 'fin juste de loin. En tout cas aujourd'hui c'était la personne avec qui je m'entendais le mieux. Depuis la soirée que nous avions passé ensemble après le concert elle n'était plus aussi gênée face à moi. Je crois qu'elle ne me voyait plus du tout comme un invité de l'Impératrice mais plus comme un ''ami''.

Ses bras étaient chargé d'un plateau où il y avait de quoi bien commencé la journée. A l'une de ses épaules pendait un sac où devaient se trouver les libres que j'avais demandé. Si j'avais su que c'était elle qui s'en serait occupée je n'en aurais pas demandé autant.

« Très bien merci. Et toi, comment va ton bras ? »

Pour toute réponse je lui pris le plateau de ma main valide, j'avais tenté d’attraper dans un premier temps le sac mais elle avait reculé son épaule m'indiquant que ce n'était peut-être pas une bonne idée vu mon état. D'accord, j'avais des bras de neuf ans mais j'étais tout de même capable de prendre ce sac non ?

Depuis que j'étais revenu au palais le regard de Maki avait changé à mon égard. C'était un mélange de tristesse et de je ne sais pas exactement quoi. Pourquoi ? Peut-être parce que j'avais failli y passer. Ou alors elle faisait partie de ces personnes m'en voulant d'avoir menti à l'Empire. J'avais payé pour mon crime mais je restais une personne qui n'avait rien à faire dans l'armée de l'Impératrice pour certaine personnes, j'entendais même parfois dire sur mon passage dans les couloirs de ce bâtiment que je n'avais rien à faire en ces lieux. Tout ce que j'espérais c'est que ce n'était pas l'avis de Maki. Ca me semblait tout de même compromis, elle avait évité chacune des mes invitations depuis mon retour. Pourtant on m'avait dit que les rebelles attiraient les filles. Apparemment faire de la prison ne fait pas de quelqu'un un rebelle ...

C'est elle qui me ramena à la réalité en faisant un pas en avant, je remarquais que je lui bouchais à moitié le chemin. Elle déposa le sac empli de livre sur la table basse devant le sofa. Je fis de même avec le plateau d'argent.

« Voilà, tout est là Sham. »

« Merci, j'espère que ça n'a pas été trop dur pour mettre la main sur tous ces livres. »

« Je ne sais pas, ce n'est pas moi qui m'en suis occupée. »

Je ne savais pas trop quoi lui répondre. Ne comprenant pas d'où me venait cette désagréable sensation de culpabilité. Je la regardais faire demi-tour sans réagir, restant la debout comme un con. J'avais envie de parler mais je ne savais pas quoi dire. D'ailleurs m'en voulait-elle seulement pour quelque chose ? Certainement vu qu'elle était un peu plus distante. Je savais que je devais parler mais aucun mot ne voulait sortir de ma bouche. Je n'avais rien de trouver de mieux que de pointer mon nez vers la moquette alors qu'elle ouvrait la porte. Bizarrement je l'entendis s'ouvrir mais pas se fermer.

« Pourquoi tu as fais ça Sham ? » je suis surpris, relevant mon visage vers elle

« Fait quoi ? » je me doutais bien de sa réponse mais j'espérais que ce n'était pas ça

« Pourquoi tu as menti à notre Sainteté ? » je ne l'avais jamais vu aussi sérieuse ... quelque chose se dégageait d'elle, quelque chose qui me fit me sentir encore plus mal que je ne l'étais

« Je ne savais pas à quoi m'en tenir, je ne connaissais pas l'Empire comme je le connais aujourd'hui. Juste de la façon d'on on me l'a décrit à Shousan avant la guerre. »

« Sa Sainteté se bat pour que la paix continue à régner sur l'entièreté de l'Empire. Si tu avais été honnête depuis le départ tu aurais pu être un peu plus utile que tu ne l'as été. »

« Je sais ... Mais comme je l'ai dit durant mon procès si j'avais dit vrai je ne me serais jamais retrouvé près de l'académie pendant l'attaque. Qui sait ce qui aurait pu se passer si je n'étais pas intervenu ? »

« C'est vrai et je crois que l'Empire doit te remercier pour ça et non t'éviter comme certains le font. Mais si tu avais pas menti tu n'aurais pas été en prison. » son regard s’humecta un peu

« Ce n'était pas si terrible que ça tu sais. »

Si ça c'était pas du mensonge ... Me retrouver à nouveau enfermé, privé de toute liberté même durant aussi peu de temps avait été limite plus difficile que d'encaisser cette idée que l'on avait voulu me tuer. Avoir sa vie sur la sellette était une des conditions à accepter pour devenir shinobi, je ne l'avais jamais vécu dans le métier mais je le savais.

« Tu y es arrivé en un seul morceau et tu en ressors blessé. Je ne connais pas grand-chose à ton monde, je ne sais pas jusqu'où la médecine shinobi peut aller. Mais je sais au moins que si ce n'est pas si terrible comme tu le dis, on s'en sort indemne et sans blessure. »

Je restais interdit quelques secondes. Je n'avais jamais pensé à ça, jamais pensé que je n'étais pas le seul qui avait pu souffrir de cette situation.

« Je ne sais pas quoi te dire Maki ... C'est juste que ... »

« Maintenant que des gens tiennent à toi tu ne pas agir comme tu l'as fait. Tu t'es mis en danger pour rien, et à l'académie aussi. Si jamais il t'était arrivé quelque chose là-bas ? » j'étais touché par ses paroles mais je ne comprenais pas bien pourquoi elle m'en voulait pour ça ...

« On se connaissait pas encore à l'époque. On n'avait pratiquement pas parlé. »

« Mais maintenant oui ! Et s'il t'était arrivé quelque chose ! On ne se serait pas connu ! »

Elle s'était énervée en un instant, son teint avait un peu viré au rouge. Rien qu'à son regard je pouvais comprendre à quel point elle m'en voulait.

« Je te promets que je ferais attention maintenant. »

« Et tu feras comment ?! Maintenant que tout le monde sait que tu n'es pas un genin mais bien plus ! Tu vas avoir des missions de plus en plus dangereuse ! » elle avait fait un pas dans vers l'intérieur « Et puis tu seras de moins en moins là ! Tu vas retourner à Taki, ça sera comme avant, tu seras plus jamais à Shi no kuni bien que tu habites ici maintenant ! »

« Et tu veux que je fasse quoi ? Que je me range alors que je peux aider des gens ? Que je reste dans ma chambre à me tourner le pouce ? Je peux pas Maki ! J'ai les capacité d'aider et tu voudrais que je reste sur place ? » je m'énervais aussi un peu, ne comprenant pas vraiment ce qu'elle me reprochait, ce qu'elle essayait de me faire comprendre. J'avais aussi fait quelques pas vers elle

« Non ! Je veux juste que ... »


Anbu de l'Empire

Shûren :« Tu peux m'expliquer ce qui te prend ! »

On sursautait tous les deux. J'avais complètement oublié où je me trouvais, que la porte était ouverte. Je ne me serais jamais attendu à être interrompu et encore moins par lui.

« Je suis désolé monsieur Ono. Je n'ai pas réussi à retenir votre frère. » je fusillais du regard Shûren, il arrivait vraiment au mauvais moment

« Voilà pour votre déjeuner. Je vous souhaites une bonne fin de journée. »

Elle tourna les talons quittant la pièce aussi vite qu'elle le pouvait. Bordel, il aurait pu choisir un meilleur moment ! Je soupirais, Shûren semblait comprendre à l'instant son erreur. Je mourrais d'envie de lui courir après mais je ne pouvais pas non plus laisser mon frère planté là.

« Ne vous en faites pas. »

Le vieil homme sourit, il semblait être un peu dans l'incompréhension de ce qui venait de se passer. Il referma la porte en sortant de mes appartement.

Shûren :« Désolé d'arriver comme un cheveux dans la soupe mais il serait peut-être temps que tu t'expliques ! »

« Sur quoi ?! » on était tout deux énervé

Shûren :« Je sais pas ! Peut-être sur le fait que tu te ramènes à la maison redonnant l'espoir à certain tout en foutant la merde à cause de ceux qui ne te croient pas pour ne plus y remettre un seul pied par la suite ! Ca fait une semaine que tu n'es plus en taule et tu as même pas trouver le temps de passer ! Maman est à nouveau au fond du trou par ta faute ! »

« Ma faute ?! Qu'est-ce que tu racontes comme connerie ?! Tu crois que j'ai envie de remettre les pieds dans cette baraque ? Je peux pas faire un pas sans être surveiller ! C'est limite si on ne me surveille pas quand je chies ! Tu crois que ça me donne envie de me rendre dans un tel endroit ?! »

Shûren :« Ca n'arriverait peut-être pas si tu apportais des preuves ! Si tu expliquais enfin ce qu'il s'est réellement passé ! »

« Ha ! Parce que tu crois réellement que ça changera quelque chose ?! Je pourrais dire ce que je veux on continuera à pas me croire. Lui continuera à m'éviter quand il le peut ! La dernière fois il a carrément quitté la maison demandant à Yoshitoyo de me surveiller tout le long ! Sans même le cacher, il m'a carrément dit qu'il était là juste pour ça ! C'est vrai que ça donne clairement envie d'aller là ! »

Shûren :« Mais on est ta famille bordel ! On est là pour toi ! Quand est-ce que tu comprendras ça ?! Si même nous on ne sait pas ce qui c'est passé qui le saura ?! »

« Ma famille ? Tu te fous de ma gueule ?! Vous n'avez jamais été là pour moi ! Aucun, même ceux qui sont sympa avec moi aujourd'hui ! Même Mayaru ne se gênait pas pour se foutre de ma gueule à l'époque ! Rappels moi un peu comment vous m’appeliez ! »

Il hésita quelques instants, apparemment j'avais touché un point sensible. Je savais qu'ils étaient quelques uns à s'en vouloir de ce qu'ils m'avaient fait subir. Mais qu'est-ce que ça changeait concrètement ?

Shûren :« C'était il y a cinq ans Sham ! Les choses ont changé ! »

« Oui les choses ont changé ! Je ne suis plus le gamin faible que j'étais. Aujourd'hui je peux vous tenir tête à tous ! Je n'ai plus à avoir honte de ce que je suis ! »

Shûren :« Mais bordel ! Personne te demande de nous tenir tête ! C'est fini cette époque ! Putain ! Mais qu'est-ce qui te fait aussi peur ?! »

Mon silence semblait calmer la tension qui s'était installée. Je m’asseyais sur le sofa croquant enfin dans mon petit déjeuner. Je lui proposais quelque chose à manger mais il refusa prenant tout de même place à côté de moi.

Shûren :« C'est bon, je connais la réponse. C'est papa c'est ça ? »

Je fis simplement un oui de la tête, buvant un peu de mon chocolat chaud qui ne l'était plus réellement.

Shûren :« Tu peux me croire, il ne te fera plus aucun mal. J'y veille moi-même. »

« Je crois que tu te rends pas compte de ce qui se passe réellement ... »

Shûren :« Plus que tu ne le crois Sham. Tu te souviens du jours où on s'est retrouvé à Taki ? J'ai pas mal discuté avec Tak pendant que tu étais assommé. Il m'a expliqué ce qui t'es réellement arrivé. » face à me surprise il me rassura immédiatement « Je n'ai rien dit à personne, il m'a demandé d'attendre. C'est ce que je fais. J'espérais juste que tu m'en parles par toi-même. Je sais tout ce qui c'est passé. D'ailleurs, où est-il ? »

« On est un peu en froid pour l'instant ... Il t'a vraiment tout dit ? »

Shûren :« Oui, enfin je crois. » il se leva, traçant des sceaux sur la porte et les fenêtres qu'il ferma également « On ne pourra pas nous entendre comme ça. On n'est jamais trop prudent. Surtout dans un tel bâtiment. Sham as-tu enfin ouvert les yeux ? »

Je savais très bien de quoi il voulait parler, oui je m'en était rendu compte maintenant.

« Je ne sais pas comment ça se fait que je suis resté tant de temps sans comprendre ... Il y a tellement de preuve contre lui. » je me levais prenant la liste que le juge m'avait donné durant le procès dans l'un de tiroir près de mon lit « Il s'est carrément proposé pour être témoin contre moi. »

Shûren :« Avec ce qu'il a fait ce n'est pas du tout étonnant. »

« C'est même pire que ça Shûren. On a tenté de me tuer en prison, ce qui explique mon état là, merci d'ailleurs d'avoir pris des nouvelles ... 'Fin soit, c'est pas le sujet. Le type qui s'en ai pris à moi était clairement là pour ça. J'ai eu des infos qu'à mon avis je n'étais pas censé avoir par un ami, qui m'a d'ailleurs sauvé la vie. Je ne vois pas qui d'autre m'en voudrait à ce point. »

Shûren resta silencieux, réfléchissant à ce que je venais de dire. Il finit tout de même par prendre quelque chose à manger.

Shûren :« Très bien, on ne peut plus attendre. Il faut faire quelque chose pour ta sécurité Sham. Il ne peut pas continuer à agir. Si ça continue il va réellement arriver à son but. »

« Non pour l'instant on ne fait rien. Il faut encore attendre ! »

Shûren :« Comment ça ? Tu rigoles ou quoi ? On ne sait pas quand il cherchera à frapper à nouveau ! »

« Kazuhiro veut d'abord lui parler. Je lui ai promis de lui laisser le temps. »

Shûren :« Mais on a pas le temps Sham ! Il pourrait agir à tout moment ! »

« Je sais me défendre Shûren. C'était différent en prison, je ne pouvais pas utiliser mon chakra mais là c'est totalement autre chose. Je ne suis pas sans défense Shûren bien au contraire. »

Shûren :« Comme tu voudras. Je ne vois pas ce que notre oncle pourra faire. Surtout qu'il ne fait rien depuis qu'il s'est installé à Hoto. Par contre ne compte pas sur le fait que je reste les bras croisés. »

« Shûren ! Qu'est-ce que je viens de te dire. On peut pas agir pour l'instant ! Il faut juste attendre. »

Shûren :« Je parle pas d'agir contre père ... J'en reviens toujours pas ... Je vais juste rester dans les parages en permanence pour veiller à ce que tu risques rien. »

« Ce n'est pas la peine. Je viens de te dire que je sais me débrouiller ! »

Shûren :« Tu me demande de ne rien faire en attendant que notre oncle agisse. Alors laisse moi aussi faire ce que je veux. Toute façon tu n'auras pas le choix. » il se leva pour rompre les sceaux qu'il avait installé « Ne t'en fais pas, tu ne remarqueras même pas que je suis dans les alentours. »

Il se leva, prêt à partir. Apparemment on s'était tout dit. Il tourna simplement avant de quitter la pièce.

Shûren :« Au fait, elle est plutôt mignonne. J'espère que j'ai pas cassé ton coup. »
Anbu
avatar
Messages : 258
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
122/300  (122/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Shi no kuni :: Quartier Central – La Grande Cité :: Palais Impérial
-