AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Centre de détention pour jeunes shinobis

 :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Shi no kuni :: Les Souterrains Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 1 Juil - 16:05
La version gentille du Bagne, avec une partie en extérieur où les jeunes shinobis effectuent des travaux à l'air libre.
Elle est également sous bonne surveillance, mais c'est quand même moins dangereux et plus calme que la prison pour gros criminels qui se situent au fond des souterrains.
Chuunin
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
143/300  (143/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Juil - 8:29
J’avais l’impression d’être un boiteux sans sa canne, depuis que j’étais incarcéré. Même en prison, je trouvais moyen de garder le sourire ou de m’amuser. En plus j’étais en mission ultra secrète, et ça c’était vraiment motivant ! Par contre, l’idée de passer encore deux semaines sans Tenshi était dure à supporter. Bon ok, on en était capables. Mais ca faisait tellement longtemps qu’on faisait les quatre cent coups ensembles … Depuis mon enfance, je ne m’étais jamais éloigné de lui plus de quelques heures ! Ce n’était clairement pas une expérience agréable. Il y avait aussi cette impression d’être vulnérable, limite aveugle. Sans le flair de Tenshi j’avais l’impression de ne rien piger au monde qui m’entourait.
D’un autre côté je pouvais peut-être prendre ça comme un bon entraînement : je ne pouvais pas compter sur mon chien pour faire tout le boulot à ma place pour une fois. C’étaient mes propres crocs, mon propre flair, mes propres déductions. Ca risquait d’être compliqué, mais si je devenais plus fort que Tenshi, j’allais pouvoir le protéger pour toutes ces années où c’est lui qui l’avait fait. Le jeu en valait la chandelle. Je lui en devais pas mal.

Ma cellule n’était pas vraiment tout confort, mais pas loin. On n’avait pas le droit à tout un tas de choses, mais c’était quand même moins sévère que je ne le pensais. Par exemple, les bouquins étaient autorisés. Enfin pas tous : je n’avais pas eu l’autorisation de me faire amener toutes mes revues sur la médecine animale. Apparemment c’était le genre de lecture qui ne plaisait pas trop aux gardiens, ils disaient que c’était encourager les prisonniers à faire des conneries. Du coup j’avais plutôt attrapés quelques bande dessinées, c’était toujours ça pour m’occuper. Il y avait aussi accès à une salle de boxe sur notre temps libre, surveillée mais jouer des poings permettait de se détendre pas mal. Et de garder mon corps en bonne forme. Après tout j’étais en plein milieu d’une mission, j’avais pas le loisir de me ramollir.

Au fond, c’était une prison pour shinobis. Même si c’étaient les moins recommandables de l’Empire, aucun n’était fiché comme un gros danger : tous allaient être prochainement remis dans le système sous peu. Et la plupart n’avaient pas très envie d’avoir une promotion et de se retrouver au Bagne, ils voulaient tous faire bonne mesure et repartir en mission dès qu’ils le pourraient. Même, il parait, ceux qui avaient commis une petite faute auraient le droit de ne pas avoir de casier judiciaire. Moi, je n’allai pas y échapper … Mais bon, une petite incarcération de deux semaines pour coups et blessures ça ferait pas trop dégueulasse : ça pouvait arriver de se coltiner une mauvaise semaine et de faire une petite bêtise.
Plutôt que de m’apitoyer sur mon sort, je préférais réfléchir à ce que j’allais faire en sortant. J’avais déjà pris une décision : j’allais me positionner un peu plus sur la scène. C’était fini d’être un crétin et de flâner à longueur de temps. J’avais simplement réalisé que j’aimais les animaux, que j’étais un fervent défenseur de leurs droits. Et cette idée d’Akuma Tejinashi me trottait dans la tête. Il n’y avait plus de clan Inuzuka pour les défendre. Et il était temps que quelqu’un les remplace et prenne position pour les aider. Cette expérience carcérale me servirait de preuve à l’appui pour mener ma campagne. Je l’endurais donc sans broncher, en sachant qu’elle servirait ma cause, en la présentant comme une injustice.

Koori s’était montré très compréhensif quand je lui avais expliqué la situation. Il avait accepté de garder Tenshi et de veiller sur les soins de Sushi. Mais pas seulement : pas plus tard qu’hier, il m’avait envoyé une journaliste pour discuter. Pour préparer ma sortie, et les vagues que j’allais faire dès que je serais libre. Il était même venu me voir lui-même : il avait des contacts un peu partout dans l’Empire, auprès des Inuzukas isolés aux quatre coins de celui-ci. Il allait m’aider à les rassembler et à former un semblant de clan. Avec tous ces membres, même si ce n’était qu’une dizaine, on aurait déjà un bon poids. Certains avaient déjà un poste pas mal. Après, le truc avec les Inuzukas, c’était qu’on fonctionnait pas mal aux lois primales. C’était le genre de clan où le plus fort devait régner, où il fallait montrer ce qu’on avait sous le capot. Je savais bien que ça me pendait au nez. Dès que j’aurais retrouvé Tenshi, il faudrait leur montrer à tous que les meilleurs, c’étaient nous. Mais je savais que c’était le cas. Je n’étais peut-être que Chuunin, mais ça ne voulait pas dire que j’étais un incapable. Je m’en étais rendu compte depuis que je m’étais affranchi de mon senseï pour devenir mon propre maitre. J’avais passé ma vie à fuir, mais j’avais toujours eu une bonne raison. Je n’aimais pas me battre pour rien. Mais quand je me battais, désormais, quand je décidais que ça en valait la peine … Peu m’arrivaient à la cheville. Et quand je combinais mes forces avec Tenshi, c’était simple, il n’y avait plus personne pour nous arrêter. J’en étais intimement persuadé.

Enfin, la mission attendrait pour aujourd’hui : on m’avait annoncé une grande nouvelle. J’allais avoir un colocataire ! J’étais plutôt jaloux de tous mes compagnons du monde carcéral ! Chacun avait quelqu’un avec qui discuter le soir, et jouer aux cartes. Moi j’étais tout seul dans ma foutue cellule, c’était quand même triste.
Bon après, c’était pas trop le genre de milieu où on accueillait quelqu’un avec une boom pour lui souhaite la bienvenue. Mais j’avais quand même fait un bel effort : j’avais laissé le lit du haut. Parait que tout le monde le veut, donc je me suis dit que ça ferait cool de le laisser à mon nouveau compagnon de chambre.
Comme j’étais un fan de bande dessinée, j’avais préparé l’ambiance de Supershinobi, quand il était soupçonné d’avoir fait une connerie sous sa forme non super-héros. Il y avait un homme mystérieux, et qu’on découvrait comme étant Juunichi Sakiban, plus tard, le fameux maître de Supershinobi. Celui qui lui avait appris la technique du Dragon de la Justice. Avec un problème d’alcool qui l’avait envoyé en taule, mais quand même.
Du coup je me la jouais Juunichi ! Je me couchais sur le lit dix minutes avant qu’il arrive, avec un chapeau style far west sur les yeux, et une clope au bec. Je ne fumais pas beaucoup, mais j’avais gagné quelques paquets en pariant sur mes propres matchs de boxe avec les autres prisonniers. Du coup je pouvais faire style. Y’a pas mal de choses qui se gagnaient en pariant sur ces matchs, j’avais tout gagné, du coup j’étais déjà bien installé ici.

Je croisais mes mains derrière ma tête, habillé en pyjama à rayures blanches et noires, le seul que j’avais qui ressemblait à la tenue dans la BD. J’avais même fait exprès de pas me raser le matin pour faire illusion.
C’était trop la classe, décidément. Juunichi était clairement mon personnage de fiction favori.
Chuunin
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
143/300  (143/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Juil - 15:37
J'avais récupéré mes esprits quelques heures après cet interrogatoire. Il avait duré pas mal de temps, combien je ne saurais pas réellement dire avec cette fumée qu'on m'avait impossé mais en tout cas j'en gardais un souvenir et pas des meilleurs. Un bras cassé, il ne l'était plus réellement vu qu'on me l'avait soigné mais on m'avait prévenu que je garderais une douleur durant quelques jours. C'était pas ce qui m’enchantait mais au moins c'était bien mieux qu'être plâtré, surtout pour le bagne.

D'ailleurs j'étais en marche vers celui-là. Je me demandais quand même comment j'allais être accueillit. Il y avait cette part de moi qui s'en faisait, après tout mon gabarit était plus de celui qui ramasse la savonnette que celui qui donne les coup. Je me voyais déjà bloqué dans un coin, menacé et racketté ... Sans chakra j'étais rien ... Mais en même temps il y avait cette autre partie de moi qui se disait qu'avec mon nom de famille je pouvais m'en sortir bien mieux que la plupart des malabars.

J'étais encadré par deux shinobis, rien de grandiose, après tout je ne pouvais absolument rien faire dans l'état des choses. Je n'avais même plus les menottes, quelque chose planait dans ce bâtiment qui m’empêchai d'user de mon chakra. Autant dire que j'étais totalement démuni, je ne pouvais même pas faire appel à mes sceaux, chacun demandée au moins un peu de carburant ... Je ne pouvais même pas faire appel à Tak, il n'était même pas au courant de ma position. Il allait se retrouver bloqué dans le monde des Kyuochioses jusqu'à ce que tout se termine. D'ailleurs pour combien de temps en aurais-je ?

Je soupirais, stressé de cette position mais surtout apeuré de me retrouver une nouvelle fois enfermé. Comment allais-je réagir ? Je m'étais promis que jamais je me retrouverais dans une telle situation. Surtout avec ce sceau ... Ca m’inquiétai à vrai dire, peur de réagir de façon trop violente ce qui n'irait en rien à mon avantage. Plus je serais calme plus vite tout se terminerait. Ca n'avancerait pas mon procès mais au moins j'en aurais pas droit à un deuxième pour je ne sais quelle raison.

« Bien, rentre dans cette pièce. Tu vas également subir une fouille. On t'attend ici. »

Ca commençait bien ... L'horreur, je n'avais aucune envie ... Est-ce qu'ils faisaient des fouilles ... Je ne voulais même pas y pense. J'entrais dans la pièce indiquée boule au ventre, il y avait un homme, un Hyuuga, qui m'indiqua un cabine fermée simplement d'un rideau.

« Approche toi. » j'obéis « Sham Ono c'est bien ça ? »

« Oui. »

« Très bien. » il fit glisser la boîte se trouvant sur la table vers moi « Voici tes affaires, vérifie bien que tout ce qu'il y a sur cette liste se trouve bel et bien dedans. »

Je fouillais dans la caisse en jetant des coups d'oeil à la liste, mes parchemins, ocarinas et un peu de sable dans un sachet. Plus deux trois bricoles.

« Tout y es. »

« Parfait, signe en bas de la feuille dans ce cas. Il y a une cabine au fond de la pièce, tu peux te déshabiller dedans. »

« Totalement ?! » demandais-je étonné

Son regard en disait long ... Avant de me retourner je le vis sceller la caisse avec la liste dedans. Au moins j'étais certain de récupérer ce que j'avais laissé dans celle-ci. D'un pas lent je me dirigeais vers cette fameuse cabine, retirant un à un mes vêtements. Je n'avais aucune envie de me retrouver nu devant cet homme et surtout dans cette situation. Pas que j'étais pudique mais je sais pas ... C'était limite humiliant.

Ce fut nu comme un ver et une boule au ventre que je me présentais dans la tenue la plus simple. Peur de subir une fouille ... Brrr !

« Ha ... Ca va être plus long que prévu apparemment. »

« Comment ça ? »

« On m'a demandé de retranscrire tes sceaux afin de pouvoir les étudier. Ce n'est rien de bien méchant ne t'en fait pas. C'est simplement que comme tu as caché des informations à l'Empire les plus hautes instances ne désirent pas prendre de risque avec toi. Accepterais-tu de donner des informations sur ceux-ci ? Sache simplement que ce soit un oui ou un non leur secret sera percé. Après tout l'Empire a de grands pratiquants du fuinjutsu. » il beugea un instant bouche grande ouverte « Mais qu'est-ce que c'est que ça ?! »

« De quoi vous parlez ? » il me fallut quelques instants pour comprendre ... la queue qui se trouvait au bout de ma colonne vertébrale « Ha ... Disons que c'est un cadeau ... » il était surpris mais repris rapidement son sérieux

Bordel, ça allait de plus en plus loin. J'allais devoir maintenant expliquer chacun de mes sceaux ... Ca ne servait à rien de les garder cacher, après tout j'étais bon mais pas le meilleur. Je pouvais toujours tenter de garder le secret sur ceux comportant des symboles ou des liants des Kitsunes. Après tout, même très bon ils ne pourraient pas percer quelque chose qu'ils ne peuvent comprendre sans avoir les clefs. Oui, c'était risqué mais au moins ça pouvait me permettre de garder tout de même certain secret.

« Je vais faire le maximum, malheureusement certains n'ont pas été apposé par moi et je n'ai jamais osé les utiliser. »

« Très bien, je te laisse choisir par lequel tu veux commencer. »

J'étais gêné de me retrouver comme ça à nu devant cette personne en pointant des bouts de mon corps. Il posait à chaque fois un parchemin sur le sceau, celui-ci en comprenait un également. A l'activation une copie conforme de mes créations se retrouvait calquée dessus.

Je commençais par le sceau du Chien, le plus simple, le plus basique se trouvant à l'intérieur d'une de mes cuisses ... Le sentir aussi près de ma troisième jambe me mettait réellement mal à laisse. Soulagé quand il passa à celui de la voix sur ma langue, le parchemin même humidifié par ma salive n'eut aucun mal à prendre la copie conforme du sceau. Il les fit un par un, 'fin ceux que je lui montrais. Certain étaient caché sous mes cheveux, impossible pour lui de savoir qu'ils se trouvaient là ... A moins qu'il choisisse de me tondre les cheveux. après tout il avait dit que l'Empire ne voulait prendre aucun risque.

J'expliquais la capacité de certain. Ceux qui n'eurent droit à aucun développement furent tous ce qui contenait du symbole Kitsune, c'était le cas pour le sceau Liens Eternels et toutes les Unions que j'avais mis au point avec mes invocations.

« A quoi servent ceux-ci ? » il pointait du doigt ma nuque, mon ventre, mon torse et l'arrière de mes oreilles

« Pour le torse c'est un sceau qui me permet de stoker quelque chose, ne vous en faites pas pour tous mes sceaux j'ai besoin de chakra afin de les activer. Il m'est donc impossible d'y accéder. Derrière les oreilles c'est juste pour cacher mes capacités Uchiwa aux yeux des gens ... La nuque et le ventre en gros c'est ce qui me permet de camoufler mon chakra aux yeux des gens. »

« Je suppose qu'ils n'ont pas la même fonction. »

« Non, celui du nombril permet de bloquer du chakra dans une sorte de boîte hermétique. L'autre d'empêcher toute personne de capter mon chakra. »

« Je vois plus ou moins la subtilité. Je suis heureux de voir que tu continues à être coopératif. Donc pour les autres c'est des Kyuochioses qui te l'ont imposé ? »

« Je n'ai jamais dis ça. Ils font partie de cette partie de ma vie d'on je ne sais rien. »

Le fourbe ! Il avait tenté de me piéger. En même temps il y avait de quoi se douter que c'était bien eux qui les avaient apposé vu qu'ils étaient pratiquant dans ce domaine. Je préférais tout de même pas leur marcher le travail pour décrypter le reste de mes sceaux. Jamais les Kitsunes ne les aideraient, du coup ils allaient bien peiner pour percer le secret de leurs symboles.

« Nous allons passe à tes bras maintenant. Dis-moi pourquoi n'as-tu pas retiré ces bandelettes ? Je t'ai pourtant demandé de tout retirer. »

Et merde, je n'avais pas du tout penser à ça.

« Heu ... Comment vous expliquer ... Je ne peux pas les retirer sans qu'elles activent un sceau en-dessous. Ca pourrait être dangereux d'agir de la sorte. »

« Qu'entends-tu par là ? »

« C'est des sceaux très puissant qui renferment eux même une très grande puissance. » je ne savais pas du tout comment me sortir de cette situation

« Bien, attends deux secondes. »

L'Hyuuga se dirigea vers la porte et l'ouvrit. Il discuta quelques instants avec les deux shinobis qui m'avaient conduit jusqu'ici et revient vers moi me prévenant qu'il fallait attendre que quelqu'un arrive. Il continua à me questionner un peu sur mes bras. Une dizaine de minutes plus tard une femme arriva.

« Que ce passe-t-il Hogrami ? »

« Bonjour Jogi. Désolé de te déranger mais je me retrouve devant un problème. Shamen m'a demandé de relever tous les sceaux de ce garçon afin d'en apprendre un maximum sur ceux-ci. Mais il s’avérerait que ses bras contiennent des sceaux eux même maintenu par du fuinjutsu sur les bandes entourant ses bras. J'aimerais que tu m’affirmes si le fait qu'on les retire ou non éveillera bien des sceaux en-dessous. »

« Je vais voir ça. » elle se tourna vers moi « Tu es le fameux Sham je suppose, on entend pas mal parler de toi pour le moment. Merci pour ton intervention à l'académie. »

Je fus surpris de ce remerciement ... C'était à vrai dire la première qui le faisait directement.

« Heu ... C'est normal. J'allais pas rester les bras croisés non plus. »

« Bien, voyons voir ça. Expliques-moi à quoi servent ces bandes. »

« Comme j'expliquais à votre collège, elles servent à contenir un sceau très puissant. »

« Mais encore ? » en me parlant elle manipulait mes bras afin d'inspecter le fuinjutsu sur les bandelettes sous tous les angles

« Il n'y a pas grand-chose à dire de plus mise à part qu'il vaut réellement mieux pas les retirer. »

« Je vois, je vois. » à peine quelques minutes après avoir inspecté mes bras elle se tourna vers Hogrami « Je ne saurais pas te dire et à mon avis aucune personne pratiquant cet art dans l'Empire ne pourrait traduire ces sceaux. Je ne suis même pas certaine que ce soit des sceaux. Du fuinjutsu oui mais je ne comprend absolument rien, il n'a aucune logique ... » elle se retourna vers moi
« Qui t'as fait ça Sham ? »

« Encore une fois comme je l'ai dit, je ne sais pas. Ca c'est passé à un moment d'on je n'ai pas connaissance. »

« Très bien. C'est à toi de voir Hogrami. Est-ce que tu veux suivre les ordres de Shamen jusqu'au bout ou alors préfères-tu t'en arrêter là ? »

« Je préfères aller au bout des choses que de risquer de me mettre Shamen à dos. Sham, installe toi sur cette chaise s'il te plaît. »

« J'vous assure, il vaut mieux les laisser là. »

« On ne peut te laisser entrer dans le bagne sans savoir ce que cachent ces bandelettes. »

« Je vous aurais prévenu. »

La jeune femme alla chercher les deux shinobis qui m'avaient mené jusqu'ici. Elle les briffa rapidement sur ce qui allait se passer, bien qu'elle ne savait absolument pas ce qui allait suivre. Au début elle voulut ôter les bandelettes du bras droit mais sur mes conseils elle retira celle de l'autre bras. Un instant plus tard Kuzunoha s'éveilla, l'aura qui était le sien ne m'enveloppa pas cette fois-ci vu qu'il n'y avait pas une once de chakra disponible dans mon corps. Mais celui-ci subit quelques modifications, mes oreilles se firent encore plus pointues tout comme mes dents et mes yeux se cernèrent d'une légère teinte jaune semblant emmètre une petite lumière.

* Je vois que tu fais enfin appel à moi Sham. *

* Quoi ?! Depuis quand ? *

* Ne semble pas aussi surpris Sham. Ils pourraient voir que tu n'es pas seul en cet instant. Regarde, ils ont déjà fait un pas en arrière en voyant les modifications physique que tu viens de subir. Je vais te laisser tranquille pour l'instant mais je suis là ne t'en fait pas. *

Bordel ! Depuis quand ils pouvaient me parler mentalement ? Est-ce que ce qui s'était déroulé durant l'entraînement avec Hazame avait poussé un tel rapprochement ?

« Bien, remettez lui les bandelettes. Je ne vois rien de différent mise à part son physique. »

« Ca ne sert à rien de les remettre. Mais ne vous en faites pas, je serais calme et ne ferais aucun grabuge dans le bagne et ni-même ici. »

Ils tentèrent tout de même de les remettre, comme je l'avais dis c'était un véritable échec. Voyant qu'il n'y avait aucun risque tout le monde quitta la pièce mise à part le Hyuuga. Les minutes passèrent alors qu'il grattait des informations sur un carnet. Il reporta son attention sur moi au bout d'une bonne dizaine de minutes.

« Très bien. Prend place au centre de la pièce s'il te plaît, sur le sceau. »

Je ne l'avais même pas remarqué ... A quoi allait-il servir ? J'en avais aucune idée, plus ça avançait plus ma douleur à l'estomac était violente. A peine avais-je déposé un pied dessus qu'il s'activait, je ne ressentais absolument rien. Je mourrais d'envie de demander son bute mais ma bouche sèche sous le stresse m'en empêché.

« Parfait, tout est bon Sham. Tu peux prendre cette pille de vêtement et les enfiler. »

Alors que je m'avançais vers la cabine vêtement sous la main il me fit signe de me changer sur place ... Bonjour l'intimité ... Déjà que se retrouver nu devant quelqu'un était gênant, se changer était encore pire. Oui je retrouvais une certaine pudeur mais il y avait quelque chose d'étrange.

Le tout avait pris au moins deux bonnes heures. Les parchemins calques étaient plutôt lent à recopier les sceaux complexes, surtout les miens. Après tout comme l'avait dit Shura j'avais l'art de faire des choses complexes. Et puis il avait fallut attendre l'expert en fuinjutsu. Et il fallut au moins dix autres bonnes minutes pour que j'arrive à destination ... Ma cellule. Rien que de la voir je me sentais mal ... Au moins j'avais ces modifications physiques qui pouvaient un peu intimidé les gens.

« Te voilà arriver. »

On me poussa dans le dos refermant la porte immédiatement. Je me retrouvais avec un drôle de gars couché sur le lit inférieur. Déjà en pyjama ? Et ce chapeau ... C'était étrange ... Il avait des aires d'un personnage de fiction. Le senseï de Supershinobi, Juunichi. Il gardait le silence pour l'instant. Est-ce que c'était fait pour ou non ? J'en avais aucune idée ... Je jetais un coup d'oeil un peu partout. Il y avait quelques bandes dessinées posée.

* Je crois bien que c'est bel est bien une sorte de déguisement qu'il porte. *

* J'crois aussi ... *

Je me raclais la groge histoire d'annoncer mon arrivée ... Bien qu'il l'avait certainement déjà remarqué. Maintenant restait à savoir comment me présenter ... Quoi que non, le mieux était d'être directe.

« Salut, apparemment on est compagnon de cellulle. Je m’appelle Sham Ono, fils d'Oma Ono. J'ai été arrêté pour vol avec circonstance aggravante de meurtre. T'aurais vu la face du type quand j'en ai fini avec lui. Totalement méconnaissable. » je marquais une petite pause, hésitant entre me frapper pour ce mensonge totalement stupide ... j'avais pensé à parler de viole mais ça non, j'allais plus m'attirer de problème qu'autre chose « J'vois que t'es fan de Supershinobi. C'est pas pour les gamins ce trucs ? » et savoir qu'il est déguisé en senseï de Supershinobi c'est pas avouer connaître l'histoire sur les bouts de doigts ? « T'as été arrêté pourquoi toi ? »

Je m'adossais au mur toisant l'inconnu de l'air le plus intimidant que je pouvais sortir. Vu mon corps heureusement que j'avais de la prestance.

« J'espère que tu ronfles pas la nuit. J'ai tué des gens pour moins que ça. »

* Par Inari ... Je veux bien que tu tentes d'affirmer ta place mais là ... Tu vas juste te retrouver dans une pire posture que celle que tu aurais eu de base. *
Etudiant
avatar
Messages : 220
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
232/300  (232/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Juil - 14:34
Je vois que mon compagnon de cellule est un gros dur. Le genre pas commode. Vraiment balèze, qui a tué des gens, et tout le tintouin. Eh beh.

« Sham ?! »

Je retirais mon chapeau et le plus gros de mon cosplay, et les déposais sur le lit. Oui, c’était bien Sham. A croire que nous nous poursuivions. Ca faisait déjà trois ou quatre fois que nos routes se croisaient par hasard. Je commençais à me demander si en réalité, il n’était pas un de mes fans hystériques. Mais à la réflexion, je ne vois pas pourquoi un espion aurait des fans. Par contre, j’aurais bien voulu en avoir. Enfin il y avait bien les gamins qui m’attendaient à Shi. Ah merde, j’avais pas pensé à eux. Est-ce qu’ils allaient apprendre que je m’étais fait arrêter ? J’espérais pas, c’était pas trop leur donner le bon exemple. Surtout s’ils entendaient dire que j’avais tabassé un bourgeois. Ils allaient croire quelque chose comme ‘un type des rues qui fracasse la tête d’un riche’ et qu’on devait faire la loi nous-mêmes pour se hisser socialement.
Il fallait que j’aille les voir en sortant, pour éviter qu’ils se fassent des idées.


« T’as vraiment buté quelqu’un ? »

J’étais genre vraiment étonné : j’avais mal pour lui rien qu’à le voir grimper sur son lit, il avait tellement l’air d’avoir la consistance physique d’une biscotte. Après, il avait des tatouages, un nom célèbre de mafieux, et tout. Alors au final c’était peut-être vrai.

« Moi j’ai été arrêté pour avoir tabassé un type un peu trop riche quand j’étais à Hoto. Mais c’était une ordure finie. Enfin, j’aurais dû être relâché y’a quelques jours avec une amende, mais les services d’espionnage ont décidé que je devais rester en taule un peu plus. J’suis en mission secrète, tu vois ? J’ai quelques types qui ont une cible sur la tête ici, faut que je les surveille quelques temps. »

Maintenant que j’y repensais, j’étais quasiment sûr que l’Espionnage ne voulait pas m’y envoyer moi. Mais que les espions n’aimaient pas être coupés de leur chakra. Moi je n’aimais pas qu’on me coupe de mon chien, mais bon, de moi ils s’en foutaient. Alors que des autres, non. En plus j’avais la carrure pour me battre à l’aise sans utiliser de chakra. N’en déplaise à certaines célébrités locales, j’étais sans doute le ninja le plus rapide du monde naturellement. Ou vraiment pas loin. Et j’avais toujours été plutôt musclé, même si je faisais semblant d’avoir oublié de muscler mes neurones.

« Et non je ne ronfle pas, t’inquiètes. »

Tout en parlant j’enlève mon pyjama, pour enfiler des vêtements de sport à la place. Tiens, au passage, je me rappelle que Sham sentait le tabac la dernière fois que je l’ai croisé, quand Tak avait la fièvre. J’ouvrais un tiroir, pour lui tendre une cigarette.

« Tu veux ? J’en ai gagné pas mal, mais je ne fume pas. J’en échange de temps en temps quelques-unes pour avoir un truc sympa, mais honnêtement, j’en ai beaucoup trop, donc hésite pas à te servir. »

Je pointe le couloir du pouce, tout en enfilant maladroitement un t-shirt un peu trop petit pour moi.

« Je vais aller faire un peu d’exercice, mais je peux te faire un peu visiter au passage si tu veux. On ne croirait pas, mais si on suit tranquillement le rythme, ici, on est plutôt libre. Et il y a quelques endroits pour se distraire. On doit juste être là pile poil aux repas, pour bosser, et on a un couvre-feu. Sinon on peut vadrouiller un peu comme on veut dans les installations. Fin à deux ou trois exceptions près. »

Qu’est-ce qu’il était serré ce t-shirt. Je m’arrête au niveau de la porte de la cellule, ouverte en permanence sauf la nuit. Et je jette un regard interrogateur vers Sham pour savoir s’il veut venir. Je doute que ça l’intéresse beaucoup de taper dans un sac de sable, il n’a pas l’air d’être fana de ces trucs-là. Je me demande quelle mouche l’a piqué pour qu’il tue quelqu’un. Il avait l’air si gentil quand je l’ai croisé. Enfin, au fond, j’avais failli tuer Saburo Zabuza, moi aussi. Donc je ne sais pas si je devrais la ramener sur le sujet. Rien que cette idée me fit grimacer. J’avais du mal à réaliser que j’avais presque tabassé ce type à mort. C’était quand même pas dans mes habitudes de faire ce genre ‘’ d’exploit ‘’. Heureusement que les Tejinashis étaient arrivés.
Chuunin
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
143/300  (143/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 7 Juil - 20:19
Houa ! Quelle ne fut pas ma surprise. Encore lui ? J'en gardais la bouche semi ouverte. Ca commençait tout doucement à devenir étrange, d'abord le restaurant, puis le vétérinaire et maintenant là ? Trois endroit en si peu de temps et encore, si j'en crois ce que mon oncle m'avait dit il était également là comme serveur chez lui, j'avais eu du mal à y croire. Je me demandais si je devais commencer à me méfier ... Trois fois d'accord, et encore c'était quand même étrange le coup chez Kazuzu mais là ... Bordel, quel était la probabilité pour qu'il se retrouve dans la même prison que moi et surtout la même cellule ? Mais à vrai dire j'étais quand même soulagé de voir que je pouvais avoir une certaine forme de confiance en mon camarade de cellule.

« Nan ! Nan ! Absolument as, c'était juste au cas où. Je t'avais pas reconnu avec ton accoutrement à vrai dire et je me suis dit qu'il valait mieux donner l'impression d'être un dur à cuire ... Disons que j'ai pas trop le gabarie pour finir dans cet endroit. Je dois bien jouer les cartes que j'ai et m'en inventer d'autre. Jamais je ne pourrais faire de mal à quelqu'un d'autre ! »

* Fait quand même attention de ne pas aller trop loin. *

Je sentais son influence sur moi, elle était moins prenant par rapport à ce que j'avais déjà subit en mettant l'entraînement sur le côté. Sûrement dû au fait que je n'avais pas de chakra pour l'instant ou plutôt que je n'avais pas accès à celui-ci.

* J'ai dû faire au plus vite ! Et puis j'ai eu un peu peur ... *

* C'est normal, reste tout de même sur tes gardes ici. On ne sait jamais ce qui peu arriver dans ce genre d'endroit. *

C'était donc pour ça qu'il avait été arrêté à Hoto. Il me surprit encore un peu plus ... En mission secrète ? Qu'est-ce qu'il ne comprenait pas dans le mot secret ? Il n'était pas censé garder ce genre d'information pour lui ? C'était réellement un espion vraiment étrange, il faisait à l'inverse de ce que tous pratiquaient ... Il avait réellement une drôle de façon de faire. Fort heureusement il changea directement de discussion pour parler des ronflements ... Ouf je ne sais pas pourquoi mes ce sujets d'espionnage me m'était réellement mal à l'aise. Je me sentais pas à ma place en l'entendant parler de ça.

Sans que je ne puisse répondre quoi que ce soit il me proposa une cigarette que j'acceptais bien sûr, je n'avais absolument plus rien sur moi ... J’espérais juste qu'il avait un briquet dans le tiroir ou tout du moins que je trouverais une âme charitable pour m'en prêter un ... Hahaha, la bonne blague, je ne risquais pas fort de tomber sur ce types de gens. Oui ce n'était pas l'endroit le plus dangereux, ce n'était qu'un centre de détention pour jeunes shinobis mais bon quand même ... D'ailleurs heureusement que je n'avais pas été envoyé au bagne. Encore, une fois sans me laisser le temps il enchaîna, je le regardais avec amusement, il n'avait pas fière allure dans son t-shirt bien trop serré.

« C'est pas trop mon truc le sport mais je vais quand même venir avec toi. Comme ça tu pourras un peu m'expliquer comment ça fonctionne ici. D'ailleurs ça fait longtemps que tu es dans le coin ? » je mis la cigarette en évidence avant de la flanquer dans ma poche, aucune envie qu'on me la pique en chemin, je savais comment ça fonctionnait ici sans n'y avoir jamais mis le pied « Au fait merci beaucoup Rem ! »

Je lui emboîtais le pas, tendu et avec une furieuse envie de frapper dans un mur. Vu ma corpulence ça ne servait pas à grand chose mais je ne supportais pas d'être enfermé. Ca me rappelait trop ma cave, oui en plus grande mais tout de même ... Il me manquait une chose, le droit de pouvoir quitter cet endroit quand je le voulais et là j'aurais pu limite m'y plaire une fois une place faite.

La véritable raison du pourquoi j'ai suivi Rem ? Simplement parce qu'avec lui je risquais bien moins que tout seul. Contrairement à moi il était musclé et pas qu'un peu. Rien que de le voir on pouvait aisément deviner qu'un coup de sa part pouvait déboîter une mâchoire. Moi ça pouvait déboîter quelque chose aussi ... Plutôt mon poignet qui en subirait les dégâts ou encore mes doigts. Rien que la poigne de l'autre qui m'avait interrogé n'avait pas laissé mon corps indifférent et je ne parle pas d'un certain plaisir. Mais bon, j'avais tout de même pour moi ce côté bestial que j'abordais pour l'instant, devais-je d'ailleurs laisser dépasser ma queue ? ... L'arrière bien sûr. Non, je serais vite pris pour une cible, trop ressortant du lot. Déjà que là il ne serait pas simple de passer inaperçu ... Mais ma carte maîtrise était mon nom de famille. Dit suffisamment haut il pourrait faire peur ou alors apporter une certaine aide, après tout porter secoure au fils d'Oma méritait bien une petite récompense de la part de mon père non ?

« Sinon il est grand cet endroit ? »

Au bout de quelques minutes de marches nous commencions déjà à tomber sur quelques têtes. Comme le nom du lieu l'indiqué, ce n'était que des jeunes qui étaient enfermé ici ... Mais bon, je devais être le plus petit de tous ... Cette idée ne m'enchantait pas du tout, encore un point négatif pour moi. A croire que je m'amusais à les cumuler.

« Et au fait, y a des gens de qui il faut se méfier ? Genre Gros-tas qu'il faut pas fixer dans les yeux. »

En parlant de ça, c'est ce que j'évitais au maximum, croiser le regard de quelqu'un tout en ne donnant pas l'impression que je fixais le sol. Il me fallait trouver un juste milieu si je ne voulais pas sortir d'ici dans une heure les pieds devant.

* Etre démuni de ta force te rend vraiment peureux Sham. *

* Hé ! Ca va hein, j'aimerais bien t'y voir. Y a pas un gars qui me défait quatre dents d'un coup de poing ici ... Au moins dehors j'ai des trucs pour me défendre. *

* Je te comprend et je cautionne ta façon de faire, ne pas faire couler le sang. Mais tu me sembles tout de même pas mal perdu. *

Elle avait raison, je ne supportais déjà pas ce lieu ... Je mourrais d'envie de déjà tenter une évasion tout aussi fort que ce que ma curiosité me poussait à questionner Kuzunoha sur ce nouveau lien qui nous unissait mais je ne voulais pas donner l'impression que je me perdais dans mes pensées. Hors de question d'éveiller des soupçons.

J'eus la peur de ma vie au moment où je faillis bousculer une personne. Je m'étais décalé de peu rentrant un peu dans Rem au passage, l'autre avait pivoté sa tête tout le long de son passage plantant son regard dans le miens ... Voilà pourquoi je voulais pas trop lui parler aussi !!!
Etudiant
avatar
Messages : 220
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
232/300  (232/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 9 Juil - 12:15
Je me disais bien aussi que ce n’était pas trop le genre à tuer quelqu’un comme ça : il avait plutôt l’air d’un type sympa que d’un meurtrier mafieux assoiffé de sang.
Maintenant qu’il le disait, c’est vrai que son raisonnement tenait la route. C’étaient de jeunes shinobis délinquants qui trainaient dans les parages. Vu son physique de crevette, sans son chakra Sham ne devait pas se sentir en sécurité. Je m’en voulais un peu : j’avais passé beaucoup de temps depuis que j’étais ici à me morfondre de l’absence de Tenshi. Mais ça devait être bien plus terrible de ne plus disposer de son chakra, pour Sham, que d’être loin de mon chien quelques jours pour moi. Et en plus, je ne voyais pas Tak. Donc lui aussi avait été séparé de son compagnon. Lui aussi était sans son poto. Je n’avais plus trop le droit de me plaindre, surtout que moi j’avais encore de quoi me défendre.
Et en plus il n’avait pas l’air en mission secrète, donc il était vraiment en taule, lui.

Quand même c’était terrible de se retrouver ici. Je ne savais pas trop pourquoi, mais j’avais tendance à beaucoup croiser le chemin de Sham ces derniers temps. Plus le temps passait, plus je me disais que quelque chose ne tournait pas rond. Une fois ou deux ça pouvait être du hasard, mais là ça devenait carrément louche.
Et si c’était un espion chargé de surveiller les espions ? Je savais bien que ce genre de pratique existait, ça permettait de s’assurer que tout se passait bien. Et en fait non, ça ne pouvait pas être le cas. J’avais déjà mon propre surveillant. Il n’apparaissait plus du tout ces temps-ci, d’ailleurs. Je me demandais bien ce qu’il devenait, Kuro. Je ne l’aimais pas et il me foutait un peu les jetons, mais bon, quand je ne le voyais plus du tout c’était encore plus flippant. Parce que ça ne voulait pas toujours dire qu’il ne passait pas de temps en temps. Juste que je ne l’avais pas vu.
Non, en fait, j’ai beau retourner le problème dans tous les sens, ça doit être juste du hasard. C’est un peu étrange, mais il n’y a sans doute pas de quoi s’alarmer.

Sham décide de me suivre quand je lui dis que je vais faire un peu d’exercice. Honnêtement, c’est plutôt une bonne idée. Surtout que je lui ai proposé de lui faire visiter. Nous passons devant différentes salles, j’en profite pour lui pointer du doigt la bibliothèque (enfin y’a plus de bande dessinées et de romans qu’autre chose), les escaliers pour monter dans les jardins (là où on bossait tous les après-midis), le réfectoire, et enfin la salle de sport.

Tout en marchant, Sham me demande s’il y a des gros bras à ne pas provoquer. Je me contente d’un sourire confiant. Oui, j’ai beau être un gros lâche, quand j’ai vraiment l’avantage je ne me prive pas de l’afficher. Bon faut que je l’ai de A à Z par contre. Je croise les bras derrière la tête.


« Tu sais c’est un centre pour les jeunes ninjas. On a même le droit à des sanitaires par section, et pas dans la chambre. Il n’y a quasiment que des Genins ici. Quelques rares Chuunins … Mais curieusement, ils ne m’arrivent pas aux chevilles. Je suppose que l’entrainement d’Ikusa-senseï, même s’il est complètement dément, doit fonctionner mieux que je ne le pensais. Dès qu’ils te verront avec moi je pense que tu seras tranquille. Si ça ne les décourage pas y’en a bien un ou deux à éviter … mais honnêtement il y a peu de gens vraiment courageux. Fais-leur le speech avec ton nom de famille, ça va les calmer aussi sec crois-moi. En fait si je te connaissais pas, ça m’aurait sans doute fait un peu peur aussi. Ton père n’est pas connu pour être très tendre. »

Réalisant que ce n’était probablement pas très sympa de parler du père d’un ami comme ça, je me repris le plus vite possible :

« Enfin je ne dis pas ça méchamment hein. Je ne suis pas trop du genre à mentir pour rien, en fait, surtout avec quelqu’un que je considère comme un ami. Mais je ne juge pas ton père du tout. En fait, ça va te paraître un peu con, mais le mien est probablement fait du même bois. Et pourtant ça reste mon père. Je ne sais pas comment tu t’entends avec le tien, donc je ne vais pas dire que je te comprends, juste que personne n’est parfait. »

D’un côté heureusement, sinon tout serait ennuyeux. Et d’un autre, j’en aurais été bien aise : je détestais quand les choses se compliquaient. Et j’aimais bien que ça se passe de façon cool, sans risquer ma peau ou quoi que ce soit qui appartienne à mon corps.

« Et non je ne suis pas ici depuis longtemps. J'ai un peu trainé dans une prison à Hoto avant d'être amené ici. Ca doit faire une semaine à peine. J'ai juste tabassé un type qui maltraitait son chien. Il était vraiment en mauvais état, au bord de la mort. Du coup j'ai voulu lui faire goûter ce que ça faisait. J'ai failli le tuer et il a porté plainte, je sais bien que j'aurais dû me contrôler. Mais quand j'ai un lien aussi fort avec Tenshi ... Eh bien disons que je déteste ce genre de type. Le souci, c'est qu'il était riche et influent. Mais il ne l'emportera pas aussi facilement. J'ai un projet et je compte bien lui en faire baver. Légalement cette fois. »

En entrant dans la salle de sport, un maton à l’entrée me propose des gants, que je décline poliment. Vu mon entrainement à Sahigumo, dans la jungle des grands singes, je n’ai pas vraiment besoin d’en porter. Mes doigts sont plus solides que de l’acier, et la peau de mes mains aussi. Je peux frapper dans un sac de sable sans m’écorcher pendant plutôt longtemps.
Les plus costauds des prisonniers sont ici. Pendant qu’on passe devant eux, je me tourne vers Sham, en parlant volontairement d’une voix suffisamment forte pour être entendu, mais pas non plus de trop pour rester ‘naturel’ :


« Je sais que ce n’est pas trop ton truc, mais tu veux que je te montre deux ou trois mouvements ? Ca ne sera pas grand-chose, mais si un jour t’es dans la merde, ca te permettra au moins de mettre KO un imbécile ou deux assez facilement. »

Non, franchement, c’était uniquement parce que j’étais très bon sans chakra que je me permettais ce genre de choses. Quand on résumait les capacités de quelqu’un à de pures capacités physiques j’étais très confiant, et je savais que c’était à raison. Si j’avais voulu, j’étais certain que j’aurais pu maitriser la plupart des surveillants. Enfin, en supposant qu’ils n’avaient pas de dispositifs étranges qui leur permettent de paralyser quelqu’un même s’il n’utilisait aucune ressource autre que son corps.

On s’éloigne un peu du groupe de durs, et j’ajoute pour Sham :


« Je disais ça pour bluffer, mais tu veux je peux vraiment essayer de te montrer quelques trucs. Tu ne deviendras pas adepte des arts martiaux pour autant, mais deux ou trois astuces de self-défense pour faire face à quelqu’un de plus rapide et plus fort, ça peut aider non ? Même si la plupart des adeptes des arts martiaux savent contourner ces petits pièges, contre un voyou pourquoi pas … Après tout on ne sait jamais quand un imprévu peut arriver, comme actuellement. Le chakra est merveilleux mais il nous fait parfois oublier que nous sommes de simples humains, tu ne crois pas ? »

Tout en parlant, Rem s’échauffa rapidement sur un sac de sable. Il ne frappait pas vraiment, mais réchauffait ses muscles en les sollicitant. Sa technique de frappe était assez bizarre : il utilisait le bout des doigts, réunis tous les cinq pour former une sorte de bec. Et pour les pieds, qu’il gardait nus, c’était le bout de son gros orteil qui servait de perceuse. Les autres serrés au maximum les uns contre les autres pour lui transmettre toute la force des muscles du pied et de la jambe.
S’il freinait ses coups avant qu’ils atteignent le sac, c’était surtout pour éviter de le percer.


« Dis, je me pose toujours la question quand quelqu’un choisi une autre spécialisation que la mienne. C’est venu tout seul pour toi ? Je veux dire, tu as toujours voulu choisir la tienne ? Ou tu as songé à autre chose avant ? »

Avec un sourire, en interrompant mon échauffement, je lui avouais :

« Moi j’ai longtemps voulu faire de la médecine. Mais bon, y’a vraiment des trucs qu’on ne peut pas faire même avec de la volonté. Je n’ai jamais réussi à produire le chakra vert qu’ils utilisent, même si j’ai pas mal essayé. »

Enfin, au final, je n’étais pas si mécontent. En exerçant sans relâche mon corps, j’avais acquis une vitesse pas possible. Dont je me servais surtout pour fuir, certes.
Chuunin
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
143/300  (143/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 11 Juil - 12:22
Non il n'y avait rien à faire, cet endroit me donnait vraiment la chaire de poule, je ne supportais pas d'être ici. Enfermé comme ça, ça me rendait parano. Me ramenant directement à ce que j'avais vécu durant pratiquement cinq années. Oui c'était le grand luxe mais ça ne restait pas moins une prison, tout comme ici. Le confort n'avait aucune importance, c'était la liberté qui en avait et ça on m'en avait privé durant un bon quart de ma vie et là ça recommençait. Le pire c'est que comme la première fois je ne savais pas pour combien de temps. La date du procès n'avait pas encore été fixée, on m'avait promis de me tenir au courant dans les plus brefs délais. Je grattais l'arrière de ma tête, là où se trouvait le sceau qui me permettait de modifier mon âge. Moins bien je me sentais et plus il était oppressant. Autant dire que là il agissait sur mon morale intensément. Aujourd'hui il était même arrivé jusqu'à me convaincre totalement que j'avais quinze et non vingt ans.

« Tu me rassures Rem. » dis-je en pivotant la tête rapidement, d'abord à droite puis à gauche et enfin dans mon dos avant de reporter mon regard droit devant moi « T'en fais pas à propos de mon père, c'est réellement pas un tendre. Vraiment pas ... Mais bon comme tu dis un père reste un père, quoi qu'il fasse il n'en reste pas moins une personne qui fait partie de notre vie qu'on le veuille ou non. »

Me plaindre de mon père serait légitime, c'est ce que j'avais toujours pensé ... Mais depuis que j'avais appris qui était celui d'Eihiko et ce qu'il avait fait ... Le miens passait pour un ange à ses cotés. Rien à voir avec le fou que mon ami avait eu droit.

« Pourquoi con ? Je trouve ça plus dommage que con. J'aurais bien aimé avoir un père comme la plupart des gens, quelqu'un de normal qui ne fait pas peur juste à l'entente de son nom ... Et encore, je crois qu'ici ça n'a rien à voir comparé à Shousan. Il s'est calmé je crois. »

Ikusa ? C'était sûrement le type que l'on avait croisé en coup de vent au restaurant. Celui qui avait fait fuir Rem comme une flèche. C'était donc bel et bien son senseï. D'abord un père pas très sympa, s'il était du même bois que le miens, et ce senseï qui faisait froid dans le dos. Sans prévenir je fis volte face, impression d'être observé, mais il n'y avait rien.

« L'entente avec mon père ? ... On va dire qu'elle est pas au top mais que ça va sûrement s'améliorer avec le temps. Je n'ai pas vu ma famille durant cinq ans du coup c'est pas évident pour le moment. C'est même un peu tendu. Et toi ? Comment ça se passe avec le tien ? »

Frappé pratiquement à mort un homme ... Je n'aimais pas beaucoup entendre ça mais avais-je quelque chose à redire là-dessus ? Si jamais quelqu'un s'en était pris à un de mes amis j'aurais agit de la même façon, je ne pouvais que le comprendre. J'aurais moi aussi foncé dans le tas sauf que je ne me serais pas stoppé aux poings. A quoi bon ? Je me serais brisé des os rien de plus. Non, j'y aurais été aux jutsus ... Autant dire qu'il n'aurait sûrement pas eu la chance de ce type.

« C'est pas la façon d'on il faut procéder mais je peux comprendre ... C'est difficile de se maîtriser dans ce genre de cas. C'est même pratiquement impossible mais heureusement que tu ne l'as pas tué. Je crois que tu t'en serais quand même voulu. Même si c'est la pire des crapules c'est quelque chose qui ne doit pas être simple à porter sur ses épaules ... Oter la vie ... Heureusement que jamais je n'ai eu à le faire et j'espère que ça continuera comme ça ! Et si tu veux, pour ce qui est de le faire baver légalement je pourrais te donner un coup de pouce. Après tout on est ami non ? »

Je souriais à pleine dents, oubliant durant un instant où je me trouvais et la façon d'on je rencontrais à chaque fois Rem. Et puis même s'il avait été là pour m'espionner ou que sais-je d'autre il était quand même venu en aide à Tak et rien que pour ça je ne pouvais que lui être redevable. Un instant, pas plus, je me regrattais l'arrière de la tête.

Un entraînement physique ? Est-ce qu'il se moquait de moi ? Avait-il seulement vu à quoi je ressemblait ? J'étais fin comme une feuille de papier, espion c'est ce que j'aurais du faire ... Passer sous les portes devait être à ma portée. Invisible de profile, 'fin si on faisait abstraction de mon nez en trompette qui dépassait légèrement. Qu'est-ce que j'avais pu l'entendre celle-là.

« Heu pourquoi pas ... Mais je ne suis pas super bon hein ... Et même plutôt mauvais. »

Bon, c'était peut-être pas le truc à dire là maintenant. Mais comme l'avait dit Rem maintenant que l'on me voyait en sa compagnie les regards étaient différents de quand j'étais arrivé accompagné simplement de matons. Peut-être avait-il raison ... Oui j'étais réellement mauvais et c'est ce qu'il me faisait réellement défaut, mes capacités physiques ... J'étais lent, je pouvais perdre un bras de fer avec le premier enfant venu et pour couronner le tout j'étais aussi résistant qu'un chips sous une semelle de chaussure. Moi mon truc c'était les bouquins, j'étais également bon en ninjutsu et en genjutsu mais une fois qu'il fallait appliquer ça sur le terrain j'étais un peu perdu ... La force d'un Kage avec l'expérience d'un genin fraîchement promus ... Tu parles d'un gaspillage.

Nous étions éloignés du reste du groupe, je ne pouvais m'empêcher de zyeuter souvent vers eux. Il y avait quelque chose qui me maintenait en alerte. Peut-être ce type qui me fixait sans arrêt  ... A moins que ce ne soit encore un tour du sceau. Bordel, je ne pouvais pas réellement me fier à ce que je voyais. Calme toi Sham me répétais-je sans cesse. Je luttais pour ne plus regarder vers eux, si ça continué j'allais réellement m'attirer des problèmes pour quelque chose qui ne se passait peut-être pas. Je me grattais encore l'arrière du crâne, foutu sceau ! Rem me ramena à la réalité en me parlant à nouveau.

« Heu oui ... Pourquoi pas. Ca pourrait m'être qu'utile. Je me rend compte là que sans chakra je ne suis rien ... Toi tu mets tout le monde à terre, moi je pense bien que tout le monde me met à terre en me brisant une cote au passage. »

Je le regardais frapper dans le sac de sable, c'était vraiment étrange comme façon de faire. Jamais je n'avais vu ça ... C'était un peu comme s'il imitait un serpent avec ses mains et ses pieds, frappant de façon rapide et sèche sans jamais toucher sa cible. Ses mouvements étaient millimétré. On aurait réellement dit que sa main était le bout d'une pique prêt à pourfendre la moindre chose croisant son chemin. Je ne fis que des échauffement personnellement, mes muscles n'avaient pas la capacité de ceux de l'Inuzuka, je devais y aller plus doucement que lui.

« Nop, j'ai toujours voulu faire du ninjutsu. C'est ce qui se pratique le plus dans ma famille. A l'époque j'étais le seul shinobi dans le tas mais ils avaient tous des cours pour apprendre à se défendre. Moi aussi, je connaissais les techniques de bases avant d'arriver à l'académie de Shousan. Vu que mon père et mon frère jumeau pratiquaient déjà le ninjutsu je ne me suis poser aucune question. » à l'époque je possédait même la même affinité que mon père « Mais j'aurais sûrement très bien pu prendre le chemin de la médecine ou du genjutsu. Je suis plutôt bon dans ce dernier mais bon, c'est pour tape à l'oeil que le ninjutsu. » je souriais à nouveau ... si j'avais su c'est la médecine qui m'aurait été le mieux, je ne serais pas très bon mais elle aurait été parfaite avec ma façon de penser « Et pour ce qui est de produire le chakra vert disons que je n'ai pas réellement de problème pour ça ... Je ne suis pas encore capable de le faire mais ça ne saurait tarder. Je ne sais pas si tu es au courant, mais le jour où tu as été arrêté à Hoto j'étais à la buvette de mon oncle. Kazuhiro Uchiwa, si j'ai bien compris tu travaillais pour lui à ce moment. Et comme tu peux t'en douter je fais également partie des Uchiwas du coup un jour ou l'autre je serais en mesure de copier de la médecine et je n'aurais même pas à apprendre à maîtriser ce chakra vert, ça viendra tout seul. C'est un avantage que mon clan possède. »

Un jour ou l'autre ... C'était totalement à double sens, ni un mensonge ni la vérité. Je laissais sous entendre que je ne possédais pas encore le sharigan trois virgules qui m'aurait permis de copier. Mais je ne disais pas non plus ne pas l'avoir, laissant entendre que je n'étais pas encore tombé sur quelqu'un sur qui copier de la médecine. Mais encore une fois c'était faux, je connaissais une technique de la branche des poisons. Devais-je réellement en parler ? Qu'importe, ce n'était pas une grande cachotterie.

« C'est dommage que tu n'as jamais su développer ce fameux chakra, ça aurait collé à merveille avec tes connaissances médicales sur les animaux. »

Une nouvelle fois je fis volte face, un bruit ... Mon imagination ? Il n'y avait rien de neuf et pourtant j'avais bel et bien entendu quelque chose. Foutu sceau ? J'en savais rien, en tout cas je le grattais à nouveau reportant mon attention vers Rem.

J'étais suffisamment échauffé, ou tout du moins je le pensais. J’espérai aussi. Je pris une position de combat tout sauf adéquate. On aurait pu me faire tomber en un rien de temps vu la position de mes jambes. La défense ? Contournée en un rien de temps. Et j'en passe ... C'était vraiment une horreur mais j'étais persuadé que c'était une bonne façon de se positionné.

« Sinon, ça va mieux par rapport à l'autre jour ? C'était quand même bizarre ce qui t'es arrivé quand je suis passé te voir pour Tak. Tu es sur que tu n'es pas malade ou un truc comme ça ? »

« J'espère que je ne serais pas trop mauvais en tout cas ... » dis-je un peu gêné

Maintenant que j'y pensais où était passée Kuzunoha ?
Etudiant
avatar
Messages : 220
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
232/300  (232/300)
Points de vie:
180/270  (180/270)
Points de chakra:
231/1180  (231/1180)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 17 Juil - 18:00
Bizarrement, la conversation sur nos darons respectifs avec Sham avait quelque chose qui détendait. Il avait aussi eu le droit de tirer un sacré numéro. L’entendre dire qu’il s’était calmé depuis Shousan n’était pas si étonnant cela dit : les lois de l’Empire, et les châtiments qui allaient de pair avec, étaient un rien plus étriquées que celles de l’ancien pays du feu. Et elles étaient pas mal sévères : Shi n’était pas le genre d’endroit où on pouvait impunément faire le mariole. D’ailleurs, qu’on soit tous les deux en prison malgré des actes pas vraiment gravissimes, en était un bon témoignage. Quoique dans mon cas, j’avais quand même un peu abusé.
Même si ça semblait être un peu plus compliqué pour Sham : contrairement à moi il avait une fratrie nombreuse, et surtout il n’avait pas choisi de ne plus voir son père. C’étaient les circonstances qui en avaient décidées à sa place.
Du coup je me disais que je n’étais pas tant à plaindre, quand je songeais à tout ça avec un peu de recul. Enfin, on n’allait pas comparer hein. Je me plaindrais quand même. D’ailleurs c’était mon tour, et c’était justice que j’en parle un peu, vu que contrairement au père de Sham, mon père à moi n’était pas vraiment une personnalité publique donc il ne savait rien sur lui.


« Mon père à moi … Voyons voir … je crois que je ne l’ai pas vu depuis pas mal d’années maintenant. Ou alors juste croisé, on ne se parle plus. Je ne sais pas si c’est entièrement de sa faute, ou seulement de la mienne, mais je n’ai jamais accepté son métier. Il est banquier, ou au moins dans la finance je ne sais pas précisément ce qu’il fait. Mais en gros il investit des fonds pour le compte de la banque, et il récolte les fruits une fois qu’ils sont mûrs. Tu me diras, c’est pas si terrible, mais bon, il a l’art de ne pas appuyer les bonnes causes et de ne voir que le pognon qu’il peut en tirer. Je sais bien que c’est légal, tout ça, mais je déteste ce type. »

Je haussais les bras de façon très explicite : je n’avais jamais pu me résoudre à le supporter, ou à faire avec. Sham semblait être plus courageux que moi sur ça : j’avais préféré le fuir que de lui faire face ou tenter de le faire changer.

« Et puis il m’a caché longtemps certaines choses sur ma mère que j’avais besoin de savoir, pour m’expliquer des événements qui me sont arrivés. Je ne suis pas sûr que je lui pardonnerais un jour la façon dont il m’a menti toutes ces années. »

Ôter une vie … Pratiquement tous les ninjas étaient passés par cette étape. Et je ne faisais pas exception à la règle : ça m’était arrivé deux fois. Lors de missions avec Ikusa-senseï principalement. Des combats violents, dans les deux cas c’était tué ou être tués. Et même si pour le premier ce n’était pas mon coup qui avait achevé l’ennemi, j’avais quand même bien participé. Et la seconde fois, c’était bel et bien mon poing qui avait fait le travail. J’en avais été malade pendant plusieurs jours, avant qu’Ikusa-senseï ne me tire de mon lit pour me jeter dans le désert pour une course à pieds qui avait durée trois jours, avec à peine quelques heures de sommeil la nuit pour récupérer. L’entrainement habituel avec lui, même si là il avait un peu poussé. Mais en tous cas j’avais cessé de me remettre en question en revenant. Les choses étaient ainsi. Et j’avais appris ce jour-là que je pouvais tuer. Pas par plaisir, mais pour me protéger, protéger Tenshi, quand nous étions dos au mur et que notre vie était en danger. Que je pouvais même le faire sans hésiter. Ca n’était plus arrivé depuis, mais je savais bien que ça me retomberait dessus un jour.
Mais bon, c’était bien différent de la situation évoquée par Sham. Oui, heureusement que je n’avais pas tué ce type : de sang-froid, c’était complètement différent. Hors du cadre d’une mission, par pure et simple vengeance, c’était vraiment autre chose. Et rien ne pouvait le justifier, ou aider à encaisser la nouvelle. Si je l’avais fait, comme il le disait, j’aurais basculé. Vers quoi, je ne savais pas du tout. Mais j’aurais été profondément affecté.

Par réflexe, ma main se posa sur la tête d’un Tenshi qui n’était pas là, pour guetter son approbation, ou sa présence muette, rassurante. Il me fallut quelques secondes pour me rappeler qu’il n’était pas là, et serrer le poing pour me ramener à la réalité en sollicitant les muscles de mon bras. C’est vrai, je suis en prison. Et il est très loin. J’espérais juste qu’il allait bien et qu’il m’attendrait, quand je serais sorti. En bonne santé, la langue pendante, plus baveux et affectueux que jamais. Plus lourd aussi, mais normalement il serait bien nourri chez ce diable de Koori.


« Je ne sais pas si tu pourras m’aider, surtout avec ton procès et tout ça, mais je serais content que tu le fasses si tu as une idée de comment ! En fait je comptais monter une association, en m’appuyant sur le nom Inuzuka. Une sorte de branche du clan qui se situerait dans l’Empire. Et dont le but sera de protéger les animaux de ce genre de mauvais traitement. Mon histoire, et un contact dans la presse, seront de bons atouts pour ça. Surtout qu’en tant que vétérinaire, je peux t’assurer que j’en ai vu de belles, et que j’ai croisé la route de pas mal d’autres personnes qui aiment vraiment les bêtes. Je sais bien que mon geste était injuste, mais c’est le manque de recours qui l’a dicté. Depuis que Yuki s’est fermé au monde, le clan Inuzuka n’a plus aucune influence dans Onogoro. Et donc les droits des animaux sont bafoués. Il est grand temps que cette situation évolue. »

Je me grattais la tête, l’air un peu dépité.

« Pour tout te dire, je n’aime pas trop l’idée de m’exposer médiatiquement, de faire ça moi-même. Mais le seul autre Inuzuka en position de le faire est trop vieux et pas décidé à m’aider sur ce coup. Juste à contacter les autres Inuzukas dans l’Empire … Donc il faut bien que quelqu’un se bouge le cul pour faire quelque chose. Je ne te raconte pas l’état du chien de l’autre pourriture. Ce genre de chose n’aurait jamais dû arriver. Et savoir qu’il s’en sort juste avec deux dents en moins et la peur de sa vie … Eh ben ça ne me convient pas. Ce n’est pas assez. Je compte bien porter cette affaire devant les tribunaux. D’une manière ou d’une autre. »

Je me rappelle soudainement la manière précédente.

« Enfin je dis ça, mais non, pas vraiment avec toutes les manières en fait. Le tuer ou le tabasser, j’ai eu tort. Enfin, le tabasser je sais pas. Non, en fait ça il méritait. Je me suis emporté, mais je vais te confesser une chose : je ne regrette pas réellement. Seulement le fait d’avoir frappé trop fort et de l’avoir presque tué. Mais son sale quart d’heure, ça, il ne l’avait pas volé. Mais c’est sympa de te proposer pour m’aider. Et oui, évidemment qu’on est amis ! Le hasard nous fait nous croiser tellement souvent, ce serait difficile de le nier ! »

C’était vrai ça : se rencontrer en prison n’était clairement pas habituel. Mais bon, finalement c’était un endroit comme un autre. Au restaurant, à la buvette comme il vient de me dire, chez moi côté vétérinaire, et maintenant en prison. Finalement, c’était juste un heureux hasard à chaque fois.

Même si Sham disait qu’il pratiquait le ninjutsu depuis toujours, il semblait quand même avoir pas mal réfléchi à la question en tous cas.
Au beau milieu de sa tirade, j’eus un bug. La buvette de son oncle ? Ah mais oui, Kazuhiro Uchiwa ! Bordel, je n’avais pas fait le lien. Alors ils avaient un lien de parenté ? Décidément, le hasard était vraiment rigolo. C’était un peu dément tout ça.


« Ouais, je travaillais chez lui. Je l’espionnais, mais comme je n’avais pas d’endroit où dormir je lui ai demandé s’il avait pas moyen de me louer une petite chambre dans un coin, et je me suis retrouvé à amener du thé glacé à des mamies sur la plage. Elles étaient un peu perverses, et mon maillot de bain carrément trop serré, mais c’était quand même rigolo. En plus Tenshi aime bien la plage. J’y retournerais à l’occasion ! En espérant que ce soit en vacances cette fois, pas pour le boulot. C’est marrant espion, mais seulement à temps partiel. Parce que quand c’est des missions de longue durée, c’est un peu pénible parfois. »

Tout en parlant, l’air de rien, je jetais mon premier coup d’œil dans la salle. A un endroit précis. Mes yeux ne trompaient pas, ils savaient ce qu’ils cherchaient. Et ils étaient, l’espace d’un très court instant, devenus particulièrement perçants. Je l’avais repéré. Bien, bien. Restait à savoir comment faire maintenant. Mais pas tout de suite.

« Ton clan est vraiment génial. Pas étonnant que vous soyez un peu les 'surdoués' du monde ninja. Et puis tu as l’air de savoir faire pas mal de choses. Le ninjutsu, le sharingan, toutes ces copies possibles … Et puis, ce sont des sceaux sur ton corps non ? J’ai vu ça très vite fait, mais même si je ne suis pas versé là-dedans c’est quand même différent des vrais tatouages, donc je suppose que oui. Aha, et t’en fais pas pour la médecine : si je n’avais pas entrainé autant mon corps pour faire du taijutsu, je crois que je n’aurais pas survécu à l’entrainement d’Ikusa-senseï. Que ce soit ses exercices, ou lui, je serais mort pendant ma formation. Tu sais, le premier jour, il m’a pété le tibia et m’a fait courir sur plusieurs kilomètres comme ça, à moitié à cloche-pied. Un grand malade ce type. Mais au final, les résultats parlent pour lui. Et toi, tu as appris le ninjutsu tout seul ? Désolé, je sais que je touche peut-être un point sensible vu ce qui s’est passé à Shousan, mais j’ai du mal à garder ma langue dans ma poche. »

Tandis que Sham se mettait en garde sur le tatami en face de moi, je répondais à sa dernière question :

« Je te l’ai dit, c’est rien. D’ailleurs je murmure ce genre de trucs dans mon sommeil aussi. C’est un problème médical que ma mère avait aussi. Vraiment, ça se gère bien. Faut juste éviter de picoler ou de consommer des trucs pas nets. Ce que j’évite pas toujours malheureusement. »

La position de Sham était catastrophique, aussi je ne pris pas la peine de me mettre tout de suite en garde. J’étudiais un peu sa position à lui.

« Hm … Tu as de mauvais appuis. Mais au moins c’est stable. Un peu trop peut-être, aucun de tes muscles n’est prêt à réagir, donc forcément tu es en équilibre mais tu perds beaucoup en réactivité. Je sais bien que ça ne te servira pas normalement, mais même pour un déplacement instantané, ça peut être utile pour enchainer, d’avoir une position réactive. Attends, je vais t’en montrer une sympa. »

Une garde de kempo. Très classique. Les poings à hauteur du visage, les jambes positionnées de façon latérales, très légèrement pliées.

« Celle-ci n’est pas très éprouvante, et permet d’avoir une bonne base. Même quand on ne pratique pas régulièrement le corps à corps, elle est plutôt simple et équilibrée. Ca ne te permet pas de sautiller partout, mais ça met au moins tes jambes en condition pour tenter d’esquiver quelque chose ou simplement pour reculer. En plus avec les bras comme ça, tu as moyen de faire ça assez vite : »

Je repliais les bras, pour une garde en croix.

« Tu vois, quand on est dans ta situation avec peu de moyens de se défendre en combat rapproché, la garde en croix est pas mal. Le premier réflexe de quelqu’un qui voit les poings de son adversaire à hauteur de visage, c’est de viser le corps en général. Avec la garde en croix, tu prendras pas mal de dégâts, mais tu feras une chose essentielle : même si tu prends cher, tu interdiras l’accès aux points vitaux de ton buste. Certes, contre une arme par exemple, c’est inutile, mais si ça peut te permettre de gagner un peu de temps, voire de rester conscient, c’est déjà pas mal. Et grâce à la position des jambes, un peu écartées comme ça, tu auras quand même pas mal d’équilibre malgré la garde en croix. »

Je me rendis soudainement compte d’une chose :

« Enfin je te dis tout ça, mais je ne suis même pas sûr que ça t’intéresse. Désolé, j’ai eu l’habitude de faire ça avec les jeunes singes, à Chikyuu. J’aime bien passer du temps avec mes invocations, du coup quand je vais à Sahigumo, je joue un peu les profs en arts martiaux. Et là je fais un peu de la déformation professionnelle ! »
Chuunin
avatar
Messages : 170
Date d'inscription : 08/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
143/300  (143/300)
Points de vie:
297/297  (297/297)
Points de chakra:
498/498  (498/498)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Shi no kuni :: Les Souterrains
-