AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Mer 30 Aoû - 12:43
Le temple de Suijin. Situé à Shi no kuni, il n’était qu’une des cinq grandes parties de la grande cathédrale. A dire la vérité, Nao s’était perdu plusieurs fois avant de proprement trouver son chemin, tellement la ville, puis l’édifice, étaient gigantesques. Il avait déjà mis plusieurs jours à parfaitement s’orienter dans le quartier proche de l’académie, à Taki. A lui seul, ce malheureux quartier représentait le double de la taille de son village natal. Et pour lui, les maisons citadines se ressemblaient presque toutes. Il y avait tellement de visages différents que c’était impossible de situer quelqu’un à un endroit pour se repérer. Et tellement d’échoppes que toutes les mémoriser, là encore, était un défi pour sa mémoire. Au final, il avait noté seulement une ou deux d’entre elles qui lui servaient de points de repère.
Mais Shi, c’était encore plus difficile. Ce genre d’environnement le perturbait, mais la capitale était encore plus démentiellement grande que Taki. Et c’était peine perdue pour lui d’espérer s’orienter ici. Il avait fini par demander son chemin, à plusieurs reprises, avant de finalement apercevoir la cathédrale par-dessus d’autres bâtiments, et donc avoir un repère visuel à poursuivre.
Une fois à l’intérieur, passé la surprise, il avait demandé à un prêtre, qui l’avait patiemment guidé jusque dans la chapelle, avant de s’en aller sans même attendre ses remerciements.

Nao ne savait pas comment décrire ce temple. Enfin, cette chapelle, cette église. Ce bâtiment. Ce n’était pas un temple, ça. Ni un autel. C’était juste … De l’esbroufe ? Pourquoi bâtir quelque chose d’aussi colossal ? En l’honneur des dieux ? Nao ne savait pas pour les autres dieux élémentaires, mais Suijin n’avait pas besoin d’un tel édifice. Ce n’était pas un dieu de construction. C’était un dieu qui suivait le cours de la nature, et les seules grandes constructions qu’il bénissait étaient les navires. Les navires avaient toujours été le moyen ultime de prier le dieu de l’eau. Il suffisait de se trouver sur l’océan, à bord de l’un d’entre eux, pour se sentir plus proche de lui que jamais. Se sentir réellement béni par Suijin, c’était ça. Et certainement pas ce … Enfin, tout ça c’était bien un truc de riche. Ils se cachaient derrière le culte pour leur lutte de pouvoir et de richesses. Il n’y avait que cette raison de bâtir quelque chose d’aussi faramineux : épater la galerie et montrer sa puissance. Mais n’importe qui ayant vu l’océan, savait que tout cet étalage de force n’était rien en comparaison de la réelle force du dieu Suijin.

La première chose que fit Nao en entrant dans cette chapelle, du coup, ce fut de pousser un long et profond soupir. Il était terriblement déçu. Il était venu trouver des marins et des prêtres de Suijin, lorsqu’il était venu ici. Mais en réalité, tout ce qu’il voyait ressemblait pour lui à une imposture. Son père se retournerait dans sa tombe en voyant quelque chose d’aussi aberrant. Il avait eu un mauvais pressentiment à aller voir un temple aussi loin des côtes. Mais c’était pire que ce qu’il pensait.

Il y avait bien un autel qui était gorgé d’eau de pluie … Et des rigoles entre les dalles sur le plancher. C’était vraiment beau, aucun doute là-dessus. Mais ça s’arrêtait malheureusement là.

Il y avait un bassin au centre de la pièce. Un grand bassin d’eau pure. Le garçon s’en approcha, et constata avec stupeur que rien ne se trouvait au fond. Aucune bouteille, aucune offrande. Il se mit à regarder autour de lui. Les personnes qui venaient ici prenaient un peu d’eau entre les mains et s’aspergeaient le visage avec. Puis elles murmuraient des prières. Au moins, les prières étaient sensiblement les mêmes que celles qu’on lui avait appris. A quelques détails près. C’était la première chose rassurante qu’il constatait.
Il leva les yeux. Un panneau indiquait de ne rien lancer dans le bassin divin.

** C’est une mauvaise plaisanterie, n’est-ce pas ? **

Nao se raidit. Il s’était promis de ne pas se faire remarquer et de se tenir tranquille pendant qu’il n’était pas encore ninja. Il leva à nouveau les yeux vers le panneau.

Citation :
Il est interdit de jeter quoi que ce soit dans le bassin divin.

Nao émit un bruit de langue contrarié. Il ouvrit son sac, et en sortit une bouteille, bouchée par un bouchon de liège. A l’intérieur de cette bouteille, il avait glissé un poisson de bonne taille, qui provenait de sa dernière pêche.
Sans tenir compte des regards qui pesaient sur lui, il déposa doucement la bouteille dans le bassin dédié au dieu Suijin. Il était temps que quelqu’un ici l’honore convenablement.
Etudiant
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 05/08/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
61/100  (61/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
168/168  (168/168)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 30 Aoû - 18:25

Kenzaburo - Charisme : 6
Vie : 595/595 Chakra : 440/440

Des visages indignés parmi les pèlerins fixaient Nao. Il y avait eu de nombreux témoins de son acte, que ce soit autour du bassin ou aux alentours proches. Et tous avaient l’air outrés de la faute qu’il venait de commettre. Cependant, pour le moment, aucun n’avait encore bougé. Seule une rumeur tournait, des regards échangés, des murmures indignés.
Mais alors, un prêtre, en robe de cérémonie, paré de superbes atours, s’approcha de l’étudiant.

« Mon garçon, peut-être ne l’as-tu pas vu, mais il est interdit de … »

Tout en parlant, il avait ramassé la bouteille dans le bassin. Son visage se déforma de dégout quand l’odeur du poisson remonta à ses narines. Depuis le temps qu’il était dans la bouteille, il n’était pas bien frais en plus. Dans l’eau, on ne le sentait pas, mais maintenant qu’il l’en avait sorti, c’était effroyable. Et pourtant il était cerné par le verre ! Le bouchon ne devait pas être totalement étanche, aussi, parce qu’un peu d’eau avait pénétré à l’intérieur, aidant l’offrande à mariner un peu et faisant ressortir son parfum naturel.

« Beurk, c’est dégoûtant … »

« Oui, je disais donc. Nous pourrions te pardonner si tu ne l’as pas fait exprès, c’est évident qu’un jeune garçon tel que toi n’a pas voulu offenser le dieu Hydrius et … »


Son regard témoignait du défi qu’il venait de lancer. Non, il ne regrettait rien. Le prêtre vit apparaître une veine contrariée sur son front.

« Tu le savais … Tu es … Comment oses-tu ? Gardes, saisissez-vous de lui ! Tu es mis aux fers, pour blasphème et … »

« Ca suffit, Ruko. »


La voix avait claquée dans l’air, un impératif puissant et sonore. Et l’assemblée, en même temps que le prêtre, s’était tue sèchement. Le passage au silence, imposé, avait été abrupt. Un homme à la carrure gigantesque sortit de l’ombre d’un pilier, où il était tranquillement allongé et adossé, levant toute sa masse par la même occasion.
Kenzaburo dépassait le double mètre, et il était large d’épaules même pour sa carrure. Une force de la nature. Un géant. Mais il dégageait quelque chose d’autre que de la simple force physique. Son apparence était soignée, mais ses vêtements clamaient quelque chose de plus sauvage. Sa tenue, et son port de tête, étaient presque dignes de la noblesse, mais il était pourtant légèrement voûté comme une bête sauvage. Il était entre la civilisation et l’instinct le plus primaire. Un mélange adroit et fort de la nature et de la ville. Et fort, c’était un doux euphémisme.

Le prêtre blêmit en le voyant approcher. Et ses paroles nous apprirent que ce n’était pas seulement sa carrure qui l’apeurait.

« Kenza … Je veux dire, Paladin-sama … Cet enfant, il a profané le bassin d’Hydrius en toute impunité, et … Enfin, il l’a fait volontairement. C’est un effronté et il a besoin d’apprendre à … »

« Il n’a rien besoin d’apprendre du tout Ruko. En tous cas pas avec vos méthodes de vieux gredin. Laissez-moi faire et partez de … Non, en fait restez. Et écoutez, vous aussi. »

Le prêtre acquiesça, mais on voyait clairement qu’il était contrarié. Même parmi les fidèles d’Hydrius, Kenzaburo n’avait jamais fait l’unanimité. Mais Koshi Tenmenkon, l’évêque, n’avait pas hésité une seule seconde avant de le nommer comme paladin d’Hydrius. Il était une sommité, et qu’il le veuille ou non, Ruko devrait se taire et obéir.

La main puissante de Kenzaburo se posa sur l’épaule de Naonori. Même sans exercer aucune pression, elle intimait de ne pas bouger. Le message était clair : toi aussi tu vas écouter. Par contre, une chaleur curieuse émanait de sa paume. Cet homme n’était définitivement pas qu’une brute. C’était quelqu’un qui respirait le calme, et même la compassion. Plus encore, il était réellement capable de comprendre et d’utiliser son esprit plus encore que son corps.

« Le gamin doit venir de la campagne, près de la côte. Je me trompe gamin ? »

« Là-bas, Hydrius est nommé Suijin. Vous me direz, ce n’est pas très différent d’ici, on le nomme également comme cela parfois. Mais là où c’est intéressant, c’est que ceux qui vivent près de l’océan ont un rapport différent à Suijin. Leur culte n’est pas le même. Et c’est bien normal, après tout l’océan est l’œuvre la plus aboutie du dieu de l’eau. Son chef d’œuvre. Et cette bouteille contenant une offrande, c’est leur façon de lui rendre hommage depuis des temps immémoriaux. Tu vois, Ruko, ce gamin aime peut-être encore plus Suijin que toi. Parce que lui il a vu l’océan. Tu aurais tort de le condamner pour ça. »


Ruko grinça des dents, mais les badauds aux alentours semblaient commencer à prendre parti pour Nao. Kenza se mit alors à adopter une mine plus grave.

« Cela dit, gamin, toi aussi tu as tort. Crois-tu qu’ici, nous ignorons comment le culte de Suijin est rendu sur les côtes ? Une bouteille dans l’océan, c’est une chose. Mais ici, nous ne pouvons pas nous le permettre. Si nous faisions ainsi, alors ce bassin ne serait plus un bassin d’eau pure, mais une simple décharge malodorante. Ca ne te parait pas indécent, que Suijin ait ce genre d’hommage ? Nous pouvons respecter tes traditions, surtout que nous prions le même dieu. Mais tant que tu es ici, je te prierais à l’avenir de respecter les nôtres. »

« D’autant plus que Suijin n’est pas que le Dieu de l’océan. Mais de l’eau. Toi, ton culte ne vénère que l’océan. Alors qu’il y a des dizaines d’autres aspects de Suijin à travers le monde. Ce n’est pas en imposant le tiens que tu lui rendras hommage, mon garçon. Réfléchis la prochaine fois. »


Ruko et la foule commençait à se dissiper. Après avoir adressé un clin d’œil appuyé au gamin, le géant fit de même, et regagna son coin d’ombre, où il s’assit tranquillement. En réalité, il observait encore ce garçon. Il était comme lui avant, quand il avait débarqué ici. Sidéré par la ville et sa façon de rendre hommage. Il avait voulu tout changer, avant de découvrir une Eglise à moitié gangrénée par des types comme Ruko, et à moitié sainte avec des personnes comme Koshi, le grand évêque. Il y avait du bon ici. Et du mauvais, évidemment. Mais c’était la loi du ying et du yang. Tout ce qu’il pouvait faire, c’était faire au mieux. Le comprendrait-il ? Ce gamin était intéressant, mais il avait quand même une sieste à faire en attendant.
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 346
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
30/300  (30/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Sep - 11:53
Nao ferma les yeux. Il sentait les regards qui pesaient sur lui, et entendait les murmures désapprobateurs. Il était sous le choc, sidéré par la situation. Si c’était le temple de Suijin, alors pourquoi est-ce qu’alors qu’il priait son dieu comme on le lui avait appris, il semblait avoir commis le pire pêché qui soit aux yeux de tous ? Ca n’avait aucun sens. Le garçon détestait de plus en plus la ville dans laquelle il avait atterri. Cet exil du village ressemblait, en ce moment, à une mission sacrificielle. On l’avait jeté dans un endroit où leurs convictions sacrées n’avaient plus aucun sens pour personne.
C’est le moment que choisi un homme pour venir lui parler. Nao ouvrit les yeux, intrigué. Il portait une bure brodée de motifs bleutés. Ce qui était frappant, néanmoins, ce n’était pas tous ces motifs. Nao reconnaissait même certains de ces symboles même s’il n’avait pas d’idée précise sur leur signification. C’était donc un prêtre de Suijin ? Sans doute. Voilà quelqu’un qui allait le comprendre ! Eh bien ce fut une sacrée désillusion. En plus de tinter à cause des bijoux qui faisaient complètement oublier sa tenue de prêtre, il semblait ne rien comprendre au geste du garçon. Et en plus, il avait quelque chose sous son expression pourtant avenante … Du dédain ? Du mépris ? Il était tout simplement persuadé d’être supérieur à lui.
Mais quel genre de prêtre il était ? Nao lui adressa un regard furieux.

Mais apparemment, ce n’en était pas assez pour ce faux prêtre. Non content d’être un abruti, il était aussi complètement corrompu par le pouvoir et l’argent. Suffisamment pour décider qu’il allait l’emprisonner. Nao senti des bras solides lui verrouiller les mains dans le dos. Sur le coup, il paniqua un peu quand même. Il allait être mis aux fers pour blasphème ? Sérieusement ? Pour avoir tenté de comprendre pourquoi Suijin n’était pas honoré correctement dans son propre temple ? Il se débattit. Pas moyen de bouger. C’était au-delà de désespérant, là. C’était presque irréel tellement il ne comprenait pas ce qui se passait.

Une voix d’une force impressionnante mis fin à cette mascarade. Et ce n’était pas seulement la voix, mais aussi celui à qui elle appartenait : un géant. C’est la première chose que pensa Nao en le voyant s’approcher. Il était grand, et large d’épaule, un vrai titan sous forme humaine. Il avait beau avoir de l’allure, le garçon ne la nota absolument pas. Seule sa masse impressionnante entrait en ligne de compte pour l’instant. Parce que c’était impossible de passer à côté, contrairement au reste. En fait, Nao ignorait même que les hommes pouvaient être aussi grands. Il retrouva quand même son calme en entendant le prêtre-bijoutier l’appeler paladin. Il se souvenait avoir étudié la hiérarchie de l’Eglise impériale à l’académie, quand il pensait encore qu’il n’y avait pas tant de différences entre son village et ici sur ce point-là. La fonction de paladin lui était totalement inconnue jusqu’à ces cours, justement. De ce qu’il en avait compris, ils étaient les champions de leur dieu, en quelque sorte. L’évêque était le représentant, et lui le champion. C’était une différence assez subtile. Mais que pour Suijin, ce soit un homme comme lui …
En fait ce n’était pas si illogique. Il parlait avec une force calme, presque douce. Mais sa stature rappelait que s’il explosait, il serait inarrêtable. A bien y réfléchir, il ressemblait à l’océan après tout. Calme et posé, mais capable de déclencher des tsunamis.

Le géant le prit soudain à témoin en affirmant qu’il devait venir de la côte. Nao sursauta. Comment il avait deviné ?

« Oui … Oui c’est ça. »

Voir le paladin sermonner le prêtre fut une source de délectation pour Nao, qui se permit même un petit sourire satisfait. Et d’autre part, rencontrer enfin quelqu’un qui comprenait son geste était également très agréable. Il avait enfin l’impression d’être dans un édifice dédié à Suijin, en fait, tout simplement. Alors que depuis qu’il était rentré, à part du strass, des paillettes, et de l’hypocrisie, il n’avait pas croisé grand-chose qui le lui rappelait. Cela dit, ce moment d’exaltation tourna bien vite court : après avoir réprimandé le prêtre, ce fut à son tour. Ce qui était rageant, c’était qu’il ne s’alignait pas sur le point de vue du prêtre : il avait clairement dit qu’il comprenait le sens de son geste, mais il lui exposait tout simplement un point de vue plus ouvert que les deux leurs. Ce qu’il disait avait tout simplement un accent très juste, très vrai. Sur le coup, Nao, même s’il était toujours persuadé de ne pas avoir eu tort, se sentit pourtant terriblement con. Le paladin avait raison : il avait cherché à imposer son point de vue et fait preuve de fermeture d’esprit.

« Désolé … »

Cette simple excuse sembla satisfaire le géant, qui s’en retourna à ses occupations … C’est-à-dire faire la sieste dans l’ombre d’un des piliers du temple.
Le prêtre abandonna lui aussi la partie, fulminant plus que désolé, et le laissa tranquille. Nao attrapa la bouteille qu’il avait laissée dans le bassin, et la remis dans son sac, un peu en mode automatique. Il réfléchissait à tout ce qu’il venait de lui dire, et à sa propre erreur.
Ce qui ne changeait pas par contre, c’était l’aspect bling bling de ce prêtre. C’était quand même indécent et marquait bien son esprit. Même s’il avait commis une faute, et avait fait preuve de fermeture d’esprit, que pouvait-on dire de cet homme qui n’avait même pas été réellement capable de reconnaitre sa propre faute ?
La base du culte de Suijin n’était-elle pas l’humilité justement ? Face à l’océan on comprenait à quel point on était petit, et on devenait naturellement humble. C’était la première chose que son père lui avait dit quand il avait parlé de l’océan, et de Suijin. On ne pouvait pas être protégés par Suijin si on se croit plus fort que lui. Or, ce prêtre, c’était précisément ce qu’il dégageait. Il se prenait pour le dieu, et était loin de le vénérer.
Mais ce n’était pas le cas de ce géant. Le paladin. Il était différent. Et Nao aussi avait cru être différent, mais il venait de comprendre qu’il lui restait du chemin à faire. Il avait été prompt à juger et à tenter d’imposer son point de vue sur son culte. C’était non seulement un manque de modestie, mais aussi une preuve affligeante d’un orgueil démesuré.
Nao déglutit. Bon sang, depuis quand ne s’était-il pas senti aussi stupide ?

Il regarda une femme qui prenait de l’eau entre ses mains et s’en aspergeait le visage. Après avoir hésité un instant, Nao s’approcha de nouveau du bassin et fit de même. Il murmura ensuite une prière, puis s’éloigna. C’était moins significatif pour lui, il ne sentait pas ce lien fort avec l’océan qu’il sentait en jetant une bouteille à la mer. Mais l’eau était froide. Glaciale même. Elle le fit frissonner. Finalement, il se sentait un peu comme purifié par son geste. Peut-être que ça avait plus de sens qu’il ne le croyait.

C’était décidé, il allait s’essayer à cette façon d’honorer le dieu de l’eau avant de complètement la rejeter.
Le garçon repéra le géant qui était toujours dans l’ombre de son pilier. Il hésita, mais pas très longtemps. En quelques pas, le voilà qui se rapprochait pour se poster devant lui. Même assit, il était presque à la même hauteur que lui. Décidément, quelle carrure démesurée. Mais bon, ce n’était pas pour ça qu’il était là.
Prenant son courage à deux mains, il prit la parole :

« Vous avez dit que Suijin avait bien des aspects, et que bien des cultes lui étaient rendus. S’il vous plait, j’aimerais en apprendre plus. Enseignez-moi ce que vous savez. »

Il posa ses tibias sur le sol, s’appuyant sur ses mollets pour prendre une position plus ou moins assise. Ses deux mains se posèrent sur ses cuisses, adoptant une position d’attente. Il était déterminé à progresser non seulement au niveau de la force, mais aussi au niveau de ses croyances. Il était prêt à entendre tout ça, et à mieux comprendre Suijin et la façon dont les hommes le vénéraient. Il n’avait pas d’aspiration particulière, comme devenir un champion comme cet homme, ou quoi que ce soit dans ce goût-là. Tout ce que voulait Nao, c’était de ne plus jamais commettre l’erreur qu’il venait de commettre, et de se prendre pour plus grand qu’il ne l’était. Il avait traité un culte avec mépris simplement parce que ce n’était pas le sien, et il se sentait comme s’il avait bafoué une des règles élémentaires qui avaient bercées sa vie. Comme s’il avait trahi les enseignements de son père en agissant aussi bêtement.
Etudiant
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 05/08/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
61/100  (61/100)
Points de vie:
148/148  (148/148)
Points de chakra:
168/168  (168/168)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Shi no kuni :: Quartier Central – La Grande Cité :: Cathédrale des Cinq
-