AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Déclaration de guerre [Interruption - Tournoi]

 :: 
PARTIE RP
 :: Divers :: Arène Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 23 Sep - 21:17
Une onde de choc. Et l’effondrement s’arrêta net. Mon premier réflexe ? Profiter de ce moment d’égarement général pour me faufiler discrètement à l’abri des regards et recouvrer mon apparence, après avoir fait disparaître le sharingan de mes pupilles. Je n’étais clairement pas le centre de l’attention, aussi je n’eus pas beaucoup de précautions à prendre. Le minimum, quand même, parce que je n’aimais pas laisser quoi que ce soit au hasard. Puis je fis comme tout un chacun, me rendant au centre de l’arène.

D’ici, je pouvais contempler l’ampleur des dégâts. Ce n’était clairement pas un coup dans l’eau de la part de l’Aile du phénix. Leurs précédents attentats avaient déjà fait des morts. Mais j’avais étudié longuement leur mode opératoire. C’était plus ciblé. A chaque fois, les morts supplémentaires étaient des dégâts collatéraux, rien de plus. C’était arrivé, mais là on avait atteint un autre degré dans le mortifère. C’était tout simplement une tentative de massacre de masse qui avait eu lieu. Et cette fois, les cibles, c’étaient bel et bien les habitants de l’Empire. Pas un haut représentant, ni qui que ce soit d’important. Non, bel et bien le peuple, en lui-même. Comme on dit, les personnes qui ont le pouvoir ne font que diriger. Mais le véritable cœur d’un empire, c’est sa population. Si on veut faire s’effondrer une grande nation, c’est à sa démographie qu’on doit s’en prendre. Mais là, c’était parler d’extermination totale. Pas de changement. Parce que sans population, on n’anéantit pas que la force d’une nation. On écrase toute possibilité pour elle de se relever, en meilleur comme en pire. C’était là le but de cette organisation, de cet homme ? Je les avais pris pour une sorte de groupe idéaliste, mais on dirait que je faisais erreur. Ce n’étaient pas seulement des terroristes. C’étaient des bourreaux, purement et simplement.

Il n’y avait qu’une réaction possible de la part des forces impériales si nous voulions arrêter cette hécatombe avant qu’un nouveau drame ne se produise. Et l’Impératrice la pris sans l’ombre d’une hésitation. On ne pouvait pas fuir la guerre. Si on y faisait pas face les yeux dans les yeux, ce serait une mise en danger d’encore plus de monde.
Dans un sens, l’Aile du phénix avait gagné aujourd’hui. La guerre, c’était ce qu’ils désiraient, au contraire de l’Empire qui avait tenté de résoudre ce conflit par d’autres voies. Et clairement, cette date marquait la fin précoce de la paix. La raison pour laquelle ils voulaient à tout prix ce conflit et voulaient éviter que le monde ne puisse enfin se remettre de ses blessures m’échappait un peu. Mais je partageais le sentiment de notre dirigeante : la guerre, c’était bel et bien la seule solution. Il fallait riposter. De manière unanime, unie, et implacable.
Et c’était le message qu’elle envoyait en condamnant à mort Shura. Donc c’était parfait, parce que si elle ne l’avait pas fait, l’Empire aurait probablement eu du mal à s’en remettre.

Est-ce que Shura avait menti ? Je n’y croyais pas, par contre. Comme tout habitant de l’Empire qui avait de l’importance, j’avais enquêté et espionné dans la mesure du possible Nanaki. Je connaissais certains de ses petits secrets. Notamment sa liaison passée avec celui qui était devenu le chef de l’Aile du phénix. Je trouvais totalement cohérent qu’une femme aussi gentille et compatissante ait voulu laisser une chance à Shura de se retirer de cette guerre avant même qu’elle n’éclate. Seulement voilà, ça s’était révélé être une erreur. Mais pouvais-je réellement lui en vouloir après tout ? Moi aussi j’avais échoué, en ne découvrant pas le visage du chef de l’Aile à temps. Parce que c’était bien de ça dont on parlait : d’un échec. Et l’échec est une lame mortelle. Pas pour moi, mais pour tous ceux que je protégeais.
En serrant les dents et le poing, j’écoutais la fin du discours de l’Impératrice. Elle se tourna d’ailleurs vers moi pour me donner des instructions.

C’était un moment important. Les autres chefs de discipline regardaient tous. Les autres grands noms aussi. Personne n’ignorait ma volonté à moitié séparatiste, et mon refus d’accepter des ordres directs, afin de garder la neutralité requise selon moi pour faire mon boulot correctement. Et surtout, pour conserver un ordre des priorités qui convenait à ma façon de procéder. Mais en me demandant directement de faire quelque chose, Nanaki cherchait à montrer que l’Empire tout entier était uni contre cet ennemi. Si moi je suivais les ordres, alors personne ne rechignerait à le faire. Non pas que qui que ce soit dans cette assemblée me face particulièrement confiance. Plutôt que comme j’étais une des plus réfractaires à l’autorité, cette demande directe ferait office de symbole. Je tiquais, elle savait profiter d’une situation à son avantage. Je m’étais toujours demandée à quel point elle avait les nerfs solides et si elle était réellement capable de mentir.
Mais ne serait-ce que pour le peuple, la meilleure solution était évidemment de montrer un front uni. Ce qui ne m’empêcherait pas de réfléchir à son cas une fois que la crise serait passée et selon l’attitude qu’elle démontrait par la suite.


- Bien entendu. Cet ennemi doit être mis hors d’état de nuire le plus vite possible. C’est la priorité absolue.

Comme pour illustrer mon propos, je me faufilais pour arriver à la hauteur de la chef de l’enquête, Kasumi Hazara.

- Kasumi-san. Je compte vous envoyez une partie de mes effectifs menés par ma lieutenante. On pourrait ainsi coordonner les recherches entre nos deux disciplines, afin de faire des équipes mixés notamment. Ce sera beaucoup plus utile d’exploiter nos capacités respectives que de mener l’enquête chacune de notre côté.

Mais en attendant, je n’avais plus le loisir de trainer ici, au milieu de ce carnage. Je n’étais d’aucune utilité si j’assistais juste à la fin de la remise sur pieds de tous ces gens. Ma place était sur le terrain, à rechercher des indices ou des pistes à suivre. Et dans les archives à recompiler notre dossier en fonction des nouveaux éléments apportés.
Trouver ces terroristes, avec tous ces nouveaux éléments, n’allait pas prendre bien longtemps. Je m’étais fait avoir par une astuce intelligente. Mais sans ce masque, désormais, l’Aile du phénix n’avait plus sa protection comme avant. Mes équipes allaient les débusquer. Quant à moi … J’allais m’occuper du cas Shura Ryuuketsu.
Anbu
Chef de l'Espionnage
avatar
Messages : 42
Date d'inscription : 21/07/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
215/300  (215/300)
Points de vie:
205/205  (205/205)
Points de chakra:
1140/1140  (1140/1140)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 27 Sep - 21:26
Le cauchemar s’arrêta aussi brusquement qu’il avait commencé. Je me laissais tomber sur ce qu’il restait des escaliers derrière moi, pour reprendre mon souffle. Tout mon corps me faisait un mal de chien. Même si j’avais soigneusement respecté le délai d’utilisation de la vitesse-lumière pour être certain de ne pas me faire de dommages irréversibles, je n’avais jamais autant utilisé ma technique qu’aujourd’hui. Et encore moins avec des intervalles aussi courts. Du coup je me sentais plutôt mal, surtout que j’avais puisé dans l’énergie solaire pour aller encore plus vite, ce qui n’arrangeait rien. J’avais la peau rougie, limite brûlante, les vêtements fumants. Et j’avais l’impression d’avoir été brûlé de l’intérieur. Si avec cette overdose d’UV je ne choppais pas une connerie, c’était que mon organisme était invulnérable aux effets négatifs des rayons solaires … Ce qui était une hypothèse suggérée par les tengus d’ailleurs. Au moins maintenant on allait être fixés sur le sujet. Et pour l’instant, à part une douleur du feu de dieu, je ne sentais rien d’anormal. Les circuits internes n’avaient pas l’air grillés.

Je regardais tout autour de moi pour réaliser l’ampleur du désastre. Je savais bien que Shura avait un problème avec l’Empire, et qu’il était prêt à utiliser l’attentat pour toucher des cibles importantes. Mais je ne l’aurais jamais cru capable d’une telle chose. Qu’il dise la vérité ou non n’avait pas de réelle importance pour moi. En ayant connu cet homme, même un tout petit peu, et même en sachant qui il était, je n’aurais jamais pu envisager qu’il commette un acte aussi horrible et provoque un tel carnage. Ce n’était pas de la naïveté dans le comportement de l’impératrice, ou alors je l’étais tout autant. Non, c’était de la confiance. Si elle avait vraiment su tout ça aussi, alors elle était plus à plaindre qu’à blâmer. Qu’est-ce que j’éprouvais en ce moment ? Une profonde frustration. Un immense sentiment de trahison, aussi. J’avais beau savoir que nous n’étions pas dans le même camp, je m’étais imaginé une bataille plus noble. J’avais cru que cet homme avait des valeurs autrement plus élevées que celles montrées par l’Empire durant la guerre. C’était peut-être le pacifisme ambiant qui m’avait endormi mais … Mais là c’était un massacre de masse. Même les pires ordures du monde n’étaient pas toutes capables de passer ce pas. De faire quelque chose d’aussi monstrueux. C’était simple, en une seule attaque, Shura venait de devenir l’être le plus mauvais que ce monde abritait.
C’était un choc, même pour quelqu’un comme moi qui avait été contraint de tuer son père. Découvrir que l’homme le plus admiré de l’Empire était en réalité un être aussi … cruel. Non, ce n’était pas de la cruauté. Pas vraiment. Je doutais même que Shura ait éprouvé le moindre plaisir à l’idée de tuer autant de personnes. C’était plutôt une forme d’inconséquence. Ses actes étaient dictés par une stratégie, et une absence de valeurs morales et humaines. Je n’avais pas imaginé qu’il se fichait à ce point des dégâts collatéraux. Pas au point de viser la population dans le seul but de déstabiliser l’Empire et le faire douter de son impératrice. La peur est une arme. Mais là, cette victoire par la terreur était trop chère payée.

Je me rends compte que j’ai les poings serrés, si fort que je m’écorche les paumes. Bizarrement, je ne ressens aucune espèce de culpabilité. Je suis seulement profondément déçu. Oui, c’est cela, de la frustration et de la déception. Tout ça est une désillusion. Je sens ma détermination qui s’effrite. Je suis revenu d’une vie déchue pour redevenir un héros, ma renaissance en quelqu’un de différent d’avant, mais dans le même objectif : aider les autres. Face à tout ça, qui ne se sentirait pas minuscule ? Et impuissant. Que ce soit Shura, l’une des personnes qui m’avaient aidées à sortir la tête de l’eau, qui en soit le chef d’orchestre … C’était encore pire.

Au fait, d’où venait cette onde de force qui avait fait s’arrêter la catastrophe ? Je posais mon regard au centre de l’arène. Nanaki. Alors elle était là ? Elle avait sauvé beaucoup de gens aujourd’hui, et affirmé sa force. Elle était en train de parler des mesures adoptées pour la contre-attaque. Histoire d’écouter, je descendis les marches pour passer des tribunes au centre de l’arène et être à portée d’entendre.
Alors ce serait la guerre. Quel autre choix avait-elle de toute façon ? Shura devait être mis hors d’état de nuire, et l’Aile du phénix avec lui. Jusqu’ici, le problème était déjà important, mais il y avait des portes de sortie, une possibilité de négocier même. Mais maintenant tout ça c’était fini. Si on n’en venait pas à choisir les armes à un tel moment, alors ce serait comme abandonner toutes les personnes qui comptaient sur les ninjas pour les protéger.
Une succession de mesures fut énoncées. Parmi lesquels sortir de leur planque les rouleaux de techniques interdites pour armer les shinobis dignes de confiance qui avaient protégés la population aujourd’hui, et ce en vue de la guerre à venir. La condamnation à mort de Shura, aussi. Et l’ordre d’emprisonnement à vue des membres de l’Aile du phénix dès qu’ils auraient été débusqués.

Je m’apprêtais à m’éloigner pour retourner à mes occupations et réfléchir à tout ça, et à ce que serait mon rôle au milieu de tout ça, quand cinq Anbus stoppèrent net mon mouvement par une manœuvre d’encerclement. Je fis mine de me mettre en garde, avant de tout simplement renoncer. Je n’étais pas en état de me battre, et encore moins de m’échapper. De toute manière, vu le nombre de ninjas présents je n’aurais aucune chance de me tirer d’ici avant de me faire attraper. Et en plus ma couverture venait de voler en éclats avec mon masque d’Anbu. Je n’avais pas fait attention dans le feu de l’action, ni pensé aux conséquences de tout ça. Je glissais un regard vers l’Impératrice, mais elle était toujours occupée. Bon, pas de secours par ici. J’évitais avec abnégation de regarder en direction de Sham pour ne pas mettre mon ami dans une situation impossible et me contenter de tendre les poignets pour qu’ils me passent les menottes. Même si j’en avais eu la force, de toute manière, je n’avais plus envie de courir. Inutile de rajouter du travail à ces ninjas, ils avaient déjà l’Aile du phénix à gérer. Autant affronter mon jugement. De toute manière, il faudrait bien le faire un jour …

« Eihiko Tsubazame, je suis navré d’avoir à le faire dans de telles circonstances mais c’est notre devoir. Vous êtes en état d’arrestation. Vous aurez le droit à un jugement équitable pour déterminer la gravité de vos fautes et … »

Une silhouette se jeta entre les Anbus et moi. Une petite fille. C’était Kari ? Je restais là, estomaqué, sans rien pouvoir dire. Elle martela la cuisse de l’Anbu qui me parlait avec ses petits poings.

« Non ! Vous ne pouvez pas ! Vous n’avez pas le droit ! »

« Petite, cet homme est recherché, on n’a pas le choix, il doit être arrêté. Tu devrais retourner avec ta maman et … »

« Ne me dites pas ce que je dois faire ! Il m’a sauvé la vie ! Vous étiez où vous à ce moment ? Hein ? Vous arrêtiez d'autres innocents ? »

Après avoir dégluti pour contenir mon émotion je me rapprochais de la fillette et m’accroupissais. Les Anbus réagirent à peine, de toute manière j’avais les menottes maintenant.

« Tu es injuste Kari. Ils étaient en train de sauver des gens eux aussi. Et ils ont raison : j’ai fait de mauvaises choses. Une bonne action n’efface jamais la mauvaise. Même si je m’étais enfui aujourd’hui, il faudrait payer un jour pour tout ça … »

« Mais ce n’est pas juste … C’est pas toi le méchant … »

« Héhé, peut-être pas. C’est pour ça que moi je vais aller affronter mes responsabilités. Je t’ai menacée, tu te souviens ? Je n’avais pas le droit de faire ça. »


« Tu ne m’as même pas fait mal ! Rien du tout ! Ce n’est pas juste ! »

« Kari ça suffit. »


Sa mère. Elle venait de l’attraper dans ses bras pour l’éloigner. Avant de partir, elle se retourna quand même pour me dire quelque chose :

« Ca ira pour vous. La justice de l’Empire n’est pas parfaite, mais j’ai foi en elle. »

« Merci, madame. »


J’aurais voulu lui dire que je regrettais ce qui s’était passé près du bassin, mais elle n’était déjà plus là. Ah, Nanaki réagissait, on allait enfin voir ce qu’il en était. Elle me soutenait en secret, mais publiquement ce serait une autre histoire …

Je ne m’étais pas du tout préparé à ce qui arriva. L’absolution. Qui était le crétin qui avait dit que la rédemption était impossible déjà ? Evidemment, mes erreurs me marqueraient à jamais. Mais là on me donnait l’opportunité d’aller définitivement de l’avant. D’enterrer le passé et de lui dresser une tombe. Ne pas oublier, mais ne pas rester bloquer. La base quoi.

Dans la foulée on me remit un ordre de mission. Un autre Anbu, qui m’adressa un simple clin d’œil. Il approuvait ? J’étais sidéré. Je m’étais peut-être trompé sur toute la ligne sur l’Empire, finalement, pas juste un peu comme je le pensais. Cette nation était forte, et elle deviendrait grande et belle, je le sentais au plus profond de moi. Je ne pouvais pas ignorer le geste de Nanaki, ni celui de Shura. Et en plus, j’allais pouvoir faire équipe de nouveau avec Sham. Je regardais autour de moi. Plus là. Bon, de toute manière je ne serais plus obligé de me cacher dans sa chambre au palais maintenant que j’étais gracié.
Ca aurait pu être un jour de réjouissance pour moi. Mais non, c’était un jour de deuil. Après ma renaissance officieuse dans les larmes, c’était une renaissance officielle dans la souffrance. Décidément, vivement qu’on en revienne à des temps plus paisibles.

En attendant il fallait que je récupère. Et que je me prépare. Dès demain, il faudrait s’occuper de cette mission. On avait juste le temps de se reposer pendant que les équipes spécialisées préparent le terrain, et après ce serait à nous d’entrer en scène. Ca ne laissait pas beaucoup de temps pour récupérer, alors il allait falloir bien l’employer. Dormir. Manger si je pouvais. Et méditer sur mon état psychologique. Vaste programme pour si peu d’heures.
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 390
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
174/300  (174/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 29 Sep - 19:03
Quel délice que ce tableau d’apocalypse. Une illustration parfaite de l’amour, au-travers de ces cadavres fraichement relevés, qui portaient leurs proches jusqu’au centre de l’arène, avant de s’effondrer en poussière. Le dernier geste, la dernière volonté, ils devenaient le cortège qui extirpait les innocents de la mort pour les ramener vers la vie, puisqu’eux-mêmes s’étaient déjà enfoncés profondément dans les froids couloirs menant aux enfers.
C’était une œuvre d’art. Entre le tableau familial qu’on pose au-dessus de la cheminée, et le chef d’œuvre qui trônait sur le plafond d’une cathédrale.
Masamune ne pouvait s’empêcher de ressentir un petit quelque chose en contemplant ce qui allait sans nul doute devenir le point culminant de sa carrière artistique. Un petit quelque chose … Mais quoi ?
Du dégout. Pas pour ce tableau morbide, mais pour tout l’amour qu’il venait de créer. Par ce lien si solide qui s’était créé entre les sauvés et les sauveurs, au-travers d’une expérience psychique indéfinissable. En détruisant leur stabilité psychologique, ils avaient su imprimer à leurs proches une expérience inoubliable, et plus jamais ils ne les quitteraient. C’était là toute l’ampleur de son œuvre, et il ne ressentait que du dégout pour ces personnes et leur geste involontaire. Il avait fallu que ce soit lui qui guide leurs corps pour qu’ils puissent enfin exprimer tout leur amour sans soucis éthiques. Que les êtres humains pouvaient être pathétiques parfois.

Le tableau fut balayé par l’onde de force de l’impératrice. Les morts redevinrent terreau sous les pas des vivants, et la fin du monde connu un arrêt anticipé. Masamune regarda quelques instants dans la direction de la chef de l’Empire, avant de soupirer. Quel dommage. Tant d’intensité, tant d’émotions, qui se terminaient en un instant, au moment où les sentiments atteignaient leur paroxysme.

Il sut à l’instant où la chef suprême de l’Empire ouvrit la bouche, qu’il avait eu raison de choisir de se ranger de son côtés en ces temps difficiles. Sa réaction était forte, et l’expédition punitive radicale. Mieux valait être dans son camp, celui des futurs gagnants à n’en pas douter. Et si l’Empire y laissait des plumes dans la victoire ? Ce ne serait qu’une bonne chose, nécessairement. Car s’il s’affaiblissait, il devrait encore d’avantage compter sur les éléments internes qui le constituaient. Et parmi eux, le clan Uzumaki et leur chef : son illustre lui-même. Un monde de nouvelles opportunités s’ouvrait à lui désormais.
Bien entendu, il allait fournir les moyens à sa disposition pour traquer cette Aile du phénix, et participer activement à les mettre hors-course. Après tout, d’une certaine manière eux aussi voulaient accéder au trône suprême : en le détruisant, c’était un peu comme s’ils le prenaient. Donc ils étaient ses ennemis, et ceux-là il avait le droit de les faire anéantir par la puissance des armes. Or, le clan Uzumaki se préparait depuis des mois pour ce genre d’éventualités. Ils étaient plus que parés pour faire face à cette situation.
Mais il y avait un second objectif qui prenait forme petit à petit. La destruction de la branche des tourbillons. Cela faisait déjà un petit bout de temps qu’il y songeait. Ce clan déchu avait, dans l’ombre, saboté certaines de leurs opérations financières depuis plusieurs mois, sans chercher à se cacher. Ils les provoquaient depuis trop longtemps sans être châtiés. En tant que futur Empereur du Mal, Masamune ne pouvait permettre cela plus longtemps. Et par son attaque inconsciente, tout ce que Shinsui avait su obtenir, c’était quelques morts … et une excuse toute trouvée pour sa propre destruction. Grâce à cet acte inconscient, Masa obtiendrait sa tête.
Après tout, qu’est-ce que l’Empire pourrait lui refuser, si sa vengeance était recouverte d’un voile de bon sens ? Il préparait déjà les arguments qu’il prononcerait publiquement contre Shinsui Uzumaki et ses larbins. Et il les savourait. Le fort des Ranton ne tiendrait pas une armée constituée des Sceaux, et de puissants alliés impériaux. Et l’Empire aurait tout intérêt à renforcer ses liens avec le clan Uzumaki des sceaux, dans un moment comme celui-là. Dans le pire des cas, il n’aurait qu’à dresser l’opinion publique contre cette usurpatrice d’Impératrice. Elle était déjà affaiblie, prendrait-elle le risque d’une confrontation interne alors que ce qu’il demanderait, ce serait officiellement la justice ? Il n’aurait même pas besoin de découvrir ses réelles intentions, et il absorberait complètement le clan Ranton par la même occasion. D’abord en les faisant prisonnier et en prenant leur territoire. Puis en les modifiant par un conditionnement psychique adapté. A terme, sans que personne ne s’en rende compte, ils deviendraient les esclaves, la place qu’ils leur réservaient autrefois. Ca leur apprendrait un peu à respecter leur seigneur maléfique.

Mais en attendant, il y avait une population à réconforter. Masamune posa sa main sur la tête d’une gamine paniquée et larmoyante. Elle leva la tête vers lui sans comprendre. Il lui servit un sourire rassurant, un peu hésitant à cause de la situation, le genre de sourire dont on a besoin pour se relever de cette épreuve. Elle arrêta de pleurer.


** C’est ça petite pute. Tes larmes, personne n’en a rien à foutre. Alors arrêtes de nous casser les oreilles. Si ça ne tenait qu’à moi tu paierais cher pour avoir osé ébrécher mes si précieux tympans. Future catin. Comme ta mère je suppose. **

Masamune, l’air plus sérieux, se rapprocha de l’endroit où l’Impératrice finissait son discours. Aussitôt après ses paroles, il clama de vive voix pour que tout le monde l’entende :

« Vous pouvez compter sur le soutien du clan Uzumaki. Nous mettrons tout en œuvre pour arrêter ce criminel et ses acolytes, afin qu’ils affrontent la justice impériale. Nos effectifs se joindront tous, en intégralité, à l’effort pour réparer les injustices qui ont été commises aujourd’hui. »

Le chef des Uzumakis jeta un regard intense directement vers l’Impératrice.

« Toutes les injustices. »

« Que tous les Uzumakis capables d’aider aux soins médicaux se mettent immédiatement au travail. Tous ceux qui n’ont rien à faire, venez avec moi. Je vais vous séparer en petits groupes afin d’aller assister les différentes disciplines qui s’occupent des recherches et de la traque. »


Masamune regarda tour à tour les différents chefs de discipline qui recevaient ses hommes pour les aider à mener leurs combats respectifs.

« Ils sont à votre disposition, j’espère que les capacités de mon clan vous aideront au mieux. »

Et lui ? La logique voulait qu’il coordonne les opérations. Mais évidemment, tant qu’il était en public il allait mettre la main à la pâte. Après tout lui aussi faisait partie de l’enquête. Il s’en alla donc pour aller demander à Kasumi Hazara ce qu’il pouvait faire ces prochains jours. Il avait utilisé tout son chakra, là tout de suite, dans la protection des civils. Mais dès qu’il serait sur pieds, il comptait bien apporter son soutien en personne.
L’image, l’image. Dans les bons comme dans les mauvais moments, elle se doit d’être entretenue encore et toujours. Sans cette image de façade, on ne peut pas couvrir les actions qui relèvent réellement du génie.
Juunin
Chef du clan Uzumaki de la branche des sceaux
avatar
Messages : 93
Date d'inscription : 15/05/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
35/150  (35/150)
Points de vie:
320/320  (320/320)
Points de chakra:
1160/1160  (1160/1160)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 4 Oct - 14:28
Décevante. Cette Impératrice était une personne décevante. Alors que l’Aile du phénix s’était donnée tant de mal pour leur organiser un petit jeu de massacre, elle y mettait fin. Et les règles du jeu alors ? Elle se prenait pour qui, du haut de son trône céleste, cette pimbêche ? Après avoir repris son équilibre, perdu à cause de l’onde de force, je crachais sur le sol pour essayer de me débarrasser de cette frustration. Sans grand succès malheureusement. Il n’y avait pas ma frustration dans ce mollard. Et même en le regardant bien attentivement, le plus attentivement que je puisse, je ne la voyais pas. Donc elle n’était simplement pas là, à n’en pas douter. C’était chiant.

Tout le monde se réunissait au centre de l’arène pour écouter le discours de leur ange du salut. On lui aurait donné le titre d’ange sans hésitation, hein ? Une belle jeune femme, puissante et protectrice. Mais pas moi. Enfin, si, si ça l’amusait je lui donnais son titre angélique. De toute manière les anges sont des hypocrites. Ils font semblant d’avoir en eux la flamme du bien, alors qu’en réalité ce sont des hypocrites qui prennent juste leur pied à faire de bonnes actions. Tout n’est résumé que par ça de toute façon : le plaisir. Sous une forme ou sous une autre. Juger la source du plaisir d’un autre, c’était de l’hypocrisie. La seule chose qui était vraiment importante, c’était de savoir qui était le plus fort. Parce que cette personne qui était au sommet de la chaine alimentaire, c’était celle qui arrachait son plaisir aux dépends des autres, et à qui personne ne causait de tort. Donc celui qui pouvait goûter son plaisir jusqu’à la liesse sans que personne ne le contrarie. Je souriais. Si seulement ils savaient tous à quel point j’étais libre, et au sommet d’une chaine alimentaire. J’étais l’élu, le prophète et le guide des Rantons, qui étaient eux-mêmes chacun des élus. Le seul vrai plaisir, le seul vrai sens de la vie, c’était à moi qu’on l’avait confié. Ces épouvantails ridicules qui jouaient leur éternelle comédie, là, devant moi, n’étaient que des charognards aigris et qui se mentaient à eux-mêmes. Des charognards aux ailes blanches.

Mon regard croisa celui du chef des sous-humains. Il me provoquait ? En tous cas il semblait sûr de lui pour une merde des Sceaux. Il me draguait pour que je l’épargne quand je les massacrerais ? C’était pitoyable. Non, en fait c’était encore plus pitoyable que ça. Il s’imaginait des trucs, comme se venger de ma tentative de le tuer. C’était ce qu’il croyait ? Je jouais avec lui, pas l’inverse. Si j’avais réellement voulu le tuer, il serait mort, tout simplement. Mais non, un élu construit son propre plaisir du meurtre. Il ne profitait pas d’un univers créé par quelqu’un d’autre pour assouvir ses envies. Il jouait avec les circonstances, et les amenaient exactement là où il souhaitait qu’elles soient. Si ce sous-homme avait encore l’impression de contrôler quoi que ce soit … il allait réaliser son erreur bien trop tard. Quand il serait pendu par les pieds dans les sous-sols de ma villa, par exemple. Et que je demanderais à deux filles magnifiques de le bouffer. Littéralement. J’avais une ou deux dévoreuses de chairs qui seraient ravies de s’occuper du corps d’un homme comme lui. Ce serait sans doute très amusant à contempler comme spectacle.
En plus, j’avais récemment déniché un bon vin lors d’une visite à Kahari. A tomber par terre. Il y avait un vignoble au pays du blé qu’il fallait que je visite absolument d’ailleurs.

Quand même, quand j’y pensais, Shura Ryuuketsu m’avait offert un spectacle très distrayant aujourd’hui. Je commençais à me demander si ce type ne ferait pas un excellent pion à rajouter de mon côté de l’échiquier. Comme marionnette, il serait de première qualité après tout. Donc si je le trouvais, que je l’enlevais, et que je le parasitais, ce serait vraiment une très bonne source de divertissement pendant quelques temps. Peut-être même que je pouvais l’utiliser pour détruire les sous-êtres ? Oh, oui, c’était une très bonne idée ! Je l’utilise pour détruire les sous-êtres, un membre de mon clan le capture sous mon ordre, et il est glorifié, et moi à-travers lui, donc je peux enfumer encore plus les anges !
Ce serait vraiment très bon. Ne reste plus qu’à mettre la main sur le général. Enfin, ça ne doit pas être si dur. Comment peut-on cacher quelqu’un qui dégage une telle puissance ? Je sais pas. Mais je vais trouver. Je demanderais à mes serviteurs, y’en a bien un qui verra son visage dans les coupes de sang. Pour la peine, je sacrifierais quelque chose. Mais pas un mouton. Non, pas un mouton. Peut-être un sous-être ? Je ne sais pas pour les moutons, mais je sais que la chance aime bien être favorisée par le sang d’un sous-être. Et au pire, même si ça ne sert à rien comme je l’ai toujours pensé, c’est amusant. Et voir quelqu’un se faire saigner pour rien, c’était la chose qui augurait les meilleures journées et me mettait vraiment dans le bain, en multipliant ma motivation. Par contre hors de question que ce sang impur me touche. Je préférais encore me baigner dans du sang de mouton que dans du sang aussi dégueulasse. Je le laisserais aux putes. Elles adoreraient. Et si elles n’adoraient pas ? Eh ben elles l’alimenteraient. Peu importe, ce n’étaient pas mes oignons.

Bon et pour ce discours ? Je ne sais même pas pourquoi je reste là. L’Empire des anges, j’en ai marre. Je vais me trouver une autre occupation. En attendant, je rentre chez moi pour manger, tuer, et baiser. Bref, vivre ma vie comme je sais si bien le faire. Je vais aller attendre que les sous-êtres réagissent. Ou pas. On verra demain. Quand j'aurais ôté leur titre à vingt vierges puis que je les aurais sacrifiées. Là j'y verrais plus clair.
Chef du clan Uzumaki de la branche des tourbillons
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 22/06/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
270/300  (270/300)
Points de vie:
365/365  (365/365)
Points de chakra:
1575/1575  (1575/1575)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 5 Oct - 20:03
Spoiler:
 

Shun regarda tout autour de lui, l’air interdit. Même s’il arrivait à se rendre au centre de l’arène et que tout s’était arrêté de s’effondrer après la technique incroyable de l’impératrice … La catastrophe avait eu le temps de causer des centaines de victimes, et un nombre incalculable de blessés. Certains étaient graves, et les médecins faisaient de leur mieux pour tenter de les recoller en un seul morceau. Parfois littéralement. Malgré l’intervention de tous les ninjas qui étaient présents pour sauver un maximum de personnes, certaines personnes avaient même été héroïques, ça n’avait pas été possible d’empêcher totalement l’effondrement, et donc les morts.
Je sentais bien que Shun s’efforçait de ne pas diriger son regard de trop près vers les tribunes, où les corps n’étaient pas tous entièrement recouverts par les gravats. Ce qui avait pris place dans son esprit … C’était ce moment, cette horrible déclaration clamée par son père devant son armée, dans laquelle il ordonnait aux samouraïs d’utiliser la population comme bouclier pour gagner une bataille. Pour vaincre l’Empire. Si jamais Tekkun n’était pas intervenu, et n’avait pas jeté aux oubliettes son honneur pour transpercer son propre seigneur … Alors il aurait sûrement réussi.
Ce qu’avait fait Shura aujourd’hui, c’était ce qu’avait voulu faire son père après tout. Sauf que lui avait réussi. Et Shun avait toujours rangé son père dans la catégorie des monstres, pas simplement celle des humains violents ou cruels. Des monstres. Sans aucune humanité.

Ce qui était encore plus blessant, c’était de se souvenir de leur combat. Où le Juunin avait soigneusement respecté toutes les règles. Où il avait permis au garçon de montrer l’étendue de ses capacités, avant de le mettre KO, sauvegardant ses espoirs, son honneur, et son esprit combatif. Du grand art, montrant à quel point il était à la fois un excellent professeur, et un modèle pour la jeune génération. Comment quelqu’un comme lui avait-il pu commettre un acte aussi atroce ? Je lisais l’incompréhension dans l’esprit de Shun. L’incompréhension, et le dégoût. Un dégoût profond, viscéral. Son visage, d’ordinaire si peu expressif hormis son éternel sourire, était clairement dure. Limite froide. Mais comment rester soi-même face à tant de haine, face à une telle violence ?

Il entendit comme un écho lointain l’ensemble du discours de l’impératrice. La guerre. Encore elle. Déjà, tout gamin, il avait assisté à la guerre au pays du fer, d’assez loin, mais il y avait assisté quand même. Dans sa tour où il apprenait l’histoire, et la façon dont la guerre ravageait le continent depuis des siècles, il en avait eu l’illustration sous ses yeux. Il n’avait eu qu’à les abaisser de sa fenêtre vers les terres autour du château, rien de plus.
Mais cet Empire qui avait mené tant de guerres du côté de l’offensive, il avait réellement pensé avoir pacifié le continent par la force. Ce qu’il restait de cette conviction se trouvait sous les éboulis. Pacifié. Quelle arnaque. Tant qu’il y aurait des hommes mauvais, il y aurait la guerre. Et comment faire pour rendre tout le monde bon ? Pour raccorder tout le monde à un simple point de vue : se tuer entre eux n’arrangerait rien de leurs différences d’idéaux. La destruction et la mort étaient les réponses du faible. La force, son père l’avait montré, ne permettait pas de rallier l’autre à son point de vue. Tout juste de lui imposer. Dès qu’elle tournait, dès que quelqu’un était plus fort, on subissait ce qu’on avait fait subir tout simplement.
Mais pourtant, cette guerre était inévitable. Qu’on l’aime ou non, laisser un tel crime impuni serait de l’inconscience. Tant que Shura serait dans la nature, tout le monde serait en danger permanent. Il venait de le prouver : tuer des civils ne lui posait aucun problème.

Le regard de Shun s’arrêta sur un adolescent. Un étudiant. Même pas encore apprenti ninja, un simple étudiant qui ne devait avoir quitté les bancs de l’académie que pour assister à ce tournoi. Sa jambe était brisée en cinq endroits, et les médecins qui s’étaient agenouillés près de lui pour le soigner venaient d’arrêter leurs tentatives de le soigner. La nécrose avait été rapide, à cause du manque d’oxygène de la jambe coincée sous un rocher. Amputation ? C’était probablement ce qui allait arriver oui. Et adieu le rêve de devenir shinobi. Et même probablement adieu à tous ses plans de secours. Tant de souffrance aurait pu faire tomber Shun dans les larmes, je le sentais prêt à craquer. Mais si les ninjas craquaient, cédaient devant toute cette violence, alors qui ferait office de dernier rempart devant la folie qui venait de s’emparer du monde ? Devant l’Aile du phénix ? Qui allait mettre fin à leurs actes criminels et barbares ? Non, son rôle à lui c’était de rester fort. C’était dur. Je sentais son corps tout entier trembler comme une feuille, et pourtant il s’efforçait d’avancer pour voir où il pouvait aller se rendre utile. Parcourir les rangs des blessés. Tenir un bandage ou un blessé, juste pour un petit coup de pouce, c’était toujours un besoin de main d’œuvre urgent. C’était le moins qu’il puisse faire. Mais alors, vraiment, le moins.

** Est-ce que tu peux m’aider ? A devenir plus fort ? Je veux pouvoir empêcher ces enfoirés de recommencer. La dernière fois, c’est Tekkun qui a sauvé les innocents. Cette fois, je n’ai rien pu faire. J’aimerais ne plus avoir autant de regrets … **

** Je te l’ai dit, je vais te rendre ta mémoire. Nous avons déjà eu cette discussion et fait un pacte. J’ai déjà accepté de t’aider à devenir plus fort. **

** Je ne sais pas depuis combien de temps tu es là, mais ça ne suffit plus, la manière douce et prendre son temps. Il faut accélérer. Je n’ai plus le temps de progresser à mon rythme ou une connerie de ce genre. **


Je choisis de ne pas lui répondre pour le moment. Même s’il le voulait de toute sa volonté, surpasser ses limites n’est pas aussi simple qu’on le dit. Et bien souvent, c’est temporaire. S’entrainer, devenir plus consistant, c’était une affaire de mois et d’années, et pas de jours comme il semblait le désirer. La colère et la tristesse l’aveuglaient. Quoique je puisse lui répondre, il ne serait clairement pas satisfait.
Encore que, dans le cas de Shun, j’avais peut-être des idées qui pourraient convenir à un apprentissage rapide comme il le voulait. C’était difficile, mais sa capacité héréditaire pourrait peut-être le lui permettre. Ca valait le coup d’essayer … Mais même si ça fonctionnait, il faudrait quand même qu’il ne se laisse pas envahir par la rage et l’envie de se venger. Ca n’apporterait rien de bon, à part l’inciter à en vouloir à l’univers tout entier et à devenir, lui-même, quelqu’un de violent. Voire pire. C’est comme ça que les types comme Shura naissaient. A cause de la soif de vengeance et de la violence qu’elle véhiculait.

Bientôt, les médecins finirent par demander à Shun d’aller se reposer, lui disant qu’il en avait assez fait et qu’il ne pouvait surtout rien faire de plus sans les gêner. Le Genin obéit au ralenti, sans trop réaliser ce qu’il faisait. Il se rendit chez lui d’un pas trainant. Ne réalisa même pas qu’il s’endormait, l’esprit trop embrumé pour être clair. Trop d’images s’emmêlaient dans sa tête. Des images du passé, mais aussi des images du présent.
Genin
Rônin
avatar
Messages : 90
Date d'inscription : 28/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
85/150  (85/150)
Points de vie:
302/302  (302/302)
Points de chakra:
559/559  (559/559)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Oct - 13:25
Emi était à bout de souffle. Ca faisait des années qu’elle n’avait pas utilisé autant de chakra, et surtout pas pour employer autant de techniques de Mokuton. La création de structures en bois en consommait énormément. Ses gardes pontificaux assistaient à ses tentatives de sauvetage presque impuissants. Même si c’étaient de solides combattants, formés pour que personne n’attente jamais à sa vie sans être immédiatement impunis, autant dire qu’ils n’avaient pas eu la même formation qu’elle aux techniques ninjas. Ils se contentaient de se relayer. Deux restaient en permanence auprès d’elle, pour la couvrir tandis qu’elle se concentrait, tandis que les six autres aidaient à dégager les personnes prisonnières pour les conduire au centre de l’arène. Où était le reste des ecclésiastiques ? C’était plus simple de les trouver : ils avaient tous fuient vers le centre de l’arène pour se mettre bien à l’abri, tandis qu’elle faisait tout le boulot. Effrayés, comme des lapins apeurés. Pourtant, et Emi le savait très bien, certains d’entre eux possédaient quelques compétences utiles pour participer au sauvetage. Elle n’en voulait pas aux paladins, qui étaient contraints de rester près de leur évêque, mais plutôt aux évêques eux-mêmes, qui eux n’étaient pas non plus des incapables et ne faisaient rien. Cette scène était une merveilleuse illustration de ce qu’était devenue l’Eglise des Cinq. Et de sa solitude au milieu de toute cette pourriture.
Soudain, l’Impératrice agit, et réussi à mettre fin à l’effondrement. Emi aida à dégager deux ou trois derniers civils encore prisonniers des pierres, puis se rendit avec eux et ses deux gardes restants jusqu’à l’endroit sécurisé : le centre de l’arène.

Il restait encore du chakra à Emi. Tandis qu’elle écoutait d’une oreille distraite le discours de Nanaki, elle s’affairait à tracer à la craie un très grand pentacle sur le sol. Un pentacle dans lequel elle imbriqua différents symboles afin de former un sceau … Un sceau très particulier. C’était son Fuinjutsu qui avait construit la réputation du Grand Pope après tout. Elle l’appelait Magie Blanche. Au moment où les paroles de l’Impératrice s’achevaient, elle terminait son tracé.
Elle attrapa le bras d’un médecin qui semblait diriger une équipe.


« Monsieur, excusez-moi mais j’ai ici quelque chose qui pourrait vous aider. »

« Madame… Oh pardon, Sainte Mère, sans vouloir être désobligeant je dois me concentrer sur l’organisation de mes équipes pour soigner les blessés je n’ai pas le temps de … »

« Ecoutez-moi. J’ai le même objectif que vous figurez-vous. Vous savez ce qu’est un cercle de soins en Fuinjutsu ? C’est ceci. Placés les blessés au centre, et un médecin capable d’utiliser le chakra à chaque branche du pentacle. Le sceau absorbera son chakra pour guérir les blessés à l’intérieur. Avec un relai on peut assurer un soin constant. Je ne peux plus tenir le sceau moi-même, je suis épuisée et je n’ai plus une goutte de chakra. Mais le cercle de guérison … Devrait vous aider. »

« S-Sérieusement ? »

« Il faut me croire, je vous prie. Tout ce que je veux, c’est vous aider. Faites-le, c’est tout. Je m’en porte garante. »

« Très bien, Votre Sainte Mère. Je vous remercie. Hé, vous quatre, venez avec moi. »

Des blessés furent placés au centre du pentacle, tandis que les médecins et le chef d’escouade prenaient place sur les branches. L’aspiration de chakra, et la guérison des blessures de ceux qui souffraient au centre, se mit immédiatement en place. Au bout de cinq minutes, l’un des médecins quitta le pentacle, allant en cherche un autre afin de prendre sa place. Quand un blessé était guéri, il quittait le cercle, et il était remplacé immédiatement par un autre.
Bon, ils semblaient avoir pigés comment ça fonctionnait, Emi pouvait aller s’occuper d’autres affaires tout aussi pressante. De toute manière elle n’avait aucune connaissance médicale. Ce cercle de guérison était la seule chose qu’elle pouvait faire pour aider les équipes médicales. Et même si elle l’avait écouté d’une seule oreille, elle avait tout de même entendu parfaitement le discours de l’Impératrice. Si elle restait sans rien faire après tout ça, avec tous les moyens dont elle disposait en tant que chef officielle de l’Eglise, elle se sentirait mal.
D’un pas inquisiteur elle se dirigea vers les évêques présents.


« Messieurs, il faut qu’on organise l’appui des forces impériales. Je voudrais que chacun d’entre vous propose quelques-uns de vos combattants d’élite, ou de vos guérisseurs, pour renforcer les équipes de shinobis. Ils vont être débordés dans les prochains jours. Nous devons impérativement les aider. »

« Sauf votre respect, Très Sainte Mère … L’Eglise n’a aucune attribution militaire et … »

« Aucune attribution, oui. Mais nous avons largement les compétences requises pour les aider. »

« C’est n’importe quoi, ce n’est pas notre rôle ! »

« Notre rôle est de représenter les Cinq dans le monde des mortels. Croyez-vous qu’une population effrayée nous suivra si nous ne faisons rien ? Il suffit. Nous pouvons être l’oreille attentive à leurs problèmes autant que nous le souhaitons. Je refuse que le nom des Cinq soit entaché par une attitude passive. Faites juste ce que je vous ordonne. »

« Les Cinq hein … Les Cinq, ou les Trois ? »

« Je … Faites … Faites-le, c’est tout. »

Les sourires des prêtres étaient éloquents. Ils le feraient. Mais ce serait la dernière fois qu’elle leur donnerait un ordre aussi direct avant longtemps. Ils ne pouvaient pas refuser devant tant de monde. Leurs sourires mielleux et leurs paroles réconfortantes, qui arrivèrent bientôt, ne mentaient pas. Sa décision n’était pas populaire, à part peut-être auprès de l’évêque de Suijin. Elle allait devoir répondre de sa prise de parole … La jeune femme soupira. Même en tant que Grand Pope, elle n’avait pas la poigne d’une Pope. C’était frustrant, mais maintenant qu’elle avait titillé les évêques, son rôle allait redevenir celui d’une simple figure de proue pendant quelques temps. Peut-être pour le restant de sa vie ?
Tout en serrant le poing, elle retourna s’assurer que tout se déroulait bien autour du cercle de soins. Cette frustration était indigeste, mais elle n’y pouvait rien. Les choses étaient ainsi, tout simplement. Ou peut-être que … Les cygnes lui avaient proposés une solution à long terme pour renforcer sa position sans avoir besoin de se battre à coups de discours ou autre affrontements frontaux qui lui faisaient tant peur et qu’elle ne pouvait pas gagner.
Ca faisait trop longtemps que l’Eglise n’en faisait qu’à sa tête. Il était temps de passer aux choses sérieuses. Mais aurait-elle les épaules pour un tel projet … ?
Grand Pope
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 03/08/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
245/300  (245/300)
Points de vie:
348/348  (348/348)
Points de chakra:
1066/1066  (1066/1066)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 16 Oct - 14:44
Event officiellement clôt !
Toute personne ayant participé à cet event va recevoir 100 xps. Evenement exceptionnel, récompense exceptionnelle.
merci à tous d'avoir pris le temps de rajouter 2-3 petites choses à cet événement chacun à sa manière Wink
Shura, pour avoir engagé tout ça de ta propre initiative et fait bouger le contexte du forum, tu recevras un petit bonus d'xp supplémentaire.

Les conséquences de cet event sont déjà en cours de développement.
Il y aura un résumé dès qu'on pourra dans la partie Univers relatant la situation modifiée de l'Empire et du monde en général.
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 390
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
174/300  (174/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Divers :: Arène
-