AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Dans le désert ... [Alentours des Ruines]

 :: PREFACE :: Corbeille Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 4 Sep - 8:02
Shura, haletant, et affalé sur le sol, les pieds dans l’eau, tentait de reprendre son souffle. Pas très loin, Genryuu tentait de se rafraichir, en plongeant la tête dans l’oasis, et en s’aspergeant les bras. Le vieil homme était en nage. Enfin, même s’il transpirait à grosses gouttes, lui conservait une certaine maitrise de sa respiration. A l’inverse, Shura était au bord de l’asphyxie. Par contre, lui n’avait pas la moindre goutte de sueur. Il était torse nu, et aussi sec que si le désert avait été muni d’une climatisation dernier cri, à base de ninjutsu Hyoton.

Ca ne faisait qu’une poignée de jours que Shura avait quitté l’Empire et était allé se planquer dans le désert en attendant son heure. Il avait frappé un grand coup et il était certain que d’ici peu, les conséquences frapperaient l’Empire de plein fouet. Et que ce serait bien plus terrible que les centaines de morts de l’autre jour.
Mais désormais, en tant qu’ennemi public numéro un, il se devait d’attendre sans rien faire. Laisser passer l’orage, et les erreurs se produire. Des ouvertures, des failles, il y en aurait des milliers désormais. Mieux valait ne pas forcer le destin.

Depuis sa rencontre avec Nanaki, Shura et l’Aile préparaient ce plan. Ils avaient mis en place les sceaux d’effondrement avec méticulosité. Et en parallèle, construit leur quartier général aux fins fonds du désert. L’endroit idéal. Juste à côté de l’Empire, vraiment sous leur nez. Mais à un endroit que la technique de Nanaki ne pourrait pas localiser. A la fois à la portée, et hors de portée, des impériaux. S’ils se montraient suffisamment discrets, désormais, tout irait pour le mieux. Le plus grand danger maintenant, c’était de savoir si quelqu’un découvrirait cette planque ou au moins sa localisation approximative. Nanaki ne dénoncerait personne. Ca, Shura en était certain. Elle ne pouvait plus aller contre lui, si elle l’avait voulu elle l’aurait déjà fait des années auparavant. Et il n’était même pas certain qu’elle connaisse l’identité des membres de l’Aile. La sienne, oui, mais était-ce valable pour tout le monde ? Après tout il ne connaissait pas tous les aboutissants de sa technique. Et en fait, il doutait même qu’elle soit aussi efficace qu’il ne l’avait pensé de prime abord. Sinon, il ne restait qu’à avoir foi en son incapacité à reprendre les armes.

« T’as fini de te reposer gamin ? »

« Encore cinq minutes. »

Shura grimaça. Il avait demandé au vieux Genryuu de l’aide pour corriger un de ses plus grands défauts de combattant. Après tout, s’il devenait recherché par toutes les autorités impériales un peu partout, mieux valait qu’il devienne réellement monstrueux sinon il se ferait attraper assez vite maintenant qu’il leur avait déclaré la guerre. Et du coup, le vieil épéiste avait accepté de l’entrainer au maniement du sabre.
Ca pouvait paraître un peu fou : Shura n’avait jamais réellement tenu d’arme auparavant. Mais finalement, ce n’était pas si bête. Il n’était pas faible, déjà. Au contraire, il avait toujours eu une très bonne condition physique. Quand il était encore jeune, on lui avait même dit qu’il aurait très bien pu choisir le taijutsu au lieu du ninjutsu. Et il ne voulait pas devenir le bretteur le plus redoutable du monde, après tout. Cette prétention aurait été bien naïve. Juste avoir une corde de plus à son arc. Et devenir capable de se défendre sans avoir à user du chakra, si le besoin s’en faisait ressentir. Que ce soit pour se dissimuler, ou simplement parce qu’il se retrouvait piégé sans pouvoir l’utiliser. Ce genre de technologies se multipliait ces derniers temps. Ca pouvait aussi servir, tout simplement, à en économiser.

Enfin le résultat était là : Genryuu lui avait forgé une arme d’une qualité assez impressionnante, le Souzokunin Kotetsu. Elle était forgée sur le modèle du Kotetsu, une des treize lames de Genryuu. Il disait que la personne à qui il l’avait prise ressemblait un peu à Shura sous certains aspects. En tous cas, l’arme en main, il avait immédiatement commencé l’entrainement.  La partie athlétique était assez simple, mais affronter sans relâche le vieil homme se révélait plus dur. Etre désarmer en boucle n’avait rien d’agréable. Et le vieux rhinocéros avait une patate d’enfer, lui. Grâce à la chaleur et au sceau de la salamandre, Shura faisait à peine illusion. Il était sévère, mais au moins Shura apprenait très vite en l’affrontant aussi régulièrement. Mais dans le fond, c’est peut-être simplement parce qu’il n’avait pas grand-chose d’autre à faire qu’il s’acharnait autant.

Tout cet entrainement le ramenait des années en arrière, à l’époque où il était encore un adolescent qui venait d’entrer sur le territoire impérial. Il n’avait eu qu’un seul senseï dans sa vie. Ce senseï, c’était Daka. Genryuu était quelqu’un de confiance, et il lui apprenait peut-être quelque chose, mais jamais personne ne serait son senseï. Cette place était déjà prise, et même après sa mort, elle serait prise pour toujours.

Quand Shura avait croisé pour la première fois la route de la générale Daka, il n’était qu’un jeune chiot impertinent et complètement perdu. Un chiot errant, et qui montrait les crocs pour un rien. Ninjas de shousan, soldats de l’Empire, mercenaires. Aucune différence pour lui, il aplatissait tout ce qu’il croisait et qui était susceptible d’étancher un tant soit peu sa soif de bataille et d’apaiser un peu sa rage destructrice.
Quand il était tombé sur une escouade impériale de plus, il n’avait pas fait d’exception et avait attaqué de toutes ses forces. Ses ninjutsus, Daka les avait esquivés, avant de l’assommer d’un simple et banal coup de poing sur la tempe. Pour lui qui était si fier de ses techniques de feu, il s’en souvenait bien, ça l’avait pas mal calmé sur le coup. Et ce n’était que son premier enseignement : les techniques sont des armes comme d’autres. Aucune technique n’est puissante, aucune technique n’est faible. Ce sont les capacités qui déterminent la force d’un ninja, et certainement pas ses techniques aussi spectaculaires qu’elles soient. Parce que le panel technique d’un individu est moins puissant que son potentiel.
D’un autre côté, c’est aussi elle qui a transformé son Katon en Yoton. Enfin, en tous cas c’est elle qui l’y a incité. Donc elle reconnaissait quand même l’importance d’avoir de puissantes techniques en complément de ce fameux potentiel physique et intellectuel.

A chaque fois que Shura repensait à son senseï, il réalisait à quel point il ne l’avait pas connue. Ils étaient proches, il passait même le plus clair de son temps à la suivre où qu’elle aille. Mais elle parlait très peu, et surtout jamais d’elle-même. Alors que lui ne pensait qu’à tout casser autour de lui, donc forcément, le dialogue ça n’avait jamais été leur fort. Ils se comprenaient bien, étaient très complémentaires au combat. Ils étaient sans doute amis, en plus d’être maître et élève. Quant à dire qu’ils se connaissaient … Elle devait avoir quelques pistes sur certaines choses. Mais lui, du vivant de Daka, ne l’avait jamais connue. Tout ce qu’il savait, il l’avait appris après coup. Dans des dossiers. Des archives. Mais bon, des textes ne vaudraient jamais le récit transmis d’une personne à une autre. Les mensonges, les secrets, et les faux-semblants qu’il portait avec lui ne faisaient que le rendre encore plus vivant et authentique.
L’histoire de Daka n’avait pas grand-chose de particulier. Son senseï avait été milicienne, puis mercenaire, et avait fini par s’engager dans l’armée impériale. Ses capacités étaient si impressionnantes qu’elle était devenue générale. Ce n’était qu’une histoire banale à l’époque de la guerre : l’Eclair Noir en était l’exemple le plus connu. Elle avait juste fini un échelon plus bas, tout simplement. Daka n’utilisait presque pas de techniques ninjas, elle maitrisait à peine les bases du chakra. Mais ses coups étaient dévastateurs, tout simplement. Un tout petit peu lente pour son rang, mais terriblement puissante. C’était ce qui revenait le plus à propos de son style de combat rapproché.
Pour ce qui était de sa naissance ? Elle avait marqué, d’une note très vague, à son arrivée en territoire impérial, qu’elle venait des plaines. Et n’avait rien ajouté d’autre. Pas de famille connue. Rien. Pas même un nom. Daka, c’était juste Daka.

Shura n’avait même pas assisté à la mort de son senseï. C’était la seule bataille qu’elle avait livré sans lui. Un commando suicide, même si on ne lui avait pas présenté comme ça. Destiné à mener une diversion pour que d’autres assassinent le Shoukage. Elle avait fermement refusé que le jeune homme y participe et n’en était jamais revenue. Maintenant, Shura pouvait dire avec quasi-certitude qu’elle savait tout simplement qu’ils n’en reviendraient pas et qu’elle l’avait simplement protégé. Ou alors elle ne voulait pas que son unité se désunisse et tenait à garder son lieutenant disponible pour les commander ? Que ce soit pour des raisons militaires ou humaines, jusqu’au bout elle avait été à la fois distante et proche de lui.
Et il honora sa mort de la même manière. Il partit gagner la guerre en son nom. L’enterra dignement après la bataille. Mais il ne versa pas une seule larme. A la fois distant, et proche. Il ne l’oublierait jamais, ne la remplacerait jamais, mais ne la pleurerait jamais. Ni n’afficherait son chagrin.

Ca faisait bien longtemps qu’il ne s’était plus rendu sur sa tombe. Mais en même temps, qu’aurait-il bien pu raconter à un morceau de pierre ? Et de toute manière, il n’y retournerait sans doute plus jamais désormais.

Shura se leva, et fit tournoyer son sabre dans sa main droite. Ses muscles avaient l’air de répondre à nouveau à ses sollicitations. Il pointa l’arme en direction de Genryuu, avec un sourire provocateur, prêt à se prendre une énième correction :

« Je t’attends, vieillard ! »

edit Eihi : +10 xp
Genin
Ihoko Ryuuketsu
Messages : 133
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Left_bar_bleue77/100Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Empty_bar_bleue  (77/100)
Points de vie:
Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Left_bar_bleue242/242Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Empty_bar_bleue  (242/242)
Points de chakra:
Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Left_bar_bleue254/254Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Empty_bar_bleue  (254/254)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Sep - 14:04
Les plaines arc-en-ciel. Une vaste étendue fertile, sans reliefs, si bien que lorsqu’on se trouve dedans, on peut y voir à des kilomètres de distance sans que le regard ne rencontre aucun obstacle. Shura se trouve justement sur une petite colline. Il contemple ces paysages depuis le matin. Lorsqu’il est arrivé, il y a une demi-journée, il ne pouvait pas voir très loin : les villages et leurs bâtiments bloquaient son champ de vision. Ca manquait de profondeur. C’était comme une démangeaison. Il avait les yeux secs. Tellement secs. Il ressentait le besoin de voir au-delà. De voir toujours plus loin, sans aucun obstacle. Alors il avait attendu. Il avait attendu que le pouvoir grandisse en lui. Prenne possession de son corps, stoïque et attentiste. Qu’il le submerge. Fasse déborder chaque cellule de son corps d’une puissance corruptrice. Et alors que tout ce pouvoir circulait dans ses veines, il avait enfin pu soigner ses yeux et arrêter cette irritation insupportable.
Il n’y avait plus de villages désormais. Seulement des ruines fumantes. La fumée lui avait titillée les yeux, au tout début. Puis il s’était habitué, progressivement, au fil des minutes puis des heures. Maintenant, il voyait à l’autre bout des plaines. Tout au bout. Et toutes ces plaines étaient jonchées de corps. Chaque centimètre carré de terre était recouverte par la charogne, par le sang, par la pourriture. Un immense tapis mortuaire. Eux aussi fumaient, tous étaient à moitié brûlés, ils avaient été consumés par une rage furieuse et implacable.
Mais Shura n’avait aucun souvenir de l’avoir fait. Tous portaient sa signature. La terre brûlée. Les corps à moitié calcinés. Cette colère qui habitait les plaines toutes entières. Il aurait pu faire cela, mais sa mémoire n’en gardait aucune trace. Avait-il fait ça ? Son cœur, son âme, hurlait de douleur et de culpabilité à la vue de tous ces corps. Mais son esprit, lui, ne voyait pas ce qu’il pouvait se reprocher, puisqu’il n’avait rien fait du tout.
Il baissa les yeux vers ses mains. Tâchées de terre. Un éclair de lucidité traversa son esprit, un souvenir de lui posant ses mains sur la terre humide … Puis le monde qui s’assèche. Puis le monde qui s’embrase.
Shura porta la main à ses tempes. Il hurla. Il l’avait fait mais il ne l’avait pas fait. Il ne comprenait pas. Tout était si étrange. Il avait l’impression d’être lui, il ressentait toute cette colère qui était la sienne. Mais c’était la seule chose qui lui appartenait encore. Tout le reste … Tout le reste c’étaient des cendres.
Il attrapa son sabre et s’ouvrit le poignet. Un flot de poudre noire. Depuis quand s’était-il consumé de l’intérieur ? Depuis quand ?

« Shura ! Bon sang Shura, réveilles-toi ! »

« Raaaaaaaaaaaah ! »

La lumière agressa les yeux de Shura. Désorienté, il remua énergiquement comme pour se dégager de fils invisibles. Ce qui le ramena à la raison, c’est cette sensation le long de son cou. Les filins de sueurs froides, qui le firent frissonner. Il était trempé. Complètement en nage même. Et son cœur battait plus fort que jamais. Au fur et à mesure qu’il s’habituait à la lueur paisible des torches, il retrouva sa sérénité.
Il regarda autour de lui, de moins en moins haletant, retrouvant pleine maitrise de ses facultés. Pas de traces de Genryuu dans son champ de vision. Pourtant il entendait gémir. Son regard se baissa. Il était au sol, un peu plus loin, avec apparemment un bras dans un angle bizarre.

« Merde ! Genryuu ! »

Il avait fait ça en se réveillant ? Il avait la vague sensation d’une onde de force rageuse. Un souvenir assez étrange. Quelque chose d’incontrôlable et de … Un peu comme une manifestation physique de toute la rage qui l’habitait. Le vieil homme, alors qu’il s’approchait en titubant, se redressa difficilement, et d’un mouvement sec, remis son bras en place en criant de douleur. Sa main luisait d’une lueur verte caractéristique : il était en train de guérir sa blessure. Il avait l’air calme, étrangement trop calme même. Mais on voyait qu’il avait mal, même si ça diminuait au fur et à mesure. Et il évitait le regard de Shura. Il avait dû être très surpris par ce qui s’était passé. En même temps, Shura lui-même n’était pas sûr de tout comprendre.

« Désolé, Genryuu. Je n’ai pas fait … Enfin, j’ai fait un mauvais rêve et … »

« Hé, te bile pas gamin. Ca arrive à tout le monde de faire un cauchemar. C’est juste que sur nous autres, nukenins, les réveils sont parfois un peu violents. »

« Oui … »

« Ca va je te dis. Si tu me refais pas ça tous les soirs en tous cas. »

Shura demeura silencieux, et préféra ne rien ajouter, pour aller enfiler quelque chose de plus confortable que ses vêtements de nuit. Maintenant qu’il était réveillé, et après tout ça, trouver le repos ce soir ce serait trop compliqué. Genryuu partit, sans doute allait-il se recoucher. Shura, lui, s’assit à son bureau. Il était presque vide, hormis une pile de paperasses mal triés … et un objet singulier. Une théière, ancienne et abîmée. Mais le couvercle de cet objet était scellé par trois couches de sceaux d’un niveau incroyablement élevé. Sans doute des sceaux créés par la combinaison de plusieurs scelleurs. Peut-être même beaucoup. Et vu le niveau de chaque tracé, de très bons adeptes du Fuinjutsu.
Ils avaient trouvé cet étrange objet lorsqu’ils avaient creusés sous les ruines afin de construire le repaire. A trois cent mètres sous le sable de la surface, ils avaient trouvés cet objet enfoui, sans doute depuis très longtemps. Depuis lors, Shura essayait de déterminer ce que c’était. Il savait qu’il pouvait l’ouvrir, avec de la patience. Mais il y avait des inscriptions sur la théière, et il voulait les traduire avant d’ouvrir l’objet et de prendre un risque inconsidéré.

Cette langue, ces inscriptions … C’était une très vieille langue du pays du vent, parlée par les plus anciennes tribus de nomade. Autant dire qu’aujourd’hui, c’était une langue morte et enterrée sous des couches de sable. Cet objet devait être très vieux. Les dernières personnes qui parlaient cette langue, c’étaient des savants du village de Suna, détruit il y avait de cela … trop longtemps pour s’en souvenir avec précision. Le problème, c’était que l’objet n’était pas aussi ancien que la langue qu’il portait. Ce qui en faisait un artefact très étrange.
Pourtant, les inscriptions suivaient une logique qu’on pouvait recouper avec les langues nomades et quelques mots issus de langues plus modernes. Ca faisait des jours que Shura bossait à la reconstitution de cette langue, et il n’en avait encore que des bribes. Des mots éparpillés, une ou deux règles de grammaire. Il comprenait l’utilité des mots aussi, de chacun, même sans en saisir le sens. Le seul qui échappait totalement à sa compréhension, c’était celui-ci : Fuminshou. Il aurait pu tout simplement signifier insomnie. Mais sa forme était étrange comme si c’était …

** Une appellation. Ou un nom propre. Lieu ? Personnage ? Vu la position de ce mot dans le texte, je reste persuadé qu’il désigne ce qui est scellé à l’intérieur de cette urne. Et ce mot, juste là, qui lui est associé, je pensais que c’était une sorte de suffixe mais en fait ça pourrait bien avoir une signification plus simple : une arme. Ce qui est dans cette amphore, c’est une arme. Que quelqu’un a voulu enterrer à tout jamais. Pourquoi ? Trop dangereux ? Trop dur à contrôler ? Ou trop puissante pour tomber entre de mauvaises mains ? **

Shura avait la solution sur le bout de la langue. Mais il n’arrivait pas à mettre exactement le doigt dessus, comme à chaque fois. Pourquoi avoir enterré tout ça sous les ruines du village du vent ? Sans aucun doute parce que cette arme avait un lien avec le village du vent, évidemment. Et à sa connaissance … Il n’y avait qu’une seule arme suffisamment dangereuse qui avait marqué l’histoire de ce village. Seulement, cette arme n’avait pas seulement disparue : elle était morte. Enfin à sa connaissance. Mais ces armes, justement, on ignorait tellement de choses sur elles … Alors peut-être qu’en fait elle n’avait pas été tuée. Et si c’était vraiment ça ? Un sourire s’étira sur le visage de Shura. Si c’était vraiment ça, alors l’Aile du phénix avait peut-être un moyen de gagner la guerre finalement. Et par un autre moyen que la simple guérilla.

Edit Eihi : +13 xp / rp courant+avancée de l'Aile
Genin
Ihoko Ryuuketsu
Messages : 133
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Left_bar_bleue77/100Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Empty_bar_bleue  (77/100)
Points de vie:
Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Left_bar_bleue242/242Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Empty_bar_bleue  (242/242)
Points de chakra:
Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Left_bar_bleue254/254Dans le désert ... [Alentours des Ruines] Empty_bar_bleue  (254/254)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: PREFACE :: Corbeille-