AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Sam 30 Sep - 8:48
[Petite ruelle à quelques pas de chez Zamo. On appelle cette rue ainsi car il y a eu de nombreux suicide ici.

La ruelle est très étroite, et les deux façades qui l'encadrent ne portent aucune fenêtre. De plus, les murs sont très épais ici, ce qui fait qu'aucun son ne passe à travers. C'est la ruelle idéale pour être coupé du monde, au milieu du bruyant quartier commerçant.

Il y a parfois quelques jeunes un peu ivres qui y traînent, mais c'est rare d'y croiser qui que ce soit à cause de la mauvaise réputation du lieu. Surtout en pleine journée.]
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 405
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
215/300  (215/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Sep - 9:28
Le lendemain de la catastrophe, le réveil avait été particulièrement difficile. Et pourtant, avant de me coucher, j’étais allé me faire sermonner à Mousouchiku et profiter des talents du panda masseur, Sôkito. Grâce à lui, j’avais réussi à détendre mes muscles. Et une nuit de sommeil avait finalisé le travail. D’après son diagnostic, je n’avais aucune séquelle de ma surutilisation du chakra solaire et de la vitesse-lumière, mais il fallait quand même que j’évite de réitérer ça trop souvent. Cette fois aucun muscle n’avait été endommagé. Mais la prochaine fois, rien ne disait que je ne me froisserais pas quelques-uns d’entre eux, ou voire que je ne me ferais pas une blessure plus grave. Dans un contexte où je pouvais me faire soigner rapidement il n’y avait aucun problème, mais si j’étais en plein milieu d’une situation à risque, il valait mieux éviter si j’avais le choix, quoi. Ce qui était rassurant, par contre, c’était que la sensation de brûlure n’était due qu’à l’augmentation de chaleur corporelle. C’était dangereux sur une plus longue durée, mais j’avais déjà dépassé la durée conseillée donc bon, les muscles céderaient avant que mon corps ne brûle réellement. C’était toujours ça de pris comme information !

Mais malgré le fait que j’étais revenu au top de ma forme, je n’avais quand même pas eu assez de repos à mon goût. Entre les visions d’horreur et les problèmes musculaires, la journée d’hier avait été plus qu’épuisante. Je n’aurais pas dit non à une ou deux journées de plus pour récupérer. Cependant, il n’y avait pas moyen de se défiler. Il y avait du sale boulot à faire, et c’était nécessaire. Pas question de laisser plus d’avance aux terroristes de l’Aile du phénix. Pour ça, une nuit, c’était même de trop. Enfin, ceux qui n’étaient pas présents dans l’arène au moment de l’attaque avaient travaillés d’arrache-pied toute la nuit apparemment : c’était à notre tour de prendre le relais. Parce que oui, la mission d’aujourd’hui, c’était évidemment en rapport avec l’Aile du phénix. L’ordre de mission qu’on m’avait donné était très flou sur le sujet et ne mentionnait rien d’important. Juste un rendez-vous rue des pendus et la composition de l’équipe. On serait briefés sur place. Mais vu la réactivité avec laquelle on nous avait transmis ces instructions, il ne faisait aucun doute quant au sujet de la mission.

Par contre, ce qui me remontait le moral, c’était l’idée de faire équipe avec Sham. On avait pas eu vraiment l’occasion de collaborer depuis notre retour à tous les deux. On avait bien fait cette intervention à l’académie, mais c’était à vif, pas du tout une mission pour de vrai. Là c’était de ça dont on parlait. Et ca me faisait vraiment plaisir que notre duo se reforme, même si c’était dans un contexte aussi désastreux. En plus, j’avais encore le souvenir de l’envol du phénix. Une sacrée technique, qui illustrait à quel point on était bons quand on travaillait ensembles. En revanche, cette fois, l’Empire nous avait attribué une nounou. Tsukiko. Je connaissais très vaguement de nom : la chef de l’espionnage. Mais ça s’arrêtait là. Est-ce que je voyais ça comme une volonté de l’impératrice de nous surveiller ? En fait pas du tout. Nous coller un chef d’équipe était même carrément logique quand on y réfléchissait à deux fois. Après tout, même si Sham et moi on avaient de grandes capacités et qu’on étaient complémentaires, il fallait bien reconnaitre qu’on manquait un peu d’expérience en tant que ninjas. On avait eu l’occasion de s’illustrer autrement, mais en-dehors du système. Que quelqu’un qui le connaissait vraiment bien nous chaperonne, c’était une bonne idée. Et en plus, mon ami avait passé cinq années enfermé, et moi cinq années d’alcoolisme et d’errances loin du monde et de son activité. Clairement, on avait bien besoin que quelqu’un nous aide à travailler ‘proprement’. A suivre un minimum les règles pour ne pas faire de bourde. Bref, même si je ne comptais pas me laisser dicter tout ce que j’avais à faire par le bout du nez, avoir quelqu’un pour nous remettre un peu le métier en tête ce n’était pas forcément une mauvaise chose. Surtout que vu son titre et son grade, ce n’était pas une amateur.

J’arrivais ruelle des pendus.

« T’es  sûr que c’est là ? C’est sinistre. »



Je redressais le menton de trois-quarts pour adresser un sourire rassurant à Chô, qui se trouvait sur mon épaule. Le petit panda roux était brave et parfois casse-cou, mais il avait quand même un certain pessimisme face au danger. S’il arrivait à le braver, on ne pouvait pas dire que c’était les signaux qu’il envoyait quand il parlait.

« En même temps c’est un bon endroit pour un rendez-vous secret. »

« J’aurais préféré un café. Pour pouvoir boire un chocolat chaud pendant le briefing. »

« A portée de toutes les oreilles indiscrètes. Remarquable idée. »

« Ouais, ouais, je sais, c’est pas fou. Mais ca aurait été plus confortable. J’aime pas cet endroit. »


Je comprenais ce qu’il voulait dire. Je n’aimais pas des masses non plus. Et pourtant, je n’étais pas du genre superstitieux. Ce n’était pas à cause des suicidés dans cet endroit que je ne l’aimais pas. Je ne croyais pas aux fantômes. Enfin, sauf quand ils étaient ramenés par des utilisateurs du Shijutsu évidemment. Mais en tous cas, les esprits frappeurs, tout ça, ça n’existait évidemment pas. Par contre, le cadre était quand même très propice à une embuscade rapide. Murs étriqués, donc peu de capacités de mouvements. Pas de fenêtre, donc la garantie d’une cible isolée et sans possibilités d’appeler des renforts. Bref, pour tendre un piège c’était un bon endroit. Mais ça signifiait aussi qu’ici on serait tranquilles. Cette Tsukiko n’avait pas dû choisir cet endroit par hasard.

Comme j’avais un peu d’avance, je pris la liberté de faire le tour du propriétaire avant de me rendre au point de rendez-vous exact. Histoire de vérifier que personne ne trainait dans le coin, surtout. Accompagné par les grognements mécontents du panda roux, je découvris du coup que cette ruelle débouchait sur un dédale de ruelles plus petites qui formaient une sorte de labyrinthe au milieu du quartier commerçant. Pour qui les connaissait par cœur, par contre, ça devait être bien pratique. Une sorte de ville cachée, où devait se dérouler toutes sortes de trafics. Mais aussi des raccourcis potentiels ou un lieu idéal pour se planquer quelques temps. Si j’avais connu cet endroit à l’époque où j’étais en cavale, je l’aurais peut-être utilisé pour me cacher, d’ailleurs. Encore que, les  ninjas du coin devaient bien le connaitre. Ils avaient dû me chercher par ici, à tous les coups, avant de regarder ailleurs. Je ne devais pas être le seul à imaginer cet endroit comme une bonne planque. Surtout que je n’étais pas natif du coin.

Il n’y avait personne aux alentours. Je revins vers l’entrée de la ruelle, et me postais assis sur une poubelle, à vue de l’entrée mais assez loin quand même histoire d’être hors de portée d’écoute quand on serait réunis pour discuter. Pour moi, c’était plutôt un bon endroit. Et comme ça, je ne manquerais pas mes équipiers quand ils arriveraient.

« Ca fait longtemps que j’ai pas vu Sham et Tak. Ils ont changés ? »

« Oui, pas mal. Enfin, Sham pas trop physiquement, mais Tak si. Enfin, tu verras bien. »

« Ouais. Et cette Tsukiko, tu la connais ? »

« Je t’ai déjà dit que non. »

« Roh. T’es ronchon et pas très bavard ce matin … »

« Je suis concentré. »


Clairement, j’étais déjà en mission, même si elle n’avait pas encore officiellement commencée.
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 405
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
215/300  (215/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Oct - 0:29
Ce matin en me réveillant j'avais eu un mal de chien à me tirer de mon lit. Sans Tak qui m'avait forcé à quitter celui-ci je crois qu'encore là maintenant je serais au fond de mon petit cocon. L'eau du mont Hansei m'avait fait le plus grand bien en effet mais ce n'était pas suffisant pour retrouver la totalité de ma forme. J'avais même des bandages à certain endroit de mon corps, recouvrant de vilain bleu sur les quels se trouvaient un baume censé accélérer le rétablissement. Tout ce que je voyais comme effet était cette odeur de plante qui se dégageait de moi.

Tak ne trônait ni sur ma tête ni sur mon épaule, il trottinait devant moi. Il râlait encore pour ce qui s'était passé, même avec ce qui s'était déroulé durant l'examen il restait encore renfermé sur lui-même. On ne s'était rien dit ou pratiquement depuis hier, même sur le mont Hansei. Ca me faisait mal mais le connaissant ça ne servait à rien d'insister. Pourquoi il était venu ? Uniquement parce qu'il s'agissait d'une mission de grande envergure. Il ne l'aurait pas reconnu mais c'était la peu de me perdre à mon avis qui l'avait poussé à me suivre. S'il m'avait abandonné à mon propre sort et qu'il m'était arrivé quelque chose il ne s'en serait jamais remis. Il n'y avait pas besoin que ça arrive pour que je le sache.

Il n'y avait pas beaucoup de monde dans les rues, les esprits étaient encore choqué de ce qui s'était passé. Rien de plus normal me direz-vous. Même ceux qui ne s'étaient pas retrouvés sur place avaient du mal. Ca ne m'étonnait pas qu'il n'y ait personne. C'était quelque chose de normale, il fallait juste donner du temps, que les gens reprennent petit-à-petit leurs habitudes. Est-ce que ça allait prendre du temps ? Le plus vite était le mieux, montrer à l'Aile du Phénix que même avec un tel coup dans le morale nous pouvions continuer à vivre. Que oui, ça allait changer, que nous ne verrions plus tous les visages que nous croisions. Certains ne seraient plus là, pour d'autre ils allaient leurs falloir du temps pour être à nouveau sur pied. Par contre pour ceux qui ne seraient jamais comme avant ... Je suppose qu'ils resteront une piqûre de rappel. J'étais heureux de faire partir de ceux qui étaient encore sur pied et qui n'auraient pas à se lever le matin en se disant que ce jour resterait à jamais gravé sur mon corps.

J'achetais en cour de route quelque chose à manger, j'avais bien proposé à Tak mais il ne m'avait même pas répondu. Tant pis pour lui, s'il voulait ne rien manger avant de se lancer dans cette mission ... Si râler compter être dans un certain inconfort j'allais pas m'en inquiéter. Qu'importe ce n'était pas mon estomac à moi. Toute façon sa mauvaise humeur n'allait pas pouvoir descendre ma bonne. J'étais trop impatient de faire à nouveau équipe avec Eihiko, c'est l'une des choses que je recherchais. Récupérer quelque part mon ancienne vie, je sais que ça ne serait plus à Shousan mais mise à part ce point je suis sûr et certain qu'il était possible d'arriver à quelque chose de très proche. Etre à nouveau équipier m'approchait un peu plus de ce point. Pour ce qui était de Tsukiko je ne savais pratiquement rien d'elle, mise à part qu'elle était la supérieur de Rem, chef de la section espionnage même. Mais mise à part ça les informations que j'avais sur elle était plus que pauvre. J'allais devoir me contenter de ça, mais au moins j'avais Eihiko avec moi. J'aurais aussi aimé dire que Tak, bien qu'il était présent physiquement ça s'arrêtait là.

« On est bientôt arrivé ça ne sert à rien de partir comme ça en avant. Mise à part te faire remarquer par on ne sait qui c'est juste totalement inutile. »

Pour toute réponse il se tourna vers moi avant de reporter son attention droit devant lui. L'entente promettait d'être exceptionnel dit donc.

« Que dirais-tu de discuter un peu avant d'arriver sur place ? »

« Pour dire quoi ? Encore une fois que tu n'aurais pas du lever la main sur moi ? Ou peut-être encore que tu n'aurais pas du écouter Tamamo no Mae ? Ou que sais-je encore. »

« Je t'ai déjà dit qu'elle avait rien à voir là-dedans ! »

« J'en suis pas aussi certain que toi. Maintenant si tu veux bien me laisser me concentrer sur ce qui nous attend. »

Il était sec, aucune envie de parler ça ne faisait pas l'ombre d'un doute. Heureusement qu'on arrivait réellement au niveau du point de ralliement. Apparemment celle que l'on nomme Tsukiko n'était pas encore là. Je fis signe à Eihiko de la main, tout sourire qui s'effaça rapidement quand mon bras se leva un peu trop haut. Je fis de mon possible pour cacher la grimace de douleur. Heureusement que la distance était encore suffisante pour qu'avec un peu de chance il n'est rien remarqué, je traînais un peu le pas histoire d'avoir un peu plus de temps pour récupérer. Il était lui aussi accompagné de l'une de ses invocations, Chô, le plus petit des pandas roux, tout du moins de ce que je sais, et le seul que je connaissais réellement à vrai dire.

« Salut Eihiko, salut Chô comment va ? Ca fait un moment que je ne t'ai plus vu petite boule de poile. »

Je savais pertinemment qu'il n'aimait pas spécialement être aimé comme ça mais bon il fallait bien l'ennuyer un peu, lui montrer que j'étais toujours ce Sham bien que j'avais un peu changé.

« Faites pas gaffe à Tak, il râle depuis quelques temps déjà. Ca finira par lui passer. » petit sourire en coin, je savais très bien ce que ça allait amener

« Je râle pas du con ! »

Voilà ce que c'est pour un Kyuochioses de traîner trop longtemps avec un humain, il finit par parler comme nous. La preuve qu'il râlait ? Le du con tout simplement.
Anbu
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
293/300  (293/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 7 Oct - 14:12
Elite Force. Soit le nom d’une équipe de super-héros. Un nom d’équipe issu d’un comic populaire … C’était un peu enfantin, quand même, pour des ninjas, qui étaient quand même une institution très sérieuse, et qui en plus traversait un temps de crise. Honnêtement, même en temps de paix absolue et de sécurité maximale je n’aurais pas apprécié qu’on me confie une équipe avec un nom pareil. Cela dit, j’en comprenais totalement l’intérêt. L’équipe avait été formée publiquement, et annoncée : la volonté qu’on pouvait traduire c’était de rassurer la population qui venait de subir un traumatisme, en montrant que des mesures exceptionnelles étaient prises et que les meilleurs ninjas allaient être associés en différentes équipes afin de répondre aux besoins actuels. En utilisant un nom issu de l’imagerie populaire, et donc très connu, on s’assurait de faire passer le bon message. Des héros, très puissants par-dessus le marché, c’était un bon point de comparaison pour parvenir au résultat voulu. J’étais contente de faire partie de cette équipe, et encore plus de la diriger. Ca signifiait que l’Empire me considérait comme l’élite. Je pouvais en être très fière. Mais bon, s’ils avaient pu nous refiler un autre surnom et garder celui-là pour une autre équipe je n’aurais pas dit non, clairement. Je n’étais pas une grande fan de bandes dessinées.

Il fallait quand même avouer que la composition de l’équipe me laissait rêveuse par contre. C’était bien possible que l’Impératrice m’ait confié les deux ninjas les plus puissants de l’Empire en termes de puissance brute. Surtout maintenant que Shura avait trahi. Sans compter l’Impératrice, qui n’était pas vraiment une ninja, je ne voyais pas vraiment qui pouvait être aussi forts que ces deux-là. Par contre qu’on me les confie était un peu étrange. Certes, ils avaient besoin de l’expérience que je pouvais leur apporter pour devenir efficaces, à défaut d’être juste puissants. Mais j’avais déjà prouvé que je n’étais pas particulièrement attachée au gouvernement actuel, et que seul l’intérêt de l’Empire dans son ensemble était intéressant pour moi. Surtout qu’en ces temps troubles, ma confiance en l’Impératrice Nanaki avait pris un coup. Encore plus avec mes récentes recherches sur Shura et mes potentiels indices … qui me faisaient douter sérieusement qu’elle n’en sache pas, comme d’habitude, plus qu’elle ne le laissait entendre.
Bref, ils prenaient le risque de me donner une chance de rallier Eihiko et Sham à mon point de vue. D’autant plus qu’ils avaient le profil idéal pour me comprendre : aucun d’entre eux n’avait manifesté une allégeance particulière aux institutions dirigeantes. Par contre, ils avaient des âmes de justiciers, à leur manière. En somme, ça nous faisait un énorme point commun. Et un bon point de départ pour créer une dynamique d’équipe … Je trouvais ça dangereux pour les hauts placés de l’Empire, en fait. Même s’il fallait que l’Impératrice reste en place durant la crise et encore un peu après, pour moi une fois la paix revenu, elle n’était plus la dirigeante idéale. Enfin, c’était une histoire qui mériterait une enquête et un examen minutieux dans le futur.
Pour le moment, seul le présent comptait.

Rue des pendus. C’était un point de rendez-vous que j’utilisais très souvent. Située à l’entrée d’un dédale de ruelles labyrinthique et infranchissable sans le connaitre au moins un peu, et surtout presque pas fréquentée à cause de sa mauvaise réputation. Cette rue était du coup l’endroit parfait pour un rendez-vous secret, à l’abri des regards et des oreilles.
Plutôt que de m’y rendre en ligne droite, je pris la liberté de passer par les toits. C’était peut-être un peu théâtral, mais il n’y avait que cet angle pour espérer attraper quelques bribes de la conversation qui aurait lieu en bas. Du coup les contrôler avant d’entamer une discussion confidentielle, c’était une bonne idée.
Et visiblement, la zone était dégagée. J’avais vérifié toutes les possibilités que je connaissais une par une. Bien que personne ne puisse être au courant de toutes les techniques ninjas existant dans le monde, évidemment … Au moins, parmi toutes celles que je connaissais, aucune ne permettait de passer outre ce contrôle. On pouvait donc considérer que nous pourrions parler sans se soucier d’un espionnage extérieur.

Il y avait plus de monde et d’agitation que prévu en bas. C’est ce que je remarquais tout de suite en entamant ma descente du toit avec la Supade. Les deux jeunes Anbus étaient venus avec une invocation. Respectivement, un panda au pelage roux qui semblait avoir peu d’expérience même sans être totalement bidon, et un renard au pelage noir qui devait être Tak. J’avais déjà enquêté sur Sham par le passé, je ne pouvais pas ignorer l’existence ou le nom de Tak, il passait tout son temps avec lui à ce qui se racontait.
Ils semblaient se faire la gueule par contre. Il s’était passé quelque chose avant que j’arrive ? Bah, les disputes c’étaient des problèmes de vie privée tant que ça n’interférait pas avec le bon déroulement de la mission.

Je me posais tranquillement à quelques mètres d’eux. Normalement, je n’aimais pas trop être chef d’équipe parce que je ne me sentais pas trop en confiance. Mais dans une situation aussi pénible qu’actuellement, je n’avais pas vraiment le temps de réfléchir à mon manque de sociabilité. Je m’en tiendrais tout simplement à la mission et au boulot de façon général. Ce serait peut-être un peu froid comme approche, mais c’était la seule manière que j’avais de ne pas avoir à me soucier du tout de ma timidité naturelle. Rester professionnelle.
Je levais la main pour saluer les deux garçons, c’était presque un salut amical, le sourire en moins. Et la voix un peu trop neutre, aussi.


- Bonjour. Je suis Tsukiko.

Je ne sais pas vraiment si j’aurais dû me servir de ça comme test, mais on avait pas vraiment le temps de le faire. Je retournais mon bandeau afin de leur montrer une petite marque, une toute petite encoche, que j’avais fait sur l’intérieur avec un kunaï afin qu’elle ne puisse pas être vue.

- C’est la marque dont se sert l’espionnage afin de se reconnaitre entre eux. Il y a une marque pour chaque chef de section. Ca permet d’empêcher l’ennemi de prendre notre apparence pour nous infiltrer ou nous tromper. Je pense que ce serait une bonne idée que vous fassiez la même sur vos bandeaux respectifs. Ce n’est qu’une précaution, mais certaines techniques de métamorphoses sont quasiment impossibles à mettre à jour, donc c’est le seul moyen réellement efficace pour les tromper. Le mot de passe marche aussi … mais il est moins pertinent je trouve. On s’en sert plutôt de leurre en général.

Le message sous-jacent était que j’aurais très bien pu être quelqu’un d’autre. Bon ce n’était pas le cas, et sur le territoire impérial il n’y avait pas vraiment de chances que ce soit le cas d’ailleurs. Mais s’ils comprenaient où je voulais en venir, et que nous formions une équipe, ce serait une astuce utile un jour ou l’autre et peut-être plus rapidement qu’ils ne l’imaginaient.
Bon, sinon, j’avais utilisé cette petite entrée en matière histoire de me donner le temps de réfléchir à ce que j’allais dire … Peut-être que je pouvais passer à une présentation plus officielle maintenant ?


- Bien. Comme vous le savez peut-être je suis chef de discipline. Et Anbu, comme vous. La raison pour laquelle l’Empire a choisi de me désigner comme votre chef d’équipe, c’est pour ma connaissance des subtilités du monde ninja. Précisément, l’expérience, la finesse, ce sont les qualités qui vous manquent pour intégrer le cercle très fermé des meilleurs ninjas du monde. Je ne parle évidemment pas de puissance. De ce côté-là, vous n’avez clairement rien à m’envier. Mais je suis censée vous former comme Anbus, vous apprendre les protocoles de survie, la manière de mener des opérations secrètes et présentant de hauts risques, ce genre d’enseignements. Je compte d’ailleurs bien le faire mais …

On en venait au point crucial. La pierre angulaire de cette discussion en quelque sorte. J’avais mûrement réfléchi, pesé le pour et le contre, et les chances que ces deux-là puissent faire aveuglément confiance à l’Impératrice … Avant de constater qu’elles étaient proches de zéro, et que c’était donc un risque plus que calculé à prendre.

- Même si j’affirme officiellement mon soutien aux hautes institutions de l’Empire et à l’Impératrice, c’est simplement une façade destinée à rassurer la population. Et si je compte coordonner mes actions aux leurs afin de résoudre au plus vite le problème de l’Aile du phénix, ce n’est pas l’unique but que je voudrais insuffler à notre équipe. Bien sûr, vous êtes libres de refuser mais … Quant à moi, je n’ai jamais caché que je privilégiais l’intérêt de l’Empire à celui de ses dirigeants. Pour ainsi dire, je suis une forme de rebelle. Je n’en ai strictement rien à faire de qui dirige. Ce qui m’importe, c’est le bien de tous. Et que la personne à la tête soit la bonne, celle qui fait bien son boulot. Même si l’Impératrice commet une erreur, elle n’est pas forcément à jeter. Cela dit, si elle devient un problème et un danger pour la population, je n’hésiterais jamais à tout faire pour la faire tomber. C’est mon ordre de priorité, en tous cas. Et si je vous dis tout ça de façon aussi décontractée, c’est parce que je crois que c’est aussi le vôtre. C’est de cela dont j’aimerais parler avant la mission.

Bon, ce n’étaient que de belles paroles. Mais j’avais peut-être quelque chose pour les convaincre que je n’étais pas en train de les tester ou de leur mentir.

- Mon département a mené des enquêtes sur vous dès que vous avez posé le pied sur le territoire impérial pour vous dire la vérité. J’ai su que Sham mentait dès qu’il a été admis à l’hôpital. Et j’ai su qu’Eihiko avait pris un masque d’Anbu quelques jours à peine après qu’il l’ait fait. Si je vous dis ça c’est pour une raison très simple : à l’époque, j’ai étouffé les dossiers parce que je ne pensais pas que vous étiez des dangers pour l’Empire. C’est la façon dont je vous vois en tous cas : vous êtes des justiciers. Isolés, imparfaits, et hésitants. Pour le moment. Je pense que cette équipe est un tremplin et une opportunité parfaite : je ne suis pas si différente de vous au final. Même avec un département sous mes ordres, je n’ai que quelques personnes réellement de confiance desquelles m’entourer. Et avec ce qui s’est passé je me sens plus seule que jamais. Si on mène chacun notre croisade de son côté, on va droit dans le mur. C’est ce que je pense. On a l’occasion de se rallier, et en plus de le faire sous une couverture officielle, tout en traquant l’Aile du phénix.

Je les regardais tour à tour, tentant de décrypter leur réaction. J’avais besoin de leur laisser le temps de répondre avant de leur divulguer certaines informations … Et même d’enchainer sur la mission. J’avais une certaine assurance dans mes informations, et je pensais bien qu’elles suffiraient à faire pencher la balance si jamais ils étaient méfiants. Mais même méfiants, ce qui serait naturel vu qu’ils ne me connaissaient pas, ils pouvaient me donner les garantis que j’attendais sans le vouloir. D'ailleurs, sans le vouloir ce serait même encore mieux. Plus authentique.
Anbu
Chef de l'Espionnage
avatar
Messages : 44
Date d'inscription : 21/07/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
256/300  (256/300)
Points de vie:
205/205  (205/205)
Points de chakra:
1140/1140  (1140/1140)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Oct - 17:21
Sham ne mit pas longtemps à arriver. Heureusement, d’ailleurs, parce que Chô commençait à avoir du mal à tenir en place. Si rien ne s’était passé pendant encore quelques minutes, il aurait bien été capable de faire ou dire une bêtise. Il avait beau avoir beaucoup progressé depuis l’époque où je l’avais rencontré, c’était toujours une boule de nerfs.
Malgré ce qui s’était passé hier, Sham avait l’air en bonne santé. Pourtant, je devinais bien qu’il devait être préoccupé lui aussi. La paix et l’équilibre du monde étaient rompus, et même si ce n’était rien d’irréversible ça restait très préoccupant. En plus quand on pensait à l’instigateur de tout ça …
Enfin, même si la situation était grave il y avait quand même du positif dans tout ça : notre équipe qui se reformait. Je répondis au salut de mon ancien, et nouvel, équipier, par un geste de la main plus mesuré. J’étais souriant, mais j’avais besoin de ne pas quitter mon état de concentration. Je n’avais pas encore assez d’expérience pour me dissiper avant une opération délicate. Surtout que je ne savais pas encore de quoi il s’agissait …

Chô protesta vivement quand Sham lui passa la main dans la tignasse, mais il ne fit rien pour l’en empêcher quand même. Ca trahissait qu’il était quand même content de les revoir Tak et lui.

« Hé ! J’suis plus un gamin ! J’ai même pris du galon ! »

Je ne fis aucune remarque, mais je tapotais sa tête à mon tour, ce qui fut suffisant pour le faire grogner. Il grimpa à son tour sur la poubelle sur laquelle j’avais pris place, et entreprit de se nettoyer à coups de langue en pestant contre eux dans sa barbe. Après tout, mieux valait ne pas lui mentir. Même si Chô avait effectivement progressé, il n’était qu’une invocation de premier rang après tout. Ce n’était qu’un cran mieux qu’auparavant.
Par contre, si le panda boudait plus pour la forme qu’autre chose, Tak lui semblait particulièrement chafouin. Normalement je me serais sans doute demandé pourquoi, mais bon avec tout ce qui se passait on était tous un peu tendus. Et puis, l’entendre utiliser le fameux ‘ducon’ de Sham m’empêcha de perdre mon sourire. J’avais pas mal entendu cette expression de la part de mon équipier, c’était amusant de voir que ça avait déteint sur le Nogitsune. Trop amusant pour que je me formalise de tout ça.

« On va pouvoir faire équipe tous ensembles … Ca fait du bien de ne plus avoir l’Empire sur le dos en plus. Comme au bon vieux temps, on va cartonner ! »

Bon, à ceci près que cette fois on avait un chaperon.

« J’espère juste que Tsukiko ne sera pas du même bois que Kisuke … mais bon, j’en doute. Je ne pense pas qu’il y ait un deuxième comme lui. »

Kisuke Nara, qui avait été notre senseï à Shousan. Un phénomène bien particulier, celui-là. Nous n’avions pas bénéficié longtemps de son enseignement, mais suffisamment pour qu’il me permette de mieux maitriser mon chakra. Néanmoins, pour ce qui était du boulot d’équipe c’était compliqué. Il n’était pas plus mature que nous, peut-être même pire, et pourtant à l’époque on était des gosses. Et en plus Sham et lui ne s’entendaient pas très bien. Pour une mission aussi sérieuse je m’attendais quand même à avoir un chef d’équipe un peu plus … pas vraiment compétent, mais plus sérieux en tous cas. Quand même, Anbu, c’était l’élite de l’Empire.

Tsukiko débarqua depuis les toits. C’est vrai que j’avais effectué une reconnaissance à terre sans penser à avoir une vue du dessus. Elle ne ressemblait pas du tout à l’idée que je me faisais d’une chef de discipline, par contre. Banale. C’était le mot. Elle était plutôt jolie, à sa manière un peu renfermée, mais clairement pas aussi charismatique que ce à quoi je m’attendais. Et elle ne portait pas sa tenue d’Anbu, aussi. On aurait pu la confondre avec madame tout le monde. Ca et le fait que je ne ressentais pas du tout son chakra … C’était très perturbant. Mais bon, d’un autre côté, une espionne, surtout que c’était la meilleure, se devait de pouvoir passer inaperçu. Elle devait y arriver particulièrement bien.
Elle se présenta rapidement, et ne mit pas longtemps à faire illustration des petites compétences que pouvait nous apporter sa collaboration. Je ne connaissais pas du tout cette astuce avec le bandeau. Du coup, sans rien dire pour l’instant, je retirais le mien de mon cou, et prit un poinçon que j’utilisais pour apposé ma marque sur les armes que je forgeais. Je fis deux croches rapides dans le métal histoire de poser la marque. Puis je montrais le résultat aux autres, histoire qu’ils impriment le motif.

« C’est une bonne habitude. Tu veux que je marque le tiens Sham ? »

Ca pouvait passer pour de la simple coopération, mais je trouvais simplement l’idée pertinente et je ne voyais pas pourquoi on s’en priverait.

Alors que je m’attendais à ce que le briefing pour la mission arrive, ce fut un tout autre discours. Après avoir rapidement récapitulé leur future relation sempaï-kohaï en affirmant qu’elle était là pour leur apprendre les ficelles du métier … Tsukiko tint un tout autre registre de discours. Rien à voir avec la mission.
Autant dire que j’appréciais moyen qu’elle sous-entende qu’elle disposait de beaucoup d’informations sur nous. Il y avait de quoi se sentir mal à l’aise. Surtout que ça signifiait que ma couverture et mes efforts pour me cacher n’étaient pas si bons que je le croyais. Si elle l’avait voulue, elle aurait tout simplement pu me faire arrêter. Heureusement que j’avais commencé à me reprendre dès mon arrivée sur le territoire impérial : si j’étais arrivé un mois plus tôt, je serais sans doute dans une cellule à l’heure qu’il était.
Est-ce qu’elle mentait pour le reste, pour nous mettre dans sa poche ? Je ne voyais pas trop l’intérêt. Si elle avait autant d’informations sur nous, elle savait que c’était l’Impératrice elle-même qui m’avait couvert. C’était un pari risqué, ce qu’elle faisait. Je pouvais très bien tout répéter et faire dissoudre l’équipe, voire même la faire arrêter pour complots, ou quelque chose comme ça. Soit elle était encore mieux renseignée que je le pensais, soit elle était tout simplement convaincue de ce qu’elle disait.
En plus, chercher les tours et les détours, ce n’était pas trop mon truc. J’étais plutôt du genre direct comme mec. Rentrer dans le tas, tout droit, sans faire de fioritures.
Et avec tout ça, définitivement, je ne voyais pas pourquoi ce serait un mensonge.

« Je suis au moins d’accord sur une chose je dirais : c’est la protection de tous qui prime. Les ninjas protègent les civils. C’est notre rôle fondamental. C’est également censé être celui du Kage, ou de l’Impératrice si vous préférez. C’est pour ça qu’on lui obéit. Mais c’est clair que si je dois choisir entre les deux, je choisirais de protéger ceux qui ne le peuvent pas. »

L’essence de l’héroïsme. Même si je n’avais pas toujours réussi à suivre ce chemin, cela restait la chose la plus importante que ma mère m’avait léguée. J’avais promis de ne plus jamais faiblir et de continuer à suivre cet idéal.

C’était quand même une curieuse entrée en matière. Je ne savais pas trop quoi en penser, au fond. Mais bon, ça signifiait que cette femme était quelqu’un de bien, non ? J’étais suffisamment méfiant pour remettre en doute ce qu’elle disait, et pour ne pas aimer son côté espionne. Mais j’étais aussi encore assez intelligent pour me rendre compte qu’on avait une bonne chef d’équipe, et que si tout se passait comme elle l’affirmait, on aurait une position idéale pour faire notre boulot sans nous soucier des institutions et de leurs pénalités. Si elle officiait comme ça depuis qu’elle était chef de discipline, elle devait savoir comment les ignorer, sans toutefois franchir la limite. Une chose que j’avais encore du mal à faire.
Bon, après, comme toute première rencontre, ce n’était qu’une entrée en matière. Ce qui importait, c’était de faire nos preuves les uns envers les autres. A commencer par la mission, évidemment. Seulement, elle semblait attendre avant de passer à cette étape-là … C’était pourtant bien pour ça qu’on était venus non ?

« De toute façon nous sommes une équipe maintenant. L’important c’est de mener à bien nos missions et de mettre un terme à l’Aile du phénix une bonne fois pour toute. On s’y met ? »

Ce n’était pas très subtil, mais je n’étais pas connu pour être boudiné de politesse et de principes de toute façon. Inutile d’épiloguer pendant des heures, j’avais très bien compris le message qu’elle essayait de nous faire passer. L’important, c’était de mettre ça en pratique et de voir si ça pouvait fonctionner, ou pas.
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 405
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
215/300  (215/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 14 Oct - 8:39
Que Tsukiko soit comme Kisuke ? Non, il ne fallait absolument pas. Rien que de me rappeler je sentais un brin de colère remonter en moi, je n'avais jamais pu piffer cet homme. Heureusement qu'on n'avait pas du se le traîner pendant trop longtemps. Je souriais simplement à Eihiko histoire de lui indiquer que moi non plus je ne voulais pas que ce soit une personne de la même trempe. Je jetais un coup d'oeil vers Tak, il râlait toujours, il n'y avait vraiment rien à faire ... Il avait une de ces humeurs pour le moment ... Je ne voulais pas qu'il remarque que je zyeutais souvent vers lui, après tout je comprenais qu'il m'en veuille mais là ça faisait tout de même plus d'un mois que ça s'était passé. Il était peut-être temps qu'il passe à autre chose, surtout que je lui avais montré à plus d'une reprise que j'étais réellement désolé.

Une jeune femme se posa non loin de nous, aucun doute sur qui elle pouvait être et encore moins quand elle nous donna elle-même son nom. Je m'étais attendu à une personne différente, une personne sortant un peu plus du lot pour quelqu'un qui était à la tête des espions. C'était donc elle qui donnait les ordres à Rem ... C'était comique, quand je ne le croisais pas lui je me retrouvais dans une position pas très éloignée. Nous obéissions tous deux à la même personne. 'Fin pour ma part ce n'était sûrement pas au même point que lui. Mais il y avait réellement quelque chose de comique dans le fait que l'on se croise très souvent que ce soit de près ou de loin. A peine arrivée qu'elle donnait déjà une ligne à suivre, un très bonne ligne même. Un petit signe de reconnaissance qui ne serait connu que par nous. C'était réellement un bon plan.

« Je veux bien Eihiko. »

Je détachais le bandeau de l'Empire de mon bras droit et le tendis à mon ami. Tak s'était approché de nous histoire d'écouter le briefing de la mission. 'Fin c'est ce que nous croyons qui allai arriver. Elle commença par se présenter un peu plus et nous annoncer qu'elle était chargée de notre formation en tant qu'Anbu. C'était quand même bizarre que je sois passé à ce poste en n'ayant aucune expérience. Oui comme l'avait dit Tsukiko j'avais la force mais comme elle l'avait également souligné pas l'étoffe. Tout comme Eihiko apparemment. J'avais jamais parlé de ce genre de sujet avec lui, à vrai dire je ne savais pas grand chose de ce qui s'était passé durant ces cinq années. Je ne sais pas pourquoi d'ailleurs. On avait un rien survoler le sujet mais sans plus.

Je tiquais sur un mot, tout comme Tak apparemment : ''mais''. Ca ne présageait jamais rien de bon, c'était toujours à ce moment qu'une discussion tournait réellement mal ou alors prenait une tournure totalement inattendue. Et c'est exactement ce dernier point qui nous attendez. A nouveau ma cervelle s'attarda sur une phrase, la première qui suivait le mais. Ca commençait réellement mal.

Au départ j'avais eu l'impression qu'il s'agissait là simplement d'un teste, une façon de vérifier qu'Eihiko et moi étions réellement pour l'Empire. Après tout lui venait à peine d'être réhabilité dedans et pour moi il y avait encore des gens qui me pensaient plus coupable que je ne l'étais réellement, ce procès n'avait fait que montrer à tous ce que j'avais fait.

Je ne pouvais qu'être d'accord avec ce qu'elle nous disais. Bien sûr que si l'Impératrice ou n'importe qui d'autre qui serait à la tête de l'Empire devrait se retrouver arrêter en cas de mise en danger de celui-ci. Comme elle disait c'est la population qui compte et non son dirigeant. Mais là où je n'étais pas totalement d'accord c'est que pour l'instant l'Impératrice pourrait sûrement se permettre plus de chose. Après tout, pour l'instant, l'Empire ne tenait qu'à elle, ou tout du moins pour les prochains jours. Si elle tombait, ça ouvrirait les portes à une nouvelle guerre, celle du trône et ce n'était pas du tout le moment pour ça.

Je récupérais le bandeau qu'Eihiko me tendait tout en continuant d'écouter. Je n'aimais pas du tout l'idée d'avoir été surveillé, je savais que ça avait été le cas mais pas à ce point. Pourquoi avoir pris le risque de nous couvrir sans savoir qui nous étions. Pour Eihiko je ne sais pas réellement, lui avait été actif durant cinq années après tout. Mais pour moi ... J'avais tout bonnement disparut d'Onogoro aux yeux de tous. Est-ce qu'elle aurait des informations sur celui qui m'avait enfermé ? C'était possible, peut-être allais-je devoir creuser discrètement sur ce point.

C'est Eihiko qui réagit en premier, Tak lui était plus près qu'il ne l'avait été de moi depuis longtemps. Tout comme Tsukiko il était directe dans ses dires, il ne passait pas par quarte chemin lui donnant raison sur au moins l'un des points. Toute façon comment était-il possible de répondre différemment ? On ne pouvait qu'être d'accord ou non avec ce qu'elle disait. Vu ce qu'elle nous avait dit, il était peu probable que ce soit un teste. Mais même, qu'importe la réponse que l'on donnait le teste serait juste totalement réussi. Que l'on soit pour l'Impératrice ou pour le peuple avant tout était quelque chose qui plairait à Nanaki-dono. Ou tout du moins c'est ce que j'avais compris de la personnalité de celle-ci. Elle serait même plus heureuse d'apprendre que quelqu'un est plus du côté du peuple. Vu que c'est son point de vue à elle.

« Je suis d'accord sur le même point qu'Eihiko, c'est le peuple qu'il faut protéger avant tout. Après tout c'est lui le centre d'un Empire et non la personne à sa tête. Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir connu un système de Kage et non d'élu qui me fait dire ça. »

Mais je pouvais également comprendre ceux qui cherchaient à protéger l'Impératrice avant tout. Comme je l'avais dit elle était une élue, élue divine de plus. Pour un croyant des Cinq tourner le dos à Nanaki-dono était peut-être perçu comme tourner le dos aux Cinq. N'étant pas dans le cas je ne saurais pas réellement dire.

« Un dirigeant qui se perd n'a plus de raison de rester à sa place. »

Je fus surpris de l'intervention de Tak, à vrai dire je m'attendais à ce qu'il garde le silence pendant encore quelques heures. Après tout c'était un sujet qui lui tenait à coeur. Cette rencontre était plutôt spéciale, impossible de trancher pour l'instant sur Tsukiko bien que je penchais plus sur le fait qu'elle soit une personne à suivre. Après tout Rem le faisait bien non ? Et j'avais confiance en lui, du coup je pouvais me fier à son avis.

Encore une fois c'est Eihiko qui prit la parole en premier, j'allais justement proposer de se pencher sur cette mission histoire d'éviter de creuser un peu plus le sujet de l'Empire. Je ne la connaissais pas encore suffisamment pour me livrer.
Anbu
avatar
Messages : 274
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
293/300  (293/300)
Points de vie:
280/280  (280/280)
Points de chakra:
1090/1290  (1090/1290)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Shi no kuni :: Quartier Nord : Loisirs et commerces :: Chez Zamo
-