AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

Lun 2 Oct - 19:14
Akira habite un deux pièces en plein milieu du centre-ville. Il est situé juste au-dessus d'une garderie, et est très bruyant durant la journée. Les nuits sont calmes en revanche : c'est un coin tranquille et loin de l'agitation du quartier commerçant.

On ne peut pas dire qu'elle se soit embêtée à tout décorer. A part quelques bouquins, deux trois sculptures, de l'argile, un établi, et des fringues bien pliées, elle n'a rien d'autre comme effets personnels.
Genin
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 30/09/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
71/100  (71/100)
Points de vie:
305/305  (305/305)
Points de chakra:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Oct - 19:55
J’avais eu un mal fou à trouver une piaule, quand j’étais arrivé à Taki quelques années auparavant. Forcément, quand on veut louer quelque chose, même en étant kunoichi, on nous demande un peu de paperasse. C’était en passer par là, ou prendre une chambre à l’académie. Mais être entourée d’étudiants et de Genin de mon âge en permanence ne me plaisait pas tellement. J’avais besoin d’un cadre différent pour ne pas avoir une vie entièrement régie par ma profession. Changer d’air, en somme. Pour faire un break entre deux missions, un environnement différent était nécessaire pour moi. Avant de venir me réfugier dans l’Empire, je ne connaissais pas vraiment le monde des shinobis. J’avais encore parfois des difficultés à l’appréhender. On m’avait dit que c’était une bonne option pour moi que de suivre cette carrière, et que les médecins capables de se battre étaient très prisés dans ce milieu, donc j’avais suivi ces conseils. Pour autant, le métier de ninja ne me passionnait pas tant qu’on pourrait le croire. J’avais appris pas mal de choses, et vu un peu de pays grâce à lui, mais le rôle de protecteur n’était pas vraiment mon affectation innée. J’étais issue d’un clan de guérisseurs, pas de combattants. La seule raison pour laquelle je savais me battre, c’était que j’en avais eu besoin pour survivre.

Bref, tout ça pour dire que j’avais pris le premier appartement pas trop cher où le propriétaire n’avait pas été rebuté par mes origines et ne m’avait pas rejetée avec une fausse excuse en se disant que j’étais sans doute une fille de brigands. Il avait patiemment écouté et vérifié mes papiers, et le fait que je sois kunoichi, et ninja par-dessus le marché, avait eu l’air de beaucoup le rassurer. Enfin quelqu’un qui ne s’arrêtait pas à la ligne ‘naissance’, je m’étais dit.
Mais en fait, j’avais quand même l’impression de m’être faite arnaquer. Normal que la piaule ne soit pas très chère et qu’il n’ait pas trop hésité à me la donner, il devait avoir envie de la louer au plus vite à qui en voulait !
En effet, ce merveilleux appartement était situé juste au-dessus d’une … garderie. Des enfants. Bruyants. Tout le temps à crier, à chouiner, à courir, enfin, à faire du bruit quoi. Les soirées étaient tranquilles et je n’avais pas de voisin direct pour m’empêcher de dormir, c’était déjà ça. Par contre, dès tôt le matin jusqu’à tard le soir, c’était le bordel.
J’avais essayé de râler une fois mais vite renoncé. C’était une vieille dame qui gérait ça, et elle voulait juste que les gamins s’amusent dans un endroit sécurisé. Elle avait même l’air d’être à moitié sénile, c’étaient à une de ses assistantes que j’avais parlé. Le truc, c’était que dans la journée ce n’était pas illégal de faire autant de bruit. Et puis bon, dans le fond, ça s’arrêtait toujours assez tôt.

Non, pas moyen que je dise ça. Ils étaient insupportables ces mômes. J’en aurais tué plusieurs si j’avais dû les supporter toute la journée. Heureusement, j’avais trouvé une solution très simple quand je voulais passer une après-midi enfermée tranquillement dans ma chambre : une solide paire de bouchons d’oreilles, des cache-oreilles en fourrure par-dessus, et un bouquin. Bon, il fallait régulièrement les retirer pour s’aérer un peu, mais ce n’était pas gênant une fois qu’on avait pris l’habitude. Et ça permettait d’avoir la paix sans avoir à frapper des gamins. Ils étaient turbulents et c’étaient des têtes à claques. Ce n’était pas pour autant que la loi impériale me donnait l’autorisation de les martyriser. Dommage.

C’était la stratégie que j’avais utilisé cet après-midi, pour me plonger tranquillement dans une revue qui présentait un article intéressant. Je n’ai jamais été une grande lectrice d’articles sur l’art ou l’artisanat en général. Mais on m’avait dit qu’un célèbre marbrier ouvrait bientôt une galerie. C’était un peu glauque, mais j’aimais beaucoup le style sombre et sobre des tailleurs de pierres tombales. Je m’étais beaucoup inspiré de grandes œuvres du genre pour m’y essayer, sans grand succès. A part des figurines, je n’arrivais pas souvent à grand-chose de toute façon. Enfin, il fallait voir le verre à moitié plein : j’avais plein de place pour progresser vu mon niveau actuel.
Alors que j’étais en pleine contemplation des esquisses, j’entendis comme un bruit sourd. Je compris que c’était ma porte uniquement quand mes yeux s’arrêtèrent dessus, et virent qu’elle tremblait. Forcément, c’était une porte de merde. En frappant juste un coup ou deux dessus avec une puissance modérée, elle donnait quand même l’impression qu’elle allait s’arracher de ses gonds. Enfin, fort heureusement, ça n’était encore jamais arrivé. Peut-être parce que personne n’avait jamais frappé réellement fort dessus … Mais bon, même moi avec ma force, je n’avais jamais décollé les gonds par accident. L’habit ne fait pas le moine comme on dit, elle devait être plus solide qu’elle en avait l’air.

Attendez. Qui pouvait bien venir me voir à cette heure-ci, pendant une journée de repos ? A tous les coups, c’était pour une mission ! Et ça c’était une sacrément bonne nouvelle !
Je décollais de mon lit, balançant négligemment mes caches-oreilles et mes bouchons, avec le magazine qui fit un vol plané calculé pour se loger sur l’oreiller.
Je déchantais aussi sec en ouvrant la porte. Mon expression passa de pleine d’espoir à blasée. C’était une des deux assistantes qui travaillait dans la garderie en bas. Je me souvenais même pas de son nom tellement elle m’intéressait. Elle avait l’air paniquée, aussi je fis quand même un effort.


« Oui, c’est pourquoi ? »

« Akira ? »

« Il y a personne d’autre, oui. »


J’entendais des pleurs venant d’en bas, et des gamins se pressaient derrière elle, reluquant curieusement ma tête et ma tignasse. Je ne pouvais décidément pas avoir la paix.

« On a un problème en bas, un gamin s’est blessé et … On nous a dit que tu étais médecin … »

« Ninja médecin, oui. Vous ne pouvez pas appeler un toubib pour les bobos de vos morpions ? J’ai autre chose à faire, c’est ma journée de repos. »

« Son genou … Son genou est cassé, ça fait un angle bizarre et … On a envoyé quelqu’un chercher un docteur mais le temps qu’il revienne on a peur que … Enfin que ça empire … »

« Pousses-toi. »


D’un coup d’épaule, j’écarte la jeune femme sans aucune pitié. Je ne suis pas quelqu’un de foncièrement méchant. D’habitude je ne suis même pas agressive, et ce n’est pas si facile de me mettre sur les nerfs. Mais j’aime le calme, et ça fait depuis le début de l’après-midi que je suis énervée. Dans les situations de stress j’ai tendance à devenir violente. En particulier quand le sommeil me fuit. Et ce genre de personne m’insupporte. J’aime les gens qui ont de l’assurance, et du sang-froid. Dès que quelqu’un pleur, ça ne m’émeut pas vraiment. J’ai plutôt envie de le frapper, en fait. Un blessé, ça n’était pas si grave. Mais j’avais plus trop le choix. En tant que ninja médecin, je n’avais pas le droit d’ignorer un civil blessé … Malheureusement ça faisait partie de mon engagement. Même si c’était un mioche bruyant, pas le droit de me défiler.

Le garçon est par terre, et il chiale. Evidemment, il peut pas juste se tenir tranquille. J’attrape la jambe à peu près délicatement histoire de ne pas l’encourager à monter le volume.


« Genou explosé, tibia fracturé … Il s’est pris un rocher sur la jambe ou quoi ? »

« Une armoire … »

« Comment une armoire est tombée sur … Non laissez tomber, je veux pas savoir. »


Ca ne va pas être facile de remettre ça en place par contre. J’aurais bien voulu utiliser la médecine classique qu’on m’avait apprise à l’hôpital, pendant mon stage post-académique. Mais je n’allais pas avoir assez de chakra pour ressouder tous les os … Et en plus même en les ressoudant ce serait provisoire et mal fait. Il fallait aussi les consolider. Pour ça, mieux valait que j’utilise ma propre médecine. Grâce aux minéraux, je pourrais retaper les os plus efficacement.
J’attrape un gamin qui veut voir de trop près et qui me traine dans les pattes.


« Toi ! Plutôt que de m’emmerder, si t’es aussi curieux, va me chercher une pierre. Une grosse pierre. »

« Pourqu… »

« Je t’en pose des questions ? Magnes-toi bon sang ! »


Je le jette à moitié pour lui donner de l’élan. Mais après avoir trébuché il part en courant. Il doit avoir compris le message.
Après qu’il soit bien parti dehors, une fillette s’approche de moi avec une pierre de bonne taille. Elle ne pouvait pas le dire avant cette peste ? J’attrape la pierre. Elle est grosse … Où elle a trouvé ça ? Elle est mouillée aussi … Je zyeute rapidement. Aquarium. Ouais vu comme ça. Elle a l’œil cette gamine. Et un peu de présence d’esprit. Ca me retient de lui mettre une baffe pour le temps perdu. Je pose la pierre à côté de la jambe du gamin et je me retrousse les manches. Au travail ! Enfin, avant j’avais quand même un dernier détail à régler …

J'attrapais la tête du gamin qui pleurnichait, m'empêchant de me concentrer. Dans le même mouvement, mon poing perforait le plancher violemment, le craquement sinistre et les éclats de bois rugissant au-dessus de ce vacarme interminable.


« Mais putain ta gueule ! T'es un mec ou une serpillère ?! »

Il s'arrête net. Bon, il souffrait mais quand même. Ca allait être plus simple de le soigner s'il la bouclait.
Comme le calme était revenu, je posais mes deux mains sur la pierre et fermait les yeux. Ressentir l’énergie. L’extraire. La rassembler au creux de mes mains. Puis la transporter jusqu’à la blessure. Et utiliser cette énergie pour réparer les os, stopper les saignements, remettre tout en place, puis refermer les tissus. Toute cette force contenue dans la roche, je venais de l’extraire pour en imprégner le corps de ce garçon, afin d’accélérer sa guérison. C’était ma technique. Je n’excellais en rien, sauf en ça. Pas la médecine ninja, non. La médecine d’un clan disparu.

Le gamin avait cessé de grimacer. Il ne souffrait sans doute presque plus. Je fis claquer mes paumes l’une contre l’autre, l’air de dire que le boulot était fait. Puis j’attrapais mes clics et mes clacs, et je me tirais sans faire attention aux remerciements. La gloire, ce n’était pas pour moi. Je ne tirais rien des scènes de remerciements. Avant de partir, je saisis quand même la femme qui m’avait dérangée par le col.


« Eh, je préfère te prévenir grognasse. Si un jour quelqu’un vient frapper à ma porte pour un bobo anodin, je lui casse la gueule. Gamin, adulte, femme, homme, j’en ai rien à faire, je lui mets mon poing sur le nez. »

Je n’avais juste pas assez mangé de carottes quand j’étais petite. Ou un truc comme ça. Pour faire bonne mesure, et histoire qu’ils n’appellent pas le réparateur juste pour une armoire, j’éclatais la porte d’un coup de pied rageur avant de sortir. Au moins, s’ils devaient payer une somme astronomique en réparation à chaque fois qu’ils venaient me voir, ça leur passerait peut-être l’envie de le faire. Enfin, j’avais l’audace infinie d’en caresser l’espoir. Bordel. Bon, puisque j’étais levée j’allais aller à la librairie tant qu’à faire. L’article que j’avais dégotté était un peu décevant, au final. J’allais pouvoir m’attraper un manga ou deux, histoire de passer le reste de mon après-midi de repos à me détendre, si je pouvais encore.
Genin
avatar
Messages : 16
Date d'inscription : 30/09/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
71/100  (71/100)
Points de vie:
305/305  (305/305)
Points de chakra:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 10 Oct - 13:27
Akira : 12 xp / rp courant, mais je me suis bien marré.
L'Eclair Blanc
avatar
Messages : 405
Date d'inscription : 13/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
215/300  (215/300)
Points de vie:
318/318  (318/318)
Points de chakra:
938/938  (938/938)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
PARTIE RP
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Sud - Habitations
-