AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionCalendrier

'' Aux petites baguettes '' - Bar/Restaurant

 :: 
ONOGORO
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Ouest – Loisirs et commerces
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 20 Fév - 16:08
Restaurant le plus huppé de Taki.
Dieu
Shinigami
Messages : 160
Date d'inscription : 07/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
10000/10000  (10000/10000)
Points de vie:
10000/10000  (10000/10000)
Points de chakra:
10000/10000  (10000/10000)
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-last-gen.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Fév - 14:31
"Yooooooooooooooooo! Reveille-toi Mikeru! C'est l'heure de ton entrainement quotidien avec pepe Arufonsu!"

Les yeux encore a moitie fermes et la tete encore completement dans le brouillard, Mikeru se releva difficilement: les sequelles de son combat contre Kami/Edoarudo se faisaient encore legerement ressentir et il se sentait extremement fatigue. Cela faisait a peine quelques semaines qu'il etait officiellement ninja et il avait deja eu affaire a un combattant extraordinaire pour lequel il avait enormement d'admiration. Depuis ce combat, Arufonsu - qui y etait present sans en avoir dit mot a son petit-fils - a mis un point d'honneur a palier a certaines lacunes que le jeune Aburame presentait et lui fit donc subir un entrainement rigoureux a ses cotes.

Il enfila donc ses vetements d'entrainement qui n'etaient d'ailleurs pas bien differents de ses vetements habituels et s'empressa de suivre son mentor dans le dojo du sous-sol, mais avant qu'il n'entame sa descente son telephone se mit a emettre enormement de bruit: c'etait aujourd'hui que lui et son equipe s'etaient donnes rendez-vous pour faire connaissance et cet entrainement risquait bien de le mettre en retard dans son petit planning.

Il descendit donc en faire part a Arufonsu qui ne manqua pas de rire a gorge deployee (en reveillant sans doute une bonne partie du quartier, d'ailleurs).

"Si tu crois que ce genre d'excuses va te permettre de sauter l'entrainement, petit! Aujourd'hui je t'apprends une de mes techniques speciales! Et tu as interet a faire vite parce que si tu arrives en retard a ton rendez-vous tu seras prive de nettoyage et de bidouillage pendant 3 mois!"

C'etaient la les mots qui provoquerent LE declic chez le jeune Aburame, qui s'attaqua a son grand-pere avec plus d'ardeur que jamais.

Bien qu'enerve a la suite du chantage que son grand-pere venait de lui faire, Mikeru put tres vite se calmer. Tout d'abord en pouvant observer qu'il avait fini l'entrainement bien a l'avance et ensuite - et surtout - parce qu'il avait encore le temps de faire une petite vaisselle avant de partir et ca, ca n'avait pas de prix. Il prit ses affaires donc et re-verifia une derniere fois le point de rendez-vous que l'equipe 3 s'etait fixee bien qu'il connaissait tout a fait le nom, l'adresse et meme le chemin pour arriver a l'etablissement, mais c'etait maladif chez l'Aburame. Et puis, une verification supplementaire n'avait jamais tue personne, que du contraire...

Il arriva donc au point de rendez-vous avec quelques minutes d'avance. Et decida donc de s'appuyer contre l'un des murs tout en etant le plus eloigne possible de l'entree: il ne s'agissait pas de gener les eventuels clients de par sa presence. Il etait donc la, a regarder frenetiquement son telephone en l'espoir que l'un de ses equipiers arriverait tres vite.
Genin / Spécialiste du fumigène
Mikeru Aburame
Messages : 84
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
26/100  (26/100)
Points de vie:
140/140  (140/140)
Points de chakra:
168/168  (168/168)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Fév - 19:43
Cela faisait quelques jours que les nouvelles équipes de Genin étaient connues. Pourtant, celle dont faisait partie Ihoko était la seule qui ne s’était pas vue confiée une mission. Elle était allée poser la question à l’académie, pour savoir pourquoi, et on lui avait répondu, avec beaucoup de gêne, qu’il n’y en avait simplement pas d’autres de disponibles. Ce qui n’était pas très convaincant : la jeune femme savait pertinemment que l’Empire était débordé et avait besoin de toutes ses troupes disponibles. Donc la seule raison possible … c’était que personne n’avait confiance en eux. Comme sur le mail de l’annonce des équipes, on pouvait dégotter le numéro de portable de ses équipiers, Ihoko ne s’était pas privée. Mais le temps qu’elle le fasse, ses équipiers l’avaient déjà invitée à rejoindre un groupe de conversation. Intéressant : ils étaient donc parvenus à la même conclusion qu’elle. En y réfléchissant ce n’était pas si étonnant, pour elle en tous cas. Ils étaient les derniers choix du chapeau, la poubelle des Genins en somme. On ne les considérait pas comme de vrais ninas, tout simplement. Ou en tous cas pas comme de futurs grands ninjas. Pour les gradés, les envoyer en mission ce serait les tuer.

C’était très vexant. Mais Ihoko ne s’arrêtait plus à la moindre difficulté. Et ses équipiers lui avaient remonté le moral sans le vouloir, en disant qu’ils auraient leur chance un jour, et que ce serait l’occasion de surprendre tout le monde. La poubelle ? Qu’à cela ne tienne, ça n’avait pas d’importance. Ce n’était pas parce qu’il partait de plus bas que les autres qu’ils ne pouvaient pas les dépasser. Leur positivisme et leurs paroles avaient inspirées la jeune femme. Et elle était très contente d’être avec ces équipiers-ci. Sans même les avoir déjà rencontrés, il était évident qu’ils formeraient une bonne équipe. Parce qu’ils avaient le point commun d’être considérés comme de la merde. Donc aucun d’eux trois ne serait seul. Et ensembles, on est plus forts.

En même temps, ils ne pouvaient pas rester là à ne rien faire pendant que les autres faisaient parler d’eux. Alors ils avaient décidés de se donner rendez-vous pour faire connaissance, et pour parler de tout ça à tête reposée. Et voir quelles perspectives ils pouvaient envisager. Même s’ils ne pouvaient pas faire de mission, rien ne les empêchait de bosser leur travail d’équipe. Même moins forts individuellement, ils pouvaient devenir un redoutable collectif s’ils se coordonnaient. C’était un bon axe de travail en tant qu’équipe, et non en tant qu’individualité. Et ce genre de choses n’était pas possible avec de fortes têtes.
En plus, Ihoko n’avait toujours pas appris à cuisiner correctement. Alors un restaurant, c’était parfait pour elle. Elle y allait souvent, mais toute seule. Un peu de compagnie lui ferait le plus grand bien.
Elle se demandait quand même si ses équipiers savaient qui elle était … et s’ils l’accepteraient toujours une fois qu’ils le sauraient.

Ihoko ne risquait pas d’être en retard : elle habitait littéralement à deux pas des ‘Petites Baguettes’. Elle allait plutôt à l’auberge en face d’habitude, qui était moins chère, donc manger un repas un peu plus huppé pour une fois la tentait bien. Elle n’avait pas acheté d’équipements de shinobi, donc elle avait quelques pièces de côté pour ce genre d’occasions.
Elle arriva donc en vue du bâtiment avec une ponctualité impeccable. Personne à l’entrée, précisément. Elle ouvrit ses sens afin d’examiner les alentours … Une seule source de chakra, située en face de l’entrée, qui provenait d’un jeune homme aux cheveux très longs. Filiforme, et coiffé d’un fier béret. Il avait le regard un peu sombre, mais était suspendu à son téléphone. Elle jeta un œil à la conversation. Mikeru avait signalé qu’il était arrivé au point de rendez-vous : ça devait être lui. La jeune kunoichi se dirigea donc naturellement vers lui.
Inutile de dire que le stress la rongeait. Elle avait tellement peur d’être rejetée qu’elle ne pouvait empêcher l’angoisse de lui nouer l’estomac.
Arrivée devant l’Aburame, elle lui tendit timidement une main tremblante. Et d’une petite voix :

« Ihoko. Je ne crois pas trop m’avancer en affirmant que tu dois être Mikeru ? »


Elle essayait de le regarder poliment, sans trop le fixer. Elle savait que la couleur sang de ses yeux pouvait effrayer les autres. Et ce n’était clairement pas son objectif, bien au contraire.
Genin
Ihoko Ryuuketsu
Messages : 95
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
16/100  (16/100)
Points de vie:
192/192  (192/192)
Points de chakra:
164/164  (164/164)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 13 Fév - 22:59
Cela faisait à peine quelques minutes qu’il était arrivé et il avait pu remarquer que les rues étaient particulièrement vides ce jour-là. Sans doute à cause du vent froid qui venait lui lacérer le visage sans lui laisser entrevoir quelque répit que ce soit. Il réfléchissait un peu à quoi pouvaient ressembler ses coéquipiers. En toute logique ils s’étaient déjà au moins croisés à l’académie et Mikeru se souviendrait très certainement de leurs visages une fois qu’il les verrait mais leurs noms… Autant lui demander de faire le poirier sur un doigt tout en faisant tourner une assiette sur un bout de bois avec sa main libre sans la faire tomber!

La seule chose dont il pouvait se rappeler était que l’un de ses équipiers portait le même nom que feu le chef de l’Aile du Phénix, et que ça ne devait pas être très facile à porter. Il ne savait pas spécialement si ils étaient liés étant donné qu’il ne discutait lui-même pas avec ses camarades d’académie, si bien qu’il soit totalement passé à côté de maintes informations capitales lors de sa formation.

Il était maintenant midi tapantes et le ventre de l’Aburame le lui fit entendre, à même titre qu’un pendule qui sonnerait les douze coups de minuit dans ces vieux films d’horreur shinobis où le héros se balade dans une caverne remplie d’insectes kikais, avec son seul chakra pour pouvoir avancer. Surgie de nulle part, une fille à la chevelure enflamée se dirigeait vers l’établissement, faisant s’emballer le coeur du jeune homme.

*Est-ce qu’elle fait partie de mon équipe? Au vu de sa trajectoire… C’est fort possible. En plus, je ressens du chakra émaner d’elle. Rien d’extraordinaire en comparaison a Edoarudo… Non, plutôt une réserve d’énergie semblable à la mienne.*


Soudain, une main fort hésitante fit irruption dans son champ de vision.

*Ah! Elle était déjà aussi proche? Enfin, plus aucun doute possible maintenant, c’est bien ma coéquipière*

Ihoko? Mikeru avait eu l’occasion de vérifier plusieurs fois la conversation qu’ils avaient eu à trois. Ihoko Ryuuketsu. Il était sans aucun doute malvenu de lui demander si elle était bel et bien liée à Shura; si c’était le cas cela lui ferait remonter des souvenirs pas forcément désirés et si ça ne l’était pas elle risquerait de se froisser. Non. Il était mieux de ne pas du tout relever cela et la laisser en parler. Après tout, même si c’était un sujet délicat il y avait des chances pour qu’ils l’abordent plus tard.

Mikeru prit légèrement plus de temps pour observer son interlocutrice. C’était une kunoichi qui semblait être relativement fragile; sa peau très claire – bien que rougie sur le bord des joues et le bout du nez à cause du froid – ne faisant que renforcer cette impression.

Quelques secondes s’étaient écoulées entre la phrase de Ihoko et le moment où l’Aburame décida enfin à réagir, en commençant par arrêter de la fixer avec de grands yeux remplis d’émerveillement à l’égard de la personne qui se tenait devant lui, et en lui tendant aussi maladroitement sa main tout en lui répondant d’une voix qui avait pour vocation d’être totalement détendue mais qui semblait plutôt robotisée pour une personne normale, le tout en souriant tout aussi peu habilement.

“C’est bien moi.”

Ne sachant pas trop sur quoi enchaîner, Mikeru hésitait entre ne simplement rien dire ou lancer des banalités. Il n’avait jamais fait ça auparavant et c’était quelque chose qu’il espérait ne jamais avoir à faire par après, il finit par craquer et opta pour l’option numéro deux.

“Tu es déjà venue ici?”

C’était certes une question tout à fait banale, mais elle avait aussi comme objectif d’essayer de récolter des informations pour l’Aburame. Il avait certes reçu sa paie il y a peu mais il ne savait pas du tout quels étaient les tarifs de ce restaurant qui avait l’air très chic.
Genin / Spécialiste du fumigène
Mikeru Aburame
Messages : 84
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
26/100  (26/100)
Points de vie:
140/140  (140/140)
Points de chakra:
168/168  (168/168)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Fév - 20:53
Ihoko fut soulagée de la réaction de son équipier. Pas de rejet violent, et même s’il ne semblait pas très à l’aise, il lui avait rendu son salut d’une main toute aussi tremblante que la sienne. Enfin, cette attitude timide ne pouvait tromper que partiellement la jeune femme : si sa main était incertaine, sa poigne était là. Et les sens aiguisés de la jeune femme lui disaient qu’il avait autant de chakra qu’elle, voire un peu plus. Deux faits un peu contradictoires, qui ne la laissait pas statuer quoi que ce soit à propos du type de ninja qu’il pouvait être.
Il avait une voix étrangement neutre. Ca oscillait quelque part entre la maitrise de soi et l’absence de ton. Et il semblait ne pas être particulièrement bavard. Il avait déjà passé de longues secondes à l’observer avant de simplement répondre.
Malgré ces étrangetés, Ihoko décida bien vite qu’il lui était sympathique. C’était peut-être un membre de l’équipe poubelle, tout comme elle, mais elle préférait mille fois quelqu’un qui acceptait de lui serrer la main à un ninja qui faisait partie de l’excellence mais qui la regardait avec des yeux accusateurs. Les personnes promptes au jugement parce qu’elles se considéraient comme meilleures que toi, ce n’étaient pas celles qui lui plaisait. Et même sans considérer qui elle était, ce Mikeru ne semblait pas être ce genre de personne. Le fait qu’elle ressente qu’il était aussi embarrassé qu’elle montrait qu’il était humain, sous ses airs de robot, avant d’être un ninja sans cœur.

La jeune femme balaya la rue du regard. Le troisième membre de l’équipe, Hikaru, qui avait d’ailleurs proposé ce rendez-vous en premier, n’était pas encore arrivé. En même temps, il n’était pas encore en retard. Mikeru et Ihoko avaient plutôt quelques minutes d’avance. Bon … Elle ne savait quand même pas de quoi ils pouvaient bien parler en attendant. Devaient-ils aborder des sujets de shinobis, ou valait-il mieux attendre Hikaru ? Et si non, ça se faisait de simplement parler de banalités ? Elle n’avait pas l’habitude de converser avec un autre ninja de son âge.
Mikeru la sortie de cette inconfortable hésitation, en proposant, justement, une banalité. Donc c’était ce choix-là qui était le bon. Bien, heureusement qu’il avait pris les devants parce qu’elle était en train de se demander s’ils devaient partager des souvenirs de l’académie …

Est-ce qu’elle était déjà venue ici ? Les petites baguettes étaient un établissement un peu trop huppé pour elle, en fait. Elle pointa plutôt du doigt l’autre bout de la rue, pour désigner l’auberge qui se trouvait en face. Plus animée, une lumière moins claire, et des hommes ivres qui en sortaient pour s’écrouler quelques pas plus loin dans la neige et se mettre à faire des angelots en braillant.

« A dire vrai, jamais. Je vais là-bas d’habitude. C’est beaucoup moins cher, et même si ça a l’air un peu bruyant y’a presque jamais de débordements. La tenancière est du genre à botter le cul de ceux qui ont trop bu et font trop de bazar. Et je trouve ça plus accueillant. »

Réalisant qu’elle avait l’air de se plaindre du choix du restaurant, Ihoko adressa un sourire gêné à Mikeru.

« Enfin, 'Aux Petites Baguettes', on y mange qu’une ou deux fois dans sa vie. C’est une grande occasion alors autant en profiter ! Surtout que ça doit être bien meilleur niveau repas. Et puis on s’entendra parler, au moins. »

Vu sa petite voix, c’était plutôt une bonne chose. Et Mikeru ne semblait pas non plus être le genre de personne qui parle très fort.
Par contre, elle s’était donné faim à parler de tout ça. Elle jeta un œil à son téléphone. Il était quasiment l’heure, et Hikaru ne devrait plus tarder.

« Tu veux qu’on aille voir à l’intérieur pour attendre Hikaru ? On peut lui envoyer un message et commander à boire en l’attendant. »

Une idée lui traversa l'esprit ...

« Tu crois qu'on peut faire passer ça comme un repas professionnel ou un truc du genre ? Si on peut se le faire payer par l'académie, on peut se remplir la panse comme jamais ... »
Genin
Ihoko Ryuuketsu
Messages : 95
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
16/100  (16/100)
Points de vie:
192/192  (192/192)
Points de chakra:
164/164  (164/164)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Fév - 23:12
L’établissement que la kunoichi pointait du doigt était tout simplement le dernier endroit où on s’attendait à voir quelqu’un de son gabarit. C’était un endroit qui avait l’air rustre, peu cher et pas accueillant pour un sou, à l’image de sa clientèle dont quelques représentant étaient justement sortis en titubant pour finir leur course au sol. Malgré la neige qui s’écrasait sous leur poids et qui devait sans aucun doute endolorir leur dos ils n’avais pas l’air de s’inquiéter plus que ça du froid environnant.

Pour sa part, Mikeru n’était pas un grand sorteur comme vous pouvez vous en douter et un établissement comme celui dans lequel le duo s’apprêtait d’entrer lui convenait mieux. Après tout, le calme, c’était son élément. Un nouveau coup de vent vint fouetter le visage des deux jeunes gens, faisant s’envoler leurs cheveux et permettant ainsi à Mikeru de pouvoir s’attarder sur les yeux de celle qui lui donnait la réplique, ce qui lui valut quelques secondes d’émerveillement, à nouveau. Jamais il n’avait pu voir des iris d’un rouge aussi profond – enfin, de vous à moi, il n’avait jamais vu des yeux rouges non plus, mis à part quelques images d’utilisateurs de Sharingan à l’académie – et c’était une nouvelle occasion pour lui de se rendre compte à quel point le monde était merveilleusement diversifié. Lorsqu’Ihoko lui proposa de rentrer, il se surprit même à lui répondre en souriant.

“Très bonne idée. Je commence à avoir froid en plus.”

Bien évidemment, malgré son visage qui se décrispait ses capacités d’orateur n’avaient pour autant pas évolué, bien que depuis le début de leur échange c’était la première fois qu’il arrivait à enchaîner deux phrases sans pause flagrante. Encore une fois, Ihoko repris la parole. Elle avait pour idée d’envoyer la note du restaurant à l’académie… Ce qui était une idée qui ne plaisait pas vraiment à Mikeru – il ne voulait pas vraiment donner l’impression de vivre à leur crochet – mais il fallait se rendre à l’évidence: il était totalement fauché et si l’Empire pouvait se permettre d’inviter des Genins fraîchement promus au restaurant, après tout, pourquoi pas?

“Je ne pense pas. Mais… Qui ne tente rien n’a rien!”

C’était en ouvrant la porte du restaurant qu’il répondit à sa comparse, pour se retrouver nez à nez avec l’hôtesse d’accueil quelques pas plus loin.

“Bonjour et bienvenue Aux Petites Baguettes! Nous n’avons malheureusement plus de places disponibles, alors à moins que vous n’ayez réservé je vais vous demander de patienter pour avoir une table.”

“On a une réservation. Euh… Ono, je crois.”

“Vous croyez? Enfin. Je vous vois sur la liste… Vous êtes trois personnes, c’est ça?”

“Oui, mais on attend le troisième.”

“D’accord, je vous prie de me suivre en ce cas monsieur-dame!”

Mikeru emboîta le pas à l’hôtesse qui conduit les deux Genins à une table sur l’un des côtés, juste à côté de l’une des fenêtres qui donnaient sur la rue, et qui permettait d’apercevoir l’auberge qu’Ihoko avait pointé du doigt peu de temps avant. Il y jeta un petit coup d’oeil en prenant place en face d'Ihoko après l'avoir invitée à s'installer et put apercevoir de par la fenêtre l’un des deux fêtards sortis plus tôt vider ses tripes sur le côté de l'auberge d'en face. Répugnant.

"Vous désirez quelque chose en patientant?"

"Un thé à la menthe s'il vous plaît."

Il attendit que sa coéquipière commanda également et regarda à nouveau l'auberge. Sur ce coup, il avait utilisé tout ses atouts et ne savait plus du tout quoi lui dire. De plus, avoir vu cet homme régurgiter l'avait fait entrer dans un combat intérieur des plus difficiles: il lui fallait résister à l'envie d'aller nettoyer ce répugnant, dégoûtant, disons abus de fête, et de le faire ravaler à celui qui avait osé salir le paysage extérieur. C'était d'une voix presque robotique qu'il s'adressait à Ihoko.

"Je m'occupe du message."

Sortir son téléphone de sa poche le soulageait tellement: il finissait enfin par se retrouver dans un monde qu'il connaissait. Peut-être que se replonger l'espace de quelques secondes dans un écran lui permettrait de retrouver l'inspiration quant à lancer une discussion. Mais une seule vraie question lui piquait la langue sans qu'il n'ose vraiment la poser. Ne sachant pas vraiment où mener la conversation, et surtout sans vouloir parler de choses qu'ils risqueraient de devoir répéter une fois Hikaru arrivé, il finit par poser une question qu'il pensait anodine, mais qui aurait très certainement un effet totalement indésiré chez la jeune fille.

"Tu... Tu as des yeux d'une couleur peu commune. A quoi est-ce dû?"
Genin / Spécialiste du fumigène
Mikeru Aburame
Messages : 84
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
26/100  (26/100)
Points de vie:
140/140  (140/140)
Points de chakra:
168/168  (168/168)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Fév - 23:11
Comme toujours je suis debout au petit matin. Une vieille habitude du mont Hansei que j'ai gardé sur Onogoro. Un an déjà que je suis de plus en plus souvent ici. Un an que je dois me faire à ce corps, à croire que je serais toujours maladroit avec.

Pourquoi être venu ici ? Bonne question pour laquelle j'ai pas vraiment de réponse…  En grande partie pour voir et découvrir autre chose que ce à quoi j'ai toujours été restreint.
Ce n'est pas tous les jours évidents mais je commence vraiment à me plaire ici. Et puis je peux retourner à la maison quand je le veux.

Il fait plutôt calme à la maison. Trop calme même. Pour une fois j'entend pas la mauvaise humeur de Tak. Ça fait du bien mais en même temps ça me sort un peu trop de mes habitudes. J'ai toujours été habitué à avoir une vie dirigée par un train de vie ne se modifiant pratiquement jamais. Le changement n'est pas quelque chose qui me déplaît mais je lui trouve toujours quelque chose de bizarre. D'ailleurs aujourd'hui ça ne sera que ça.

Par contre ce qui ne changera jamais c'est la première partie de mon déjeuner. Un litre d'eau. Pas n'importe laquelle. Depuis que je suis ici elle est livrée tous les jours avant mon réveil. Dans une jarre scellée portant des symboles qui me sont plus que familiers. Préparée par mes pères et mères. Ma surveille dépend grandement d'elle. Et elle est également la raison de ma venue si tardive sur Onogoro.

Mon deuxième rituelle n'est rien d'autre que le traçage de symbole Fuinjutsu. Que ce soit les classiques ou non. Comme toujours depuis un an je suis obligé de les brûler. D'après père il vaut mieux que personne ne tombe dessus. Je crois qu'il a peur. Peur que l'on découvre ce que je sais faire, que mon savoir ne se limite pas au douze du zodiaque. A-t-il raison de s'en inquiéter ? Peut-être. Dans le doute je préfère suivre ses conseils.

Mon pinceau préféré à la main je trace en mangeant quelque chose de plus consistant que de l'eau. Ma survie en dépend oui mais elle ne peut pas subvenir à elle seul la tenue de mon corps. Pour une fois je profite du calme pour traîner un peu plus sur les exercices de la journée. C'est trop rare que pour ne pas en profiter.

Un bruit me sort de ma concentration. Je souffle, aucune envie d'aller ouvrir à la porte mais je ne peux pas non plus laisser quelqu'un sans réponse au pied de la demeure principale du clan Uchiwa. Je referme comme il faut mon peignoir et m'en vais accueillir cette visite matinale. L'envie de ne pas accueillir la personne me traverse l'esprit. Avant que je me résigne à tout de même faire preuve de politesse.

Bonjour Kiroko. Que puis-je faire pour toi ?

Salut Hikaru. Est-ce que Sham-sama est là ? J'aurais une affaire à traiter avec lui de toute urgence. S'il a le temps bien sûr !

Je toise l'homme de haut en bas. Je crois bien que c'est ce genre de réaction qui provoque un certain rejet de moi au sein de ce clan. N'ayant à leur yeux pas le sang de mon père il est impossible que j'hésite de ses capacités hors normes. Même avec celui-ci ils semblent avoir totalement raison. Je n'ai pas réellement mon âge mais de ce que j'ai entendu de lui il dépassait déjà de loin mes capacités. Bon il y avait un peu de triche dans l'air mais tout de même.

C'est le silence qui me fait remarquer que je n'avais encore rien dit. Cette façon de dialoguer m'est encore un peu étrangère.

Père n'est pas à la maison. Je peux lui passer un message si tu veux.

C'est gentil mais non. Je peux repasser un peu plus tard dans la journée.

Il s'incline légèrement pour me saluer. Je fait de même. Je pense bien que j'ai tendance à mettre mal à l'aise cet homme. Et d'ailleurs c'est pas la seule personne dans ce clan. En extérieur ça se passe un peu mieux. Surtout que je fais très souvent bonne première impression. Souvent jusqu'au moment de parler un peu trop. Qu'importe. Je referme la porte empêchant le froid de rentrer. Il a pas mal neigé cette nuit.

Au moins sa visite n'aura pas été sans intérêt. Je sais maintenant comment je vais m'habiller pour retrouver mes coéquipier. C'est mon père qui a insisté pour que j'organise une rencontre. Chose que j'aurai sûrement jamais fait de mon propre chef. Mais bon. Il est toujours avisé d'écouter les conseils d'une personne plus sage que soi. Même quand une partie de ses dires est dictés par les émotions. Il veut à tout prix que je m'intègre.

Je chiffonne les bouts de papier avant de les jeter dans une boîte avec une allumette. Quand père est là il préfère le faire au Katon. Je le soupçonne parfois de vouloir frimer devant moi.

Les heures s'étaient écoulées sans que je ne m'en rende vraiment compte. En partant maintenant je pouvais encore arriver un peu en avance au rendez-vous. Pourtant je n'enfile pas ma veste et mon écharpe pour autant. Ce n'est pas dans ma nature d'arriver en retard mais il y a quelque chose qui me fait hésiter. Mes yeux rivés sur mon téléphone, plus exactement sur la discussion de groupe que j'avais avec mes coéquipiers.

Père m'avait dit que l'équipe n'était pas la mieux vue. Ça c'était démontré par l'absence de mission. Contrairement aux autres. Et pourtant sur papier elle avait tout pour réussir.
Mikeru Aburame. Sa personne ne porte peut-être pas le même écho que celle d’Ihoko mais il ne reste pas moins un Aburame. Un fils de clan. Un des clans reculés de plus. Ceux-ci sont plutôt rare si je ne me trompe. Surtout en voir un gonfler les rangs de l'armée de l'Empire. Son prénom n'avait peut-être aucun écho dans mon esprit. Par contre son nom s'en était tout autre. Aussi connu que le clan Uchiwa. Pas pour les même raisons. Heureusement pour eux.
Certainement celle qui fait le plus de bruit. La touche féminine de l'équipe. Ihoko Ryuukey si. Je ne sais pas quoi penser d'elle. Je ne sais pas si je dois m'en méfier ou non. Elle reste tout de même la fille de Shura… Mais en même temps la fille d'un des plus grand ami de mon père. Il m'a bien dit de la traiter comme une personne tout ce qu'il y a de plus normal. De même faire des efforts pour être le plus gentil possible. Encore un point que je soupçonne chez mon père, je pense bien qu'il a gardé un œil sur cette fille quand la nouvelle est tombée. Fille de deux opposé. Fille d'un démon et d'une Impératrice. Je crois que ça sera plus fort que moi. On ne peut défier sa nature. On ne peut aller outre. Après tout j'en suis la preuve non ? En tout cas elle n'en reste pas moins la personne sur qui on pourrait avoir le plus d'attente. Fille de deux monstre de force. Après tout on ne met pas en échec Shura sans un minimum de force.
Et finalement il y a moi. Hikaru Ono. Pour ma part je ne porte que peu de regard. Après tout je ne suis officiellement qu'un adopté. Comment pourrais-je porter dans mon sang la force de Sham ? J'ai que le nom en gros. Sans parler de mes prouesse pour les arts ninjas officiellement au bord de l'échec pour l'examen genin. Je suis le seul à vraiment pouvoir faire tâche sur papier. Mais j'ai vent de certaines choses qui feraient pencher la balance.
Une équipe portant pas mal de secret.

Une nouvelle fois un bruit me sort de mes pensées. Un crac venant d'une des salles à l'étage. Je sais ce que ça veut dire. Père a demandé à un des mes frères de s'assurer de mon départ. Ça ne sert à rien d'attendre là qu'il descende. Autant se mettre en route avant qu'il ne descende les escaliers.

Je prend même pas le temps d'enfiler ma veste et mon écharpe à l'intérieur. Autant vite quitter les lieux avant que l'on me fasse la morale. Oui on allait savoir que mon départ était un peu tardif, la lourde porte de l'entrée fait toujours pas mal de bruit. Je la claque en me demandant ce qu'Oni pouvait bien avoir comme mission pour ne pas être avec moi.

Une fois le clan quitté je pouvais à nouveau porter mon masque. Celui-ci était depuis longtemps découvert par les membres du clan Uchiwa. A force je n'arrivais pas à paraître aussi normal que ce que père aurait voulu. Enfin l'un de mes pères. A force je m'y perd.

Une de mes mains au fond de l'une de mes poches cherche tout simplement à me rassurer. Je n'ai bel et bien pas oublié l'enveloppe que mon père avait préparé pour la rencontre de l'équipe. Se donner rendez-vous dans un tel restaurant n'est pas donné. Mais chez les Onos il y a quelques habitudes qui perdurent. Il faut pas croire qu'avec l'emprisonnement de mon grand-père la famille a perdu son pactole. Mon téléphone vibre en même temps. Simplement pour me prévenir qu'ils rentraient au chaud.

J'observe de l'intérieur du restaurant, en gardant mes distances avec l'avant du bâtiment. Ils sont pas bien difficile à repérer. Surtout elle… C'est étrange, je m'étais attendu à ce que quelque chose de féroce dégage d'elle… Pourquoi ? J'en sais absolument rien… Surtout avec ce que mon père a pu me raconter sur Shura… J'ai un peu deux échos sur cet homme, deux échos venant de deux personnes. L'un le considérait comme un ami, l'autre beaucoup moins. Tak était un peu jaloux à mon avis. Il faut dire que l'Aburame sort lui aussi du lot. Je suis le plus normal des trois apparemment. Après tout c'est le but.

Au bout de quelques minutes je décide de pousser la porte.

Bonjour et bienvenue Aux Petites Baguettes! Nous n’avons malheureusement plus de places disponibles, alors à moins que vous n’ayez réservé je vais vous demander de patienter pour avoir une table

La femme devant moi me donnait l'impression de répéter un texte. Quoi de plus normal dans ce genre de lieu. Elle se reprend tout de même en voyant mon visage que je viens de dégager de mon écharpe.

Monsieur Ono, je vous avais pas reconnu. Vos amis sont déjà arrivés je vais vous conduire jusqu'à leur table.

Je saluai la dame semblant un peu gênée d'un simple mouvement de tête. Voilà un des avantages d'être un Ono. A force de fréquenter ce genre de restaurant avec la famille, on finit bien par être connu.

Comme promis elle m'emmene jusqu'à mes coéquipiers.

Salut. Je m'appel Hikaru Ono comme vous devez vous en douter. je me tourne vers le garçon Mikeru je présume. J'ai entendu beaucoup de bien de ton clan. je lui ma main maladroitement et me trompe tourne ensuite vers la fille Ihoko si je m'abuse. J'ai beaucoup entendu parler de tes parents. Comme tout le monde je présume.

A elle aussi je lui tend la main toujours malhabile. Avec un sourire tout de même. Je suis conscient d'être pas au top avec le dialogue, j'en reste pas moins au fait des petits signes pouvant alléger des paroles. Après tout ma famille porte elle aussi un lourd passé. Pas aussi proche que le sien tout de même.

Vous avec déjà commandé ? sans attendre de réponse je me tourne vers la maîtresse d'hôtel Je vais prendre votre fameux cocktail des quatres saisons.

Avec un verre d'eau comme d'habitude monsieur Ono ?

Oui s'il vous plaît. apparemment eux ont déjà commandé. Je m'installe à la table. Ni à côté de Mikeru ni de Ihoko Désolé pour le retard. Empêchement de dernière minute.

Je sais, mon manque de pratique de discussion peut souvent passer pour autre chose. Heureusement que j'ai certain atout en poche.

[hrp]vu que j'ai pas encore fait ma fiche je vous le dis ici. Hikaru a un sceau qui augmente sa prestance. Ça reste le premier sceau mis au point du coup c'est pas non plus un truc hors norme mais ça s'ajoute à ses 10charisme : D
Déso si des mots sont pas top. Je suis sur tel et mon pouce en peu plus d'écrire xD[/hrp]
Genin
Hikaru Ono
Messages : 158
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
36/100  (36/100)
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de chakra:
300/300  (300/300)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 17 Fév - 16:05
L’hôtesse avait l’air un peu surprise de nous voir ici, mais elle se radoucit aussitôt en entendant le nom de leur troisième équipier. Ono … Ce nom avait-il une signification particulière ? Difficile à savoir quand on a passé la plus grande partie de sa vie cachée, chez une nourrice ou dans une église, le monde extérieur réservait des imprévus que d’autres n’avaient pas.
En tous cas, Mikeru et elle faisaient un peu tâche dans la faune locale. Ca semblait être une clientèle plutôt huppée. Ihoko commençait à s’inquiéter un peu du prix du repas, d’ailleurs. Elle n’était pas sûre du tout de pouvoir assumer, maintenant qu’elle jetait un œil à l’intérieur. La façade c’était une chose, mais alors maintenant c’était très différent. Il y avait même un aquarium dont les poissons semblaient valoir plus que son appartement. Elle n’en avait en tous cas jamais vus de semblables.
Ce qui la mettait encore plus mal à l’aise, c’étaient les regards posés sur elle. Jamais elle ne s’habituerait à cette haine brûlante, qui hantait les yeux de ceux qui la voyait. Cette haine dont elle n’était pas l’objet, mais qui faute de mieux était quand même dirigée contre elle. Enfin, c’était plus facile de faire comme si de rien n’était, aujourd’hui. Ca n’avait pas toujours été le cas. Avec un peu de chance, Mikeru ne remarquerait rien …

Quand la serveuse vint leur demander ce qu’ils désiraient pour patienter, Ihoko manqua de lui répondre qu’une augmentation serait la bienvenue. Mais elle se ravisa, pour tenter d’être moins cynique et plus conventionnelle.

« Un soda. »

Elle aurait bien demandé du saké, mais contrairement à l’auberge il y avait de fortes chances qu’on lui demande de justifier son âge. Et elle était trop jeune pour que ce genre d’établissement lui serve de l’alcool. Et le thé et elle n’étaient pas très amis, de longue date. Fait amusant, le soda était indiqué sur la carte au même endroit que les menus enfants, ce qui en disait long sur ce que devaient boire les gens ici, d’habitude.
Une fois assis, Mikeru indiqua qu’il s’occupait d’envoyer le message à Hikaru, et elle put laisser son regard se balader autour d’elle pour constater que les regards à son encontre s’étaient estompés, et qu’on ne faisait plus du tout attention à eux. Elle se détendit un peu. Le fait qu’ils soient installés dans un coin plutôt tranquille de la salle était une aubaine, on les avait déjà oubliés.
La tension revint très vite, cependant. Alors qu’elle attrapait son soda et que celle qui lui avait amené s’en allait, Mikeru posa l’air de rien une question qu’elle aurait voulu garder pour plus tard … Cependant, la voie de Ihoko en tant que ninja, c’était de suivre un chemin pavé d’honnêteté et de sincérité. Elle ne pouvait pas lui mentir sans contrevenir à ses propres idéaux.

De plus, Mikeru avait posé la question sans aucune animosité, ni d’avantage de mauvaise intention. Ca ressemblait à de la simple et innocente curiosité. Pouvait-elle vraiment le lui reprocher ? Au contraire, il était direct. C’était même une bonne chose, tout bien réfléchi. Et puis, répondre poserait des bases de confiance, qui ne pouvait pas desservir à un travail d’équipe futur.

« Je ne sais pas vraiment. Mon grand-père était un Uchiwa, et j’ai éveillé le sharingan. Cependant, je suis quasiment sûre que les membres de ce clan n’ont pas cette teinte naturellement, sans avoir activé leur Dôjutsu. Moi, si. Et crois-moi, je m’en serais bien passé. »


La grimace qu’elle lui adressa était sincère, mais pas vraiment explicite. Ihoko ne lui avait pas tout à fait tout dit, puisqu’elle en savait un tout petit peu plus. Mais elle ne lui avait pas menti du tout : elle ignorait totalement le pourquoi de cette teinte, même si elle avait quelques hypothèses assez farfelues. Un ton plus bas, elle ajouta :

« Par contre, il n’y a pas beaucoup de personnes au courant. Et je ne suis pas membre du clan Uchiwa. Je préfèrerais que tu gardes pour toi l’existence de mon sharingan. »


Surtout qu’elle ne le maitrisait pas vraiment. Même lorsqu’elle essayait de l’activer, ça lui arrivait de ne pas vouloir. Ou de faire des choses étranges. Ce n’était pas qu’une question de maitrise pure et simple : elle comprenait le principe, en temps normal. C’était plutôt comme si sa pupille à elle était cassée, ou incomplète. Et parfois, qu’elle avait sa volonté propre. Et ceci, en revanche, elle ne l’avait dit à strictement personne. Même pas à Kyuryu. Et elle avait la désagréable impression que ça intéresserait un peu trop Jinji, et qu’il valait mieux qu’il ne le sache pas.

Avant que Ihoko n’ait pu trouver une question pour poursuivre la conversation, ou pour l’enterrer sur ce sujet, Hikaru fit son apparition. Il était beaucoup plus à l’aise qu’eux dans ce genre d’environnement, ça sautait aux yeux. Et … c’était un peu étrange. Elle ressentait son chakra, et il lui laissait une impression assez bizarre. Comme un puzzle terminé, mais qui ne représentait absolument rien qui puisse se reconnaître.
Par contre, son approche la fit sursauter. Elle manqua même de s’étrangler avec sa boisson. Que quelqu’un soit aussi direct avec elle à propos de ses parents, ça elle en avait l’habitude. Mais sa façon de parler ne lui envoyait aucun reproche. C’était un constat. Un pur et simple fait, évoqué comme si de rien n’était. Lui aussi était terriblement direct !
Ihoko serra sa main, encore un peu sonnée et ne sachant pas trop quoi répondre à ce genre d’entrée en matière.

« Ou-oui c'est moi ... Enchantée. »

Alors qu’il achevait de commander, la jeune fille resta de marbre tout du long. Elle semblait particulièrement ébahie, mais aussi un peu … mal à l’aise ? Non, ce n’était pas ça. Non, c’était simplement de la surprise, et beaucoup de réflexion.
Sans prévenir, elle éclata tout simplement de rire. Un vrai rire. Peut-être un peu grave pour une femme aussi jeune, il faisait un peu penser à ces chanteuses qui ont un coffre incroyable et une voix très masculine … Enfin ce n’était pas vraiment son cas. Et ça restait globalement féminin.
Tout en s’essuyant les larmes qui coulaient de ses yeux, elle commenta :

« Ah … Je crois que je commence à comprendre pourquoi ils considèrent notre équipe comme la moins bonne de toutes. J’ai même surpris le terme de poubelle, à vrai dire. »


Un sourire étrangement motivé fit son apparition de nulle part. C’était pourtant pas vraiment de bonnes nouvelles, qu’on avait là.

« La Poubelle. Je sais pas pour vous, mais moi ça ne me dérange pas. Par contre, il est possible qu’ils comprennent assez vite qu’ils ont fait une erreur monumentale. En fait ce nom est parfait, il illustrera merveilleusement bien cette erreur quand elle sera évidente. »

Comment l’avait-elle compris ? Parce que l’académie n’avait pas jugé uniquement leurs capacités de toute évidence. Mais vu ce qu’elle voyait, avait simplement réuni ceux dont elle ne savait pas quoi faire. Mikeru et Hikaru étaient étranges. Elle aussi, d’ailleurs. Mais leur attitude très franche lui plaisait. Et elle espérait vraiment qu’ils parviendraient à s’entendre.
Genin
Ihoko Ryuuketsu
Messages : 95
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
16/100  (16/100)
Points de vie:
192/192  (192/192)
Points de chakra:
164/164  (164/164)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Fév - 21:03
La jeune fille qui lui faisait face était vraiment remplie de surprises. Elle apprit à Mikeru qu'il était possible d'être un utilisateur du Sharingan sans pour autant être membre du clan. C'était... Très peu commun. Voire même sans précédent, à sa connaissance. Il ne put qu'acquiescer lorsqu'elle lui demanda de garder cela secret. Ce n'était dans l'intérêt de personne de révéler ce genre de chose et quand bien même, en parler reviendrait à révéler des informations sur l'un des membres de son équipe. Et Mikeru ne le tolèrerait pas venant de sa part. Finalement il se contenta de hocher la tête en sirotant quelques gouttes de son thé. La sensation que lui procurait une boisson chaude lorsqu'il faisait aussi froid dehors était l'une des meilleures, selon lui. Il pouvait sentir le thé descendre lentement le long de son oesophage et se planter lentement dans son estomac, réchauffant l'intégralité de son buste en quelques secondes à peine.

Le regard de sa compatriote avait l'air d'être attiré par quelque chose qui se trouvait derrière l'Aburame, sans doute quelqu'un qui était entré et qui avait l'âge d'être l'instigateur de cette rencontre ? Au fur et à mesure que le nouveau protagoniste avançait vers la table, l'Aburame pouvait sentir une bonne quantité de chakra se diriger vers le petit groupe. Pas de toute, celui qui venait d'entrer était shinobi et avait à faire avec eux. Ces pensées se confirmèrent lorsqu'Hikaru finit sa course en s'asseyant sur la dernière chaise de libre, en face de la fenêtre. Ono... C'était un nom plutôt connu au sein de l'Empire, au même titre que Ryuuketsu. Mais ce-premier l'était pour des raisons plus ou moins nobles, ça dépendait un peu de quel prénom précédait le patronyme. Mikeru ne put que lui rendre la main qu'il lui était tendue. Il n'était de toute façon pas poli de laisser un compère attendre, main tendue, d'être salué, et ce dans quelque circonstance que ce soit. Il avait l'air de bien connaître l'endroit, et était vraiment à l'aise. A dire vrai il avait l'air tellement confortable en société que ça en devenait même étrange. Mais il ne s'agissait pas de le lui faire remarquer. Ils n'étaient là que pour faire connaissance après tout. Pas la peine de poser maintes et maintes questions qui pourraient froisser l'un ou l'autre, et il avait remarqué avoir quelque peu gaffé en posant une question tout à fait anodine à Ihoko. Il ne fallait surtout pas réitérer l'expérience.

La fille commença soudain à rire, sans raison apparente. Faisant travailler sa mémoire, Mikeru put comprendre qu'il ne s'agissait pas là d'une ivresse de sa part, à moins que les sodas ici soient alcoolisés – bien que ça expliquerait leur prix, ceci dit... 5 Drakes ! C'est énorme!

*Poubelle ? C'est donc tout ce qu'on est pour l'académie ?*

« Je trouve ça répugnant. Mais on peut tout faire pour leur prouver qu'ils ont tord. »


En réfléchissant un peu plus loin, Mikeru se surprit à sourire lui aussi, à l'idée de prouver à quel point les instances académiciennes s'étaient trompées. C'était un nom qu'il pensait pouvoir porter fièrement lorsqu'il deviendrait haut gradé de l'Empire, par exemple. Bien qu'il ne soit pas du genre revanchard, une injustice se doit d'être punie. Et ce serait une manière de rétablir l'ordre des choses. Il reprit une nouvelle lampée de thé en décidant que ses coéquipiers pourraient très bien conduire la conversation entre eux.
Genin / Spécialiste du fumigène
Mikeru Aburame
Messages : 84
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
26/100  (26/100)
Points de vie:
140/140  (140/140)
Points de chakra:
168/168  (168/168)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 18 Fév - 23:15
Je ne sais pas trop comment on en est arrivé à cet instant. Pourtant juste les présentations avaient été faite que ça partait déjà en un rire remplissant la salle, attirant les regards. La personne qui déposait mon verre était on ne peut plus professionnelle. Pas un mot sur ce rire.
Fait dire qu'il venait du cœur. En même temps, pour partir au quart de tour comme ça et pour avoir une telle teinte il ne pouvait sortir que de là.

Bien que je ne comprend pas le pourquoi du comment ça me fait sourire. Une aussi bonne humeur alors que l'on se connaît à peine ne peut être que bon signe. A moins que je n'ai mis les pieds dans le plat comme à mon habitude. Si c'est le cas Ihoko réagie vraiment bien. J'ai peut-être été trop direct dans mes premiers phrases. Je ne sais pas de trop j'ai encore un peu de mal à jauger. Surtout que je ne connais absolument pas mes coéquipiers. Ne sortant que rarement du clan Uchiwa et n'ayant pas fait l'académie je peux même pas me demander si je les ai croisé un jour.

Je sirote un peu de mon cocktail sans alcool. Un bon mélange de fruits. Rafraîchissant.
Mais en entendant les paroles de la fille de Shura je manque de m'étouffer à mon tour.

Machinalement mon poing se serre un peu sur la serviette, rien de grandiose. Comment peut-elle trouver amusant le fait que l'on soit nommé La Poubelle. Comment peut-on trouver amusant le fait d'être vu comme les moins que rien ? Je déglutis histoire de garder un maximum mon calme.
Faut dire que c'est bien le sujet qui fâche chez moi. J'en ai plus que marre d'être jugé à la va vite. D'être vu comme ne pouvant pas être à la hauteur de mon père par cette adoption officielle. N'ayant pas son sang je ne peux lui arriver à la cheville.
Le pire c'est que c'est vrai… Sans lui et ses contacts je ne suis même pas certain que j'aurais pu passer l'examen en montrant les connaissances limitée que je possède. Enfin, les connaissances que je pouvais montrer.
Peut-être qu'elle souffre du même soucis. Si oui, on réagit absolument pas de la même façon.

Je me tourne vers Mikeru. Cherchant à savoir ce que lui en pense. Apparemment il est du même avis que moi. Ou en tout cas c'est ce sur j'ai cru durant un instant. Jusqu'à ce que ce sourire pointe le bout de son nez. Tous deux semblent amusés par les circonstances. Pas de la même façon mais tout de même. Ces êtres sont vraiment pas normaux !

Il me faut un petit temps pour trouver la parole. Comme père dit il faut toujours éviter de parler au sang le plus chaud. Et là je vous assure qu'il m'a fallu un bon paquet de secondes pour que ça se refroidisse. Et dans une discussion ça peut être long. Je relâche quand même ma serviette.

Est-ce qu'on nous regarde encore ? Qu'importe.

Apparemment ça vous amuse d'être vu comme le fond du panier. Même comme les indésirable plutôt. Je comprend pas bien ce qui te fait rigoler Ihoko et ce qui te fait sourire Mikeru.

Je reste calme. Je bois une nouvelle lampée pour pas laisser les paroles couler d'elles mêmes.

Histoire qu'il n'y ai pas de mauvaise compréhension. C'est quoi qui te fait comprendre que l'on est vu comme la moins bonne équipe de toutes ?

Je serre la mâchoire, un rien. Je meur d'envie de lui demander si c'est le fait que ce soit la fille d'un traître et d'une femme ayant couvée un secret qui a coûté la vie à des innocents ? Ou encore le fait qu'elle comme moi n'arriverons jamais à la cheville de nos parents. Pour ce qui est de l'Aburame je ne peux pas m'avancer. Après tout mon père n'a certainement pas de lien avec ses parents.
Sans le savoir elle a quand même réussie à mettre le doigt là où il fallait pas. Et Mikeru a enfoncé la chose un peu plus loin avec son sourire.
Si seulement on me laissait évoluer autrement sur dans le secret je ne serais très certainement  pas dans l'équipe Poubelle en ce moment.

Une question me traverse l'esprit. Est-ce que cette équipe a vraiment été faite par hasard ? Des liens entre elle et moi on peut en faire pas mal. Mais avec Mikeru ? Sans vraiment m'en rendre compte cette réflexion me calme un peu. Faudrait que j'en sache plus. Mais comment ?

Qu'importe pour la poubelle. Si ça vous amuse c'est un plus a mon avis.

Large sourire. Comme mère disait, une belle expression peut cacher toute les pensées du monde. Je réfléchis rapidement. Comment tenter de découvrir au plus vite certaines informations sur un plausible lien entre nous trois ?
Ce qui a le plus de chance de toucher dans le mille c'est nos parents. Maintenant il faut surement éviter d'apporter ça trop brusquement. Quoi que… Je peux justement utiliser ce plausible froissement comme excuse.
Je pose mon verre. Fier de l'idée sur je viens d'avoir.

Ha oui j'oubliais ! Un truc important. Une équipe se base sur la confiance et le partage. Nous sommes tous sur le même pied ! Enfin pas totalement là. Ihoko. je me tourne vers elle, petit sourire amicale On ne peut pas nier en savoir beaucoup sur tes parents ce qui n'est pas juste pour toi. Après tout notre vie n'a pas été autant mise en avant. vers Mikeru cette fois, toujours sourire aux lèvres La mienne est peut-être un peu plus connue mais au cas où je me lance en premier. lampée Je suis le fils adoptif de Sham Ono, chef du clan des Uchiwa et ancien Anbun de l'empire. Du coup en tant que Ono je suis aussi par adoption descendant d'Oma Ono. Chef de pègre au sein de l'Empire. Ma tante Mihako trempe sûrement encore dans des affaires louches. Et à mon avis bien que le nom des Ono soit lavé il y aura encore un doute. je laisse un peu de silence pour que les infos s'impriment avant de reprendre Si jamais vous avez des questions ou des doutes sur ma famille je vous écoutes sinon je te laisse la parole Mikeru. Après tout c'est normal qu'Ihoko en sache un peu sur nous non ?

Avec un peu de chance je pourrai voir avec ce que nous dira Mikeru s'il y a un lien entre nous ou non. Et au pire j'aurais de quoi commencer mon enquête.
Genin
Hikaru Ono
Messages : 158
Date d'inscription : 11/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
36/100  (36/100)
Points de vie:
100/100  (100/100)
Points de chakra:
300/300  (300/300)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 19 Fév - 23:16
Ihoko s’était déjà calmée. Son rire était plutôt nerveux que réellement joyeux. Elle était plutôt ravie d’être mise dans le même panier que d’autres, à dire vrai. Ce n’est parce qu’on prend l’habitude d’être seule qu’on aime ça. Là était sa réelle source de satisfaction. En plus, elle tentait de nager à contre-courant depuis qu’elle était sortie de la protection de l’église de Suijin pour rentrer dans le monde de plein fouet. Alors autant dire que ce n’était pas être affectée à une équipe qui allait la freiner. Même pas si l’équipe était considérée comme le fond du panier.
Mikeru reçut sa motivation plutôt bien, et ils semblaient sur la même longueur d’onde. Hikaru, par contre, manifesta bien plus d’agacement. On aurait pu croire qu’Ihoko allait se renfermer, mais ce n’était pas son genre. Si elle paraissait timide d’habitude lorsqu’elle se faisait insulter, c’était parce qu’elle réprimait sa colère, et non sa honte. Ce n’était une personne timide qu’en apparence. Au contraire, elle adressa même un sourire plutôt carnivore à son équipier. Ou en tous cas, confiant et déterminé, à défaut d’être avide de chair fraiche.

« Ca me fait rire parce que ces ninjas soit disant supérieurs se sont trompés. Tout simplement. Nous ne répondons pas à leurs critères, mais cela ne veut pas dire que nous sommes des incapables. Et ça me motive d’autant plus : quand nous prouverons notre valeur et que nous deviendrons, aux yeux de tous, des ninjas accomplis … Alors nous ne devrons cela qu’à nous-mêmes. Et à aucune faveur qu’on nous a faite. On ne devient pas fort quand on nous trace une voie parfaite. C’est dans l’adversité que naissent les forts. Si je me réjouis, c’est parce qu’ils pensent nous jeter dans le caniveau, alors qu’en réalité ils ne font que nous ouvrir la voie de l’excellence. Savoir si on l’emprunte ou non, et si nous serons capables de la parcourir, tout est à voir avec notre volonté de vaincre, maintenant. »

C’était prétentieux, peut-être. Parce que ça paraissait facile, dit de cette manière, alors que ça ne l’était pas. Ils allaient en baver.
Elle fut quand même surprise quand elle lui demande comment elle pouvait le savoir.

« Ca ne sert à rien de nous mentir à nous-mêmes. Pour eux, nous sommes les plus faibles des Genins. Ca signifie simplement qu’on doit les détromper et construire notre route nous-mêmes. Mais pour ça, il faut commencer par avoir conscience d’où on part. Nous sommes tous les trois différents, mais si j’ai ris c’est parce que je suis rassurée : votre attitude à tous les deux est directe et sans langue de bois. Ca ne plait pas à tout le monde, mais à moi si. Si on peut se parler sans détours et se dire ce qui nous plait comme ce qui nous déplait, alors on pourra parvenir à quelque chose. »

Mine de rien, Ihoko parlait beaucoup. Mais cela aussi cela faisait partie de ses traits de caractère, quand elle se sentait en confiance. Et très clairement, pour le moment c’était le cas. Ses deux équipiers avaient beau être crus, surtout Hikaru, c’était bien mieux comme ça. Même s’il restait calme, il avait exprimé son désaccord. C’était sain, parce qu’ils pouvaient argumenter et discuter, savoir s’ils pouvaient tomber d’accord ou être sur la même longueur d’onde.

D’ailleurs, en parlant de dialogue, Hikaru sembla enfin abonder en son sens, puisqu’il décida de les mettre à égalité en parlant de leur patrimoine familial. Elle fit un peu la moue, renfrognée, quand il évoqua le fait que tout le monde devait savoir qui était ses parents. Alors que pour elle, s’était justement tout l’inverse … Enfin, sur ce sujet, inutile d’étaler sa vie privée pour le moment, ça ne mènerait à rien. Autant écouter poliment celles des autres. Surtout qu’elle était quand même curieuse d’en savoir un peu plus sur ces deux équipiers.

Ihoko sursauta en entendant le nom de Sham Ono de la bouche de son nouvel équipier, manquant même de faire tomber son soda, qu’elle rattrapa d’extrême justesse. Ce n’était pas très malin, ni très discret … Alors c’était son fils adoptif ? Elle avait tellement besoin de parler à son père ! Est-ce qu’il accepterait de lui arranger ça ? Difficile à dire pour l’instant. Et ce n’était pas le moment … Mais comment ne pas y penser, alors qu’elle avait peine à raccourcir la liste de noms de personnes auxquelles elle devait poser les mêmes éternelles questions … Par contre, dans un autre style, le patrimoine d’adoption de Hikaru, c’était quelque chose. Un père chef du clan Uchiwa, des générations de mafieux derrière tout ça …
La jeune femme n’était cependant pas suffisamment peu attentive pour ne pas remarquer que Hikaru n’avait pas évoqué sa mère. Il avait été élevé par un homme seul alors ? C’était plutôt courageux. Et en cela, elle se sentit proche de lui : après tout, elle aussi n’avait été élevée que par son père à la base. Avant que tous les événements n’arrivent, s’enchainant à un rythme cadencé et diabolique.

Ihoko se tourna vers Mikeru en même temps que Hikaru. C’était son tour maintenant. Elle trouvait l’intention un peu hasardeuse, mais ça partait d’une bonne, en tous cas. Du coup, elle laissait libre cours à sa curiosité et acceptait totalement d’en savoir plus sur ses équipiers. Surtout que si Mikeru avait eu une vie aussi mouvementée que devait avoir eu Hikaru, ce serait très intéressant !
Genin
Ihoko Ryuuketsu
Messages : 95
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
16/100  (16/100)
Points de vie:
192/192  (192/192)
Points de chakra:
164/164  (164/164)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Aujourd'hui à 18:45
Ses doutes avaient fini par se confirmer. D'après tous les sous-entendus d'Hikaru, Ihoko était donc bel et bien la fille de feu – ou magma – Shura Ryuuketsu et de l'ancienne impératrice. Cette équipe était réellement composée de personnages descendant de grandes lignées, du moins en ce qui concernait les deux autres étant donné qu'aussi loin qu'il s'en souvienne, les parents de Mikeru étaient des ninjas standards, qui n'ont pas fait énormément de vagues. Certes, Arufonsu était un vétéran de la guerre contre Shousan mais tout de même, cela ne faisait pas de lui pour autant l'un des shinobis les plus influents de l'Empire, même si il était extrêmement fort.

Hikaru n'avait pas l'air d'être du même avis que ses deux coéquipiers. Qu'importe. Ils n'étaient pas obligés de partager la même vision des choses pour tout, au final. Même si il était quand même important qu'ils aient la conception de ce qu'était une équipe. Et même si il avait l'air d'avoir pris la chose vraiment très mal, il se ravisa presqu'assitôt et commença à parler de sa famille. Ainsi, il était le fils de Sham Ono ? Certes, notre jeune héros pensait qu'il avait un lien avec le chef du clan Uchiwa mais il n'avait jamais imaginé qu'il était son fils. Décidément, cette équipe est d'un grand pédigrée. A peine eut-il finit de parler des Ono qu'il se tourner vers l'Aburame pour essayer d'en soutirer des informations sur ses parents. Il essayait sans doute de comprendre pourquoi l'académie les avait mis tous les trois ensemble. Il risquait d'être fortement déçu, hélas.

« Hé bien... Mon père est Aburame et ma mère non ninja. Enfin, de ce que je sais. J'habitais dans la forêt du Nord où j'ai appris l'informatique et l'électronique et puis j'ai suivi mon pépé Arufonsu Aburame à Taki pour devenir ninja. Je m'entraîne avec lui d'ailleurs. »


Mikeru décida de boire une nouvelle lampée de thé, le tout en regardant par la fenêtre. Les deux poivrots de tout à l'heure étaient enfin partis. L'idée de passer à côté de cette auberge pour aller nettoyer le souvenir laissé par ces deux énergumènes après avoir quitté ses équipiers commençait à être de plus en plus confortablement installée dans sa tête. Après tout, il avait besoin de se décharger de la pression que la discussion avec ses deux équipiers lui faisait subir ; il n'avait jamais autant parlé avant.
Genin / Spécialiste du fumigène
Mikeru Aburame
Messages : 84
Date d'inscription : 18/02/2017

Fiche ninja
Points d'expérience:
26/100  (26/100)
Points de vie:
140/140  (140/140)
Points de chakra:
168/168  (168/168)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto-last-gen :: 
ONOGORO
 :: Empire :: Région de la Cascade :: 
Quartier Ouest – Loisirs et commerces
-